Le dirigeable : come back ou pas ?

Forum dédié aux discussions sur les moyens de transport.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58655
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 30 juil. 2015, 17:39

Au Sri Lanka, Google inaugure l'Internet par ballon

30 Juillet 2015 LeFigaro

Google Loon avait fait l'objet de plusieurs tests au cours des dernières années. Le projet est lancé officiellement au Sri Lanka, ce qui fera de l'île le seul pays à offrir une connexion Internet sur 100% de son territoire

............
la suite http://www.lefigaro.fr/secteur/high-tec ... ballon.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58655
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 29 oct. 2015, 12:31

suite de ce post du 30 dec 2014 viewtopic.php?p=369084#p369084
Un ballon-radar militaire dérive plusieurs heures dans le ciel américain

lefigaro.fr , AFP le 29/10/2015

Image

Cet appareil de surveillance militaire a rompu ses amarres et a dérivé plusieurs heures avant de retomber au sol en provoquant quelques dégâts sur des lignes électriques.

Embarrassante pour les militaires américains, la courte odyssée du ballon-radar, de 74 mètres de long, a été suivie en direct par les médias américains, suscitant également un vif intérêt sur les réseaux sociaux. Après quelques heures de dérive, l'appareil a touché terre dans le comté de Montour, dans l'État de Pennsylvanie, selon le commandement militaire chargé de la sécurité aérienne des États-Unis et du Canada.

Pendant sa dérive, l'aérostat a traîné derrière lui des centaines et des centaines de mètres de câble d'amarrage qui ont provoqué des dégâts à l'approche du sol. Des coupures de courant ont été constatées dans la zone de la petite ville de Bloomsburg, au nord-ouest de Philadelphie. Des photos circulant sur internet montraient également l'empreinte sur le sol laissé par son câble. Une journaliste de la chaîne WNEP-TV a posté une photographie de ce qui ressemble à un morceau de la structure du ballon, accroché dans un arbre.

Selon le capitaine de vaisseau Scott Miller, le ballon qui était suivi dans sa dérive par 2 F-16 armés a touché terre après avoir commencé à se dégonfler, pour une raison inconnue. «Nous n'avons jamais sérieusement envisagé de l'abattre», a-t-il affirmé. Tous les témoins avaient pour consigne de prendre contact avec la police. Les contrôleurs aériens américain ont été alerté pour éviter toute mauvaise rencontre avec des avions.

«Une grosse baudruche vide»

Dans sa course, le ballon est monté jusqu'à une altitude de 4.500 mètres. L'aérostat fait partie d'un système expérimental de défense anti-aérienne testé dans la région de Washington, avec un autre ballon du même type qui a été ramené au sol. Le système, très onéreux, sert à détecter les missiles de croisière, avions et drones ennemis, mais aussi des bateaux et des chars d'assaut. Certains redoutent que le système peut aussi servir à des fins de contrôle de la population. «C'est apparemment la seconde confirmation que la surveillance de masse mène à des voyages non autorisés», a tweeté ironiquement Edward Snowden, qui a révélé l'ampleur des programmes de surveillance de l'agence de renseignement américaine.

D'autres internautes ont commenté avec humour et moqueries la dérive de ce joyau technologique devenu incontrôlable. «Avez-vous entendu parler d'une grosse baudruche vide valant des milliards de dollars parcourant les États-Unis? Mais assez parlé de Donald Trump», a plaisanté un internaute, en référence au candidat républicain qui enchaîne les meetings de campagne.
http://www.lefigaro.fr/international/20 ... ricain.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58655
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 29 oct. 2015, 12:43

Une photo du dirigeable en perdition :

Image

source : https://theintercept.com/2015/10/28/mil ... sell-more/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58655
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 24 janv. 2016, 20:10

Les Français repris par la folie du dirigeable

PAUL MOLGA / Les Echos le 21/01/2016

Les collectivités ont racheté à Dassault le hangar Mercure pour y accueillir un AirShip Village.Trois projets industriels sont sur le point de s’y implanter. Le site vise 3.000 emplois en 2030

Près de quatre-vingts ans après l’embrasement du Hindenburg qui a condamné son essor, le dirigeable gonfle à nouveau le torse. Trois projets inscrits parmi les programmes prioritaires de la Nouvelle France Industrielle lancée fin 2013, sont sur le point d’être lancés. Les études de faisabilité techniques et économiques sont achevées et les infrastructures nécessaires se mettent en place pour accueillir la filière. Ils sont aidés par la région Paca et le département des Bouches-du-Rhône. La communauté d’agglomérations Ouest-Provence a racheté à Dassault le terrain et l’ancien hangar de 300 mètres de long qui devaient accueillir à Istres la fabrication de ses Mercure, pour y installer « l’AirShip Village » qui abritera la production des dirigeables.Plusieurs constructeurs ont prévu d’y installer leur unité d’assemblage dans des bâtiments à 20 millions d’euros pièce. « Selon notre feuille de route, le site comptera 3.000 emplois et un volume d’affaires de 1 milliard d’euros dans dix ans », assure André Soulage, directeur du programme dirigeable au pôle de compétitivité Safe Pégase qui structure la filière.La France n’est pas la seule à s’être réengagée dans cette industrie. Les Etats-Unis (avec l’Hybrid Airship du fabricant d’avions de chasse Lockheed Martin) et la Grande-Bretagne (avec l’Airlander de la société Hybrid Air Vehicles) sont également de la partie. « Ce qui se dispute en ce moment est le leadership mondial de ce futur marché », est persuadé André Soulage.

Du débardage au montage d’éoliennes

La France présente trois projets techniquement matures sur les différents segments visés. Inspiré du téléphérique, l’Airlifter du grenoblois Airstar qui a créé le ballon éclairant en 1994, propose de transporter sur des chantiers difficiles d’accès jusqu’à 4 tonnes de charges sous un dirigeable filoguidé pour un coup sensiblement plus économique que l’hélicoptère. Marchés visés : le débardage forestier, le ravitaillement de refuges ou encore l’approvisionnement de chantiers montagnards.A l’autre bout du spectre d’usage, le consortium porté par Thalès Alenia Space va lancer dans quelques semaines la construction des premiers éléments du prototype de son Stratobus capable d’embarquer jusqu’à 250 kg de charge utile pour des missions stationnaires à très haute altitude (voir ci-contre).Enfin, Flying Whales estime pouvoir commercialiser en 2020 un gros porteur de 140 mètres de long destiné aux convoyages aériens exceptionnels et à l’exploitation forestière. Son patron, Sébastien Bougon, a conclu un accord de partenariat avec l’Office national des Forêts pour participer au développement de la filière bois en France et dans les départements et territoires d’outre-Mer. Ses machines permettant d’évacuer par les airs des paquets de grumes de 60 tonnes à la vitesse de 100 km/heure. Il prospecte également d’autres marchés comme le transport de pâles d’éoliennes au pied des mâts, d’éléments de construction de pylônes électriques, de grosses pièces d’usine ou de matériel humanitaire. « Nos projets se focalisent sur la satisfaction des besoins du marché », défendent les industriels français, qui jurent avoir tiré les leçons de ces échecs pour éviter que leurs dirigeables se dégonflent de la même façon. Un Livre blanc définissant les perspectives économiques et les objectifs techniques a été validé par le pôle de compétitivité Safe Pégase, et une feuille de route échelonnant prudemment les investissements a été élaborée. Elle ne protégera pas des impondérables : dans les années 1930, c’est la concurrence de l’avion, insensible à la météo et réputé plus sûr, qui a fait disparaître le dirigeable.

Recherche sur l’enveloppe textile


Des verrous technologiques restent à débloquer : notamment le ballastage. Il faut compresser des dizaines de tonnes d’hélium et l’enveloppe textile doit être étanche aux gaz. Depuis le milieu des années 1990, 19 démonstrateurs habités ont volé dans le monde, dont dix ont été conçus en France, mais peu ont fait l’objet de développement industriel. Seul Zeppelin en Allemagne fabrique des machines pleinement opérationnelles.Pour faire décoller sa propre filière, la France devra débourser près de 500 millions d’euros public et privés, estiment les professionnels.Le consortium de Flying Whales engage une vingtaine d’industriels, parmi lesquels l’avionneur chinois Avic General Aircraft qui négocie actuellement son entrée au capital à l’occasion d’un tour de table de près de 10 millions d’euros destiné à achever les études d’ingénierie. Mais comme pour le Stratobus et l’Airlifter, la production sera réalisée à Istres. « Nous prévoyons l’assemblage de 150 machines les dix premières années d’exploitation, soit un chiffre d’affaires de 4 milliards d’euros », ambitionne Sébastien Bougon.

Nombreux échecs dans le passé

Ce n’est pas la première fois qu’un pays se mobilise pour tenter de relancer une industrie du dirigeable.Avant la France, le canadien Skyhook, associé à Boeing, s’est cassé les dents sur un projet hybride, entre ballon et hélicoptère, pour transporter des charges de 40 tonnes. Le programme est à l’arrêt. Tout comme l’Atlant russe, qui ambitionne de concurrencer les hélicoptères les plus puissants, avec une technologie complexe associant une poche d’hélium et un fond plat. Le dirigeable peut se poser où bon lui semble, y compris sur l’eau. Le CargoLifter, porté par ABB et Siemens, a également laissé un souvenir amer à l’Allemagne. Une souscription publique et des subventions communautaires avaient permis aux industriels de lever un total de 400 millions de Deutsche Marks pour développer le projet. Un hangar d’assemblage a même été construit sur une ancienne base militaire soviétique à 60 kilomètres au sud-est de Berlin ! Et une cinquantaine d’exemplaires devaient y être produits en dix ans. Mais en 2.000, le consortium a mis la clef sous la porte. La taille excessive du projet – 242 mètres de long, presque la taille du Hindenburg – a fait exploser le budget et multiplier les impasses techniques.L’Europe s’est également laissé prendre par les atouts séduisants du cargo dirigeable en dépensant des fortunes dans le projet Capanina. Entre 2003 et 2006, il s’agissait de mettre au point une plate-forme de télécommunication low cost pour desservir les zones rurales.
http://www.lesechos.fr/pme-regions/actu ... 194123.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58655
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 01 mars 2016, 19:49

Pourquoi le dirigeable va réaliser un retour gagnant

Par Pierre Monnier Usine Nouvelle le 01 mars 2016

Deux industriels ont présenté leur programme pour fabriquer leur dirigeable, Lockheed Martin et Hybrid Air Vehicles dont les projets auront vocation à faire du transport de voyageurs et de fret. Quels sont les avantages de ce mode de transport aérien qui bien qu'ancien répond aux problématiques actuelles ?

Un nouvel appareil s’apprête à occuper le ciel londonien, ou plutôt un appareil remis au goût du jour. Hybrid Air Vehicles inaugurera son Airlander 10 dans les prochaines semaines avec un vol au-dessus de la capitale anglaise. Capable de transporter une cinquantaine de personnes, ce dirigeable sera le premier d’une longue liste à en croire les projets lancés à foison par différents acteurs aéronautiques. Parmi eux, deux entreprises s’apprêtent à rafler un marché laissé vacant durant des années : Hybrid Air Vehicles et Lockheed Martin.
..............
..............
lien, avec vidéo : http://www.usinenouvelle.com/editorial/ ... nt.N382259

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58655
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 22 mars 2016, 20:49

Le dirigeable Airlander 10 dévoile ses mensurations hors normes

Par Astrid Gouzik Usine Nouvelle le 22 mars 2016,

DIAPORAMA VIDÉO La société britannique Hydrid Air Vehicles a officiellement présenté son Airlander 10, l'Aeronef le plus grand au monde.

C'est un communiqué en forme de faire-part : "Hybrid Air Vehicles est heureux d'annoncer la fin de l'assemblage du Airlander". L'aéronef aux mensurations hors normes a été présenté pour le première fois, lundi 21 mars. Avec ses 92 mètres de long, il dépasse largement les 73 mètres de l'A380 et les 71 du B787. L'assemblage du Airlander 10 a été achevé "dans les temps et dans le budget", précise la société britannique.

Image
diaporama : http://www.usinenouvelle.com/article/le ... es.N384683

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58655
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 27 avr. 2016, 18:50

Le projet de dirigeable stratosphérique StratoBus est lancé

Par MICHEL BOVAS Usine Nouvelle le 27 avril 2016

Thierry Mandon, secrétaire d'Etat chargé de la Recherche et de l'Enseignement supérieur, a signé chez Thales Alenia Space (TAS) à Cannes l’accord sur le financement des premières études du futur dirigeable StratoBus porté par un consortium industriel piloté par TAS.

"C’est un défi incroyable, une véritable innovation de rupture dont on peut être particulièrement fier", garantit le ministre Thierry Mandon en apposant sa signature sur l’acte de naissance d’un projet assez révolutionnaire : le StratoBus, un dirigeable stratosphérique. Il est né en 2007 lors d’un workshop sur les dirigeables à Salon de Provence puis a cheminé doucement soutenu par le pôle Safe et la région Paca pour vérifier sa faisabilité technique et commerciale.

Situé en station fixe à 20 km dans la stratosphère là où les vents sont moins importants (90 km/h), le StratoBus trouvera nombre d’applications missions civiles ou militaires en supervisant une zone de 500 km. Il pourra emporter une charge de 150 kg équivalent à celle d’un satellite de type Globalstar. Il assumera une mission à mi-chemin entre le drone et le satellite.


Et dans le cadre des dix projets d'avenir, cet étonnant projet de dirigeable stratosphérique autonome à position fixe décroche du commissariat général à l'investissement (CGI) un préfinancement de 17 millions d’euros pour sa phase de mise au point sur deux ans, pour la réalisation d’un démonstrateur en 2018, avant la sortie d’un premier modèle d’essai en 2020.

Quatre régions abonderont à hauteur de 3 millions d’euros ce financement. Et selon TAS chef de file du consortium industriel la vente de sept appareils (20 à 25 millions d'euros l’un) amortira cet investissement. Ensuite, l'industrialisation nécessitera une mise de fonds entre 100 et 150 millions d'euros.

Un parachute pour retomber sur Terre

André Soulage, directeur du Plan industriel dirigeable au pôle de compétitivité Safe, souligne que la base d’Istres accueillera le futur Village Industriel en partie dans l’ancien hall de montage Mercure racheté pour 13,5 millions d'euros par la Société d'économie mixte d’Istres. D’autres plus vastes seront nécessaires car le StratoBus est plus grand qu’un Airbus avec une longueur comprise entre 70 et 100 mètres et 20 à 30 mètres de large.

"Il faut inventer une nouvelle filière industrielle avec la formation des ingénieurs à l’aérostatique", complète Jean-Philippe Chessel, directeur du programme StratoBus chez TAS. En clin d’œil, il rappelle que ce sont deux ingénieurs français qui ont mis au point La France, le premier dirigeable en 1884.

Le consortium industriel est piloté par TAS associe la Cnim pour l’armature et la nacelle, Solution F pour la propulsion, Tronico pour l’électronique, Airstar pour les enveloppes et CMR Prototech pour la pile à combustible réversible. TAS utilisera un brevet qui rend le dirigeable stable et un autre sur un système d’amplification de l’énergie solaire.

Son autonomie, un an au départ devrait aller jusqu'à cinq ans à terme sur la même position. En cas de pépin le StratoBus rejoindra la terre via un parachute en forme d’aile. Nombre de pays du Moyen Orient, ou d’Europe sont intéressés. Son marché est évalué à un milliard de dollars en 2020, un tiers en institutionnel et deux tiers en commercial. "Et le StratoBus entend bien être le premier à y répondre", conclut Jean-Loïc Galle, PDG de TAS.
http://www.usinenouvelle.com/article/le ... ce.N388841

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9842
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par mobar » 28 avr. 2016, 11:01

Encore une fois ce sont les militaires qui innovent!
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
matthieu25
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 3358
Inscription : 21 juil. 2005, 00:17
Localisation : passenans

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par matthieu25 » 28 avr. 2016, 12:16

mobar a écrit :Encore une fois ce sont les militaires qui innovent!
T'en déduis quoi? Qu'ils ont plus de cervelles que les autres. .. :wtf:
La religion est la maladie honteuse de l' humanité.la politique en est le cancer(Millon de Montherlant)

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9842
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par mobar » 28 avr. 2016, 15:20

matthieu25 a écrit :
mobar a écrit :Encore une fois ce sont les militaires qui innovent!
T'en déduis quoi? Qu'ils ont plus de cervelles que les autres. .. :wtf:
Plutôt que leurs budgets de recherche sont plus épais (tes impôts et les miens entre autres) et que leurs commanditaires ont des besoins insatisfaits qui demandent des solutions (resserrer le flicage des populations et améliorer sa surveillance du territoire entre autres)

L'effondrement ce n'est pas à la même vitesse et dans le même sens pour tous, pour certains c'est une renaissance!

YAKAVOUAR le cours de l'action THALES dans les 5 dernières années!
22 € en 1012 et 77 € aujourd'hui
ceux qui ont acheté au son du canon et vendrons au son du clairon, auront fait une belle plus value!
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
sherpa421
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2482
Inscription : 28 mars 2012, 16:22

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par sherpa421 » 29 avr. 2016, 09:18

mobar a écrit :...le cours de l'action THALES ...22 € en 1012 et 77 € aujourd'hui
Thales c'est vraiment une très vieille entreprise !
La guerre tue.
Moi, j'aime pas le foot.

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8652
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par Remundo » 29 avr. 2016, 10:17

par rapport à ce "dirigeable" Stratobus, le terme me paraît un peu galvaudé...

Disons que c'est davantage un ballon-sonde récupérable avec capacité d'emport de 150 kg.

ce n'est pas le projet du siècle...

En revanche le Airlander, c'est beaucoup plus ambitieux. J'ai toujours été sceptique néanmoins sur les usages militaires, car ces ballons sont d'une vulnérabilité effrayante sur un terrain de combat.

Avatar de l’utilisateur
sherpa421
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2482
Inscription : 28 mars 2012, 16:22

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par sherpa421 » 29 avr. 2016, 10:26

Ça dépends du conflit. La stratosphère, c'est quand même haut. Ce n'est pas une balle de kalachnikov qui pourra le descendre.
La guerre tue.
Moi, j'aime pas le foot.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9842
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par mobar » 29 avr. 2016, 11:52

sherpa421 a écrit :
mobar a écrit :...le cours de l'action THALES ...22 € en 1012 et 77 € aujourd'hui
Thales c'est vraiment une très vieille entreprise !
En effet
https://www.thalesgroup.com/fr/about-us/historique
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58655
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 14 juin 2016, 16:42

La Marine nationale bientôt dotée d’un ballon de surveillance côtière

Publié le 13/06/2016 lemarin.fr

A-NSE, fabricant français de ballons captifs, annonce qu’il livrera un ballon captif en fin d’année à la Marine nationale.

Image
Le ballon A-NSE a été présenté au Bourget en juin 2015. (Photo : A-NSE)
http://www.lemarin.fr/secteurs-activite ... rveillance

Répondre