Le dirigeable : come back ou pas ?

Forum dédié aux discussions sur les moyens de transport.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 15 juin 2016, 20:07

Stratobus lève une aide de 16,6 millions d'euros via Bpifrance

15 Juin 2016

Le projet Stratobus va bénéficier d'une aide de 16,6 millions d'euros sous forme de subventions et d'avances récupérables, par le Programme d'investissements d'avenir, piloté par le Commissariat général à l'investissement (CGI) et opéré par Bpifrance.

Stratobus est un dirigeable de 50 000 m3 (100 m de long pour 33 m de diamètre max) capable de se maintenir en position stationnaire à une altitude de 20 km au-dessus de son théâtre d'opérations, et ce pendant un an grâce à sa motorisation électrique et son autonomie d'énergie.

Le projet est porté par un consortium constitué de 5 partenaires industriels français dont Thales Alenia Space.
http://www.journal-aviation.com/actuali ... -bpifrance

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 13 juil. 2016, 12:36

Des nouvelles du Space Stratobus
Thales Alenia Space Stratobus eyes contract in 2017, radio frequency approval in 2019

TOULOUSE, France July 7, 2016

Satellite builder Thales Alenia Space and six partners are investing their own money, plus grants from the French government, into the Stratobus high-altitude platform station (HAPS) on the assumption that the development yields a contract in 2017, the program manager said.


Image
Thales Alenia Space's Stratobus flies at 20 kilometers in altitude and triples the amount of solar illumination on its solar panel through the use of solar concentrators lining the floor of the 100-meter-long platform. The solar array, shown at the top of the otherwise transparent roof, collects power from the concentrators below and from the sun directly to produce 150 kilowatts per day to power both the vehicle and a payload of up to 250 kilograms. Credit: Thales Alenia Space

................

Chessel said the concentrators will triple the amount of solar illumination onto the solar array and provide the 150 kilowatts power day of total power demand for Stratobus, of which 5 kilowatts will be reserved for the payload. Stratobus’s volume is 50,000 cubic meters. Chessel said the pressurized gas will be either helium or hydrogen, with hydrogen preferred because it is less costly to produce and is lighter, saving 300 kilograms over helium. But hydrogen has the downside of requiring special safety procedures. Operating in the tropics with sufficient sunlight year-round, Stratobus could remain on station for up to five years, Chessel said. At more-northern latitudes, the platform would be limited to the spring and summer months and could operate for eight months.
................
http://spacenews.com/thales-alenia-spac ... k-in-2019/

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9842
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par mobar » 15 juil. 2016, 05:56

On notera la modification apportée au système PV mix de conventionnel posé à l'extérieur de l'enveloppe et de concentration interne
Un projet qui évolue comme celui ci devrait bientôt se concrétiser, surtout que le budget qui va avec semble être bouclé

http://www.la-croix.com/Economie/Bpifra ... 1600769468

http://www.webtimemedias.com/article/ca ... 0707-58470
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 15 juil. 2016, 12:03

Merci pour le lien.
Un projet porté par un consortium constitué de 7 partenaires industriels
Thales Alenia Space, un des leaders mondiaux de l’industrie spatiale, est le chef de file de ce projet.


La réalisation du Stratobus réunira cinq industriels français : Tronico-Alcen (distribution de l’énergie à bord), Solution F (pour la propulsion électrique), Airstar Aerospace (l’enveloppe) et la CNIM, Constructions industrielles de la Méditerranée, (nacelle et anneau). Deux firmes étrangères, la norvégienne Prototech (pile à combustible réversible) et la néerlandaise SSBV (système de sauvegarde) complètent l’équipe.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 10 août 2016, 19:42

suite de ce post du 22 mars 2016 viewtopic.php?p=388045#p388045

L' Airlander-10 effectue sa première sortie du hangar !

World's Largest Aircraft is the Airlander 10 airship and it has left its hanger

August 09, 2016

The world's largest aircraft, known fondly as the 'Flying Bum', left its hangar for the first time today.

The Airlander 10, which cost £25million to build over 10 years, is 92 meters long and pumped with a million cubic feet of helium.

The part-plane, part-airship left its hangar in Cardington, Bedfordshire at 4am today to commence a brief series of ground systems tests before its first flight later this month.

The 302-feet-long craft was originally developed as part of a US Army project which was then abandoned in 2012
A British company has converted the aircraft - a cross between an airship and an aeroplane - for civilian use
It will fly to 4,000 feet at speeds of up to 46 mph in a series of six test flights above Cardington, Bedfordshire
The 'Flying Bum' can carry 48 passengers and is designed to be flown by remote control for up to three weeks

Image

Image
http://www.nextbigfuture.com/2016/08/wo ... er-10.html

A vous d' aller voir la 3iéme photo dans le lien. ;)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 18 août 2016, 11:22

Premier vol pour Airlander, le plus gros aéronef du monde

CLAUDE FOUQUET Le 18/08/2016 Les Echos

VIDEO Long de 92 mètres, Airlander 10, qui emprunte sa technologie aux ballons dirigeables, aux avions et aux hélicoptères, a volé pendant une demi-heure le 17 août.

Image

Long de 92 mètres, Airlander 10, le plus gros aéronef du monde, surnommé "the flying Bum" (le "derrière volant") par la presse britannique pour sa ressemblance avec une paire de fesse, est parvenu mercredi à s'envoler dans le ciel britannique. Faisant oublier une première tentative ratée quelques jours auparavant.

L'appareil a réalisé son premier vol en public depuis le hangar de Cardington, situé près de Bedford, dans le sud du Royaume-Uni. Son vol, à une altitude de l'ordre d'une quinzaine de mètres a duré une demi-heure.

Conçu à l'origine pour l'armée américaine afin de réaliser des missions de surveillance, le projet avait été abandonné faute de financement. Il avait ensuite été racheté par Hybrid Air Vehicles (HAV), une société britannique, afin de développer le projet dans le secteur civil où il pourrait notamment assurer des missions de fret commercial ou bien encore des missions humanitaires.

Deux semaines et demi d'autonomie

Si pour son premier vol les performances de l'Airlander ont été modestes, l'engin peut voler normalement à la vitesse de 148 kilomètre/heure en pleine charge et à une altitude de 4.900 mètres. Rempli d'hélium, l'aéronef peut rester en vol pendant deux semaines et cinq jours avec l'équipage à bord.

Selon les responsables de HAV, l'Airlander est un appareil unique en son genre qui emprunte en fait sa technologie à celles de plusieurs types d'aéronefs tels que les ballons dirigeables, les hélicoptères ou bien encore les avions.
http://www.lesechos.fr/industrie-servic ... 021430.php

Image

Image
http://www.francetvinfo.fr/sciences/en- ... 94683.html

Avatar de l’utilisateur
sherpa421
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2482
Inscription : 28 mars 2012, 16:22

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par sherpa421 » 25 août 2016, 08:52

RTL a écrit :Airlander 10, plus gros aéronef du monde, manque son atterrissage
http://www.rtl.fr/actu/insolite/video-g ... 7784579988
La guerre tue.
Moi, j'aime pas le foot.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 25 août 2016, 11:44

Il s'est amoché le pif :

Image

https://www.youtube.com/watch?v=_Fwj5ZsqAg8

La cabine de pilotage à l’avant de l’appareil a principalement été touché.
http://www.usinenouvelle.com/article/vi ... sh.N428867

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9842
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par mobar » 25 août 2016, 13:56

energy_isere a écrit :Il s'est amoché le pif : La cabine de pilotage à l’avant de l’appareil a principalement été touché.
[/quote]

Pas top pour la promo
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 08 sept. 2016, 18:11

Dirigeables: Lockheed Martin veut séduire le secteur minier

Myrtille Delamarche le 06/09/2016

Avec ses nouveaux dirigeables hybrides capables d’atterrir sur toute surface plane de la taille d’un terrain de football, Lockheed Martin espère séduire le secteur minier. Tant pour la période de développement de la mine que pour l’évacuation de la production, le groupe américain de défense et de sécurité met en avant l’avantage concurrentiel du dirigeable sur le transport terrestre et héliporté. La solution pourrait intéresser les compagnies minières pour leurs gisements isolés de métaux précieux et minéraux rares.

Image
http://www.usinenouvelle.com/article/di ... er.N432887

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 29 déc. 2016, 19:42

Amusant :
Amazon planche sur un projet d’entrepôt volant pour drones et colis

LE 29/12/2016 Usine Nouvelle

La société de Jeff Bezos a déposé un brevet original en avril dernier. Amazon planche sur un projet de centre de traitement volant, qui pourrait prendre la forme d'un dirigeable, délivrerait des colis à l'aide de drones et serait ravitaillé à l'aide de transporteurs pouvant prendre la forme de petits dirigables.

Image
............
............
http://www.usinenouvelle.com/editorial/ ... is.N481894

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 30 déc. 2016, 11:20

Avec la synthèse d'image Amazon fait ce qu' il veut , une baleine volante par exemple : :roll:
Et il y a des investisseurs qui vont gober ça.

Image

http://earth-chronicles.com/science/ama ... ouses.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 15 janv. 2017, 13:22

Google préfère les montgolfières aux drones

15 janvier 2017

Après des années d'essais, Alphabet, la maison mère de Google, a décidé d'abandonner l'idée de distribuer internet par drones. Le projet est toujours intact, mais sous une autre forme : les drones seront remplacés par des montgolfières.

Un soudain revirement


Le géant technologique motive sa décision par une meilleure faisabilité technique et un moindre coût, s'il opte pour la distribution du réseau dans les régions reculées et rurales via des montgolfières.

La division d'Alphabet, qui s'occupait du projet de distribution d'Internet par drones alimentés par panneaux solaires, avait pour objectif de fournir du réseau à des millions de personnes qui n'en ont toujours pas, ainsi que déployer cette solution technologique lors d'opérations de secours et d'assistance aux victimes de catastrophes. Alphabet n'avait pas de savoir-faire maison dans ce domaine, mais a acquis en 2014 la société Titan Aerospace, qui a donné naissance à ce projet au sein du géant de Mountain View. Les salariés qui y travaillaient apporteront désormais leur concours au projet des montgolfières, baptisé Loon.

Image

Des montgolfières mailleront le territoire

Les montgolfières Loon devraient voler à des altitudes d'environ 20 km au-dessus de la terre. Comme les vents dans la stratosphère soufflent dans des directions différentes et à des vitesses différentes, le logiciel intégré à ces montgolfières devra être capable de déterminer comment les positionner, afin qu'ils se déplacent dans le bon sens. Les panneaux solaires qui fournissent les montgolfières en électricité nécessitent tout juste quatre heures pour recharger les batteries, grâce auxquelles le dispositif peut fonctionner pendant 24 heures.
Chaque montgolfière est capable de desservir un territoire de 40 km autour d'elle. Le signal est transmis aux stations terrestres, qui peuvent ensuite le revendre aux opérateurs de téléphonie.
http://www.clubic.com/internet/actualit ... rones.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 05 mars 2017, 20:14

La Natac, un dirigeable français révolutionnaire signé Voliris

24 fev 2017 Futurasciences

Mi-dirigeable mi-avion, la Natac (Navette aérienne de transport automatique de conteneurs), de la société française Voliris, pourra, malgré son volume réduit, porter 30 tonnes, au format d’un conteneur, dans des régions désertiques. Son enveloppe, en forme d’aile, assure une force portante en vol. L’engin grandeur nature est en cours de réalisation et un petit modèle, ULM, vole déjà.

Excellente solution pour transporter du fret à moindre coût, les dirigeables souffrent d'un trop gros handicap : leur volume énorme qui, au sol, les rend difficiles à manier quand le vent souffle. De plus, ces engins peu aérodynamiques ne peuvent atteindre des vitesses élevées et, en vol, le vent les fait trop facilement dériver. Une entreprise de l'Allier, Voliris, travaille depuis plusieurs années sur une solution innovante : donner à l'enveloppe des dirigeables une forme d'aile d'avion. Ainsi, en avançant dans l'air, une force portante apparaît, qui s'ajoute à la flottabilité de l'hélium.

La Natac pourra décoller de pistes courtes

« En vol, 60 % de la portance est apportée par l'écoulement aérodynamique sur l'aile, explique Arnaud Siegel. 40 % seulement viennent de la flottabilité de l'hélium dans l'enveloppe, qui peut donc être bien plus petite. » Le prix à payer est la nécessité d'une piste de décollage et d'atterrissage. Plus lourd que l'air, l'engin doit prendre de la vitesse, comme un avion, jusqu'à ce qu'apparaisse la force portante.

« Le handicap d'un dirigeable classique est le volume de son enveloppe. Nous, nous changeons de formule : nous écrasons l'enveloppe... », résume Arnaud Siegel, responsable du bureau d'études. De l'idée à la réalisation, il a fallu plusieurs années et la ténacité d'une équipe, pour l'essentiel venue de l'aéronautique, derrière Alain Bernard, directeur technique.
Pour tester le principe en vol, Voliris a réalisé plusieurs prototypes, comme les 901C et D, mais aussi, en 2016, une version monoplace classée en ULM. En novembre dernier, l'appareil a d'ailleurs volé, démontrant que ce concept original fonctionne. Avec ses 80 m3, le V902 est ainsi devenu le plus petit dirigeable au monde, dûment inscrit à ce titre dans le Guinness des records.

De même, à l'atterrissage, il touche le sol à faible vitesse et ralentit. Tout cela le plus possible face au vent, comme pour tout engin ailé ou un autogyre. La longueur de piste nécessaire semble en revanche très petite pour l'ULM, que l'on voit décoller de la piste de Moulins-Montbeugny sur la vidéo.

Image
http://www.futura-sciences.com/sciences ... ris-66426/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58656
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le dirigeable : come back ou pas ?

Message par energy_isere » 16 mars 2017, 12:43

Le dirigeable Flying Whales aidera l'ONF à dégager le bois des zones inaccessibles

Pierre Monnier Usine Nouvelle le 16/03/2017

L'Office national des forêts (ONF) ne sera bientôt plus cantonné aux seules forêts accessibles. La société Flying Whales développe un dirigeable qui répondra aux besoins spécifiques de l'organisme. Avec une charge utile 20 fois supérieure à un hélicoptère, le ballon pourra transporter le bois des lieux de coupe aux scieries, sans souci de piste d'atterrissage ou de route.

Image
L'entreprise française Flying Whales développe un programme de dirigeable, disponible d'ici 5 ans.

L'Office national des forêts (ONF) pourra bientôt se passer des contraintes infrastructurelles grâce à Flying Whales. L'entreprise française développe un dirigeable capable de transporter du bois depuis n'importe quel lieux de coupe jusqu'à la scierie, sans besoin de route ou de piste d'atterrissage. Avec une certification attendue pour 2021, le ballon permettrait à l'ONF d'agrandir sa zone d'exploitation du bois français. Aujourd'hui, seules les zones de coupe accessibles peuvent être utilisées. Grâce à cette technologie, le bois extrait de zone hasardeuse, comme en montagne, deviendrait transportable.

Flying Whales a d'ailleurs été créé dans ce but. "Au départ, nous avons cherché à répondre à cette problématique, avoue Sébastien Bougon, le patron de l'entreprise. En 2012, nous avons eu une année de réflexion avec l'ONF pour définir les aspects fonctionnels et économiques du projet. L'ONF est en ce sens un parent de Flying Whales."

Un programme de 250 millions d'euros

La première phase d'ingénierie, lancée en 2013, s'est achevée l'année dernière. Le dirigeable mesurera 150 mètres de long et disposera d'une soute de 75 mètres de long sur 8 mètres de largeur et autant de hauteur qui accueillera une charge utile de 60 tonnes. Mais le ballon de Flying Whales ne se contentera pas de transporter du bois. "Nous pourrons transporter des pales d'éoliennes, des maisons préfabriquées ou des pylônes à haute tension", liste Sébastien Bougon.

Le programme, dénommé LCA60T et chiffré à 250 millions d'euros, entrera en phase de test en 2019 avec pour objectif une certification l'année suivante. "Nous débuterons la phase de production industrielle dès 2022, projette le patron de Flying Whales. C'est un petit marché de l'ordre de la centaine d'unité. Au cours des dix premières années, nous fabriquerons 150 machines, puis de 10 à 20 par an ensuite."

Plusieurs projets de dirigeables voient le jour : l'Airlander 10 d'hybrid Air Vehicle pour le transport de personnes ou l'Hybrid Airship de Lockheed Martin pour le transport de fret. Mais la différence fondamentale avec ces deux engins, c'est que le ballon de Flying Whales sera solide. "Notre dirigeable aura une structure rigide, ce qui permet d'installer une propulsion puissante", insiste Sébastien Bougon. Autre point fort, les chargements et déchargements ne se feront pas au sol. La soute sera remplie par une montée de charge, afin d'opérer en tout lieu. "Les dirigeables comme l'Airlander ou l'Hybrid Airship demandent de la portance pour décoller et atterrir, donc une piste d'atterrissage, commente le dirigeant français. Flying Whales n'a pas ce souci."

Un déménagement à prévoir

Au total, une trentaine d'acteurs sont réunis autour du maître d’œuvre Flying Whales. L'entreprise est pour l'heure basée à Colombes (Hauts-de-Seine) mais s'installera à Istres (Bouches-du-Rhône). "La communauté d'agglomération nous mettra à disposition un local qui nous servira de FAL (Final assembly line), explique Sébastien Bougon. Mais pour l'heure, le bâtiment n'est pas encore construit." Flying Whales reçoit ces aides pour avoir été sélectionné parmi les 34 plans de la nouvelle France industrielle d'Arnaud Montebourg, alors ministre du Redressement productif.
http://www.usinenouvelle.com/article/le ... es.N515089

Répondre