Les Francais dingues du véhicule diésel .....un peu moins

Forum dédié aux discussions sur les moyens de transport.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9182
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Les Francais dingues du véhicule diésel .....un peu moins

Message par mobar » 25 janv. 2019, 09:58

Tant que les moutons peuvent aller bosser pour payer les retraites, ça roule :-"
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57788
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les Francais dingues du véhicule diésel .....un peu moins

Message par energy_isere » 03 févr. 2019, 18:06

Chute du diesel: 34% des voitures neuves à peine carburent au gazole

Par Alain-Gabriel Verdevoye le 01.02.2019

Recul ? Non, dégringolade ! Les immatriculations de voitures diesel neuves en France n'en finissent pas de plonger. Elles ont atteint le point bas de 34% en janvier 2019, selon le CCFA (Comité des constructeurs français), contre 39% sur l'année 2018, 47% en 2017. En cinq ans, la part des modèles à gazole a perdu 33 points ! Sur l'ensemble du parc automobile roulant en France (tous modèles confondus, y compris des très vieux), la part du diesel reste forcément plus élevée. C'est le poids de l'histoire. Le pourcentage de modèles carburant au gazole est encore supérieure à 60%. Mais, d'ici à dix ans, la part du diesel pourrait chuter à 38,5 % du parc roulant, selon le centre d'études sur l'automobile GIPA.

Ce plongeon historique du diesel est dû à plusieurs facteurs, en premier lieu à la politique de rapprochement de la fiscalité concernant le gazole sur celle de l'essence. L'exécutif a augmenté la fiscalité sur le litre de gazole de 7 centimes l'an passé (+4 centimes pour l'essence). De 2018 à 2022, les taxes sur le gazole présentées comme écologiques devaient augmenter d'environ 23 centimes par litre et celles sur l'essence de plus de 11 centimes. Mais, la révolte des gilets jaunes, qui a démarré en fin d'année dernière, a mis fin provisoirement à cette spirale. Le gouvernement a accepté de ne pas augmenter une nouvelle fois les taxes cette année.

........
https://www.challenges.fr/automobile/ac ... ole_640214

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7646
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: Les Francais dingues du véhicule diésel .....un peu moins

Message par phyvette » 08 févr. 2019, 07:19

C'est un peu comme à l'armée, avant d’exécuter un ordre, il faut attendre le contre-ordre.
Bercy fait pression pour un retour en grâce du diesel
L'idée est de changer les critères d'attribution de la vignette Crit'Air 1 pour que les véhicules diesel récents y aient accès explique « Le Monde ».
https://www.lepoint.fr/automobile/bercy ... 55_646.php
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9182
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Les Francais dingues du véhicule diésel .....un peu moins

Message par mobar » 08 févr. 2019, 17:48

Est ce que c'est parce que :
- le Diesel nouvelle génération pollue moins que l'essence
- le moteur Diesel est plus efficace que le moteur à essence
- les sous traitants qui sont dans la filière diesel vont devoir licencier et que leur employés vont devenir décroissants forcés exonérés d'impôts
- les recettes de l'état vont être défavorablement impactées par les évolutions de la TICPE

Le fait que ça vienne de Bercy plaide plutôt pour les deux dernières!
Lemaire devrait pouvoir s'entendre avec de Rugy qui lui devrait plutôt être convaincu par les deux premières

Mais comme ça a encore l'air d'un enfumage destiné à détourner l'attention des sujets brulants, je pense que ça va encombrer les gazettes, les télé et les radio pendant quelques temps :-"
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57788
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les Francais dingues du véhicule diésel .....un peu moins

Message par energy_isere » 11 mars 2019, 21:15

Industrie automobile: Bercy au chevet du diesel

Par Journaliste Figaro Pierre Zéau le 11/03/2019

Le ministre de l'Économie recevait ce lundi les constructeurs, les sous-traitants, les présidents de région et les organisations syndicales pour discuter de l'évolution de la filière automobile.

Discrètement annoncée pour fin février, une réunion réunissant les constructeurs, les sous-traitants, les présidents de région et les organisations syndicales de la filière automobile a eu lieu ce lundi 11 mars à 8h. Elle s'inscrit dans le cadre d'un cycle de travail mis en place au début de l'année, ayant pour objectif de «mieux articuler les actions de l'État et des régions en matière de politique industrielle». Portant sur l'ensemble de la filière automobile, cette réunion anglée sur l'industrie devait évidemment revêtir une forte connotation diesel, un secteur en chute libre. En 2012, il représentait plus de 72% des ventes de voitures neuves. L'an passé, ce chiffre a dégringolé à 36%.

À l'échelle européenne, la tendance est relativement identique. Le dieselgate qui a clairement jeté l'opprobre sur la technologie n'y est pas pour rien, à tel point que nombre de grandes villes, Paris la première, souhaitent définitivement la bannir à moyen terme. Une telle chute menace directement plus de 35.000 emplois industriels en France dans les années à venir. En guise d'exemple, l'effondrement des ventes a déjà fait sa première victime industrielle: la Fonderie du Poitou. Cette usine, qui fabrique des carters et des culasses en majorité pour Renault, a été placée en redressement judiciaire début février après la baisse drastique de ses commandes.

Le débat sur la vignette Crit'Air 1 relancé?

Le mois dernier, Bruno Le Maire avait donc déjà évoqué cette réunion. «Je réunirai, d'ici à la fin du mois de février tous les industriels, les responsables syndicaux et les présidents de région pour que nous regardions point par point ce qui peut nous permettre de réussir cette transition industrielle», affirmait-il, peu après avoir évoqué l'éventuelle éligibilité des nouveaux diesels à la vignette Crit'Air 1. Un sujet qui avait été vivement critiqué par le reste du gouvernement. Toutefois, ce pourrait être un des sujets discutés ce lundi, comme l'imagine Fabrice Godefroy, président des Diésélistes de France. Une telle attribution redorerait pleinement l'image du diesel et pourrait bien sûr rebooster ses ventes.

Fin février, la secrétaire d'État à l'Économie, Agnès Pannier-Runacher était également revenue sur ce dossier. «L'État a fixé des objectifs ambitieux en matière écologique: c'est le cas pour les nouveaux moteurs essence et diesel en termes d'émissions de NOX, de particules fines et de CO2», avait-elle expliqué. Et d'ajouter: «à performances environnementales égales (...) un véhicule doit avoir la même vignette, quel que soit son type de motorisation». De quoi laisser entendre que la vignette Crit'Air 1 pour les nouveaux diesels n'est peut-être pas qu'un leurre.
http://www.lefigaro.fr/societes/2019/03 ... diesel.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57788
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les Francais dingues du véhicule diésel .....un peu moins

Message par energy_isere » 01 avr. 2019, 22:56

Automobile : les ventes de diesels d’occasion s’effondrent

Erwan Benezet 01 avril 2019

2018 a marqué un tournant avec des ventes en baisse de 6 % qui entraînent un recul des prix.

Après avoir fortement impacté le marché du neuf, l’onde de choc du dieselgate a gagné celui de l’occasion. « Nous observons une baisse significative des ventes de véhicules diesel dans l’occasion depuis deux ans, analyse Julien Billon, directeur général de l’expert de la donnée AAA Data. Mais l’année dernière signe une rupture. La chute de ces ventes s’est encore accélérée. »


Selon les chiffres de AAA Data, que nous avons pu consulter en exclusivité, sur les 5,63 millions de voitures qui se sont échangées sur le marché de l’occasion en 2018, les professionnels (points de vente et garages) en ont vendu 2,03 millions, dont 1,3 million équipées d’un moteur diesel. Problème : c’est un peu plus de la moitié seulement (55 %) de leurs stocks. Quid du reste des véhicules ? Au mieux ils ont été envoyés à l’étranger ou à la casse ; au pire ils leur sont restés sur les bras.

« Les plus touchés sont les diesels d’occasion de plus de six ans, précise Julien Billon, qui sont de plus en plus difficiles à écouler. Seules les voitures récentes, qui ont moins d’un an, se vendent pour le moment encore assez bien, puisque 83 % des stocks dans cette catégorie ont été écoulés. » Globalement, par rapport à l’année précédente, les ventes de diesels d’occasion ont ainsi diminué de - 6 %. Quand dans un même temps, celles des véhicules essence bondissaient de + 6 %.


Les constructeurs plaident pour des nouveaux diesels

Le mouvement est-il irréversible ? Inquiets des risques de casse sociale que la chute des ventes diesel, dans le neuf ou l’occasion, fait courir au secteur automobile, les pouvoirs publics et les constructeurs tentent par tous les moyens de réhabiliter le diesel. Leur argument ? Les nouveaux systèmes de dépollution seraient tellement efficaces qu’ils rendraient les vilaines particules fines, oxyde d’azote (NOx) et autres CO2 pratiquement inoffensifs. À voir…

Même l’Union française des industries pétrolières (Ufip), puissant lobby du secteur, en a remis une couche ce jeudi lors de la présentation de son bilan et perspectives de l’industrie pétrolière française pour 2018. Son président Francis Duseux a rappelé que le gouvernement souhaitait habiliter ces nouveaux diesels Euro 6d à la vignette Crit’Air 1, ce qui leur permettrait de circuler dans les centres-villes en toutes conditions.

Choisir en fonction de son profil


Pas sûr néanmoins que cela suffise. Deux des principaux arguments de promotion du véhicule diesel, à savoir le prix à la pompe (inférieur à celui de l’essence) et celui à la revente sur le marché de l’occasion, ont fait long feu. La semaine dernière, le litre de diesel se vendait plus cher dans une station sur cinq en France. Quand à la revente, les stocks de véhicules dans les garages feront forcément chuter les prix.

Est-ce à dire qu’il est désormais déconseillé d’acheter un diesel ? « Cela dépend encore fortement du profil du conducteur », estime Anthony Glotin, d’AramisAuto. « Il faut effectivement regarder encore plus qu’avant l’usage que l’on compte faire de notre véhicule, confirme Guillaume Crunelle, associé en charge de l’automobile au sein du cabinet Deloitte. Le diesel demeure compétitif dans certains cas, mais n’apparaît désormais plus comme la solution idéale dans toutes les situations. »
http://www.leparisien.fr/economie/autom ... D-32280599

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9182
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Les Francais dingues du véhicule diésel .....un peu moins

Message par mobar » 02 avr. 2019, 07:18

Le diesel demeure compétitif dans certains cas, mais n’apparaît désormais plus comme la solution idéale dans toutes les situations
Pour les ruraux, et par rapport à l'essence, le diesel risque d'être toujours plus économique, surtout si les prix des véhicules Diesel baissent parce que les clients se tournent vers des véhicules à essence

Pour les urbains, le diesel, l'essence, l'hybride ou l'électrique sont battus à plate couture par les transports en commun (Diesel en majorité :-" )
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Répondre