[Véhicule électrique] la question des batteries

Forum dédié aux discussions sur les moyens de transport.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
moulino51
Charbon
Charbon
Messages : 290
Inscription : 21 août 2018, 20:54
Localisation : a proximité de Reims
Contact :

Re: [Véhicule électrique] la question des batteries

Message par moulino51 » 18 oct. 2018, 01:33

En fait c'est la batterie "courant d'air" :lol:



"Il ne suffit pas de regarder quelle planète nous allons laisser à nos enfants
mais aussi quels enfants nous laisserons à la planète"

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8652
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: [Véhicule électrique] la question des batteries

Message par Remundo » 18 oct. 2018, 08:33

en effet, un peu comme les moteurs à essence, ces batteries devront "aspirer", en tout cas être ventilées par l'air pour trouver le dioxygène, ou bien le rejeter.

l'une des raisons principales de la fabuleuse densité d'énergie des carburants, c'est qu'ils ne transportent pas leur comburant (O2) puisqu'il est présent partout sur Terre... ça aide tout de suite ! En plus le carburant est liquide, donc 1000 fois plus dense qu'à l'état gazeux, il brûle sur commande, ce qui fait qu'un Litre d'essence est un truc imbattable sur Terre.

D'ailleurs on voit tout de suite les difficultés, dans les fusées, qui emportent tout dans leurs volumineux réservoirs...

donc s'il doit y avoir une vraie rupture dans les batteries, ce serait une batterie qui utilise le O2 de l'air, sans devoir l'emporter.

ça marche déjà en labo, mais le cyclage est très précaire, ce qui veut dire que la batterie est sympa sur quelques cycles, mais perd sa capacité bien trop rapidement.

Les dernières recherches répertoriées sur le wikipedia
En mars 2018, des chercheurs de l’Université de Chicago et de l’Argonne National Laboratory publient dans la revue Nature les résultats de leurs travaux qui ont permis d‘utiliser l’air ambiant et de maintenir les performances de l’accumulateur pendant plus de 750 cycles complets de charge et décharge ; leur batterie lithium-air permettra de stocker 5 fois plus d’électricité qu’un accumulateur lithium-ion de même poids13.
Dernière modification par Remundo le 18 oct. 2018, 08:47, modifié 1 fois.

emmort
Condensat
Condensat
Messages : 619
Inscription : 25 févr. 2009, 21:48
Localisation : Ans (Belgique)

Re: [Véhicule électrique] la question des batteries

Message par emmort » 18 oct. 2018, 08:47

Il y a aussi des recherches vers l'électrode liquide consommable: une électrode serait composé d'un liquide qui se dégrade à la décharge et se récupère ailleurs.
On est à la frontière entre la batterie et la pile à combustible. L'électrode liquide dégradée serait récupérée et recyclée/rechargée hors véhicule. Celui-ci se rechargerait à la pompe....
Plus de nouvelles de cette "idée" depuis 4-5 ans.

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8652
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: [Véhicule électrique] la question des batteries

Message par Remundo » 18 oct. 2018, 08:50

et dans une variante, les batteries à électrolytes en écoulement, au Vanadium (redox flow batteries).

mais je vous dis, rien ne remplacera 1L d'essence, le meilleur des mondes serait plutôt de combiner les bonnes batteries avec des moteurs à carburant.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58654
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Véhicule électrique] la question des batteries

Message par energy_isere » 14 nov. 2018, 20:10

L'alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a investi dans Enevate, mardi 13 novembre. La startup prétend pouvoir créer des batteries à « 5 minutes de charge », avec « une grande densité en énergie »

L’alliance Renault-Nissan-Mitsubishi a investi dans Enevate, une startup de conception de batteries électriques lithium-ion, ce mardi 13 novembre 2018. Le géant de l’automobile souhaite appuyer le développement de leur batterie à recharge « ultrarapide ».

5 minutes pour une charge à 50 %, 15 minutes pour une charge à 90 %. Voilà l’objectif très élevé de Enevate, sur lequel la startup travaille depuis 2018. À l’heure actuelle, les technologies de charge les plus rapides prennent plus de 30 minutes à recharger partiellement les batteries.

En plus de cette vitesse de recharge record, Enevate affirme que lors des premiers tests, ses batteries permettent une autonomie 50 % plus longue que les batteries classiques. La startup ne s’étend pas en détails techniques sur sa technologie, mais elle indique que ses batteries sont composées à 70 % de silicium.

L’investissement a été réalisé par le biais de Alliance Ventures, le fonds d’investissement lancé par le constructeur plus tôt dans l’année, pour soutenir les startups porteuses de technologies de pointe dans les premiers pas de leur développement. « Nous sommes heureux de participer à la dernière levée de fonds de Enevate. Cet investissement stratégique nous permet de soutenir le développement de leur technologie de pointe. », a déclaré François Dossa, Vice-président de Alliance Global, dans leur communiqué.

Il ne reste plus qu’à voir si avec ce nouvel investissement, Enevate parviendra à atteindre et à appliquer aux batteries de voitures électriques des chiffres avancés il y a déjà 3 ans. Plusieurs constructeurs sont capables de produire des batteries à charge rapide, ou à haute densité d’énergie, mais personne n’arrive encore à cocher ces deux cases à la fois.
https://www.numerama.com/vroom/439243-a ... nutes.html

Encore des promesses fracassantes qui vont se prendre des murs fracassants.

Cette startup est en Californie : http://www.enevate.com/who-we-are/li-io ... -pioneers/

Avatar de l’utilisateur
moulino51
Charbon
Charbon
Messages : 290
Inscription : 21 août 2018, 20:54
Localisation : a proximité de Reims
Contact :

Re: [Véhicule électrique] la question des batteries

Message par moulino51 » 14 nov. 2018, 21:20

Encore des promesses fracassantes qui vont se prendre des murs fracassants.
Il y a des chances,
Mais actuellement les recharges rapides "Chademo" rechargent a 80% en une vingtaine de minutes (exemple pour les C-Zéro qui on une double prise de charge)



"Il ne suffit pas de regarder quelle planète nous allons laisser à nos enfants
mais aussi quels enfants nous laisserons à la planète"

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58654
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Véhicule électrique] la question des batteries

Message par energy_isere » 23 nov. 2018, 08:16

La France soutient la proposition d'une filière européenne de batteries automobiles (Philippe)

AFP le 22 nov. 2018

La France appuie la proposition allemande de développer "une filière européenne" de batteries automobiles, a déclaré jeudi le Premier ministre Edouard Philippe.

"Comme le propose l'Allemagne, nous sommes prêts à construire une filière de batteries européenne", a dit M. Philippe, lors d'un discours devant le Conseil national de l'industrie. Le Premier ministre a observé que "demain, ces batteries vont représenter près le moitié de la valeur ajoutée d'un véhicule".

"Si nous n'investissons pas, si nous ne développons pas notre présence industrielle, notre expertise industrielle dans ce domaine, nous le paierons", a-t-il prévenu.

Selon lui, "ce n'est pas simplement les constructeurs nationaux, c'est l'ensemble du territoire européen qui verra sa compétence, ses perspectives, disparaître", a-t-il ajouté.

L'Allemagne veut "créer dans les prochains mois les conditions pour une production à grande échelle de batteries en Europe", avait déclaré le 13 novembre le ministre de l'Economie Peter Altmaier.

Lors du Mondial de l'Automobile, début octobre à Paris, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire avait appelé les industriels européens à faire "converger" leurs efforts en matière de batteries automobiles, jugeant nécessaire de défendre la "souveraineté technologique" de l'Union européenne.

Edouard Philippe a d'autre part soutenu la construction de "champions européens", en se référant à l'industrie ferroviaire.

Dans ce cadre, il a plaidé pour "une vision équilibrée de la politique de la concurrence en Europe (...) qui tienne compte de l'existence des marchés tels qu'ils sont, lesquels sont souvent mondiaux".

Pour le Premier ministre, "à regarder simplement des marchés européens et à développer une politique de la concurrence exclusivement centrée sur les marchés européens, on pourrait prendre le risque de gêner la constitution en Europe de géants".

Les autorités européennes de la concurrence ont exprimé fin octobre leurs inquiétudes quant à la fusion annoncée il y a un an entre les constructeurs ferroviaires français Alstom et allemand Siemens.

La Commission européenne a ouvert mi-juillet une enquête approfondie sur cette fusion et adressé fin octobre une "communication des griefs" aux entreprises concernées.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ppe-181122

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58654
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Véhicule électrique] la question des batteries

Message par energy_isere » 26 nov. 2018, 17:54

SK Innovation va ouvrir sa première usine de batteries aux USA

Publié le 26/11/2018 SEOUL (Reuters)

Le groupe sud-coréen SK Innovation a annoncé lundi son intention d'investir 1.140 milliards de wons (888 millions d'euros) dans la construction de sa première usine de batteries pour véhicules électriques aux Etats-Unis.

L'usine, située dans l'Etat de Georgie, sera opérationnelle en 2022 et sera dotée d'une capacité de production annuelle de 9,8 gigawattsheures, a précisé SK Innovation.

Le groupe sud-coréen fournit déjà des batteries à plusieurs constructeurs automobiles, dont Daimler et Hyundai Motor, mais n'a pour l'instant aucun client américain.

Le mois dernier, il a dit envisager d'ouvrir une usine aux Etats-Unis pour remporter des contrats sur l'un des plus importants marchés au monde pour les véhicules électriques.

Son concurrent et compatriote LG Chem exploite une usine de batteries dans le Michigan, qui fournit General Motors.

SK Innovation exploite des usines de batteries en Corée du Sud et songe à en ouvrir à l'étranger, notamment en Hongrie et en Chine. En octobre, il a dit vouloir investir 400 milliards de wons en Chine dans la production de composants pour batteries pour véhicules électriques.
https://www.usinenouvelle.com/article/s ... sa.N774514

alga
Condensat
Condensat
Messages : 592
Inscription : 10 sept. 2010, 01:07

Re: [Véhicule électrique] la question des batteries

Message par alga » 16 déc. 2018, 20:43

Batterie d'Hydroquébec pour l'hybride:

https://youtu.be/cem-KFSLA_Q

Vidéo 20 mn

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58654
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Véhicule électrique] la question des batteries

Message par energy_isere » 16 déc. 2018, 21:50

alga a écrit :
16 déc. 2018, 20:43
Batterie d'Hydroquébec pour l'hybride:

https://youtu.be/cem-KFSLA_Q

Vidéo 20 mn
Du connu sauf la batterie au Titanate de Lithium d'Hydroquébec.
Cette vidéo a visiblement déjà que les années.

J'en trouve là trace ici
https://eco-energie-montreal.com/post/r ... ro-quebec/ en date de février 2013, et qui transcrit les arguments de la vidéo.

Le Titanate est à l'anode de cette batterie Lithium.

5 ans après, on peut pas dire que ça ait percé commercialement.

Désolé Alga. :-|

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58654
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Véhicule électrique] la question des batteries

Message par energy_isere » 20 déc. 2018, 11:42

Créer un Airbus des batteries ? Pas si simple

Solène Davesne Usine Nouvelle le 20/12/2018

L’Allemagne et la France vont lancer ensemble un projet pour soutenir la production de batteries en Europe d’ici 2022. Le projet, encore très flou, pourrait préfigurer la nouvelle politique industrielle prônée par les deux pays .

C’est l’un des exemples de la nouvelle ambition industrielle de l’Europe. Le 18 décembre, la France et l’Allemagne se sont mises d’accord pour lancer un "Airbus des batteries". Afin d’encourager la création d’une filière de production de batteries européennes pour les véhicules électriques, les deux pays veulent obtenir le feu vert de la Commission pour financer un ou plusieurs consortiums d’industriels. Objectif : produire d’ici 2022 des batteries en Europe, alors que le marché des batteries de troisième génération est dominé par les fabricants asiatiques. "A partir du moment où 60 % de la valeur d’une voiture électrique se situe dans le système de navigation et les batteries, il ne restera pas grand-chose en Europe si les premiers viennent des Etats-Unis et les secondes sont asiatiques", pointe le ministre de l’Economie français.

Ce n’est pas le seul projet industriel européen d’envergure lancé ces derniers mois : en début de semaine, la commission a donné son feu à un financement de 1,75 milliard d’euros venant de quatre pays (France, Allemagne, Italie et Royaume-Uni) pour soutenir la production de puces et de capteurs en Europe, dont STMicroelectronics doit profiter. L’Allemagne plaide aussi pour le lancement prochain d’un "Airbus de l’intelligence artificielle".

"Nous avons fait Airbus il y a quarante ans et depuis rien", constate Bruno Le Maire. De fait, le parcours est encore semé d’obstacles pour le projet des batterie et toutes les difficultés, loin d’être levées. D’abord celle des moyens à mobiliser. L’Allemagne a débloqué un milliard d’euros sur trois ans pour le projet. La France pour l’instant se garde bien d’avancer un montant, mais assure pouvoir mobiliser le PIA et une partie des 250 millions d’euros annuels à disposition du fonds pour l’innovation de rupture. Les frictions percent aussi avec les autres Etats membres. "Nous comprenons que la porte restera ouverte à d’autres. Sans cela, je doute du succès de l’initiative", s’est inquiétée la ministre polonaise de l’entreprenariat Jadwiga Emilewicz, guère ravie du pas-de-deux franco-allemand.

Pour réussir à créer une filière viable, encore faut-il que les constructeurs automobiles suivent, plutôt que de s’approvisionner en Asie directement. "Il faut, en aval, des constructeurs automobiles intéressés par l’achat de ces batteries ", reconnaît Bruno Le Maire. C’est aussi pour cela que Paris et Berlin plaident pour une avancée rapide, avec une première production dès 2022, lorsque les constructeurs automobiles monteront en charge sur l’électrique.

Changer de logiciel

Pour créer des champions industriels, d’autres obstacles doivent aussi être levés. Réunis à Paris au même moment, les "Amis de l’industrie", ce cénacle informel de dix-huit Etats membres favorables à une politique européenne plus musclée, plaident pour un "changement de logiciel". Les griefs ne sont pas vraiment nouveaux. Alors que les Etats-Unis et la Chine injectent des financements massifs pour développer les technologies d’avenir, les ministres estiment nécessaire de changer d’échelle en matière d’aides d’Etat autorisées en Europe et de réviser la politique de la concurrence, soupçonnée de bloquer la création de champions européens.

Depuis quelques semaines, Paris a intensifié son lobbying sur ce sujet, craignant un veto de la Commission au rapprochement Siemens-Alstom. L’objectif des Amis de l’industrie est désormais d’affûter leur discours pour faire pression sur la prochaine commission européenne, désignée à l’été 2019 après les élections européennes, et imposer un changement de braquet de la politique industrielle européenne.
https://www.usinenouvelle.com/editorial ... le.N785694

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58654
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Véhicule électrique] la question des batteries

Message par energy_isere » 21 janv. 2019, 11:15

Toyota et Panasonic vont nouer une alliance dans les batteries

Usine Nouvelle le 21/01/2019 À 08H14, mis à jour le 21/01/2019 À 10H32

Toyota Motor et Panasonic sont sur le point de lancer une coentreprise centrée sur la fabrication de batteries pour véhicules électriques afin de mieux concurrencer les acteurs chinois du secteur, a dit une source proche du dossier.


Les japonais Panasonic et Toyota s'apprêtent à créer une co-entreprise dans les batteries. Cette nouvelle entité, qui sera détenue à 51% par le constructeur automobile et 49% par le groupe industriel, pourra également fournir des batteries aux partenaires de Toyota en matière de technologies de véhicules électriques, à savoir Mazda et Subaru, explique une source proche du dossier à Reuters.

La coentreprise sera mise sur pied à partir de l'accord annoncé fin 2017 par Toyota et Panasonic, qui avaient alors annoncé le développement en commun de batteries à plus forte densité énergétique. Un porte-parole de Toyota a déclaré que les deux entreprises avaient continué de travailler sur leur partenariat annoncé il y a plus d'un an, sans en dire davantage. Panasonic a fait un commentaire similaire. Selon la source, Toyota et Panasonic pourraient annoncer dès cette semaine leur projet de coentreprise.

A la Bourse de Tokyo, le titre Panasonic a fini sur un bond de 3,31%, affichant l'une des plus hausses d'un indice Nikkei 225 qui a pris 0,26%. L'action Toyota a terminé sur une progression de 0,28%.

Panasonic moins Tesla-dépendant

Grâce à une coentreprise partagée avec Toyota, Panasonic pourra réduire sa dépendance à Tesla Motors, le fabricant américain de voitures électriques haut de gamme dont il est le fournisseur exclusif de batteries. D'un côté, les retards de production de Tesla ont pesé à plusieurs reprises sur les résultats de Panasonic. De l'autre, le groupe japonais devrait perdre son statut de fournisseur exclusif étant donné que le groupe américain prévoit de s'approvisionner pour sa nouvelle usine à Shanghai auprès de plusieurs entreprises.

La coentreprise avec Panasonic aidera Toyota à atteindre son objectif annuel de ventes d'environ un million de véhicules électriques avec zéro émissions et voitures fonctionnant à l'hydrogène d'ici 2030.

Dans le cadre de cette coentreprise, Panasonic transférera l'essentiel de ses équipements liés aux batteries prismatiques situés au Japon et en Chine à la coentreprise tandis qu'il conservera ceux utilisés pour les batteries livrées à Tesla.

Panasonic fabrique déjà des batteries prismatiques pour Toyota tandis qu'il fournit des batteries cylindriques à Tesla.
https://www.usinenouvelle.com/article/t ... es.N795444

Pour rappel, Toyota n' est pas sur le marché du véhicule electrique pur, mais cependant leurs hybrides Prius ont quand méme besoin de petites batteries :
Panasonic currently supplies lithium-ion batteries for the Prius Prime plug-in hybrid. The Prime utilizes an 8.8 kWh pack for an EPA estimated 25 mile range. The current non plug-in Prius has an optional lithium-ion battery with pack size of roughly .8 kWh.
source : https://insideevs.com/toyota-panasonic- ... batteries/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58654
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Véhicule électrique] la question des batteries

Message par energy_isere » 01 févr. 2019, 23:38

Bruxelles autorise une aide de 36 M€ accordée par la Pologne à l’usine de batteries de LG Chem

30/01/2019

La Commission européenne a estimé que l’aide à l’investissement de 36 millions d’euros accordée par la Pologne à l’entreprise chimique LG Chem pour une nouvelle usine de batteries pour véhicules électriques était conforme aux règles de l’UE en matière d’aides d’État. L’aide contribuera au développement de la région tout en préservant la concurrence.

L’aide à l’investissement de 36 millions d’euros accordée par la Pologne soutiendra l’investissement de 325 millions d’euros de LG Chem dans une nouvelle usine de fabrication intégrée verticalement destinée à la production de batteries lithium-ion (Li-ion) dans la région de Dolnoślaskie, en Pologne. Les batteries Li-ion sont utilisées dans les véhicules électriques et la nouvelle usine devrait fournir des batteries pour plus de 80 000 véhicules électriques par an dans l’Espace économique européen (EEE).

Le projet devrait créer plus de 700 emplois directs. L’usine de fabrication est située dans la région de Dolnoślaskie, une région admissible au bénéfice d’aides à finalité régionale.

La Commission a constaté que sans le financement public, le projet n’aurait été réalisé ni en Pologne ni dans aucun autre État membre de l’UE. Elle est parvenue à la conclusion que les effets positifs du projet sur le développement régional l’emportaient clairement sur d’éventuelles distorsions de concurrence liées à l’aide d’État.
https://www.vipress.net/bruxelles-autor ... e-lg-chem/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58654
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Véhicule électrique] la question des batteries

Message par energy_isere » 11 mars 2019, 20:34

Forsee Power lève 15 millions d'euros pour le développement de son site de Poitiers

Pierre Berteloot Usine Nouvelle le 11/03/2019

Bpifrance a annoncé un investissement de 15 millions d'euros dans Forsee Power, fabricant de batteries français. Celui-ci permettra de développer son site industriel près de Poitiers (Vienne), qui a pour but l'industrialisation des systèmes de batteries destinés au transport lourd.

Dans un communiqué de presse commun publié le 8 mars, Forsee Power, fabriquant de batterie français, a annoncé l’entrée à son capital de 15 millions d’euros du fond Société de Projets Industriels (SPI). Ce fond, géré par Bpifrance pour le compte de l’État dans le cadre du Programme d’investissements d’avenir, doit permettre le développement de filières industrielles porteuses de perspectives d’emplois.

Cet investissement servira à financer le développement de la nouvelle usine du groupe, qui a ouvert en août 2018 à Chasseneuil-du-Poitou, près Poitiers. Elle compte actuellement 100 employés, et ses effectifs devraient atteindre 300 en 2021. Un développement qui a pour but l’industrialisation des systèmes de stockage d'électricité destinés aux marchés du transport lourd (bus, rail, camion, bateau), dont les besoins en batterie augmentent.

Déjà de gros contrats

Forsee Power surfe sur une vague d’"électrification" des transports, notamment pour la mobilité urbaine et périrubaine. Le marché européen devrait en effet s'élever à 3 500 bus électriques par an en 2020. Le groupe a déjà signé des contrats majeurs auprès de constructeurs de bus tels que CNHI, Alstom, le portugais CaetanoBus, et le britannique Wrightbus. Et le marché des poids lourds et des trains n’est pas en reste.

"Cet investissement du fonds SPI de Bpifrance dans notre Groupe marque l’intérêt stratégique d’une filière batteries pour la France", s’est réjoui Christophe Gurtner, PDG de Forsee Power, dans le communiqué. En décembre 2017, Forsee Power avait déjà levé 55 millions d’euros auprès de Mitsui & Co, Idinvest Partners et la Banque Européenne d’Investissements.
https://www.usinenouvelle.com/editorial ... rs.N816070

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58654
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Véhicule électrique] la question des batteries

Message par energy_isere » 21 mars 2019, 21:12

Volkswagen fonde un consortium européen pour faire avancer la recherche sur les batteries

Rémi Amalvy le 21/03/2019

Volkswagen va diriger avec le producteur suédois de batteries Northvolt l'Union européenne des batteries. Annoncé le 21 mars, ce consortium regroupe des partenaires de sept pays européens. Il aura pour objectif de faire progresser la recherche sur les batteries de véhicules électriques. Ses activités devraient commencer début 2020.

Volkswagen a annoncé le 21 mars la création de l’Union européenne des batteries. Dirigé par le constructeur automobile et le producteur suédois de batteries Northvolt, et en partenariat avec des acteurs industriels et scientifiques de sept pays européens, ce consortium aura pour objectif de "faire progresser la recherche sur les batteries en Europe", selon un communiqué.

Ses activités couvriront l’ensemble de leur chaîne de production, depuis les matières premières jusqu'au recyclage en passant par la technologie des cellules, afin "d'accumuler un savoir-faire beaucoup plus large" sur celles-ci. Un axe sera également dédié à l’ingénierie et au développement de technologies vertes et durables pour leur conception.

Début des activités en 2020

Les entreprises n'ont pas révélé le montant alloué à ce consortium. Il est prévu que les partenaires augmentent progressivement leurs investissements dans les différents programmes. Le ministère allemand de l’Économie et de l’Énergie pourrait également, si besoin, apporter un soutien financier. Le partenariat prévoit que les résultats des travaux réalisés soient partagés avec tous les membres de l’Union. Les activités devraient démarrer début 2020.

Suite aux déconvenues du "dieselgate", Volkswagen a revu ses prédictions à la hausse à propos de l’électrique début mars. 40% de sa flotte devrait être électrifiée d’ici 2030. Pour cela, le constructeur prévoit d’investir 30 milliards de dollars d’ici 2023. Il a également relevé son objectif de véhicules électriques. Au cours des neuf prochaines années, il ne prévoit pas commercialiser 50 mais 70 nouveaux modèles électriques.
https://www.usinenouvelle.com/article/v ... es.N821095

Répondre