[Auto] Voitures pour rejets CO2 et consommation limitées

Forum dédié aux discussions sur les moyens de transport.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Auto] Voitures pour rejets CO2 et consommation limitées

Message par energy_isere » 01 sept. 2018, 18:08

Achat d'une voiture : qu'est-ce que change le WLTP pour vous dès le 1er septembre ?

Florent Ferrière Le 01 Septembre 2018 Caradisiac

Dès aujourd'hui, le protocole de mesure des consommations et émissions polluantes WLTP est généralisé. Fiche technique, malus, disponibilité des modèles : quelles sont ses conséquences lors de l'achat d'un nouveau véhicule ?


En ce 1er septembre, la procédure d'homologation WLTP, qui avait été introduite il y a tout juste un an pour les nouveaux modèles, est généralisée à l'ensemble du marché. En clair, sauf dérogations exceptionnelles sur des véhicules en fin de vie, les marques ne peuvent vendre que les voitures dont les consommations et émissions polluantes ont été calculées selon ce nouveau protocole de mesures (voir nos explications). Mais au final, une fois chez le concessionnaire, qu'est-ce qui change pour vous dès à présent ?

Consommation : une meilleure information… à décrypter

Le principal intérêt du WLTP, qui remplace le système NEDC, c'est de donner des valeurs de consommation plus proches de la réalité. Le test est plus sévère, pour mettre fin au gouffre entre la promesse de la brochure et la vraie vie. Les chiffres donnés par la marque ne seront toutefois pas encore ce que vous constaterez au volant, car la mesure se fait toujours sur un banc d'essai en suivant un protocole clinique, qui ne peut donc reproduire parfaitement la circulation réelle (cela permet d'avoir un pied d'égalité).

Le souci, c'est que dans les informations communiquées par les constructeurs, le WLTP ne va pas s'imposer directement. Ce sera le cas d'ici fin 2019, mais en attendant, les marques auront le droit de donner un équivalent NEDC corrélé, une sorte de conversion du WLTP avec l'ancien cycle selon une formule peu claire. Voilà qui fait usine à gaz. Les résultats peuvent donc cohabiter sur les fiches techniques. À vous donc d'être attentif au moment de l'achat. Demandez aux vendeurs à quoi correspond le chiffre donné : NEDC, NEDC corrélé ou WLTP.

Gamme : des modèles indisponibles, retardés, arrêtés

La fin d'année s'annonce compliquée pour les vendeurs et par conséquent les clients. Les marques connaissaient le délai imparti, mais pour certaines, il était trop court, car il leur faut réhomologuer une vaste gamme. Chez Volkswagen, seulement 50 % de l'offre est à jour !

Pour faciliter ou accélérer le processus de réhomologation et être en conformité au 1er septembre, des constructeurs ont d'ailleurs fait le ménage dans leur gamme. Soit ils ont carrément stoppé la vente de versions ou de modèles, de manière définitive, soit ils ont décidé de retirer temporairement des configurations, qui resteront absentes du catalogue quelques semaines. Voilà qui pourrait ne pas simplifier votre acte d'achat si vous êtes en quête d'un modèle un peu exotique, par exemple un essence un peu puissant.

Il y a aussi les marques à jour en apparence mais pas vraiment prêtes à satisfaire la demande en coulisse. Cela vaut pour ceux qui doivent déployer à grande vitesse de nouveaux moteurs. Exemple chez Renault, qui introduit au pas de charge les diesels 1.5 et 1.7 BluedCi. Si officiellement, tout le catalogue est à jour, le temps que sur les lignes de production ça se fasse vraiment, les délais de livraisons risquent d'exploser.

Des stocks gonflés, des affaires à la clé

Pour compenser une prévisible baisse des ventes en septembre liée aux difficultés sur les chaînes de production et à l'arrêt de versions, de nombreux concessionnaires ont rempli leur stock en août. Ils ont donc chez eux un grand nombre de modèles à écouler en "occasion 0 km". Avantage pour vous : de bonnes affaires.

Malus : c'est le grand flou
Le malus écologique est basé sur le niveau de CO2. Mais est-ce que le passage au WLTP va faire grimper l'addition, vu que les consommations "officielles" augmentent ? Autant être honnête, c'est vraiment compliqué de s'y retrouver, d'autant que l'État n'a donné aucune info sur le sujet. Et une petite enquête de terrain chez divers concessionnaires montre que c'est le grand flou. Après une visite dans un garage Ford où la vendeuse n'avait jamais entendu parler du WLTP, nous sommes allés chez un Renault. Là, le commercial rencontré était parfaitement au courant du WLTP, apte à expliquer ce que c'est. Mais au moment de lui demander ce que ça change pour le malus, il a reconnu qu'il ne savait pas vraiment, avouant que de son côté, le montant s'affiche directement sur son écran à l'établissement du devis et qu'il n'a pas encore eu de communication du constructeur. Même discours chez un Citroën.

Une chose est sûre : pour l'instant, le malus n'est pas lié à la mesure WLTP. Il est basé sur le NEDC corrélé avec la réhomologation en Euro 6c. Et ce dernier donne déjà une valeur de CO2 plus élevée que le NEDC, entraînant donc une augmentation des malus en septembre. Le vendeur Renault nous a d'ailleurs donné en exemple la Twingo SCe 70 ch qui est maintenant malussée. Dans la grille de tarif communiqué en février, l'auto était annoncée à 112 g/km de CO2. Maintenant réhomologuée, c'est 125 g, soit un malus de 113 €. Attention aux mauvaises surprises, à vous de négocier sous forme de remise une éventuelle progression du malus.
https://www.caradisiac.com/achat-d-une- ... 170540.htm

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5189
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: [Auto] Voitures pour rejets CO2 et consommation limitées

Message par Raminagrobis » 03 sept. 2018, 16:29

Raminagrobis a écrit :
24 juil. 2018, 20:20
changement de voiture pour moi, fini le diesel... Mais du coup sensiblement plus de CO2 :-k

Mon ancienne : Citroen C2 1.4 HDi 70 CV, boite manuelle 5 vitesse
Ma nouvelle : Alfa Romeo MiTo 1.4 Turbo essence, 140 CV, boite robo 6 vitesse.
Curieux de voir combien je consommerais.
Je l'ai depuis 10 jours, j'ai fait un petit voyage sur autoroute : 7.5 L/100 km... pas génial, pas catastrohpique non plus.

Par contre quel saut en confort et en agrément de conduite :!:
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Auto] Voitures pour rejets CO2 et consommation limitées

Message par energy_isere » 03 sept. 2018, 20:50

Raminagrobis a écrit :
03 sept. 2018, 16:29

Je l'ai depuis 10 jours, j'ai fait un petit voyage sur autoroute : 7.5 L/100 km... pas génial, pas catastrohpique non plus.
C'est parce que tu roule trop vite.

Moi j' ai fait 4.5l/100 entre Grenoble et Bleré prés d'amboise cet été, 570 km d'autoroute , en Clio III essence.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Auto] Voitures pour rejets CO2 et consommation limitées

Message par energy_isere » 26 sept. 2018, 12:28

Le malus auto sera renforcé au 1er janvier 2019


25 septembre 2018 | Laurent Radisson

Le barème du bonus-malus automobile va de nouveau évoluer à compter du 1er janvier 2019. Avec un triple objectif affiché par le gouvernement : favoriser l'achat de véhicules neufs émettant le moins de CO2, décourager l'achat de modèles plus polluants et stimuler l'innovation technologique des constructeurs.

L'évolution du malus est inscrite dans le projet de loi de finances pour 2019 (PLF 2019) qui a été présenté par le gouvernement lundi 24 septembre. Le texte prévoit un abaissement du seuil d'application du malus de 120 à 117 grammes de dioxyde de carbone par kilomètre (gCO2/km). En revanche, il ne prend toujours pas en compte les émissions polluantes des véhicules : particules fines, oxydes d'azote, etc. Le barème, qui s'étale de 50 à 10.500 euros, est renchéri pour tous les véhicules frappés par le malus, à l'exception des plus polluants (taux d'émission > 185 gCO2/km). Le niveau de recettes attendu par l'Etat s'élève à 570 M€ et permettra notamment de financer la prime à la conversion.

Les nouvelles modalités du bonus écologique et de la prime à la conversion seront quant à elles précisées par voie réglementaire en toute fin d'année. Mais Bercy a d'ores et déjà annoncé la poursuite du dispositif de prime mis en place l'année dernière. Ses critères devraient toutefois "légèrement évoluer" afin de "la rendre plus écologique", a précisé le ministre de la Transition écologique François de Rugy. Le principe d'un doublement de la prime pour les ménages non imposables sera en revanche conservé. Le montant de la prime est actuellement fixé à 1.000 euros pour l'acquisition d'un véhicule d'occasion électrique ou portant une vignette Crit'air 1 ou 2 accompagné de la mise au rebut d'un vieux véhicule.

Le gouvernement a également annoncé qu'il maintenait à 6.000 euros le niveau des primes à l'achat de véhicules électriques neufs.
https://www.actu-environnement.com/ae/n ... 32063.php4

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Auto] Voitures pour rejets CO2 et consommation limitées

Message par energy_isere » 28 oct. 2018, 08:22


Prime à la conversion: les constructeurs automobiles appelés à contribuer (Le Maire)


AFP le 27 oct. 2018

Le ministre de l'Economie veut que les constructeurs automobiles contribuent au financement de la prime à la conversion versée pour l'achat d'une voiture plus propre, mesure phare du gouvernement pour compenser la hausse de la fiscalité sur les carburants, a annoncé samedi Bruno Le Maire

"Avec (le ministre de l'Ecologie) François de Rugy, nous demanderons demain (lundi, ndlr) aux constructeurs automobiles de participer à la prime à la conversion", a indiqué Bruno Le Maire, dans un entretien au quotidien Le Parisien-Aujourd'hui en France, publié sur son site internet et à paraître dans l'édition papier de dimanche.

Cette mesure est présentée par le gouvernement comme un moyen de compenser la hausse de la fiscalité sur les carburants, en particulier le diesel, en aidant les automobilistes à échanger leurs vieux véhicules polluants contre des voitures plus propres.

Elle a d'ailleurs dépassé cette année l'objectif affiché de 100.000 primes attribuées, puisque environ 250.000 primes devraient être versées en 2018.

La hausse des prix des carburants "est d'abord liée à la hausse des prix du pétrole", a encore défendu M. Le Maire. "Sur les 20 centimes d'augmentation du litre d'essence depuis un an, plus de 16 centimes résultent de l'augmentation du prix du baril", a-t-il assuré.

En revanche, le ministre a rejeté l'idée de la création d'un chèque carburant, proposée par certains députés de la majorité pour aider les ménages des zones rurales et périurbaines, en cas de forte hausse prolongée des prix à la pompe.

"C'est une solution à court terme qui contribuerait au réchauffement climatique !", a balayé M. Le Maire.

Cette augmentation des prix des carburants suscite un mécontentement croissant des Français. Une pétition lancée par Priscilla Ludosky, une automobiliste en colère, sur "Change.org" pour faire baisser les prix à la pompe avait déjà recueilli samedi soir plus de 390.000 signatures.

Des appels à bloquer les routes et les autoroutes le 17 novembre prochain se multiplient également sur les réseaux sociaux, auxquels s'est joint le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan. Des élus et responsables du Rassemblement national ont également manifesté leur soutien à ces initiatives.

En face, des défenseurs des hausses de taxes sur les carburants, notamment des militants du parti gouvernemental, La République en Marche (LREM), ont organisé la riposte sur twitter, sous le hashtag #sansmoile17. Ils ont dénoncé notamment un mouvement "récupéré par l'extrême-droite".
https://www.connaissancedesenergies.org ... ire-181027

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8627
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: [Auto] Voitures pour rejets CO2 et consommation limitées

Message par Remundo » 04 nov. 2018, 08:32

Remundo a écrit :
10 août 2017, 09:54
Un article de Moteur Nature précise un peu les choses
Image

La nouvelle technologie s'appelle SPCCI et il semblerait que ce soit un HCCI "allégé" ; il y aurait, dans certaines plages de fonctionnement, une combustion simultanément initiée par la compression(HCCI) ET la bougie (allumage commandé).

Et sur d'autres phases, uniquement HCCI, et encore sur d'autres, uniquement la bougie.

Bref... une chose est sure : c'est un moteur à haut taux de compression qui peut tourner en mélange pauvre : donc ce sera un moteur de bon rendement thermodynamique et cette est technique est connue depuis longtemps. La question : quid de la fiabilité ?

Si Mazda communique et affirme une commercialisation en 2018... M'enfin Mercedes avait bien chanté aussi il y a plus de 10 ans sur son Diesotto...

Perso je puis vous affirmer que ce n'est pas prioritaire de mettre au point des HCCI ; des gains considérablement plus importants sont immédiatement accessibles par l'hybridation élec-thermique

A suivre. :-o
une vidéo plus explicite https://www.youtube.com/watch?time_cont ... BlBrxT-Xy4

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8627
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: [Auto] Voitures pour rejets CO2 et consommation limitées

Message par Remundo » 11 nov. 2018, 01:37

Dernière modification par Remundo le 05 mars 2019, 04:41, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Auto] Voitures pour rejets CO2 et consommation limitées

Message par energy_isere » 18 déc. 2018, 08:52

Automobile : les ambitions démesurées de l'UE pour le C02

En fixant une baisse des rejets de plus d'un tiers d'ici à 2030, l'UE théorise sur l'avenir et ne retient pas la leçon des Gilets jaunes, qui ne pourront pas acheter ces voitures.


Jacques Chevalier avec AFP
Publié le 18/12/2018 Le Point.fr

À qui vendra-t-on la voiture qui roule plus propre que propre en 2030, tel que l'a voulu le législateur ? Aux fonctionnaires de l'Union européenne peut-être, aux usagers moyens sûrement pas. Alors que les négociateurs des États membres de l'UE et du Parlement européen se sont mis d'accord pour réduire les émissions de CO2 des voitures neuves de 37,5 % d'ici à 2030, les constructeurs d'automobiles s'alarment du dérapage qu'il y a entre l'intention louable, mais peu réaliste de l'Europe et les possibilités financières des acheteurs qui ne pourront, pour beaucoup, suivre le renchérissement technique de ces modèles dépollués.

C'est en effet un objectif plus ambitieux que la proposition initiale qui a été retenu, immédiatement dénoncée par l'industrie automobile. Celle-ci redoute de devoir construire des véhicules qui resteront en vitrine, car plus personne dans le grand public ne pourra les acheter. Un décrochage qui évoque le conflit des Gilets jaunes que vient de vivre la France. Celui-ci a démontré que l'horizon écologique ne se décide pas, quand les moyens viennent à manquer, par un règlement.

Ce compromis politique, qui devra encore recevoir l'assentiment officiel des deux institutions, intervient deux jours après la fin de la COP24 en Pologne, où la communauté internationale a échoué dans sa tentative de s'accorder sur de nouvelles ambitions en matière de lutte contre le changement climatique. En revanche, il est beaucoup plus commode de légiférer sur l'automobile en méconnaissant l'impact socio-économique que cela peut entraîner.

«  Nous avons eu des négociations dures et intenses aujourd'hui et nous avons travaillé inlassablement pendant notre présidence pour faire des progrès significatifs (...) Je suis persuadée que les États membres vont soutenir cet accord  », a déclaré Elisabeth Köstinger, ministre autrichienne du Développement durable, citée dans un communiqué.

L'alibi de la COP24
Son pays, qui occupe la présidence tournante de l'UE, a mené les négociations au nom des 28. Le compromis trouvé lundi est à mi-chemin entre les positions des États membres, plus conservateurs, et celle du Parlement européen. Et il est bien plus strict que ce qui était proposé par la Commission européenne. Le commissaire européen à l'Action pour le climat, Miguel Arias Canete, s'est immédiatement félicité de ces «  objectifs ambitieux  ».

«  Le succès d'aujourd'hui est d'autant plus important au vu des conclusions de la COP24 de Katowice de ce week-end  », a-t-il commenté, cité dans un communiqué. «  Cela montre clairement, une fois de plus, notre engagement indéfectible à l'égard de l'accord de Paris  », a-t-il ajouté.

D'un trait de plume, les négociateurs se sont donc accordés sur une réduction de 37,5 % des émissions de CO2 d'ici à 2030 par rapport à 2021. L'exécutif européen avait proposé - 30 %, le Parlement demandait - 40 %.

De leur côté, les 28 avaient accouché au forceps d'une position commune en octobre, à - 35 %. Un groupe de pays dont l'Allemagne et des pays de l'Est ne voulait pas aller au-delà d'une baisse de 30 %. La France avait initialement défendu une baisse de 40 % avant de se rallier au compromis. Des pays comme le Luxembourg, les Pays-Bas et l'Irlande avaient déploré le manque d'ambition du Conseil.

Le compromis prévoit également un objectif de réduction d'émissions de carbone de 31 % pour les camionnettes. Pour celles-ci comme pour les voitures, un objectif intermédiaire de - 15 % a été fixé pour 2025.

Les constructeurs alarmistes
Face a ces négociations purement politiques, l'industrie automobile s'était fortement mobilisée tout au long du parcours législatif du texte, arguant notamment de risques pour l'emploi. L'Association européenne des constructeurs automobiles a, une nouvelle fois, fait part de «  graves inquiétudes  » lundi.

Les objectifs fixés par l'UE vont avoir un «  effet dévastateur  » sur l'emploi dans l'industrie automobile, a averti l'ACEA dans un communiqué. Avec une réduction prévisible des ventes de modèles dont le contenu technologique les mettra hors de portée du plus grand nombre.

«  L'industrie déplore que cet objectif pour 2030 réponde purement à des motivations politiques, sans prendre en compte les réalités technologiques et socio-économiques  », explique-t-elle.

En revanche, l'ONG Transport & Environnement s'est de son côté félicitée malgré quelques réserves qui ne sont pas celles que l'on croit.

«  L'Europe change de vitesse dans la course à la production de véhicules à émissions nulles. La nouvelle législation signifie que d'ici 2030, environ un tiers des nouveaux véhicules fonctionneront à l'électricité ou à l'hydrogène. C'est un progrès, mais cela ne va pas assez vite pour atteindre nos objectifs climatiques  », a nuancé Greg Archer, de T&E, hors sol par rapport aux réalités économiques.

Où est la leçon des Gilets jaunes ?
Mais dans le genre, il y a plus irréaliste encore avec l'eurodéputée Verts Karima Delli, présidente de la commission Transport au Parlement, qui s'est montrée plus extrême. Comme si les interrogations posées par les Gilets jaunes en France n'avaient pas été entendues.

«  Au lieu de recadrer le secteur automobile et de préconiser des mesures favorisant les investissements et les nouveaux emplois dans une mobilité à zéro émission, les gouvernements ont une nouvelle fois fait preuve de leur impuissance à forger des lois à la hauteur des enjeux climatiques et des attentes des citoyens  », a-t-elle regretté.

Rappelons que l'UE s'est engagée à la COP21 à réduire d'au moins 40 % les émissions des gaz à effet de serre (CO2, méthane, protoxyde d'azote, etc.) d'ici 2030, par rapport à 1990, dans l'ensemble des secteurs de son économie. Soit sur une période de 40 ans. Pour l'automobile, c'est 37,5 % en 10 ans. De là à penser qu'il y a deux poids et deux mesures...
https://www.lepoint.fr/automobile/autom ... or=CS3-192

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9787
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: [Auto] Voitures pour rejets CO2 et consommation limitées

Message par mobar » 18 déc. 2018, 08:58

Le moteur le plus courant, le plus efficace, le plus robuste et qui émet le moins de CO² au km parcouru est toujours le moteur Diesel!
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Auto] Voitures pour rejets CO2 et consommation limitées

Message par energy_isere » 04 mars 2019, 21:22

Le patron de PSA prévient que la transition vers le véhicule électrique sera douloureuse

Publié le 04/03/2019 Usine Nouvelle

Le 3 mars, dans un entretien au Figaro, le président du directoire de PSA a lancé un avertissement. Selon Carlos Tavares, l'objectif de l'Europe de réduire de 37,5% les émissions globales de gaz à effet de serre des voitures de tourisme d'ici 2030 "met en risque les 13 millions de personnes qui travaillent" dans l'industrie automobile européenne.

Le président du directoire de PSA, Carlos Tavares, estime le 3 mars dans un entretien au Figaro que la volonté des Européens de réduire sensiblement les émissions de CO2 risque de fragiliser une filière automobile employant 13 millions de personnes.

Les Vingt-Huit ont été divisés pendant plusieurs mois sur l'ampleur de l'effort à exiger du secteur automobile pour atteindre l'objectif d'une diminution de 30% d'ici 2030 des émissions globales de gaz à effet de serre de l'UE.

Entente des représentants du Parlement européen

Le Parlement européen s'est prononcé début octobre 2018 pour une baisse de 40% des émissions de CO2 des voitures et utilitaires de moins de 3,5 tonnes d’ici 2030 alors que l'Acea (Association des constructeurs européens d'automobiles) prônait de son côté une baisse de 20% et la Commission européenne 30%.

Les représentants du Parlement et ceux des pays membres se sont finalement entendus mi-décembre sur une réduction de 37,5% pour les voitures de tourisme et de 31% pour les utilitaires.

"Cela met en risque 13 millions de personnes"


"Le vote du Parlement européen est un vote contre l'industrie européenne. [...] Le chemin qui est pris nous emmène dans l'impasse et ce sera très douloureux", prévient le dirigeant, qui est également président de l'Acea, dans l'entretien mis en ligne sur le site du Figaro à la veille de l'ouverture du salon de l'automobile de Genève.

"[Mais] cela met en risque les 13 millions de personnes qui travaillent dans notre industrie et cela déstabilisera très certainement nos sociétés européennes", ajoute Carlos Tavares, qui se défend de tout chantage à l'emploi.

La transition vers l'électrique demande "un pilotage stratégique" selon Tavares

Sans remettre en question le passage aux véhicules électriques, le dirigeant du constructeur français estime que cette transition nécessite "un pilotage stratégique".

"Comment les États, exsangues, au bout de leurs capacités d'endettement, de déficit et de pression fiscale, trouveront-ils l'argent pour financer les réseaux de chargement ?", s'interroge Carlos Tavares.

La France et l'Allemagne ont promis mi-février une nouvelle politique industrielle volontariste prévoyant notamment la mise en place d'un consortium de production des batteries pour les véhicules électriques à travers un investissement commun de 1,7 milliard d'euros.

"Nous avons étudié le sujet. Le capital initial nécessaire est colossal", estime pour sa part Carlos Tavares, selon lequel la réussite du projet dépendra de l'attitude des autorités européennes vis-à-vis de l'application des règles sur les aides d'État. "L'Union européenne sera-t-elle capable de s'élever à ce niveau de vision stratégique, au-delà des simples règles de concurrence intracommunautaires ?", s'interroge-t-il.

https://www.usinenouvelle.com/article/l ... se.N813355

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8627
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: [Auto] Voitures pour rejets CO2 et consommation limitées

Message par Remundo » 05 mars 2019, 04:39

Mr Tavares a plutôt raison,

toutefois il pourrait proposer beaucoup de véhicules hybrides rechargeables avec un moteur à essence flexfuel pour se rassurer et respecter les injonctions européennes de réduction du CO2.

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 13329
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [Auto] Voitures pour rejets CO2 et consommation limitées

Message par GillesH38 » 05 mars 2019, 05:20

Combien de temps faudra-t-il pour que les occidentaux comprennent que ce qui menace vraiment leur société, ce n'est pas le CO2, mais l'appauvrissement généralisé qui les guette après le pic pétrolier ?

à mon avis, moins de 10 ans. Et tous les discours alarmistes sur le climat, tous fondés sur l'hypothèse d'une croissance continue "BAU" (comme si le business as usual permettait une croissance exponentielle sans fin, ça me fait bien rire cette expression !) , vont alors devenir inaudibles, pshhiit le GIEC ....
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Auto] Voitures pour rejets CO2 et consommation limitées

Message par energy_isere » 02 juil. 2019, 17:14

Le CO2 refuse de baisser pour le 9e mois d'affilée

REUTERS•02/07/2019

Les émissions moyennes de CO2 des voitures neuves immatriculées en France ont refusé de baisser en juin, pour le neuvième mois d'affilée, sous l'effet conjoint de la disgrâce du diesel, du lent déploiement de l'électrique et de l'engouement pour les SUV, selon des chiffres publiés mardi par le CCFA.

A six mois d'un nouveau tour de vis européen pour le principal gaz à effet de serre, dont les émissions seront plafonnées à 95 grammes en 2020, le marché automobile français neuf ne parvient toujours pas à décoller des 112 grammes au kilomètre, son niveau moyen chaque mois depuis octobre dernier.

Ce surplace s'explique par une contribution moindre du diesel, plus vertueux que l'essence sur le CO2 mais dont le poids dans les immatriculations est retombé à 34% en juin contre 35% en mai et 40% un an plus tôt. S'y ajoutent la faible pénétration de l'hybride (4,96% du marché sur six mois) et de l'électrique (1,8% des immatriculations), faute d'une offre suffisamment large au-delà de Toyota et de Renault-Nissan et le boom des SUV. Ces véhicules plus hauts sur roue et moins aérodynamiques, ont encore gagné un point en juin à 37% des ventes de véhicules particuliers.

Si les berlines restent majoritaires - le trio de tête des meilleures ventes de voitures en France sur six mois est composé de la Renault Clio, de la Peugeot 208 et de la Citroën C3 - les SUV occupent désormais cinq des dix premières places du classement.

Le Comité des constructeurs français d'automobiles a annoncé la veille que les immatriculations de voitures neuves en France étaient reparties à la baisse le mois dernier, reculant de 8,42% en données brutes, soit une baisse de 1,8% sur six mois.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 23f3d6710b

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8627
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: [Auto] Voitures pour rejets CO2 et consommation limitées

Message par Remundo » 02 juil. 2019, 17:45

du "surplace" où l'on aime se complaire,

loin d'être contre le VE, je suis par contre très circonspect sur le "tout VE" dont on nous abreuve, avec en particulier des modèles bien trop lourds et puissants...

Si vous voulez vraiment voir ce que l'on peut faire, suivez ce lien... http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 6#p2284916

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Auto] Voitures pour rejets CO2 et consommation limitées

Message par energy_isere » 13 août 2019, 13:01

Les SUV de Dacia sont un succès... mais plombent le bilan carbone du groupe Renault

ALICE VITARD Usine Nouvelle 13/08/2019

Selon un article du site Automobile News Europe, le constructeur Renault risque d'être pénalisé par sa filiale Dacia. En cause : les futures normes européennes sur les émissions de dioxyde de carbone qui font peser sur le groupe des sanctions assez lourdes. Le constructeur français n'est pas le seul dans cette situation. Opel, par exemple, a déjà supprimé la Karl de son catalogue, la voiture la moins chère de sa gamme.

Selon Jato Dynamics, en 2018, le Duster de Dacia était le deuxième petit SUV le plus vendu en Europe. Spacieuse, elle plaît par son prix abordable (12 490 euros). Mais, ce succès pourrait bien se muer en désavantage pour le groupe Renault avec les futures normes européennes sur les émissions de dioxyde de carbone, souligne un article du site Automobile News Europe, publié le 13 août 2019. La gamme Dacia, filiale roumaine du groupe Renault, a encore beaucoup d'efforts à fournir pour respecter ces futures règles.

37,5 % de réduction en 2030

A partir de 2020, les constructeurs automobiles doivent faire chuter leurs émissions moyennes par véhicule et par kilomètre à 95 grammes de CO2. Une réduction supplémentaire de 37,5 % est prévue pour 2030, avec une étape intermédiaire de -15 % en 2025.
.......................
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... lt.N874610

Répondre