L'idéologie sociale de la bagnole

Forum dédié aux discussions sur les moyens de transport.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Loup Espiègle
Condensat
Condensat
Messages : 786
Inscription : 19 janv. 2006, 15:54
Localisation : S-E

Message par Loup Espiègle » 14 oct. 2006, 10:27

Moi, j'ai adopté une nouvelle philosophie : LE LUXE, C'EST DE ROULER DOUCEMENT. Et c'est vrai en plus, les gens vont vite car ils n'ont pas beaucoup de temps pour vivre en dehors du travail. Moi je roule à 50km/h, et donc je prends le temps de voyager : un luxe. Le comble du luxe : rouler en Ferrari à 50km/h :-D

Voilà, j'ai "besoin" de ma voiture, elle me coûte cher, alors j'essaie de réduire ma consommation en carburant. Roulez à 50, boudiou !

Je propose que tous les Oléocèniens affichent ça dans leur voiture et roulent à 50km/h. Croyez-moi, c'est psychiquement dur de ne pas accélerer !!!!

Avatar de l’utilisateur
Cassandre
Modérateur
Modérateur
Messages : 2495
Inscription : 14 sept. 2005, 02:18
Localisation : Toulouse

Message par Cassandre » 14 oct. 2006, 15:49

Loup Espiègle a écrit :Je propose que tous les Oléocèniens affichent ça dans leur voiture
Je propose que tous les oléocéniens boudent leur boîte de conserve à roues ! :-D
regarder Oléocène
« No fate but what we make » (Sarah) « If you're listening to this, you are the resistence. » (John)

Avatar de l’utilisateur
matthieu25
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 3357
Inscription : 21 juil. 2005, 00:17
Localisation : passenans

Message par matthieu25 » 14 oct. 2006, 15:57

:D +1
La religion est la maladie honteuse de l' humanité.la politique en est le cancer(Millon de Montherlant)

Avatar de l’utilisateur
ataman
Kérogène
Kérogène
Messages : 66
Inscription : 22 mars 2006, 15:07
Localisation : paris 20

Message par ataman » 14 oct. 2006, 18:31

29 ans, prof, parisien, pas de permis, tous les trajets en vélo.
si y a bien un taf où la voiture doit pouvoir ne servir à rien, c'est bien prof, et bondiou, c'est qu'on est nombreux !
et même que tout le monde s'en fout quand j'arrive tout trempé en salle des profs.
et pour les élèves, je suis un mythe vivant, n'en jetez plus.
(et je vous parlerai même pas de la musculature et du fessier que je me suis faits...)
je reviens de chez ma soeur à Chambéry, 6 jours en vélo, 3 h retour en TGV, bondiou ça décrasse !
" Ne dites pas que les temps sont mauvais, nous sommes les temps."

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 66211
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 13 nov. 2006, 19:02

dans le Monde de ce jour
La fracture automobile, par Laurent Greilsamer

Elle était triomphante, somptueuse et rebelle. On vouait naguère un véritable culte à la voiture. Elle ne représentait pas un danger, ce n'était qu'un rêve pur et idéal. Il n'était pas rare de voir des attroupements se former dans la rue autour d'un dernier modèle. Les badauds se tenaient alors à distance respectueuse, vaguement admiratifs à l'endroit du propriétaire... On en parle à l'imparfait, mais ce n'est pas si vieux.

Une voiture, c'était un concentré d'époque, un précipité de modernité quasi parfait. Il arrivait souvent que les conducteurs caressent leur véhicule avant de s'installer au volant. Une auto, comme on disait, cela se flattait, cela se couvait des yeux. Le terme parfois utilisé de bagnole était un leurre, un mot péjoratif pour cacher sa tendresse profonde pour un tas de tôle, une manière de masquer sa faiblesse pour une déesse, une intouchable.

D'elle, on ne pouvait sérieusement médire. C'était une raison de vivre et un ciment idéologique plus puissant que la prière. On affirmait sans contestation possible qu'il s'agissait d'une conquête, d'un nouvel instrument de liberté. On vivait alors une époque dominée par une curieuse trinité : le tiercé, la voiture et les week-ends. Justement, dans les dizaines de milliers de cafés de France, les hommes se réunissaient entre eux, restant longtemps debout à piétiner sur place le dimanche, pour jouer, fumer ensemble en plissant les yeux (ce qui leur donnait un air intelligent) et parler de leur garagiste. C'étaient les années 1960-1970. Le président Pompidou plissait les yeux mieux que les autres et roulait en DS. Une Citroën.

Il n'était pas rare, toujours le week-end, de voir des hommes quitter leur domicile un seau d'eau bouillante à la main, avec une éponge et une peau de chamois, pour s'escrimer à faire briller la carrosserie de leur voiture et faire reluire leurs chromes. Oui, à l'époque, les voitures possédaient des pare-chocs en chrome...

Ce monde-là est mort et enterré. Le piège à fantasmes s'est désagrégé, la nostalgie évaporée. Personne ne conteste plus aujourd'hui que la voiture pollue et tue. Au fil des années, elle est devenue un embarras, une folie et un danger. Le comble du chic consiste même à n'en pas posséder et, encore mieux, à ne pas avoir passé son permis.

La France d'en haut circule désormais en avion, en TGV ou en voiture de maître. A la rigueur peut-elle envisager de louer un véhicule pour une période de vacances. Les classes moyennes oscillent entre la voiture (classique et conformiste), le vélo (écolo et pratique) et les transports en commun (l'une des dernières expériences de brassage social : salutaire et instructif). La France d'en bas n'a pas le choix. Elle transite tous azimuts avec le sentiment d'être traquée, pressurée.

La voiture est devenue son cauchemar. La marque de son exclusion. Car la France d'en bas roule dans des voitures déglinguées. Elle roule le regard rivé sur la jauge d'essence. Elle roule dans l'angoisse du radar et du couperet automatique : l'amende exorbitante et le retrait de points sur le permis. Elle roule entre colère et frustration, parfaitement consciente d'être la victime d'une discrimination négative sans vergogne.

La voiture n'est plus son rêve, mais son humiliation. Et l'Etat un adversaire impitoyable qui l'enfonce, l'asphyxie. Il joue les vertueux, mais la pousse au surendettement sans songer à rendre le permis de conduire gratuit et obligatoire au terme de la scolarité.

Dans le coût que représente aujourd'hui le passage du permis, dans le montant des contraventions généreusement distribuées, dans le prix exigé par l'Etat pour redonner une partie des points retirés, il y a comme une réminiscence de gabelle. Le poids d'un impôt injuste et oppressif. Une forme de nitroglycérine.

no-voiture
Kérogène
Kérogène
Messages : 56
Inscription : 02 oct. 2006, 21:03

Message par no-voiture » 13 nov. 2006, 20:59

ataman a écrit :si y a bien un taf où la voiture doit pouvoir ne servir à rien, c'est bien prof
C'est oublier tous les profs remplaçants, les instits qui voient leur affectation changer début septembre, ou les couples qui n'obtiennent pas de rapprochement de conjoint, les étudiants IUFM dont les lieux de formations sont éclatés à l'échelle d'une académie...
L'éducation nationale participe ainsi au gaspillage des ressources naturelles.
Mais je suis d'accord, cela n'excuse en rien le prof qui habite à 1 ou 2 kilomètres et prend sa voiture 2 fois par jour.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 66211
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 30 nov. 2006, 20:37

Les voitures ne peuvent s'empêcher de grandir

LE MONDE / 30.11.06

La nouvelle Smart Fortwo, qui sera commercialisée à compter du 31 mars 2007, mesure 2,69 m. Elle a poussé de dix-neuf centimètres et demi mais l'espace disponible pour les deux occupants n'a pas bougé d'un iota. Un tiers du gain de taille a été consacré à l'allongement de l'empattement (la distance entre les deux essieux), afin d'améliorer la tenue de route et d'aménager un coffre un peu plus vaste. Le reste a été mis à profit pour accroître les zones de déformation de la carrosserie en cas d'accident et satisfaire aux nouvelles normes de sécurité, qui imposent un capot plus long destiné à mieux répartir les zones d'impact lors d'un choc avec un piéton.


Ainsi parée, la nouvelle petite Smart vise un score de quatre étoiles (sur cinq) au test de collision Euro-NCAP. De ce bilan plutôt mitigé, la nouvelle Smart n'a pas forcément à rougir. Encombrement en hausse mais volume disponible pratiquement inchangé ; la plupart des modèles apparus ces dernières années n'échappent pas à ce constat.

Il s'agit d'une tendance lourde : lors de chaque renouvellement, les voitures - françaises, en particulier - gagnent entre une demi-douzaine et une trentaine de centimètres en longueur. En largeur et en hauteur, la progression est également sensible ; tant pis pour l'aérodynamique. "Compte tenu du renforcement des normes de sécurité - et de la volonté des constructeurs de réaliser les meilleures performances dans ce domaine -, il n'est plus possible d'apporter des améliorations à une automobile sans la rallonger. Nous ne pouvons tout simplement pas faire autrement", considère Vincent Besson, directeur produits et marchés de Citroën, dont le dernier-né, le monospace C4 Picasso, a grandi de 32 centimètres. "L'évolution est irréversible ; personne ne peut imaginer que l'on puisse revenir en arrière. Dans l'avenir, nous n'envisageons pas de réduire la taille des prochaines générations de nos véhicules", renchérit un porte-parole de Renault. Chez Fiat, dont la dernière Punto a grandi de dix-neuf centimètres, comme chez Opel ou Toyota, le discours n'est pas différent.

Les constructeurs, qui mettent rarement en exergue l'inflation des mensurations de leurs modèles, ont procédé à un arbitrage implicite mais tranché : lorsqu'il s'agit de concevoir une nouvelle génération de voiture, les impératifs sécuritaires valent bien qu'on leur sacrifie une poignée de centimètres. Revers de la médaille : les automobiles deviennent malaisées à garer et tiennent de plus en plus difficilement dans les emplacements des parkings, qui, eux, n'ont pas suivi le mouvement. ""En fait, le client n'est pas perturbé, objecte le dirigeant d'une marque. Je ne connais aucun modèle qui ait échoué commercialement parce qu'il était trop grand." Reste que l'inflation des cotes contribue à alimenter une autre dérive : l'alourdissement des véhicules, de l'ordre de 300 kg en moyenne au cours des vingt dernières années. Un glissement également imputable aux exigences accrues en matière de confort (climatisation performante, sièges plus moelleux, revêtements intérieurs de qualité, meilleure insonorisation) mais aussi aux nouveaux impératifs de sécurité (renforts dans les portières, multiplication des airbags). La "petite" Peugeot 207 des années 2000 pèse cent kilos de plus que la "grosse" Peugeot 404 des années 1960.

Malgré ces dérives, les ingénieurs motoristes sont parvenus à réduire la consommation moyenne qui, en dépit de l'accroissement de la puissance des moteurs, est passée de 8,2 litres aux 100 km en 1990 à 6,9 litres en 2006. Toutefois, une bonne partie des progrès obtenus a servi à absorber l'allongement et l'alourdissement des voitures plutôt qu'à réduire les émissions de polluants.

Va-t-il falloir arbitrer différemment entre sécurité et environnement ? Délicat, le débat n'est pas ouvertement lancé, mais l'industrie automobile commence à s'interroger. S'ils se sont résignés à voir leurs modèles grandir, les constructeurs estiment, en effet, que leur tendance à prendre du poids va rapidement devenir incompatible avec le renforcement des normes antipollution européennes, qui va imposer de limiter encore davantage l'appétit des mécaniques. "Les comportements au volant changent, et les accidents de la route sont en baisse ; dès lors, il devient paradoxal de s'en tenir à une approche fondée prioritairement sur la sécurité passive et de continuer d'alourdir et d'allonger les voitures, en particulier les petits modèles à vocation citadine", s'interroge un constructeur. Aujourd'hui, rappelle-t-il, on ne peut plus concevoir une voiture capable de transporter quatre personnes mesurant moins de 3,40 mètres.
Gain en longueur lors du dernier renouvellement :

Toyota Auris (4,22 m) : + 4 cm

Volkswagen Golf (4,20 m) : + 5,5 cm

Mini (3,69 m) : + 6 cm

Opel Corsa (3,99 m) : + 15 cm

Renault Clio (3,99 m) : + 17 cm

Fiat Punto (4,03 m) : + 19 cm

Smart Fortwo (2,69 m) : + 19 cm

Peugeot 207 (4,03 m) : + 20 cm

Mercedes Classe A (3,83 m) : + 23 cm

Citroën Picasso (4,59 m) : + 32 cm

Avatar de l’utilisateur
rico
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 6358
Inscription : 21 sept. 2005, 15:00
Localisation : 92

Message par rico » 30 nov. 2006, 20:46

Malheureusement, pour la plupart des gens le topic aurait pu s'intituler : "l'inimportance inavouable de l'automobile dans nos vie..."

Avatar de l’utilisateur
Roi fade
Goudron
Goudron
Messages : 109
Inscription : 05 août 2006, 14:32
Localisation : Berlin

Message par Roi fade » 01 déc. 2006, 11:12

Les voitures ne peuvent s'empêcher de grandir
C'est vrai que l'inflation de la taille (et du prix) des voitures est inéluctable depuis des années... avec l'inflation de puissance qui s'en suit.
Un exemple: pour le modèle familial de Peugeot
sur la 405 le plus petit moteur était un 1,4
sur la 406 un 1,6
sur la 407 un 1,8
etc :)

Mis à part les considérations environnementales et de consommation, l'inflation des dimensions des voitures pose également problème dans un pays où nombre d'infrastructures routières ont été conçues dans les années 60 lorsque les voitures faisaient 1m50 de large. Essayez de rentrer dans un box de garage individuel avec un gros monospace récent :shock:

En fait les voitures qui remplacent un modèle existant tendent de plus en plus à verser dans la catégorie supérieure... Quand les gens achetaient une Golf en 1990 c'était souvent une deuxième voiture... alors qu'aujourd'hui la Golf est considérée comme une voiture familiale moyenne, souvent une "première voiture".

Pour compenser cette inflation les constructeurs doivent donc équilibrer "par le bas" en créant des nouvelles gammes de voitures plus petites: par exemple le segment Twingo - 107 - etc n'existait pas il y a encore 15 ans. Quand la Twingo 4è génération fera 4,50 de long il faudra recréer une nouvelle catégorie de "mini-mini" :?

Donc au final on retombe un peu sur nos pattes non? du moins en termes de dimensions :)
Pour le reste, il est vrai que tous les progrès qui ont été fats ces trente dernières années en matière d'efficacité et de rendement des moteurs ont été absorbés par cette inflation de poids et de dimensions. Pourtant aujourd'hui n'importe quel constructeur serait à même d'industrialiser un véhicule simple et basique consommant moins de 3 litres aux 100, avec des composants et des techniques éprouvées.

C'est le pari qu'avait tenté VW avec sa Lupo 3L... ce fut un échec retentissant. Car aujourd'hui qui peut se passer de sa climatisation automatique, de ses 12 airbags et de la direction assistée...
Certes, on peut peut-être considérer que Airbag, ABS ou autres limitent le risque de blessures graves et constituent donc un plus... pour le reste on ne peut rester qu'admiratifs devant le nombre d'équipements inutiles qui n'ont pour autre but que de transformer le conducteur en légume:
- les essuie-glace automatiques (bien sûr c'est trop fatigant de tourner le commutateur quand il pleut)
- les phares automatiques (ben oui on ne se rend pas toujours compte quand il fait nuit :roll: )
- la boite séquentielle (manipuler un levier de vitesses, c'est si fatigant)
etc... :)
Tout le travail des constructeurs automobiles consiste à compenser la bêtise du conducteur par l'intelligence de la voiture

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 66211
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 07 déc. 2006, 20:23

Encore des bétises consuméristes dans le monde de la bagnole :
Une voiture qui se gare toute seule, le rêve devient réalité
vous remarquerez bien le terme employé "le rêve" ! ](*,)

à lire pour vous faire mal, dans Le Monde : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0 ... 184,0.html

il s'agit de la Volskwagen Touran .

Avatar de l’utilisateur
mrlargo
Modérateur
Modérateur
Messages : 1425
Inscription : 19 avr. 2006, 14:38
Localisation : La Tour du Pin
Contact :

Message par mrlargo » 07 déc. 2006, 23:31

t'inquiète pas. Mettre 20mn pour se garer dans les grandes villes reste le cauchemar habituel de tout conducteur... Tu peux y mettre n'importe quel système automatique, si t'as pas de place, t'as pas de place...
La différence entre l’amour et l’argent, c’est que si on partage son argent, il diminue, tandis que si on partage son amour, il augmente. L’idéal étant d’arriver à partager son amour avec quelqu’un qui a du pognon.
(Philippe Geluck)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 66211
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 09 déc. 2006, 20:53

Ce matin dans dans l' émission de Denis Astagnot sur France Inter, 5 minutes sur la LEXUS qui se gare aussi toute seule, et qui prend garde à pas quiter sa voie par inattention du conducteur.
72 processeurs dans la bagnole.

Grrr, encore de quoi conditionner le "besoin" du consommateur. :evil:

Des gadgets dont la société peut tout à fait se passer.

Et puis attention au porte monnaie ! La Lexus en question est à 100000 Euro !

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 66211
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 23 juil. 2007, 19:41

et dire que le tuning existe encore .... :cry:

dans le monde de ce jour : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0 ... 520,0.html
Les voitures personnalisées font fureur

...... C'est ce qu'on appelle le "tuning". Personnaliser sa voiture et des accessoires à son goût. A l'imagination bien souvent excentrique. Samedi 21 et dimanche 22 juillet, plus de 50 000 personnes se sont rendues sur le circuit de Magny-Cours (Nièvre) pour la 12e GTI tuning international. Le plus grand rassemblement d'Europe de voitures tape-à-l'oeil. "Le tuning, c'est adorer sa bagnole et la montrer, explique Denis Bordier, un passionné. C'est surtout le reflet de la personnalité de son propriétaire, prêt à tout pour se faire remarquer." .........
gros beurk.

Avatar de l’utilisateur
Cassandre
Modérateur
Modérateur
Messages : 2495
Inscription : 14 sept. 2005, 02:18
Localisation : Toulouse

Message par Cassandre » 23 juil. 2007, 20:10

En même temps, quitte à avoir un engin qui pue la mort, autant qu'il soit présentable… :?
regarder Oléocène
« No fate but what we make » (Sarah) « If you're listening to this, you are the resistence. » (John)

l ours
Kérogène
Kérogène
Messages : 40
Inscription : 23 août 2006, 05:57
Localisation : toulouse

Message par l ours » 23 juil. 2007, 20:13

si seulement les "tuneurs" avaient bon gout :?

c'est plutot le concours des horreurs :roll:

Répondre