Premiers petits avions electriques

Forum dédié aux discussions sur les moyens de transport.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Premiers petits avions electriques

Message par energy_isere » 19 août 2019, 18:36

Promotion ratée pour l'avion électrique, un biplace Pipistrel atterrit en urgence en Norvège

SIMON CHODORGE Usine Nouvelle 19/08/2019

VIDÉO Un avion électrique Pipistrel a dû atterrir en urgence le 14 août en Norvège. L'incident est survenu au pire moment pour l'opérateur Avinor : l'appareil embarquait une membre du gouvernement norvégien.

L’opération communication s’est transformée en fiasco. Mercredi 14 août, un avion léger électrique Alpha Electro G2 a été contraint d’atterrir en urgence dans un lac en Norvège. L’incident s’est produit lors d’un vol de démonstration de l’opérateur public norvégien Avinor. Le pilote et la passagère de l’appareil biplace n’ont pas été blessés.

Une membre du gouvernement norvégien à bord

L’appareil a décollé de l’aéroport d’Arendal au sud du pays. Il était piloté par le PDG d’Avinor Dag Falk-Petersen et embarquait Aase Marthe J. Horrigmo, secrétaire d’État norvégienne au ministère des Affaires locales et de la Modernisation.

Les causes de l’incident ne sont pas connues mais le pilote a indiqué avoir expérimenté une perte de puissance. “J’ai dû envoyer un mayday et chercher un endroit où atterrir”, explique le PDG d’Avinor à NRK. Des images partagées par Agderposten montrent l’appareil à moitié englouti dans l’eau du lac, le nez en avant.

Construit par l’entreprise slovène Pipistrel, l’Alpha Electro G2 est conçu pour l'entraînement. Il revendique une vitesse de croisière de 157 km/h et une autonomie d’environ 138 kilomètres ou une heure de vol. En cas d’incident, l’appareil biplace est équipé d’un parachute de secours lui permettant d’atterrir en douceur. Cet équipement n’a pas été utilisé lors de l’atterrissage d’urgence du 14 août.

Ce n’est pas la première que l’Alpha Electro de Pipistrel est impliqué dans un accident aérien. En octobre 2018, une personne a péri aux Pays-Bas à bord de l’appareil. En janvier 2019, en Suisse, un autre pilote s’en était sorti blessé.

Une mauvaise publicité pour l’aviation électrique

Malgré ce dénouement heureux, l’événement offre une mauvaise publicité à l’aviation électrique en Norvège. “Ce n’est pas bon pour le travail que nous faisons”, a commenté Dag Falk-Petersen après l’incident.

Leader de la mobilité électrique, le pays scandinave mène une stratégie pour développer les avions électriques et hybrides. Le gouvernement a mandaté Avinor pour électrifier l’ensemble des vols domestiques pour 2040. La compagnie aérienne espère même opérer des avions électriques ou hybrides dès 2025.
https://www.usinenouvelle.com/article/p ... ge.N875615

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Premiers petits avions electriques

Message par energy_isere » 22 août 2019, 16:29

Volocopter présente VoloCity, un taxi volant prêt à la commercialisation et conforme aux normes européennes
Le marché des taxis volants est-il en passe de se concrétiser ? C'est ce qu'avance la start-up Volocopter en présentant VoloCity, son premier taxi volant destiné à la commercialisation.
Ce dernier est conforme à la réglementation européenne SC-VTOL et fera son premier vol d'essai public d'ici la fin de l'année. Pour lancer son service, la jeune pousse travaille en parallèle à la mise en place d'infrastructures aéroportuaires dédiées.

JULIEN BERGOUNHOUX Usine Nouvelle 22 AOÛT 2019

La start-up allemande Volocopter a dévoilé son premier taxi volant commercial, baptisé VoloCity, le 21 août 2019. Il s'agit du quatrième modèle conçu par l'entreprise depuis sa création en 2011. Les trois premiers ont servi à parfaire la R&D de la jeune pousse et à effectuer les nombreux essais nécessaires à la validation de la technologie.

Image


UNE OFFRE DE TRANSPORT AÉRIEN EXPRESS POUR LES GRANDES VILLES

VoloCity peut transporter deux adultes et leurs bagages sur une distance de 35 km et à une vitesse maximale de 110 km/h. Volocopter entend clairement remplacer l'hélicoptère comme moyen de transport express en zone urbaine très dense, mais elle cherche surtout à faire exploser la croissance de ce marché. Comme ses nombreux concurrents, elle s'appuie sur une technologie dérivée des drones : une multitude de rotors alimentés par batterie.

En l'occurence le VoloCity dispose de 9 batteries et 18 moteurs électriques dotés chacun d'une hélice. Ce système permet le remplacement de batteries à chaud pour garantir une disponibilité rapide après chaque vol dans le cadre d'un service de taxi aérien. La start-up met aussi en avant la faible nuisance sonore de ses appareils : un Volocopter 2X (précédent modèle) serait environ 5 fois moins bruyant qu'un petit hélicoptère.

PLUS SÛR QUE L'HÉLICOPTÈRE

Enfin, une forte redondance (batteries, moteurs, contrôles, électronique de bord...) et une assistance au pilotage très poussée garantissent un maximum de sécurité, même si le pilote lâche les commandes. Volocopter indique d'ailleurs que le Volocity a été conçu en fonction de la certification SC-VTOL publiée en juillet 2019 par l'Agence européenne de la sécurité aérienne (EASA). La start-up a également réalisé plus de 1000 vols d'essais à l'heure actuelle, à la fois avec pilote ou en mode autonome.

Le fait de pouvoir un jour voler sans pilote, même s'il n'est pas mis en avant par Volocopter dans l'immédiat, est l'un des gros attraits de cette technologie. C'est aussi là-dessus que planchent Airbus, Uber, le chinois EHang, ou les start-up de Larry Page (cofondateur de Google). Une rude concurrence pour Volocopter, qui compte 150 employés à travers le monde et a levé 35 millions d'euros jusqu'ici (notamment de la part de Daimler et Intel).

Image

UN PREMIER "VOLOPORT" À SINGAPOUR D'ICI FIN 2019

Le premier vol d'essai public du VoloCity aura lieu à Singapour au quatrième trimestre 2019. Volocopter dévoilera également à cette occasion son premier "VoloPort". Le développement des infrastructure est désormais la priorité de la jeune pousse, qui indique être déjà en discussions avec un certain nombre d'opérateurs de transport, de villes et d'autorités de régulation aériennes à travers le monde. Elle cite en exemple Fraport, qui a la charge de l'aéroport international de Francfort.
https://www.usine-digitale.fr/article/v ... es.N876240

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Premiers petits avions electriques

Message par energy_isere » 16 sept. 2019, 18:16

[Vidéo] Volocopter teste sa navette volante pour la première fois dans une ville européenne

SIMON CHODORGE Usine Nouvelle 16/09/2019

VIDÉO Nouveau test réussi pour Volocopter. L'entreprise allemande a fait voler sa navette sans pilote le 14 septembre à Stuttgart, en Allemagne.

Image

L’Allemagne a donné un aperçu des mobilités du futur. Samedi 14 septembre, l’entreprise Volocopter a testé avec succès son dernier modèle de robot taxi volant dans un parc de Stuttgart. Il s’agit du premier vol urbain de l’appareil sur le continent européen.
................
Un vol de quatre minutes

Équipé de 18 rotors, le 2X est alimenté en électricité et peut voler pendant 27 minutes à une vitesse de 50 km/h. Lors du test à Stuttgart, l’appareil a volé pendant près de quatre minutes. L’appareil n’a embarqué ni pilote ni passager mais une personne au sol était en mesure de contrôler l’engin.
................
https://www.usinenouvelle.com/article/v ... ne.N884389

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Premiers petits avions electriques

Message par energy_isere » 23 oct. 2019, 20:29

La start-up allemande Volocopter a effectué un vol d’essai ce mardi, au dessus de Marina Bay, à Singapour, avec son VoloCity.
À quoi va servir cet engin révolutionnaire ?
“Jamais personne n'avait été si proche de connaître ce que sera la mobilité aérienne urbaine dans la ville de demain.” C’est avec ces mots, que Florian Reuter, PDG de Volocopter, a décrit le premier vol au-dessus d’une ville de son appareil futuriste, le VoloCity. Car si la société allemande a déjà mené des essais de l’appareil à Dubaï, Helsinki, Las Vegas et en Allemagne, c'est bien la première fois qu'il est testé au dessus d'une mégapole.

Image

Image
https://fr.news.yahoo.com/qu-est-ce-que ... xL5RsOnPGO

Image
Le vol, d’une durée de deux minutes, a été effectué à une altitude moyenne de 40 mètres, devant le célèbre complexe hôtelier Marina Bay Sands et sa gigantesque piscine à débordement située à 200m du sol.
https://www.challenges.fr/entreprise/ae ... fin_681011

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Premiers petits avions electriques

Message par energy_isere » 15 nov. 2019, 21:48

Suite de ce post du 21 juin 2016 http://oleocene.org/phpBB3/viewtopic.ph ... 00#p390700
La NASA développe un petit avion électrique pour un premier vol en 2020

RÉMI AMALVY Usine Nouvelle le 14/11/2019

IMAGES Depuis 2015, la NASA planche sur un projet d'avion électrique. L'appareil a été présenté pour la première fois samedi 9 novembre.

La NASA a la tête majoritairement tournée vers les étoiles mais elle n'oublie pas pour autant la Terre. L’agence spatiale américaine a présenté samedi 9 novembre un prototype de son tout premier avion électrique expérimental, le X-57 Maxwell.

Un avion Tecnam adapté

L’appareil est une version adaptée de l'avion italien Tecnam P2006T, un petit avion de quatre places à hélices, dont les deux moteurs thermiques ont été remplacés par 14 moteurs électriques et des batteries lithium-ion. En développement depuis 2015, son premier vol d’essai est prévu pour 2020, au-dessus de la base aérienne Edwards Air Force, en Californie (États-Unis).

La NASA a également dévoilé un simulateur développé pour l’occasion, qui permet aux ingénieurs et aux pilotes de se faire une idée de la manière dont se dirigera l’engin une fois terminé.

Image

Le dernier né des X-planes

Le Maxwell est le dernier né des X-planes, cette gamme d’avions expérimentaux développée depuis plusieurs décennies par la NASA. Elle comprend par exemple le Bell X-1, premier appareil horizontal à franchir le mur du son en 1947, ou encore l’avion-fusée X-15 piloté par Neil Armstrong avant son arrivée dans l'équipe d'astronautes du programme Apollo. Le X-57 Maxwell est le premier engin avec équipage à être conçu par la NASA depuis deux décennies.

La version finale, appelée Mod IV (pour "modification"), comprendra des ailes plus petites et plus légères que celles du prototype. En plus des 14 moteurs, l’appareil possèdera six petites hélices le long de ses ailes, ainsi que deux plus grosses à chaque extrémité. Les plus petites hélices serviront pour le décollage et l’atterrissage et se rétracteront durant le vol.

La NASA travaille sur les batteries

L'avion Mod IV pèsera 1360 kilos selon la NASA et pourra voler jusqu'à environ 4270 mètres d'altitude. Avec une vitesse de croisière de 276 km/h, il disposerait d'une autonomie d'environ 160 kilomètres.

La NASA travaille actuellement à améliorer sa technologie de batteries, afin que celles-ci puissent stocker plus d’énergie et permettent à l’avion de voler plus longtemps. Ces travaux pourraient bénéficier à la filière des vols court-courriers, pour les taxis aériens ou les avions de transport régional avec un faible nombre de passagers.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... 20.N903624

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Premiers petits avions electriques

Message par energy_isere » 24 nov. 2019, 20:35

Air Race E : Airbus va organiser une course d’avions à propulsion électrique en 2020
L’avionneur européen parraine une course d’avions électriques à l’échelle internationale qui espère faire progresser la recherche dans le domaine.


23 nov 2019

Les courses ont toujours été un secteur d’innovation majeur. Et c’est d’autant plus vrai en matière automobile où les écuries ont souvent accompagné les changements technologiques les plus emblématiques. C’est justement l’objectif d’Air Race E, la nouvelle compétition qui sera organisée à partir de l’an prochain sous l’égide d’Airbus.

Image

Ce tournoi de courses aériennes verra s’affronter des avions à propulsion électriques. Les modèles viennent d’être dévoilés au salon aéronautique de Dubaï. Conçu par l’entreprise britannique Condor Aviation, le White Lightning est capable d’atteindre une vitesse de vol de 482 Km/h sur un circuit de 5km. Il y a cependant un gros bémol : ses batteries au lithium ne lui permettent de tenir que cinq minutes à haute intensité et dix minutes à puissance réduite.

« Une vitrine de l’aviation verte »

Selon Jeff Walkman, le directeur général d’Air Race E : «La série de courses fournira un banc d’essai pour l’innovation et accélérera le voyage vers les déplacements commerciaux électriques ». Sur leur site, les organisateurs précisent également souhaiter que le tournoi soit une vitrine de l’aviation verte : « Nous encourageons l’utilisation de sources d’énergie plus propres dans les transports et contribuerons à relever ce défi mondial. Les futures plateformes de transport nécessiteront des solutions d’alimentation électrique basées sur celles développées pour Air Race E. »

En ce qui concerne la compétition proprement dite, il reste encore quelques détails à régler mais le projet avance bien. Les organisateurs viennent en effet de dévoiler les huit équipes prévues pour concourir.

L’aspect compétitif pourrait en tout cas booster la recherche dans le domaine du vol électrique. De nombreux projets sont actuellement en cours. C’est notamment le cas au Japon où une première voiture volante électrique a été présentée. Aux États-Unis, Uber et la NASA travaillent ensemble sur le sujet avec la ferme intention d’innover pour résoudre les problèmes encore existants.
https://www.presse-citron.net/air-race- ... e-en-2020/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Premiers petits avions electriques

Message par energy_isere » 11 déc. 2019, 21:08

[Vidéo] Une compagnie aérienne canadienne fait voler le premier hydravion électrique du monde

RÉMI AMALVY Usiine Nouvelle 11/12/2019

VIDÉO Une compagnie aérienne canadienne a mis au point le tout premier hydravion électrique volant du monde. L'appareil, un de Havilland Canada DHC-2 Beaver couplé à un moteur électrique 750 chevaux de magniX, a volé autour de Vancouver sur 16 kilomètres.

Image

'est une petite révolution dans le monde de l'aéronautique qui a eu lieu mardi 10 décembre à Richmond, dans la banlieue de Vancouver, en Colombie-Britannique canadienne. La compagnie aérienne Harbour Air a installé un moteur électrique de 750 chevaux de la société américaine magniX dans un hydravion de Havilland Canada DHC-2 Beaver.

En décollant et en fendant les cieux avec succès, l'appareil est devenu le tout premier de ce type à réussir un vol. Un premier pas pour Harbour Air, qui souhaite devenir la première compagnie aérienne du monde à être entièrement électrique.

"Nous n'avions aucun moyen de savoir exactement comment l'avion allait se comporter jusqu'à ce que nous l'ayons réellement piloté, c'était la première fois qu'il volait réellement", a déclaré sur la chaîne canadienne Global News Greg McDougall, patron d'Harbour Air, et seule personne à bord lors du vol. En effet, le permis de vol n'autorisait la présence que d'un seul pilote pour l'essai.

L'essai a été relativement bref. L'hydravion n'a parcouru qu'environ 16 kilomètres. Selon la compagnie aérienne, les batteries lithium-ion qui alimentent le moteur sont capables de tenir sur une distance dix fois plus longues. Selon un spécialiste également interrogé par Global News, si les batteries ont un coût initial plus élevé que le carburant, elles permettent une économie au long terme, car la recharge est moins chère que le kérosène, elles sont moins lourdes qu'un réservoir et, de plus, leur prix ne cesse de baisser depuis dix ans.

Spécialisée dans les vols de courte distance, la compagnie Harbour Air planifie la conversion de sa flotte dans l'électrique depuis onze mois. Elle estime qu'il faudra encore environ deux ans avant que ses nouveaux appareils soient autorisés à transporter des passagers.

Au fur et à mesure que la technologie s'améliorera, elle espère pouvoir à terme accomplir des vols plus longs. Son passage à l'électrique devrait lui permettre d'atteindre la neutralité carbone, tout en réalisant des économies de carburant et de maintenance des moteurs.
https://www.usinenouvelle.com/article/v ... de.N912264

qu' est ce que c'est que ce mensonge des batteries moins lourde qu' un reservoir ?
C'est absolument pas le cas dans une voiture.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Premiers petits avions electriques

Message par energy_isere » 14 déc. 2019, 15:16

L’E-Fan 1.0 entre au musée

Le 16 décembre 2019, le département Innovation d’Airbus offrira officiellement l’avion électrique e-Fan 1.0 au musée Aeroscopia.

12.12.2019

Image

Après l’A380 MSN002 fin août 2019 c’est au tour de l’e-Fan 1.0 de quitter les réserves d’Airbus pour être exposé au musée toulousain Aeroscopia. Ce petit bimoteur électrique a effectué son premier vol à Bordeaux-Mérignac, le 11 mars 2014, piloté par Didier Esteyne, son concepteur. Il s’inscrit dans la continuité du Cri-Cri électrique qui avait été présenté au salon du Bourget en 2011.

Lancé en 2012, c’est un peu plus tard qu’Airbus s’est intéressé à ce projet pour lequel l’avionneur européen s’est véritablement enflammé avant de le laisser tomber. Une évolution 2.0 était à l’étude quand Airbus a, en effet, mis un terme à sa participation dans ce projet en mars 2017 pour s’orienter vers de nouvelles technologies hybrides.

D’une certaine manière, l’E-Fan 1.0 de Didier Esteyne de prolonge avec le nouveau programme E-Fan X en cours de développement. C’est ce dont est convaincu Aéroscopia pour qui, l’E-Fan a « servi de tremplin technologique aux futurs projets de véhicules volants électriques. ». C’est donc l’histoire en marche qui trouve sa place dans le musée de Blagnac.
https://www.aerobuzz.fr/breves-culture- ... -au-musee/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Premiers petits avions electriques

Message par energy_isere » 22 janv. 2020, 22:17

Revivez en vidéo le premier vol du CityAirbus, un taxi volant développé par Airbus

HUBERT MARY Usine Nouvelle 22/01/2020

VIDÉO Airbus a fait voler en Allemagne son premier taxi volant, le CityAirbus. Avec Vahana, son autre concept de taxi volant, Airbus ambitionne de mettre en service ses engins pour les Jeux OIympiques de Paris de 2024.

Image

Le 21 décembre 2019, six mois après les premiers essais de décollage, Airbus a franchi une nouvelle étape dans son projet de taxi volant. Le CityAirbus, un drone multirotors (à plusieurs hélices) a réussi un vol sans pilote de 5 minutes à deux mètres de sol à Donanwörth, en Allemagne. 100% électrique, il est équipé de quatre doubles rotors contrarotatifs (même principe que les hélicoptères) de 900 tours/minute. Bruno Even, le CEO d’Airbus, se félicitait le 3 décembre de l’avancée du projet avec la "prévision des vols libres prochainement à Manching (Allemagne)".

Le CityAirbus mesure 8 mètres de long et de 8 mètres de large et sera capable de transporter quatre passagers à 120 km/h. D’une masse maximale au décollage de 2,2 tonnes, son autonomie est pour l’heure limitée à 15 minutes.

Un deuxième taxi volant pour Airbus

Le CityAirbus est plus imposant que son cousin, le Vahana, un monoplace dont les tests sont en revanche plus avancés. Les derniers essais en vol ont d’ailleurs eu lieu le 14 novembre aux Etats-Unis. En un peu moins de deux ans, le Vahana a réalisé 138 vols. Il a atteint les 185 km/h, effectué un vol de plus de 50 km de distance et un autre de près de 20 minutes. Le projet est piloté par A3, le centre d’innovation technologique du groupe Airbus basé dans la Silicon Valley, aux Etats-Unis.

Avec ces nouveaux tests, Airbus va comparer ses deux engins dans la perspective d’une construction en série pour les Jeux Olympiques de Paris de 2024.
https://www.usinenouvelle.com/article/d ... us.N920379

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Premiers petits avions electriques

Message par energy_isere » 02 févr. 2020, 20:33

Wright Electric lance le développement d’un moteur pour un avion électrique de 186 places

31 janv 2020. Airetcosmos

Wright Electric, partenaire d'EasyJet, va développer un moteur électrique et annonce sa collaboration avec l’entreprise aérospatiale britannique BAE Systems, pour accélérer le développement de cette nouvelle technologie. La start-up américaine a l'intention de procéder à des essais au sol de son moteur dès 2021, puis à des essais en vol en 2023.

Wright Electric développe des systèmes électriques à l'échelle du mégawatt, qui seront nécessaires au vol de son avion électrique commercial de 186 sièges baptisé Wright 1. Pour y parvenir, la start-up américaine construit un moteur électrique de 1,5 MW, ainsi qu’un onduleur de 3 kilovolts. Ce moteur constituera la centrale d’alimentation du système électrique du Wright 1.

Actuellement en cours de discussion avec BAE Systems au sujet des commandes de vol et des systèmes de gestion de l'énergie, Wright Electric a l'intention de procéder à des essais au sol de son moteur dès 2021, puis à des essais en vol en 2023. Lors d'un événement organisé par l’entreprise le 30 janvier à New York City, Wright Electric a donné un aperçu en avant-première de son moteur et de sa turbine.

Wright Electric effectuera des essais aérodynamiques sur son fuselage, qui serviront de base à la conception du système de propulsion. La société prévoit l'entrée en service du Wright 1 en 2030. De nombreuses agences gouvernementales aux États-Unis financent la recherche dans le domaine de l'aviation électrique, notamment la Nasa et l'AFRL (Air Force Research Laboratory).

https://www.air-cosmos.com/article/wrig ... aces-22493

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Premiers petits avions electriques

Message par energy_isere » 16 févr. 2020, 11:40

Alice, l’avion électrique israélien, en partie détruit par le feu.

Le 22 janvier 2020, en fin d’après-midi, l'un des deux prototypes de l'avion électrique Alice a pris feu au cours d’essais au sol. L’aéroport de Prescott a été fermé pendant 2h30. La presse locale fait état d’une destruction importante de l’appareil. Les premières déclarations de l’entreprise mettent en cause les batteries.

24.01.2020 par GILLES ROSENBERGER

.......
Une batterie de 920 kWh (la plus grosse batterie « volante » jamais imaginée : elle représente pas moins de 60 % de la masse maximale au décollage (6.350 kg). Elle est fournie par le Coréen Kokam en technologie Lithium-Polymere (selon les infos les plus récentes).

Image
........
https://www.aerobuzz.fr/aviation-genera ... ar-le-feu/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Premiers petits avions electriques

Message par energy_isere » 19 févr. 2020, 08:37

Le DLR Allemand veut étudier un bimoteur électrique à 19 passagers.
Electric flight from Mannheim to Berlin in a 19-seater aircraft

February 19, 2020 evwind

Following on from the first electrically powered small aircraft, the next big step for electric flight will be in the commuter class, with 19-seater aircraft. The German Aerospace Center (Deutsches Zentrum fuer Luft- und Raumfahrt; DLR) has teamed up with Bauhaus Luftfahrt to work on the CoCoRe (Cooperation for Commuter Research) project, which examines the possibilities and potential for hybrid-electric 19-seater aircraft. This has revealed that electric propulsion systems can be used to reduce carbon dioxide emissions from this class of aircraft on short, frequently flown routes over distances of up to 350 kilometres. In the future, this distance range will also include air taxi connections from airports in less well-connected, medium-sized cities.

Image

.......
https://www.evwind.es/2020/02/19/electr ... raft/73624

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Premiers petits avions electriques

Message par energy_isere » 26 mars 2020, 09:00

“D’ici 2021, nous voulons certifier la motorisation d’un petit avion électrique”, annonce le fondateur de Faraday Aerospace

SIMON CHODORGE Usine Nouvelle 26/03/2020

ENTRETIEN Fondée en 2018 par un ancien d'Airbus, la start-up française Faraday Aerospace veut se spécialiser dans la certification et le développement des systèmes de propulsion des aéronefs. Le dirigeant de la jeune pousse, Gilles Rosenberger, dévoile ses projets.

En 2017, Airbus abandonnait E-Fan, son projet d’avion biplace 100 % électrique. Mais les équipes derrière le projet n’ont pas enterré l’idée de développer les systèmes de propulsion électrique dans le transport aérien. Ancien directeur des opérations de Voltair (la filiale d’Airbus qui a développé l’E-Fan), Gilles Rosenberger a fondé la start-up Faraday Aerospace en 2018.

Aujourd’hui, la start-up est installée à Versailles (Yvelines) et compte cinq collaborateurs. Elle souhaite devenir l’un des premiers acteurs français à se spécialiser dans la motorisation des petits avions électriques et des VTOL (Vertical Take-off and Landing aircraft). La start-up a été incubée chez IncubAlliance à Paris-Saclay et fait partie de l’accélérateur parisien de la deep tech Wilco. Dans un entretien avec L’Usine Nouvelle, Gilles Rosenberger explique ses projets et analyse le marché des taxis volants.

L’Usine Nouvelle. - Quelles sont les origines de Faraday Aerospace ?

Gilles Rosenberger. - Parmi les six co-fondateurs, nous étions trois à travailler sur le programme E-Fan d’Airbus. Le programme a été arrêté pour des raisons qui tiennent plus des affres des grands groupes que de la stratégie industrielle. Quand il s’est terminé, l’ensemble des équipes se sont interrogées sur leur devenir et comment nous allions transformer le savoir-faire que nous avions acquis sur ce programme, qui était perçu par la petite communauté de l’aviation électrique comme étant le programme le plus en pointe à l’époque. Nous étions en discussions avancées avec l’EASA (Agence européenne de la sécurité aérienne) pour certifier l’appareil.

Parmi les équipes, trois projets sont nés : Voltareo qui fait naître un avion hybride, Ascendance Flight Technologies qui travaille sur un VTOL et Faraday Aerospace qui a décidé de se positionner non pas sur un véhicule mais sur le système de propulsion, l’ensemble qui comprend à la fois la source d’énergie, les modules électroniques et les moteurs. À mesure que les technologies vont gagner en maturité, cela pourra être des sources hybrides, des piles à combustibles ou un mélange de tout cela. Aujourd’hui, nous sommes une start-up très conceptuelle mais nous sommes en train de basculer du concept aux réalisations.

“Le marché du vol urbain est celui qui va permettre de développer réellement l’aviation électrique”

Quelles sont les compétences de votre entreprise dans l’aviation électrique ?

Faraday Aerospace est un intégrateur qui se positionne sur le marché de la propulsion électrique et hybride des avions. Notre marché cible à horizon 10 ans est celui des taxis volants. Et il y a une quantité de marchés intermédiaires qui sont des niches plus ou moins grandes, notamment parce que les niveaux de sécurité exigés ne sont pas les mêmes.

Nous sommes des experts de la certification. Nous savons comprendre les contraintes et les exigences et nous savons les spécifier pour dire exactement ce dont nous avons besoin. C’est le premier métier de l’ingénieur : face à un problème, être capable de décrire la réalité de mon besoin. Notre compétence est plus celle d’un architecte industriel sur la batterie que d’un spécialiste d’une technologie.

À quels marchés de niche pensez-vous ?

Le marché du vol urbain est celui qui va permettre de développer réellement l’aviation électrique. C’est un marché de masse que nous allons voir apparaître à partir de 2030. En attendant, il existe des marchés de niche : l’avion école biplace, l’avion de voltige électrique, celui des compagnies aériennes qui ont des vols courts. Il y a une trentaine de compagnies aériennes dans le monde qui ont des vols de moins de 20 minutes. Des vols d’île en île ou qui traversent un fjord par exemple. Pour ces compagnies aériennes, la propulsion électrique commence à avoir du sens.

Est-ce qu’on pourrait voir aussi des VTOL dans la campagne en modèle commercial ?

Je n’ai pas encore compris le modèle commercial de ces appareils. Dans la campagne, il y a de la surface et une longueur de piste pour décoller et on s’embête beaucoup moins avec un avion qui est plus simple que le VTOL. L’intérêt du VTOL est de décoller et de se poser verticalement dans des espaces qui sont denses.

l’aéronautique et de l’automobile”

Est-ce que c’est une réflexion engagée chez les motoristes aéronautiques ?

C’est évident. Nous sommes issus de ces motoristes pour un certain nombre d’entre nous. Le véhicule eVTOL sera un véhicule quatre ou cinq places beaucoup moins cher que l’équivalent hélicoptère tels que nous le connaissons aujourd’hui. Un hélicoptère mono-turbine ou bi-turbine aujourd’hui vaut entre 2 et 3 millions de dollars. L’eVTOL s’il se développe réellement, sera un appareil sur le marché à un dixième de ce prix, entre 200 000 et 300 000 dollars. Dans cet eVTOL, le système propulsif vaut 20 %, hors batterie, donc environ 50 000 dollars. Il n’y a aucun système complet chez les grands constructeurs à leur catalogue qui vaut 50 000 dollars.

Nous sommes à cheval entre l’industrie automobile et l’industrie aéronautique. Les prévisions à terme des eVTOL, ce sont 100 000 véhicules en l’air à comparer à 25 000 avions de ligne qui volent aujourd’hui et construits en 40 ou 50 ans. Là, il s’agit de construire cette flotte de 100 000 eVTOL en 10 ou 15 ans. Nous ne sommes plus du tout dans la même échelle mais nous sommes encore très loin de l’industrie automobile premium qui représente 20 000 à 50 000 véhicules par an et par constructeur. Il y a de la place sur ce marché pour un petit acteur agile qui va essayer de chercher le meilleur des deux mondes. C’est-à-dire savoir ce qu’il faut faire pour certifier, tenir le niveau de sécurité nécessaire, et intégrer dans nos composants des pièces issues de l’automobile.

Nous sommes persuadés que si nous voulons progresser bien et vite sur la propulsion aéronautique, il faut comprendre ce qui se passe dans la propulsion automobile. C’est-à-dire que nous allons aller chercher des composants des voitures électriques : cellules de batteries, calculateurs, connecteurs, capteurs... Tout cela pour permettre de répondre à l’équation économique que nous voyons sur l’aviation électrique.

Quelles vont être les prochaines étapes pour Faraday Aerospace ?

Faraday est en train de s’associer avec deux PME de la région bordelaise qui ont une vingtaine d’années d’expérience : Neogy (Mérignac, Gironde) qui développe la batterie terrestre et automobile de compétition et Exoès (Gradignan, Gironde) qui est un spécialiste de la gestion thermique des systèmes électriques et mécaniques. Nous sommes trois experts chacun dans notre domaine et nous allons bientôt créer le consortium GigaSafe qui va concevoir et produire les batteries pour les systèmes propulsifs. Nous allons d’abord développer des batteries pour les marchés de niche que j’ai évoqué.

D’ici fin 2021, Faraday Aerospace veut certifier un premier système complet, c’est-à-dire la motorisation d’un petit avion 100 % électrique : une batterie, une électronique et un moteur. Nous avons sélectionné l’avion, c’est un appareil en kit largement vendu aux États-Unis. C’est un avion suffisamment répandu pour que nous puissions l’utiliser facilement pour aller vendre ensuite des kits de systèmes propulsifs.
https://www.usinenouvelle.com/article/d ... ce.N939091

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Premiers petits avions electriques

Message par energy_isere » 03 avr. 2020, 21:04

suite de ce post du 16 mai 2019 viewtopic.php?p=2283890#p2283890

Lilium en Allemagne lève 240 millions de dollars pour la suite du développement du prototype d'avion electrique à decollage et atterissage vertical.
Lilium completes funding round worth more than $240 million

March 30, 2020

Lilium, the Munich-based aviation company developing an all-electric, vertical take-off and landing aircraft for regional air mobility announced the completion of an internal funding round worth more than $240m. The round was led by Tencent, with participation from other existing investors including Atomico, Freigeist and LGT.

The new funds bring the total sum raised to date to more than $340m. They will be used to support further development of the Lilium Jet as well as underpinning preparations for serial production in Lilium’s newly-completed manufacturing facilities.

As well as designing and manufacturing the Lilium Jet, the company plans to operate a regional air mobility service as early as 2025 in several regions around the world. It recently celebrated the completion of the first stage of flight testing, with the five-seater Lilium Jet demonstrator flying at speeds exceeding 100 km/h.

................
https://www.i-micronews.com/lilium-comp ... reloaded=1

Image

Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63279
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Premiers petits avions electriques

Message par energy_isere » 29 avr. 2020, 09:51

Airbus et Rolls-Royce mettent fin au projet de démonstrateur d’avion électrique e-Fan X

SYLVAIN ARNULF Usine Nouvelle 28/04/2020

C’est l’un des premiers programmes aéronautiques à faire les frais de la crise du Covid-19 : le démonstrateur d’avion électrique e-Fan X, développé par Airbus et Rolls-Royce, ne volera pas en 2020 comme prévu. Mais les deux entreprises promettent de poursuivre leurs efforts vers une industrie décarbonée.

L’aviation électrique a-t-elle du plomb dans l’aile ? Airbus et Rolls-Royce ont en tout cas pris la décision de mettre fin à leur projet commun de démonstrateur d’avion électrique e-Fan X. Ce prototype d’avion hybride (basé sur un BAe 146 dont l’un des quatre réacteurs est remplacé par un moteur électrique) devait voler pour la première fois en 2020. Il n’en sera rien, pour des raisons d’économies, en pleine crise du Covid-19.

"Il est devenu évident pour les deux parties que l'exigence réelle d'effectuer un vol d'essai avec tous les éléments intégrés n'est pas critique pour le moment", commente Paul Stein, chief technology officer de Rolls Royce. "L’E-Fan X a toujours été conçu pour être un démonstrateur uniquement et jamais pour une utilisation réelle en tant que produit en service".

Les essais au sol maintenus

Les essais au sol vont néanmoins être menés à leur terme, côté Rolls-Royce. "Il s'agira d'intégrer notre générateur, dont les essais sont maintenant bien avancés à Trondheim, en Norvège, à nos systèmes de contrôle et de gestion thermique déjà éprouvés, qui ont été développés respectivement à Derby et à Indianapolis", détaille Paul Stein. "Notre système de production d'énergie peut être et sera intégré dans tout futur avion développé nécessitant un système de propulsion hybride électrique, y compris un programme complet d'essais en vol pour s'assurer que toutes les exigences de sécurité de l'industrie sont respectées".

Rolls-Royce reste fier de ses avancées, avec son système de production d'énergie électrique hybride "à une échelle jamais vue dans l’industrie", insiste-t-il, composé d'une turbine à gaz AE2100 intégrée entraînant un générateur de 2,5 MW. Il devait s’agir du premier aéronef électrique dépassant la barre des 2MW de puissance, là où l’eFan de première génération plafonnait à moins de 200 kW.

Engagement confirmé pour la décarbonation du secteur

Et maintenant ? Les deux entreprises affirment que la fin de ce programme débuté en 2017 (qui faisait suite à l’aventure e-Fan de 2014 à 2016), ne remet pas en cause leur volonté de travailler à la décarbonation de l’industrie. La responsable de l'innovation d’Airbus Grazia Vittadini l’affirme : "l'objectif primordial d'Airbus reste inchangé, nous sommes pleinement engagés dans la décarbonation de l'aviation. Nous sommes fermement convaincus qu'il n'y a pas de monde dans lequel l'avenir du transport aérien ne soit pas durable", écrit-elle. "Les architectures hybrides, les systèmes à haute tension et les batteries sont des briques technologiques indispensables pour plusieurs autres projets de démonstration dans le cadre de notre portefeuille plus large de R&T visant à diversifier les sources d'énergie. Nous continuerons à les développer et à les faire mûrir dans notre centre d'essai des systèmes d'avions électriques".

Airbus avait déjà mis fin au projet de voiture volante Vahana en début d’année (mais cela était prévu) et le démonstrateur City Airbus reste pour l’instant d’actualité. L'avionneur fait aussi partie du consortium Imothep formé début 2020 qui mener des recherches sur la propulsion hybride électrique.
https://www.usinenouvelle.com/editorial ... -x.N958626

Répondre