[Véhicule électrique] la question des métaux rares

Forum dédié aux discussions sur les moyens de transport.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Véhicule électrique] la question des métaux rares

Message par energy_isere » 16 juin 2019, 11:24

Ah tiens voilà qu'on redecouvre qu'il y a des Terres rares en Roumanie.
On parle de 50 millions d'euro à investir.
Romania offers rare earths to enter lucrative battery market

Bloomberg News | June 12, 2019

Romania is hoping to join the European Battery Alliance by renewing operations at three mines that produce rare metals.

Romania is re-opening mines for rare earth minerals to lure investments in electric battery plants, joining a Europe-wide initiative that aims for a bigger share of the global market.

The government is renewing operations at three mines that produce rare metals, including europium and dysprosium, for the first time in three decades, Economy Minister Niculae Badalau said in an interview in Bucharest. Talks with electric battery manufacturers are ongoing for an investment of more than 50 million euros ($57 million), he said.

“We want to become a member of the European Battery Alliance,” Badalau said. “That will ensure that at least one of the factories to produce electric batteries currently planned by several companies will be located here,” he said, without naming the potential investors.

Romania is hoping to join the European battery network through Radioactiv Mineral Magurele SA, a company that traces its roots to uranium production and later rare metals during the communist era.

Among international companies expanding battery production in the region or searching for its raw materials, Daimler AG and Johnson Matthey Plc have announced plans to build plants in Poland, while Rio Tinto has been exploring lithium extraction in Serbia.

The European Commission set up the battery alliance in 2017 as part of its push toward cleaner industries and to support investments in the market whose value is estimated at over 250 billion euros per year from 2025. That offers an opportunity for Romania to tap mines that have been shuttered due to outdated technologies and financial losses.
https://www.mining.com/web/romania-offe ... ry-market/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Véhicule électrique] la question des métaux rares

Message par energy_isere » 06 juil. 2019, 10:31

Suite de ce post du 16 mars 2019 http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 7#p2281837
Burundi : Rainbow Rare Earths annonce une levée de fonds de 4,3 millions £ pour son projet Gakara


Agence Ecofin. 4 juillet 2019

La compagnie minière Rainbow Rare Earths, active au Burundi sur le projet de terres rares Gakara, a annoncé une levée de fonds de 4,3 millions £ (5,5 millions $). Suite à un book building réalisé dans la journée de mercredi, elle a reçu des ordres de plusieurs investisseurs (existants comme nouveaux) pour un placement d’actions.

La société compte émettre un total de 144 703 421 nouvelles actions ordinaires au prix unitaire de 3 pence. Les fonds levés seront, apprend-on, investis dans la croissance de la production au projet Gakara.

Le financement consolidera également le bilan de l’entreprise en fournissant plus de stabilité durant le démarrage de la production sur les nouvelles zones d’exploitation de la mine.

Rainbow Rare Earths jouit actuellement du statut d’unique producteur de terres rares d’Afrique. Un des rares producteurs en dehors de la Chine ; la compagnie veut devenir «un fournisseur stratégique clé pour le marché mondial des terres rares ».


https://www.agenceecofin.com/investisse ... jet-gakara

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Véhicule électrique] la question des métaux rares

Message par energy_isere » 10 août 2019, 11:17

Suite de ce post du 14 avril 2017 http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 87#p401987
Tanzanie : Peak Resources s’active pour développer son projet de terres rares Ngualla

Agence Ecofin 5 Août 2017

En Tanzanie, la compagnie minière Peak Resources se prépare à développer son projet de terres rares Ngualla. Elle a annoncé ce week-end un placement de 4,8 millions de dollars australiens pour financer un certain nombre d’activités préliminaires.

Entre autres activités, on retrouve la finalisation des permis pour développer le projet, la négociation d’accords de commercialisation et de prélèvement, ainsi que le remboursement d’une partie de ses dettes.

Selon le PDG Rocky Smith, cette nouvelle impulsion serait liée à la récente couverture médiatique sur l’industrie des terres rares. Ladite couverture a mis en lumière l’importance de l'utilisation de ces métaux dans les applications industrielles, la croissance de la demande qui devrait découler de la révolution de l'électrification et la vulnérabilité de la chaîne d'approvisionnement, qui dépend trop de la Chine.

« Ces facteurs, conjugués aux caractéristiques exceptionnelles du site de la raffinerie de Teesside et aux avantages naturels du gisement Ngualla, augurent d’un avenir prometteur pour Peak », a-t-il déclaré.

Selon une étude de faisabilité bancable optimisée en 2017, Ngualla devrait produire annuellement 32 700 tonnes de concentré de terres rares sur une durée de vie de 26 ans.
https://www.agenceecofin.com/terres-rar ... es-ngualla

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Véhicule électrique] la question des métaux rares

Message par energy_isere » 25 août 2019, 13:27

En Afrique du Sud, une mine riche en terres rares se rêve en recours au conflit Pékin-Washington

AFP•25/08/2019

Dans une région aride de l'ouest sud-africain, une mine renfermant des réserves en terres rares aux concentrations parmi les plus élevées au monde veut peser sur un marché archi-dominé par la Chine, mais dans un contexte de guerre commerciale rebattant les cartes mondiales.

A 350 kilomètres au nord du Cap, la mine de Steenkampskraal, découverte en 1949, a vu de 1952 à 1964 ses exploitants en extraire du thorium, utilisé comme combustible nucléaire.

Il a depuis été découvert que la mine recelait également du minerai de monazite, une terre rare , à une concentration extrêmement élevée, ainsi que de néodyme et de praséodyme, des ressources que le pays entend bientôt exploiter.

Ces "terres rares", minerais stratégiques qui font l'objet de nombreuses convoitises dans le monde, comprennent un ensemble de 17 métaux essentiels aux technologies de pointe, et que l'on retrouve dans les smartphones, les écrans plasma, les véhicules électriques mais aussi dans l'armement.

Les perspectives de la mine de Steenkampskraal sont une aubaine pour l'Afrique du sud, au moment où la Chine, qui produit plus de 90% des terres rares de la planète, menace de manière à peine voilée les Etats-Unis de couper ses livraisons en pleine guerre commerciale, alors que Washington en importe massivement.

Pékin en a produit 120.000 tonnes en 2018, soit six fois plus que les Etats-Unis, selon l'US Geological Survey (USGS).

Dans ce contexte, le président américain Donald Trump a signé le 22 juillet une ordonnance intimant au Pentagone de trouver d'autres sources d'approvisionnement à ces métaux précieux.

Autre motif d'optimisme pour l'Afrique du sud, la Chine est devenue l'an dernier pour la première fois importateur net de terres rares, en raison de son commerce massif de véhicules électriques. Les ventes mondiales de ces véhicules ont bondi de 68% l'an dernier à 5,12 millions, plus d'un million de ventes ayant eu lieu en Chine, d'après l'Agence Internationale de l'Energie.

"La Chine pourrait, en raison de ses propres besoins, exporter de moins en moins (de terres rares). Il est donc vital que d'autres fournisseurs se présentent pour les Etats-Unis, l'Europe et le Japon", affirme à l'AFP Trevor Blench, président de la mine de Steenkampskraal, alors qu'aucune mine sud-africaine n'extrait de terres rares à l'heure actuelle.


Pékin cherche en outre à réguler davantage les explorations illégales, faisant de fait reculer la production locale, au profit des concurrents étrangers.

A la mine de Steenkampskraal "environ 14% de (la) roche est composée de terres rares. C'est un niveau de teneur extraordinaire, nous n'avons jamais connu un niveau équivalent sur la planète", explique Trevor Blench.

A l'échelle mondiale, les mines disposent généralement d'une concentration proche de 6%.

Après avoir obtenu toutes les autorisation pour commencer à extraire le monazite, et avoir sécurisé un financement de 50 millions de dollars, les dirigeants de la mine de Steenkampskraal visent une production de 2.700 tonnes par an.

Malgré les espoirs soulevés par l'exploitation de cette mine, M. Blench en reconnait lui-même la taille modeste en comparaison avec celles qui renferment des millions de tonnes de minerais ailleurs dans le monde.

Bien que ses concentrations en terres rares soient très élevées "la mine de Steenkampskraal est surtout constituée de terres rares légères qui sont plus abondantes à l'échelle mondiale (telles que le néodyme et le praséodyme) et donc moins recherchées que d'autres terres rares plus lourdes", décrypte Diego Oliva-Velez, analyste à Londres pour Fitch Solutions.

"L'Afrique du sud va demeurer derrière d'autres pays", ajoute-t-il, citant les réserves prouvées et les perspectives d'investissements plus élevés dans des pays tels que l'Australie, l'Inde, la Russie et le Vietnam.

L'exploration des terres rares se développe par ailleurs au Brésil ainsi qu'au Canada.

Cela ne bride pas pour autant la volonté sud-africaine de développer plus agressivement sa production de terres rares.

Le pays "est dotée en abondance de roches dans lesquelles se trouvent des terres rares", affirme le patron du Conseil pour la Géoscience (Council for Geoscience), Mosa Mabuza. L'organisation étudie les gisements de minéraux dans le pays et affirme que du lithium s'y trouve au nord du Cap.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... d02d36fdb4

Répartition des terres rare du minerai

Image

https://www.steenkampskraal.com/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58610
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [Véhicule électrique] la question des métaux rares

Message par energy_isere » 04 sept. 2019, 22:46

L'australien Lynas profite de la panique sur les terres rares

 MYRTILLE DELAMARCHE usine nouvelle 03/09/2019

L’australien Lynas, principal producteur de terres rares hors de Chine avec 13% de la production mondiale, a annoncé, le 29 août, un bénéfice net annuel en hausse de 50%, à 80 millions de dollars australiens (près de 49 millions d’euros). Le groupe profite de la panique qui règne sur ce marché depuis que la Chine a laissé entendre qu’elle pourrait en restreindre l’export dans le contexte de son conflit commercial avec les États-Unis.

La planète entière se (re)penche sur les sources possibles d’approvisionnement en ces métaux qui ne sont certes pas rares mais difficiles et coûteux à séparer, tant en termes financiers qu’environnementaux, en raison de la radioactivité du minerai. Le groupe, qui profite de ces inquiétudes – et de l’effet d’une offre d’achat de son compatriote Wesfarmers pour 1,5 milliard (près d’un milliard d’euros), déclinée par Lynas puis retirée par Wesfarmers fin août –, s’apprête à construire deux usines, en complément de son usine actuelle, implantée en Malaisie.

DEUX USINES EN VUE

L’une, destinée à débarrasser son minerai extrait à Mount Weld en Australie de sa radioactivité avant l’export du concentré vers la Malaisie pour la séparation principalement du néodyme et du praséodyme, sera construite en Australie. La Malaisie a renouvelé sa licence sur son sol à condition que cette opération se fasse dans les quatre ans. La seconde usine, dévolue au traitement des terres rares lourdes, se construira probablement au Texas, mais la décision finale sur le lieu d’implantation n’est pas prise, a précisé sa directrice générale Amanda Lacaze, le 29 août.

Deux jours avant, le ministère américain de la Défense) reconnaissait discuter avec l’Australie pour trouver un accord sur la transformation des terres rares, par la voix de la sous-secrétaire d’État américaine à la Défense, Ellen Lord. La Défense américaine répond ainsi à la demande du président Donald Trump, qui l’a enjointe de trouver d’autres sources d’approvisionnement en terres rares que la Chine.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... es.N879585

Répondre