Le projet de loi de transition énergetique adopté

Ce forum ne traite pas du «grand jeu» mais des réactions plus locales au pic pétrolier, à l'échelle du pays, des régions, ou des villes.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62172
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le projet de loi de transition énergetique adopté

Message par energy_isere » 30 juil. 2018, 14:48

La guerre des énergies est finie

Aurélie Barbaux Usine Nouvelle le 29/07/2018

Malgré la complexité de l’exercice, un budget ridicule et la mauvaise volonté de certains acteurs, le débat public sur la programmation pluriannuelle l’énergie (PPE) a eu lieu du 19 mars au 30 juin.

Et pas au rabais : 8 000 participants à 92 réunions publiques locales, plus de 15 000 contributions en ligne et un G400 inédit pour recueillir l’avis de 400 Français lambda. Ce que ces citoyens ont clairement dit, c’est qu’il faut éviter de rallumer la guerre des énergies et d’opposer nucléaire et énergies renouvelables.

L’avenir énergétique comportera tout, de la chaleur renouvelable au biogaz, en passant par l’éolien et la sobriété énergétique. Pas question de remettre en cause les grands objectifs de la loi de transition énergétique de 2015. Au contraire, les Français qui se sont exprimés veulent que la prochaine PPE améliore fortement les conditions de son application, notamment avec une gouvernance plus claire de l’énergie en France, et une priorité, celle de pas oublier les territoires.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... ie.N717369

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 11796
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Le projet de loi de transition énergetique adopté

Message par mobar » 15 août 2019, 18:25

Le mythe de la transition énergétique :
il n'y a pas eu de transition énergétique globale dans l'histoire de l'humanité, les consommation énergétiques des nouvelles sources se sont ajoutées aux anciennes et ont constamment continué à croitre
Les seuls exemples marginaux, Cuba et La Corée du Nord, restent localisés et ponctuels
Un peu normal quand il s'agit d'alimenter une population croissante et de plus en plus gourmande en énergie
Le point de vue de l'historien :
https://www.youtube.com/watch?v=lO0r5O4-2wU
Image

https://linactuelle.fr/index.php/2018/1 ... ergetique/
Les deux mots d’ordre sont donc, dès maintenant : décroissance démographique (contrôle des naissances, planning familial, etc.) et décroissance consommatoire (frugalité). Tout le reste n’est que bavardage idéologique et somnifère politicien
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62172
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le projet de loi de transition énergetique adopté

Message par energy_isere » 07 janv. 2020, 23:16

PPE : la consultation publique aura lieu du 20 janvier au 19 février 2020

AFP parue le 07 janv. 2020

La consultation publique sur la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE), feuille de route énergétique de la France à dix ans, aura lieu du 20 janvier au 19 février 2020, a indiqué le ministère de la Transition écologique.


"D'ici la fin du mois, nous lancerons la consultation publique sur la Programmation pluriannuelle de l'énergie et notre Stratégie nationale bas-carbone, qui sont notre feuille de route pour réduire au plus vite nos émissions de gaz à effet de serre et atteindre la neutralité carbone que vous avez désormais inscrit dans la loi" pour 2050, a déclaré mardi la ministre Élisabeth Borne devant les députés.

Le ministère a précisé que les textes seraient ouverts à la consultation publique du 20 janvier au 19 février. Cette consultation en ligne concerne la PPE ainsi que la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC).

"Ces mesures seront renforcées par les propositions des 150 citoyens (de la Convention citoyenne pour le climat) qui travaillent d'arrache-pied et que le président de la République rencontrera vendredi", a ajouté Mme Borne, assurant que le gouvernement était "mobilisé pour répondre à l'urgence climatique".

Après le lancement de l'élaboration mi-2017 et le débat public en 2018, le projet de PPE pour 2019-2028, très attendu de tous les acteurs de l'énergie en France, a été annoncé en novembre 2018 par le président Emmanuel Macron.

En matière de capacités de production d'électricité renouvelables installées, il vise à ce stade 102 à 113 gigawatts (GW) en 2028, soit deux fois plus par rapport à 2017. Il prévoit aussi la fermeture d'ici 2035 de 14 réacteurs nucléaires sur les 58 que compte le parc français - tout en ouvrant la porte à la construction de nouveaux - et une baisse de 35% de la consommation primaire d'énergies fossiles en 2028 par rapport à 2012.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ier-200107

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62172
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le projet de loi de transition énergetique adopté

Message par energy_isere » 21 janv. 2020, 01:22

Feuille de route énergie: plus d'éolien en mer, un peu moins sur terre

AFP parue le 20 janv. 2020

Objectifs revus à la hausse pour l'éolien en mer mais en partie au détriment de l'éolien terrestre: le gouvernement a ouvert lundi à la consultation publique son projet de feuille de route énergétique pour la France à l'horizon 2028.

Cette programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE) pour 2019-2028, esquissée fin 2018 par le président Emmanuel Macron, avait donné lieu à un premier projet présenté il y a un an. Une nouvelle version, ainsi que la Stratégie nationale bas carbone à horizon 2050, est désormais ouverte pour consultation publique jusqu'au 19 février.

La première mouture de cette PPE, qui table sur une montée en puissance des énergies renouvelables et le recul de la part du nucléaire dans la production d'électricité, avait été critiquée pour son manque d'ambition sur le développement des biogaz et l'éolien en mer par les défenseurs de ces énergies.

La ministre de la Transition écologique, Élisabeth Borne, a souligné lundi que le gouvernement allait "dédier 1,8 milliard d'euros supplémentaires au biogaz et augmenter de près de 40% les capacités d'éolien en mer".

Les objectifs pour l'éolien offshore passent ainsi à 5,2 à 6,2 gigawatts (GW) en 2028, contre 4,7 à 5,2 GW dans une précédente version.

Les ambitions pour l'éolien terrestre ont toutefois été rabotées, de 34,1-35,6 GW à 33,2-34,7 GW.

Un repli qui intervient quelques jours après les propos critiques tenus par Emmanuel Macron la semaine dernière lors d'un déplacement à Pau.

"Le consensus sur l'éolien est en train de nettement s'affaiblir dans notre pays", y déclarait-il à propos des turbines terrestres. "Il y a l'éolien offshore qu'on a développé et relancé très fortement, mais de plus en plus de gens ne veulent plus voir d'éolien près de chez eux".

- "Premiers pas" -

Jean-Louis Bal, président du Syndicat des énergies renouvelables (SER), se veut rassurant, estimant que les nouvelles prévisions de la PPE visent surtout à "compenser budgétairement la montée de l'éolien en mer".

"Ce n'est pas une bonne nouvelle, mais pas une catastrophe non plus", assure-t-il.

Pour l'association du secteur France énergie éolienne, cette PPE, en discussion depuis trois ans, "doit désormais être adoptée rapidement, pour donner de la visibilité aux acteurs", souligne sa déléguée générale Pauline Le Bertre.

Tout en "regrettant" que le gouvernement n'ait "pas saisi tout le potentiel de l'offshore", elle s'est réjouie que le secteur et les régions littorales disposent enfin d'"un calendrier clair": "c'est un premier pas".

Du côté du biogaz, "la trajectoire du tarif d'achat des appels d'offres a été ajustée à la hausse", indique aussi le texte, qui ne modifie toutefois pas les volumes.

Le SER a exprimé la "déception" que le volume cible de biogaz injecté dans les réseaux de gaz n'ait "pas bougé", à 6 terawattheures en 2023.

Sur le nucléaire, le gouvernement confirme l'objectif de fermer 14 réacteurs d'ici 2035, dont les deux de la centrale de Fessenheim qui doivent s'arrêter cette année.

"EDF a proposé au gouvernement d'étudier la mise à l'arrêt de paires de réacteurs sur les sites de Blayais, Bugey, Chinon, Cruas, Dampierre, Gravelines et Tricastin", détaille le texte.

Ce choix est sans surprise car il s'agit de réacteurs de 900 MW, les plus anciens. Tous ces sites comptent aujourd'hui 4 réacteurs ou plus, si bien que l'arrêt de deux réacteurs ne s'y traduira pas par une fermeture de centrale, conformément aux souhaits de l'exécutif.

La France a par ailleurs renforcé ses objectifs de baisse de la consommation d'énergie (-16,5% en 2028 contre -14% initialement).

Mais pour Anne Bringault, responsable transition énergétique du Réseau action climat, "c'est un objectif +magique+, puisque les moyens sont remis à plus tard", le texte évoquant des "mesures additionnelles définies à l'issue de concertations supplémentaires".
https://www.connaissancedesenergies.org ... e-200120-0

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62172
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le projet de loi de transition énergetique adopté

Message par energy_isere » 06 févr. 2020, 20:48

Energie: l'essor des renouvelables profitera à toute l'économie (syndicat professionnel)

AFP parue le 06 févr. 2020

Retombées fiscales accrues, amélioration de la balance commerciale, emploi... l'essor des énergies renouvelables bénéficiera à l'économie française, affirme le Syndicat des énergies renouvelables (SER) dans un rapport prospectif co-produit avec le cabinet EY et publié jeudi.

Si la feuille de route énergétique de la France pour 2019-2028 est respectée, le développement des énergies vertes devrait faire passer le nombre d'emplois équivalent temps plein (directs et indirects) de 152.000 aujourd'hui à 236.000 en 2028, ont calculé ces analystes.

Quelque 21 milliards d'euros de valeur ajoutée brute serait créés cette année-là, soit 10% du total généré par le secteur industriel.

Les retombées fiscales des renouvelables vers les collectivités locales, estimées à 1 milliard d'euros en 2019, atteindront 1,6 milliard en 2028, dont près d'un tiers bénéficiant directement aux communes et intercommunalités, ajoute ce rapport, présenté lors du 21e colloque du SER.

"Alors que beaucoup de contre-vérités circulent encore sur les énergies renouvelables, cette étude ramène de la rationalité dans le débat public", a commenté le président du SER, Jean-Louis Bal.

"Elle montre notamment que le soutien apporté à ces énergies se traduit non seulement par des retombées fiscales pour l'Etat et les collectivités, mais aussi par la création de valeur ajoutée pour l'ensemble de l'économie française".

En 2019, chaque euro de soutien public au secteur a généré en moyenne 2 euros de valeur ajoutée, pointe l'étude.

La facture énergétique de la France s'en trouve aussi améliorée: solaire, éolien, gaz issu de la méthanisation... ces technologies ont permis en 2019 d'économiser 4,6 milliards d'euros d'importations en énergies fossiles dans les domaines de la chaleur et des transports.

"Ces analyses montrent que ce sont des énergies de territoire, les régions françaises bénéficiant de manière quasi-homogène des retombées", souligne Alexis Gazzo, associé chez EY.

Les auteurs insistent sur l'importance d'une stratégie pour densifier et structurer le tissu industriel local de ces énergies, alors que le gouvernement doit présenter au printemps son "pacte productif".

Le SER appelle aussi à relever l'ambition du projet de programmation de l'énergie 2019-2028, actuellement soumis à consultation publique, "pour exploiter pleinement le potentiel de création de valeur" du secteur, en renforçant notamment les objectifs de développement du gaz vert, de l'éolien en mer, du bois énergie et de la géothermie.
https://www.connaissancedesenergies.org ... nel-200206

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 62172
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le projet de loi de transition énergetique adopté

Message par energy_isere » 06 mars 2020, 08:31

La convention citoyenne pour le climat dans la dernière ligne droite

AFP parue le 06 mars 2020

Vendredi, la Convention citoyenne pour le climat entre "dans le vif du sujet": ses 150 citoyens vont sélectionner et affiner les propositions qu'ils retiendront lors de leur dernière session, en avril, et qui doivent servir de base à des "décisions fortes" du gouvernement.

Ses membres, tirés au sort, planchent depuis octobre sur des mesures pour lutter contre le réchauffement climatique, avec le mandat de "réduire d'au moins 40% les émissions des gaz à effet de serre d'ici 2030 dans une logique de justice sociale".
........
https://www.connaissancedesenergies.org ... ite-200306

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 11796
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Le projet de loi de transition énergetique adopté

Message par mobar » 06 mars 2020, 09:06

Sur les ressorts, la nature et les finalités de la convention citoyenne sur le climat!

Le grand art de l'enfumage continue!

https://reporterre.net/La-convention-ci ... onarchique
Reporterre — Dans une série de tweets, dimanche 12 janvier, vous avez émis de nombreuses critiques à l’encontre de la convention citoyenne pour le climat. Pourquoi vous a-t-il paru nécessaire de prendre position ?

Je voudrais d’abord préciser plusieurs choses. Je critique le cadre que constitue la convention citoyenne pour le climat (CCC) et non la sincérité ou l’investissement des personnes qui y travaillent, que cela soit les 150 citoyens ou les membres du comité de gouvernance. J’ai une analyse de juriste et non de militant politique ou d’opposant à Emmanuel Macron.

Je constate simplement que cette nouvelle institution est une régression par rapport au droit existant. Elle ne respecte pas le « principe de participation du public », pourtant inscrit dans la Constitution, via l’article 7 de la Charte de l’environnement. En réalité, la convention citoyenne pour le climat n’a aucune existence juridique. Aucun juge ne peut être saisi. Ses membres ont moins de droits que les participants à une enquête publique sur un poulailler industriel !

Ses organisateurs disent que ce n’est pas grave, que la convention s’inscrit avant tout dans un cadre « informel » et « expérimental ». Je trouve cet argument fallacieux. La convention citoyenne n’est pas seulement une expérimentation. En proposant des mesures législatives, elle va produire de la norme, modifier le droit. Or, on ne peut pas avoir comme projet de faire progresser le droit de l’environnement en le violant ou en le tenant à l’écart ! Si on laisse faire, demain, l’État pourra s’affranchir des règles et du droit en prétextant que le cadre de ces innovations est juste informel. C’est très grave.

J’ai aussi été choqué par l’unanimisme des articles de presse qui insistent sur le risque pris par Emmanuel Macron. Il y a une forme de personnification des enjeux. La question n’est pas de savoir si le chef de l’État a tort ou raison mais si cette convention constitue oui ou non un progrès pour la démocratie environnementale.

Je m’étonne qu’au sein de la CCC, aucun de ces critères ne soit respecté. Le premier critère exige, normalement, de ne pas limiter le nombre de personnes qui ont le droit de s’exprimer. Or là, on le réduit à 150. On m’objectera que tous les autres pourront s’exprimer par internet mais c’est une fausse réponse car le principe de participation exige que toutes les personnes qui le souhaitent puissent s’exprimer au même niveau. Dans n’importe quelle enquête publique, tous les citoyens doivent avoir accès, de la même manière, au registre du commissaire-enquêteur pour formuler leurs observations.

Cette consultation est donc exclusive. Mais pire, elle écarte les citoyens pour un motif qui relève du mythe : le tirage au sort. En réalité, les 150 citoyens ont été sélectionnés par un institut de sondage Harris Interactive [le même que pour le « grand débat »]. La méthode de sélection reste opaque et n’a pas été débattue largement. Pourquoi 150 et pas 50, 175 ou 2.000 citoyens ? Sur quels fondements ? Ils disent qu’ils ont repris les critères de représentativité de l’Insee [Institut national de la statistique et des études économiques] mais lesquels ? Tous ? Certains ? Comment ont-ils été appliqués ? Et surtout pourquoi recourir à un institut de sondage plutôt qu’à une organisation ouverte, pluraliste et transparente où on aurait débattu de la méthode ?

Il y a un manque d’information sur le sujet. C’est un hold-up méthodologique qui permet d’entretenir les illusions du tirage au sort : on croit bêtement que les personnes ont été choisies par hasard sur les 60 millions d’habitants. Mais c’est faux. Et je ne suis pas le seul à m’en émouvoir. Jacques Testart et l’association Sciences citoyennes ont aussi émis des critiques. Sans débat sur la méthode de sélection des citoyens, cette « innovation démocratique » commence en réalité par un déni de démocratie.
Voulez-vous dire que tout dépend de la volonté présidentielle ?

Oui, toute l’architecture de cette convention, toute sa crédibilité repose sur la confiance dans la parole d’Emmanuel Macron. C’est profondément monarchique. Un débat public ne devrait pas avoir pour alpha et oméga un seul homme, fut-il président de la République. Lors du Grenelle de l’Environnement, en 2007, les ONG avaient exigé que l’État ne soit qu’un collège parmi d’autres, au sein de la négociation. Nous vivons une forme de régression par rapport au Grenelle. Maintenant, celui qui convoque, définit la méthode, au moment où il le souhaite, avec qui il le souhaite et avec la sortie qu’il souhaite, c’est un seul homme, c’est Emmanuel Macron.
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 11796
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Le projet de loi de transition énergetique adopté

Message par mobar » 06 mars 2020, 09:15

Testard et ses collègues de l'association Sciences Citoyennes en remet une couche! :-D

https://blogs.mediapart.fr/association- ... on-du-pouv
La démocratie mérite mieux qu’une version jupitérienne des « panem et circenses[7] ».
Refusons la manipulation du pouvoir, exigeons la démocratie continue[8].
Edgar Blaustein, Dominique Cellier, Fabien Piasecki et Jacques Testart (association Sciences Citoyennes[9])
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Répondre