oleocene.org

Site dédié à la fin de l'âge du pétrole
Nous sommes actuellement le 27 Mai 2017, 06:13

Les heures sont au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 69 messages ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5
Auteur Message
 Sujet du message: Re: Situation dans les DOM
MessagePublié: 11 Mai 2015, 20:14 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48457
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
DOM - Corse : appel d'offres pour des installations solaires avec stockage

11 Mai 2015 enerzine

La Ministre de l'Ecologie, du Développement durable et de l'Energie a lancé un nouvel appel d'offres portant sur une capacité de 50 MW pour les installations solaires de grande taille (puissance minimale de 100 kWc, soit environ 600 m²), situées dans les Départements d'outre-mer (DOM) et en Corse.

Le volume de cet appel d'offres est réparti à parts égales entre les installations sur bâtiments (25 MW), et les installations sur ombrières de parking ou au sol (25 MW).

L'objectif de cet appel d'offres est de déployer l'énergie solaire qui est particulièrement adaptée aux systèmes électriques insulaires, en mettant en œuvre des projets innovants qui allient des technologies de stockage (des batteries seront associées aux panneaux photovoltaïques) à des solutions d'autoconsommation permettant de limiter la consommation d'électricité aux moments où la demande est la plus forte.

En améliorant le lissage et la prévisibilité de la production solaire, l'appel d'offres soutient le développement de projets dont les perspectives industrielles sont prometteuses pour faciliter l'insertion des énergies renouvelables dans les réseaux électriques isolés, et garantir l'autonomie énergétique des territoires.

Le cahier des charges prévoit la valorisation de la compétitivité-coût des projets proposés, mais aussi leur contribution à la valorisation de l'environnement ainsi qu'à l'innovation.

La date limite de dépôt des offres est fixée au 20 novembre 2015 ce qui permettra d'envisager la désignation des lauréats au printemps 2016.

http://www.enerzine.com/1/18404+dom---c ... kage+.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Situation dans les DOM
MessagePublié: 21 Nov 2015, 13:58 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48457
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
La difficile marche de l'outre-mer vers les énergies renouvelables

19 nov 2015 Les Echos

En 2020, les énergies vertes devront représenter 50 % de la production d'électricité dans les DOM.
Alors qu'en moyenne ce taux atteint aujourd'hui 38 %, l'effort ne sera pas le même partout.


A La Réunion, le mois de novembre se trouve en plein coeur de la campagne sucrière. Les « cachalots », ces camions conteneurs vert vif qui transportent la bagasse (le résidu fibreux de la canne à sucre), sillonnent les routes de l'île. Ils transportent leur précieux chargement jusqu'aux deux centrales thermiques d' Albioma, au Gol et à Bois-Rouge, où il sera brûlé et transformé en électricité. Ici, la bagasse représente plus de 10 % de la production d'électricité. Une ressource importante, mais qui, seule, ne permettra pas à La Réunion d'atteindre les objectifs fixés par la loi sur la transition énergétique adoptée cet été. Comme la Guadeloupe, la Martinique et la Guyane, ce département d'outre-mer devra produire plus de la moitié de ses électrons à partir d'énergies renouvelables en 2020.

Pour atteindre l'objectif, tous les leviers devront être mobilisés. « Nous sommes en train de travailler sur les trajectoires », explique Jean-Claude Futhazar, directeur général adjoint du développement durable à la région Réunion. Les programmations pluriannuelles de l'énergie (PPE) devront être adoptées au début de 2016.

Si, en moyenne, la part des énergies vertes dans ces DOM atteint aujourd'hui 28 %, l'effort à consentir ne sera pas le même selon les territoires. A la Martinique elle est de 6 % et en Guyane elle atteint 62 %, grâce notamment à l'hydroélectricité. Le taux est de 18 % en Guadeloupe et de 38 % à La Réunion, où la mise en service, fin 2013, d'une centrale au fuel par EDF fait encore grincer les dents. « Les élus locaux y étaient très opposés », rappelle Jean-Claude Futhazar.

Dans ces territoires isolés, l'intégration des énergies renouvelables devrait être plus facile, car le coût de production de l'électricité y est bien plus élevé qu'en métropole, qui bénéficie du nucléaire amorti et de l'interconnexion aux réseaux. Selon le dernier rapport de la CRE (Commission de régulation de l'énergie), il était compris entre 200 et 250 euros le MWh, contre moins de 40 euros sur le marché de gros en métropole. Dans les îles, le solaire et l'éolien se comparent au charbon ou au fuel importés.

Certains gisements verts sont déjà bien exploités, comme l'hydroélectricité ou la bagasse. Le remplacement du charbon par de la biomasse dans les centrales d'Albioma devrait contribuer à se rapprocher de l'objectif (lire ci-dessous). Le développement des énergies intermittentes est plus compliqué. « Au-delà de 30 % de la capacité électrique installée, elles risquent de déstabiliser le réseau », assure Michel Magnan, directeur régional d'EDF SEI (Systèmes Energétiques Insulaires). Cette limite imposée est contestée par les producteurs de solaire et d'éolien. EDF pourrait la revoir sensiblement à la hausse, à 35 % en 2018 et entre 40 et 45 % en 2023. « Nous testons un système de stockage centralisé, qui permettrait de prendre le relais en cas de baisse brutale de la production », explique Michel Magnan.

Les autres voies explorées

La chute récente du coût des batteries pourrait aussi donner un coup de fouet à l'éolien ou au solaire avec stockage, comme en témoigne le succès de l'appel d'offres en cours (lire ci-contre). Enfin d'autres voies sont explorées, comme la géothermie ou l'énergie des mers, susceptibles de receler un fort potentiel dans ces territoires marins et volcaniques. « L'efficacité énergétique aura aussi un grand rôle à jouer », insiste Michel Magnan, soulignant que les 130.000 chauffe-eau solaires installés à La Réunion « ont sans doute permis d'éviter deux ou trois turbines à combustion ».

L'impact financier de la transition énergétique dans les DOM n'est pas encore connu. « Il sera évalué une fois les trajectoires définies », assure Jean-Claude Futhazar. Les acteurs du secteur ne seront alors pas au bout de leurs peines. Car ils devront ensuite définir la façon de parvenir à l'objectif fixé par la loi pour 2030 : l'autonomie énergétique. Un objectif qui exclut les importations, de biomasse par exemple, et qui, surtout, ne se limite plus à l'électricité. Compte tenu du poids des transports dans les îles, l'équation ne sera pas simple à résoudre.

Anne Feitz, Les Echos


Citer:
Les chiffres clefs

38 euros le MWh : Le prix moyen de l'électricité sur le marché en métropole.

De 200 à 250 euros le MWh : Le coût de production dans les DOM.


http://www.lesechos.fr/journal20151119/ ... 176453.php


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Situation dans les DOM
MessagePublié: 02 Fév 2016, 20:09 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48457
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
EDF : franchit une étape décisive dans l’insertion des énergies renouvelables intermittentes (Accélération des innovations pour la transition énergétique sur l’île de La Réunion )

02/02/2016

A l'occasion de son déplacement les 1er et 2 février sur l'île de La Réunion, Jean-Bernard Lévy, Président-Directeur général du Groupe EDF, a félicité les équipes pour leur engagement en faveur de la transition énergétique et le développement de solutions innovantes pour l'économie bas carbone.

Il a ainsi annoncé que La Réunion est désormais en mesure d'intégrer davantage d'énergies renouvelables et d'atteindre, pour la 1ère fois en France, un taux d'énergies intermittentes instantané de 32%.

Cette avancée est permise par les performances de la batterie EDF de Saint-André d'une puissance d'1 MW, l'un des plus gros stockages d'énergie existant en Europe. De technologie sodium-soufre (NaS), cette batterie permet de corriger les écarts et les chutes brutales de production des parcs photovoltaïques et éoliens. En repoussant la limite de sécurité à 32%, EDF pourra diviser par 3 en 2016 le nombre de jours de déconnexion des producteurs d'énergies renouvelables.
L'énergie perdue par la collectivité sera ainsi réduite de 80%.
Afin de progresser encore dans cette voie, EDF prépare l'implantation, avec des partenaires, d'un parc de batteries de forte capacité (5 MW).

Parallèlement, pour répondre aux besoins de l'île, EDF et le syndicat d'électrification de La Réunion (SIDELEC) ont lancé un projet de micro-grids 100% solaires à Mafate, au coeur du parc naturel de La Réunion, dans un site particulièrement isolé. Ce projet offre aux habitants des solutions autonomes d'accès à l'énergie, associant des équipements photovoltaïques à une technologie de batteries à hydrogène.

L'île de La Réunion est un territoire d'excellence et d'innovation, engagé dans la transition énergétique depuis une dizaine d'années. Les énergies renouvelables y représentent aujourd'hui 36% de la production électrique et d'importants progrès ont été réalisés en matière d'efficacité énergétique. EDF développe des actions pour faciliter l'accès aux équipements éco-efficaces, via notamment ses offres Agir Plus ou les campagnes « Ecosolidaires » menées en partenariat avec la Région et les CCAS.

Jean-Bernard Lévy, Président-Directeur général du Groupe EDF a déclaré : « La démarche d'EDF à La Réunion s'inscrit pleinement dans le cadre de la stratégie CAP 2030 du Groupe pour promouvoir une énergie bas carbone dans les territoires. Les progrès réalisés dans l'efficacité énergétique et le stockage sur l'île sont essentiels pour intégrer dans nos réseaux davantage d'énergies intermittentes. Je salue également le développement de solutions de production décentralisées et innovantes, qui répondent aux besoins de l'ensemble de nos clients. »

http://www.zonebourse.com/EDF-4998/actu ... -21783176/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Situation dans les DOM
MessagePublié: 14 Avr 2016, 13:14 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48457
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
Alizés Energie acquiert 6 nouveaux parcs éoliens en Nouvelle Calédonie

14 Avril 2016

Alizés Energie (filiale à 100 % d’ENGIE) implantée dans le Pacifique, triple sa puissance installée en éolien terrestre en Nouvelle Calédonie grâce à l’acquisition d’une centaine d’éoliennes.

Alizés Energie, qui possédait déjà trois parcs éoliens d’une puissance de 13 MW, exploite désormais une puissance électrique et renouvelable installée totale de 38 MW.

Alizés Energie, groupe ENGIE, vient d’investir dans l’acquisition des six parcs éoliens du Groupe Quadran implantés dans le Pacifique, sur la Grande Terre et sur l’île de Lifou. Avec cet achat, Alizés Energie exploite la totalité des installations éoliennes sur le territoire de Nouvelle Calédonie, soit 143 éoliennes pour une puissance totale installée de 38 MW.

L’exploitation du vent – localement très abondant – permet de répondre à la demande d’électricité renouvelable dans une zone complexe et à forte contrainte météorologique. De ce fait, exposées à un risque cyclonique élevé, 80 % des éoliennes exploitées par Alizés Energie présentent la spécificité d’être « repliables » au sol, pouvant ainsi résister à des vents supérieurs à 300 km/h (cyclones de classe 5).

Précurseur dans le domaine des énergies renouvelables sur le territoire Pacifique (Nouvelle Calédonie, Wallis et Futuna et Vanuatu), Alizés Energie accompagne ses clients - collectivités et entreprises -dans leur besoin de sécurisation de leur approvisionnement énergétique, tout en réduisant la part des énergies traditionnelles émettrices de CO2.

Premiers concernés par le réchauffement climatique, les territoires insulaires, jusqu’alors largement dépendants des énergies fossiles, sont aujourd’hui pleinement engagés dans la transition énergétique.

( src - CP - Engie )

http://www.enerzine.com/3/19215+alizes- ... onie+.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Situation dans les DOM
MessagePublié: 08 Juil 2016, 17:15 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48457
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
Sous le soleil de Marie-Galante, un nouveau parc éolien avec stockage

parue le 08 juill. 2016

Image

Une centrale éolienne avec stockage par batteries a été inaugurée fin juin sur l’île de Marie-Galante, à plus de 6 000 km de la métropole. Présentation de ce parc qui constitue une première en France selon l’exploitant Quadran.

Ce parc éolien de Petite-Place est composé de 9 éoliennes rabattables adaptées aux conditions cycloniques, fournies par le constructeur français Vergnet(3) qui a installé de nombreuses éoliennes de ce type en outre-mer (237 rien qu’en Guadeloupe). Hautes de 55 m, elles disposent chacune d’une puissance unitaire de 275 kW, la capacité cumulée du parc avoisinant donc 2,5 MW.

La véritable nouveauté de ce parc réside dans son système de stockage de l’électricité grâce à un ensemble de batteries lithium-ion de l’entreprise française Saft (rachetée en mai 2016 par le groupe Total(4)). Celui-ci permet de pallier en partie l’intermittence de la production éolienne en ajustant davantage la fourniture d’électricité aux besoins électriques de l'île au fil du temps. Précisons que la capacité cumulée de stockage de ces batteries se limite toutefois à 460 kWh, soit l’équivalent de moins d’une heure de production de 2 des 9 éoliennes à leur puissance nominale.
.......................

Le parc éolien de Petite-Place doit permettre de se substituer à la consommation annuelle de 600 tonnes de fioul lourd.
.......................
Le parc éolien de Petite-Place a nécessité un investissement, système de stockage compris, de 9 millions d’euros (auquel s’ajoute son raccordement au réseau électrique guadeloupéen avec une ligne de 22 km dont le coût avoisine 2 millions d’euros)
................

en entier : http://www.connaissancedesenergies.org/ ... age-160708


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Situation dans les DOM
MessagePublié: 10 Déc 2016, 21:34 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48457
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
La Guyane lance un projet innovant de smart grid 100% renouvelable

5 déc 2016

Disposant de ressources hydroélectriques et renouvelables considérables, la Guyane entend bien profiter de ce potentiel pour réduire sa dépendance aux combustibles fossiles et atteindre d’ici 2030 l’autonomie énergétique. En visite dans la région du 27 au 29 novembre dernier, Jean-Bernard Lévy, Président-Directeur général du Groupe EDF, a rencontré l’ensemble des acteurs œuvrant au développement de solutions innovantes au service de la transition énergétique du territoire, et inauguré le lancement d’un nouveau projet de smart grid basé sur l’association de l’énergie hydraulique et de la biomasse.

Image
.........................


http://lenergeek.com/2016/12/05/la-guya ... ouvelable/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Situation dans les DOM
MessagePublié: 08 Avr 2017, 13:13 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48457
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
La feuille de route énergétique de la Guyane officialisée

le 04 avril 2017

Le décret relatif à la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) de la Guyane a été publié au Journal officiel le 1er avril alors que la collectivité ultramarine connaît actuellement un mouvement social de grande ampleur. Présentation des grandes orientations énergétiques de cette région d’ici à fin 2023.

Image
Mis en service en 1994, le barrage hydroélectrique de Petit Saut est la principale installation de production électrique en Guyane. (©EDF-Sébastien Salerno)
.......................


lire ici : http://www.connaissancedesenergies.org/ ... see-170404


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Situation dans les DOM
MessagePublié: 28 Avr 2017, 17:50 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48457
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
EN GUYANE, VOLTALIA REMPORTE UN NOUVEAU PROJET DE CENTRALE BIOMASSE

28 avr 2017

La société française Voltalia, spécialisée dans les énergies renouvelables, a annoncé vendredi 21 avril 2017, avoir remporté un nouveau projet de centrale biomasse en Guyane. Cette installation de 5,1 MW contribuera directement à la réalisation des objectifs de programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) guyanaise dont elle sera l’une des deux premières réalisations.
...............

https://lenergeek.com/2017/04/28/guyane ... -biomasse/


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Situation dans les DOM
MessagePublié: 01 Mai 2017, 11:18 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48457
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
La centrale biomasse Galion 2 va fournir 15 % de l’électricité de Martinique

Posté par Frédéric DOUARD le 19 avril 2017

La centrale Galion 2, d’une capacité de production électrique de 36,5 MWé et représentant un investissement privé de 185 millions d’euros, est le première centrale de cogénération 100 % biomasse de Martinique. Le projet porté par par Albioma Galion, filiale à 80 % d’Albioma et à 20 % de COFEPP, son partenaire historique aux Antilles, repose sur un échange avec la sucrerie du Galion, le projet visant à assurer l’avenir de la sucrerie en la rendant plus performante, consolidant en même tempts la filière canne-sucre-rhum martiniquaise (1300 emplois). Cet échange porte sur la fourniture de la bagasse de la sucrerie à la centrale de combustion. La centrale Galion 2 a vocation à fournir de l’électricité pour le réseau électrique de la Martinique ainsi que de la vapeur pour alimenter le procédé industriel de la sucrerie.

Ce projet, qui a mûri durant 10 ans, fait aujourd’hui progresser la part d’énergie renouvelable en Martinique de 7 % à 22 % et, ainsi, favorise la transition énergétique de l’île en fournissant 15 % de la consommation électrique totale de l’île. Rappelons qu’en 2011, un premier projet bagasse sur base charbon avait été prévu, et que c’est en raison de la non-acceptation par la population et les élus locaux de l’usage du charbon en Martinique que la solution biomasse s’est imposée en 2013. Cette solution 100% renouvelable, adoptée en cohérence avec le plan de la Schéma Régional Climat Air Energie (SRCAE) adopté par la Région Martinique, participe au développement de l’emploi en Martinique, en faisant travailler 34 personnes directement au fonctionnement et générant plus de 200 emplois indirects.

Depuis début 2015, les travaux de construction de la centrale se sont poursuivis sans discontinuer, et la mise en service de l’installation est prévue pour le quatrième trimestre 2017. Cependant, un jugement du Tribunal Administratif de Fort-de-France en date du 4 octobre 2016 avait annulé l’arrêté d’exploitation de la centrale suite à des griefs soulevés par l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Martiniquais. Aujourd’hui, ces griefs ayant été levés, la Cour Administrative d’Appel de Bordeaux, dans son arrêt du 13 avril 2017, vient de confirmer la validité de l’autorisation d’exploitation qui pourra se faire comme prévu pour une durée de 30 ans.

Cette mise en service va réduire la part des énergies fossiles dans le mix énergétique martiniquais de 94% à 80%, et fera passer la part des énergies renouvelables de 6% à 20%. La réduction des émissions de C02 est la suivante :

190 000 t/ an par rapport aux centrales « Diesel »
340 000 t/an par rapport à une centrale « Bagasse-Charbon »
Quelle biomasse pour Galion 2 ?

La centrale Galion 2 sera alimentée, dans un premier temps, à hauteur d’environ 10 % par de la biomasse locale, constituée de 30 000 tonnes de bagasse fournie par la sucrerie du Galion ainsi que d’autres biomasses locales aujourd’hui disponibles sur l’île. L’objectif sera de porter progressivement la part de la biomasse locale à 40% à horizon 2024, grâce au développement de filières locales agricoles et forestières.

Image
Plan d’approvisionnement de la centrale Galion 2, crédit Albioma

Les filières locales se concentreront sur les ressources suivantes :

agricoles, comme des arbres plantés en association avec de l’élevage,
forestières, dans le cadre d’une gestion durable de la forêt privée martiniquaise,
résiduelles, comme la partie ligneuse des déchets verts.

Le complément en biomasse sera constitué de granulés de bois importés d’Amérique du Nord.

https://www.bioenergie-promotion.fr/505 ... artinique/


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 69 messages ]  Aller vers la page Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Les heures sont au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de:
Aller vers:  
cron
POWERED_BY
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr