Libéralisation de l'énergie en France

Ce forum ne traite pas du «grand jeu» mais des réactions plus locales au pic pétrolier, à l'échelle du pays, des régions, ou des villes.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
osas09
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 362
Inscription : 15 oct. 2007, 11:44

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par osas09 » 19 juil. 2012, 21:29

les échos a écrit : La facture d'électricité pourrait grimper de 50 % d'ici à 2020

La facture des ménages pourrait grimper de 50 % d'ici à 2020, selon la commission d'enquête du Sénat sur le coût réel de l'électricité. Les investissements dans la filière nucléaire et dans les renouvelables devraient peser sur les coûts d'ici à 2020.
http://www.lesechos.fr/entreprises-sect ... 2050%C2%A0
Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 06 nov. 2012, 11:21

Un nouveau fournisseur d'énergie verte débarque en France :

06 Nov 2012

Le Groupe Lampiris est le premier fournisseur d'énergie verte en Belgique ou il exerce son activité depuis 2005. Dès son lancement il a choisi de ne fournir que de l'énergie verte. Ayant ses licences depuis août 2012 pour la fourniture d'électricité et de gaz en France, il vient de commencer à lancer ses offres commerciales sur notre territoire.

Pour parvenir à proposer des prix concurrentiels concernant le gaz, le Groupe Lampiris a choisi de les dissocier des prix du cours du pétrole, car il estime que " cette pratique maintient le prix du gaz à un niveau artificiellement élevé ". En outre, en se fournissant sur les marchés "SPOT" français, belges et néerlandais où les contrats d'approvisionnement se négocient à plus court terme et à des prix plus avantageux, cela lui permet de " proposer un prix au kWh près de 15% plus avantageux que le tarif réglementé " explique son fondateur, Bruno Vananzi.

Dans le cadre de son lancement commercial, Lampiris accorde, jusqu'à la fin du mois de novembre, une ristourne supplémentaire de 2% sur ses tarifs officiels de gaz.

Quant à l'électricité le Groupe précise qu'il s'approvisionne exclusivement auprès de producteurs bénéficiant de garanties qui certifient que la totalité de leur électricité provient d'énergies renouvelables (éolien, hydraulique, cogénération, biomasse).
http://www.boursorama.com/actualites/un ... 27ba93aa2e

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 13 mars 2014, 19:25

Energie : les concurrents d’EDF et de GDF Suez gagnent du terrain

Les Echos 13/03/2014

Fin décembre, EDF avait perdu 2,5 millions de clients particuliers et GDF Suez 1,44 million.

Image

Officiellement instaurée le 1er juillet 2007, l’ouverture des marchés de l’énergie en France commence doucement à porter ses fruits : au cours de l’année 2013, les fournisseurs historiques (notamment EDF et GDF Suez) ont perdu respectivement 355.000 et 262.000 clients, entreprises et particuliers, selon l’observatoire des marchés de l’énergie publié ce jeudi par la Commission de régulation de l’Energie (CRE).

Les fournisseurs alternatifs gagnent du terrain, assurant 18 % de la consommation d’électricité et 39 % de celle de gaz au 31 décembre 2013, contre respectivement 16 % et 33 % à la fin de 2012. Sur les seuls sites résidentiels, la part de marché des alternatifs est toutefois plus limitée, car les particuliers sont moins enclins à quitter l’opérateur historique (ou ignorent qu’ils peuvent le faire) : si les alternatifs ont conquis 2,47 millions de ménages dans l’électricité (sur un total de 31,2 millions), et 1,44 million dans le gaz (sur 16,6 millions), EDF assure encore 91,2 % de la consommation d’électricité des ménages, et GDF Suez 86,6 % de celle de gaz.

Accélération de l’ouverture du marché de l’électricité en fin d’année

Dans l’électricité, l’ouverture au marché s’est accélérée en fin d’année, note le régulateur. Suite à l’annonce en juillet 2013 d’une forte augmentation des tarifs réglementés (+5 % au 1 août 2013 et +5 % à venir au 1 août 2014), les fournisseurs alternatifs n’ont pas manqué de promouvoir leurs propres offres à des conditions plus intéressantes, ou à prix fixes. Alors que 91 % des consommateurs sont toujours au tarif réglementé, la CRE, qui liste 14 fournisseurs alternatifs nationaux fin 2013, note que l’offre de marché la moins chère à Paris est inférieure de 4 % à ce tarif.

Dans le gaz, où l’ouverture au marché est plus ancienne, le rythme de passage aux offres de marché est resté soutenu, souligne la CRE. Les fournisseurs alternatifs, au nombre de 17 en fin d’année, ont là aussi continué de proposer des offres relativement agressives par rapport au tarif réglementé. En particulier, l’opérateur belge Lampiris a lancé en octobre une offre groupée très médiatisée avec l’UFC Que Choisir : sur les 140.000 personnes qui se sont préinscrites, 70.000 ont effectivement choisi de changer d’opérateur. Contrairement à EDF, l’opérateur historique GDF Suez a choisi de proposer lui aussi des offres de marché, pour ses clients souhaitant ne pas rester au tarif réglementé : plus d’un million de particuliers ont choisi cette option.
http://www.lesechos.fr/entreprises-sect ... r=RSS-2062

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 24 mars 2014, 14:30

Etude : les parts des fournisseurs d'énergie sur le marché français

Le comparateur des offres des fournisseurs d’énergie Selectra diffuse son premier panorama des volumes de clientèle des fournisseurs d’énergie sur les marchés de l’électricité et du gaz. En voici les principaux enseignements.
................
http://www.enerzine.com/14/17077+etude- ... cais+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 12 juin 2014, 16:05

Gaz / électricité : Les offres de marché progressent en France

12 Juin 2014 enerzine

Les marchés de l'électricité restent encore largement dominés par les tarifs réglementés ; au 31 mars 2014, 91 % des sites toutes catégories confondues, soit 73 % de la consommation, sont aux tarifs réglementés en électricité.

Sur le marché du gaz naturel, au 31 mars 2014, 73 % des sites sont au tarif réglementé de vente, ce qui représente 33 % de la consommation.

Concernant uniquement les clients résidentiels, la part des offres de marché augmente de 5,4 % en électricité et de 10,6 % en gaz
........................
en entier : http://www.enerzine.com/14/17389+gaz--e ... ance+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 29 oct. 2014, 21:22

Tarifs de l'électricité: la nouvelle méthode de calcul officialisée limitera la hausse attendue

Paris 29 oct 2014

Devançant l'échéance de la fin 2015, le gouvernement a officialisé mercredi la nouvelle méthode de calcul des tarifs réglementés de l'électricité, qui devrait limiter la hausse attendue de ces tarifs, appliqués par EDF à près de 28 millions de foyers.

La nouvelle méthode dite par empilement prévoit de fixer le tarif par l'addition des coûts des différentes composantes de la filière en intégrant notamment le prix de l'électricité sur le marché de gros, et non plus par l'unique considération des coûts comptables d'EDF.

Ainsi, se superposeront le coût de production nucléaire (Arenh), le complément à la fourniture d'électricité, les coûts commerciaux d'EDF, les coûts d'acheminement (Turpe) calculés par le régulateur de l'énergie, ainsi qu'une rémunération d'EDF.

Ce mode de calcul doit permettre aux fournisseurs alternatifs de concurrencer EDF en reflétant les coûts auxquels eux-même sont confrontés.

Selon une estimation de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), en appliquant cette nouvelle méthode, les tarifs régulés appliqués aux particuliers, le tarif bleu, devraient augmenter au minimum de 1,6% lors du prochain mouvement tarifaire, au lieu de 6,7% avec l'ancien mode de calcul.

La prochaine évolution tarifaire pourrait en réalité se solder par une augmentation de 2,5% des tarifs de l'électricité (hors taxes) pour les particuliers, avait indiqué à l'AFP une source proche du dossier il y a quelques jours.

- un nouveau recours pas exclu -
.......
.......
http://www.romandie.com/news/Tarifs-de- ... 531991.rom

Remas
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 372
Inscription : 30 déc. 2008, 22:17

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par Remas » 09 nov. 2014, 00:15

Je n'ai pas tout lu, mais je trouve assez dure cette loi NOME pour EDF,


L’ARENH impose à EDF, l’ancien monopole public devenu depuis une société anonyme, de vendre jusqu’à un quart de la quantité d’électricité qu’il produit à l’aide de ses centrales nucléaires existantes (les futures centrales ne sont pas concernées) aux concurrents d’EDF (GDF Suez, Direct Energie…), à un tarif unique fixé par l’Etat. Ce tarif prédéfini, dit “tarif ARENH” fut initialement fixé à 40 €/MWh, avant d’atteindre en janvier 2012 42 €/MWh. A titre de comparaison, le tarif de cession, auquel EDF vend l’électricité aux entreprises locales de distribution (ELD) se situe aux alentours de 32 €/MWh).
http://www.fournisseurs-electricite.com ... a-loi-nome


Je ne vois pas en quoi on libéralise le marché de l'électricité en obligeant un acteur à vendre à un autre acteur, c'est pas libéral du tout.


Contrairement aux rumeurs complaisamment diffusées, en particulier par les organisations antinucléaires, mais aussi par des doctrinaires du libéralisme, EDF a réalisé les énormes investissements des ses programmes hydroélectrique et nucléaire sans recourir aux subventions de l'Etat. Ces investissements ont été financés soit par autofinancement, soit par le recours à des emprunts (souvent à l'étranger) déjà largement remboursés à l'heure actuelle. Ce sont donc les consommateurs et non les contribuables qui ont financé les investissements. Par contre, il est vrai que l'actionnaire d'EDF, l'Etat, n'a pratiquement pas reçu, au moins jusqu'en 1997, de dividendes ni bénéficié de l'impôt sur les sociétés, EDF voyant son chiffre d'affaires croître rapidement, tout en n'affichant que très peu de bénéfices. Implicitement, ceci signifiait que, les consommateurs ayant financé les investissements, c'était eux qui profitaient de la santé de l'entreprise par l'intermédiaire de prix de l'électricité attractifs.
http://energie.lexpansion.com/prospecti ... -4748.html

Y a quelque chose qui cloche quelque part, quelqu'un peut-il m'éclairer ?

Avatar de l’utilisateur
sherpa421
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2482
Inscription : 28 mars 2012, 16:22

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par sherpa421 » 10 nov. 2014, 12:37

Par exemple, le barrage de Villerest, sa fonction principale est officiellement de réguler l'étiage de la Loire. Sa construction a donc été faites sur fonds publiques. En pratique il sert de barrage hydroélectrique, mais surtout il permet de réguler la Loire pour protéger les centrales nucléaires de Belleville (Cher) et de Dampierre (Loiret).

De la même façon, pour permettre d'avoir un refroidissement suffisant en été il est nécessaire d'avoir des barrages en amont, par exemple dans le Tarn ...
La guerre tue.
Moi, j'aime pas le foot.

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 9054
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par mobar » 10 nov. 2014, 12:51

sherpa421 a écrit :
De la même façon, pour permettre d'avoir un refroidissement suffisant en été il est nécessaire d'avoir des barrages en amont, par exemple dans le Tarn ...
Le Tescou est un ruisseau qui ne peut en aucun cas servir à réguler le débit de la Garonne à Golfech ou de la Gironde au Blayais, seuls sites nucléaires en aval de Sivens

Faut arrêter de fantasmer
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 29 déc. 2014, 15:02

Grenoble à l' assaut de Paris ! :mrgreen:
La tour Eiffel alimentée par une entreprise Grenobloise

Acteurs de l'économie | 29/12/2014,

Le symbole de la capitale quitte son fournisseur allemand EON au profit de l'entreprise GEG, Gaz-Electricité de Grenoble, capable d'assurer une énergie 100 % renouvelable. Un contrat de deux ans pour environ 500.000 euros par an.

La Tour Eiffel, jusqu'alors approvisionnée en énergie par l'Allemand EON, change de fournisseur. C'est désormais Gaz-Electricité de Grenoble (GEG) qui assurera la prestation. L'entreprise rhônalpine sera capable de fournir une énergie 100 % renouvelable à partir de janvier 2015.

Ce contrat pour la Tour Eiffel correspond à un peu moins de 7 GW, soit environ mille foyers. Il court sur deux ans pour environ 500.000 euros par an.

Image

La société grenobloise s'est déjà aventurée dans la capitale : elle alimente en énergie l'opéra Garnier à Paris.
http://acteursdeleconomie.latribune.fr/ ... loise.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 08 mars 2015, 13:29

phyvette a écrit :
Alturiak a écrit :En quoi sont-ils captifs ?
Il me semble que le marché est très largement dominé par EdF, aussi bien pour la production que pour la distribution, avec une part de marché de l'ordre de 90%.
Pour la distribution ERdF est une filiale à 100 % d'EdF chargée de la gestion de la presque totalité des ligne HT ou BT.
De plus EdF est le seul opérateur qui distribue les tarifs régulés.

Mais tu as raison, on peut aussi aller chez un alternatif.
Mais comme tu l'auras noté j'ai écris : "marché captif de clients", ce qui ne signifie pas que tous les clients soit captifs comme la formulation de ta question le laisse supposer.
90% au doigt mouillé est presque ça.
Pour être plus précis en 2014 c'était 88.6 % exactement pour EDF.
Le marché de l’électricité, encore dominé par les fournisseurs historiques

ntre la hausse des tarifs réglementés d’EDF, favorable aux fournisseurs alternatifs, et la hausse pressentie du tarif de revente de l’énergie nucléaire, qui leur serait défavorable, le marché de l’électricité se dote encore d’une réglementation peu ouverte à la concurrence. Sept ans après l’ouverture du marché de l’énergie aux particuliers, le fournisseur historique EDF fournit toujours un peu plus de 31,5 millions des 36 191 000 compteurs de l’hexagone, dont l’essentiel sont au tarif réglementé. Face à EDF, les fournisseurs alternatifs opèrent une percée progressive mais continue et s’octroient, fin 2013, 7,9% de la clientèle du territoire.

Parmi ces fournisseurs alternatifs, sur un total de 2 865 000 clients, on note la prépondérance de GDF Suez, qui occupe avec 1 676 000 clients les deux tiers de ce segment. En s’appuyant sur la puissance de sa marque, ainsi que sur une stratégie de recrutement consistant à solliciter ses clients gaz pour l’ouverture d’un compte électricité, GDF Suez s’est rapidement imposé dans le domaine des offres de marché de fourniture d’électricité.

Direct Energie est pour l’instant son seul concurrent ayant réussi à toucher une large audience, avec 840 000 clients soit près d’un tiers du nombre total de clients des fournisseurs alternatifs. Après sa fusion avec Poweo en 2012, Direct Energie a amorcé l’année dernière une campagne d’acquisition de clients fondée sur de nouvelles offres à prix réduit et sur une campagne publicitaire destinée à faire croître sa notoriété auprès des Français. Direct Energie est le pionnier de l'offre Online, qui permet de gérer son compte intégralement en ligne en contrepartie d'une baisse de prix. Le fournisseur prévoit une progression continue de 10% de son portefeuille clients en 2014.

Les parts restantes des fournisseurs alternatifs sur le marché de l’électricité relèvent essentiellement de l’approvisionnement en électricité « verte », qui demeure encore aujourd’hui un marché de niche. Enercoop et Planète Oui, respectivement 18 000 et 17 000 clients, sont les deux fournisseurs spécialisés exclusivement dans cette démarche, chacun à sa façon. En tant que coopérative, enercoop pratique des prix sensiblement plus élevés que ceux de Planète Oui, mais réinvestit l’essentiel de ses profits dans le développement des énergies renouvelables.
http://selectra.info/Parts-de-marche-de ... rance.html
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 16 oct. 2015, 09:50

Total se lance dans la vente d'électricité en France

Usine Nouvelle 29 septembre 2015,
PARIS (Reuters)

Total Energie Gaz a annoncé mardi le lancement d'une offre de vente d'électricité aux petits et moyens consommateurs professionnels en France, la société souhaitant ainsi profiter de la fin des tarifs réglementés de vente pour ces clients, programmée le 31 décembre 2015.

La filiale à 100% de Total, qui commercialise déjà depuis 10 ans du gaz naturel auprès des professionnels et des entreprises, a précisé dans un communiqué qu'elle proposerait à compter du 5 octobre une offre de fourniture en électricité à prix fixe pour un début de livraison à compter du 1er janvier 2016.

Total Energie Gaz ambitionne de multiplier par cinq le nombre de ses sites clients et tripler ses volumes de gaz et d'électricité vendus en France d'ici à 10 ans, ce qui correspondrait à une part de marché de 8% dans l'électricité pour les professionnels, soit l'équivalent de celle que la société affiche aujourd'hui dans le gaz.

Total Energie Gaz a réalisé en 2014 un chiffre d'affaires de 1,1 milliard d'euros.
http://www.usinenouvelle.com/article/to ... ce.N353459

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 16 oct. 2015, 09:53

Eni Gas & Power (France) commercialisera de l'électricité en 2016

16 oct 2015 enerzine
Image
Dans un contexte de fin des tarifs réglementés de vente dont l'échéance arrive à grands pas, Eni Gas & Power France a tenu lors d'une conférence de presse à revenir sur l'ouverture du marché du gaz à la concurrence, en dressant un bilan reprenant ses attentes mais aussi les limites constatées.
Bien qu'ouvert à la concurrence depuis 2000, la libéralisation des marchés s'est nettement accélérée avec la fin des tarifs réglementés pour les professionnels. Si Eni parle de « mouvement » c'est que cet élan n'est qu'un début et non un aboutissement. Le processus aboutira le jour où la fin des tarifs réglementés sera effective aussi bien pour les professionnels dont la consommation est inférieure à 30 MWh que pour les particuliers.

Autre signe d'ouverture, d'importants marchés publics ont été remportés par des fournisseurs de gaz alternatifs. Eni a notamment remporté l'appel d'offre lancé par la filiale logement de SNCF, ICF Habitat ainsi que trois lots de l'appel d'offres organisé par le Sigeif, important syndicat d'énergie en France.

Concernant les particuliers, le réveil est encore bien timide. 81% des consommateurs sont toujours chez le fournisseur historique. Pourtant, ils se voient offrir un large éventail d'offres et de solutions d'accompagnement. Et le plus surprenant est que d'après le récent sondage Ifop/Eni*, 77% des Français estiment que l'ouverture progressive du marché est une bonne chose.

Des décisions réglementaires restrictives et contraignantes

Au nombre de trois, les obligations réglementaires évoquées ci-après ont un coût non négligeable qui se répercute invariablement sur la facture des clients et sur la capacité d'investissement des alternatifs :

- Le CEE[1] (Certificat d'Economie d'Energie). Concernant le nouveau dispositif CEE précarité énergétique, Daniel Fava, Directeur général d'Eni Gas & Power France se prononce : « la décision d'augmenter le volume en créant les CEE précarité énergétique a été prise sans concertation avec les fournisseurs, or les modalités de mise en œuvre et l'impact économique sur leur budget sont lourds et coûteux ». En effet, la hausse du coût du CEE provoque par répercussion la hausse de la facture de chaque client. A cela s'ajoute le fait que le fournisseur historique reste avantagé car il avait déjà tissé des relations avec des bailleurs sociaux et des réseaux d'installateurs, relations que les nouveaux entrants n'ont pas eu le temps de créer.

- Le stockage. Ici, il s'agit d'anticiper une catastrophe climatique afin que l'approvisionnement ne soit pas perturbé, en stockant 80% du besoin de consommation de l'ensemble de ses clients. La démarche est louable mais statistiquement une telle catastrophe ne peut se produire qu'une fois tous les 50 ans, aussi la pertinence d'un tel stockage paraît moins justifiée au regard du coût qu'il représente.

- L'extension de la CSPE (Contribution au Service Public de l'Electricité). Il s'agit d'un prélèvement fiscal auprès des consommateurs d'électricité afin de dédommager les fournisseurs des surcoûts liés aux obligations engendrées par la loi sur le service public de l'électricité. En ce moment, des discussions ont lieu sur la nécessité d'étendre la collecte de ce prélèvement aux autres énergies. Bien qu'aucune décision n'ait encore été prise, Eni Gas & Power prévient que l'adoption de cette mesure se solderait par un surcoût conséquent pour les consommateurs de gaz. En effet, cela augmenterait la facture du gaz naturel de 10% !

Daniel Fava s'interroge : « Pourquoi de telles restrictions sont mises en place ou envisagées alors que le gaz naturel est une énergie d'avenir, peu polluante, complémentaire et dont les réserves ne feront pas défaut ? Dans un contexte de développement des énergies renouvelables, il serait dommageable d'entraver sa progression ».

Objectifs et perspectives de développement

En effet, malgré les contraintes réglementaires décrites, le gaz naturel a de multiples avantages et Eni se positionne pour faire changer les choses:

- le prix du gaz est 2,2 fois moins cher que celui de l'électricité
- le gaz naturel émet 40% d'émissions de CO2 en moins que le charbon et sa chaîne d'approvisionnement est l'une des moins émettrices en CO2 (parmi celles des combustibles courants). C'est pourquoi le gaz naturel aurait pu faire partie intégrante du projet de loi sur la Transition Energétique. Il peut être complémentaire au développement des énergies renouvelables, toutes les infrastructures existent déjà et de nombreuses pistes restent à explorer comme les transports, la micro-génération, etc.
- en prenant les réserves prouvées et estimées, il y a plus de 235 ans de réserves de gaz naturel. Eni a d'ailleurs récemment découvert le plus grand gisement gazier en Méditerranée au large de l'Egypte, soit 850 milliards de m3.

Eni Gas & Power France prévoit aussi de développer son parc avec un objectif de + 500 000 clients à l'horizon 2017 en prenant en compte les attentes des consommateurs. D'après le sondage Ifop/Eni*, les Français souhaitent majoritairement :

- bénéficier d'un prix sécurisé (51%)*
- recevoir des renseignements sur leur consommation et des conseils pour économiser (51%)*
- disposer d'un prix bloqué et uniquement révisable à la baisse (50%)*
- pouvoir faire des économies (35%)*.

La prochaine étape annoncée ce matin par Eni Gas & Power est la vente d'électricité à partir de 2016. Selon Daniel Fava, « Eni Gas & Power France se lance avec les mêmes ambitions que lorsqu'il s'est positionné sur le gaz en prônant l'innovation et la création de services dédiés aux besoins de l'ensemble des consommateurs ».

*Sondage Ifop/Eni réalisé du 4 au 10 septembre 2015 sur un échantillon de 1001 personnes représentatif de la population française, âgée de plus de 18 ans, par questionnaire en ligne.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 22 oct. 2015, 18:02

Image
Gaz ou électricité, faites jouer la concurrence !

Energie. Selon le rapport du Médiateur de l'énergie publié aujourd'hui, près d'un ménage sur deux ignore toujours que le marché est ouvert.

Erwan Benezet LeParisien.fr 20 Oct. 2015

http://www.leparisien.fr/espace-premium ... 201261.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57295
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 09 nov. 2015, 13:05

Electricité : plus de 100 000 clients professionnels en offre de marché

09 Nov 2015 enerzine

La fin programmé des tarifs réglementés jaune et vert chez les professionnels va bouleverser un peu plus le marché de l’électricité car les entreprises et les collectivités négocient désormais leurs tarifs avec des fournisseurs alternatifs autre que l'opérateur historique EDF.

A partir du 1er janvier 2016, les clients professionnels dont la puissance d'électricité souscrite est supérieure de 36 kVA devront quitter les tarifs réglementés pour une offre de marché en application de la loi relative à la Nouvelle Organisation du Marché d'Electricité du 7 décembre 2010 (loi NOME).

Sur les 450 000 clients professionnels concernés par ces mesures, près d'un quart sont passés en offre de marché. Parmi eux, 75 000 viennent de souscrire un contrat en offre de marché au 1er novembre. Ils ont ainsi évité l'augmentation des prix liée à la période hivernale prévue dans certains tarifs réglementés jaunes et verts à partir de cette date.

"Sur le marché de l'électricité, c'est la première fois que les consommateurs montrent massivement leur détermination à choisir l'offre la plus attractive et la moins chère. Nous venons de franchir une étape significative de l'ouverture à la concurrence" a noté Philippe de Ladoucette, président de la Commission de RE.
http://www.enerzine.com/15/18850+electr ... rche+.html

Répondre