Ministére écologie, du développement durable et de l’énergie

Ce forum ne traite pas du «grand jeu» mais des réactions plus locales au pic pétrolier, à l'échelle du pays, des régions, ou des villes.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Ministére écologie, du développement durable et de l’éne

Message par energy_isere » 12 févr. 2015, 22:00

Energies renouvelables: Royal fait sauter de nouveaux verrous

Par AFP, publié le 12/02/2015

La ministre de l'Ecologie et de l'Energie a annoncé jeudi une série de mesures en faveur des énergies renouvelables, notamment une baisse des contraintes militaires sur le développement éolien, un prochain appel d'offres sur le photovoltaïque et des simplifications administratives.

Baisse de la facture énergétique, source de croissance et d'emplois, le développement des énergies renouvelables "ouvre de nombreuses opportunités", a affirmé Ségolène Royal, lors d'un discours au colloque national annuel du Syndicat des énergies renouvelables à Paris.

Alors que pour la première fois en 2014, la production d'électricité issue des renouvelables a atteint 20% de l'ensemble de la production de courant, elle a annoncé quatre nouvelles mesures pour faire sauter certains verrous qui freinaient jusqu'ici le développement des énergies renouvelables.

Très attendues par le secteur de l'éolien terrestre, la ministre a annoncé que les discussions "avancent" avec le ministère de la Défense à propos de la cohabitation des éoliennes et de certaines installations de l'armée.

Le ministère de la Défense a accepté de réduire de 18% les zones de survol à très basse altitude et de 11% les zones d'entraînements, où l'installation d'éoliennes est interdite, a-t-elle affirmé.

Et un amendement du Sénat à la loi sur la transition énergétique actuellement examinée va permettre de revoir les zonages autour des radars "tout en préservant les analyses au cas par cas dans les zones sensibles", a-t-elle précisé.

Sur l'éolien en mer, la ministre a également annoncé l'introduction dans la loi d'un amendement permettant un meilleur dialogue en amont des projets entre le gouvernement et les candidats potentiels à des appels d'offres.

En revanche, elle a donné la consigne de prolonger "un peu" les concertations autour de la définition des zones pour les prochains appels d'offres.

Ségolène Royal a également annoncé que l'ordonnance portant sur la généralisation de l'expérimentation du permis unique dans l'éolien et la méthanisation sera publiée dès la promulgation de la loi sur la transition énergétique "avant l'été".

La ministre veut également favoriser l'autoconsommation d'énergie par les particuliers en annonçant la publication ce jeudi du rapport du groupe de travail sur le sujet qui doit être "le point de départ d'un grand chantier prioritaire".

Parmi les propositions: le lancement d'appels d'offres pour les installations d'autoconsommation dans les secteurs industriels, tertiaires et agricoles, notamment via des panneaux solaires installés sur les bâtiments, la mise en oeuvre d'un cadre réglementaire.

Dans le solaire, la ministre a annoncé le lancement d'un appel d'offres "dans les prochains jours" pour les installations de puissance intermédiaire et un autre incluant le stockage d'énergie en outre-mer.

Enfin, Ségolène Royal a annoncé la première réunion du Comité national biogaz le 24 mars prochain pour faire des propositions en faveur de la méthanisation, qui permet de produire de l'énergie à partir des déchets, notamment agricoles.
http://www.lexpress.fr/actualites/1/pol ... df0c712d_0

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7593
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Ministére écologie, du développement durable et de l’éne

Message par Remundo » 13 févr. 2015, 20:41

un rapport bien touffu sur le sujet
http://www.ddline.fr/rapport-sur-lautoc ... ouvelable/
Principales recommandations et dispositifs de soutien

Expérimenter un dispositif de soutien à l’autoconsommation / autoproduction pour les installations du segment tertiaire/industriel de puissance supérieure à 100 kWc dans le cadre d’un appel à projets pour un volume qui permette de bénéficier d’un retour d’expérience suffisant sur chaque segment.

Expérimenter, sur un volume limité à définir, un dispositif de soutien à l’autoconsommation / autoproduction pour des installations du segment tertiaire/industriel (au sens large : industrie, agroalimentaire, logistique, agriculture, etc.) de puissance inférieure à 100 kWc reposant sur un système de prime à l’énergie autoconsommée et d’achat de l’énergie en surplus.

Mettre en place une expérimentation au niveau des « îlots urbains », dans le cadre d’un appel à projets, visant à identifier les conditions dans lesquelles un modèle d’autoconsommation / autoproduction permet d’optimiser les flux d’électricité à une échelle pertinente tout en réduisant les contraintes d’injection et les puissances de soutirage et en créant de la valeur ajoutée additionnelle pour la collectivité par rapport aux modèles actuels
j'ai l'impression qu'ils réinventent l'eau chaude... avec un vocabulaire de contortionniste.

L'autoconsommation n'est pas du tout nouvelle et ErDF la propose depuis longtemps (vente totale ou vente du surplus) pour tous les producteurs d'EnR.

Par ailleurs, la micro autoconsommation peut se faire facilement avec des petits GTI (grid tie inverter) de faible puissance (moins de 500 W). Ces minionduleurs effacent la consommation "de veille" des habitations qui sont du même ordre. Par contre là contractuellement c'est moins clair.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Ministére écologie, du développement durable et de l’éne

Message par energy_isere » 29 mars 2015, 14:46

Ségolène Royal veut vérifier l'intérêt du changement d'heure

Passera-t-on encore à l'heure d'été l'année prochaine? La ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, a annoncé ce week-end sur Twitter vouloir vérifier l'impact du changement d'heure sur les économies d'énergie, «qui en était la raison d'être» lors de son instauration en 1975 à la suite du choc pétrolier. Elle souhaite en tirer les conséquences pour décider de reconduire ou non l'expérience l'année prochaine. «Les Français doutent de cet impact [...] Le ministère va le vérifier. [...] Ma direction de l'Energie publiera ces résultats», qui seront suivis d'un débat public, explique-t-elle sur le réseau social.

Le passage à l'heure d'été est en effet peu populaire. Selon un sondage OpinionWay réalisé cet automne, moins d'un Français sur cinq y est favorable et seul un Français sur trois pense qu'il permet d'économiser de l'énergie. En revanche, trois personnes sur quatre constatent un effet négatif du changement d'heure sur leur sommeil, leur alimentation ou encore leur humeur.

Il est vrai que l'impact du changement d'heure sur la consommation d'énergie a diminué avec le temps. Selon une étude de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) datant de 2010, les économies d'énergie et de C02 réalisées sont aujourd'hui «réelles mais modestes». Elles s'élevaient en 2009 à 440 GWh, «soit l'équivalent de la consommation en éclairage d'environ 800.000 ménages». En 1995, EDF avait chiffré ces économies à 1200 GWh.
Les économies d'énergie réalisées sont quasi essentiellement liées à l'éclairage, comme le montre le graphique ci-dessous. En retardant le coucher du soleil dans la journée, le passage à l'heure d'été limite l'utilisation des lampes. Mais ce gain d'énergie n'a cessé de diminuer depuis les années 1970, du fait de l'introduction progressive des lampes basse consommation. Reste que pour l'Ademe, l'impact du changement d'heure sur la consommation d'énergie est «confirmé et devrait se maintenir à long terme». En 2030, il devrait encore représenter 340 GWh.

Image

Les deux changements d'heure annuels sont par ailleurs régis par une directive européenne de 2001, qui harmonise ce passage dans l'ensemble des pays européens. Depuis, tous les pays de l'UE changent d'heure en même temps, chaque année en mars et en octobre. La France n'est donc pas seule décisionnaire en la matière, à l'inverse de la Russie, qui est repassée définitivement à l'heure d'été en 2011, après avoir testé pendant trois ans un changement d'heure annuel. «A Moscou, par exemple, la période de lumière du jour après la journée de travail augmentera de 8% sur l'ensemble de l'année, alors qu'elle aurait diminué de 25% avec l'heure d'hiver», expliquait alors une parlementaire russe.
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2015 ... -heure.php

Avatar de l’utilisateur
paradigme
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1238
Inscription : 23 mai 2006, 22:56

Re: Ministére écologie, du développement durable et de l’éne

Message par paradigme » 29 mars 2015, 15:51

energy_isere a écrit :Elles s'élevaient en 2009 à 440 GWh, «soit l'équivalent de la consommation en éclairage d'environ 800.000 ménages». En 1995, EDF avait chiffré ces économies à 1200 GWh.
Le changement d'heure deux fois par an est une vraie connerie ! Ce sont les scientistes, ceux là même qui nous ont obligés à avoir des centrales nucléaires un peu partout sur la planète et quelques accidents inévitables, Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima, dont les deux derniers ne sont toujours pas résolus... qui par leur religion nous tuent doucement mais sûrement...

Le coût du changement d'heure deux fois dans l'année en terme de chauffage et/ou climatisation ainsi que "en ce qui concerne la santé publique, les conditions de travail et les modes de vie, l'agriculture, la protection de l'environnement et la sécurité routière." sont bien supérieurs à la diminution de la consommation en éclairage.

La connerie mène le monde, et le monde va à sa perte comme la grenouille dans sa casserole...
http://fr.wikipedia.org/wiki/Heure_d%27%C3%A9t%C3%A9
Dernière modification par paradigme le 29 mars 2015, 23:51, modifié 2 fois.

houlouk
Goudron
Goudron
Messages : 122
Inscription : 06 nov. 2010, 14:16

Re: Ministére écologie, du développement durable et de l’éne

Message par houlouk » 29 mars 2015, 20:27

Quel rapport entre le nucléaire et le scientisme ? :?

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7719
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Ministére écologie, du développement durable et de l’éne

Message par mobar » 29 mars 2015, 21:19

houlouk a écrit :Quel rapport entre le nucléaire et le scientisme ? :?
Le nucléaire serait il le moyen pour les scientistes de contrôler les acteurs de la société en leurfaisant accepter la nécessité d'un état policier fort, seul capable de garantir leur sécurité, face aux "terrorismes"?
Le scientisme est une vision du monde apparue au XIXe siècle selon laquelle la science expérimentale a priorité pour interpréter le monde sur les formes plus anciennes de référence : révélation religieuse, tradition, coutume et idées reçues. Le scientisme veut, selon la formule d'Ernest Renan (1823-1892), « organiser scientifiquement l'humanité »1. Il s'agit donc d'une confiance (le terme de foi ne s'applique pas dans le domaine expérimental) dans l'application des principes et méthodes de la science expérimentale dans tous les domaines
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Ministére écologie, du développement durable et de l’éne

Message par energy_isere » 25 avr. 2015, 14:19

Ségolène Royal renforce le Fonds Chaleur renouvelable

21 Avril 2015

Le Fonds Chaleur est distribué depuis 2009 par l’ADEME pour accompagner les filières de production de chaleur à partir d’énergies renouvelables. Pour atteindre l’objectif de 32 % d’énergie renouvelable en 2030 inscrit dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte, Ségolène Royal a annoncé le doublement du budget du Fonds Chaleur pour atteindre 420 millions d’euros d’ici 2017. Son champ d’action est élargi pour accompagner plus de projets en faveur de la réduction des émissions de gaz à effet de serre et du renforcement de l’indépendance énergétique de la France. Les crédits supplémentaires seront apportés par le fonds de financement de la transition énergétique.

Une montée en puissance des financements pour les trois prochaines années

La production de chaleur représente la moitié de la consommation d’énergie en France et repose encore principalement sur des énergies fossiles. Le Fonds Chaleur Renouvelable soutient la production de chaleur à partir de biomasse, de géothermie, de solaire, de biogaz et d’énergies de récupération (déchets ménagers, eaux usées..). Le Fonds Chaleur contribue au développement des réseaux de chaleur, à la construction de nouvelles installations de production et au passage aux sources renouvelables lors du renouvellement d’équipements existants.

Géré par l’ADEME, le Fonds Chaleur a financé en 5 ans plus de 3 200 installations alimentées par des sources renouvelables et réseaux de chaleur pour un montant d’1,2 milliard d’euros d’aide et près de 4 milliards d’euros d’investissements au total. Ces projets représentent la production de plus de 1,5 million de tonnes équivalent pétrole (tep) par an d’énergie renouvelable ou de récupération.

Avec le doublement du Fonds, l’objectif est de permettre la production près de 5,5 millions de tep supplémentaires de chaleur renouvelable à l’horizon 2020.

Un champ d’intervention élargi

Le Ministère de l’Écologie et l’ADEME ouvrent dès 2015 le Fonds Chaleur à de nouveaux projets :
.................
.................
lire le détail de la suite http://www.bioenergie-promotion.fr/4079 ... ouvelable/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 53725
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Ministére écologie, du développement durable et de l’énergie

Message par energy_isere » 22 sept. 2018, 09:42

France: le gouvernement poursuit sa trajectoire sur la fiscalité écologique

AFP le 21 sept. 2018

Fiscalité sur le gazole, taxes sur les déchets, chèque-énergie: la transition énergétique et la lutte contre la pollution bénéficieront d'un budget 2019 en hausse mais sans mesure spectaculaire, selon les éléments dévoilés vendredi par le ministère français de la Transition écologique.

Budget du ministère

Le ministère de la Transition écologique et solidaire, qui couvre en particulier l'énergie, les transports ou la lutte contre la pollution, verra son budget augmenter de 3,1% à 34,2 milliards d'euros, notamment pour les transports. Une baisse de 2% des effectifs est prévue.

Taxes sur les carburants

Les taxes sur le gazole augmenteront de 6,5 centimes par litre, dont +2,6 centimes de rattrapage par rapport à la fiscalité de l'essence, et celles sur l'essence de 2,9 centimes.

Cette hausse s'explique par l'augmentation de la Contribution climat énergie (CCE), sorte de taxe carbone, qui passera de 44,6 euros la tonne de CO2 à 55 euros au 1er janvier 2019.

Prime à la conversion

La prime (de 1.000 à 2.500 euros) versée aux ménages pour remplacer un véhicule polluant par un véhicule plus propre sera maintenue. Après une année 2018 record grâce à l'ouverture du dispositif aux véhicules d'occasion, le gouvernement vise 150.000 véhicules échangés via ce dispositif l'an prochain.

Il sera toutefois durci sur les catégories de véhicules éligibles. Actuellement, la voiture achetée peut être d'occasion mais elle doit répondre à certains critères écologiques (vignette Crit'Air de 0 à 2, normes Euro 5 ou 6).

Au-delà du budget 2019, le gouvernement réfléchit à durcir le malus appliqué à l'achat des véhicules les plus polluants.

Energies renouvelables

Alors que le gouvernement met la dernière main à la feuille de route énergétique de la France pour les prochaines années (PPE), près de 7,3 milliards d'euros seront mobilisés directement l'an prochain (+1,3%), pour financer le déploiement de l'éolien, du solaire ou du biogaz.

Le fonds chaleur géré par l'Ademe et consacré notamment aux réseaux de chaleur, augmentera mais l'ampleur de cette hausse est encore en discussion.

Chèque énergie

Créé pour remplacer les tarifs sociaux de l'électricité et du gaz, il sera augmenté à 200 euros par an en moyenne, contre 150 euros cette année. Il est versé à environ 3,7 millions de ménages en situation de précarité pour un coût de 710 millions d'euros en 2019 (+22%).

Rénovation énergétique

Le crédit d'impôt pour la transition énergétique (CITE) ne sera finalement pas transformé en prime et son montant est maintenu. Tout comme le taux réduit de TVA à 5,5% sur les travaux de rénovation énergétique. L'éco-PTZ (prêt à taux zéro) sera simplifié.

Gazole non routier

Le taux réduit de la taxe sur les carburants (TICPE) dont bénéficient certains secteurs industriels qui consomment du gazole non routier (GNR) sera supprimé. A la clé: environ 950 millions d'économies pour l'Etat. Les agriculteurs et le secteur ferroviaire ne sont pas concernés.

Infrastructures de transports

Sur un budget pour la mobilité de 7 milliards d'euros, les investissements dans les transports augmenteront de plus de 300 millions d'euros, avec notamment 80 millions supplémentaires dédiés au renouvellement des rames des trains d'équilibre du territoire (ex-trains Corail) et des TER, +40 millions pour le transport modal de marchandises et les ports, et +50 millions pour l'entretien des routes et voies d'eau. Une enveloppe est également prévue pour le démarrage du plan vélo.

Gestion des déchets

Le budget 2019 mentionne bien une augmentation de la taxe générale sur les activités polluantes (TGAP), plus élevée pour la mise en décharge de déchets, mais seulement en 2021. En attendant, et afin d'aider les collectivités à mobiliser des moyens en faveur du recyclage, la TVA sur certaines activités (tri, collecte, etc.) sera abaissée à 5,5% dès l'an prochain, ainsi que certains frais liés à la perception de la taxe sur les ordures ménagères.

Eau et biodiversité

Quinze millions d'euros seront débloqués pour accompagner le déploiement du plan biodiversité et la redevance dédiée à la lutte contre la pollution diffuse payée par les consommateurs sur leur facture d'eau sera augmentée pour mobiliser 50 millions d'euros supplémentaires.
https://www.connaissancedesenergies.org ... que-180921

Avatar de l’utilisateur
marc0
Condensat
Condensat
Messages : 674
Inscription : 06 juil. 2007, 15:24

Re: Ministére écologie, du développement durable et de l’énergie

Message par marc0 » 17 oct. 2018, 15:40

toujours pire : la lobbyiste de Danone au ministère de l'écologie : https://www.liberation.fr/france/2018/1 ... ue_1685676

:-D :-D :-D

il y a des fois je me demande si le suicide collectif actuel n'est pas volontaire...

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7593
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Ministére écologie, du développement durable et de l’énergie

Message par Remundo » 17 oct. 2018, 19:41

et cacastarnerveux à l'intérieur :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7938
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Ministére écologie, du développement durable et de l’énergie

Message par kercoz » 17 oct. 2018, 20:20

Ministre du développement du rable :
https://www.youtube.com/watch?v=c6ZK84kQAbo
Entre 2 certitudes , il faut toujours choisir la moindre .

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 7593
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Ministére écologie, du développement durable et de l’énergie

Message par Remundo » 17 oct. 2018, 20:47

oui donc une belle libérale issue des multinationales.

une autre pointure...

Répondre