Libéralisation de l'énergie GAZ en France

Ce forum ne traite pas du «grand jeu» mais des réactions plus locales au pic pétrolier, à l'échelle du pays, des régions, ou des villes.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51577
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 01 juin 2012, 11:43

Marché du gaz : La France priée de revoir sa législation sur les prix

La Commission européenne a demandé jeudi, officiellement, à la France de mettre sa législation nationale sur les tarifs réglementés du gaz naturel pour les clients finaux non résidentiels en conformité avec les règles de l'Union.

.........
lire ici ; http://www.enerzine.com/12/14012+marche ... prix+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51577
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 09 oct. 2012, 16:38

Les folles ambitions d'ENI sur le marché du gaz français

Usine Nouvelle le 09 Oct 2012

Après le rachat du distributeur français Altergaz en 2010, le groupe italien ENI vise 500 000 ménages abonnés à ses offres de gaz en France d'ici à 2016.

Déjà fournisseur d'électricité pour les professionnels en France, la société nationale italienne des hydrocarbures ENI entend bien ne pas s'arrêter en si bon chemin de notre côté des Alpes.

Lors d'une conférence de presse tenue ce mercredi 9 octobre à Paris, Umberto Vergine, patron d'Eni Gas & Power, la division de fourniture de gaz et d'électricité du groupe, a affiché ses ambitions en France : "Nous voulons être un acteur majeur sur le marché professionnel et résidentiel, avec un objectif de croissance de 50 % de nos ventes d'ici 2016", a rapporté l'AFP.

Grâce au passage définitif de l'opérateur Altergaz sous sa marque début octobre, ENI entend profiter de la manne et multiplier par trois son nombre de clients pour atteindre 500 000 utilisateurs en 2016.

Selon l'AFP, le groupe a lancé dans la foulée quatre nouvelles offres résidentielles, dont l'une d'entre elles propose une remise de 6 % par rapport au tarif réglementé de GDF Suez.

Et il n'y a pas que la France qui intéresse l'Italien. ENI dit en effet cumuler plus de 9 millions de clients dans toute l'Europe, et viser les 12 millions.
http://www.usinenouvelle.com/article/le ... is.N183610

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51577
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Libéralisation de l'énergie GAZ en France

Message par energy_isere » 23 mai 2013, 18:01

suite de ce post viewtopic.php?p=332733&sid=4c9b4fe7bbe3 ... a3#p332733
Gaz naturel : ENI vise 650.000 foyers français d'ici 2016

22 Mai 2013 enrzine

Le PDG d'ENI gas and power France a annoncé mercredi avoir conquis près de 50.000 nouveaux clients particuliers dans l'Hexagone, depuis son arrivé en octobre 2012, ce qui permettrait à la compagnie énergétique d'entrevoir l'avenir avec sérénité.

Mauro Fanfoni vise en effet un portefeuille de 650.000 clients d'ici 2016, soit 150.000 de plus que prévus initialement. Rappelons que depuis le 1er octobre 2012, l'opérateur alternatif 'Altergaz' a changé de dénomination commerciale et a adopté le même nom que sa maison mère. Ce dernier (ENI) possède à ce jour environ 220.000 clients particuliers dans le gaz.

En mai 2012, la société avait déclaré vouloir doubler son portefeuille clients dans le marché du résidentiel, soit environ 300.000 clients particuliers en 2014. Le pari est donc en passe d'être gagné. "Il faut encore attendre un petit peu pour être rentable sur le marché de détail car notre portefeuille n'est pas encore assez important et nous investissons beaucoup", a toutefois nuancé Mauro Fanfoni dans une entretien accordé à Reuters.

"Il faut que les institutions s'engagent à communiquer sur le fait qu'il existe un marché qu'il faut regarder pour vérifier la présence d'offres plus intéressantes (que les tarifs réglementés)", a -il également affirmé. "Finalement, l'objectif est de transférer aux consommateurs les avantages liés à l'ouverture du marché."
http://www.enerzine.com/12/15782+gaz-na ... 2016+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51577
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 07 nov. 2013, 17:25

Acteurs publics : l'UGAP propose une solution d'achat groupé de gaz

Avec la suppression en 2014 des tarifs réglementés de vente, tout pouvoir adjudicateur (Etat, collectivités, etc.), consommateur final de plus de 200 MWh/an, devra impérativement satisfaire ses besoins en gaz au terme d'une opération de mise en concurrence des acteurs économiques.
........
en entier : http://www.enerzine.com/12/16506+acteur ... -gaz+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51577
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 26 nov. 2013, 18:00

"Gaz moins cher en France", l'opération qui fait peur à GDF Suez

Le Point.fr - Publié le 26/11/2013

Promue par l'UFC-Que Choisir, la proposition du fournisseur alternatif belge Lampiris pourrait faire économiser 190 euros par an.

Plus de 140 000 personnes, en majorité soumises au tarif réglementé du gaz, se sont inscrites pour bénéficier de l'offre de gaz moins cher d'UFC-Que Choisir, qui permettra d'alléger leur facture de 190 euros par an en moyenne, a annoncé mardi l'association de consommateurs.

Les consommateurs particuliers abonnés au gaz avaient jusqu'à lundi pour s'inscrire sur le site de l'opération inédite "Gaz moins cher en France", lancée à la mi-octobre, avec la possibilité ensuite de souscrire à une offre du fournisseur alternatif belge Lampiris. Celui-ci proposait des prix d'au moins 13 % inférieurs au tarif réglementé appliqué par GDF Suez et une réduction complémentaire en fonction du nombre d'inscrits. "Nous voulions obtenir la meilleure offre du marché, ensemble nous l'avons obtenue", s'est réjoui Alain Bazot, le président d'UFC-Que Choisir, lors d'une conférence de presse téléphonique.


100 000 souscripteurs maximum

Cette offre finale "permet 15,5 % d'économies par rapport au tarif réglementé (hors taxes) du kWh de novembre. S'ajoutent à cette diminution 35 euros de remise complémentaire individuelle", a ajouté M. Bazot. "Pour un ménage qui va quitter le tarif régulé et qui est dans la consommation annuelle moyenne de 17 000 kWh, l'économie sera de 190 euros". "Au niveau national, l'impact est colossal : ce n'est pas moins de 20 millions d'euros que les consommateurs peuvent collectivement économiser", a-t-il souligné.

Lampiris, petit acteur du marché français, soumettra à tous les inscrits une offre personnalisée, du 7 décembre au 31 janvier, à laquelle ils seront libres de souscrire ou pas. Mais le nombre des souscripteurs sera limité à 100 000, pour un contrat d'une durée d'un an avec une "sécurité juridique renforcée". "On sait que certains se sont inscrits sans être sûrs d'aller au-delà. On ne sait pas quel sera le taux de conversion auquel on va parvenir, 40 ou 50 % ? Si c'était cela, ce serait déjà considérable", a affirmé M. Bazot.

9 millions de foyers sur 11 fidèles à GDF-Suez

Au terme du contrat d'un an, les clients de Lampiris pourront à nouveau changer d'opérateur s'ils le souhaitent. Les tarifs réglementés du gaz, révisés tous les mois, ont augmenté de 0,63 % en moyenne le 1er novembre et d'environ 0,5 % pour les foyers chauffés au gaz, mais ils devraient baisser de 0,2 % pour ces derniers en décembre.

Malgré une ouverture à la concurrence en 2007 et des offres de marché parfois plus avantageuses, quelque 9 millions de foyers sont restés fidèles aux tarifs réglementés de l'opérateur historique GDF Suez, sur un total de 11 millions de ménages français abonnés au gaz. Pour les 6 millions de foyers qui se chauffent au gaz, la facture a diminué de 1,6 % depuis le début de l'année, en excluant une hausse de 2,4 % intervenue au 1er janvier, a de son côté réagi GDF Suez, interrogé par l'AFP.

Méconnaissance de la libéralisation du marché de l'énergie

L'opérateur historique affirme offrir "le meilleur rapport qualité-prix" grâce à "une garantie de sécurité d'approvisionnement totale, des prix fixes (non réglementés) garantis sans augmentation pendant deux ou trois ans et des conseils gratuits pour réduire la consommation d'énergie". Parmi les inscrits à l'opération d'UFC-Que Choisir, 74 % paient le tarif encadré par l'État, alors que 18 % disent ignorer à quel régime tarifaire ils sont soumis. "Cela souligne une très grande méconnaissance des Français sur la libéralisation des marchés de l'énergie", a relevé Alain Bazot.

La plupart des participants habitent en Ile-de-France (plus de 20 000), dans les régions Rhône-Alpes (12 000) et Nord-Pas-de-Calais (9 000). L'UFC-Que Choisir a indiqué qu'elle n'envisageait pas de transposer une offre similaire à l'électricité du fait qu'EDF est vendeur, mais aussi, en quasi-totalité, producteur de l'électricité française. "Il a donc le monopole sur la production d'électricité donc on ne voit pas comment on peut organiser une dynamisation de concurrence", a estimé M. Bazot.
http://www.lepoint.fr/economie/gaz-moin ... 970_28.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51577
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 30 déc. 2013, 13:06

Appel d'offres géant dans la fourniture de gaz en Ile-de-France

30 Dec 2013 enerzine

Afin de profiter d'opportunités en matière d'économies que représente l'ouverture du marché du gaz, le Réseau des Acheteurs Hospitaliers d'Ile-de-France (RESAH) a décidé de renouveler son partenariat avec le plus important syndicat d'énergie de France.

Le SIGEIF (Syndicat Intercommunal du Gaz et de l'Electricité en Ile-de-France) regroupe en effet à ce jour, 184 communes de la région parisienne.

Les établissements de santé et médico-sociaux adhérents du Resah auront ainsi la possibilité de joindre leurs besoins d'achat de gaz à ceux des collectivités territoriales et établissements franciliens qui participeront au prochain appel d'offres européen prévu pour 2014-2016 lancé par le syndicat intercommunal.

Le SIGEIF aura pour mission de s'assurer de la coordination d'un groupement de commandes bénéficiant à 450 adhérents dont 180 nouveaux membres représentant une consommation d'environ 2 milliards de kilowattheures, répartis sur plus de 5.000 points de consommation. Les économies attendues de cette nouvelle opération d'achat conjointe sont très importantes pour les établissements de santé qui y participeront.

L'avis d’appel public à la concurrence a été publié le 20 décembre 2013. De plus, la procédure de sélection des offres et d'attribution des marchés faisant intervenir la commission d'appel d’offres aura lieu en mars 2014.

La période couverte par la fourniture de gaz, qui débutera en juillet 2014 pour une durée de deux années, permettra de surcroît aux acheteurs publics rassemblés dans le groupement du Sigeif de passer sans encombre les échéances programmées de suppression des tarifs réglementés à compter de 2015.

La précédente campagne d'achat groupée avait déjà permis de réaliser des gains allant de 18,9% à 24,7% aux 267 collectivités et établissements publics participants par rapport aux tarifs historiques (ceux du système de tarification réglementée avec l’opérateur historique) soit un total d'économies annuelles d'environ 19 millions d'euros.
http://www.enerzine.com/12/16722+appel- ... ance+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51577
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 07 févr. 2014, 12:46

suite de ce post viewtopic.php?p=354865#p354865
L'UFC a redonné du pouvoir d'achat à 71.000 souscripteurs de gaz

07 Fev 2014

L'UFC-Que Choisir vient d'établir avec satisfaction le bilan de sa campagne « gaz moins cher ensemble » qui s'est achevée le 31 janvier et qui avait pour objectif de dynamiser la concurrence sur le marché du gaz au service des consommateurs.

♦ 50 % des inscrits ont accepté l'offre personnalisée « gaz moins cher ensemble »

Ainsi, sur les 142.491 inscrits à la campagne « gaz moins cher ensemble », 70.812 ont exprimé le souhait de souscrire à l'offre personnalisée qui leur a été faite, soit pas moins d'un inscrit sur deux. La répartition géographique des bénéficiaires est conforme à celle des inscrits, à savoir dans l'ordre régional décroissant :

>> Ile-de-France (14 600),
>> Rhône-Alpes (7300),
>> Nord Pas de Calais (6500).

Avec une moyenne de consommation annuelle de 17.600 kWh, l'économie sur un an pour les bénéficiaires est de 194 euros.

Image

........................
http://www.enerzine.com/12/16901+lufc-a ... -gaz+.html

17.600 kWh en moyenne, c' est déjà des gros consommateur de Gaz.

Perso en étant à 2200 kWh par an d'electricité (pas au Gaz), c'est vraiment pas un truc qui me concerne.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51577
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 02 avr. 2014, 16:12

Gaz naturel : le Sigeif réalise 30 ME d'économies par an

02 Avril 2014 enerzine

Le Syndicat intercommunal pour le gaz et l'électricité en Île-de-France (Sigeif) vient d'attribuer les marchés de son 5e appel d'offres pour l'achat groupé de quelque 100 millions d'euros par an de gaz naturel au profit des acheteurs publics franciliens.

Ce gigantesque appel d'offres européen a été mené par le Sigeif pour le compte de 445 collectivités et établissements publics, tous concernés désormais par l'obligation générale de mise en concurrence des fournisseurs au 1er janvier 2015. Il porte sur la fourniture d'un volume annuel de 2,4 TWh pendant deux ans, répartis sur plus de 5.000 points de livraison, ce qui fait du Sigeif le premier acheteur public de gaz en France.

Une dizaine des plus grands fournisseurs actifs sur le marché des clients publics ont participé à cette consultation. Après avis de sa commission d'appel d'offres, et au regard des critères liés au prix et au niveau des services associés proposés par les candidats, le Sigeif a attribué les marchés selon la configuration suivante :
......................
http://www.enerzine.com/12/17122+gaz-na ... r-an+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51577
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 20 mai 2015, 11:10

Gaz naturel : 10.000 consommateurs professionnels risquent une coupure

20 Mai 2015 enerzine

Selon la Commission de régulation de l'énergie (CRE), pas moins de 10.000 sites professionnels concernés par la fin des tarifs réglementés de vente au 1er janvier 2015 n'ont toujours pas opté pour une offre de marché. Leur contrat de fourniture de gaz est en offre transitoire pour 6 mois et prendra fin au 30 juin 2015.

Devant ce constat la CRE, dont les missions portent sur le bon fonctionnement des marchés de l'électricité et du gaz au bénéfice du consommateur final, a écrit à chacun de ces clients pour les enjoindre à souscrire un nouveau contrat auprès du fournisseur de leur choix, dès à présent, afin d'éviter tout risque d’interruption de leur alimentation en gaz naturel.

Pour rappel, les tarifs réglementés de vente de gaz naturel pour les gros consommateurs professionnels vont disparaitre progressivement entre le 19 juin 2014 et le 1er janvier 2016. Ils devront choisir un nouveau contrat en offre de marché chez le fournisseur de leur choix avant les dates d'échéance prévues.

L'article 25 de la loi du 17 mars 2014 relative à la consommation prévoit trois échéances selon la catégorie de consommateurs :

- 19 juin 2014 pour les très gros consommateurs raccordés au réseau de transport et les entreprises locales de distribution dont le niveau de consommation est supérieur à 100 000 MWh par an ;
- 1er janvier 2015 pour les consommateurs non résidentiels et les immeubles d’habitation consommant plus de 200 MWh par an ;
- 1er janvier 2016 pour les consommateurs non résidentiels consommant plus de 30 MWh, les immeubles d’habitation qui consomment plus de 150 MWh par an et les entreprises locales de distribution consommant moins de 100 000 MWh par an.
http://www.enerzine.com/3/18426+gaz-nat ... pure+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51577
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 26 juin 2015, 16:27

Gaz : Engie confronté à une érosion de ses parts de marché en France

Les Echos -Anne Feitz Le 15/06

L’opérateur historique a perdu 1,5 million de clients en cinq ans sur un total de 11 millions d’abonnés au gaz.Le groupe réduit ses coûts et propose des offres de marché attractives pour compenser la fin des tarifs réglementés.

C’est désormais incontestable, le secteur du gaz est ouvert à la concurrence en France.
L’opérateur historique Engie (ex-GDF Suez) en sait quelque chose. Officiellement entamée il y a un peu plus de dix ans, l’ouverture du marché a été lente, mais régulière : selon le dernier observatoire de la Commission de régulation de l’énergie (CRE) publié la semaine dernière, Engie ne comptait plus parmi ses clients, au 31 mars 2015, que 82 % des 11 millions de foyers utilisant le gaz dans l’Hexagone. En cinq ans, l’ex-Gaz de France a perdu près de 1,5 million d’abonnés chez les particuliers.

La chute est encore plus importante sur le segment des professionnels, sur lequel l’opérateur historique ne détient plus que 70 % des abonnés au gaz. En volume, sa part de marché est même tombée en cinq ans de 75 % à 42 %, représentant une perte annuelle de plus de 100 TWh. Si les industriels gros consommateurs de gaz ont fait jouer la concurrence depuis longtemps, c’est plus récent pour la grande masse des PME, petits professionnels (commerces, etc), ou acteurs publics (établissements publics ou collectivités locales), ou encore pour les particuliers.

Revenus en baisse

Les fournisseurs alternatifs comme Direct Energie ou ENI se sont montrés agressifs sur les prix, avec des offres souvent inférieures de plusieurs points aux tarifs réglementés. Des associations de consommateurs ont organisé des opérations d’achat groupé : le belge Lampiris a réalisé une percée chez les particuliers grâce à l’opération pionnière de l’UFC-Que Choisir. EDF, opérateur historique dans l’électricité, est passé à l’offensive dans le gaz. Enfin, la fin des tarifs réglementés pour les petits professionnels ou les grosses co-propriétés, entrée en vigueur début 2015, a accéléré le processus.

Face à des revenus fatalement inscrits à la baisse, Engie a dû réagir. « Nous avons réduit nos coûts d’environ 15 % », indique Michel Vanhaesbroucke, directeur entreprises et collectivités de la branche Energie Europe. Les effectifs ont été diminués et Internet privilégié pour la relation client. « Quasiment tous nos clients ont aujourd’hui un espace personnel sur le site, sur lequel ils peuvent suivre leur compte, leur facture, etc. Cette gestion numérique répond aussi à une demande des clients, et pas seulement à une recherche d’économies », poursuit-il.

Pour compenser le départ les clients des tarifs réglementés, Engie a proposé des offres de marché attractives. Le groupe a participé aux appels d’offre organisés par des opérateurs publics ou les associations de consommateurs : il a été par exemple l’un des lauréats de l’opération d’achat groupé lancée récemment par Familles de France et Selectra. Sur ses 9,2 millions de clients actuels (dont 8,8 millions de particuliers), 2,1 millions ont souscrit à des offres de marché (soit 23 % du total).

Engie tente aussi de développer ses ventes d’électricité pour compenser ses pertes dans le gaz. Il s’est fixé un objectif de 4,6 millions de clients à l’horizon 2018 (2,3 million aujourd’hui). Le groupe insiste enfin sur la qualité de sa relation client et sur les services. « Les clients sont attentifs à leur consommation : nous pouvons les aider à réduire leur facture », indique Michel Vanhaesbroucke. Pour ce faire, les activités de vente d’énergie « B to B » sont en train de fusionner avec les activités de services à l’énergie, aujourd’hui réalisées par la filiale Cofely, au sein de l’une des nouvelles BU (« business unit ») du groupe.

ENI , une croissance spectaculaire
Ayant repris en 2010 le distributeur de gaz Altergaz, l’italien ENI a commencé à utiliser sa propre marque en France en octobre 2012, à grand renfort de publicité. Avec pour objectif de tripler le nombre de ses abonnés dans l’Hexagone pour le porter à 500.000 en 2016. Il a franchi la barre avec une bonne année d’avance. « L’ouverture du marché s’est accélérée : en un an, nous avons gagné 120.000 clients », indique Daniel Fava, directeur général d’ENI Gas & Power France. Avec 460.000 compteurs résidentiels et 60.000 professionnels, ENI est le seul fournisseur alternatif de gaz réellement offensif sur tous les segments du marché. Prochaine étape : le marché de l’électricité.


EDF, le plus gros des fournisseurs alternatifs de gaz
Le plus gros des fournisseurs alternatifs est… un opérateur historique. EDF a franchi début 2015 le cap du million d’abonnés au gaz, soit 9,5 % du marché en nombre de sites. Il a encore engrangé 30.000 clients supplémentaires depuis le début de l’année, et espère un nouveau bond cet été. En misant sur sa réputation davantage que sur l’argument du prix : alors que la réglementation thermique RT 2012 favorise le gaz pour le chauffage des logements neufs, l’électricien profite des emménagements pour pousser ses offres dans le gaz, pourtant plus chères que le tarif réglementé d’Engie (selon le comparateur energie-info). Pour le moment, EDF n’a pas cherché à conquérir la clientèle des professionnels.


Gaz de Bordeaux, l’outsider qui monte
Comme Engie, Gaz de Bordeaux était confronté à l’érosion de ses parts de marchés liée à la fin des tarifs réglementés. La petite société fait partie des « ELD », ces opérateurs locaux qui, n’ayant pas été nationalisés en 1946, ont le droit de proposer les tarifs réglementés sur leur territoire. « Depuis trois ans nous avons décidé de répondre aux appels d’offres pour les professionnels, dans toute la France », explique son directeur général Philippe Denis. Avec succès. La société compte aujourd’hui 12.000 clients auxquels elle fournit 7 TWh de gaz, et réalise 60 % de son chiffre d’affaires hors du territoire bordelais – ce qui lui a permis de compenser ses pertes subies sur sa zone d’origine. Elle espère passer à 70 % en 2016.


Anne Feitz
http://www.lesechos.fr/industrie-servic ... 128499.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51577
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 29 août 2015, 12:47

Dyneff s'attaque à Engie sur la fourniture de gaz aux professionnels

Par Anthony Rey | 28/08/201

Le pétrolier, basé à Montpellier, vient d'obtenir son agrément comme fournisseur de gaz naturel et lancera cet automne une offre pour les particuliers et, surtout, les professionnels. Il vise 60 000 clients en quatre ans.


près six mois de procédure, Dyneff a obtenu auprès du Ministère de l'Écologie et de l'Énergie, le 1er juillet, son agrément comme fournisseur de gaz naturel. Installé à Montpellier, le distributeur de produits pétroliers finalise sa première offre commerciale sur ce marché, qu'il lancera en octobre ou novembre 2015.

En décrochant une licence ad hoc, Dyneff pourra adresser à la fois les professionnels (80 % de la clientèle visée) et les particuliers (20 %), avec une ambition affichée d'emblée par Emmanuel Riu, directeur général : se positionner "en outsider n°1 du fournisseur historique" (Engie, l'ex GDF-Suez, NDLR). La société ambitionne de signer de 50 000 à 60 000 clients en quatre ans.

"À compter du 1er janvier 2016, la suppression des tarifs réglementés pour les professionnels dont la consommation annuelle dépasse 30 MW les pousse à chercher des solutions alternatives aux fournisseurs historiques, par exemple auprès des fournisseurs de carburant, indique Emmanuel Riu. De notre côté, nous réfléchissons déjà à dupliquer sur le marché du gaz certaines formules innovantes que nous avons développées dans le pétrole, comme une offre avec des prix garantis sur douze mois."

Une extension géographique achevée
Cette diversification n'entraînera pas d'investissement spécifique, Dyneff prévoyant de recourir, comme d'autres fournisseurs nouvellement agréés, au réseau de distribution de GRT Gaz. Une équipe commerciale dédiée, d'une vingtaine de personnes, est en voie de constitution.

Cette annonce intervient alors que Dyneff, sur son métier historique, est en train de compléter sa couverture géographique (100 stations-service, 12 agences commerciales), au terme d'un plan de deux ans. La société, créée il y a près de 60 ans, était traditionnellement positionnée dans la moitié sud de la France.

"À part la Bretagne, les professionnels ont désormais accès à notre capacité de stockage sur tout le territoire national, confirme Emmanuel Riu. Après les grands comptes et les ETI (entreprises de taille intermédiaire, NDLR), notre stratégie se poursuit en direction des clients de petite taille."
http://objectif-languedoc-roussillon.la ... nnels.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51577
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 19 sept. 2015, 14:16

:shock: GAZPROM est maintenant vendeur de Gaz en direct en France
Pas-de-Calais : quand le géant du gaz russe Gazprom drague nos petites communes

le18/09/2015

La semaine dernière, le géant russe Gazprom, un des leaders mondiaux du secteur gazier, a envoyé des émissaires à Sainte-Catherine pour rencontrer de nouvelles communes clientes. À la suite d’un appel d’offres de la fédération de l’énergie du Pas-de-Calais, Gazprom a décroché un marché pour écouler son gaz.
...............

Gazprom trouve ainsi de nouveaux débouchés en Europe. Selon la Fde, le géant fournit déjà 20 % du gaz utilisé en France. Parmi ses clients, le groupe Auchan et une ribambelle de petites communes. Ainsi, à Sainte-Catherine, les communes de Beugny, Guémappe ou encore Roclincourt étaient représentées pour entendre les émissaires de Gazprom. Des communes ou communautés de communes du Lensois et du littoral étaient aussi conviées.
.............
http://www.lavoixdunord.fr/region/pas-d ... 62n3050942

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51577
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 19 sept. 2015, 14:20

energy_isere a écrit : :shock: GAZPROM est maintenant vendeur de Gaz en direct en France
......
Offre commerciale sur le web !

http://www.gazprom-energy.com/fr/acheter-mon-gaz

Pas encore pour le particulier.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51577
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 10 nov. 2015, 09:33

Maintenant, Gaz de Bordeaux allume la France entière

Par Pascal Rabiller La Tribune 09/11/2015

Il la craignait, et pourtant, l’ouverture du marché de l’énergie fait le bonheur économique de Gaz de Bordeaux qui fournit du gaz à plus de 10 % des communes françaises. A l’occasion du Salon des maires et des collectivités locales (du 17 au 19 novembre à Paris), l’entreprise locale va rappeler… qu’elle n’en est plus une. Explications.

En 2008, Gaz de Bordeaux, PME (165 salariés) détenue à 100 % par la société anonyme d'économie mixte locale SAEM Régaz-Bordeaux, ne fanfaronnait pas trop. A l'époque, Gaz de Bordeaux fournissait 46 communes en gaz naturel, toutes girondines. Or le marché s'ouvrait à la concurrence et le petit acteur local du gaz semblait sous-dimensionné pour résister à l'esprit de conquête d'acteurs français et européens de taille disons plus "conséquente" de type ENI, ENGIE, Gazprom...

Seul acteur "local" de la fourniture nationale de gaz

"Gaz de Bordeaux savait qu'elle allait être "challengée" sur son territoire historique, la métropole bordelaise et la Gironde. Elle a accepté cela... en partant à la conquête d'autres territoires", souligne Philippe Denis, directeur général de Gaz de Bordeaux en poste depuis 18 mois.
Stratégie payante puisque dès 2011, Gaz de Bordeaux vendait du gaz dans 6 départements et 56 communes. Deux ans plus tard, 90 départements figurent à son tableau de chasse et, en 2015, la SAS bordelaise compte 220.000 clients, dont 12.000 professionnels (volume prévisionnel de vente multiplié par 10 en 1 an) dans la France entière.
Gaz de Bordeaux est devenu le seul fournisseur national de gaz dont le siège social en province, bref, la seule entreprise locale de commercialisation française à vendre du gaz naturel dans tout le territoire.
Un "petit" qui vend du gaz à plus de 10 % des communes françaises et qui, en 2014/2015, réalisera 350 M€ de chiffre d'affaires (contre 275 M€ en 2013/2014).

Objectif : 12 TWh pour "exister" sur le marché du gaz.
.....................
http://objectifaquitaine.latribune.fr/b ... tiere.html

et ils arrivent à vendre du Gaz au groupe Auchan dan le Nord !

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 51577
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l'énergie en France

Message par energy_isere » 09 janv. 2016, 13:03

Gaz: l'italien Eni franchit le cap des 500.000 clients résidentiels en France

Le Figaro 08 janv 2016

C'est une barre bien plus que symbolique qu'Eni vient d'atteindre: l'énergéticien européen, dont le siège est en Italie, fournit désormais en gaz 500.000 clients résidentiels en France. Le cap vient d'être franchi cette semaine, ce qui permet à l'opérateur de disposer de 25% du marché en gaz approvisionné par les alternatifs. En effet, selon les chiffres de la Commission de régulation de l'énergie (CRE), on considère que 20% des 10 millions de clients résidentiels dans l'Hexagone ont quitté Engie (ex-GDF Suez) pour sélectionner l'offre d'un concurrent. En additionnant les ménages et les entreprises, le portefeuille de clientèle détenu par Eni tourne désormais autour de 570.000 sites.

«Les chiffres que nous affichons aujourd'hui valident notre stratégie mais aussi et surtout nos objectifs, expose Daniel Fava, directeur général d'Eni Gas & Power France. En 2012, dans le cadre de notre plan à moyen terme, nous avions fixé nos ambitions à 600.000 clients (entreprises et résidentiels) à fin 2016. Nous sommes donc parfaitement en ligne avec ce but.» Sur le segment des professionnels - où plus de 50% des volumes sont désormais entre les mains des rivaux d'Engie -, Eni dispose précisément, avec 70.000 sites desservis, de 40% des parts de marchés détenues par les alternatifs.

Question: la baisse des prix du gaz, dans le sillage du repli des cours du pétrole, a-t-elle dopé la concurrence? «Avant toute chose, la fin progressive des tarifs réglementés pour les entreprises (qui a démarré dès l'été 2014) a constitué un puissant stimulant pour la compétition et l'ouverture des marchés, indique Daniel Fava. C'est bien la preuve que lorsqu'on fait bouger les lignes, la situation profite au consommateur.» Depuis quelques années déjà, Eni s'est montré un pionner en proposant à ses clients des offres à prix fixes courant sur deux, trois ou quatre ans. «Le développement de la concurrence chez les professionnels suite à la fin des prix administrés conduit forcément à l'idée d'appliquer le même scénario pour les particuliers», poursuit Daniel Fava.

Large éventail de services énergétiques

Pour en revenir à la baisse des prix du gaz, le dirigeant d'Eni France souligne que ce phénomène peut contribuer à fidéliser les clients. «Typiquement, certains de nos clients en voyant ce repli des prix du gaz se montrent enclins à reconduire ce contrat car ils se disent qu'il ne faut pas perdre de temps pour profiter des conditions actuelles, expose Daniel Fava. D'un autre côté, comme les prix sont bas, cela nous permet de proposer des offres encore plus attractives, par exemple avec Webeo (offre 100% Web) qui propose 13% de réduction par rapport au tarif réglementé avec un prix fixe pendant trois ans. Bref, nous disposons d'un double coup de pouce.»

Actuellement, c'est l'offre Astucio quatre ans - avec des prix fixes sur cette durée uniquement révisables à la baisse et un prix entre 5% et 10% moins cher que les tarifs réglementés - qui recueille le maximum de suffrages chez les clients d'Eni. «Mais la compétitivité n'est pas notre seul atout, termine Daniel Fava. Nous proposons aussi un large éventail de services énergétiques qui sont autant d'opportunités que nos clients veulent exploiter.»
http://www.lefigaro.fr/societes/2016/01 ... france.php

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité