Page 4 sur 6

Re: Le cout de l' electricité.

Publié : 24 mars 2018, 15:23
par paradigme
Le cout de l' electricité en hausse !

1) Smartphone :
https://www.la-croix.com/Actualite/Econ ... 20-1000083
2) Voiture électrique (aluminium):
Remundo a écrit :
23 mars 2018, 19:56
Image
3) Et bien-sur Bitcoin et compagnie dont la demande de GH/s vient de battre un nouveau record à 27 milliards !

Décidément la demande d'électricité s'emballe, pauvre climat, pauvres humains !

Re: Le cout de l' electricité.

Publié : 24 mars 2018, 15:32
par Remundo
nous sommes une espèces surextractiviste.

Seule la pénurie nous freinera.

Re: Le cout de l' electricité.

Publié : 24 mars 2018, 16:57
par mobar
Pour l'électricité solaire et l'éolien, il y a encore de la marge :wtf:

Re: Le cout de l' electricité.

Publié : 24 mars 2018, 18:14
par mobar
https://www.fournisseur-energie.com/int ... e-planete/

Internet 1 500 TWh/an d'électricité
Si Internet était un pays, il serait le 3ème plus gros consommateur d’électricité au monde avec 1500 TWh par an, derrière la Chine et les Etats-Unis. Au total, le numérique consomme 10 à 15 % de l’électricité mondiale, soit l’équivalent de 100 réacteurs nucléaires. Et cette consommation double tous les 4 ans !

Re: Le cout de l' electricité.

Publié : 26 mars 2018, 15:29
par sherpa421
Si Internet était un pays, il serait le 3ème plus gros consommateur d’électricité au monde
Je ne suis pas certain de comprendre en quoi c'est réellement un problème. Si tout le monde se chauffait au radiateur électrique, ce ne serait pas le cas.
Réserver l'électricité à des usages nobles plutôt qu'à produire de la chaleur, ça me semble une bonne chose.
Par contre, c'est vrai qu'il y a du gaspillage dans ce secteur et que la croissance de la consommation en valeur brut est déraisonnable.

Re: Le cout de l' electricité.

Publié : 26 mars 2018, 15:38
par mobar
Surtout si on la met en perspective avec la création de valeur :wtf:

Consommer de l'élec pour envoyer des selfies à tout son carnet d'adresse ou miner des bitcoins ça devrait rester une consommation marginale, quand ça prends des proportions que l'on connait, ça en dit long sur la pertinence du mécanisme qui définit les priorités du système

Le marché c'est bien, la régulation par une autorité légitime c'est mieux!

Re: Le cout de l' electricité.

Publié : 26 mars 2018, 16:24
par sherpa421
mobar a écrit :
26 mars 2018, 15:38
miner des bitcoins
Jouer au poker au fonds d'une cave mal éclairé, ça fait le même usage, ça consomme moins d'électricité et ça a plus de charme.

Re: Le cout de l' electricité.

Publié : 24 août 2018, 19:01
par energy_isere
La facture va chauffer pour les consommateurs d'électricité modestes

24 Aout 2018 La Tribune Par Gabrielle Thin

La baisse du tarif réglementé du 1er août dernier ne va pas profiter à tout le monde: les ménages à la consommation la plus modeste pourraient voir la facture grimper en raison de la hausse du prix de l'abonnement pour les petits compteurs.

Une baisse qui va pourtant coûter cher. Si le 1er août 2018, le tarif réglementé a baissé en France de 0,5%, cette redéfinition du « tarif bleu » (le tarif réglementé décidé par l'Etat pour les particuliers et petites entreprises) ne profite pas à tout le monde. Pour les plus petits consommateurs, souscrivant au tarif de base avec un compteur à 3kVA, la facture annuelle pourrait même grimper de 20 euros, soit une augmentation de plus d'un tiers du prix de l'abonnement de l'électricité. Cette hausse ne toucherait pas tous les profils, les nouveaux tarifs bénéficiant plutôt aux gros consommateurs.

« Le prix du kilowattheure pour le tarif régulé baisse au 1 er août... mais le prix de l'abonnement augmente, et surtout pour les plus modestes », dénonce ainsi la CGT.

Hausse ou baisse des prix ?

La facture d'électricité se décompose en deux parties qui évoluent indépendamment : d'une part, le prix de l'abonnement qui est fixe selon l'option choisie (de base, avec un prix du kWh identique tous les jours, l'option heures pleines et heures creuses, tempo selon des « types » de journées), et le prix du kWh qui est variable et qui diffère surtout suivant la consommation électrique.

Si la commission de régulation de l'énergie (CRE) a annoncé que les tarifs réglementés d'EDF diminuaient de 0,5% pour les particuliers (seulement la deuxième diminution depuis 15 ans), le prix de l'abonnement a, lui, fortement augmenté. Ainsi, seuls les gros consommateurs peuvent compenser cette hausse (de surcroît moins importante sur les gros abonnements) par une diminution de la partie variable de leur facture. Les petits consommateurs subiront eux davantage l'augmentation du prix de l'abonnement que la baisse modérée du prix du kWh.

Ainsi, si la facture finale d'une consommation moyenne « augmente de 5% » ; celle des gros consommateurs « baisse de 0,2% » calcule la CGT.

Paradoxalement donc, plus on consommera, et plus on bénéficiera de cette baisse des tarifs réglementés. Et près d'1,5 million de consommateurs seraient touchés par cette hausse du prix de l'électricité.

Cette situation ouvre la voie à une nouvelle étape de la « dépolitisation » des tarifs de l'énergie, avec la reconnaissance qu'il est désormais nécessaire que les tarifs couvrent les coûts, y compris ceux des compteurs de plus petites puissance. Car le prix supporté par le consommateur ne se résume pas à celui de la production d'électricité, d'autres composantes entrent en compte, notamment les coûts d'acheminement qui font intervenir les réseaux publics de transport et de distribution, mais aussi la composante relative aux taxes ou encore à la commercialisation.

Ouverture à la concurrence des fournisseurs d'électricité

Aujourd'hui, le consommateur a le choix. Il peut décider de conserver le tarif réglementé du fournisseur historique EDF, défini par le CRE. Mais depuis 2007, il peut également se rediriger vers les offres du marché, proposées par les fournisseurs historiques également, mais aussi par les fournisseurs alternatifs, libres de fixer leurs prix, qui s'approvisionnent auprès de distributeurs (ERDF à 95%) avant de revendre cette électricité. Ils concurrencent les tarifs réglementés avec des offres très attractives, garantissant notamment la stabilité des prix pendant la durée du contrat, par exemple avec son offre Ajust qui fait profiter au client de la baisse du prix du kWh (au tarif réglementé en vigueur) tout en bloquant le prix à la hausse.

Si le « tarif Bleu » d'EDF apparaît rassurant, sous le contrôle de l'Etat et connu de longue date, il est parfois plus cher et souvent moins flexible que les nouveaux concurrents sur le marché. Ainsi EDF a vu sa part de marché diminuer ces dernières années à environ 82% aujourd'hui, perdant sur l'année écoulée environ 100.000 clients par mois. Les fournisseurs d'électricité - dernier intermédiaire avec le consommateur - grappillent du terrain, proposant des offres alternatives et misant surtout sur l'électricité verte, comme Direct Energie, Total Spring ou encore Eni (offre Astucio Planète). Engie déploie une stratégie massive de démarchage de ses clients au porte-à-porte, expliquant ses avantages par rapport au tarif réglementé. Mais il n'est pas certain que les fournisseurs se battent sur le terrain des petits compteurs, sur lesquels les marges sont très faibles.

Les tentatives de contre-attaque du fournisseur historique passent surtout par l'incitation à consommer de façon plus durable. L'offre « Vert électrique » promet par exemple d'injecter dans le réseau l'équivalent de la consommation en électricité verte (car il est impossible de savoir d'où vient l'électricité livrée dans chaque logement).
Pour l'heure, EDF a réussi à sauver son « tarif bleu » en mai dernier, selon une décision du Conseil d'Etat suite à la demande d'Engie et de l'Anode (association nationale des opérateurs détaillants en énergie) de sa suppression pour favoriser la concurrence et les baisses de tarifs. Une décision de courte durée puisqu'un projet de loi avait été évoqué au début de l'été pour organiser la fin de ces tarifs, tandis que les nouveaux arrivés ont saisi la justice européenne pour la contester.
https://www.latribune.fr/entreprises-fi ... 88384.html

Re: Le cout de l' electricité.

Publié : 01 févr. 2019, 08:45
par energy_isere
Les prix de l'électricité virent au psychodrame politique
Le régulateur propose une hausse de 6% des tarifs réglementés. Un casse-tête pour les pouvoirs publics, en pleine crise des gilets jaunes.


Par Frédéric De Monicault le 30/01/2019 Le Figaro

Comment le gouvernement doit-il se débrouiller de la hausse programmée des prix de l'électricité? Jeudi, la Commission de régulation de l'énergie (CRE) procède à une audition sur ce thème, en présence de tous les fournisseurs du marché. Le régulateur vient de proposer une majoration des tarifs réglementés de 6%. Le chiffre révélé par «Les Échos» n'est pas une surprise. La loi stipule précisément que les coûts d'approvisionnement d'EDF soient répercutés auprès du consommateur et cela fait plusieurs semaines que le principe d'une hausse importante, supérieure à 5%, est évoqué. Initialement, ce mouvement tarifaire - qui concerne plus de 25 millions de foyers - aurait dû intervenir au début du mois de février. Mais cela, c'était avant la montée en puissance de la crise des gilets jaunes, qui a conduit le gouvernement à décider du gel des tarifs de l'électricité pendant au moins tout l'hiver.

Ce gel annoncé par le premier ministre Édouard Philippe ne signifie surtout pas que les Français échapperont à une hausse de l'électricité. Plusieurs fois par le passé, que ce soit pour le gaz et l'électricité, les gouvernements successifs ont décidé de ne pas suivre les recommandations de la CRE. Mais les adversaires d'EDF et d'Engie ont porté l'affaire devant le Conseil d'État, au nom d'une distorsion de concurrence provoquée par l'absence de hausse tarifaire: à chaque fois, ils ont été entendus, contraignant les pouvoirs publics à procéder à des rattrapages sur la facture, forcément impopulaires.

Le gouvernement dispose de trois mois pour prendre une décision
Dans le cas présent, le gouvernement est doublement exposé: d'un côté, la hausse préconisée par la CRE est conséquente, de l'autre, un mouvement tarifaire serait quasiment considéré comme provocant compte tenu de la crise sociale actuelle. En même temps, le gouvernement est attentif aux intérêts d'EDF, qui compte fermement sur cette hausse pour satisfaire sa - lourde - trajectoire d'investissements. Précision: la hausse des tarifs réglementés, due au premier chef à la hausse des prix de marché, ne concerne que la part approvisionnement de la facture. Celle-ci est composée à 40% de taxes, que le gouvernement pourrait décider de baisser de manière à ne pas trop pénaliser le consommateur tout en satisfaisant aux recommandations de la CRE.

Sur le strict plan du calendrier, le gouvernement dispose de trois mois pour prendre une décision. S'il ne bouge pas, la hausse sera entérinée. S'il refuse la hausse, il doit motiver sa décision et ouvre ainsi la porte à une bataille judiciaire. Bref, la question des tarifs de l'énergie redevient alors un vrai psychodrame, avec un gouvernement qui refuse d'appliquer une hausse tout en sachant d'avance qu'il perdra la bataille devant le Conseil d'État.
https://amp.lefigaro.fr/societes/2019/0 ... itique.php

Re: Le cout de l' electricité.

Publié : 13 févr. 2019, 08:53
par energy_isere
EDF : Le gouvernement retarde la hausse des tarifs de l'électricité

REUTERS | LE 12/02 2018

Le gouvernement français a confirmé mardi qu'il n'appliquerait pas avant la fin de l'hiver la hausse de 5,9% TTC des tarifs réglementés de l'électricité entérinée jeudi par la Commission de régulation de l'énergie (CRE).


Cette hausse est censée s'appliquer dès le 1er mars à tous les consommateurs résidentiels abonnés au tarif bleu d'EDF , soit à 25,6 millions de foyers, ainsi qu'aux petits professionnels (3,2 millions).

En pleine crise des "Gilets jaunes" lancée en novembre sur le thème du pouvoir d'achat, le gouvernement a cependant fait savoir dès décembre que les tarifs de l'électricité et du gaz n'augmenteraient pas cet hiver.

"Le gouvernement, comme la loi l'y autorise, n'appliquera pas ces hausses tarifaires tant que la période de chauffe hivernale ne sera pas terminée", déclare le ministère de la Transition écologique dans un communiqué, en disant prendre acte de la délibération de la CRE.


"Il fera ainsi usage des délais prévus par la loi afin de protéger les foyers français, notamment les plus modestes, d'une trop forte hausse de leur facture d'électricité dans une période de consommation élevée."
https://m.investir.lesechos.fr/actualit ... 26925.html

Re: Le cout de l' electricité.

Publié : 13 févr. 2019, 18:10
par mobar
Commenceraient ils a flipper?

Re: Le cout de l' electricité.

Publié : 13 févr. 2019, 18:10
par mobar
Commenceraient ils a flipper?

Re: Le cout de l' electricité.

Publié : 13 févr. 2019, 19:35
par GillesH38
l'ardent défenseur des énergies renouvelables qui râle contre le prix de l'électricité, trop drôle ! :smt082

Re: Le cout de l' electricité.

Publié : 13 févr. 2019, 21:20
par mobar
GillesH38 a écrit :
13 févr. 2019, 19:35
l'ardent défenseur des énergies renouvelables qui râle contre le prix de l'électricité, trop drôle ! :smt082
Je ne râle pas contre le prix de l'elec, elle est, comme le pétrole, bien trop bon marché pour qu'on puisse envisager un changement de trajectoire
On continu sur la même voie, la meilleure façon de déboucher sur le crash des néolibéraux, la nasse se referme

Re: Le cout de l' electricité.

Publié : 13 févr. 2019, 22:03
par energy_isere
mobar a écrit :
13 févr. 2019, 21:20

On continu sur la même voie, la meilleure façon de déboucher sur le crash des néolibéraux, la nasse se referme
Ah oui les pas neoliberaux (Maduro) comme au Venezuela, ils sont au fond depuis bien longtemps déjà.