Armement stratégique de la France

Ce forum ne traite pas du «grand jeu» mais des réactions plus locales au pic pétrolier, à l'échelle du pays, des régions, ou des villes.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Environnement2100
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2493
Inscription : 18 mai 2006, 23:35
Localisation : Paris
Contact :

Message par Environnement2100 » 13 sept. 2006, 01:15

Il me semble que c'est déjà de la vieille histoire. J'ose espérer que si nous investissons dans ce machin, c'est qu'il y a au moins un petit espoir d'aboutir.

Or, rien n'est moins sûr : les étatsuniens sont partis 10 ans avant nous, et n'espèrent pas de résultats avant 2011.

Les deux articles parlent de lasers par centaines (196 ?) : ça doit être sympa à miniaturiser.

Ce machin n'est donc pas prêt à révolutionnner nos pratiques. En revanche, le porte-monnaie...
Trop de mépris entraîne des méprises - Phyvette, ca 2007.

pat43
Charbon
Charbon
Messages : 271
Inscription : 02 août 2006, 20:33
Localisation : 43

Message par pat43 » 13 sept. 2006, 11:33

franck1968 a écrit :Si le détroit d'Ormuz était bloqué un jour il n'y aurait pas que 1 porte-avions pour s'engager contre le pays qui le bloquerait, je crois que 30% du pétrole mondiale transite par ce detroit donc à peut prés tout importateur de pétrole à des intérêts pour qu'il ne soit pas bloqué et donc se lancerait dans une guerre ouverte.
quelques coques coulées et les pa sont inutiles...
d'autant qu'en cas de guerre :
-les iraniens ont apparemment ete fort bien equipés (notamment en technologie anti aerienne),
-une armée us en difficulté ne pourrait vraisemblablement pas faire face à une double insurrection massive en Afghanistan et en Irak doublée d'une offensive terrestre perse (quelques soient les pertes qu'ils reussissent à infliger à l'ennemi). Là, on pourrait effectivement assister à une defaite militaire us. le deploiement dans la region se retournant contre l'armée us.

sans compter que ses alliés traditionnels la lacheraient.
- avec ça, il a décimé une panzer-divizion.
- il était dans l'artillerie ?
- Mais non, tu suit pas, il etait dans la LI-MO-NA-DE.
michel Audiard a propos d'une boisson d'homme au gout de pomme.

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 10 nov. 2006, 19:09

La France teste avec succès le nouveau missile M51

2006-11-10 15:12:13 cri
Le programme du nouveau missile stratégique M51 qui doit équiper à compter de 2010 les sous-marins nucléaires français a connu une avancée majeure jeudi avec le succès d'un premier tir d'essai, annoncé par le ministère français de la Défense.

Le M51, équipé de six têtes et d'une portée de quelque 8.000 kilomètres, est destiné aux sous-marins nucléaires lanceurs d'engins (SNLE) de nouvelle génération de la Force océanique stratégique française (FOST).

Le premier M51 a été lancé vers 09H45 du centre d'essais de Biscarosse, dans les Landes, pour atteindre une petite dizaine de minutes plus tard son point d'impact, dans l'Atlantique nord.

La ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie, s'est félicitée de cette réussite, en rappelant "la nécessité de réaliser ces essais pour valider les performances des futurs missiles de la force océanique stratégique, et franchir ainsi une étape importante dans l'adaptation et la modernisation de notre dissuasion".

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58217
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 10 nov. 2006, 21:09

Premier tir d'essai «réussi» du missile stratégique M51
L'engin de 56 tonnes équipera les sous-marins nucléaires à partir de 2010.


La France a procédé hier au premier tir d'essai du nouveau missile stratégique M51. «Un succès», s'est réjoui le ministère de la Défense dans un communiqué. A 9 h 52, au milieu des dunes couvertes de pins du Centre d'essais des Landes, un engin de 56 tonnes s'est élevé dans le ciel. Direction l'Atlantique ­ plus précisément un «carreau» au large des côtes américaines ­ qu'il a atteint environ un quart d'heure plus tard, après être rentré dans l'atmosphère à une vitesse de Mach 25.

Ce missile est l'un des principaux programmes d'armement français. L'un des plus discrets, également. Il s'agit de rééquiper, à partir de 2010, les quatre sous-marins nucléaires lance-engins (SNLE) de la Marine nationale avec un missile de portée sensiblement accrue.

Référence.
Cette portée est l'un des secrets les mieux gardés de la défense nationale. L'ouvrage de référence, Flottes de combat, avance le chiffre de 9 000 kilomètres. Assez, en tout cas, «pour qu'aucun point important de la planète soit hors de portée», selon l'ingénieur général de l'armement Christophe Fournier, responsable du programme Coelacanthe, la composante océanique de la dissuasion. L'Iran, la Corée du Nord ou la Chine pourraient ainsi être touchés à partir d'un sous-marin français qui croiserait, par exemple, entre le Spitzberg et la Norvège. Le missile M45, actuellement en service, avait été conçu durant la guerre froide et permettait surtout d'atteindre des cibles dans l'ex-URSS.

Haut de 12 mètres et large de 2,3 mètres, le M51 a été conçu afin de pouvoir être tiré depuis un sous-marin en plongée. Ejecté par une «chasse» d'air comprimé, le missile jaillit de l'eau, puis allume son moteur à quelques dizaines de mètres de la surface. Sa propulsion est identique à celle des «boosters» (moteurs auxiliaires) de la fusée civile Ariane 5. Il s'agit d'un carburant solide (perchlorate d'ammonium), qui se présente sous la forme d'une gomme noirâtre. Chaque sous-marin embarque seize missiles stratégiques.

Sous la coiffe de son troisième étage, le nouveau missile stratégique M51 transportera des armes nucléaires, au nombre de une à six. L'essai d'hier «a été effectué, comme toujours, sans arme», a rappelé le ministère de la Défense. Il a également été conduit à partir d'un site de lancement à terre. D'autres tests, sans doute moins de dix, auront lieu, dont certains en mer, au large de Quimper (Finistère).

Secret-défense.
Le programme M51 est d'un coût faramineux : 8,5 milliards d'euros, selon le ministère de la Défense. Au total, entre cinquante et soixante engins devraient être construits. D'où un prix unitaire, développement compris, de plus de 150 millions d'euros. A cela, il faut rajouter le coût des têtes nucléaires... qui relève du secret-défense. Pour alléger la facture, le programme s'est étalé sur dix-huit ans (1992-2010), et les capacités ont été révisées à la baisse en 1996.
Selon l'ingénieur général Christophe Fournier, «la France est, avec les Etats-Unis, le seul pays au monde à maîtriser ces technologies». Les sous-marins britanniques sont ainsi équipés de missiles américains Trident. Même s'ils sont «infiniment plus précis que les nôtres», comme le reconnaît l'ancien chef d'état-major des armées Henri Bentégeat, cela place Londres sous la dépendance stratégique de Washington. Quant aux Russes, ils connaissent de grandes difficultés pour mettre au point leur nouveau missile Boulava.
Réagissant à l'essai d'hier, le réseau Sortir du nucléaire et Greenpeace ont dénoncé «l'irresponsabilité de l'Etat français», estimant que «la France donne de parfaits prétextes aux pays qui veulent se doter de l'arme atomique».
En revanche, mercredi, au cours du débat télévisé, aucun des trois candidats à l'investiture socialiste n'avait évoqué une quelconque réduction de l'effort en matière de dissuasion nucléaire si la gauche revenait au pouvoir.
Libération le 10 Nov 2006

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58217
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 22 déc. 2006, 20:22

La France lance le programme de sous-marins nucléaire s Barracuda

La France a lancé officiellement vendredi la commande de six sous-marins nucléaire d'attaque (SNA) Barracuda, livrables entre 2016 et 2027, qui constituera l'un de ses programmes d'armement majeurs pour les prochaines décennies.

Ce contrat, confié à DCN (ex-Direction des constructions navales) ainsi qu'Areva-Technicatome et le CEA, pour la chaudière nucléaire, représente un montant total de 7,9 milliards d'euros pour le développement et la réalisation.


Il fournira du travail à plusieurs milliers de salariés et associera plus d'une centaine de PME.

Le programme "permettra de conforter le statut de puissance navale de premier rang de la France", a souligné le porte-parole du ministère de la Défense, Jean-François Bureau, lors d'une conférence de presse.

Ces sous-marins à propulsion nucléaire, mais dotés d'un armement conventionnel, sont appelés à remplacer les SNA de type Rubis, en service pour certains depuis plus de 20 ans et qui termineront leur carrière avec une trentaine d'années de navigation.

Les Barracuda ont été conçus pour "maîtriser de vastes espaces maritimes, accompagner le porte-avions, participer à la sûreté de la force océanique de dissuasion (nucléaire) et exercer des frappes de précision contre des objectifs terrestres", a détaillé le ministère.

Le sous-marin opèrera "avec un faible préavis" et "une grande discrétion acoustique", a expliqué le capitaine de frégate Guillaume Martin de Clausonne, de l'état-major de la marine.

Les responsables du programme promettent aussi le respect de l'environnement avec un "passeport vert" qui garantira la traçabilité de tous les matériaux et facilitera les opérations de démantèlement.

L'Etat s'est d'ores et déjà engagé sur une première tranche ferme de 1,4 milliard d'euros afin de lancer le développement et de le financer sur plusieurs années. Une seconde tranche de 600 millions d'euros est prévue en 2007 et une troisième d'un milliard d'euros en 2008.

Les premières années, jusqu'en 2009, seront consacrées à la conception détaillée, puis viendra la préparation de l'outil industriel, la fabrication des modules du sous-marin et enfin leur assemblage en 2016, a précisé Thierry Pérard, directeur du programme à la Délégation générale pour l'armement (DGA).

Le premier Barracuda devrait être opérationnel au début 2017, a-t-il ajouté.

M. Pérard s'est félicité par ailleurs que les négociations avec les industriels aient permis de réaliser, au terme d'un "bras de fer", une économie de 20% par rapport aux offres remises en 2005. De son côté, l'Etat, en cas d'annulation d'une commande, devra verser aux industriels quelque 100 millions d'euros de dédit.

"L'ampleur du programme, son importance, y compris l'acceptation par l'Etat d'un certain nombre de risques financiers montrent sa détermination à le conduire" jusqu'au bout, a souligné M. Bureau.

A quelques mois de l'élection présidentielle, la ministre de la Défense, Michèle Alliot-Marie, a également tenté de sanctuariser la construction du second porte-avions en annonçant récemment que la commande symbolique de ses catapultes interviendrait dans les premiers mois de 2007.

Selon le ministère de la Défense, la réalisation des Barracuda "assurera jusqu'en 2027 une part très significative de l'activité de DCN, d'Areva-TA et du CEA". Les établissements de la DCN à Cherbourg, chargés des études de la construction et de l'assemblage, en seront les premiers bénéficiaires, ainsi que ceux d'Indret-Nantes, pour l'appareil propulsif.
>>>Les responsables du programme promettent aussi le respect de l'environnement avec un "passeport vert" qui garantira la traçabilité de tous les matériaux et facilitera les opérations de démantèlement.

Les mésaventures du Clémenceau sont passées par la :-D

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 28 janv. 2007, 15:41

Nicolas Sarkozy est prêt à enterrer le projet d'un second porte-avions, s'il est élu à l'Elysée. Dans un entretien à la revue Défense, publiée par l'Association des auditeurs de l'Institut des hautes études de défense nationale (IHEDN), le candidat de l'UMP affirme que « dans l'absolu, un deuxième porte-avions peut paraître nécessaire ». Une manière pour lui de dire que dans la pratique il n'est pas indispensable.
lien

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58217
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 06 févr. 2007, 01:22

mais Alliot Marie dit :
Alliot-Marie: un 2e porte-avions, "évidence opérationnelle et politique"

La ministre de la Défense Michèle Alliot-Marie a affirmé lundi qu'un deuxième porte-avions était "une évidence opérationnelle et politique", lors de rencontres parlementaires sur la défense.

"C'est une responsabilité lourde pour le futur chef des Armées car elle symbolise une vision pour la France de ses responsabilités et de sa volonté européenne", a-t-elle poursuivi dans la perspective de l'élection présidentielle.

"On ne peut prétendre participer comme puissance à la stabilité du monde et avoir un groupe aéronaval (le porte-avions, ses aéronefs embarqués et son escorte, ndlr) par intermittence", a-t-elle plaidé.

La ministre de la Défense faisait allusion aux périodes d'entretien qui immobiliseront périodiquement l'unique porte-avions français, le Charles-de-Gaulle, pendant 18 mois, le première débutant cet été.

Mme Alliot-Marie plaide ardemment pour la construction d'un second porte-avions qui pourrait être opérationnel en 2014, soit quelques mois avant une nouvelle immobilisation du Charles-de-Gaulle.

Elle doit toutefois encore convaincre, y compris dans sa propre formation politique, l'UMP. En termes sibyllins, son candidat Nicolas Sarkozy estimait récemment que la construction de ce second porte-avions devait s'apprécier notamment "à la lumière de l'ensemble des arbitrages capacitaires".
Boursorama

Avatar de l’utilisateur
Environnement2100
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2493
Inscription : 18 mai 2006, 23:35
Localisation : Paris
Contact :

Message par Environnement2100 » 06 févr. 2007, 01:24

Elle a dit si celui-ci aurait une hélice ?
Trop de mépris entraîne des méprises - Phyvette, ca 2007.

Avatar de l’utilisateur
Schlumpf
Modérateur
Modérateur
Messages : 2384
Inscription : 20 nov. 2005, 12:11
Localisation : Wiesbaden

Message par Schlumpf » 06 févr. 2007, 21:58

... et pour ma part, je suggérerais que l'on prévoie son recyclage avant de débuter sa construction !
L'Homo sapiens se conjugue à la première personne du présent irresponsable...

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 06 févr. 2007, 21:59

En plateforme off-shore ?
Méfiez-vous des biais cognitifs

Krom
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2297
Inscription : 19 juin 2006, 17:51
Localisation : Lausanne, Rock City

Message par Krom » 07 févr. 2007, 00:14

Mouahah, vaudrait mieux attendre d'avoir une armée européenne?

Comment ça dans mille ans?

Avatar de l’utilisateur
mahiahi
Modérateur
Modérateur
Messages : 5641
Inscription : 14 sept. 2004, 14:01
Localisation : Yvelines

Message par mahiahi » 07 févr. 2007, 12:26

Le problème est qu'on ne peut plus ne compter que sur la grosse artillerie pour se défendre : un porte avion ne sert pas contre une guérilla ( ou alors on choisit la tactique du génocide, mais c'est inapplicable pour des raisons culturelles ;-) ).
La France, comme beaucoup de pays occidentaux, repose trop sur la dissuasion et se laisse dépasser sur le terrain de l'action légère.
Ne sois pas charlot!

Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes (Bossuet)

Ce que nous n'avions pas anticipé, c'est que cette crise allait durer plus longtemps que prévu (François Hollande)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58217
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re:

Message par energy_isere » 19 févr. 2009, 21:22

Sous Marin Triomphant: dégâts plus importants, "évaluation" en cours
http://www.google.com/hostednews/afp/ar ... vYFb5hDIAg

Avatar de l’utilisateur
ticaribou
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1057
Inscription : 14 juin 2007, 11:06

Re: Armement stratégique de la France

Message par ticaribou » 20 févr. 2009, 12:30

faudrait penser à lui mettre une sonnette de vélo à cette crevette...... :-D
Image

Répondre