Fusion GDF-Suez

Ce forum ne traite pas du «grand jeu» mais des réactions plus locales au pic pétrolier, à l'échelle du pays, des régions, ou des villes.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58219
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Fusion GDF-Suez

Message par energy_isere » 31 août 2007, 19:30

La fusion GDF-Suez serait imminente

La fusion entre GDF et Suez serait imminente. Après 18 mois d'un feuilleton politico-industriel à multiples rebondissements, l'opération sera officiellement annoncée lundi par le gouvernement, a affirmé vendredi "Le Point" sur son site Internet, alors que "La Tribune.fr" parlait d'un bouclage des négociations ce week-end.

Suez accepterait de céder une partie de son pôle environnement, selon les deux sites. Le groupe franco-belge en conserverait 34%, précise "Le Point.fr".

Le porte-parole de l'Elysée David Martinon s'est refusé à tout commentaire sur ces informations, tout comme Bercy et GDF. Le groupe Suez ne faisait pas de commentaire dans l'immédiat.

Selon "La Tribune.fr", "il reste encore quelques modalités financières à régler mais sur le fond, la fusion est bouclée". Le PDG de Suez Gérard Mestrallet "mène depuis hier, avec l'aval de son conseil d'administration, des discussions avancées avec l'Elysée pour que la fusion entre son groupe et GDF aboutisse".

Le PDG de Suez serait prêt à revenir sur son refus de céder son pôle environnement. Il aurait proposé une cession partielle de cette branche dans une lettre adressée le 21 août dernier à Nicolas Sarkozy, selon "La Tribune.fr".

Dans un communiqué diffusé vendredi, la CGT souligné de son côté qu'il semble qu'"un arrangement soit en passe d'intervenir après une rencontre Sarkozy-Mestrallet. Suez se séparerait partiellement de son pôle environnement, ce qui permettrait à l'Etat de ne pas avoir à verser de soulte aux actionnaires de Suez", déclare le syndicat, pour lequel "cela ne change rien quant à la nocivité du projet". "C'est bien une privatisation de Gaz de France qui se profile avec les conséquences désastreuses qui en découleraient", juge la CGT.

"La confirmation de ce choix consacrerait la victoire des marchés financiers sur la puissance publique", ajoute le syndicat qui appelle à l'examen d'"alternatives" avant l'ultime décision politique.

Selon la CGT, le secrétaire général de la Fédération nationale des mines et de l'énergie (FNME) Frédéric Imbrecht doit rencontrer samedi le président Nicolas Sarkozy, "à la demande de ce dernier". Ce rendez-vous, dit-elle, permettra à la FNME CGT d'exprimer sa "totale opposition" au nouveau schéma de fusion.

Nicolas Sarkozy a annoncé jeudi dans son discours devant le MEDEF avoir "proposé à Suez de fusionner ses activités énergétiques avec Gaz de France", et attendre la réponse des actionnaires de Suez. Cette fusion limitée aux activités énergétiques signifierait que Suez devrait céder sa branche environnement, une cession à laquelle Gérard Mestrallet était jusque là opposé.

Nicolas Sarkozy n'avait pas pris position depuis son élection en mai sur le projet de fusion entre Suez et Gaz de France, lancé en février 2006 par Dominique de Villepin, et jugé de plus en plus compromis par les observateurs.

Le porte-parole du gouvernement Laurent Wauquiez avait fait savoir mercredi que le président de la République se prononcerait d'ici "la fin du mois de septembre", quand il aurait "l'ensemble des éléments, et notamment la position de Suez sur un certain nombre de sujets".

Une annonce en début de semaine prochaine de l'opération conclurait 18 mois d'un feuilleton riche en rebondissements. La fusion GDF-Suez avait été annoncée en février 2006 par Dominique de Villepin pour contrer une éventuelle offre hostile de l'Italien Enel et créer un champion français de l'énergie au nom du "patriotisme économique".

Le projet s'est d'abord heurté à la fronde d'une partie de l'UMP et à l'hostilité des syndicats et de la gauche vis-à-vis de la privatisation de GDF. Finalement approuvé le 8 novembre 2006 par le Parlement après deux mois de marathon parlementaire, le projet a subi un nouveau contretemps avec la décision du Conseil constitutionnel de différer la fusion au 1er juillet 2007, date de l'ouverture à la concurrence du marché européen de l'énergie.

Jusqu'à son discours de jeudi à l'université d'été du MEDEF, Nicolas Sarkozy, qui s'était rallié tardivement au projet de fusion, était resté muet sur le sujet. Le chef de l'Etat était d'autant plus embarrassé qu'il s'était engagé à ne pas privatiser GDF lorsqu'il était ministre de l'Economie en 2004.

Boursorama : http://www.boursorama.com/infos/actuali ... ws=4562790
Dernière modification par energy_isere le 03 sept. 2007, 12:52, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Thibaud
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 327
Inscription : 14 oct. 2006, 22:50

Dimanche

Message par Thibaud » 02 sept. 2007, 09:05

Visiblement, il y en a qui sont trop impatients pour attendre Lundi :

http://tf1.lci.fr/pdf/45/82/0,,3534582,00.pdf

Ah, oui, c'est vrai, maintenant il faudra aussi travailler le Dimanche ...

:roll:

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58219
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Dimanche

Message par energy_isere » 03 sept. 2007, 00:21

Une douzaine de communiqué sur Boursorama sur la fusion.

J' épluche pas, demain La Tribune ou les Echos feront ca trés bien.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58219
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Dimanche

Message par energy_isere » 03 sept. 2007, 12:55

GDF et Suez fusionnent et créent un géant mondial de l'énergie

Les groupes énergétiques privé Suez et public Gaz de France vont finalement se marier pour constituer un nouveau poids lourd mondial de l'énergie, après un an et demi de rebondissements, au terme d'âpres négociations sous la pression du président français Nicolas Sarkozy .

Les deux groupes ont officialisé lundi dans un communiqué commun un nouvel accord, approuvé dimanche soir par leurs conseils d'administration.

La fusion, qui débouchera sur la création "dans les meilleurs délais" en 2008 d'un groupe baptisé "GDF Suez" , entraîne de facto la privatisation du gazier mais l'Etat disposera d'une minorité de blocage en détenant "directement plus de 35% du capital" du nouvel ensemble.

Le nouvel accord modifie la parité de fusion, sur laquelle avait buté le projet initial, et prévoit que Suez se sépare en partie de son pôle environnement, qui regroupe ses activités dans l'eau et les déchets.

"Nous avons le contrôle, nous gardons la stratégie", a assuré lundi le Premier ministre François Fillon, ajoutant avoir "veillé à ce que le contrat de service public qui lie GDF à l'Etat soit maintenu", pour désamorcer des inquiétudes sur une éventuelle hausse des prix du gaz.

Le projet doit encore être approuvé par les actionnaires qui devraient voter oui. Les représentants des salariés seront également consultés et la Commission européenne devra confirmer son accord.

Gérard Mestrallet sera le PDG du nouvel ensemble, poste qu'il occupe actuellement chez Suez et il le "dirigera en tandem" avec Jean-François Cirelli, actuel PDG de GDF, qui deviendra vice-président et directeur général délégué.

GDF Suez devient ainsi le deuxième producteur français d'électricité derrière EDF, le premier groupe gazier en Europe et parmi les trois premières "utilities" (groupes d'énergie ou d'eau) "mondiales cotées", avec un chiffre d'affaires combiné de 72 milliards d'euros, selon le communiqué.

Les groupes ont confirmé attendre des "synergies" annuelles "de l'ordre d'un milliard d'euros à l'horizon 2013".

Pour l'Etat, ce rapprochement permettra de renforcer la sécurité d'approvisionnement en énergie de la France.

Cette nouvelle mouture de la fusion est le fruit d'intenses négociations menées sous la pression de M. Sarkozy, pour résoudre la différence de valorisation entre les deux groupes (Suez valait lundi matin plus de 51 milliards d'euros, contre 35 milliards pour GDF).

Selon le nouveau schéma, la parité de fusion est désormais fixée à une action Suez pour 0,9545 action GDF, contre une action Suez pour une action GDF auparavant.

La présidence de la République a obtenu que les actionnaires de Suez ne reçoivent pas de dividende exceptionnel, comme prévu initialement, car le versement d'un milliard d'euros aurait été dur à assumer politiquement.

En revanche, les actionnaires de Suez recevront 65% des titres du pôle Environnement lors de sa mise en Bourse.

Avec 35%, M. Mestrallet a obtenu que le nouveau groupe dispose d'une minorité de blocage dans ce pôle. Il doit désormais négocier un pacte avec les principaux actionnaires de Suez, qui en détiendront 12%, pour éviter à des prédateurs comme Veolia de mettre la main dessus.

La fusion GDF-Suez a nécessité le vote d'une loi en novembre pour autoriser la privatisation de GDF, alors que Nicolas Sarkozy s'était engagé en 2004, lorsqu'il était à Bercy, à ce que l'Etat ne passe pas sous les 70%.

Annoncée en février 2006 par Dominique de Villepin, alors Premier ministre, la fusion visait à empêcher un rachat de Suez par l'italien Enel, mais avait été retardée après un recours en justice des syndicats et une décision du Conseil constitutionnel.

Jean-Marc Ayrault, président du groupe PS à l'Assemblée, a vu lundi un accord "perdant-perdant" et estimé que M. Sarkozy avait "renié sa parole".

François Chérèque, le secrétaire général de la CFDT, un des seuls syndicats favorable à un rapprochement entre les deux groupes, a qualifié le démantèlement de Suez de "grosse erreur".

En Bourse, l'accord était sanctionné, des analystes dénonçant "un manque de clarté" sur les conditions de la scission de Suez Environnement. Vers 09H20 GMT, le titre Suez perdait 3,21% à 40,40 euros et l'action GDF cédait 2,72% à 35,80 euros dans un marché stable

Boursorama

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7652
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Message par phyvette » 03 sept. 2007, 22:46

Il n'y a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis . Ça a toujours été mon opinion !

Phyvette
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58219
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l' énergie en FRANCE

Message par energy_isere » 19 déc. 2007, 13:23

GDF: fusion avec Suez toujours au 1S08, malgré décision de justice le 22/01
http://www.boursorama.com/infos/actuali ... ws=4954044

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58219
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Libéralisation de l' énergie en FRANCE

Message par energy_isere » 20 déc. 2007, 12:14

Le décret de privatisation de GDF publié au Journal officiel

Le décret de privatisation de Gaz de France, nécessaire à sa fusion avec le groupe privé d'énergie Suez, a été publié jeudi au Journal officiel.

"Il est décidé de procéder au transfert du secteur public au secteur privé de la société Gaz de France", indique ce décret daté du 19 décembre.

Il a été pris en application d'une loi du 19 juillet 1993 sur la privatisation des entreprises publiques, consolidée au 8 décembre 2006, après la loi du 7 décembre 2006 qui autorise l'Etat à descendre à "au moins un tiers" du capital de GDF.

GDF est un groupe public depuis 1946. L'Etat détient actuellement 80,2% de son capital.

La publication de ce décret marque une nouvelle étape dans le projet de fusion entre GDF et Suez, alors que ce rapprochement fait l'objet d'un conflit judiciaire entre la direction de GDF et les syndicats à propos du processus de consultation du personnel.

Boursoram^

Répondre