oleocene.org

Site dédié à la fin de l'âge du pétrole
Nous sommes actuellement le 26 Mai 2017, 20:50

Les heures sont au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 messages ] 
Auteur Message
 Sujet du message: Canada
MessagePublié: 26 Août 2013, 09:52 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48455
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
Le Québec compte bien exploiter ses puits pétroliers dès cet automne

enerzine le 26 Aout 2013

A compter de cet automne, le Québec devrait devenir la sixième province du Canada à produire des hydrocarbures, une nouvelle manne économique pour le gouvernement 'indépendantiste' francophone qui entend atteindre l'autonomie énergétique.

"Le gouvernement du Parti québécois est ouvert à l'exploitation du pétrole sur le territoire québécois dans une perspective d'indépendance énergétique" a expliqué le ministre du Développement durable et de l'Environnement Yves-François Blanchet.

La principale compagnie Pétrolia du Québec possède entre 70 et 80% des réserves d'hydrocarbures de la Belle Province. Elle a également pour actionnaire le gouvernement provincial qui détient 10,4% du capital.

Le Québec importe annuellement environ 155 millions de barils de pétrole brut. En conséquence, au prix actuel du pétrole importé par le Québec, ces importations représentent un montant supérieur à celui de la taxe de vente du Québec, soit plus de 15 milliards de dollars par an. Le potentiel pétrolier québécois est principalement situé dans l'est du Québec. Les permis détenus par Pétrolia ou dans lesquels elle détient un intérêt couvrent plus de 70 % du potentiel pétrolier en milieu terrestre.

Image
[ 1- Tar Point, 2- Bourque, 3- Haldimand, 1-2- Ile d'Anticosti ]

La Gaspésie figure parmi les premiers endroits au Canada où il y a eu de l'exploration pétrolière. Au Québec, plus de 300 puits ont été forés dans l'objectif de découvrir du pétrole. Avec les travaux récents de Pétrolia, l'arrivée d'une industrie pétrolière au Québec émerge comme une nouvelle perspective où il devient possible de développer une industrie québécoise.

Dans le projet Haldimand, situé à Gaspé, la ressource pétrolière en place et jugée récupérable atteint près de 8 millions de barils. Les bassins sédimentaires du Québec couvrent une superficie de plus de 200.000 km2. Ce territoire s'étend de la frontière avec l'Ontario à celle de Terre-Neuve-et-Labrador, dans l'axe du fleuve Saint-Laurent. Selon Petrolia, l'absence de production pétrolière au Québec s'expliquait jusqu'à présent par un niveau insuffisant d’activité d’exploration pétrolière.

Récemment, Pétrolia et Maurel & Prom ont passé un accord de partenariat pour le développement de 13 permis de recherche d'hydrocarbures totalisant 1.892 km² en Gaspésie (Québec). Ainsi, au cours des prochains mois, les équipes techniques de Pétrolia et de Maurel & Prom consacreront leurs efforts à l'élaboration d'un nouveau programme d'exploration portant sur la couverture des permis acquis en Gaspésie. Les recherches s'adresseront à des réservoirs de nature non conventionnelle, sans exclure la présence de dépôts classiques.

Les partenaires poursuivent également des discussions afin d'étendre leur collaboration sur d'autres territoires au Québec où Pétrolia possède par ailleurs des intérêts. Ainsi, l'île d'Anticosti regorgerait 40 milliards de barils d'un pétrole de schistes qualifié d'aussi bonne qualité que le Brent de la Mer du Nord. Toutefois, afin de récupérer ce pétrole, "il faudra le libérer de la roche-mère par la fracturation par injection de gaz naturel" a précisé André Proulx, PDG de Petrolia. Ce dernier espère une production réelle d'ici 3 ans.

Les différents projets en cours :

- L'île Anticosti : Le 29 juin 2011, Pétrolia a dévoilé l’estimation des ressources pétrolières en place dans le Macasty. Réalisée par la firme Sproule Associates Limited de Calgary, celle-ci établit à 30,9 milliards de barils le meilleur estimé du volume total de pétrole initialement en place.

- Bourque : En avril 2013, après une analyse des résultats des forages de 2012, Sproule, une firme indépendante, a estimé à plus de 1000 milliards de pieds cubes le volume de gaz naturel humide initialement en place dans quatre zones prospectives situées dans la même formation géologique.

- Hladimand : Le gisement d’Haldimand, découvert en 2006, est situé sur la péninsule du même nom en périphérie de la ville de Gaspé. Les ressources initialement en place ont été estimées à près de 70 millions de barils par un expert indépendant, qui a établi la quantité de pétrole potentiellement récupérable à 7,7 millions de barils.


http://www.enerzine.com/10/16148+le-que ... omne+.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Canada
MessagePublié: 20 Sep 2013, 19:55 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48455
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
Du pétrole à Anticosti, vraiment?

18 septembre 2013 lapresse.ca

Combien de pétrole a-t-on découvert à Anticosti, au juste? Si vous avez suivi l'actualité, vous me parlerez sans doute de 40 milliards de barils, dont 30 milliards sur les lots attribués à Pétrolia. Vous me parlerez peut-être aussi des 400 milliards$ que cela doit rapporter. Mais en réalité, aucun pétrole exploitable n'a encore été découvert à Anticosti. Pas une goutte.

S'il y a du pétrole - et c'est loin d'être certain - personne ne sait où il se trouve, Pétrolia pas plus que les autres.

Tout cela est écrit noir sur blanc, dans un dossier remis aux actionnaires de Pétrolia, le fameux rapport Sproule, publié en 2011. Mais encore fallait-il se donner la peine de le lire. Prenant leurs désirs pour des réalités, journalistes, économistes et politiciens ont confondu potentiel théorique et ressources confirmées. Ils vendent la peau d'un ours qui, non seulement n'a pas été tué, mais qui en plus n'existe vraisemblablement pas.

Les énormes chiffres qui circulent découlent d'une mauvaise lecture d'une étude géologique réalisée par Sproule, une firme de Calgary. Cette étude «est basée sur l'interprétation et l'extrapolation de données très limitées et non significatives du point de vue statistique», insistent les auteurs. Tout ce qu'on y lit, c'est que le sous-sol d'Anticosti renferme des roches riches en matière organique qui ont jadis été enfouies à la profondeur voulue pour qu'il s'y forme du pétrole.

En multipliant la teneur en matière organique par le volume de roche-mère, l'étude en arrive à une «meilleure estimation» de 30,9 milliards de barils de pétrole «initialement en place». Mais est-il toujours là? Les forages n'ont encore permis de localiser aucun pétrole.

Le mythe des milliards d'Anticosti semble avoir pris forme autour d'une note de l'Institut économique de Montréal publiée en avril 2012. L'auteur prend le chiffre de 40 milliards de barils (total combiné pour Pétrolia et Junex) et postule qu'au moins 10% de ce pétrole non découvert sera exploitable. Il multiplie ensuite par le prix du baril, 100$, et voilà: 400 milliards de dollars - basés sur du rêve.

Or, ce chiffre «prudent» de 10% est grossièrement exagéré. En réalité, selon l'ingénieur pétrolier Jean Laherrère, la quantité de pétrole exploitable représente en moyenne 0,5% seulement du pétrole produit par la roche-mère. On rétorquera que 0,5% de 400 milliards$, ça fait toujours un joli pactole de 20 milliards$. Oui... à condition que le pétrole soit toujours là, quelque part. Or, il y a de bonnes raisons de croire que si jamais il y a eu du pétrole à Anticosti, il est depuis longtemps disparu.

Bernard Durand, un géologue et géochimiste spécialiste des mécanismes de formation de pétrole et de gaz, qui a publié plus de 100 articles scientifiques et six livres, voit deux obstacles majeurs à la présence de grandes quantités de pétrole à Anticosti. D'abord, la roche-mère, qui date de 450 millions d'années, est trop âgée. Le pétrole initialement en place a eu tout le temps de migrer vers la surface, vers des couches rocheuses qui ont été érodées... avant même l'apparition des dinosaures! Et s'il s'est formé un peu de pétrole depuis, il a pu lentement s'échapper en s'écoulant le long des strates rocheuses qui se rendent en pente douce jusqu'à la surface d'Anticosti.

«L'Arabie du Nord» est un mythe. En faisant miroiter ses milliards imaginaires, Pétrolia a su convaincre Québec d'investir dans une exploration aux résultats très incertains. La seule ressource exploitable, c'est la crédulité du gouvernement. Tandis qu'il rêve de ses évanescents pétrodollars, l'État arrose Pétrolia de «fiscaux-dollars» bien tangibles, eux.

http://www.lapresse.ca/debats/votre-opi ... aiment.php

[-X il y un probléme dans le texte. 0.5 % de 400 milliards c' est 2 milliards, pas 20 milliards.


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Pétrole d' Anticosti
MessagePublié: 14 Fév 2014, 21:40 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48455
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
Québec:pétrole exploité sur l'île d'Anticosti


Par lefigaro.fr le 14/02/2014

Le gouvernement du Québec a donné jeudi son feu vert à l'exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti, dans le golfe du Saint-Laurent, afin de réduire potentiellement sa dépendance énergétique au risque de mettre en danger l'écosystème d'une nature sauvage.

Grande comme la Corse, cette île avec seulement 200 habitants et surtout occupée par 200.000 cerfs de Virginie, regorgerait de 30 à 40 milliards de barils de pétrole.

Le gouvernement québécois veut "favoriser l'indépendance énergétique du Québec", a déclaré Pauline Marois, première ministre du Québec lors d'une conférence de presse. La moitié du déficit commercial de la province sur les dix dernières années est à mettre au compte des achats de produits pétroliers.

"Nous devons réduire notre dépendance au pétrole étranger", a-t-elle ajouté en lançant cette exploration prévue pour l'été prochain avec des investissements publics et privés, dont la société para-pétrolière française Maurel et Prom.


http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/0 ... icosti.php

Citer:
Québec dit oui au pétrole d'Anticosti

MONTRÉAL 14 Fev 2014

Après avoir exprimé des doutes lors de la dernière campagne électorale, le gouvernement du Québec donne le feu vert à l'exploration pétrolière de l'île d'Anticosti pour l'été. L'État investit 100 millions $ dans deux programmes, pour de possibles retombées de 45 milliards $ sur 30 ans.

La première ministre Pauline Marois a fait l'annonce, jeudi après-midi, de deux ententes sur les programmes d'exploration. Québec et ses partenaires privés cherchent à confirmer la présence de 46 milliards de barils d'or noir dans cette île du Saint-Laurent.

Le premier contrat est paraphé par Ressources Québec, Pétrolia, Corridor Ressources ainsi que la multinationale française Maurel & Prom. Sur les 100 millions $ investis, 57 millions $ proviendront du Trésor public, qui retiendra une participation de 35% dans la coentreprise.

Une entente est aussi signée avec Junex ainsi qu'un exploitant qui n'a pas encore été choisi. Ils financeront un programme d'exploration de 90 millions $, dont la moitié pourrait être assumée par le gouvernement. Les détails ne sont pas encore négociés, mais l'État avance qu'il pourrait obtenir une participation de 40 % dans le projet.

Le gouvernement rajoute aussi 13 millions $ pour acquérir des permis appartenant à Corridor.

Ainsi, Québec garderait le contrôle de la moitié des permis sur l'île d'Anticosti. Sur chaque dollar de revenu, il retiendrait 61 cents. Le gouvernement Marois s'attend à 45 milliards $ de redevances, d'impôts et des profits sur trois décennies. Ce scénario table sur un prix de 100$ le baril pour le pétrole sur les marchés internationaux.

Le potentiel d'énergie fossile pourrait se confirmer après deux étapes de travail, culminant à l'été 2015. Le gouvernement commanderait ensuite une étude d'impact sur l'exploitation du pétrole au Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE). Il faudra aussi établir que le coût d'extraction de la ressource naturelle rendra son exploitation rentable.

Une question d'indépendance
Le gouvernement péquiste dit ainsi vouloir faire l'indépendance... énergétique. Du moins dans la mesure du possible. L'importation de pétrole étranger a un coût de 14 milliards $ par année pour la province.

.........
.........

long article : http://fr.canoe.ca/infos/quebeccanada/a ... 54530.html


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Pétrole d' Anticosti
MessagePublié: 14 Fév 2014, 21:42 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48455
Localisation: Les JO de 68, c'était la
pour les Français qui à priori ne situent pas trés bien cette ile qui est grande comme la Corse :

Image

article Wikipedia http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8Ele_d'Anticosti


Pièces jointes:
Ile d'Anticosti Canada.JPG
Ile d'Anticosti Canada.JPG [ 37.63 Kio | Consulté 9302 fois ]
Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Pétrole d' Anticosti
MessagePublié: 31 Mai 2014, 13:46 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48455
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
Il y aura de l'exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti cet été

le 30 mai 2014

Dans le plan d'action sur les hydrocarbures déposé ce matin, le gouvernement Couillard se déclare en faveur d'un développement prudent et respectueux de l'industrie des hydrocarbures au Québec.

En ce qui a trait à l'exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti, elle se poursuivra comme prévu, statue le gouvernement de Philippe Couillard.

Par contre, Québec ordonnera une évaluation environnementale propre à l'exploration et à l'exploitation de ressources pétrolières sur l'île d'Anticosti, qui devrait avoir lieu à l'hiver 2015.

La poursuite des travaux d'exploration prévus à l'été 2015 sera conditionnelle aux résultats de cette évaluation, annonce le ministre des Ressources naturelles, Pierre Arcand. En attendant, seuls le sondage du sol et des activités de carottage seront autorisés à Anticosti.

Tous les travaux de fracturation du sol à l'île d'Anticosti demeurent par conséquent interdits jusqu'à nouvel ordre.

Évalutation complète de la filière des hydrocarbures

Les libéraux promettent par ailleurs une évaluation globale et en profondeur de toute la filière des hydrocarbures au Québec, ainsi que le dépôt d'un projet de loi intégré sur cette industrie dès l'an prochain.

Précisant que l'exploration ne signifie pas nécessairement l'exploitation des ressources pétrolières et gazières, le gouvernement du Québec promet d'agir avec prudence et transparence, et ce, dans le meilleur intérêt de la population, peut-on lire dans les documents déposés conjointement par le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, et David Heurtel, ministre de l'Environnement.

S'il autorise le développement de la filière des hydrocarbures, le gouvernement entend encadrer rigoureusement le processus allant de l'exploration à l'exploitation.

.........................


long article : http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/Po ... role.shtml


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Pétrole d' Anticosti
MessagePublié: 21 Juin 2014, 13:52 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48455
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
Exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti : la machine se met en marche

17 Juin 2014

L'exploration pétrolière s'organise sur l'île d'Anticosti. Hydrocarbures Anticosti, un consortium, entre autres, formé par le gouvernement du Québec (Ressources Québec) et la compagnie Pétrolia, en a fait l'annonce aujourd'hui.

Image
L'île d'Anticosti

Des équipements nécessaires à la réalisation des travaux de sondages stratigraphiques, qui consiste à l'exploration de l'écorce terrestre, seront acheminés à compter de cette semaine, sur l'île.

Le consortium procédera à l'aménagement des sites. Entre 15 et 18 sondages seront ensuite réalisés dès juillet. Ils s'étaleront jusqu'à la fin de l'année.Les résultats de ces sondages permettront de déterminer la localisation de trois futurs forages de puits pétroliers.

« C'est, en premier temps, d'aller caractériser le gisement et d'avoir l'information géologique [...] avec l'objectif de choisir trois sites de forage pour l'été prochain », explique le président du conseil d'administration de Pétrolia, Myron Tétreault.

Ces travaux plus poussés seront réalisés à l'été 2015 si les résultats d'une évaluation environnementale stratégique (EES) spécifique à l'île d'Anticosti sont favorables.

« L'objectif de ces forages exploratoires sera de connaître les taux de production, de récupération et le mix entre le pétrole et le gaz qui va venir de ces puits », précise M. Tétreault.

La première phase permettra d'ailleurs de contribuer aux travaux de l'ESS, peut-on lire dans le communiqué envoyé par Hydrocarbures Anticosti.

Le gouvernement a déjà annoncé une évaluation environnementale stratégique (EES) qui porte sur l'ensemble de la filière des hydrocarbures au Québec. L'EES devrait déboucher sur le dépôt d'un projet de loi intégré sur la filière des hydrocarbures dès 2015.
À la fin mai, le gouvernement Couillard a donné son feu vert pour des activités sur l'île d'Anticosti.

Le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, avait alors indiqué qu'une quinzaine de sondages seraient effectués conformément à l'entente conclue par l'ancien gouvernement péquiste avec les partenaires.

Le consortium a rappelé qu'il respectera et la sécurité de la communauté.

http://ici.radio-canada.ca/regions/est- ... olia.shtml


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Pétrole d' Anticosti
MessagePublié: 06 Août 2014, 14:42 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48455
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
Exploration pétrolière sur l'île d'Anticosti : le temps des forages

le mardi 5 août 2014

Les moteurs des foreuses sont en marche depuis la fin juillet sur l'île d'Anticosti, cinq mois après l'annonce du gouvernement péquiste de Pauline Marois d'y financer les travaux d'exploration pétrolière.

« Nous avons une foreuse minière qui est en train de faire un sondage stratigraphique (étude des couches terrestres) », explique le président de Pétrolia, Alexandre Gagnon.

« Nous sommes dans la première partie, le tube guide a été fait. On est en train de terminer le coffrage de surface dans le but de venir cimenter une section », poursuit-il, au sujet des travaux réalisés sur le site Caribou, à une trentaine de kilomètres à l'est de Port-Menier, à l'ouest de l'île.

Pétrolia cherche à étudier les paramètres pétrochimiques du shale de Macasty, une formation qui pourrait s'avérer riche en pétrole. La compagnie souhaite mener trois forages pétroliers avec fracturation. Ces travaux plus poussés, planifiés à l'été 2015, pourront se faire si les résultats d'une évaluation environnementale stratégique (EES) visant l'île d'Anticosti sont favorables.
....................

D'ici deux ans, Pétrolia devrait être en mesure de dire s'il est possible ou non d'exploiter le pétrole d'Anticosti de façon rentable. Le gouvernement du Québec aura alors à décider s'il est acceptable de le faire ou non.
................


http://ici.radio-canada.ca/regions/est- ... olia.shtml

http://ici.radio-canada.ca/regions/est- ... olia.shtml


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Pétrole d' Anticosti
MessagePublié: 22 Mai 2015, 20:19 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48455
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
Québec envisage le forage de 6500 puits de pétrole sur l'île d'Anticosti

le 21 mai 2015

Deux scénarios envisageant une exploitation des hydrocarbures que pourrait contenir le sol de la plus grande île du Québec à compter de 2020 sont développés dans un document élaboré par le ministère :


•le scénario « Plus » prévoit le forage de 6500 puits et de 712 plateformes sur une période de 50 ans, pour une exploitation s'étalant sur 75 ans. La zone forée s'étendrait sur 35 % à 40 % du territoire sous permis de l'île (ce qui exclut les aires protégées et les zones résidentielles);
•le scénario « Moins » prévoit le forage de 3900 puits et de 445 plateformes sur une période de 32 ans, pour une exploitation s'étalant sur 56 ans. La zone forée s'étendrait sur 25 % à 35% du territoire sous permis de l'île (ce qui exclut les aires protégées et les zones résidentielles);

Dans les deux scénarios, le gouvernement prévoit qu'un maximum de 385 plateformes d'une superficie de 120 mètres carrés pourraient être actives en même temps. Chaque plateforme traiterait la production de 5 à 10 puits.

Les puits de pétrole auraient par ailleurs une durée de vie de 25 ans. Les premières opérations de restauration auraient lieu l'année suivant la fin de leur exploitation.

...................

http://ici.radio-canada.ca/nouvelles/po ... ebec.shtml


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Pétrole d' Anticosti
MessagePublié: 29 Oct 2015, 18:04 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48455
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
Plus de gaz naturel que de pétrole à l'île d'Anticosti selon une étude

le mercredi 28 octobre 2015

L'île d'Anticosti renferme davantage de gaz naturel que de pétrole, selon des documents dévoilés par le gouvernement du Québec, mercredi. Les données recueillies lors des études environnementales stratégiques (EES), menées par Québec depuis mai 2014, révèlent que le potentiel en hydrocarbure des formations géologiques de l'île se compose de 78 % en gaz et de 22 % en pétrole.

Deux scénarios sont envisagés par le gouvernement pour le transport du gaz naturel de l'Île d'Anticosti vers le continent, selon un document sur la rentabilité économique de l'exploitation d'hydrocarbures. La construction d'un gazoduc qui permettrait d'acheminer le gaz naturel vers le continent coûterait 4 milliards de dollars américains. L'option d'un navire usine est évaluée à 2,9 milliards de dollars américains.

Le PDG de Pétrolia, Alexandre Gagnon soutient que l'expédition de gaz naturel de l'île d'Anticosti vers la Gaspésie demeure la solution la plus rentable pour l'entreprise et son partenaire Gaz Métro. La compagnie espère réaliser trois forages avec fracturation hydraulique, prévus en 2016 sur l'île, pour confirmer ou d'infirmer les données dévoilées par Québec mercredi, mais elle ne dispose pas encore du certificat d'autorisation pour le faire.

Les documents rendus publics mercredi guideront le gouvernement du Québec dans sa prise de décision sur la question des hydrocarbures, qui devrait être prise en 2016, selon le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand.

« Dans ce dossier-là, il y a différents chantiers qui existent, pas juste une question de dire; est-ce que c'est du pétrole, est-ce que c'est du gaz. C'est un chantier à la fois qui est social, qui est économique, qui est environnemental, qui est structurel, de structure, donc il est clair que ça va se poursuivre », affirme-t-il.

Pour sa part, le ministre de l'Environnement, David Heurtel, estime qu'avant d'aller de l'avant avec l'exploitation d'hydrocarbures sur l'île, il faut examiner la question de la fracturation hydraulique en milieu insulaire.

« C'est quelque chose de différent et il y a des conséquences qu'il faut vraiment approfondir. Il y a aussi toute la question de l'eau. Le rapport soulève des questions très importantes au niveau de l'eau, l'impact d'une exploitation sur l'eau à Anticosti. »
— David Heurtel, ministre de l'Environnement

Québec prévoit la tenue de consultations publiques en novembre à Montréal, Bécancour, Québec, Port-Menier, Gaspé, Sept-Îles et aux Îles-de-la-Madeleine.

http://ici.radio-canada.ca/regions/est- ... lles.shtml


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Pétrole d' Anticosti
MessagePublié: 11 Nov 2015, 12:53 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48455
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
Pétrole: vers une production commerciale au Québec en 2020

10 Nov 2010 lapresse.ca

Les premiers puits de production commerciale de pétrole pourraient devenir réalité à Anticosti ou ailleurs au Québec dès 2020, croit le président du lobby de l'industrie des hydrocarbures.

«Pour moi, c'est clair. Si les résultats de l'exploration sont bons, c'est possible d'avoir un projet de production en 2020», a dit Michael Binnion, président de l'Association pétrolière et gazière du Québec (APGQ), qui répondait aux questions des journalistes hier à l'occasion de la 7e conférence annuelle de l'association réunissant 300 participants dans un hôtel du centre-ville.

Des études de Québec, dévoilées à la fin d'octobre, concluaient que l'exploitation d'hydrocarbures dans l'île d'Anticosti pourrait présenter un potentiel commercialement rentable avec des retombées fiscales et financières de 650 millions par année pendant 75 ans et la création et le maintien de 2000 emplois par année.

Pour que ce rêve devienne réalité, M. Binnion est conscient que le gouvernement québécois devra au préalable adopter une nouvelle loi sur les hydrocarbures, comme le prévoit le plan d'action gouvernemental pour les hydrocarbures.

Des attentes tempérées

Questionné à propos de cet échéancier serré, le ministre québécois des Ressources naturelles, Pierre Arcand, qui était le conférencier de l'APGQ au lunch, a tempéré les attentes. «Il y a des projets plus avancés que d'autres. Les projets plus conventionnels en Gaspésie pourraient éventuellement aller de l'avant plus rapidement. Si on parle des projets comme Anticosti, je pense que ça va prendre un peu plus de temps.»

La question de l'eau (nécessaire au processus d'extraction par fracturation) à Anticosti préoccupe le ministre, de même que la question des infrastructures. «On n'est pas rendu au point de dire: il faut aller de l'avant avec Anticosti», a précisé M. Arcand.


Le ministre s'est montré encore plus prudent en ce qui a trait à une éventuelle exploitation du gisement Old Harry dans le golfe du Saint-Laurent. «Tout ce qui s'appelle Old Harry est très, très loin dans les cartes. On n'a pas véritablement de projets précis à soumettre à la population», a-t-il fait remarquer.

Des besoins pour au moins 30 ans

Invité à expliquer comment le gouvernement pouvait ouvrir la porte à une exploitation commerciale des hydrocarbures alors qu'il défendra dans quelques semaines son plan de réduction de gaz à effet de serre à la conférence de Paris, le ministre a indiqué que les Québécois allaient consommer des quantités importantes de pétrole pendant au moins les 30 prochaines années.

«Est-ce qu'on fait une exploitation des hydrocarbures ici ou si on continue de les importer? C'est là le débat», a dit le ministre, qui a répété son intention de déposer sa loi sur les hydrocarbures au printemps 2016.

Pétrolia: des travaux de 35 millions l'été prochain à Anticosti

La manne pétrolière profite déjà à l'économie de l'île d'Anticosti. De 120 à 140 personnes travailleront dans l'île à l'été 2016 dans le cadre de la seconde phase du programme d'exploration pétrolière. La société Pétrolia et ses partenaires y investiront 35 millions de dollars, une fois que le gouvernement aura délivré le certificat d'autorisation environnementale. «L'année prochaine, c'est le vrai test. Il s'agit des trois puits horizontaux avec fracturation pour savoir si, oui ou non, on peut produire des hydrocarbures», dit Alexandre Gagnon, PDG de Pétrolia. M. Gagnon participait à la conférence de l'Association pétrolière et gazière du Québec. Les travaux devraient commencer en mai 2016 et dureront six mois. Les forages avec fracturation étaient initialement prévus à l'été 2015, mais ont été reportés d'un an en raison de retards. Pétrolia a terminé l'été dernier une campagne de 12 sondages stratigraphiques: 7 en 2015 et 5 en 2014. Les travaux effectués dans l'île en 2014 et en 2015 ont donné du travail à 90 personnes, soutient l'entreprise. À Anticosti, le gouvernement du Québec a une participation de 35% dans la société en commandite qui pilote le projet, tandis que les partenaires privés Maurel et Prom, Corridor Resources et Pétrolia ont chacun 21,7% des parts.

http://affaires.lapresse.ca/economie/en ... n-2020.php


Haut
 Profil  
 
 Sujet du message: Re: Pétrole d' Anticosti
MessagePublié: 30 Avr 2016, 13:31 
Hors-ligne
Modérateur
Modérateur
Avatar de l’utilisateur

Inscrit le: 24 Avr 2005, 21:26
Messages: 48455
Localisation: Les JO de 68, c'était la
Citer:
Anticosti : plus de pétrole que de gaz

le 29 avril 2016

Le gouvernement Couillard a annoncé l'automne dernier que l'île d'Anticosti recèle davantage de gaz que de pétrole. Or, un rapport du gouvernement fédéral vient d'arriver à un résultat « diamétralement opposé » : le pétrole constituerait en fait 80 % des hydrocarbures présents dans le sous-sol

La Commission géologique du Canada vient de publier la première évaluation indépendante du potentiel en hydrocarbures de l'île. L'organisme fédéral y conclut que 78 % des hydrocarbures se trouvant sous l'île d'Anticosti sont du pétrole, le gaz naturel comptant pour 22 % de la réserve.

Dans son rapport, qui a été mis en ligne vendredi, la Commission constate que le résultat de ses travaux est « diamétralement opposé » aux conclusions d'une étude publiée en octobre par le gouvernement du Québec.

Les projections rendues publiques par Québec dans le cadre de l'évaluation environnementale stratégique (ÉES) sur Anticosti ont en effet conclu que le développement de la filière serait « principalement un projet de gaz naturel ». Le rapport évaluait que 78 % des hydrocarbures de l'île seraient du gaz naturel.

« Ce ratio de production localisé est diamétralement opposé à nos résultats de ressources en place sur l'ensemble de l'île », observent les auteurs du rapport fédéral.


Cela ne veut pas dire que l'île d'Anticosti deviendra un eldorado pétrolier, prévient la Commission. Il faudrait mener plusieurs forages et études avant de déterminer quelle proportion de la ressource peut effectivement être récupérée.

« Une sérieuse évaluation de la ressource techniquement récupérable nécessite d'avoir des données de récupération ultime des puits basées sur quelques années de production d'hydrocarbures pour établir des tendances statistiques de déclin de production », peut-on lire dans le rapport.

Pas les mêmes données

Pourquoi la Commission est-elle arrivée à des conclusions aussi différentes de celles de Québec ? Parce qu'elle a utilisé des données géologiques déjà publiées ainsi que des données confidentielles fournies par les opérateurs présents sur l'île. Dans son étude, Québec avait basé ses projections sur la production du shale d'Utica, situé dans l'État américain de l'Ohio.

Le gouvernement péquiste de Pauline Marois avait lancé l'exploration pétrolière sur Anticosti en grande pompe, en février 2014. À son arrivée au pouvoir, le gouvernement libéral de Philippe Couillard a lancé une étude environnementale stratégique sur cette filière énergétique.

Le premier ministre a pris ses distances du projet lors de son passage à la conférence de Paris sur les changements climatiques, en décembre dernier. La coentreprise menée par Pétrolia a demandé un certificat d'autorisation pour mener trois forages exploratoires sur l'île cet été.

http://www.lapresse.ca/actualites/polit ... de-gaz.php


Haut
 Profil  
 
Afficher les messages publiés depuis:  Trier par  
Publier un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 messages ] 

Les heures sont au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne ?

Utilisateur(s) parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité


Vous ne pouvez pas publier de nouveaux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vous ne pouvez pas éditer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages dans ce forum
Vous ne pouvez pas insérer de pièces jointes dans ce forum

Recherche de:
Aller vers:  
POWERED_BY
Traduction réalisée par Maël Soucaze © 2010 phpBB.fr