Precher la bonne parole...

discussions pour le Quebec.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
cicero
Charbon
Charbon
Messages : 260
Inscription : 22 août 2005, 18:34
Localisation : Île de la Tortue

Precher la bonne parole...

Message par cicero » 21 nov. 2005, 03:41

Bonjour,
pour ceux mes compatriote quebecois qui voudrait aporter leur voix, je vous annonce que j'ai lancer une discution sur le sujet du pic sur le forum de Quebec-politique.

Je sais pas ce que ça va donner mais j'espere que ça permettre d'en réveiller 2 où 3... J'espere que j'ai pas été trop pessimiste... ;-) et qu'on ne me prendra pas pour un fou... :roll: [/url]
Les peuples heureux n'ont pas d'Histoire.

Avatar de l’utilisateur
Magister
Kérogène
Kérogène
Messages : 3
Inscription : 22 nov. 2005, 18:39
Localisation : Québec

Message par Magister » 22 nov. 2005, 18:43

salut :)

suis-je le deuxième québécois ici? je suis dans le PO depuis quelques années mais principalement sur les forums anglophones (peakoil.com) et j'ai toujours eu du mal à rencontrer ou même essayer de faire comprendre à des gens ici l'importance du pic pétrolier et de ce qui pourrait arriver... mais on dirait que le monde dort...

en tout cas tu n'es plus tout seul maintenant :)

Avatar de l’utilisateur
cicero
Charbon
Charbon
Messages : 260
Inscription : 22 août 2005, 18:34
Localisation : Île de la Tortue

Message par cicero » 25 nov. 2005, 22:48

Magister a écrit :salut :)

suis-je le deuxième québécois ici? je suis dans le PO depuis quelques années mais principalement sur les forums anglophones (peakoil.com) et j'ai toujours eu du mal à rencontrer ou même essayer de faire comprendre à des gens ici l'importance du pic pétrolier et de ce qui pourrait arriver... mais on dirait que le monde dort...

en tout cas tu n'es plus tout seul maintenant :)
Je suis bien content de voir que je ne suis pas le seul au quebec conscient du pic.

A part ma femme, de toute les personnes à qui j'en ai parler aucune ne veut admettre les faits ou même dans la plus part des cas envisager l'éventualité... Tout mes posts sur des forums quebecois sont rester lettre morte... Je ne sais pas pourquoi un tel deni de la realité.

Il me semble que l'épuisement d'une ressouce non renouvelable est somme toute quelque chose de facile à comprendre et accepter... J'aimerais bien comprendre cette fermeture sur le sujet du pic. Quoiqu'il en soit cette attitude bornée ne change rien au fait: La fete est fini!
Les peuples heureux n'ont pas d'Histoire.

Avatar de l’utilisateur
lionstone
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 917
Inscription : 08 avr. 2005, 18:40
Localisation : nulpart

Message par lionstone » 05 déc. 2005, 13:51

Le Canada doit être plus sévère, selon Layton

Le chef du Nouveau Parti démocratique, Jack Layton, a fait campagne sur le thème du bois d'oeuvre, samedi, lors de son passage en Colombie-Britannique, une province fortement touchée par le conflit commercial entre le Canada et les États-Unis.

Réitérant la position de son parti à ce sujet, M. Layton a affirmé que le Canada devrait taxer ses exportations de gaz naturel et de pétrole brut vers les États-Unis en guise de représailles aux droits compensateurs imposés par les Américains sur les importations de bois d'oeuvre canadien.

Image

Tout un programme dites-donc, excellent qui plus est :-D
Moderacene: le site de la moderation brut

Avatar de l’utilisateur
cicero
Charbon
Charbon
Messages : 260
Inscription : 22 août 2005, 18:34
Localisation : Île de la Tortue

Message par cicero » 07 déc. 2005, 03:48

lionstone a écrit :Le Canada doit être plus sévère, selon Layton

Tout un programme dites-donc, excellent qui plus est :-D
Un excellant programme, un chef qui à prouver sont soucis d'amélioré l'evironnement. Helas les gens son trop con il prefere votrer pour les bandit du parti liberal qui detourne des millions et meme des milliards des fond public pour leur profit, celui de leur petit copins millionaires et leur parti...

Et bien que ces fraudes soit connues, On peut parier que ces Paul Martin, le millionaire qui imatricule ces bateaux sous pavillon de complaissance pour ne pas payer de taxe entre autre chose. Et qui depose une loi contre les paradis fisceau dans la quelle il prend soins d'exclure les bahamas où son imatriculer ses rafios...

Ça fait 14 ans qu'on est pris avec cette vermine liberal, qui se fou des GES (qui on augmenter de +24% vs 1990 tandis qu'il aurrait du faire -6%), Qui distribu les milliard à leur amis richards. Vivement le pic!
Les peuples heureux n'ont pas d'Histoire.

epe
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1467
Inscription : 22 juin 2005, 16:33
Localisation : 15' de Lille, de l'autre côté de la frontière

Message par epe » 07 déc. 2005, 06:23

http://www.alternatives.ca/article2266.html

ÉLECTIONS 2006
Les retombées inexorables de l’ALENA
mardi le 6 décembre 2005,
par : David ORCHARD

Partout au Canada, le prix de l’essence n’a cessé de monter pendant l’été. Tout récemment, il a encore grimpé de 30 %. On nous dit que cette augmentation record vient du fait que l’ouragan Katrina, dans le golfe du Mexique, a ralenti la production américaine.

Pourquoi un ouragan aux États-Unis fait-il monter le prix de l’essence au Canada ? Il n’y a pas eu d’ouragan en Alberta. Aucun puits de forage n’a été endommagé en Saskatchewan. Et pourtant, les Canadiens paient aujourd’hui jusqu’à 1,44$ le litre d’essence, soit plus de 6$ le gallon, ce qui est plus élevé que dans la plupart des villes américaines. Comment est-ce possible ? Le Canada n’est-il pas un pays producteur de pétrole et de gaz naturel, et, qui plus est, le principal fournisseur des États-Unis ?

La réponse se trouve dans l’ALE et dans l’ALENA. Naguère encore, le prix de notre énergie était déterminé au Canada ; nous avions nos propres sociétés pétrolières et gazières, ainsi que des réserves de gaz naturel qui devaient répondre exclusivement à nos propres besoins pendant 25 ans. Rien de plus normal qu’un pays froid, couvrant un vaste territoire, fasse payer à ses citoyens un prix moins élevé qu’à l’exportation pour son pétrole et son gaz naturel -- l’Arabie saoudite, le Venezuela et les autres pays exportateurs de pétrole font exactement la même chose pour leurs citoyens.

À l’heure de la mondialisation, l’atout du Canada était ses ressources énergétiques abondantes. La Chine a une main-d’oeuvre bon marché, les États-Unis ont un climat plus clément, le Canada, lui, avait de l’énergie.

Mais tout a changé lorsque, en 1988, le Canada a signé, pour des raisons encore inconnues de la plupart de ses citoyens, l’Accord de libre-échange avec les États-Unis (ALE) et a, de ce fait même, abandonné tout contrôle sur ses ressources énergétiques.

Rappelons pour mémoire les dispositions de l’ALE relatives à l’énergie.

Le Canada a renoncé à ce qu’une partie de ses réserves serve exclusivement à répondre aux besoins futurs de ses citoyens ; autrement dit, la totalité de nos réserves peut maintenant être exportée. Le Canada a également accepté de ne jamais faire payer l’énergie plus cher aux Américains qu’aux Canadiens. De plus, le Canada s’est engagé à continuer d’exporter aux États-Unis la même proportion de ses ressources énergétiques, même en cas de pénurie et même si les Canadiens doivent en souffrir.

On peut raisonnablement affirmer qu’aucun pays au monde n’a jamais signé, en temps de paix, un renoncement aussi global sur le contrôle de ses ressources actuelles et futures.


En 1994, l’ALE s’est transformé en ALENA pour inclure le Mexique. Or, le Mexique a refusé, lui, de signer les clauses énergétiques que le Canada avait signées.

Ceux qui, comme nous, avaient dénoncé l’ALE à l’époque avaient fait remarquer que ce n’était pas du libre échange mais plutôt de l’échange forcé. Nous avions également prédit que l’accord aurait de graves conséquences pour notre avenir, pour notre sécurité énergétique et pour notre souveraineté.

On nous avait alors accusés d’être des prophètes de malheur, d’être opposés au commerce, d’être protectionnistes, et j’en passe... Aujourd’hui, même nos ennemis de jadis se rendent compte de la situation précaire dans laquelle nous nous trouvons.

Une situation qui frappe les Canadiens de plein fouet, à commencer par leur porte-monnaie, chaque fois qu’ils achètent de l’essence pour leur voiture, leur camion, ou leurs machines industrielles ou agricoles.

Alors que le Canada exporte de plus en plus de pétrole et de gaz naturel -- il est dorénavant le principal fournisseur des États-Unis, suivi de l’Arabie saoudite - d’aucuns continuent de justifier ces accords. Or, en vertu de l’ALE, les États-Unis, qui importent aujourd’hui plus de 60 % de notre production, pourront continuer à importer 60% (et plus !) de notre production à perpétuité, même en cas de pénurie -- les Canadiens devront se contenter du reste.

Heureusement, nous dit-on, il y a les sables bitumineux de l’Alberta. Mais on précise rarement que le pétrole extrait des sables bitumineux est exporté aux États-Unis sans redevances ou presque, et que de grandes quantités d’un gaz naturel de plus en plus précieux servent au raffinage de ces sables bitumineux. Autrement dit, le Canada subventionne -- à un coût financier et environnemental élevé -- la vente à bas prix de ressources précieuses et non renouvelables.

L’ALENA promettait au Canada un accès garanti au marché américain ; ça n’a jamais été qu’une illusion, et les espoirs sont minces de voir disparaître les tarifs arbitraires maintenus par les Américains, contrairement à ce qu’ils avaient promis. Et pendant ce temps, nos entreprises continuent de se faire racheter : secteur énergétique ou viande de boeuf, fabrication ou vente au détail, c’est le rouleau compresseur. Il est temps de se réveiller.

Nous devons absolument enteprendre une étude globale des conséquences de l’ALE et de l’ALENA, d’un océan à l’autre, pour notre économie et notre souveraineté, étude qui serait assortie de recommandations bien documentées pour l’avenir.

Intégrer notre énergie et notre économie à celles des États-Unis reviendrait à donner à ce pays des droits de propriété et des pouvoirs de décision en matière de priorités et de prix. Nous perdrions ainsi le contrôle de notre propre destinée et la capacité de décider comment utiliser nos ressources dans l’intérêt de notre nation.

Nous ne sommes pas obligés de rester liés par des accords qui font exploser les prix de notre énergie ni de continuer d’accepter que le contrôle de notre économie et de notre destinée soit de plus en plus assumé par des intérêts étrangers.

Certains estiment que le Canada doit continuer de ramer, mais il y a une autre solution. L’ALE et l’ALENA comportent tous les deux des clauses de retrait qui permettent au Canada, avec six mois de préavis, de se retirer sans pénalité et d’en revenir, avec les États-Unis, aux règles commerciales multilatérales qui existent actuellement.

Il ne faut pas attendre que nos industries et notre agriculture aient perdu toute compétitivité ou que les Canadiens en soient rendus à quémander leur propre énergie à 40 degrés sous zéro. La catastrophe qui a frappé le golfe du Mexique doit nous faire réfléchir et nous pousser à agir : le Canada a d’importantes décisions à prendre pour assurer sa survie.

Ce texte a origniellement été publié dans « Le droit », 13 septembre 2005

David Orchard est l’auteur de Hors des griffes de l’aigle - Quatre siècles de résistance canadienne à l’expansionnisme américain. Il a été deux fois candidat à la direction du Parti progressiste conservateur, en 1998 et en 2003.
-Il vaut mieux pomper même s'il ne se passe rien que de risquer qu'il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas.
Les Shadoks

Avatar de l’utilisateur
thorgal
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1955
Inscription : 05 nov. 2005, 17:55
Localisation : Copenhague

Message par thorgal » 07 déc. 2005, 08:54

well, ça s'appelle "se faire mettre une carotte dans le c...l", et avec consentement en plus ... ô Québec, je me rappelle tes vastes contrées enneigées, ta nature omniprésente, ton sirop d'érable et ton orignal arrogant! l'espoir repose sur toi, Québec! Sessession! maintenant!

ecorage
Brut léger
Brut léger
Messages : 429
Inscription : 01 déc. 2005, 00:53
Localisation : Lyon

Message par ecorage » 07 déc. 2005, 10:44

Super cet article !
Il m'a donné une super idée.

Je vais proposer à mon voisin de pallier un accord pour "utiliser *" sa femme - Super jeunette blonde ravissante - les jours où la mienne part en vacances ou partirait définitivement.

En france on avait pour slogan :
"On n'a pas de pétrole, mais on a des idées"
Au Canada on peut dire :
"Vous avez du pétrole, mais vous avez de "drôles" d'idées."

* Je suis poli"

Avatar de l’utilisateur
cicero
Charbon
Charbon
Messages : 260
Inscription : 22 août 2005, 18:34
Localisation : Île de la Tortue

Message par cicero » 09 déc. 2005, 20:55

thorgal a écrit :well, ça s'appelle "se faire mettre une carotte dans le c...l", et avec consentement en plus ...
Rien de surprenant là, le gouvernement du cacanada travail pour les multinational, des richards et leur propre interet personelle. Il se contre foute de la population... tout autant que de leur sois disant pays et de la planette (Kioto...). Tout ce qui interessent ces gros porcs c'est de se remplir les poches. Alors il on signer parce que leur profit personnel y etait.
thorgal a écrit :ô Québec, je me rappelle tes vastes contrées enneigées, ta nature omniprésente, ton sirop d'érable et ton orignal arrogant! l'espoir repose sur toi, Québec! Sessession! maintenant!
Faut dire ça aux abrutis de montreal et au baby-looser qui se complaise dans la mediocrité canadian. Ce serait chose faite sans eux depuis 1995... on aurrait du l'argué montreal! Et faire notre republique sans eux...

Avec de la chance le pic arrivera bien tot et je l'espere il fera mal, tres tres tres mal, attrocement mal. J'espere l'anéantissement total et definitif de cette anti-civilisation monetaire et capitaliste. Vive le moyen-âge mondialisé!
:twisted:
Les peuples heureux n'ont pas d'Histoire.

Avatar de l’utilisateur
cicero
Charbon
Charbon
Messages : 260
Inscription : 22 août 2005, 18:34
Localisation : Île de la Tortue

Message par cicero » 09 déc. 2005, 21:05

ecorage a écrit : En France on avait pour slogan :
"On n'a pas de pétrole, mais on a des idées"
Au Canada on peut dire :
"Vous avez du pétrole, mais vous avez de "drôles" d'idées."
Vous etes trop bon si vous ecoutier les discours creux des politicien de bas etage du canada vous ne diriez pas qu'il on des idées même «drôle» voir absurde. Non je reformulerait ainsi...

«Ôooo Canada! Nous avons Canadiens et Canadiennes du pétrole, mais Ôooo Canada! Nous, Canadiens et Canadiennes, avons l'intérêts de nos interêts à coeur Nous Canadiens et Canadiennes du Canada.»

Enfin ça resemble au propos du tres honorable Paul Martin la fripouille, premier ministre du Ôooo Canada!
ecorage a écrit : * Je suis poli"
Ne vous gener pas pour moi...
Les peuples heureux n'ont pas d'Histoire.

Avatar de l’utilisateur
lionstone
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 917
Inscription : 08 avr. 2005, 18:40
Localisation : nulpart

Message par lionstone » 03 janv. 2006, 18:18

ÉLECTIONS 2006
Le Canada en mal d’une « pétrodiplomatie »
http://www.alternatives.ca/article2300.html

Récemment, le ministre du commerce extérieur du Canada Jim Peterson a évoqué la possibilité pour le Canada d’augmenter ses exportations pétrolières vers l’Asie. La question a été soulevée dans le cadre des tensions commerciales croissantes entre le Canada et les Etats-Unis où sont présentement orientées 95% de nos exportations de pétrole.

En évoquant la possibilité d’une diversification des exportations pétrolières canadiennes vers d’autres cieux, le Ministre Peterson a dit plus haut ce que beaucoup pensent plus bas. Actuellement, la guéguerre commerciale s’aggrave entre le Canada et les Etats-Unis. Ceux-ci refusent de respecter les clauses de l’Accord de libre-échange de l’Amérique du Nord (ALÉNA) en pénalisant lourdement les producteurs de bois et de viande canadiens. Gordon Ritchie, un des principaux architectes canadiens de l’ALÉNA, estime que le temps des belles paroles est terminé et qu’il faut envisager d’abandonner cet accord de libre-échange qui est selon lui à sens unique. Un ton dramatique a également été utilisé également par le Premier Ministre Martin lors du Sommet des Amériques en Argentine en novembre dernier. À Washington cependant, rien ne semble bouger. Entre-temps, les tensions s’aggravent entre les Etats-Unis et des pays comme le Venezuela et l’Iran, deux autres gros producteurs de pétrole. Or selon la plupart des observateurs, le « problème » du Président Bush avec les gouvernements récalcitrants a probablement plus affaire au pétrole qu’avec le « terrorisme » et la « démocratie ». On pourrait penser naturellement que pour ses propres intérêts, le Canada devrait se concerter avec d’autres pays dont les ressources sont convoitées par les Etats-Unis. Mais tel n’est pas le cas. D’une part, les producteurs pétroliers canadiens privés, qui sont en bonne partie des multinationales américaines et étrangères, ne veulent rien savoir d’une « pétrodiplomatie » canadienne active. Pierre Alvarez qui préside l’Association canadienne des producteurs pétroliers, le dit clairement, « le gouvernement n’a pas à se mêler des marchés pétroliers ». D’autre part à Ottawa, le gouvernement libéral sortant est plutôt ambigu. Bien que l’on entende la nécessité de réaffirmer la souveraineté canadienne, on voit d’un autre côté un rapprochement avec Washington sur plusieurs dossiers comme la dite « lutte contre le terrorisme » qui masque les ambitions hégémoniques de George W. Bush. Dans l’hypothèse où Stephen Harper parvienne au pouvoir, le rapprochement avec les Etats-Unis pourrait sans doute s’accélérer. Dans un tel cas, il faudrait oublier l’idée que le Canada puisse utiliser davantage ces ressources comme moyen de défendre sa souveraineté.
Moderacene: le site de la moderation brut

epe
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1467
Inscription : 22 juin 2005, 16:33
Localisation : 15' de Lille, de l'autre côté de la frontière

Message par epe » 07 mars 2006, 18:28

CANADA

La sécurité énergétique du pays compromise ?


Un rapport dévoilé aujourd'hui (mardi), à Ottawa, affirme que la sécurité énergétique du Canada est en péril. Le rapport publié par le Centre canadien de politiques alternatives, l'Institut Parkland et l'Institut Polaris, met en garde contre l'énorme menace économique, sociale et écologique que comporte, à leur avis, la mise en valeur des sables bitumineux de l'Athabasca.

Le directeur de l'Institut Polaris, Tony Clarke, soutient que le projet des sables bitumineux est au centre d'un plan énergétique continental visant à acheminer de nouvelles quantités massives de pétrole et de gaz aux États-Unis.

Selon lui, le Canada laisse le président américain, George W. Bush, et les grandes sociétés pétrolières, dicter sa politique énergétique.

Pour sa part, le directeur du Centre canadien de politiques alternatives, Bruce Campbell, signale qu'il ne reste que pour moins de dix ans de réserves prouvées de pétrole et de gaz conventionnel au Canada, alors que la majeure partie du pétrole tiré des sables bitumineux est destinée à l'exportation aux États-Unis.

Ces organisations estiment que le gouvernement Harper doit adopter une politique énergétique nationale cohérente afin d'assurer un approvisionnement en énergie stable à la population du Canada.

Les exportations de pétrole et de gaz du Canada à destination des États-Unis ont augmenté rapidement depuis la signature de l'Accord de libre-échange nord-américain en 1992. Le rapport signale que cet accord empêche le Canada de réduire la proportion de ses exportations pour répondre à ses priorités.

Les organismes concluent que le maintien des politiques énergétiques actuelles n'est nettement pas dans l'intérêt national.

Ils soulignent que le Québec et les provinces Maritimes doivent d'ailleurs importer 90 pour cent du pétrole nécessaire pour répondre à leurs besoins.
-Il vaut mieux pomper même s'il ne se passe rien que de risquer qu'il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas.
Les Shadoks

Avatar de l’utilisateur
cicero
Charbon
Charbon
Messages : 260
Inscription : 22 août 2005, 18:34
Localisation : Île de la Tortue

Message par cicero » 16 mai 2006, 03:48

epe a écrit :La sécurité énergétique du pays compromise ?

Ces organisations estiment que le gouvernement Harper doit adopter une politique énergétique nationale cohérente afin d'assurer un approvisionnement en énergie stable à la population du Canada.
Je crois qu'il rêve en couleur... Harper est plutôt du genre «lècheur de botte de coyboye».
epe a écrit : Les exportations de pétrole et de gaz du Canada à destination des États-Unis ont augmenté rapidement depuis la signature de l'Accord de libre-échange nord-américain en 1992. Le rapport signale que cet accord empêche le Canada de réduire la proportion de ses exportations pour répondre à ses priorités.

Selon lui, le Canada laisse le président américain, George W. Bush, et les grandes sociétés pétrolières, dicter sa politique énergétique.
J'aimerais bien comprendre comment on peut-être assez tata pour signer des traités de ce genre!?!
Les peuples heureux n'ont pas d'Histoire.

sceptique
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4671
Inscription : 21 nov. 2005, 17:42
Localisation : versailles

Message par sceptique » 05 juin 2006, 17:38

Pour abonder dans le meme sens sur la catastrophe de l'ALENA pour le Canada : http://www.ledevoir.com/2006/04/28/107836.html
extrait :
David Orchard
Borden, le 27 avril 2006
...
N'est-ce pas Brian Mulroney et son gouvernement qui ont négocié et signé l'Accord canado-américain de libre-échange, dont les conséquences ont été dévastatrices pour l'environnement ? Par cet accord, nous avons transféré à l'industrie américaine une grande partie de notre souveraineté sur les ressources en eau et en énergie, avec toutes les répercussions environnementales que l'on sait. (Le projet des sables bitumineux n'est-il pas un des principaux producteurs de gaz à effet de serre de la planète ?)
...

Avatar de l’utilisateur
Alain Poitras
Kérogène
Kérogène
Messages : 85
Inscription : 03 juil. 2006, 07:07
Localisation : Montréal au Québec

Re: Precher la bonne parole...

Message par Alain Poitras » 15 juil. 2006, 02:41

cicero a écrit :Bonjour,
pour ceux mes compatriote quebecois qui voudrait aporter leur voix, je vous annonce que j'ai lancer une discution sur le sujet du pic sur le forum de Quebec-politique.

Je sais pas ce que ça va donner mais j'espere que ça permettre d'en réveiller 2 où 3... J'espere que j'ai pas été trop pessimiste... ;-) et qu'on ne me prendra pas pour un fou... :roll: [/url]
Merci d'avoir lançé cette discussion sur Québec-politique, il y a en effet un très grand nombre de québecois a réveiller... :smt015 :smt015 :smt015

J'invite tout ceux qui veulent aider à "réveiller les québecois" a participer aux discussions traitant de la crise pétrolière dans ce forum, que vous soyez québecois ou non, vous êtes bienvenus !

Alain, :smt006
Quelquefois, il vaut mieux se taire et passer pour un imbécile que de parler et le prouver !

Répondre