News .... du pays Belge

Suisse, Belgique, luxembourg...

Modérateurs : Rod, Modérateurs

emmort
Condensat
Condensat
Messages : 633
Inscription : 25 févr. 2009, 21:48
Localisation : Ans (Belgique)

Re: News .... du pays Belge

Message par emmort » 21 déc. 2018, 16:55

Voilà, le gouvernement est tombé!
Comme les élections sont programmées en mai avec les européennes et les régionales on est parti pour quelques mois de gouvernement "en affaire courante" devant faire passer toute action politique au parlement.

Comme le parlement ne se "suicide" pas, les élections ne sont pas anticipées.

Non, les gilets jaunes (9 au dernier comptage) n'y sont pour rien. Les politiques ont fait cela tous seuls.

Les derniers gilets jaunes manifestent encore mais personne ne sait pourquoi car sans gouvernement.....

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60867
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: News .... du pays Belge

Message par energy_isere » 25 déc. 2018, 02:06

Engie lance le redémarrage du réacteur nucléaire belge Tihange 3

REUTERS | LE 24/12

Electrabel, filiale belge d'Engie, a annoncé lundi lancer les opérations de redémarrage du réacteur nucléaire Tihange 3, après avoir reçu l'autorisation de l'Agence Fédérale de Contrôle Nucléaire (AFCN), estimant son retour sur le réseau au 7 janvier.
........
https://m.investir.lesechos.fr/actualit ... 15085.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60867
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: News .... du pays Belge

Message par energy_isere » 13 janv. 2019, 20:08

LA BELGIQUE DÉPENDANTE DE L’ÉLECTRICITÉ DE SES VOISINS

mar 8 jan 2019 lenergeek

Privée de plusieurs réacteurs nucléaires, la Belgique a connu une année 2018 compliquée. D’après les chiffres publiés par le gestionnaire du réseau électrique belge le 7 janvier 2019, le plat pays a importé plus d’un cinquième de ses besoins en électricité. Une mauvaise nouvelle pour l’indépendance énergétique du pays, mais aussi pour son empreinte écologique. Alors que Bruxelles souhaite développer les énergies renouvelables, celles-ci progressent à un rythme insuffisant pour vraiment remplacer le nucléaire… Ainsi, le recours aux centrales à gaz n’a jamais été aussi important !

Un bilan 2018 inattendu


Fin 2018, les arrêts prolongés des réacteurs de Doel et Tihange ont fait craindre une pénurie d’électricité en Belgique. La baisse des températures venant, cette idée s’est même imposée parmi les spécialistes du secteur. C’est pourquoi, les autorités ont finalement passé des accords avec l’étranger et notamment avec l’Allemagne, dans le but d’assurer l’approvisionnement des foyers belges.

La Belgique s’est donc tournée vers ses voisins et cela s’en ressent dans son mix électrique. Elia, le gestionnaire du réseau a effectivement publié le bilan de l’année 2018, le 7 janvier 2019. Les chiffres sont tout à fait inattendus au regard de ceux affichés l’année précédente. Alors que le nucléaire représentait près de la moitié de l’électricité produite en 2017, ce chiffre est tombé à seulement 34 %. Elia indique même que « la production nucléaire a atteint des niveaux historiquement bas en novembre (1 TWh, soit 15 %) et décembre (1,1 TWh, soit 17 %) ».

A ce moment, seul le réacteur de Doel 3 était en fonctionnement. Un coup dur pour Electrabel, filiale d’Engie, et un problème pour les autorités belges qui ont dû importer massivement de l’électricité. Heureusement, grâce aux interactions électriques européennes, ces difficultés n’ont pas eu de conséquences majeures pour les ménages. En effet, l’électricité produite à l’étranger, et notamment en France, est moins chère que celle générée en Belgique.

Des importations d’électricité en forte hausse

Comme le rappelle la FEBEG, Fédération des fournisseurs belges d’énergie, « lorsque l’énergie est moins chère à l’étranger, les fournisseurs achètent sur ces marchés ». En 2017, les importations représentaient 8 % du mix électrique, tandis que 2018 constitue une année record avec 22 % d’électricité produite à l’étranger, soit 17,4 TWh.

Toutefois, si la hausse historique des importations n’a pas impacté la facture des ménages, le recours aux centrales à gaz a bien détérioré la performance environnementale de la politique de la ministre de l’énergie, Marie-Christine Marghem. En l’occurence, c’est le gaz naturel qui tire son épingle du jeu. Sa part dans le mix énergétique est de 27 % avec une pointe enregistrée à 2,9 TWh en novembre dernier.

Importations, gaz, mais où sont passées les énergies renouvelables ? En l’espace d’un an, elles progressent de 11 % à 12 % du mix électrique belge. Elia détaille que le solaire représente à lui seul 4 %. L’évolution des EnR est donc positive, mais ces dernières restent très minoritaires.
https://lenergeek.com/2019/01/08/belgiq ... e-voisins/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60867
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: News .... du pays Belge

Message par energy_isere » 26 janv. 2019, 01:30

ENGIE : Le réacteur nucléaire Doel 2 d'Engie en Belgique va redémarrer

REUTERS | LE 25/01 2019

La Belgique a autorisé vendredi le redémarrage du réacteur numéro deux de la centrale nucléaire de Doel (Flandre orientale), mis à l'arrêt depuis avril après la découverte d'une fuite dans le système de refroidissement du réacteur numéro un.


L'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) belge avait exigé de connaître la cause de cette fuite avant d'autoriser le redémarrage des réacteurs, exploités par Electrabel, filiale belge d'Engie, et tous deux mis à l'arrêt en raison de leur structure identique.

Les analyses ont montré que cette fuite était due à une fatigue des matériaux et le tuyau correspondant dans le circuit de refroidissement de Doel 2 a été remplacé.

"Cela signifie que toutes les questions et remarques de l'AFCN concernant Doel 2 ont été clarifiées. Etant donné que la sûreté des installations est garantie, le réacteur de Doel 2 pourra redémarrer dans les prochains jours, conformément au planning d’Engie Electrabel", écrit l'AFCN dans un communiqué.


Les réparations ne sont en revanche pas encore terminées à Doel 1.

En décembre, Electrabel a prolongé jusqu'au 15 mars l'arrêt de Doel 1.

Les réacteurs de cette centrale près d'Anvers devaient cesser leur production en 2015 mais le gouvernement belge a par la suite prolongé leur exploitation de 10 ans.
https://m.investir.lesechos.fr/actualit ... 22235.html

emmort
Condensat
Condensat
Messages : 633
Inscription : 25 févr. 2009, 21:48
Localisation : Ans (Belgique)

Re: News .... du pays Belge

Message par emmort » 12 févr. 2019, 15:22

En Belgique, peu de gilets jaunes mais un mouvement de fond pour le climat et une lutte enfin efficace contre le réchauffement climatique (Mobar, va soigner ton allergie)

tous les jeudis: 30-35000 étudiants dans les rues et tous les deux mois, le dimanche 75000 personnes.

Tout cela avec un gouvernement en "affaire courante" car ayant perdu sa majorité au parlement.

un slogan des jeunes m'a interpelé:
"Je consomme
Tu consommes
Il consomme
Nous sommes cons!!"

pas mal trouvé!!

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60867
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: News .... du pays Belge

Message par energy_isere » 13 juin 2019, 22:52

Engie inaugure en Belgique le plus grand parc solaire du Bénélux

AFP parue le 13 juin 2019

Le groupe français Engie, qui revendique un rôle de leader dans les énergies renouvelables, a inauguré jeudi dans le nord de la Belgique le plus grand parc de panneaux photovoltaïques du Bénélux, pour un métallurgiste gros consommateur d'électricité.

"Avec une puissance installée de 99,5 mégawatts (MW), ce parc composé de 303.000 panneaux solaires produira chaque année 85.000 MWh soit l'équivalent de la consommation annuelle de 25.000 familles", a souligné une porte-parole d'Engie Benelux jointe par l'AFP.

Le "Kristal Solar Park", situé à Lommel (nord), près de la frontière avec les Pays-Bas, alimentera directement en électricité un four à zinc exploité dans la même zone industrielle par l'entreprise métallurgique Nyrstar.

"Le parc couvrira entre 8 et 10% des besoins du site de Nyrstar. D'autres entreprises qui s'installeront ultérieurement sur le site pourront aussi se raccorder directement au parc solaire", a précisé la porte-parole.

La filiale belge d'Engie, de son côté, se chargera d'entretenir les panneaux pendant 15 ans.

Pour Engie, qui exploite par ailleurs les sept réacteurs nucléaires de Belgique, très souvent pointés du doigt pour leur vétusté, ce parc solaire fait figure d'emblème dans la stratégie de développement des énergies renouvelables.

En Belgique, le groupe exploite déjà 153 éoliennes dans 38 parcs.

Il se présente comme "le plus grand producteur d'énergie renouvelable" du pays avec "670 MW de capacité installée".

Dans le photovoltaïque, la filiale spécialisée Engie Fabricom Solar Technics "a déjà installé pas moins de 900.000 panneaux, ce qui représente 280 MW et une réduction totale de CO? de 100.000 tonnes par an", affirme le groupe.

En Belgique, à l'heure actuelle, plus de 50% de l'électricité consommée est d'origine nucléaire, et l'engagement du pouvoir politique à sortir du nucléaire à l'horizon 2025 est régulièrement mis en doute dans les milieux économiques.

Les réticences les plus fortes s'observent en Flandre, le nord néerlandophone, moteur économique du pays, où Engie a installé son parc solaire. Selon le groupe, cette nouvelle installation "représente rien qu'à elle 25% des ambitions solaires de la Flandre pour 2019".
https://www.connaissancedesenergies.org ... lux-190613

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60867
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: News .... du pays Belge

Message par energy_isere » 22 juin 2019, 10:00

Engie veut augmenter la capacité de stockage et de puissance de la centrale de Coo

21/06/19

Engie va introduire début juillet une demande de permis pour augmenter de 7,5% la capacité de stockage et la puissance des installations existantes de la centrale de pompage-turbinage de Coo-Trois-Ponts, annonce vendredi le fournisseur d'énergie. Ce projet apportera plus de flexibilité sur le réseau électrique belge pour gérer efficacement l'intermittence des énergies renouvelables. Les travaux devraient aboutir en 2024.

Image
La centrale de pompage-turbinage de Coo-Trois-Ponts

Les installations de la centrale de pompage-turbinage de Coo-Trois-Ponts (province de Liège), d'une capacité installée de 1.080 MW et d'une capacité d'énergie stockée quotidienne de 5.000 MWh, peuvent être adaptées et aménagées pour offrir une capacité de stockage et une puissance de production supérieures, explique Engie.
Les études de faisabilité actuellement en cours portent sur une augmentation de 7,5%. Cela équivaut à des augmentations de 80 MW de capacité installée et de 425 MWh de l'énergie stockée. Les travaux représentent un investissement de l'ordre de 50 millions d'euros et devraient se terminer en 2024.
Cette démarche s'inscrit dans la transition zéro carbone "dont Engie veut être le leader". Elle offre la flexibilité dont le réseau a besoin et favorise ainsi l'intégration des énergies renouvelables intermittentes telles que l'éolien et le solaire, appuie l'entreprise.

Plusieurs projets renouvelables en voie de réalisation feront en outre du site de Coo un maillon important de la transition énergétique en Belgique.
Engie cite ainsi l'installation de panneaux solaires reliés à des bornes de rechargement pour voitures électriques et d'autres qui alimenteront Plopsa Coo ainsi que le projet de construction de six éoliennes sur le site de la centrale.
https://trends.levif.be/economie/entrep ... 1561190046

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60867
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: News .... du pays Belge

Message par energy_isere » 28 oct. 2019, 21:24

Au large des côtes belges, l'éolien offshore gagne en puissance

AFP parue le 28 oct. 2019

Depuis la côte belge, il faut naviguer une heure pour apercevoir le parc Norther et ses 44 gigantesques éoliennes en mer, une technologie qui gagne rapidement en puissance et sera bientôt visible au large de la France.

Le plus grand parc éolien offshore belge à ce jour se déploie à 23 km des ports d'Ostende et Zeebruges, dans une zone d'intense trafic de tankers et porte-conteneurs géants. Achevé cet été après deux ans, il aligne 44 éoliennes hautes de près de 200 mètres, de quoi alimenter 400 000 ménages en électricité selon l'exploitant.

Au milieu des moulins tournant en cadence, une plateforme apparaît, semblant toute petite : la sous-station électrique, chargée de centraliser le courant à 220 kilovolts, expédié via un énorme câble sous-marin aboutissant sous la plage de Zeebruges pour rejoindre le réseau électrique belge.

Mais dans ce secteur, ces 44 éoliennes ne sont pas seules : on en compte plus de 200 autres, à perte de vue sur l'horizon, édifiées peu à peu depuis 2009 sur ce champ dédié. Plus au large encore, deux parcs sont en construction.

L'éolien en mer ne fournit aujourd'hui que 0,3% de l'électricité mondiale (15% au Danemark, 8% au Royaume Uni, 3 à 5% en Belgique, Allemagne ou aux Pays-Bas). Mais le potentiel de ce jeune secteur est "époustouflant", du fait des progrès de la technologie, souligne l'Agence internationale de l'énergie (AIE).

"Aux Pays-Bas par exemple, le prix de production a baissé de 70% en huit ans grâce d'abord à la mise au point de turbines plus grosses", explique Lydia Schot, chargée du développement de l'éolien offshore chez Eneco, le fournisseur d'énergie néerlandais codéveloppeur du parc Norther.

À Norther, chaque éolienne (du danois Vestas) a une capacité de 8,5 megawatts (MW), avec des pales de 82 mètres. Il y a quelques années, les machines faisaient 2 ou 3 MW. Aujourd'hui, General Electric en produit une de 12 MW aux pales de 107 mètres, annoncée sur plusieurs projets en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Et l'industrie promet 15-20 MW pour 2030.

« Puzzle »

Profitant de vents forts et réguliers, les éoliennes offshore sont bien plus grandes que les terrestres. Dans les nouveaux parcs comme Norther, les éoliennes tournent à plein régime près de 50% du temps, une efficacité similaire à celle des centrales à gaz ou à charbon, note l'AIE.

"L'expérience acquise limite les risques et imprévus", dit Lydia Schot. Ces gros projets (1,2 milliard d'euros pour Norther, supporté par ses actionnaires et une dizaine de banques) sont de fait rarement simples.

Il y a les recours. À Ostende, la contestation n'est venue ni des pêcheurs ni des ornithologues, mais de très grands ports voisins et d'une compagnie maritime, autour du partage du territoire. Norther a dû renoncer à des kilomètres carrés et à une dizaine d'éoliennes, explique Tom De Clerck, leur gestionnaire de permis. À terre, le calendrier a aussi pâti d'un recours contre une infrastructure de transport électrique.

Les contraintes techniques aussi sont fortes. La mer du Nord ayant subi deux guerres mondiales, le site de Norther a dû être débarrassé des munitions non explosées qui s'y trouvaient encore.

Pour éviter l'érosion due aux courants, le sol marin a été renforcé avec des pierres, tandis que sur la trajectoire du câble, les dunes sous-marines étaient aplanies. À chaque éolienne, il a fallu, selon l'implantation, adapter le diamètre du pieu de fondation, planté à 50 mètres de profondeur dans le sol argileux, sous 15 à 30 m d'eau. "Un autre problème est qu'il y avait déjà plein de câbles sur ce secteur. On s'est retrouvés avec une zone biscornue (à aménager). Mais ça ne nous a pas arrêtés, on a fait le puzzle !", ajoute Tom De Clerck.
https://www.connaissancedesenergies.org ... nce-191028

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60867
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: News .... du pays Belge

Message par energy_isere » 13 déc. 2019, 08:39

Démantèlement nucléaire belge: Engie augmente ses provisions de 2,1 mds EUR

AFP parue le 12 déc. 2019

Le géant français de l'énergie Engie a annoncé jeudi 2,1 milliards d'euros de provisions supplémentaires "pour le démantèlement des centrales nucléaires belges et la gestion de l'aval du cycle du combustible nucléaire".

Au 31 décembre 2018, le montant des provisions nucléaires dans les comptes d'Engie s'élevait à 11,5 milliards d'euros (dont 5,3 milliards d'euros pour le démantèlement et 6,2 milliards pour le combustible), précise le groupe dans son communiqué.

Cette "réévaluation" des provisions, sur décision de la Commission des provisions nucléaires belges (CPN), s'explique "essentiellement" selon le groupe par une baisse des taux d'intérêt, qui a obligé la CPN à abaisser les taux d'actualisation des provisions.

"A ce montant de provisions s'ajoutera le montant récurrent annuel de 0,4 milliard d'euros", ajoute le groupe, ce qui porte l'augmentation des provisions à 2,5 milliards d'euros.

Conformément à la loi belge, un processus de révision des provisions nucléaires doit être engagé tous les trois ans par la CPN, rappelle Engie. La prochaine réévaluation aura ainsi lieu fin 2022.

La Belgique prévoit une sortie progressive du nucléaire, qui doit s'étaler jusqu'en 2025.

Engie, via sa filiale Electrabel ancrée depuis plus de 100 ans dans le royaume, y détient sept réacteurs nucléaires à eau pressurisée répartis sur deux sites de production, Doel et Tihange, pour une capacité totale de 5,9 gigawatts et dont la durée de vie résiduelle s'étend aujourd'hui entre 2022 et 2025.
https://www.connaissancedesenergies.org ... eur-191212

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 60867
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: News .... du pays Belge

Message par energy_isere » 12 janv. 2020, 23:26

Bonnes nouvelles du nucléaire Belge. :D
2019, un excellent millésime nucléaire pour la Belgique

10 janv 2020

Fini les incidents en cascade. Les centrales nucléaires belges ont retrouvé l’an dernier une capacité de production presque complète.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) -

Des cuves microfissurées, une dalle qui se soulève et une foule d’incidents techniques: les dernières années s’étaient révélées très difficiles pour les centrales nucléaires belges. Entre octobre et novembre 2018 ainsi, un seul réacteur (sur sept) fut opérationnel, contraignant l’opérateur Engie à mettre en place des moyens de production alternatifs pour éviter la pénurie d’électricité.

Mais en 2019, le cauchemar semble s’être arrêté. La disponibilité du parc a atteint 78%. «Nous avons retrouvé une disponibilité en ligne avec les standards internationaux, fixés autour des 80%. Les centrales nucléaires ont permis de couvrir en moyenne la moitié des besoins électriques du pays avec une production locale et 100 % décarbonée», se réjouit Anne-Sophie Hugé, la porte-parole d’Engie.

De sursis en réparation
Pourtant, les centrales nucléaires belges sont vieilles. Plusieurs réacteurs ont dépassé la limite d’âge des 40 ans qui aurait dû conduire à leur mise à l’arrêt. Mais de sursis en réparations, Doel (Anvers) et Tihange (Huy) ont pu continuer à fonctionner.

Doel 4 a même réussi à boucler l’année sans interruption. L’automne dernier, Doel 1 et 2 ont été arrêtés pour une révision, mais ils seront rallumés au printemps. Idem pour Tihange 1, mis sur pause le 31 décembre dernier, et qui sera relancé en juillet prochain.

Chose notable: les sept réacteurs belges ont accompli l’an dernier un petit exploit en produisant de l’électricité - tous ensemble - pendant 64 jours, entre fin juillet et fin septembre.

Engie Electrabel estime que ce niveau de production ne pourra toutefois pas être réédité en 2020, plusieurs arrêts étant prévus dans le cadre du plan d’action Long Term Operation (LTO). Celui-ci reprend les investissements (1,3 milliard d’euros) et les mesures nécessaires au prolongement de dix ans de la période d’exploitation de trois unités construites en 1975, soit Tihange 1, Doel 1 et Doel 2. Ces investissements sont le résultat d’un accord passé en 2015 entre Engie Electrabel et le gouvernement Michel.
https://www.wort.lu/fr/international/20 ... 784e353b9b

Répondre