News, News... d'outre Danube (Autriche)

Suisse, Belgique, luxembourg...

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 80667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: News, News... d'outre Danube (Autriche)

Message par energy_isere » 27 juin 2022, 00:54

Début de la construction du plus grand parc solaire PV d'Autriche avec 120 MW
Construction begins on 120 MW solar park in Austria
Nickelsdorf, a small town in eastern Austria, has started building a 120 MW solar project. Upon completion, it will be the nation’s largest solar park.

JUNE 20, 2022 SANDRA ENKHARDT

Nickelsdorf – a small town in Burgenland, eastern Austria – has broken ground on what will be the country's largest PV park to date.

The regional government plans to build the 120 MW solar plant as part of a hybrid wind-solar project, with a 164 MW wind farm. The plan is to reach grid connection by the end of this year.

“The citizens of Nickelsdorf stand behind this project,” said Mayor Gerhard Zapfl, noting that the solar panels will be placed at a height that will also enable livestock farming with sheep. “Between the rows of modules, flowering meadows should also ensure even more biodiversity and species richness and create new habitats for insects and wild animals.”

The power will be sold by local utility Burgenland Energie to its customers at a dedicated tariff.

“The population here in Nickelsdorf can benefit directly and save an average of €150 per household per year,” said Burgenland Energie CEO Stephan Sharma.
https://www.pv-magazine.com/2022/06/20/ ... n-austria/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 80667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: News, News... d'outre Danube (Autriche)

Message par energy_isere » 27 juil. 2022, 08:49

Haidach, l’immense réservoir à gaz autrichien qui attise toutes les convoitises

Sébastian SEIBT - 27 juillet 2022

Vienne a décidé, lundi, de raccorder son réservoir à gaz géant de Haidach au réseau énergétique autrichien. Une action jugée légitime puisque le réservoir se trouve sur son territoire national, sauf qu’il était jusqu’à présent utilisé par l’Allemagne. Mais la guerre en Ukraine et la crise énergétique ont tout changé.


À 32 km de la frontière allemande, dans l’arrière-pays autrichien, non loin de la ville de Salzbourg, se dresse un exemple concret des problèmes occasionnés par la guerre du gaz menée par la Russie. Un imbroglio autour du gigantesque réservoir à gaz de Haidach est en train de se former alors que Moscou a annoncé, lundi 25 juillet, une importante réduction de la livraison du précieux hydrocarbure à l’Europe par le gazoduc Nord Stream 1.

Quelques heures avant cette décision russe, Leonore Gewessler, la ministre autrichienne de l’Énergie et de l’Environnement, faisait savoir à la presse allemande que le réservoir de Haidach servirait dorénavant aussi à subvenir aux besoins en énergie des Autrichiens.

Deuxième plus grand réservoir à gaz d’Europe occidentale

Une annonce qui a fait froid dans le dos aux habitants de plusieurs Länder (régions administratives allemandes) du sud de l’Allemagne, à commencer par la très puissante Bavière. En effet, pour des raisons historiques et économiques, le site de Haidach, bien que situé en Autriche, n’était jusqu’à présent relié qu’au réseau énergétique allemand et servait essentiellement à alimenter en électricité la Bavière.

"Nous observons l’évolution de la situation [à Haidach, NDLR] avec beaucoup d’inquiétude", a reconnu Markus Söder, le ministre-président de Bavière.

Cette région s’était habituée, au fil des ans, à sa dépendance énergétique à Haidach. Ce réservoir peut contenir 2,9 milliards de m3 de gaz, ce qui en fait le deuxième plus important d’Europe occidentale derrière celui de Rehden (nord de l’Allemagne). Il y avait donc largement de quoi étancher la soif énergétique du Sud allemand.

Depuis sa mise en service en 2007, le site est exploité par Wingas et Astora, deux filiales de Gazprom Germania (nationalisée par Berlin en avril 2022) et GSA, une autre branche du géant russe. L’Autriche ne fait que gérer techniquement l’installation.

Une répartition des tâches très germano-centrée qui explique, en partie, pourquoi ce gaz repartait ensuite plutôt vers l’Allemagne au lieu de rester en terre autrichienne. De quoi faire les affaires de la Bavière, qui ne manquait pas une occasion de rappeler que l’Autriche bénéficiait aussi de ce système puisque le surplus de gaz était ensuite réexpédié à deux régions autrichiennes (le Tyrol et le Vorarlberg) raccordées au gazoduc allemand.

Mais la guerre en Ukraine a changé la donne pour Vienne. L’Autriche dépend à 80 % du gaz russe, ce qui place le pays tout en haut de la liste de ceux qui ont le plus à perdre si la Russie venait à couper complètement le robinet.

La Bavière, d’enfant gâté à parent pauvre du gaz ?

En mai, le gouvernement autrichien a donc concocté un plan censé permettre de faire baisser cette dépendance à… 70 %. Pour grappiller ces quelques pourcentages d’"indépendance" énergétique, Vienne a besoin d’augmenter au maximum ses réserves stratégiques afin d’avoir un matelas de sécurité gazier. Le plan prévoit de les multiplier par trois, explique le quotidien autrichien Salzburger Nachrichten.

L’immense réservoir de Haidach joue, à ce titre, un rôle central. Le gouvernement autrichien est prêt à sortir l’artillerie lourde en évinçant Gazprom du tableau pour que ce réservoir permette au pays de passer l’hiver au chaud.

En effet, le géant russe n’approvisionne plus ce réservoir qui est quasiment vide, a constaté le quotidien allemand Süddeutsche Zeitung en épluchant les données de la plateforme européenne Gas Infrastructure Europe (GIE).

L’Autriche a ainsi adopté une loi permettant de mettre l’exploitant d’un réservoir en demeure de le remplir. Si ce dernier ne s’exécute pas, le gouvernement s’arroge le droit d’aller proposer à d’autres d’y stocker leur gaz. Si cette menace peut paraître importante, il n’en demeure pas moins "qu’on ne sait pas qui pourrait remplir ce réservoir à part les Russes", note le Bayerischer Rundfunk, la radio publique bavaroise.

Il n’empêche que tout ce dispositif a suffi pour faire peur à la Bavière, qui se voit déjà passer du statut d’enfant gâté du gaz russe à son parent pauvre.

Vienne et Berlin ont cherché à rassurer le puissant Land du sud de l’Allemagne. Le ministre allemand de l’Économie, Robert Habeck, s’est rendu à Vienne le 12 juillet pour évoquer l’épineuse question du devenir de ce réservoir avec la ministre autrichienne de l’Énergie, Leonore Gewessler. Un accord pour une utilisation conjointe germano-autrichienne de Haidach aurait été conclu à l’occasion de cette rencontre, a appris la Süddeutsche Zeitung.

Mais Munich – la capitale du Land de Bavière – veut des preuves. Markus Söder, qui a peu goûté de ne pas avoir été convié à cette rencontre germano-autrichienne, voudrait "plus de transparence au sujet de cet accord et une mise au point claire sur la quantité de gaz de Haidach réservée pour l’Allemagne".

Chantage économique

Pour le ministre-président de la Bavière, le réservoir de Haidach pourrait très rapidement illustrer les "limites de la solidarité" énergétique prônée par l’Union européenne, a-t-il déclaré au quotidien munichois Merkur. Il craint que, l’hiver venu, le gouvernement autrichien soit tenté de faire fi de son accord avec Berlin pour satisfaire les besoins en énergie de sa population grâce aux réserves de Haidach.

L’inquiétude bavaroise s’explique aussi par le fait que le changement de donne à Haidach met en lumière l’extrême fragilité de l’approvisionnement énergétique du sud de l’Allemagne. Ces régions – Bavière et Bade-Wurtemberg essentiellement – sont très loin des grands réservoirs du nord du pays comme Rehden. "Nous sommes les derniers maillons de la chaîne et si, au nord, ils se servent sans retenue, il ne nous restera plus aucune goutte, ce qui serait inacceptable", a prévenu Nicole Hoffmeister-Kraut, la ministre de l’Économie du Land de Bade-Wurtemberg.

Les terminaux de gaz liquéfié, en cours d’installation sur la côte du nord de l’Allemagne pour accueillir le gaz naturel nord-américain, sont aussi "trop éloignés de la Bavière pour desservir convenablement cette région", note le quotidien Die Zeit.

Sentant que l’hiver allait être particulièrement rude pour lui et ses compatriotes bavarois, Markus Söder a lancé un dernier avertissement, assurant que "si la Bavière était privée de gaz, c’est toute l’Allemagne qui en souffrirait".

Le Land représente à lui seul, il est vrai, 18,3 % du PIB allemand, notamment grâce à son industrie chimique et son secteur automobile, rappelle la Süddeutsche Zeitung. À quelques kilomètres de la frontière autrichienne se trouve ce que les Allemands appellent le "triangle d’or de la chimie allemande". Une zone d’activité qui est l’un des fleurons de tout le Land et qui a pris de l'importance grâce à un accès facile au gaz venu de Haidach. Si ce "triangle d'or" venait à être privé de l'énergie venue d'Autriche, ce sont près de 20 000emplois qui seraient menacés.
https://www.msn.com/fr-fr/actualite/mon ... 0842aebbc6

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 80667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: News, News... d'outre Danube (Autriche)

Message par energy_isere » 29 août 2022, 23:31

Prix de l'énergie : le premier fournisseur d'énergie autrichien en difficulté sur les marchés

AFP le 29 août 2022

Le gouvernement autrichien a annoncé lundi devoir venir en aide au principal fournisseur d'énergie du pays, devenu incapable de négocier avec les grossistes faute de garantie, en raison de la flambée des prix.

L'entreprise "Wien Energie a prié le gouvernement de lui accorder un soutien financier le week-end dernier", a écrit lundi sur Twitter la ministre de l'Environnement, Leonore Gewessler. "Nous avons bien évidemment souscrit à cette demande hier lors d'une réunion de crise, car notre priorité est d'assurer la fourniture de deux millions de clients", a ajouté la responsable écologiste.

Aucun détail chiffré n'a été fourni sur cette aide, qui doit permettre à Wien Energie de déposer une garantie financière pour être admise à nouveau en salle de négociation sur les bourses de l'énergie.

L'entreprise, qui fournit en électricité et en gaz la capitale autrichienne, a souligné dans un communiqué "qu'en raison de la nouvelle explosion des prix vendredi, cette garantie avait augmenté de manière inattendue".

Wien Energie, très dépendante du gaz russe, assure qu'elle reste solvable et que les cautions apportées par les autorités seront restituées une fois les transactions réglées. Elle n'a pas encore répercuté sur ses clients la hausse des prix de gros et s'apprêtait à le faire partiellement en septembre.

"Cette situation est déjà connue des pays voisins", a indiqué Wien Energie. "Les fournisseurs d'énergie en Allemagne sont confrontés aux mêmes problèmes et utilisent déjà le soutien de l'État comme instrument".

Dimanche, le chancelier autrichien Karl Nehammer avait dénoncé "la folie qui sévit actuellement sur les marchés de l'énergie" et appelé l'Europe à y mettre un terme en "découplant le prix de l'électricité de celui du gaz".

Après six mois de guerre en Ukraine, les prix de l'énergie en Europe ont vécu de nouveaux records vendredi, présageant une explosion du coût de la vie l'hiver prochain.

Le Premier ministre tchèque, Petr Fiala, dont le pays assure la présidence de l'UE, a annoncé vendredi que son pays convoquerait une réunion d'urgence des ministres de l'Énergie. Plusieurs causes sont à l'origine de l'explosion du coût de l'énergie, à commencer par le tarissement du gaz russe vers les pays d'Europe qui soutiennent l'Ukraine. Or 20% de l'électricité européenne est générée par des centrales thermiques au gaz.
https://www.connaissancedesenergies.org ... hes-220829

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 80667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: News, News... d'outre Danube (Autriche)

Message par energy_isere » 27 nov. 2022, 22:57

Austria may add 1.2 GW of new solar in 2022
Austria could become a gigawatt market for the first time in 2022. Its cumulative solar capacity is potentially set to hit 4 GW, up from 2.78 GW at the end of 2021. The country is expected to install more than 1 GW of solar every year until 2030.


NOVEMBER 22, 2022 BEATRIZ SANTOS

Austria might install 1.2 GW of additional solar in 2022, according to the Austrian PV Technology Platform (TPPV). If the prediction pans out, the country will become a gigawatt market for the first time.

“In 2022 we expect a further increase, significantly more than 1 GW, maybe 1.1 GW, 1.2 GW, or more,” TPPV Chair Hubert Fechner told pv magazine. “We see a dynamic of the PV market which is extraordinary right now. This is true, like last year, in both the residential and ground-mounted sectors. This development comes quite close to the numbers we would need in order to fulfill our national targets.”

Fechner predicts Austria will install between 1.2 GW to 1.5 GW in 2023 and every year up to 2030. The country may reach 4 GW of cumulative solar capacity in 2022, up from 2.78 GW in 2021. At the predicted growth rate, Austria could reach its goal of 13 GW of solar capacity by 2030.

Last year, Austria added 739.7 MW of solar, with decentralized PV contributing 655.7 MW and centralized PV 83.5 MW. Fechner is the author of a recent report on PV applications in Austria in 2021, published by the International Energy Agency Photovoltaic Power Systems Programme (IEA-PVPS)’s Task 1.

Centralized projects took a larger market share in Austria for the first time in 2021, according to Fechner. The trend is expected to continue in 2022 and beyond.

“This was the start of a period for a market that is much more diversified,” he said, noting that he expects ground-mounted projects to account for roughly one-quarter of the installed capacity in 2022.

Fechner said one of the main challenges for solar’s continuous growth is public acceptance of grounded-mounted systems, which does not yet match the high acceptance of PV installations in existing structures. Other challenges include improving the permitting process and grid stability.
https://www.pv-magazine.com/2022/11/22/ ... r-in-2022/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 80667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: News, News... d'outre Danube (Autriche)

Message par energy_isere » 02 déc. 2022, 20:21

suite de ce post du 8 avril 2022 viewtopic.php?p=2340964#p2340964
Hydrocarbures: la folle course de l'Autrichien OMV pour divorcer de la Russie

AFP le 02 déc. 2022

Pour le groupe pétrolier et gazier autrichien OMV, les liens noués avec la Russie sont de l'histoire ancienne. Les investissements ont été gelés et "le travail doit continuer" pour réduire la dépendance, selon son PDG.

"Concernant cette saison, on peut être confiants mais pour l'hiver prochain, il faut poursuivre activement les efforts", a déclaré Alfred Stern, lors d'un entretien à l'AFP depuis son bureau moderne avec une vue plongeante sur Vienne.

Dans la foulée de l'offensive de Moscou en Ukraine, OMV s'était retiré du projet de gazoduc Nord Stream 2 et avait stoppé ses investissements en Russie, après des annonces similaires de ses concurrents.

Son exposition a ainsi été réduite à 2% du total de ses actifs dans le monde.

"Du fait du changement de situation, nous avons décidé de ne plus mettre la Russie au coeur de nos opérations" et de ne plus "réaliser d'investissements dans ce pays", explique le dirigeant de 57 ans, aux manettes depuis septembre 2021.

La production totale d'hydrocarbures va tomber à "environ 390.000 barils par jour" en 2022, contre 486.000 en 2021, pour cette entreprise de premier plan en Europe centrale.

- Méga-profits -

Du côté du gaz, OMV, première entreprise occidentale à signer un contrat de livraison avec l'Union soviétique en 1968, s'est trouvée en première ligne.

Devant la réduction des livraisons du géant russe Gazprom, elle s'est lancée dans une diversification tous azimuts en direction de la Norvège ou encore du Moyen-Orient.

"Nous venons de nous rendre à Abu Dhabi et d'y signer un accord afin d'essayer de garantir les livraisons", a ajouté le responsable de cette société intégrée de la production à la distribution, qui compte 22.000 salariés.

Détenu à 31,5% par l'État autrichien et à près de 25% par le fonds souverain d'Abu Dhabi, le groupe développe également de nouveaux gisements, notamment en Mer noire au large de la Roumanie.

Avant l'invasion, 80% du gaz importé par l'Autriche provenait de Russie, un chiffre tombé à 20% en octobre d'après le gouvernement même si la dépendance reste forte sur le long terme, préviennent les experts.

Malgré les difficultés posées par la guerre, OMV a engrangé depuis des méga-profits de plusieurs milliards d'euros du fait de la flambée des cours et versé un dividende spécial à ses actionnaires, ce qui a provoqué la colère d'ONG.

"Nous devons rester en mesure de générer des rendements pour attirer les capitaux", se justifie Alfred Stern au sujet du débat sur la taxation des profits exceptionnels, dans une période où l'inflation rogne les revenus des ménages.

Tout comme il fustige les "effets secondaires imprévisibles souvent néfastes" de "tout interventionnisme dans l'économie de marché" - en allusion à l'embargo européen et au plafonnement du prix du pétrole russe -, il refuse d'être pointé du doigt comme pollueur face au réchauffement climatique.

"Je nous vois en fait comme une partie de la solution, car il faut de grandes entreprises solides financièrement pour relever un si grand défi", estime-t-il, rappelant ses investissements dans l'innovation.

"Nous fabriquons des matériaux qui allègent les voitures, nous produisons du carburant durable permettant de réduire les émissions de CO2 de 80% pendant un vol", énumère-t-il, promettant d'"éliminer progressivement le pétrole et le gaz d'ici à 2050".

Un sacré pari pour un groupe qui exploite actuellement 1.800 stations services dans dix pays européens, explore, développe et produit du pétrole et du gaz en Europe, au Moyen-Orient, en Afrique, dans la mer du Nord et en région Asie-Pacifique.

Dénonçant le "greenwashing", des militants écologistes ont aspergé mi-novembre de liquide noir une oeuvre de Klimt à Vienne lors d'une journée portes ouvertes sponsorisée par OMV.

Ce fleuron coté en Bourse estime en retour que "la société civile, la politique et l'industrie doivent s'unir pour avancer plus rapidement".
https://www.connaissancedesenergies.org ... sie-221202

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 80667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: News, News... d'outre Danube (Autriche)

Message par energy_isere » 04 déc. 2022, 19:50

ECOwind, filiale de BayWa r.e., construit la plus grande centrale flottante d’Autriche
L’installation, dont la mise en service est prévue en février 2023, a une puissance de 24,5 MWc.

DÉCEMBRE 2, 2022 GWÉNAËLLE DEBOUTTE

ECOwind, société du groupe BayWa r.e. et EVN, entreprise de production et de distribution d’électricité, construisent à Grafenwörth la plus grande centrale solaire flottante d’Autriche. L’installation, d’une puissance de 24,5 MWc, pourra alimenter environ 7 500 foyers en électricité verte. Sa mise en service est prévue en février 2023.
https://www.pv-magazine.fr/2022/12/02/e ... dautriche/

Répondre