Fin de partie pour l'Empire ?

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5192
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Fin de partie pour l'Empire ?

Message par Raminagrobis » 03 juin 2013, 22:15

lien

Les Etats Unis importent de moins en moins de pétrole... En mars, seulement 7.46 millions de barrils/jours, soit -15% par rapport à Mars 2012. En Février, on avait vu le chiffre le plus bas depuis 1996. Celà fait 6 ans que le volume importé diminué, il était en 2007 de plus de 12 millions de barils/jours.

Les approvisionnements du Canada ne cessent d'augmenter, à 2 518 000 barrils/jour. En revanche, ceux venant du Mexique, dont la production ne cesse de chuter, sont tombés à 608 000 b/j, au plus bas depuis 1990. Le Mexique n'est plus que le 4e fournisseur de pétrole des Etats Unis (1e Canada, 2e Arabie Saoudite, 3e Venezuela)

Cette diminution des importations américaines, du tant au rebond de leur production qu'à la diminution de leur consommation, a des conséquences importantes, tant géopolitiques qu'économiques :
* L'hémorragie de dollars vers les coffres des pays arabes ralentit, la balance des paiements des Etats-Unis s'améliore.
* Les Américains ont de moins en moins besoin du pétrole du moyen-orient (surtout que le Canada leur fournit de plus en plus). Du coup la situation du golfe persique n'est plus aussi centrale pour eux qu'elle ne l'était il y a quelques années. A terme, vont-ils laisser la 6e flotte là bas ?
* Celà renforce la position d'Israël. En effet, historiquement, l'attitude naturellement pro israëlienne des Etats Unis était tempérée par la volonté de ne pas trop courroucer les pays arabes qui ont la main sur le robinet à pétrole. Cet argument perd de son importance pour washington, et celà devrait modifier les rapports de force du proche orient au profit d'Israël.

si demain il y a avait un bug majeur sur le marché du pétrole, comme un embargo total de l'opep ou une guerre bloquant la navigation dans le golfe persique, les Etats Unis en seraient beaucoup moins impactés que l'Europe, le Japon, la Chine, ou l'Inde.
Dans l'hypothèse extrême ou les américains ne pourraient plus du tout importer de pétrole par les océans du jour au lendemain et devraient donc se contenter de leur propre production (10.5 Mb/j, dont 2.5 sont des liquides de gaz naturel et 1 d'agricarburants) et des approvisionnements venant du Canada et du mexique (soit 3.1 Mb/j), il leur resterait de quoi faire : 13.6 Mb/j.
Ils devraient donc réduire leur consommation d'environ un quart, ce serait un rationnement brutal, mais encore gérable. Ca leur laisserait plus de pétrole par habitant que bien des pays européens.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59084
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Fin de partie pour l'Empire ?

Message par energy_isere » 09 avr. 2015, 22:08

Sommet des Amériques: la question pétrolière au coeur des enjeux

09 Avril 2015 RFI

Le président américain Barack Obama est arrivé à Kinsgton, en Jamaïque, avant de rejoindre Panama pour le sommet des Amériques qui s'annonce historique, avec le retour de Cuba. Obama pourrait proposer de fournir du pétrole à ses voisins des Caraïbes et tenter de casser le système Petrocaribe développé par le Venezuela, en difficulté à cause de la baisse du prix du brut.

Demain vendredi s’ouvre au Panama le sommet des Amériques. C’est la première fois que Cuba sera présent, depuis 21 ans que ce rendez-vous existe. Le point d’orgue de cette réunion pourrait être une rencontre entre les présidents américains et cubains.

Mais avant, pour ne pas gâcher la fête, les Etats-Unis tentent d’apaiser les tensions avec un autre pays socialiste de la région, le Venezuela. Les deux pays n'ont plus d'ambassadeurs respectifs depuis 2010. Et le climat politique entre les deux pays s’est fortement dégradé depuis que les Etats-Unis ont décrété des sanctions contre sept hauts fonctionnaires vénézuéliens.

Un décret pas si opportun

Un émissaire américain, Thomas Shannon, a été dépêché mercredi dernier au Venezuela. Il a rencontré la ministre des Affaires étrangères. Delcy Rodriguez a exigé le retrait du décret signé par Barack Obama début mars qualifiant le Venezuela de « menace inhabituelle pour la sécurité nationale ». Le décret, qui prévoit des sanctions contre des hauts responsables vénézuéliens, avait provoqué la colère de Caracas.

Mais certains alliés de Washington s’interrogent également sur l’opportunité de telles mesures au moment où les Etats-Unis tentent de rétablir la confiance avec les pays de la région et de tourner définitivement la page de la Guerre froide. Du coup, la rhétorique entre les deux capitales est devenue moins belliqueuse. « Le Venezuela ne représente aucune menace pour nous », a fait savoir un conseiller de la Maison Blanche. Le président vénézuélien Nicolas Maduro adopte lui aussi un ton plus conciliant, se déclarant prêt à apaiser les tensions avec les Etats-Unis. C’est qu’il a dit en tout cas à la présidente brésilienne Dilma Rousseff qui n’a pas hésité à proposer sa médiation.

Le retour de la diplomatie du pétrole

Mais c'est davantage la question énergétique, notamment pétrolière, qui devrait rester centrale lors du sommet. Le président américain a rendez-vous ce jeudi à Kingston avec les quinze membres de la Communauté caribéenne (Caricom) avec la ferme intention de leur proposer une option alternative au pétrole vénézuélien bon marché.

« La Caraïbe, c'est la Méditerranée des Etats-Unis, c'est vraiment leur pré carré, c'est là où ils ont, à la fin du XIXe siècle, entamé leur politique impérialiste autour de Porto Rico, autour de Cuba. C'est vraiment extrêmement fort pour eux, c'est là que se joue le passé, le présent, mais aussi l'avenir effectivement », rappelle le chercheur Thomas Snegaroff, historien, spécialiste des questions géopolitiques et des États-Unis. « Nous cherchons en permanence à approfondir nos relations avec les Caraïbes et nous pouvons jouer un rôle important dans le renforcement de la sécurité énergétique de la région », a expliqué Ben Rhodes, conseiller de la Maison Blanche.

Pour Thomas Snegaroff, la diplomatie du pétrole revient sur le devant de la scène : « La diplomatie pétrolière joue à plein dans cette région. On sait que le Venezuela notamment avait contre carré l'influence américaine précisément en arrosant de pétrole ces petits pays en la ramenant dans une ère d'influence qui n'était pas étatsunienne. Effectivement, on est en train aujourd'hui de retisser des liens avec les Caraïbes autour de la question pétrolière puisque c'est autour de cette question que quelques-uns de ces pays avaient eu tendance à s'éloigner des Etats-Unis. »


L'or noir reste « la clé de voûte » de la diplomatie américaine

En effet, la présence américaine n'ayant pas toujours été marquée, le vide a été comblé par Petrocaribe, une alliance d'Etats des Caraïbes avec l'entité publique Petroleos de Venezuela (PDVSA) qui leur permet de repousser leurs paiements avec de faibles taux d'intérêt. Mais du fait de la chute des prix du pétrole, l'économie de Caracas est à la peine, les conditions de ravitaillement des Caraïbes en pâtissent, et les Etats-Unis s'engouffrent dans la brèche.

« C'est intéressant, analyse encore Thomas Snegaroff, car au moment où l'on ne parle que de l'après-pétrole, on se rend compte à quel point, dans cette région au moins, le pétrole reste la clé de voûte de la diplomatie américaine. Donc on va beaucoup parler pétrole, mais aussi des Chinois qui s'intéressent beaucoup aux Caraïbes, et puis peut-être aussi à un élargissement de l'Alena au Caricom pour essayer de relancer ce projet un peu ancien, qui a plus de vingt ans, de cet accord de libre-échange des Amériques. »
http://www.rfi.fr/ameriques/20150409-so ... 0749492058

Avatar de l’utilisateur
rico
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 6358
Inscription : 21 sept. 2005, 15:00
Localisation : 92

Re: Fin de partie pour l'Empire ?

Message par rico » 06 juil. 2015, 01:16

Mamadub a écrit :Il est peut être temps d'enlever le point d'interrogation dans le titre...
Ou de le compléter : "fin de partie pour l'empire Euroligarchique?"

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 10081
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Fin de partie pour l'Empire ?

Message par mobar » 06 juil. 2015, 08:22

rico a écrit :
Mamadub a écrit :Il est peut être temps d'enlever le point d'interrogation dans le titre...
Ou de le compléter : "fin de partie pour l'empire Euroligarchique?"
On va peut être attendre un peu, les oligarques européens ont de la ressource

Tant qu'on ne leur aura pas fait entendre raison, ils vont continuer l'enfumage

A quand un référendum européen à l'initiative des peuples?
Sur les questions de la création monétaire
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
rico
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 6358
Inscription : 21 sept. 2005, 15:00
Localisation : 92

Re: Fin de partie pour l'Empire ?

Message par rico » 06 juil. 2015, 08:25

On sait très bien ici qu'on finira tous comme les grecs tôt ou tard. A mon avis plus tôt que prévu.... Mais tu as raison c'est pas non plus pour tout de suite.

Répondre