société post-pétrole : l'exemple imaginaire de Cuba

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
MadMax
Modérateur
Modérateur
Messages : 2990
Inscription : 12 août 2005, 08:58
Localisation : Dans un cul-de-sac gazier

Message par MadMax » 26 mars 2006, 18:21

J'aime bien leur transport en commun :

Image

Dagobert
Brut léger
Brut léger
Messages : 441
Inscription : 29 juin 2005, 15:47
Localisation : Bruxelles

Message par Dagobert » 26 mars 2006, 20:29

Quand je vois leurs sourires et leurs yeux pétillants, je me dis : vivement l'après PO :smt038
Mourir pour des idées, d'accord, mais de mort len....ente,d'accord mais de mort len.... en en te. Georges Brassens

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64005
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 26 mars 2006, 23:38

Faut pas se voiler la face, il y a aussi un tas de Cubains qui cherchent à se tirer de la et font les boat peoples vers la Floride.

Avatar de l’utilisateur
tolosa
Modérateur
Modérateur
Messages : 866
Inscription : 16 oct. 2005, 22:24
Localisation : Je suis la où mon nom l'indique

Message par tolosa » 27 mars 2006, 08:58

Je pense que pour la crédibilité du forum et pour convaincre un nombre toujours plus croissant de personnes de la nécessité de sortir du monde de brut dans lequel nous vivons, il serait souhaitable de ne pas considérer l'expérience cubaine comme étant un modèle à suivre ou à approuver. Sans doute certains aspects de la société cubaine sont remarquables. Mais il n'en demeure pas moins qu'il y a là une dictature à rejeter absolument

Pimp'
Kérogène
Kérogène
Messages : 12
Inscription : 23 janv. 2006, 06:50

Message par Pimp' » 28 mars 2006, 07:40

Cuba n'est pas la France bien sur, mais tout de meme, ca fait du bien de lire cet article. c'est optimiste.

ecorage
Brut léger
Brut léger
Messages : 429
Inscription : 01 déc. 2005, 00:53
Localisation : Lyon

Message par ecorage » 28 mars 2006, 10:18

Pour arriver à une société où tout le monde ou presque y trouvera son compte, il faudra une sacré "révolution" d'idées.

Dans le mot "Révolution", je ne parle pas de marxisme, de LCR ou différentes idéologies d'extrème gauche, mais simplement changer les perspectives et les modes de vies.

On va oublier que l'objectif d'une vie sera de se faire un tour du monde, que le plaisir du dimanche c'est de regarder le grand prix de F1 à la télé, oublier le voyage de noces à Bora-Bora, la semaine en Tunisie et la résidence secondaire au Maroc.

C'est vrai que dans les années 50-60, le dimanche après midi était consacré à faire des kilomètres en voitures sans but précis ... pour le plaisir de rouler et d'être LIBRE !

Les problèmes actuels, sont le reflets du refus des dirigeants d'avouer qu'il faut changer le mode de pensée.
Les parents ont consciences qu'on va droit dans le mur, sans savoir pour la grande majorité pour quelles raisons.
Les jeunes qui sont de plus en plus nombreux à se rendre compte qu'effectivement, la société actuelle fait fausse route.
Ils pressentent l'inutilité de s'engager vers des destinations qui très rapidement seront vouées à l'échec.

J'ai peut-être une vision pessimiste des choses, mais quand j'entends hier aux infos que le pétrole devrait baisser dès que les USA auront reconstitués leurs réserves ... Je ne sais pas qui manipule l'info, mais j'ai des doutes sur les analyses qui sont faites et pour quelles raisons on balances de telles conneries !

Dagobert
Brut léger
Brut léger
Messages : 441
Inscription : 29 juin 2005, 15:47
Localisation : Bruxelles

Message par Dagobert » 28 mars 2006, 10:41

Quelques jours, quelques semaines gagnées, pendant lesquelles la sacrosainte croissance pourra encore continuer.
Je crois vraiment que nous ne sommes pas des visionnaires éclairés sur OLEOCENE, beaucoup savent, et beaucoup voient l'opportunité de se faire encore plus de blé en tirant les cartouches de la dernière chance!
C'est dans cette ambiance générale que les jeunes évoluent actuellement et je comprends très bien leur malaise .
En 1973, au début de ma vie professionelle et encore maintenant je n'ai jamais accepté les principes de la croissance économique, je n'y ai jamais adhéré, donc forcément je me suis marginalisé! ingénieur mal placé s'amusaient à dire mes enfants! je ne regrette surtout pas mes choix, particulièrement aujourd'hui. [-o<
Mourir pour des idées, d'accord, mais de mort len....ente,d'accord mais de mort len.... en en te. Georges Brassens

Pura Vida
Condensat
Condensat
Messages : 552
Inscription : 21 mars 2006, 21:38

Message par Pura Vida » 05 mai 2006, 12:15

Bonjour Rafa
Bonjour à tous,

"Esperons que l'exemple cubain (un exemple, non un modèle;
c'est une grave erreur que de "copier des modèles", si on ne
reflechit pas aux necessaires adaptations aux conditions locales
on a toutes les chances de produire un échec) serve pour montrer
que c'est possible et que suffisamment de gens s'y interessent que
pour qu'il y aie un certain savoir faire et une certaine idée de
ce qui pourrait être fait, le jour - qui s'approche - où cela sera
necessaire.

J'aime aussi beaucoup la phrase en fin d'article: «le soleil a nourri
pendant de millions d'années la vie sur terre; le problème n'est
apparu qu'avec les sociétés humaines; donc le problème n'est
pas dans les sources d'énérgie, mais dans nos sociétés»,
c'est tellement vrai."

Oui! C'est exactement ce que je pense aussi!

Pour avoir été il y a fort longtemps à Cuba, en 1968 et 1970, complètement "happé" que j'étais dans le tourbillon "soixantehuitard". Je suis rester très sensibilisé par le devenir de ce pays et la signification que cela a dans le monde contemporain et surtout toute la région latino-américaine que les Européens ne devraient plus regarder avec les "lunettes-US", ça commence vrament à faire très vieille littérature!

Les égarements "idéologiques" étaient imperceptibles aux "benêts" dont je faisais partie, exités que nous étions alors par la "séduction de la révolution cubaine". Par exemple, une femme pauvre de la banlieue de la Havanne, entourée de ses quatre enfants qui devaient avoir entre 8 et 15 ans environ, nous disait, alors qu'elle attendait dans une file interminable sans aucune certitude qu'il y aurait encore quelque chose dans le magasin vide où aboutissait la très longue file d'attente (c'était alors un spectacle omniprésent à Cuba): "du temps de Batista nous étions pauvres, mais on pouvait se débrouiller, maintenant (en 1968, 9 ans après la révolution) nous sommes toujours aussi pauvres et nous ne pouvons plus nous débrouiller". Discours type entendu à maintes reprises et que nos oreilles refusaient d'entendre extasiés que nous étions à écouter "seulement" Fidel et les siens... .

Je ne peux oublier que ce régime est une dictature qui a beaucoup de sang sur les mains et de mensonges dans la tête. On s'acharne après Pinochet (je n'ai pas la moindre indulgence pour lui effectivement), mais on ne poursuit pas, que je sache (ou on fait semblant de poursuivre), les Kmers Rouges encore vivants qui ont 700 000 à 1 400 000 victimes
à leur "actif" mortes dans des conditions atroces physiques tout comme morales, mais c'est à peu près le silence...
Et personne ne songe à inculper Fidel qui fut l'emblème de nos intellectuels aussi mensongers que lui.

Ceci dit pour que tout soit bien clair.

Effectivement ce régime (dont il faudra tout de même règler les comptes!) change, et l'on constate que c'est toujours le peuple qui en fait les frais tout le long de ces interminables décennies de "révolution", entre le blocus imposé par les USA, la chute de la défunte Urss, ce qui replongea le peuple dans les difficultés. Cela fait 47 ans que ça dure!!.

Rien, ne lui aura été épargné, jusqu'à la reélection même de Bush junior lorsque les exilés cubains de Floride (qui, sans doute retardent d'une guerre eux aussi) demandèrent à Bush comme "condition" de voter pour lui de resserrer la vis du blocus contre Cuba, blocus qui était en train de ramollir sérieusement, et Bush s'exécuta.

Cependant, je ne pense pas que l'on puisse identifier le président Hugo Chàvez du Vénézuéla à Fidel Castro. L'évolution actuelle de l'Amérique Latine est très intéressante, même passionnante, et ce redressement très prometteur de l'Amérique Latine est la meilleure chance de "recyclage" pour Cuba. Car, à moins que les USA tombent dans des convulsions économiques et sociales dont on parle très souvent sur ce forum, le danger des "investisseurs" carnassiers est toujours là, à 180 kilomètres au Nord des côtes de Cuba attandant le signal de la curée pour se précipiter à acheter tout le pays à leur yeux vierge en imobilier et en tourisme, ainsi il aurait tous les risques de revoir Cuba retomber au mains des maffias en tous genres...

Il y a actuellement comme une course contre la montre entre les dévelopements enfin justes, féconds et légitimes de l'Amérique Latine et la réaction des agents Nord-Américains qui y pullulent pour saboter ou contrer, comme au bon vieux temps, afin de faire triompher les intérêts nord-américains. Puissent le Pérou et le Méxique, lui, en juillet prochain confirmer ce redressement latino-américain et faire échec aux manoeuvres "habituelles" nord-américaines dans la région.

Monsieur Bush et vos affidés, continuez vos conneries le plus possibles, vous rendrez grand service aux peuples de la Terre.

L'un des très grand dangers actuels, à mon avis, est que le P.O. ne sera pas synchronisé entre Cuba (déjà aguerri et presque devenu exemple pour le monde) et les USA qui auraient encore la possibilité de poursuivre un type de grosses bêtises mondiales dont ils sont coutumiers...

Enfin les perspectives Latino-Américaines sont passionnantes et il faut que le temps travaille un minimum pour toutes la région depuis le Rio-Grande jusqu'au Cap-Horn. Région qui n'a pas encore dit, historiquement, dans l'actualité, et vis à vis de l'environnement et de l'écosystème, son dernier mot.

Depuis toujours j'ai toujours été un accro, ou fan, de la musique Hispano-afro-américaine dont la musique cubaine est l'une des plus belles perles, la musique actuelle, comme celle enregistrée avant 1959 dont, heureusement, il y a maintenant de nombreuse rééditions, puis il y eut aussi l'extraordinaire Buena-Vista-Social-Club, très beau signe symbolique avant-courreur de temps meilleurs et vrais.
Pura vida

Rafa
Brut léger
Brut léger
Messages : 471
Inscription : 16 juil. 2005, 20:34
Localisation : Lidje, Walonreye

Message par Rafa » 11 mai 2006, 18:54

Les discours de Fidel Castro sont souvent assez longs, car il aime donner des rapports detaillés sur des sujets divers.

Voici des extraits (traduction en français de Jacques François Bonaldi) de son discours du 1er mai, au sujet des économies d'énérgie faite dans son pays; c'est assez interessent je trouve.

Pour rappel, Cuba est au milieu d'une vaste campagne d'économie d'énergie ("revolution énergétique" comme ils disent) qui consiste d'une part à moderniser, rationaliser et diversifier les sources d'énergie (centrales électriques, panneaux solaires, éoliennes, etc), et d'autre part à diminuer la consommation (remplacement des véhicules et équipements gourmands, en particulier un recensement national de tous les appareils électroménagers et systèmes d'éclairage et leur remplacement par des équivalents économes); cela commence apparemment à déjà donner des fruits:
La consommation d'énergie dérivée du pétrole, dont l'énergie électrique exprimée en tonnes équivalent pétrole, atteint selon les estimations 2 716 000 tonnes, soit une réduction de 3,7 p. 100 de la consommation réelle par rapport à avril 2005, soit encore une différence physique d'environ 105 000 tonnes, du fait, essentiellement, de la diminution du combustible nécessaire à la production d'électricité (45 000 tonnes) et du pétrole lampant et du gaz liquide (44 000 tonnes) à usage ménager.

La consommation de diesel a diminué de 7 000 tonnes et celle d'essence de 1 000 tonnes jusqu'en mars, malgré la croissance économique enregistrée. L'intensité énergétique du Produit intérieur brut au premier trimestre (hormis la population) a diminué considérablement : plus de 15 p. 100.

L'énergie électrique facturée durant les quatre premiers mois se monte, selon les estimations, à 3 656 000 000 de kW/h, un chiffre très similaire à celui de la même période de 2005.

Dans le secteur résidentiel, la consommation mensuelle moyenne par famille a diminué de 130 kW/h à 126,8, tandis que le chiffre de nouveaux consommateurs a été d'environ 43 000.

Pour répondre à la demande de consommation d'électricité du système national, il est prévu de produire environ 4,66 milliards de kW/h, soit une croissance de seulement 0,3 p. 100 par rapport à la même période de l'année précédente. Jusqu'en avril, la production d'électricité à partir de gaz naturel a augmenté de 5 p. 100, tandis que les groupes électrogènes diesel ont produit dans les premiers mois de cette année 4,5 p. 100 du total, de sorte que la production d'électricité à partir de centrales thermiques (fioul et pétrole brut) a diminué de 5 p. 100.

Cette diminution de 45 000 tonnes de fioul + pétrole brut se doit tant à l'efficacité accrue de centrales thermiques qu'à la réduction des intrants de 7,57 p. 100 à 6,91 p. 100 entre les premiers trimestres de 2005 et de 2006 respectivement, ainsi qu'à celle des pertes totales de transmission et de distribution, de 17,99 p. 100 à 15,75 p. 100.

On constate donc, mathématiquement parlant, une nette tendance à l'économie d'électricité.

Un programme est en cours de manière accélérée pour améliorer les réseaux électriques du pays (au coût de 262 millions de dollars), ce qui permettra d'accroître la qualité du service et de réduire les pertes totales durant la distribution d'environ 11 p. 100.

L'installation de groupes électrogènes pour imprévu et de groupes électrogènes synchronisés au système national se poursuit de façon accélérée, mais j'en parlerai plus tard.

Par ailleurs, au 28 avril, ont été distribués à la population : 2 478 300 réchauds électriques ; 3 059 926 autocuiseurs à riz ; 2 050 381 autocuiseurs électriques ; 2 401 150 autocuiseurs ; 2 314 284 chauffe-eau ; 251 676 réfrigérateurs ; 39 187 téléviseurs ; et 967 056 ventilateurs. Et 9 118 250 ampoules basse consommation.

À quoi il faut ajouter plus de 4 400 000 joints de réfrigérateurs ; environ 650 000 thermostats et 7 00o 000 de joints de cafetière, distribués antérieurement.
[...]
j'avais signalé l'importance que revêtait l'utilisation du gaz accompagnant le pétrole durant son extraction, source de pollution qui peut pourtant, une fois purifié d'une manière simple, servir de carburant pour produire l'électricité la plus économique du pays.

C'est en vue de tirer parti au maximum de ce gaz d'accompagnement qu'on a complété à La Havane le remplacement du gaz de ville par le gaz méthane, grâce à l'entrée en service en février de l'usine de Marianao, ce qui a permis d'économiser à ce jour 8 650 tonnes de naphte et 158 tonnes de gaz liquide.

Par ailleurs, les études, recherches et essais en vue d'utiliser au plus vite l'énergie éolienne avancent à bon rythme.

On a toujours parlé de la nécessité de réparer les réseaux en vue de réduire les pertes de distribution importantes et les chutes de tension qui portent préjudice aux appareils électriques. Ces questions ont été largement abordées en janvier dernier au cours de différentes tables rondes télévisées.

Qu'a-t-on fait ces derniers mois ?

On a exécuté 85 538 actions d'amélioration en vue de conclure l'année, ce qui est ambitieux, avec un programme conclu à 60 p. 100.

Au 30 avril, on peut signaler les actions suivantes :

Changement de 12 719 poteaux électriques.
Augmentation de capacité de 3 000 transformateurs.
Changement de 49 384 connexions (alimentation électrique des logements).
Installation de 956 781 disjoncteurs en substitution des vieux interrupteurs, une action massive qui s'exécute pour la première fois dans le pays et qui concernera tous les logements.
Fabrication dans l'année de 3 100 transformateurs et création de conditions pour atteindre 15 000 dans l'année.
Cette fabrication nationale et les importations ont permis d'installer 5 357 nouveaux transformateurs.

On a réalisé une étude toujours plus complète et intégrale du potentiel d'économie dans le secteur résidentiel, par la visite de chaque foyer, cette expérience ayant permis d'étendre cette étude au secteur public.

Les missions de nos excellents travailleurs sociaux, avec le soutien des Brigades universitaires de travail social (BUTS) qui se sont joints avec beaucoup d'enthousiasme à cet effort décisif, ont été décisives. Tout notre peuple le reconnaît, ses organisations de masse les ayant accueillis avec enthousiasme dans les quartiers et les communautés en tant que protagonistes actifs de cette lutte historique.

Notre peuple sait aussi que nous avons adopté des mesures importantes pour éliminer les vols et le gaspillage de carburant dans les stations-service et les endroits où il est vendu.

Depuis le 10 octobre 2005, un total de 10 500 travailleurs sociaux sont entrés en action auprès des stations-service, des raffineries, des centres de distribution et des camions-citernes, si bien que, depuis, les recettes en liquides pour ventes de carburant ont augmenté en moyenne, chaque jour, de 2,53 fois. Nous sommes entrés dans une nouvelle étape de réorganisation du système, ce qui a signifié une victoire importante qui nous encourage tous dans la bataille que nous livrons décisivement contre les gaspillages et les vices, élevant la morale révolutionnaire là où la routine et l'égoïsme l'avaient émoussée.

Mais ce n'est que le début. Nous sommes passés par une étape d'apprentissage. Il faudra rectifier certaines choses, et nous le ferons, mais nous avancerons avec la décision la plus résolue en matière d'économie énergétique, motivés par la conscientisation croissante de notre peuple au sujet de ces questions vitales et par les bénéfices qui découleront assurément de cet effort.
Et la conclusion est assez interessante, la mise en gras est de moi:
Si tous les autres pays du monde consentaient les efforts que consent Cuba aujourd'hui, les résultats en seraient les suivants :

Les réserves prouvées et probables d'hydrocarbures dureraient deux fois plus.

Les nuisances expulsées aujourd'hui dans l'atmosphère diminueraient de moitié.

L'économie mondiale soufflerait, car un volume énorme de moyens de transport et d'équipements électriques doit être recyclé.

On pourrait instaurer un moratoire de quinze ans sur la construction de nouvelles centrales nucléaires.


Rien ne nous arrêtera !

La patrie ou la mort !
Nous vaincrons !
le site officiel des discours cubains c'est là: http://www.cuba.cu/gobierno/discursos/

Rafa
Brut léger
Brut léger
Messages : 471
Inscription : 16 juil. 2005, 20:34
Localisation : Lidje, Walonreye

Message par Rafa » 02 juil. 2006, 03:30

L'agence Prensa Latine annonce que Cuba a reduit de 75% l'utilisation de produits chimiques dans son agriculture, remplacés par des produits biologiques et l'introduction d'insectes benefiques.

(l'article ne précise pas par rapport à quoi la reduction de 75%; je suppose qu'il s'agit par rapport à 1994-1995)

http://www.prensa-latina.com/article.as ... anguage=ES

chriskroustian
Kérogène
Kérogène
Messages : 1
Inscription : 25 août 2006, 06:58

Économie d'énergie à Cuba

Message par chriskroustian » 25 août 2006, 07:11

Cuba fait quand même preuve d'économie d'énergie :) et même d'un plan à long terme à cet égard :D.

Les ampoules: Cuba a instauré un programme gratuit de remplacement de toutes les ampoules incandescentes par des ampoules à faible consommation (fluo-compactes?). Tous les Cubains sont incités à remplacer leurs ampoules.

Les réfrigérateurs: Un autre programme d'efficacité énergétique remplace à coût avantageux les anciens réfrigérateurs américains datant d'avant la révolution ainsi que les réfrigérateurs de l'époque soviétiques par des réfrigérateurs (chinois?) économiseurs d'énergie.

Chriskrousitian
Philippe a écrit :J’ai dû faire une trentaine de séjours professionnels à Cuba ces 8 dernières années. L’île produit, en effet, du pétrole d’une qualité effroyable : pétrole extra-lourd, de densité proche de 1 (10° Api pour ceux qui aiment cette unité), teneur en soufre 5% à 6%. Il n’est pas possible de raffiner ce pétrole, en tous cas pas sur l’île. Il est donc directement brûlé dans des centrales thermiques pour faire de l’électricité. Vous devinez le rendement thermodynamique, qui est loin des centrales à cycle combiné. Les rejets de dioxyde de soufre sont effarants. L’essentiel du gaz associé est brûlé à la torche (trop basse pression, trop d’hydrogène sulfuré).

Le pays est importateur net de pétrole, puisqu’il consomme environ 150 000 barils par jour, et qu’il n’en produit que la moitié. Le Venezuela consent des conditions très favorables sur une fraction du pétrole importé (30 000 barils par jour ?). Le reste est payé au prix fort à l’international, avec un surcoût puisque les bateaux qui approvisionnent l’île sont tricards aux USA ensuite, embargo oblige.

Le pétrole importé est raffiné sur l’île. Les raffineries manquent de tout, toujours du fait de l’embargo, et leur rendement est médiocre. La raffinerie de La Havane, située au vent de la ville (à l’est de la ville) balance en permanence des gaz et des fumées sur la capitale, qui est ainsi perpétuellement polluée.

Les véhicules marchant aux produits pétroliers ne sont souvent pas de première jeunesse, et tout cela pollue à qui mieux mieux, notamment les « chameaux », ces bus à deux bosses, les vieilles motos et les 300 000 « américaines » de plus de 45 ans, Chevrolet, Buick, Plymouth, DeSoto, Oldsmobile, etc… généralement bien entretenus mais dont la technique commence à dater.

Tout cela pour en venir où ?

Les Cubains sont comme tout le monde intoxiqués au pétrole. Ils sacrifient toutes les recettes en devises à l’achat du pétrole, au prix fort (recettes du tourisme et de la canne à sucre principalement). Ils se saignent pour acheter un produit qu’ils utilisent dans des conditions extrêmement médiocres. Et à la guerre comme à la guerre, ils font exploiter les gisements de pétrole de l’île avec la vue à plus court terme que j’aie jamais vue, et se soucient comme d’une guigne de la pollution (les pluies acides engendrées par le dioxyde de soufre). Quant à l’effet de serre… Et l’utilisation du pétrole se fait avec des rendements déplorables à tous les niveaux de la vie collective.

Je ne dis pas que Cuba ne doit pas être un exemple à suivre. Il y a du bon sur l’île, et la brochure le dit très bien. La priorité à l’éducation et à la santé, c’est indéniable. Un logement pour tous, aussi. Pas toujours à l’endroit désiré, mais logement quand même. Une forte solidarité entre insulaires, et un souci de maintenir des contacts sur le continent sud-américain. Une bonne humeur face aux difficultés de la vie (luchar (lutter) et resolver (se débrouiller) sont des verbes qui reviennent à chaque instant, mais sans jamais se plaindre ou tendre la main, toujours avec le sourire).

Il y a du moins bon, malheureusement, avec la dictature et le bourrage de mou en permanence (c’est Castro lui-même qui présente la météo les jours de cyclone !), la malnutrition évidente, l’impossibilité d’importer des médicaments de base pour cause d’embargo, et l’absence de projets des gens trop occupés à s’assurer leur quotidien.

Une société d’après Peak Oil qui ressemblerait à Cuba ne serait pas l’enfer, mais il vaudrait mieux s’inspirer de ce qui est bon, et améliorer ce qui est mauvais, notamment l’absence de vision à long terme (et donc le souci des générations futures) pour assurer l’essentiel aux générations présentes.

Désolé d’avoir été un peu long, mais Cuba est une île qui me tient énormément à cœur. Il sera dommage que la fin prochaine de l’aviation civile ne me la fasse plus vivre qu’en souvenir.

Krom
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2297
Inscription : 19 juin 2006, 17:51
Localisation : Lausanne, Rock City

Message par Krom » 25 août 2006, 12:12

Tens, ça me fait penser. Comment ça se fait que Cuba soit encore sous embargo? C'est un peu lamentable, la guerre froide est finie.

Avatar de l’utilisateur
Alter Egaux
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4302
Inscription : 08 févr. 2006, 15:18
Localisation : Ile de France
Contact :

Message par Alter Egaux » 25 août 2006, 12:41

J'ai une personne de ma famille au USA (plus de 35 ans de présence) avec qui je joute sur la géopolitique en général. Je lui ai posé la même question, réponse sans ambiguité : "les américains ne pardonnent jamais".

Bref, ils en ont pour un paquet de temps !
A moins que le régime soit renversé et que cela passe à l'ultra libéralisme direct.
Il y a une très forte communauté cubaine en Floride, avec des idées un peu arrêté sur ce sujet.
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett

Rafa
Brut léger
Brut léger
Messages : 471
Inscription : 16 juil. 2005, 20:34
Localisation : Lidje, Walonreye

Message par Rafa » 25 août 2006, 14:16

Krom a écrit :Tens, ça me fait penser. Comment ça se fait que Cuba soit encore sous embargo? C'est un peu lamentable, la guerre froide est finie.
J'en parle un peu là:
http://www.oleocene.org/phpBB2/viewtopi ... 5475#75475

ça n'a jamais eu à voir avec la guerre froide, donc il n'est pas étonnant que la fin de celle-ci n'aie pas mis fin au blocus, mais au contraire l'aie renforcé (au passage, c'est bel et bien "blocus" le terme employé par l'ONU, et non "embargo", puisque son but n'est pas uniquement pour les Etats-Unis de ne pas vendre, mais d'empêcher quiconque d'autre de vendre).

Le blocus peut encore durer eternellement (bien que de moins en moins efficace au fur et à mésure que les Etats-Unis perdent de l'influence); les Etats-Unis ont même fait des lois qui obligent leurs présidents à l'appliquer, et obligent leur présidents à faire tout leur possible pour renverser le gouvernement cubain et occuper le pays, les présidents des Etats-Unis doivent même faire tous les 6 mois je crois un rapport de leurs activités en la matière...
Trois petits exemples de ce signifie au jour le jour le blocus:
- recemment des officiels cubains ont été expulsés, sans indemnisation, d'un hôtel Hilton à Mexico, où ils étaient pour pourparlers avec des compagnies pétrolières; cela en violation des lois mexicaines.
- les Etats-Unis, en violation de la loi commerciale et sur les marques internationale et nationale, ont decidé de permettre à la firme Bacardi (propriété de copains de Bush) de vendre du rhum sous la marque "Havana Club", alors que la marque appartient depuis toujours à la firme cubaine "Havana Club", et la distribution internationale est faite en association avec la firme française Pernod-Ricard. Dans le monde entier le rhum "Havana Club" est du Havana Club, mais aux Etats-Unis les clients sont trompés et on leur vends du Bacardi... (imaginez un peu que la France fasse pareil et permette à une boîte française de vendre du cola sous la marque "Coca-Cola"...)
- et un dernier exemple, en rapport avec l'énérgie. Dans le cadre de la "revolution énérgetique" qui consiste à remplacer les appareils éléctriques et menagers par des autres plus économes, une vaste campagne a été menée à Cuba pour fournir des cuiseurs de riz (le riz est à la base de la cuisine cubaine) très économes, étanches, cuisant à la vapeur avec très peu d'eau et très peu d'energie, etc. Mais ce fut très dur, car dès que les Etats-Unis l'ont su, ils ont mené une campagne de presse pour se moquer de l'idée, et en même temps, fait des pressions énormes sur les fabricants des casseroles, si bien que plusieurs ont preferé annuler les contrats. Si les Etats-Unis mobilisent des moyens humaines et financiers considerables (supérieurs à ceux qu'ils mettent en oeuvre pour traquer Bin Laden, en passant) pour empêcher Cuba de se doter d'appareils éléctromenagers économes, imaginez un peu ce que ça doit être pour des choses plus critiques, plus stratégiques, comme des médicaments rares, des équipements industriels,...

Avatar de l’utilisateur
thorgal
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1954
Inscription : 05 nov. 2005, 17:55
Localisation : Copenhague

Message par thorgal » 25 août 2006, 14:30

Salut Rafa,

Comment sais-tu tout ca ?
Never under-estimate the predictability of stupidity - Bullet Tooth Tony

Répondre