Production pétrolière en Norvège

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Eric
Site Admin
Site Admin
Messages : 543
Inscription : 26 août 2004, 20:20
Localisation : Colombes
Contact :

Production pétrolière en Norvège

Message par Eric » 25 oct. 2004, 08:41

Les mauvaises nouvelles s'accumulent. La production de la Norvège risque de s'interrompre prochainement suite à des conflits sociaux. Pendant ce temps, le brut a atteint le nouveau record de 55,57 $... :?
La production pétrolière de la Norvège, troisième exportateur mondial de brut, risque d'être totalement paralysée à compter de la mi-novembre après un avis de lock-out déposé lundi par les groupes du secteur parapétrolier pour débloquer un conflit social entamé début juillet.

"Le lock-out, qui entrera en vigueur à partir de minuit (22H00 GMT) le lundi 8 novembre, aura un effet immédiat et entraînera une interruption totale de la production de pétrole et de gaz naturel sur le socle norvégien dans un délai d'une semaine", a expliqué Norges Rederiforbund, l'association norvégienne des armateurs qui englobe les sociétés parapétrolières.

fabien
Kérogène
Kérogène
Messages : 17
Inscription : 19 oct. 2004, 11:02
Localisation : aubervilliers

impression personelle

Message par fabien » 25 oct. 2004, 09:24

A chaque nouvelle hausse y as une bonne raison et a chague fois sa devrai redescendre, mais c es jamais le cas, ou du moins pas pour tres lontemps!!.
Quand y auront epuisé tous les prétextes possibles y comencerons peut etre a nous parler de geologie!
Au fait une personne de ma famille tres proche des milieu economique pense pour sa part que la crise est structurelle mais amplifier par des phenomenes conjoncturaux. A confirmer .

Daniel_Z
Kérogène
Kérogène
Messages : 52
Inscription : 15 sept. 2004, 15:19
Localisation : Région de Lausanne
Contact :

Message par Daniel_Z » 25 oct. 2004, 11:50

$ 60 avant le 2 novembre?

fabien
Kérogène
Kérogène
Messages : 17
Inscription : 19 oct. 2004, 11:02
Localisation : aubervilliers

Message par fabien » 25 oct. 2004, 12:31

$ 60 avant le 2 novembre?
personnellement je comence a y croire mais je n ai rien d un pofessionnel en la matiere alors ... y serai bon de rassembler des avis sur le sujet. sa viendra!

Avatar de l’utilisateur
Eric
Site Admin
Site Admin
Messages : 543
Inscription : 26 août 2004, 20:20
Localisation : Colombes
Contact :

Message par Eric » 25 oct. 2004, 13:01

Difficile à dire... je ne sais pas pour le 2 novembre mais, pour la fin de l'année, c'est très bien parti (surtout si la Norvège arrête vraiment sa production!).

Maintenant, même si le baril atteignait les 60 $ d'ici les élections américaines, ça ne changerait pas grand chose. Il faudrait que le prix explose vraiment d'ici là pour qu'ils y prêtent attention et, même dans ce cas, il y aurait bien la moitié des électeurs pour croire que junior est le meilleur candidat pour gérer la situation... :cry:

Avatar de l’utilisateur
Eric
Site Admin
Site Admin
Messages : 543
Inscription : 26 août 2004, 20:20
Localisation : Colombes
Contact :

Message par Eric » 26 oct. 2004, 14:42

Le conflit social est apparament résolu, et le cours du pétrole est un peu retombé.

fabien
Kérogène
Kérogène
Messages : 17
Inscription : 19 oct. 2004, 11:02
Localisation : aubervilliers

Message par fabien » 27 oct. 2004, 10:39

Il est en effet redescendu en millieu de journee mais il a tres vite remonter en soiree!
j ai deja souligné ce comportement dans un precedent message.
Y as t il une explication ?!

Avatar de l’utilisateur
Eric
Site Admin
Site Admin
Messages : 543
Inscription : 26 août 2004, 20:20
Localisation : Colombes
Contact :

Message par Eric » 27 oct. 2004, 11:33

Il est en effet redescendu en millieu de journee mais il a tres vite remonter en soiree!
j ai deja souligné ce comportement dans un precedent message.
Y as t il une explication ?!
C'est, très probablement, dû à la spéculation. Quand les prix ont grimpé suit à l'annonce de l'arrêt de la production, ce n'était pas parce que le pétrole manquait à ce moment mais parce que les acheteurs anticipaient le manque. Une fois le problème réglé, les cours ont naturellement baissé mais le mouvement de balancier était trop fort. Finallement, nous sommes retournés plus ou moins au point de départ.

De manière générale, je pense que l'aspect "chaotique" de la courbe des prix est largement dû à la spéculation. Si les prix étaient fixés uniquement par l'offre et la demande sans que personne n'anticipe à la hausse ou à la baisse, la courbe serait sans doute beaucoup plus lisse.

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

La Norvège

Message par Tiennel » 28 nov. 2005, 18:19

L'AIE encourage la Norvège a étendre l'exploitation en Arctique

OSLO, 28 novembre (Reuters) - La Norvège devrait envisager d'ouvrir plus largement à l'exploitation pétrolière des zones au large des îles Lofoten et continuer de promouvoir l'exploitation pétrolière dans la mer de Barents, estime l'Agence internationale de l'énergie.

Dans un rapport publié lundi sur la politique norvégienne de l'Energie, l'AIE écrit que le gouvernement devrait aussi envisager de vendre des participations dans des gisements pétroliers et gaziers marginaux à de nouveaux arrivants et à des opérateurs spécialisés très désireux d'exploiter les ressources d'hydrocarbures du plateau continental norvégien.
Le gouvernement de centre-gauche qui a accédé au pouvoir en Norvège en octobre a annoncé qu'il favoriserait des forages dans la mer de Barents mais qu'il préserverait certaines parties des Lofoten, un archipel très pittoresque aux eaux particulièrement poissonneuses.
"Le gouvernement de Norvège devrait (...) envisager d'ouvrir des zones actuellement interdites au large des Lofoten compte tenu de la nécessité de protéger l'environnement et faire en sorte que les restrictions environnementales à l'exploitation pétrolière offshore ne nuisent pas exagérément à la poursuite de la prospection", écrit l'AIE, qui a son siège à Paris.

"Le gouvernement de Norvège devrait (...) faciliter une poursuite de la prospection pétrolière et gazière en mer de Barents et dans d'autres zones qui contiennent d'importantes ressources non encore découvertes dans le cadre d'un développement durable", ajoute l'Agence.

La Norvège est le septième producteur mondial de brut et troisième exportateur et le premier exportaeur d'Europe occidentale de gaz naturel. L'exploitation dans l'Arctique des gisements d'hydrocarbures se heurte à une vive opposition des défenseurs de l'environnement et de certains responsables politiques.

Plus généralement, l'AIE adresse un satisfecit à la Norvège pour sa gestion des ressources pétrolières et gazières, soulignant qu'elle est "un exemple de la meilleure des gestions de ressources naturelles de valeur dans une petite économie"./
J'ai mis en rouge les moments où il faut :-D

alan
Goudron
Goudron
Messages : 133
Inscription : 28 juin 2005, 10:09
Localisation : Brest

la position des russes...

Message par alan » 06 déc. 2005, 16:23

.
la position des russes...

Désaccords entre la Russie et la Norvège sur le statut de la zone du Spitzberg

La raison des désaccords entre la Russie et la Norvège selon un parlementaire russe

06/12/2005 17:07 http://fr.rian.ru/russia/20051206/42334227.html

MOSCOU, 6 décembre - RIA Novosti.

Le motif des désaccords entre la Russie et la Norvège sur le statut de la zone du Spitzberg réside avant tout dans le pétrole de la mer de Barents estime Mikhail Marguelov, président du Comité des affaires internationales du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe).

"Le véritable motif des désaccords entre la Russie et la Norvège sur le statut de la zone du Spitzberg n'est pas le poisson, mais le pétrole de la mer de Barents, car les réserves d'hydrocarbures des gisements traditionnels norvégiens s'épuisent", a déclaré mardi le parlementaire à RIA Novosti à la veille de l'ouverture des pourparlers russo-norvégiens.
La zone de la mer de Barents se trouve à côté du gisement de gaz de Chtokman, le plus grand du monde, a rappelé le sénateur.
"La Russie a longtemps tardé à régler le conflit frontalier, mais, à présent, elle a décidé de vider le différend en six mois au plus", a dit Mikhail Marguelov.

La Russie n'a pas l'intention de monopoliser le marché des hydrocarbures, a souligné le sénateur. "Bien plus, notre pays accepte d'exploiter les gisements maritimes conjointement avec la Norvège", a-t-il précisé.

Mais, en même temps, la Russie insistera pour que la Norvège renonce à ses prétentions sur la zone économique du Spitzberg.
"D'autant plus que la communauté mondiale ne reconnaît pas ces prétentions", a-t-il dit.

epe
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1467
Inscription : 22 juin 2005, 16:33
Localisation : 15' de Lille, de l'autre côté de la frontière

Message par epe » 06 janv. 2006, 20:26

La Norvège fonde de grands espoirs sur les réserves d'hydrocarbures de la mer de Barents

Quand on voit les problèmes de gaz entre la Russie et l'Ukraine, cela montre à quel point cette région peut jouer un rôle dans le futur." La région dont parle Hans Gjennestad, responsable de la stratégie à long terme au sein de la compagnie pétrolière norvégienne Statoil, est la mer de Barents.

Située au nord de l'Europe du Nord, en zone arctique, cette mer regorgerait de gaz et de pétrole. Et elle provoque actuellement un intérêt frénétique de la part des Norvégiens, qui espèrent y prolonger l'aventure pétrolière et gazière démarrée en mer du Nord dans les années 1970.

Mardi 4 janvier, M. Gjennestad était venu avec plusieurs centaines d'autres invités dans un grand hôtel d'Oslo à l'appel du NHO, l'organisation patronale norvégienne, pour sa conférence annuelle entièrement consacrée aux espoirs placés dans la mer de Barents, ce lieu glacial et inhospitalier qui passionne la Norvège depuis un ou deux ans.

Tout le gratin des affaires norvégien avait accouru, pour écouter le NHO et les grands patrons de Statoil et du conglomérat Norsk Hydro. Le premier ministre, qui a fait du Grand Nord une priorité de son gouvernement, était également présent. Il a réitéré le message que tous veulent entendre, en dépit des mises en garde des écologistes et de l'industrie de la pêche qui craignent les effets catastrophiques d'accidents : "Les possibilités sont énormes."

Alors que la mer du Nord a déjà dépassé son pic de production, les Norvégiens se sont rappelé ce qu'avait dit, en 2000, l'Institut géologique des Etats-Unis : 23,9 % des ressources non prouvées de pétrole et de gaz se trouveraient en zone arctique. "Ce chiffre, repris partout, a gagné en autorité. Or, il est très contesté", remarque Steven Sawhill, chercheur à Ocean Futures, un institut qui a concocté un rapport sur la mer du Barents pour le NHO.

Qu'importe. Pour faire taire les grincheux, d'autres chiffres circulent : le champ gazier de Snø Hvit, qui commencera à produire du gaz en 2007 et pour trente ans dans la zone norvégienne de la mer de Barents, a des réserves prouvées de 160 milliards de mètres cubes.

Une broutille face à celles du gisement de gaz Shtokman, située à l'est en zone russe, dont les énormes réserves s'élèvent à 3 200 milliards de mètres cubes et dont l'exploitation démarrera en 2010. Les Russes publieront en avril la liste définitive des participants. Parmi les cinq compagnies qui restent en course figurent Total, Chevron, ConocoPhillips, ainsi que les deux norvégiens Statoil et Hydro.

Du coup, tout le monde imagine que l'immense zone inexplorée située entre les deux gisements doit regorger de gaz, et peut-être de pétrole. "De notre point de vue, souligne M. Gjennestad, c'est la nouvelle province gazière de l'Europe. Et je ne pense pas que ces espoirs soient exagérés."

"Beaucoup de compagnies sont très intéressées, confirme, de son côté, Odd Roger Enoksen, le ministre du pétrole et de l'énergie. Le gouvernement publiera d'ici à Pâques un livre blanc sur le développement en Barents. Une trentaine de concessions ont été distribuées pour l'exploration. Nous verrons les résultats. L'Union européenne s'intéresse beaucoup à ce nous faisons là-haut, et l'intérêt s'est renforcé avec la crise ukrainienne."


On peut toujours rêver... :roll:
-Il vaut mieux pomper même s'il ne se passe rien que de risquer qu'il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas.
Les Shadoks

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59160
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 06 janv. 2006, 20:56

Bien sur tout le monde situe précisément la mer de Barents car c'est trés touristique :-D

alors un petit coup de main :

Image

La Finlande va commencer à regreter de pas avoir une bordure maritime Nord !

Mais en remontant bien dans l' histoire, ils pourraient pas revendiquer quelque chose ?
(comme la Bolivie avec le Chili, il ya pas si longtemps)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59160
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 06 janv. 2006, 21:01

Gloups ! ! :shock: :shock:

Va falloir leur donner une prime de risque en plus de la prime de froid au futurs travailleurs des plateformes.
La contamination de la mer de Barents par des déchets nucléaires provenant des réacteurs nucléaires de la marine russe est un problème écologique préoccupant. Ce problème est décuplé par les difficultés économiques de l'État russe depuis la chute de l'URSS qui rendent insuffisant l'entretien des navires et sous-marins comme semble l'indiquer les accidents et naufrages des années 2000 :

naufrage du sous-marin Koursk (sous-marin) (12 août 2000)
naufrage du sous-marin russe K-159 désarmé et remorqué vers un chantier de démontage (30 août 2003)
avarie grave du croiseur russe lance-missiles à propulsion nucléaire Pierre-le-Grand (Piotr Veliki) (24 mars 2004)
Surface : 1 405 000 km²

Récupérée de « http://fr.wikipedia.org/wiki/Mer_de_Barents »

Avatar de l’utilisateur
MadMax
Modérateur
Modérateur
Messages : 2990
Inscription : 12 août 2005, 08:58
Localisation : Dans un cul-de-sac gazier

Message par MadMax » 06 janv. 2006, 21:10

Du pétrole radioactif ? :smt044

Avatar de l’utilisateur
phylippe
Modérateur
Modérateur
Messages : 840
Inscription : 19 mai 2005, 09:04
Localisation : Belgique, Bruxelles

Message par phylippe » 06 janv. 2006, 21:52

Sauf que le Koursk n'a pas fait naufrage par manque d'entretien, c'était le fleuron de la marine Russe. Mais c'est une autre histoire...
«Lorsque le dernier arbre aura été abattu, le dernier fleuve pollué, le dernier poisson capturé, vous vous rendrez compte que l'argent ne se mange pas» - Proverbe Cree

Répondre