Afrique, sujets concernant plusieurs pays

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59590
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique, sujets concernant plusieurs pays

Message par energy_isere » 23 oct. 2015, 15:38

"L'électrification de l'Afrique, une chance pour l'Europe"

23 oct 2015 enerzine

Le texte de résolution pour le soutien au plan d'électrification du continent africain proposé par Jean-Marie BOCKEL, Sénateur du Haut-Rhin vient d'être adopté à une large majorité
.

Pour le sénateur, ce texte, cosigné par des parlementaires de toute tendance politique, confortera, à un mois de l'ouverture de la COP 21, l'engagement de la France à promouvoir l'action de la fondation « Energies pour l'Afrique » de Jean-Louis BORLOO. L'ancien ministre était présent dans les tribunes lors de l'examen de ce texte. Chantal Jouanno, ancienne Secrétaire d'Etat à l'Écologie, à l'Énergie, au Développement durable et à la Mer, intervenant pour le groupe UDI-UC a salué la possibilité de relever un défi « qui est un espoir, celui d'un nouveau développement à portée de main ».

70% de la population africaine n'a toujours pas accès à l'énergie et tout particulièrement à l'électricité. Un constat alarmant alors que l'on connait les enjeux : accès à l'éducation et à la santé, développement économique, réduction de la pauvreté, impératif environnemental… Le Parlement panafricain a voté il y deux semaines à l'unanimité une proposition commune posant l'objectif de faire passer en 10 ans l'électrification du continent subsaharien de 25% à 80%.

La Fondation « Energies pour l'Afrique » a pour objectif d'accélérer la construction d'infrastructures et de débloquer des financements grâce à une Agence intergouvernementale africaine d'électrification. Cette initiative est soutenue tant par le Président de la République que par des responsables politiques de diverses sensibilités politiques, de nombreux dirigeants africains, de grandes entreprises, d'organisations internationales, mais surtout, par les Etats africains et l'Union africaine.

Pour Jean-Marie Bockel, « cette électrification est l'occasion pour l'Europe d'accompagner la transition énergétique de l'Afrique, tout en favorisant les énergies renouvelables, afin de stopper une déforestation qui ne fera que croître sous l'effet de l'explosion démographique à venir ».

La fondation « Energies pour l'Afrique » repose sur l'idée d'une « subvention » de 5 milliards de dollars par an sur dix ans versée par les pays riches émetteurs de CO2 de plus de 8 tonnes par habitant et par an au prorata de la population. Cette contribution serait revue tous les 3 ans sur un principe de bonus-malus. Cela représenterait pour l'Europe 1,2 milliards de dollars la 1ère année, et 2 milliards la 3ème année. Pour Jean-Marie Bockel, « 5 milliards de dollars, c'est un engagement deux fois moins important que celui pris lors de la Conférence de Copenhague de 2009. Un engagement malheureusement resté lettre morte ».

Les principaux émetteurs de CO2, européens, américains, japonais, péninsule arabique, craignent de vastes mouvements de population dans les années à venir : « enjeux climatiques et migratoires sont intrinsèquement liés. Le rythme de croissance économique actuel du continent africain ne suffit pas. Il faut trouver de nouveaux leviers de croissance pour assurer à la jeunesse africaine un avenir en Afrique. Parmi ces leviers, l'énergie occupe une place centrale. L'électrification permettrait de porter la croissance de 5 % à 15 % » souligne le sénateur.

Pour Jean-Marie Bockel, « à un mois de l'ouverture COP 21, la France a un rôle de premier ordre à jouer sur le plan international. S'offre à elle une occasion unique d'œuvrer pour trouver un consensus au sein des Nations Unies et de l'Union européenne ».

« Nous devons sortir de la rhétorique de la peur. L'Afrique n'est pas une menace pour la France et pour l'Europe mais un territoire d'opportunités » a souligné Chantal Jouanno.

« Cette adoption marque le premier pas vers une nouvelle approche du Parlement français et, plus largement européenne, des nouveaux rapports que doivent tisser l'Europe et l'Afrique. Soutenir l'électrification de l'Afrique, c'est parier sur le formidable moteur de croissance que pourrait être pour nous le continent africain » conclut Jean-Marie Bockel.
http://www.enerzine.com/15/18800+lelect ... rope+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59590
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique, sujets concernant plusieurs pays

Message par energy_isere » 01 déc. 2015, 19:38

Réchauffement climatique : la France accroît son aide à l'Afrique

le 01/12/2015 Boursier.com

Paris va notamment octroyer plus de deux milliards d'euros sur la période 2016-2020 au financement des énergies renouvelables

Au deuxième jour du sommet sur le climat (COP21) qui se tient au salon du Bourget près de Paris, la présidence française s'est engagée à accroître son aide financière pour permettre aux pays africains de lutter contre le réchauffement climatique.

Paris va notamment octroyer plus de deux milliards d'euros sur la période 2016-2020 au financement des énergies renouvelables (énergie solaire, éolienne, hydroélectrique ou géothermique). "Cet effort représentera une hausse de 50% des engagements bilatéraux français par rapport aux 5 dernières années", précise l'Elysée dans un communiqué. Les programmes financés pourront être portés par les gouvernements africains ou par des organisations de la société civile et des collectivités territoriales.

Lutte contre la désertification

La France va aussi tripler "progressivement ses engagements bilatéraux en Afrique, pour atteindre 1 milliard d'euros par an en 2020", afin de lutter contre la désertification et de faciliter l'adaptation au changement climatique. "L'aide au développement de la France portera prioritairement sur des projets s'inscrivant dans les initiatives africaines" comme la Grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel. La FAO, organisme rattaché à l'ONU, rappelle que ce projet date de 2007 et concerne plus de 20 pays africains. A l'origine, "il visait à planter une large bande de végétation traversant l'Afrique d'Ouest en Est, a évolué au fil du temps", explique Reuters. L'objectif est désormais de développer des "poches" rapprochées sur lesquelles se concentrent les efforts de reboisement, d'habitation et d'électrification. L'aide servira aussi à préserver le lac Tchad et le fleuve Niger.

Un plan de 16 milliards de dollars

Dans un récent rapport, la Banque mondiale a estimé que le niveau actuel de financement dédié à l'adaptation aux changements climatiques est insuffisant pour permettre au continent africain de faire face. Elle a donc établi un 'Business Plan' qui prévoit 16 milliards de dollars d'investissement d'ici 2020 pour être à la hauteur des enjeux. Ainsi, 5,7 milliards devraient provenir de l'Association internationale de développement (IDA), et le reste de diverses sources, bilatérales et multilatérales, de sources dédiées au financement de la lutte contre le changement climatique et du secteur privé. "Le plan précise aussi que pour un coût d'environ 21 milliards de dollars, des résultats plus poussés pourraient être obtenus d'ici 2025".
http://www.boursier.com/actualites/econ ... ?headline3

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59590
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique, sujets concernant plusieurs pays

Message par energy_isere » 13 févr. 2016, 13:03

L’Afrique pourrait ne plus une être exportatrice nette de brut vers 2040 d’après ExxonMobil

Agence Ecofin 09 fev 2016

Selon des prévisions d’ExxonMobil, à l’horizon 2040, le continent africain pourrait ne plus pouvoir exporter de façon nette du pétrole mais son offre resterait stable alors que sa demande augmenterait fortement entre 2014 et 2040.

Selon le rapport annuel The Outlook for Energy de la compagnie, dans cette période, l’Afrique et la Chine seraient les zones dont la croissance de la demande en énergie seraient la plus rapide. Les régions les plus importatrices seront l’Asie pacifique et l’Europe. Par contre, les plus grands exportateurs de pétrole seront le Moyen-Orient, la Russie et la région Caspienne.

L’Afrique et la Chine capteraient environ 60% de la hausse mondiale de la demande dont 30% chacune. Toujours selon le rapport, les raisons de cette montée de la demande seraient de différents ordres dans chacune de ceux deux régions.

En Afrique, elle serait due à la croissance de la population dont les besoins en énergie augmenteraient drastiquement. On estime la taille de la population africaine à deux milliards de personnes dans cette période.

Concernant la Chine, l’accroissement des revenus et l’urbanisation seraient les principales clés de cette augmentation des besoins en énergie. Dans une analyse de ce rapport dans la lettre bihebdomadaire de l’OAG Africa, l’expert Francis Perrin estime que «les perspectives de l’offre pétrolière et énergétique du continent sont sans doute traitées un peu rapidement dans cette étude, qui est peut-être un peu pessimiste» . Il ajoute que le mérite de cette étude est de «mettre l’accent sur la forte dynamique de la consommation énergétique en Afrique, qui est un phénomène majeur et le restera longtemps.»
http://www.agenceecofin.com/trade/0902- ... exxonmobil

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59590
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique, sujets concernant plusieurs pays

Message par energy_isere » 28 mai 2016, 13:08

Victor Lopes : « Le Mozambique est le pays le plus endetté d’Afrique subsaharienne »

Publié le 27 mai 2016

..............

Image
http://www.jeuneafrique.com/mag/325398/ ... aharienne/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59590
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique, sujets concernant plusieurs pays

Message par energy_isere » 16 mars 2019, 10:16

Suite de ce post du 9 oct 2011 http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 13#p302413
Total signe trois blocs d’exploration dans la zone de développement conjointe entre le Nigeria et Sao Tomé

Agence Ecofin. 15 mars 2011

Jeudi, les gouvernements du Nigeria et de Sao Tomé-et-Principe ont signé avec le producteur français Total, un contrat de partage de production couvrant trois blocs dans leur zone de développement commune (JDZ). Il s’agit des blocs en mer 7, 8 et 11.

Les réserves estimées des blocs 7, 8 et 11 n'ont pas été dévoilées, mais Total sera le premier à réaliser des études sismiques 3D sur place, précise un communiqué de Nicolas Terraz (photo), directeur général de Total E&P. Il a ajouté qu’à cette étape, Total investirait dans 100% des activités, mais cherchera des partenaires au fur et à mesure des découvertes.

Selon Almajiri Geidam, le responsable de la zone, la signature de ce contrat vise à relancer les activités d’exploration après plusieurs années d’inactivité. Geidam a ajouté que l’objectif est de raviver l'intérêt des investisseurs et des compagnies pétrolières pour la région.

Depuis sa création en janvier 2002, la zone a fait l’objet de deux cycles de licences qui ont abouti à l'attribution de six blocs.
https://www.agenceecofin.com/exploratio ... t-sao-tome


Une carte pour s'y retrouver :

Image

Image

Répondre