Le Mexique

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 29 oct. 2015, 17:08

Pour la première fois, le Mexique importera du pétrole des Etats-Unis

28 oct 2015 Mexico

Le compagnie publique mexicaine Pemex a annoncé mercredi qu'elle importerait, pour la première fois de son histoire, du pétrole brut léger des Etats-Unis, afin d'améliorer son système de raffinage et en échange de l'exportation de brut lourd vers le pays voisin.

Cet échange, grâce à une licence octroyée par le gouvernement américain, permettra au Mexique de réduire sa production de fioul et de favoriser l'obtention de combustibles de plus grande valeur comme l'essence et le diesel dans ses raffineries du centre du pays, afin de dégager des marges plus importantes pour Pemex, a annoncé le groupe dans un communiqué.

Pemex pourra importer jusqu'à 75.000 barils par jour de brut léger pendant un an, en échange de l'exportation de barils de brut lourd vers les raffineries de la côte nord du Golfe du Mexique, aux Etats-Unis.

Pour la première fois, le Mexique importe du brut d'un autre pays et le fait pour une raison économique, a expliqué, sur la radio RadioFormula, José Manuel Carrera, directeur des partenariats et nouvelles activités de Pemex.

L'accord représentera un petit allègement pour le million de barils que le Mexique raffine chaque jour mais l'impact sur le rendement des raffineries est important, a-t-il souligné.

Selon ses calculs, le Mexique pourra importer des Etats-Unis chaque année 27 millions de barils de brut extra-léger qui, une fois raffiné, servira principalement pour la consommation interne, mais aussi pour l'exportation.

Cela pourrait générer pour Pemex un bénéfice de 2 dollars pour chaque baril, soit environ 90.000 dollars par jour, a-t-il affirmé.

Avec cet accord, le Mexique et le Canada sont désormais les deux seuls pays exemptés de l'interdiction d'exporter du brut des Etats-Unis, selon Pemex.

L'entreprise mexicaine souffre depuis des années d'une baisse drastique de sa production, ce qui a poussé le gouvernement à lancer une réforme ouvrant son secteur pétrolier à l'investissement privé, pour la première fois en plus de 75 ans.

La production de Pemex, une ressource précieuse pour les finances publiques mexicaines, a chuté de 3,4 millions de barils par jour en 2004 à 2,2 millions au deuxième trimestre 2015.
http://www.romandie.com/news/Pour-la-pr ... 643373.rom

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 12 déc. 2015, 19:54

Le Mexique va investir 23 milliards dans ses raffineries pour réduire les émissions de carbone

AFP le 08 déc. 2015

Le gouvernement mexicain a annoncé mardi qu'il allait investir 23 milliards de dollars dans ses six raffineries de pétrole, une initiative qui cherche à réduire de 90% ses émissions de carbone.

Au moment où de nombreux pays du monde sont réunis à Paris pour lutter contre le changement climatique, le gouvernement du président Enrique Peña Nieto a assuré qu'il se concentrerait sur la production de carburants propres : essence propre, gasoil à très faible teneur en soufre. De même que les résidus et les vapeurs seront utilisés pour la production d'électricité.

L'un des projets qui nécessitera des investissements de l'ordre de 3,1 milliards de dollars et sera prêt au premier trimestre 2016 devrait aboutir à la production de 212 500 barils d'essence par jour à très basse teneur en soufre, alors qu'en octobre dernier la production était de 100 100 barils.

De cette manière, "la teneur en soufre de l'essence baissera, ce qui réduira de 90% les émissions de gaz à effet de serre et d'autres contaminants dans l'atmosphère", estime le gouvernement mexicain qui espère créer avec tous ses projets quelque 63.000 emplois directs.

Par ailleurs, trois milliards de dollars seront investis pour récupérer les vapeurs dégagées au cours du processus de production et les utiliser pour produire de l'électricité dans trois raffineries et un complexe de traitement du gaz.

"On espère ce faisant satisfaire 13% des besoins nationaux en électricité et devenir ainsi le deuxième producteur d'électricité du pays" indique le gouvernement.
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... e-151208-0

?
quel rapport entre le soufre et les gaz à effet de serre ?
le SO2 n'est pas connu comme un gaz à effet de serre important.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 05 nov. 2016, 14:07

Le Mexique en pleine « révolution » énergétique

parue le 03 nov. 2016

Le Mexique a entrepris une grande réforme énergétique fin 2013 qui devrait, selon l’Agence internationale de l'énergie (AIE), permettre au pays de connaître une forte croissance économique dans les décennies à venir. Le directeur exécutif de l’AIE Fatih Birol parle même d’une « révolution sans précédent ». Explications.

Vers une remontée de la production de pétrole ?

En 2014, le pétrole comptait pour plus de la moitié de la consommation d’énergie primaire du Mexique selon les dernières données de l’AIE. Il occupait ainsi une place plus importante dans le mix énergétique de ce pays que dans ceux de plusieurs pays du Moyen-Orient(2). Les énergies renouvelables et l’énergie nucléaire (2 réacteurs dans le pays) ne satisfaisaient pour leur part qu’environ 10% de la consommation mexicaine d’énergie.

Le Mexique est encore le 11e producteur mondial de pétrole (2,6 Mb/j en 2015) mais a vu cette production baisser de plus de 31% au cours des dix dernières années. Il en est de même pour ses exportations, sources d’importants revenus également amputés par la chute des cours. Une grande réforme constitutionnelle actée fin 2013 a ouvert aux investissements privés le secteur énergétique mexicain, mettant ainsi fin au monopole des compagnies nationales Pemex (Petroleos Mexicanos) pour le pétrole et le gaz et CFE (Comision Federal de Electricad) pour la production d’électricité.

L’AIE estime que cette ouverture devrait permettre, avec l’apport de nouveaux capitaux et de compétences techniques, d’exploiter de nouvelles ressources pétrolières, en particulier au sein de gisements de « tight oil » et dans l’offshore profond. L’Agence envisage ainsi que la production pétrolière du Mexique augmente à nouveau après 2020 et atteigne 3,4 Mb/j à l’horizon 2040, soit près de 800 000 b/j supplémentaires par rapport à 2015.

Une poussée des filières renouvelables productrices d’électricité

Malgré la hausse de la production pétrolière, la part très importante du pétrole dans la consommation énergétique mexicaine devrait baisser dans les prochaines décennies au profit du gaz naturel et des énergies « décarbonées » (renouvelables et nucléaire). Dans ses projections à l’horizon 2040, l’AIE envisage que la hausse de la consommation d’énergie finale sera satisfaite pour moitié par une augmentation de la production électrique.

Le gaz naturel devrait rester la principale source de production électrique du pays d’ici à 2040 tandis que la production à partir des renouvelables, éolien et solaire photovoltaïque en tête, pourrait tripler dans les 25 ans à venir, notamment grâce à différents appels d’offres soutenant le développement de ces filières.

Mix énergétique du Mexique

Image
Le gaz naturel et les énergies renouvelables devraient, selon l’AIE, connaître la plus forte progression dans la consommation mexicaine d’énergie primaire d’ici à 2040. (©Connaissance des Énergies, d’après AIE)

La loi de transition énergétique mexicaine votée fin 2014 a fixé un objectif de 35% d’électricité décarbonée à l’horizon 2024 alors que les énergies fossiles comptaient encore pour 79,7% de la production électrique nationale en 2015. D’après les projections de l’Agence internationale des énergies renouvelables (Irena), le Mexique pourrait toutefois se montrer plus ambitieux et produire jusqu'à 46% de son électricité à partir des seules énergies renouvelables dès 2030.

Précisons par ailleurs que le Mexique pourrait également davantage s’appuyer sur la géothermie, le pays disposant des 4e capacités de production électrique à partir de cette énergie au niveau mondial (derrière les États-Unis, les Philippines et l’Indonésie)(4).

Quels engagements pour lutter contre le réchauffement climatique ?

Dans sa contribution déposée dans le cadre de la COP21(4), le Mexique indiquait être à l'origine de 1,4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (ses 127 millions d’habitants constituent 1,7 % de la population mondiale). Le pays s’est engagé à réduire de 22% lesdites émissions sur son territoire à l’horizon 2030 par rapport aux projections « Business as usual ».

Lors du sommet annuel des « trois amigos » fin juin 2016, le Mexique a également rejoint l’engagement américano-canadien de réduire de 40% à 45% les émissions de méthane d’ici à 2025 par rapport à 2012. Les États-Unis, le Canada et le Mexique avaient annoncé à cette occasion leur engagement commun de produire la moitié de leur électricité à partir de sources décarbonées à l’horizon 2025.

Sources / Notes
1 Comprenant le brut et les autres hydrocarbures liquides.
2 Le pétrole comptait en moyenne pour 48,1% de la consommation d'énergie primaire du Moyen-Orient en 2015 selon les dernières données de BP (derrière le gaz naturel dont la part dans le mix avoisinait 49,9% cette année-là).
3 Le Mexique disposait à fin 2015 de centrales géothermiques d’une puissance cumulée de près de 1,1 GW selon la Geothermal Energy Association.
4 INDC du Mexique
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... que-161103

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 01 janv. 2017, 18:51

Mexique : augmentation du prix du l'essence de 20% au 1er janvier

AFP le 28 déc. 2016

Le prix de l'essence va augmenter de plus de 20% au Mexique au 1er janvier dans le cadre de la dérégulation du secteur de l'énergie et son ouverture au privé.


Le prix de l'essence augmentera de 20,1% et celui du diesel de 16,5%, a annoncé le ministre des Finances José Antonio Meade.

A partir du 18 février, le prix plafond fixé par le gouvernement sera réajusté tous les jours.

Il s'agit là de la première étape de l'ouverture au privé du marché des carburants et de libéralisation des prix initialement prévue pour 2018 mais que le gouvernement mexicain a choisi de mettre en place un an plus tôt.

Ce processus de libéralisation va permettre "de passer d'un marché monopolistique à un marché concurrentiel", mettant ainsi fin au monopole de l'entreprise d'Etat Pemex, a indiqué Guillermo Garcia, président de la commission de régulation de l'énergie.

Après la fin mars, "l'offre et la demande détermineront le prix", explique le responsable de l'organisation des distributeurs-détaillants de pétrole, José Carlos Femat Romero.

La dérégulation débutera par les Etats de Basse-Californie et de Sonora (nord), avant d'être peu à peu étendue à l'ensemble du pays vers la fin de l'année 2017, a-t-il indiqué à l'AFP.

Ce changement est l'une des étapes de la réforme énergétique lancée par le président Enrique Peña Nieto, qui tente de redynamiser le secteur pétrolier, alors que les réserves sont en déclins et le carburant en majorité importé de l'étranger car le Mexique manque de raffineries.

Le chef de l'Etat a signé en août 2014 une réforme historique mettant fin à un monopole d'Etat de près de 80 ans dans ce secteur, ouvrant l'exploitation pétrolière au Mexique à des sociétés privées étrangères.

La compagnie nationale Pemex avait jusqu'alors le monopole de la vente et la distribution du carburant.

Beaucoup anticipent une hausse de l'inflation dans la foulée de la hausse des prix du carburant.
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... ier-161228

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 03 janv. 2017, 17:59

Protestations au Mexique après la hausse brutale du prix de l'essence

Mexico 03 janv 2017

Les protestations se multiplient depuis le 1er janvier au Mexique après la hausse de 20% du prix de l'essence, une mesure impopulaire a reconnu lundi le gouvernement qui compte néanmoins la maintenir dans le cadre de la dérégulation du secteur de l'énergie.

Manifestations dans les rues de Mexico et de plusieurs villes dimanche, blocages de routes et de stations-service lundi : la colère des usagers montait dans ce pays producteur de pétrole mais qui importe majoritairement le carburant de l'étranger faute de raffineries suffisantes.

Non (nous ne reviendrons pas sur la hausse), d'ailleurs, les mesures sont déjà entrées en vigueur hier. L'augmentation n'est pas due à un ajustement fiscal, mais à une révision des coûts par rapport aux prix internationaux du pétrole, a déclaré à la presse Miguel Messmacher, le sous-secrétaire d'Etat en charge des Finances.

Le prix de l'essence a augmenté de 20,1% et celui du diesel de 16,5%. A partir du 18 février, le prix plafond fixé par le gouvernement sera réajusté tous les jours.

Il s'agit là de la première étape de l'ouverture au privé du marché des carburants et de la libéralisation des prix initialement prévue pour 2018 mais que le gouvernement mexicain a choisi de mettre en place un an plus tôt.

Cela provoque du mécontentement, c'est très clair et compréhensible (...), nous devons expliquer pourquoi nous faisons cela. Nous sommes conscients que c'est une mesure impopulaire, a reconnu M. Messmacher.

Ce changement est l'une des étapes de la réforme énergétique lancée par le président Enrique Peña Nieto, qui tente de redynamiser le secteur pétrolier.

M. Peña Nieto a signé en août 2014 une réforme historique mettant fin à un monopole d'Etat de près de 80 ans dans ce secteur, ouvrant l'exploitation pétrolière au Mexique à des sociétés privées étrangères.

La compagnie nationale Pemex avait jusqu'alors le monopole de la vente et la distribution du carburant.
Beaucoup anticipent une hausse de l'inflation dans la foulée de la hausse des prix de l'essence.
http://www.romandie.com/news/Protestati ... 765976.rom

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 06 mai 2017, 14:14

Ils ont pris des cours au Nigéria ?
Vol de pétrole au Mexique: dix morts dont quatre soldats dans une fusillade

AFP parue le 04 mai 2017

Au moins dix personnes ont été tuées, dont quatre militaires, lors d'une fusillade avec des voleurs de pétrole dans l'État de Puebla (centre), selon un nouveau bilan annoncé jeudi par les autorités locales.

L'affrontement s'est produit mercredi soir lorsque les soldats, alertés de l'existence d'un branchement clandestin sur un oléoduc, sont arrivés dans le village de Palmarito, à quelque 190 km au sud-est de la capitale Mexico. Les soldats ont alors été accueillis par les tirs de délinquants présumés.

"Quatre militaires (...) et six délinquants présumés, parmi lesquelles une femme sont décédés", a indiqué le secretaire d'État du gouvernement de Puebla, Diodoro Carrasco, lors d'une conférence de presse. Un premier bilan faisait état de deux militaires tués. La fusillade a également fait douze blessés parmi les forces de l'ordre.

Les délinquants se sont cachés derrière un groupe de femmes et d'enfants au début de l'affrontement pour se protéger. "Les militaires ont décidé de ne pas répondre à l'agression car les femmes et les enfants étaient utilisés comme boucliers humains", a expliqué dans un communiqué le secrétariat à la Défense nationale (Sedena).

D'autres affrontements ont ensuite suivi qui ont fait plusieurs victimes parmi les délinquants. Environ un millier de soldats ont depuis été déployés dans la zone et 14 personnes ont été arrêtées, a indiqué M. Carrasco.

L'État de Puebla, voisin de la capitale mexicaine, est devenu un secteur où le siphonnage des installations de la compagnie nationale Petroleos Mexicanos (Pemex) sont réguliers, un préjudice évalué à environ 2 milliards de dollars par an pour le géant pétrolier. Ces vols sont attribués à des cartels de la drogue opérant notamment dans cette région connue comme le "Triangle rouge", une zone regroupant 29 localités où les vols de combustible mais aussi les enlèvements sont fréquents.
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... ade-170504

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 21 août 2017, 19:50

Le figuier de Barbarie, emblème du Mexique, est aussi source d'énergie

AFP le 17 août 2017

Emblème du Mexique, le figuier de Barbarie figure en bonne place sur le drapeau vert, blanc et rouge du pays. Ce cactus en forme de raquette a désormais trouvé une seconde vie: ses résidus sont utilisés pour produire de l'électricité.


Le projet-pilote a été lancé en mai sur un vaste marché à Milpa Alta, au sud de Mexico, spécialisé dans le commerce de ce cactus considéré comme sacré dans la mythologie aztèque et qui sert à concocter des mets et des médicaments. Dans cette zone boisée, véritable poumon pour la capitale asphyxiée par la pollution, 2 800 hectares sont consacrés au figuier.

Dès l'aube, des paysans portant des chapeaux de paille travaillent dans les interminables rangées de cactus plantées sur les flancs du volcan éteint Teuhtli, alors que le Mexique est l'un des premiers producteurs au monde de figuier de Barbarie, avec 812 000 tonnes par an.

Non loin de là, sur le même site, un grand cylindre argenté, entouré de conteneurs connectés via un réseau de tuyaux, reçoit les restes du figuier: ils sont broyés, puis mélangés avec plusieurs bactéries qui les aident à fermenter et à se dégrader, avant d'être "digérés" à une température de 55 degrés. Car avant d'être consommé, le figuier doit être d'abord privé de son écorce et de ses épines. Ce sont ces résidus qui sont recyclés pour produire de l'électricité.

L'installation d'un générateur qui transforme les résidus de cette culture en énergie propre "est un projet important", assure à l'AFP Horacio Chavira, responsable du développement rural à Milpa Alta. Ce générateur capable de traiter tout résidu d'origine biologique est unique au Mexique, car installé directement là où se trouvent les déchets, explique Nelly Mejía, directrice du département expérimentation de Suema, une entreprise qui s'occupe d'énergie durable et d'environnement, chargée du projet.

Une fois les résidus broyés, fermentés et chauffés à 55 degrés, "sort une boue que nous pouvons utiliser comme engrais" ainsi qu'un biogaz, issu du processus de fermentation et qui permettra de produire de l'électricité, explique Jesus Zumaya, qui travaille sur ce générateur.

Soupes, médicaments, shampoings

Quand le générateur atteindra son rythme de croisière, vers novembre, il devrait être en mesure de traiter trois à cinq tonnes de résidus par jour, afin de produire un peu plus d'une tonne d'engrais et 170 mètres cubes de biogaz. Avec au bout du compte une puissance électrique espérée de 175 kilowatts par heure, capables d'allumer 9.600 ampoules de basse consommation.

Le biogaz est encore balbutiant au Mexique, un pays en développement salué pour ses ambitions élevées en matières d'énergies renouvelables: il s'est engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 25% d'ici 2030 et de 50% d'ici 2050. En 2016, il a tiré 15,4% de son énergie de sources renouvelables, mais seulement 0,11% grâce au biogaz, selon les chiffres officiels.

Le figuier de Barbarie, lui, est partout dans le pays: "Depuis l'époque pré-hispanique, le figuier est dans les assiettes. D'un vert éclatant, cette plante sert à de nombreux plats de la gastronomie mexicaine: soupes, salades, confitures, mais aussi jus diététiques, farines et bonbons. On la trouve aussi dans des médicaments contre l'hypertension et les problèmes intestinaux, des shampoings contre la chute de cheveux, des gels pour la peau... L'activité frénétique du marché de Milpa Alta, où dès l'aube des centaines de personnes nettoient, coupent et emballent le cactus, engendre chaque jour jusqu'à 10 tonnes de résidus.

Légende aztèque

Le générateur est une "bonne idée car les résidus serviront à quelque chose", se réjouit Evangelina Lara, commerçante de 45 ans qui vend du figuier sur ce marché, équipée d'un tablier rouge, de gants et d'un couteau. Sur les près de 200 espèces de figuiers de Barbarie recensées, 101 vivent au Mexique et plus de 60 sont endémiques.

C'est à Tenochtitlan, cité aztèque de Mexico qu'est apparu, d'après la légende, le premier figuier de Barbarie, dont les fruits - une baie jaune et rouge - symbolisent le coeur de Copilli. "Le figuier de Barbarie est tellement mexicain... C'est un symbole d'identité", souligne Horacio Chavira, se félicitant que la municipalité de Mexico ait financé la quasi-totalité des 15 millions de pesos (840.000 dollars) qu'a coûté le projet de générateur.

"L'idée, à l'avenir, est que ce genre de projet soit répliqué" dans les plus de 300 marchés de la capitale pour les rendre autosuffisants en énergie, explique un responsable de la municipalité de Mexico, Bernardino Rosas.
https://www.connaissancedesenergies.org ... gie-170817

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 09 sept. 2017, 13:09

Mexique: Shell investira un milliard de dollars sur dix ans

AFP parue le 06 sept. 2017

Le géant pétrolier Royal Dutch Shell a annoncé qu'il investirait un milliard de dollars au Mexique durant la prochaine décennie, après y avoir ouvert mardi sa première station-essence.

Cet investissement dépendra du maintien des conditions du marché actuelles, a précisé l'entreprise dans un communiqué, ajoutant que cette somme sera consacrée à "l'expansion et l'amélioration du réseau de succursales".

La major pétrolière anglo-néerlandaise a ouvert mardi sa première station-essence dans le pays, à Tlalnepantla, dans la banlieue de Mexico, premier jalon de son futur réseau.

Il s'agit d'"un jalon pour Shell, cela montre notre engagement envers le Mexique, le cinquième plus important consommateur d'essence au monde. C'est un marché important et en croissance", a souligné Istvan Kapitany, vice-président des stations Shell.

Shell est le premier fournisseur d'essence de détail au monde, avec 43.000 stations dans 80 pays, fournissant près de 30 millions de clients chaque jour.

Outre le Mexique, Shell investit dans plusieurs autres marchés en développement, comme le Brésil, l'Inde, la Chine et l'Indonésie.

Le Mexique a adopté en 2014 une réforme de son secteur énergétique mettant fin au monopole de l'entreprise d'Etat Pemex, en vigueur depuis 1938. Elle a permis l'entrée sur le marché mexicain d'investisseurs étrangers et privés, notamment pour la commercialisation de carburant.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ans-170906

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 15 déc. 2017, 20:19

Mexique: le juteux marché de l'essence

Par Patrick John Buffe Publié le 15-12-2017

Depuis le début du mois de décembre, le Mexique a libéré les prix des carburants et il permet désormais aux entreprises privées d’ouvrir des stations-service. BP, Exxon-Mobil, ou encore Total s'arrachent le marché et installent petit à petit leurs logos dans tout le pays. Pemex, le groupe d'Etat, contrôle toutefois encore 82% des stations-service.

De notre correspondant à Mexico,


Jusqu’à fin novembre, les automobilistes n’avaient pas à se demander où ils allaient faire le plein car toutes les stations-service appartenaient à Pemex, la compagnie pétrolière mexicaine. Le prix du litre était donc le même partout. Mais avec l’entrée en vigueur de la réforme énergétique il y a quatre ans, il y a eu de profonds changements. Cela a été le cas avec le prix des carburants, qui vient d’être libéré il y a deux semaines, et avec l’ouverture du marché aux entreprises privées qui peuvent désormais vendre de l’essence à la pompe.

On voit donc apparaître toujours plus de nouvelles stations-service avec des logos appartenant à des compagnies nationales ou internationales comme la britannique BP, l'anglo-néerlandaise Shell, l'américaine Exxon-Mobil, ou encore la française Total qui est en train de s’installer au Mexique. Il y a déjà une trentaine de marques différentes qui contrôlent plus de 2 000 stations-service dans le pays, les 9 000 autres étant toujours aux mains de Pemex qui cherche à rester concurrentielle.

Un marché juteux

Le marché est prometteur. La production mexicaine de carburants n’étant pas suffisante pour approvisionner le pays, Pemex doit importer aujourd’hui plus de 60% de l’essence et du diesel que consomment les 43 millions de véhicules en circulation au Mexique. Si jusqu’à présent, Pemex était la seule à pouvoir distribuer de l’essence en stations-service, désormais les grandes compagnies étrangères peuvent aussi en importer. C’est déjà le cas d’Exxon Mobil. Elle est la première à vendre au Mexique de l’essence qu’elle produit elle-même aux Etats-Unis.

Il est vrai que dans la mesure où chaque compagnie peut établir le prix qu’elle veut, ça permettra au consommateur de choisir la station-service qui vend le litre le meilleur marché. Mais ça ne signifie pas pour autant que les prix vont baisser. Car avec la libéralisation du marché, ils varient désormais selon l’offre et la demande et selon les fluctuations internationales. En plus, il y a aussi des risques que les grandes compagnies s’arrangent entre elles pour manipuler le prix de l’essence.

Une aubaine pour le marché noir

Enfin, il y a aussi des rumeurs qui courent selon lesquelles il y aurait, d’ici la fin de l’année, une augmentation importante des prix du carburant, de l’ordre de 20%. Ce qui pourrait avoir de graves conséquences. Car une forte hausse des prix de l’essence pourrait inciter les automobilistes à être toujours plus nombreux à se tourner vers le marché noir. Celui qui est alimenté par le vol de combustibles, que le crime organisé pompe sur les oléoducs de Pemex et vend à un prix défiant toute concurrence !
http://www.rfi.fr/ameriques/20171215-me ... vice-pemex

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 02 juil. 2018, 07:51

Le candidat de gauche Lopez Obrador remporte la présidentielle mexicaine.
C'est l'ancien maire de Mexico.

https://www.romandie.com/news/Mexique-l ... 932589.rom

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 26 août 2018, 13:30

Inauguration du plus grand parc éolien du Mexique.
424 MW pour 600 millions de dollars, 123 turbines.
Mexico’s largest wind power plant to be inaugurated

August 12, 2018 evwind

It will prevent the emission of 739,000 tonnes of carbon dioxide into the atmosphere every year.

The project is the result of Mexico’s second long-term energy auction, which was conducted by the Secretariat of Energy (Sener) and the National Energy Control Center (Cenace) in September 2016.
A new wind farm that will be Mexico’s largest and one of the biggest in Latin America will be inaugurated Monday in Reynosa, Tamaulipas.

The US $600-million Reynosa I project will have the capacity to produce 424 megawatts (MW) of energy annually and supply electricity to 900,000 people.

Located on the Charco Escondido ejido (community lands) to the south of the northern border city, the 8,000-hectare wind farm was built by the Spanish firm Acciona Energy for the Mexican company Zuma Energía and has 123 turbines, each reaching 120 meters into the sky.
The company will eventually operate four other wind farms: Reynosa II, III and IV at the same site and Reynosa V at a different location 14 kilometers away.
https://www.evwind.es/2018/08/12/mexico ... nday/64211

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 11 déc. 2018, 07:37

Le Mexique veut construire une nouvelle raffinerie de pétrole.
Objectif de 340000 b/j de capacité pour 8 milliards de dollars.
Appels d'offre à partir de mars 2019

Tender For Mexico’s Tabasco Refinery To Start In March

By Irina Slav - Dec 10, 2018,

Mexico will start accepting bids for the construction of a new refinery, estimated to be worth US$8 billion by March next year, President Andres Manuel Lopez Obrador said, as quoted by Bloomberg.

Raising Mexico’s crude oil production and the amount that is refined locally is a top priority of Obrador’s program that aims to reduce dependence on imported fuels. The plan includes boosting local oil production to 2.4 million bpd by 2024. Mexico’s state oil company Pemex said last month it produced an average 1.76 million bpd of crude in October, down 7 percent from October last year. The country’s annual output has been on the decline since 2004, Bloomberg notes, due to field depletion and lack of investment in new production.

But the production boost is only one part of the plan. The other is a substantial increase in local refining capacity: the planned refinery will have a capacity of 340,000 bpd, which will make it the largest in the country. Yet the existing facilities also need attention: they have been operating at lower than average rates in recent months, hitting a record low of 25.7 percent in October on the back of shortages of light crude and technical difficulties at some refineries.
........
https://oilprice.com/Latest-Energy-News ... March.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 31 déc. 2018, 11:40

Le gouvernement passe par l'armée pour essayer de réduire les vols de carburant qui se comptent en milliards de dollars.
Mexican Army Starts Major Crackdown On Fuel Theft

By Tsvetana Paraskova - Dec 29, 2018

Mexico’s military have taken control over 58 key fuel installations in the country, including refineries, upon orders by new President Andres Manuel Lopez Obrador, who has vowed to fight corruption and fuel theft within and outside state-run energy company Pemex.

Lopez Obrador unveiled a plan on Thursday to increase the presence of military and the use of the army in fighting rampant fuel theft that has been costing Mexico’s state firm Pemex billions of dollars annually.

According to Pemex’s own estimates, the losses from fuel theft over the past three years have reached US$7.5 billion (147 billion Mexican pesos).

According to Lopez Obrador, authorities are also involved in widespread fuel theft.

“This is the theft of national assets, of public funds, of money that belongs to all Mexicans,” Reuters quoted Lopez Obrador as saying at a regular news conference on Thursday.

On Friday, the Mexican army took control of refineries of Pemex across the country, where unionized workers were blocking the access to some of the sites, UPI reports, citing the Excelsior newspaper.

Mexican media report that three officials at Pemex, suspected of having facilitated fuel theft, had already been arrested for the alleged crimes. The three Pemex officials have been sacked and will be facing criminal charges, Mexico’s Attorney General Alejandro Gertz Manero said at Lopez Obrador’s news conference on Thursday.

Pemex’s new management are aware of the fact that company employees have been complicit in fuel theft and moved to deal with the problem, Gertz Manero said.

Illegal taps on Mexican fuel pipelines jumped by 45 percent annually between January and October 2018, according to Pemex’s latest report on fuel theft.

Earlier this year, former Pemex chief executive Carlos Alberto Treviño Medina said that fuel theft was expected to cost the state oil company as much as US$1.78 billion (35 billion pesos) in 2018.

Apart from rampant fuel theft, Pemex also has to cope with declining domestic oil production, which hit in October one of the lowest monthly production rates since 1990 when records began.

By Tsvetana Paraskova for Oilprice.com
https://oilprice.com/Energy/Energy-Gene ... Theft.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 09 janv. 2019, 23:16

Suite du post au dessus.
Mexique: face à la pénurie d'essence, Lopez Obrador exhorte les Mexicains à rester calme

AFP le 09 janv. 2019

Le président Andres Manuel Lopez Obrador a exhorté mercredi les Mexicains à ne pas céder à la panique devant la pénurie d'essence causée par son offensive contre les vols de carburant par des groupes criminels.

Les pénuries ont été provoquées par la décision du gouvernement de fermer temporairement les oléoducs de la compagnie pétrolière d'Etat Pemex, a-t-il expliqué, pour empêcher les siphonnages par des groupes criminels qui ont coûté la bagatelle de 3 milliards de dollars en 2017 à l'Etat mexicain.

Ces pénuries ont valu de nombreuses critiques au président, qui avait fait campagne en promettant une essence moins chère.

Durant sa conférence de presse quotidienne, Lopez Obrador - qui a pris ses fonctions début décembre - a demandé aux Mexicains de ne pas aggraver la situation en paniquant.

"Nous allons résister à la pression. Je demande aux gens de nous aider. De quelle manière? En agissant de façon calme et prudente, sans paniquer, sans écouter les informations alarmistes et biaisées" a-t-il insisté.

"Il y a assez d'essence dans le pays ... Nous sommes en train de ramener l'approvisionnement à la normale" a ajouté celui que l'on surnomme AMLO.

Plus de 10.000 siphonnages ont été enregistrés en 2017 sur les canalisations de Pemex contre seulement 186 en 2012, selon des chiffres officiels.

Des gangs criminels pratiquent ces prélèvements illégaux et les revendent ensuite au marché noir, notamment dans l'Etat de Puebla (centre), épicentre du phénomène connu sous le nom de "Huachicol".

Selon les autorités, les criminels bénéficient de complicités au sein de l'entreprise nationale. M. Lopez Obrador a confirmé mardi que l'ancien chef de la sécurité de Pemex faisait l'objet d'une enquête pour vol de carburant.

Le gouvernement a ordonné à Pemex de transporter provisoirement l'essence par camions, ce qui ralentit les livraisons. L'armée a par ailleurs été déployée pour escorter l'acheminement du carburant et protéger certaines installations.

Les Etats du centre du pays, comme Guanajuato, Queretaro et Hidalgo, ainsi que celui de Jalisco (ouest) figurent parmi les plus touchés par ces pénuries, mais les autorités indiquent qu'il s'agit de la conséquence de la panique davantage que du manque d'approvisionnement.

Faute de carburant, certaines stations-service ont dû fermer ou limiter à 10 litres la quantité pouvant être achetée par les automobilistes.

Dans la capitale, de longues files d'attentes sont également visibles depuis mardi devant plusieurs d'entre elles.
https://www.connaissancedesenergies.org ... lme-190109

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59667
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 05 mars 2019, 22:27

Mexique: Moody's pointe l'impact de la criminalité sur l'économie

AFP
parue le 05 mars 2019

L'agence de notation Moody's a mis en garde mardi contre les conséquences de la violence et de la criminalité sur les performances des entreprises au Mexique, en particulier pour les secteurs cruciaux du pétrole et du tourisme.

"L'insécurité croissante, les vols et les mises en garde aux voyageurs affectent les résultats des entreprises mexicaines et leurs bénéfices", a déclaré le vice-président de Moody's, Alonso Sanchez.

Deuxième économie d'Amérique latine, après le Brésil, le Mexique fait face depuis plus d'une dizaine d'années à une vague de criminalité sans précédent, alimentée par les puissants cartels de la drogue.

Le lancement d'une offensive de l'armée contre ces cartels en 2006 a abouti à les fragmenter en cellules délictueuses, plus petites et plus violentes. Depuis cette date, 250.000 homicides ont été enregistrés, dont 33.334 pour la seule année 2018, un record.

Dans son rapport, l'agence de notation relève que l'intensification de la lutte contre la drogue a rendu le marché de la contrebande de pétrole plus attrayant pour les organisations criminelles.

Elle souligne que les coûts liés à l'insécurité pénalisent également des secteurs comme l'alimentation, le commerce de détail et les industries minières.

"Bien que l'augmentation de la criminalité a coïncidé avec la baisse des investissements dans certains États mexicains touchés par la violence, la plupart des États continuent d'afficher une croissance économique positive à l'échelle mondiale", a toutefois nuancé Matthew Walter, vice-président adjoint de Moody's.

La note de solvabilité financière du Mexique a récemment été dégradée par l'agence Standard & Poor's. L'agence Fitch a, quant à elle, dégradé en janvier la note de la compagnie publique de pétrole Pemex, ce qui a alimenté les craintes chez les investisseurs et entraîné une baisse du peso.

Le président mexicain, Andrés Manuel Lopez Obrador, premier président de gauche du pays, qui avait déjà qualifié les agences de notation de "charlatans", les a accusées mardi de n'avoir jamais mis en exergue les cas de corruption sous les gouvernements "néolibéraux" de ses prédécesseurs.

"Les agences de notation sont restées silencieuses tout le temps de cette corruption" au Mexique, "elles nous ont donné un 10/10", a-t-il dénoncé lors d'une conférence de presse.

En poste depuis le 1er décembre, Andrés Manuel Lopez Obrador bénéficie d'une importante cote de popularité au moment où il fêtera ses premiers 100 jours au pouvoir, dimanche.

Mais ses annonces de réforme du modèle économique pour s'attaquer à la pauvreté et à la corruption alimentent les craintes dans les milieux d'affaires.
https://www.connaissancedesenergies.org ... mie-190305

Répondre