Le Mexique

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
Alain75
Condensat
Condensat
Messages : 611
Inscription : 10 avr. 2006, 12:54

Re: Le Mexique

Message par Alain75 » 29 sept. 2009, 17:11

energy_isere a écrit :
ca fait 2.54/84 --> 3.0 % de la production mondiale.
Dont autour de 1 million pour les USs (quasi à égalité avec le Venezuela et l'Arabie Saoudite en fournisseurs, le Canada autour de deux) :

http://www.eia.doe.gov/pub/oil_gas/petr ... mport.html

Ça va faire un sacré choc, à la fois pour le Mexique et les USs ... :

Avatar de l’utilisateur
Alain75
Condensat
Condensat
Messages : 611
Inscription : 10 avr. 2006, 12:54

Re: Le Mexique

Message par Alain75 » 12 nov. 2009, 20:25

Certains au Mexique commencent à demander l'aide de casques bleus :
Call for U.N. peacekeepers on Mexico border
By Mark Stevenson - Associated Press

MEXICO CITY — Business groups in the Mexican border city of Ciudad Juarez said Wednesday they are calling for United Nations peacekeepers to quell the drug-related violence that has given their city one of the highest homicide rates in the world.

Groups representing maquiladora assembly plants, retailers and other businesses said they will submit a request to the Mexican government and the Inter American Human Rights Commission to ask the U.N. to send help.

"This is a proposal ... for international forces to come here to help out the domestic (security) forces," said Daniel Murguia, president of the Ciudad Juarez chapter of the National Chamber of Commerce, Services and Tourism. "There is a lot of extortions and robberies of businesses. Many businesses are closing."

The government has sent more than 5,000 soldiers to the city across the border from El Paso but killings, extortions and kidnappings continue.

Ciudad Juarez has had 1,986 homicides through mid-October this year — averaging seven a day in the city of 1.5 million people.

"We have seen the U.N. peacekeepers enter other countries that have a lot fewer problems than we have," Murguia said.

The groups appeared to be motivated by a sense of desperation and deep disappointment with the government's efforts to control crime in the city.


Soledad Maynez, president of the Ciudad Juarez Association of Maquiladoras, said the joint police-army operation to quell killings and crime have yielded no results.

Maynez said business and civic groups want U.N. peacekeepers or advisers in Ciudad Juarez.

"What we are asking for with the blue helmets (U.N. peacekeepers) is that we know they are the army of peace, so we could use not only the strategies they have developed in other countries ... but they also have technology," Maynez said.

Mexican troops have both helped train new local police recruits and taken on some patrolling tasks in the city.

But a turf battle between rival drug gangs has not yielded, and extortionists and thieves — some probably related to the drug cartels — have taken advantage of the situation to target businesses. Maynez said thousands of shops, stores and other firms have closed or moved out of the city because of the situation.

Maynez said the United States could also contribute to the solution, adding that the U.S. might be forced to in its own interests.

"We know that sooner or later, the violence will spill over into our sister city of El Paso, Texas," he said.
http://www.mysanantonio.com/news/mexico ... epers.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59105
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 26 nov. 2010, 17:20

Le Mexique va mettre trois champs de pétrole aux enchéres en Fevrier 2011 afin d' attirer des investisseurs pétrolier internationaux.

Ceci n' avait pas été pratiqué depuis des décennies a uMexique.
Mexico to launch historic oil auction in February

Nov 26, 2010
Mexico will kick off its first auction in decades of oil field operation rights next February, taking a tentative step toward opening up a sector that was nationalized in 1938.

State oil monopoly Pemex said on its website it would offer three blocks off onshore mature oil fields it hopes can be redeveloped with modern technology and know-how to maximize the recovery of the oil still locked in the earth.

The auction is the first of new contracts permitted under reforms to Mexican energy legislation enacted in late 2008 to turn around the struggling industry, which saw production dive by nearly a quarter between 2004 and 2009.

Although the contracts do not grant private companies ownership over the oil and gas they produce they do represent a significant break with Mexico's long-held reluctance to allow international oil companies to operate in the country.

Mexico, the world's No. 7 oil producer, relies on crude oil exports to fund around a third of the federal budget but years of underinvestment in exploration have left it with few options to quickly replace production capacity lost at its aging oil fields such as the super-giant Cantarell complex.

Bids on the new contracts will be received in the first week of July after roadshows in Houston, Calgary and London.

Pemex missed several self-imposed deadlines to complete work on the contracts.

"Its good that they have finally got to this point. We've still not seen the fine print, and that's where problems my lie, but after two years of waiting we are finally making progress," said a Mexico City-based executive at an international oil firm.

Three more rounds of auctions are planned by Pemex for mature fields and for parts of its challenging Chicontepec project and deepwater exploration blocks. No dates have been set yet.

International investors may be disappointed by the first round, however, due to the small size of the fields on offer and ongoing uncertainty over the legality of the contracts due to a challenge to the regulations in the country's Supreme Court.

International oil giants like Exxon Mobil Corp, BP Plc and Repsol have been eyeing Mexico closely although some analysts believe smaller firms may be more interested in the first round due to the small size of the fields on offer.

Oil and gas reserves in the three blocks total just over 300 million barrels of oil equivalent, a tiny fraction of Mexico's reserve base. One field is completely shut down while the other two blocks currently pump about 14,000 barrels per day of oil.
http://www.moneycontrol.com/news/world- ... 01560.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59105
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 09 déc. 2010, 13:35

PEMEX prévoit déjà pour 2011 une 7 iéme annéee consécutive de baisse de leur production de pétrole.

Passerait de 2.58 millions de b/j en 2010 à 2.55 millions de b/j en 2011

Difficultés à trouver des investisseurs pour faire de nouveaux développements.

Mexico May Extend Oil Output Declines for 7th Year

December 08, 2010

Dec. 8 (Bloomberg) -- Petroleos Mexicanos, the state-owned oil company, is likely to post a seventh straight year of output declines in 2011 after the company faced delays to attract private investment for exploration projects.

Output will likely average 2.55 million barrels a day next year, down from 2.58 million in 2010, Mexican Energy Minister Georgina Kessel said today in an interview. “From there on, we’ll continue to increase, very gradually, our production,” said Kessel, who is also chairwoman of the state-owned

................
http://www.businessweek.com/news/2010-1 ... -year.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59105
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 19 août 2011, 21:26

Mexique/pétrole : fin du monopole d'état sur le brut

19 Aout 2011 Leblogfinance

Petite révolution au Mexique !

La compagnie pétrolière d'Etat mexicaine Pemex a annoncé jeudi avoir accordé à des compagnies britannique et mexicaine privées trois contrats d'exploitation et de production.

Le pays met ainsi fin au monopole d'Etat établi pour l'extraction de brut qui prévalait depuis 1938
.

Les contrats concernent des champs d'ores et déjà opérationnels, situés dans l'Etat de Tabasco.

Selon Juan Jose Suarez Coppel, directeur général de la Pemex, leurs réserves atteignent 207 millions de barils.

Selon les termes d'un des accords, la compagnie britannique Petrofac Facilities Management Limited est autorisée à mener des travaux d'exploitation et de production sur les 771 puits du champ de Magallanes et les 225 puits du champ de Santuario.

La mexicaine Administradora en Proyectos de Campos, basée à Monterrey conduira quant à elle ses opérations à Carrizo (43 puits).

Image

Plus de 17 compagnies avaient répondu à l'appel d'offres lancé en mars dernier par Pemex, l'objectif étant de faire évoluer la production dans ces champs de 15.000 barils par jour à 55.000 b/j.

A terme, 33 appels d'offres pour l'exploitation des 200 champs matures existants dans le pays devraient bénéficier du nouveau système de contrat, plus favorable à l'initiative privée.

Mi-avril, la branche Exploration et Production de Pemex a annoncé différents appels d'offres visant à augmenter ses niveaux de production. Les premiers concernent la construction de 50 plate-formes dans les deux prochaines années, projets qui représentent un investissement de 5 Mds USD. Le lancement des appels d'offres devrait se faire pour mi-2012.

Selon les estimations du groupe pétrolier, 60% des réserves du pays se trouveraient dans les eaux profondes du Golfe du Mexique.

A l'heure actuelle, Pemex cherche à développer de nouvelles capacités techniques de manière à faire progresser la production mexicaine de brut. Cette dernière demeure quasi stable à 2,5 millions de b/j en 2010, après une chute depuis plusieurs années.

Rappelons que le pétrole est la principale source de revenu de l'Etat du Mexique, représentant en 2010 53,8 milliards de dollars. Toutefois, une grande partie de son essence est importée des Etats-Unis, suite à la pénurie de capacités de raffinage qui prévaut dans le pays.

Le Mexique demeure le septième producteur mondial de brut et le deuxième exportateur latino-américain.

En effet, selon un rapport du ministère du commerce des États-Unis, Pemex a augmenté ses ventes de pétrole de 40% lors du premier semestre 2011, totalisant 207 millions de barils vendus. Une hausse qui permet au Mexique de se placer comme le deuxième fournisseur de pétrole des États-Unis, juste derrière le Canada (378 millions de barils) et avant l'Arabie Saoudite (202 millions de barils), le Venezuela arrivant en quatrième position avec 197 millions de barils vendus.

La vente du pétrole a permis à l'entreprise Pemex de récolter 19,7 milliards de dollars entre janvier et juin 2011.

Sources : AFP, Ubifrance, Presse mexicaine
http://www.leblogfinance.com/2011/08/me ... -brut.html

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5192
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Le Mexique

Message par Raminagrobis » 27 nov. 2011, 12:57

lien

on dit souvent que le pétrole est une drogue. Les cartels mexicains semblent le penser, puisqu'ils se diversifient dans ce nouveau produit. Les cartels s'emparent de puits, volent du pétrole et des produits raffinés, ils ont même des oléoducs clandestins. Le pétrole est revendu au texas via des intermédiaires peu scrupuleux.

A noter une belle boulette dans l'article :
Tout commence dans l’immense complexe pétrochimique de Burgos, exploité par Pemex, qui s’étend sur 70 000 kilomètres carrés au nord du Mexique,
Soit la surface des pays bas + la belgique :mrgreen:
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59105
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 06 déc. 2011, 15:23

Le Mexique découvre un gros gisement de gaz sur son territoire

06 Dec 2011 Enerzine

Pemex (Petróleos Mexicanos), l'entreprise publique mexicaine chargée de l'exploitation du pétrole a confirmé la semaine dernière, la présence d'un gisement de gaz en eaux profondes dans le golfe du Mexique avec un potentiel de réserves d'environ 11,3 milliards de mètres cubes.
Des tests concluants de production menés par la PEMEX dans le puits d'exploration Nen 1 situé à 113 km au nord-est de Coatzacoalcos, dans l'Etat de Veracruz (sud-est du Mexique) montrent ainsi le grand potentiel de la région en gaz naturel. La production journalière est estimée à 765.000 m3 par jour.

Pemex indique également avoir foré le puits à une profondeur totale de 4.350 mètres, dans une profondeur d'eau de 1.493 mètres, avec l'aide de la plate-forme semi-submersible "Centenario".

L'objectif initial des forages était d'obtenir des informations lithologiques, sédimentologiques et pétrophysiques de la colonne géologique de la région dans une zone appartenant au Miocène inférieur et moyen, qui avait déjà dévoilé du gaz dans les puits de production Noxal, Lalail, Leek, Lakach et Piklis.
http://www.enerzine.com/12/13092+le-mex ... oire+.html

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5192
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Le Mexique

Message par Raminagrobis » 21 janv. 2012, 21:43

lien en 2011 la production mexicaine a encore baissé, mais pas de beaucoup : seulement -1%.

Cependant c'est la 7e année consécutive de déclin, et ils dépensent énormement en E&P.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5192
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Le Mexique

Message par Raminagrobis » 30 avr. 2012, 00:51

lien La Pemex encore et toujours critiquée au Mexique.

Au centre de la polémique : Le bassin de tight oil de Chicontepec, ou 9 milliards de dollars (près de 7 milliards d'euros, en VO, 110 milliards de pesos) ont été dépensé, pour une production très en deçà des objectifs : seulement 65 000 b/j à l'heure actuelle. Même si la production augmente graduellement, on est en droit de se demander si tout celà ramènera un seul peso de bénéfice.

Au début du projet, l'objectif affiché était de produire 860 000 b/j en ... 2007 !
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7693
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: Le Mexique

Message par phyvette » 07 sept. 2012, 20:36

Le Mexicain Pemex est contraint de réduire les fournitures de gaz naturel à ses plus gros clients industriels jusqu'à 45%, et doit recourir à des importations exceptionnelles des États-Unis, provenant du boom américain du gaz de roches mères. Les Mexicains parle même de pénurie de gaz naturel.

Lien
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59105
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 08 sept. 2012, 11:36

phyvette a écrit :Le Mexicain Pemex est contraint de réduire les fournitures de gaz naturel à ses plus gros clients industriels jusqu'à 45%, et doit recourir à des importations exceptionnelles des États-Unis, provenant du boom américain du gaz de roches mères. Les Mexicains parle même de pénurie de gaz naturel.

Lien
je lis :
......U.S. exports by pipeline to Mexico reached an all-time high of 52.2 billion cubic feet in May as yields from shale formations drove U.S. output.
.....
les US exportent au Mexique 52.2 milliards de pieds cube par mois soit 1.5 milliards de m3 par mois ou 18 milliards de m3 de Gaz par an.

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5192
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Le Mexique

Message par Raminagrobis » 08 sept. 2012, 11:49

lien Petite découverte en offshore très profond au Mexique. Un gisement de petite taille, et par 2500 mètres d'eau, ça me oarait douteux comme rentabilité.

C'est néanmoins remarquable car c'est la première découverte mexicaine dans la "perdido fold belt", un bassin qui s'étend au milieu du golfe de mexique, à cheval sur les eaux Etats-uniennes et mexicaines. Les Américains ont déjà quelques découvertes importantes dans leur propre partie de ce bassin, qui ont pour nom Trident, Baha, great White, ou encore Diamondback.

C'est, comme au brésil, du subsalt, c'est à dire que les gisements sont cachés sous une strate de sel.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5192
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Le Mexique

Message par Raminagrobis » 05 oct. 2012, 23:34

lien apparemment une autre petite découverte dans la perdido oil belt (125 Mb).
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59105
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 14 juil. 2013, 13:46

Pourquoi le Mexique est devenu la nouvelle Chine

La hausse des coûts salariaux chinois a fait du Mexique la nouvelle usine de l'Amérique.


Créé le 11-07-2013 Challenges

Paru au début de l’été, un rapport du Boston Consulting Group (BCG) annonce un bouleversement majeur dans l’industrie mondiale. D’ici à 2015, "les coûts de production totaux au Mexique seront inférieurs de 6% à ceux de la Chine". Traditionnelle arrière-cour des lignes d’assemblage des Etats-Unis, le Mexique avait vu les investissements étrangers dégringoler après l’adhésion de la Chine à l’OMC en 2001. Mais celle-ci ne pouvait rester l’éternelle usine du monde. Entre 2005 et 2010, les salaires chinois ont augmenté en moyenne de 19% par an, pendant que les Mexicains se serraient la ceinture. Résultat, souligne Harold Sirkin, du BCG, "les produits américains contiennent en moyenne 36% de composants mexicains, contre 7% pour les chinois". Mieux, Chrysler utilise désormais son usine mexicaine pour la production qu’il destine… à la Chine.

Leçon n° 1: Compétitivité
Si l’industrie américaine s’appuie sur le Mexique, c’est en raison de ses salaires modérés, mais aussi, selon l’OCDE, parce que le pays a une compétitivité boostée par "une hausse du niveau de formation et d’une productivité qui a crû de 4% par an dans l’industrie depuis 2009". Si l’on tient compte de la productivité, les courbes se sont déjà croisées.

Leçon n° 2: Proximité
Avec 3 200 kilomètres de frontières en commun et un accord de libre-échange signé en 1994, le Mexique est la vraie arrière-cour de l’économie des Etats-Unis. Les délais de livraison sont de deux jours en moyenne depuis le Mexique, contre vingt et un depuis la Chine.

Leçon n° 3: Tonicité
Avec 44 accords de libre-échange, le Mexique est bien plus mondialisé que la Chine (18 accords). L’industrie mexicaine monte en gamme avec des clusters qui attirent les multinationales souhaitant inonder le marché américain. Depuis 2012, les exportations mexicaines s’accroissent plus vite que celles de la Chine, qui se replie sur son marché intérieur.
http://www.challenges.fr/industrie/2013 ... chine.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59105
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Mexique

Message par energy_isere » 14 août 2013, 12:21

Le Mexique lance sa révolution énergétique

14 Aout 2013 Le Figaro

Le président Enrique Pena Nietro propose d'ouvrir l'exploitation d'hydrocarbures aux investissements étrangers et privés.Le président propose d'ouvrir l'exploitation d'hydrocarbures aux investissements étrangers et privés.

Le Mexique est-il en train d'engager sa nouvelle révolution? Le président Enrique Pena Nieto, du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI), en a annoncé les prémices avec une réforme de la Constitution qui permettra à des entreprises étrangères d'intervenir dans le secteur énergétique du pays. Le monopole de la compagnie nationale, la Pemex, serait ainsi remis en cause, alors qu'il représente l'un des points fondamentaux que le PRI défend depuis plus de quatre-vingts ans: l'exclusivité de la compagnie nationale sur l'ensemble des activités d'extraction d'hydrocarbure depuis 1936.

Quelque 35% des recettes de l'État dépendent directement de la Pemex. Mais la production ne cesse de chuter, faute de capacités d'investissements. La nationalisation de l'exploitation des hydrocarbures dans les années 1930 fut l'un des principaux marqueurs du pouvoir du PRI, qui a dirigé le pays pendant soixante-dix ans, jusqu'à la victoire du PAN (Parti de l'action nationale) en 2000. Mais jamais le PAN n'a osé toucher au statut de la Pemex, craignant la capacité de mobilisation du principal syndicat pétrolier qui, depuis des années, est en situation de cogestion dans la compagnie pétrolière nationale.

Depuis des années, l'entreprise est même dirigée selon la seule logique des comptes de l'État et non du développement industriel ou du maintien de la production. «Pemex est un monopole d'État qui n'est pas dirigé par les cadres de l'entreprise mais par le ministère des Finances, explique Isabelle Rousseau, enseignante au Colegio de Mexico et chercheuse associé au Ceri et à Sciences Po. Les recettes sont captées à 100% par l'État et elles représentent 35% des recettes fiscales. La Pemex doit s'endetter pour investir à cause de cette ponction de l'État. La production a beaucoup baissé récemment, pour passer de 3,4 millions de barils par jour en 2004 à 2,5 millions BPJ en 2010».
Le président Pena Nieto rejette les soupçons des détracteurs de la réforme, qui l'accusent de vouloir privatiser l'extraction pétrolière. «Le pétrole et d'autres hydrocarbures continueront à faire partie du patrimoine exclusif de la nation… Et la Pemex continuera à être 100% propriété de la nation».

Cette réforme semble s'imposer à l'heure où les coûts d'exploitation de nouvelles ressources énergétiques explosent. Les explorations en eaux profondes demandent une capacité d'investissement que la Pemex ne peut assurer. L'appel à des capitaux étrangers devrait permettre d'élargir les recherches et notamment de développer l'exploitation de l'huile et du gaz de schiste sur le territoire mexicain.
http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2013 ... etique.php

Répondre