La Finlande

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

La Finlande

Message par energy_isere » 08 janv. 2006, 10:17

http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0 ... 321,0.html
La "guerre du gaz" russe a relancé le débat nucléaire en Allemagne et en Finlande

a crise gazière russo-ukrainienne du début de l'année a relancé en Finlande et en Allemagne le débat sur l'énergie nucléaire. Ce conflit "montre que nous devons toujours miser sur les sources d'énergie disponibles en Allemagne", a déclaré, lundi 2 janvier, le ministre allemand de l'économie, Michael Glos, de l'Union chrétienne-sociale (CSU) bavaroise, avant d'ajouter : "Je voudrais avant tout rappeler une fois de plus que nous avons des centrales nucléaires en Allemagne." M. Glos a réaffirmé, mercredi 4 janvier, que cette crise devait être l'occasion de "réfléchir à la façon dont nous pouvons sécuriser davantage à long terme notre fourniture en énergie avec des ressources disponibles en Allemagne".


"Personne ne peut miser sur l'atome pour la sécurité et l'indépendance de l'approvisionnement en énergie dans l'avenir", lui a rétorqué, jeudi, le ministre social-démocrate (SPD) de l'environnement, Sigmar Gabriel. Une loi adoptée par l'ancienne majorité SPD-Verts prévoit la sortie progressive du nucléaire d'ici à 2020. Cette énergie représente 30 % de l'électricité consommée en 2004.


DE NOUVEAUX RÉACTEURS


Signé à l'automne, le contrat de coalition entre les unions CDU-CSU — qui voulaient prolonger davantage les centrales — et le SPD a finalement opté pour le statu quo. "La réglementation sur la sortie du nucléaire ne peut être modifiée", a rappelé, jeudi, la chancelière, Angela Merkel (CDU), soucieuse de couper court à la polémique.

La Finlande, premier pays européen à relancer le nucléaire depuis l'accident de Tchernobyl en 1986, n'a pas dit son dernier mot. Alors qu'elle a entamé, à l'automne 2005, la construction de son cinquième réacteur nucléaire, Olkiluoto 3, les industriels commencent déjà à parler de la nécessité d'un sixième réacteur pour "remplacer l'importation d'énergie de Russie par une production nationale". Environ 15 % de la consommation annuelle d'électricité sont importés, essentiellement des centrales nucléaires russes et des centrales hydrauliques suédoises.

La question de l'indépendance énergétique est d'autant plus sensible que, pour le gaz naturel, qui représente 11,4 % de sa consommation énergétique , la Finlande dépend exclusivement des importations du géant russe Gazprom, qui possède par ailleurs 25 % de Gasum, l'importateur finlandais de gaz naturel. La Finlande est le seul pays de l'UE à dépendre d'un seul gazoduc pour son approvisionnement, rapporte le journal Demari. Elle n'a pas de capacité de stockage et dépend à 100 % du gaz russe.

Adrien de Tricornot et Olivier Truc
Article paru dans l'édition du 08.01.06

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Finlande

Message par energy_isere » 16 août 2006, 19:20

L' opposition en Finlande veut prendre l' exemple de la Suéde :
Opposition leader: free Finland of oil dependency

Opposition Leader Jyrki Katainen says Finland should break free from its dependency on oil.

The chair of the National Coalition Party says he backs Finance Minister Eero Heinäluoma’s proposal which seeks to rid Finland of its oil dependency by the year 2030.

If the proposal is passed, Finland would follow in the footsteps of Sweden - the first country in the world to establish guidelines for replacing oil as a main energy source.

Katainen adds that Finland should invest in research and strive to become a bioenergy superpower.
source energybulletin : http://www.energybulletin.net/19307.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Finlande

Message par energy_isere » 27 oct. 2006, 21:16

Le retard du réacteur nucléaire EPR finlandais provoque des tensions
LE MONDE / 25.10.06

Qui blâmer pour le retard d'un an pris par le chantier du réacteur nucléaire de troisième génération EPR, construit sur le site d'Olkiluoto, en Finlande, par Areva ? Le groupe français et l'Agence finlandaise de sûreté nucléaire (STUK) se renvoient la balle, et les associations écologistes comptent les points.

Les Finlandais font confiance à leurs autorités. Je ne crois pas qu'ils ont encore réalisé qu'ils vont en partie devoir payer les retards accumulés par le réacteur. Mais ça viendra", assure Lauri Myllyvirta, de la section finlandaise de Greenpeace. Selon lui, la stratégie du gouvernement pour répondre aux critères de Kyoto de réduction des gaz à effet de serre repose essentiellement sur ce réacteur de 1 630 mégawatts. "Il est donc peu probable qu'il reconnaîtra la moindre erreur, d'autant qu'il y a des élections législatives en mars 2007", estime M. Myllyvirta. Actuellement, le débat porte plutôt sur l'opportunité de construire un sixième réacteur nucléaire, réclamé par l'industrie finlandaise.

La première phase du chantier d'OL3, nom officiel du réacteur EPR, qui sera le troisième réacteur en activité sur le site d'Olkiluoto, a rencontré des difficultés imprévues, a confirmé un rapport rendu public par STUK en juillet. Des anomalies dans la composition du béton utilisé pour la dalle du réacteur ont notamment entraîné l'arrêt des travaux, l'hiver dernier. Plus poreux, ce béton pourrait rendre plus vulnérables à la corrosion les structures métalliques qui le traversent. Fin février, un rapport avait confirmé la moindre résistance du béton, mais ses conclusions étaient toutefois que sa résistance finale resterait supérieure aux spécifications de départ, "avec une bonne marge".

STUK évoque aussi des "problèmes rencontrés dans la fabrication des principaux composants". L'agence finlandaise, qui regrette un manque de contrôle exercé sur les sous-traitants, rapporte l'explication donnée par Areva : "Si l'on considère l'échelle de ce projet, premier du genre, les problèmes ayant provoqué ces retards ne sont pas inhabituels."

"Areva manquait peut-être d'expérience dans les travaux publics", estime Seija Suksi, directeur de l'enquête sur OL3 à STUK, avant d'ajouter : "Il est bien sûr dommage qu'Areva se soit fait les dents sur la Finlande." "Quand on voit les erreurs réalisées sur des travaux a priori peu complexes, on peut s'attendre à de sérieux problèmes quand on passera aux choses sérieuses", s'inquiète Greenpeace.


"ENQUÊTE APPROFONDIE"


Sans nier la défaillance de sous-traitants finlandais et français, Areva pointe la lenteur de la procédure de certification suivie par STUK. Le groupe français, qui vient de s'allier au japonais Mitsubishi pour "compléter sa gamme" en concevant un réacteur inspiré de l'EPR, mais n'excédant pas 1 000 mégawatts, a été contraint de constituer des "provisions significatives" dans ses comptes pour anticiper des surcoûts liés aux délais.

Par ailleurs, la Commission européenne a indiqué, mardi 24 octobre, avoir lancé une "enquête approfondie" afin d'établir si la garantie accordée par la France en faveur d'un prêt de 570 millions d'euros par un consortium bancaire à la compagnie finlandaise d'électricité TVO pour l'achat de l'EPR est compatible avec les règles de la concurrence. Cette garantie, apportée par la Coface, a-t-elle favorisé le projet d'Areva ? Le groupe français se défend d'avoir bénéficié d'avantages indus. La garantie, notifiée à la Commission, est, selon lui, conforme à la réglementation européenne.

Olivier Truc (à Stockholm) et Hervé Morin

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Finlande

Message par energy_isere » 10 août 2007, 20:40

Nouveaux retards dans la construction de l'EPR en Finlande

LEMONDE.FR | 10.08.07

Le groupe d'électricité finlandais Teollisuuden Voima Oy (TVO) a indiqué, vendredi 10 août, que la construction du réacteur nucléaire EPR en Finlande était de nouveau retardée : son exploitation commerciale ne devrait pas débuter avant 2011, soit deux ans après la date initialement fixée.

Le consortium franco-allemand Framatome ANP Areva-Siemens, chargé de la construction, a expliqué ce retard par des "obligations de sécurité plus exigeantes que ce qu'il avait anticipé", indique TVO. Il aurait notamment fallu renforcer "le coffrage du réacteur dans l'éventualité de la chute d'un avion". La question des normes de sécurité, liée à la volonté de transparence du gouvernement finlandais, est depuis le début au cœur des problèmes de calendrier : l'Autorité de sûreté nucléaire finlandaise (STUK) a relevé lors de ses nombreux contrôles des centaines de défauts techniques et fait procéder à autant de modifications depuis le début du chantier en 2005.

Selon le nouvel échéancier fourni par le consortium, les principaux travaux de construction civile se poursuivront jusqu'à l'hiver 2009 au lieu de l'été 2008, ce qui repoussera "vraisemblablement" le début des opérations commerciales du réacteur à 2011, après un premier report à fin 2010, indique TVO. Le groupe d'électricité se dit "déçu que le fournisseur ne fasse connaître que maintenant le temps dont il pense avoir besoin pour achever les travaux civils".


UN DÉLAI RECORD INITIALEMENT PRÉVU

D'un coût initial d'environ 3 milliards d'euros, le réacteur EPR doit permettre d'augmenter l'indépendance énergétique de la Finlande, qui importe aujourd'hui 70 % de sa consommation. Conçu pour une durée de vie minimale de 60 ans, le réacteur a une puissance de 1 600 MW, un peu supérieure à celle des réacteurs de la génération précédente. Pour obtenir ce contrat face aux groupes américains et russes, le consortium franco-allemand s'était fait fort de livrer la centrale dans un délai record de quatre ans.

Mais depuis, les retards se sont multipliés, alimentant les critiques des mouvements écologistes sur les "dangers" de ce réacteur. Chaque incident a nourri la campagne anti-EPR de Greenpeace et du réseau Sortir du nucléaire, qui s'appuient sur les difficultés du projet finlandais pour réclamer l'arrêt du chantier de l'EPR de Flamanville en France, dont Areva devrait démarrer le chantier à la fin de l'année.

Ces retards ont déjà obligé Areva à provisionner des pénalités de 500 à 700 millions d'euros, selon les analystes. Le groupe français est aussi candidat à la construction de deux EPR en Chine, pour lesquels un contrat devrait être signé sous peu, ainsi qu'aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Finlande

Message par energy_isere » 28 avr. 2008, 13:21

La Finlande envisage un nouveau réacteur nucléaire

L'électricien finlandais TVO (Teollisuuden Voima Oyj) a présenté vendredi une demande d'autorisation de principe au Conseil d'Etat finlandais, pour la construction d'un quatrième réacteur nucléaire pour la centrale de Olkiluoto, dans le Sud-Ouest du pays.
Cette nouvelle unité permettrait de réduire la dépendance à l'égard des importations, tout en garantissant une "augmentation raisonnable des prix de la production d'électricité de base" met en évidence TVO dans un communiqué.

Un récent rapport de l'office finlandais des industries énergétiques démontrait que plusieurs milliers de mégawatts additionnels d'électricité seraient nécessaires au pays d'ici 2020. Selon TVO, l'opinion publique finlandaise a largement évolué sur la question du nucléaire, acceptant l'idée de la nécessité de construire de nouvelles capacités.

TVO compte sur son expérience en termes d'exploitation, de développement et de construction de centrales nucléaires depuis plus de 30 ans pour se voir accorder cette autorisation.

Les infrastructures existantes à Olkiluoto, y compris la gestion des déchets nucléaires créeront des effets de synergie importants, estime par ailleurs M.Simola, Président de TVO.

Le processus d'autorisation amorcé vendredi nécessitera plusieurs années à travers plusieurs étapes. Le futur réacteur envisagé par TVO pourrait être soit à eau bouillante, soit à eau pressurisée, de type réacteur à eau légère comme le sont les unités déjà en activité en Finlande.

Selon le réacteur choisi, l'unité disposera d'une capacité comprise entre 1 000 et 1 800 MW.

Selon TVO, il en existe plusieurs types susceptibles de répondre aux exigences de la législation finlandaises. Dans le cadre de cette demande d'autorisation de principe, TVO a soumis à l'Autorité de sûreté nucléaire et de radiation des études de faisabilité pour 5 projets différents.

Les coûts de l'investissement sont estimés à 3 ou 4 milliards d'euros.

Si tout se passe comme prévu, Olkiluoto 4 pourrait être construite à proximité des unités Olkiluoto 1 et 2 durant les années 2010, pour une mise en service envisagée pour la fin de la décennie.

Enerzine

Krom
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2297
Inscription : 19 juin 2006, 17:51
Localisation : Lausanne, Rock City

Re: La Finlande

Message par Krom » 28 avr. 2008, 15:07

energy_isere a écrit :
Cette nouvelle unité permettrait de réduire la dépendance à l'égard des importations, [...]
Ils ont de l'uranium, en Finlande?

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Finlande

Message par energy_isere » 28 avr. 2008, 19:14

Krom a écrit :
Ils ont de l'uranium, en Finlande?
Chuttt, ne casse pas les mythes. :lol:

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Finlande

Message par energy_isere » 27 juin 2008, 20:17

Cauchemar pour la vitrine du nucléaire (EPR Finlandais)

En Finlande, les Français d'Areva construisent la première centrale «troisième génération» du monde. Mais le projet a pris deux ans de retard et son budget a dérapé. Reportage.


Eric Albert, envoyé spécialà Olkiluoto (Finlande)
Vendredi 27 juin 2008
http://www.letemps.ch/template/opinions ... cle=234964

.....La construction devait prendre quatre ans et demi. Elle en prendra au moins sept. Elle devait coûter 3milliards d'euros. Elle en coûtera probablement entre 4,5 et 5 milliards, même si Areva refuse de confirmer ces chiffres.......

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Finlande

Message par energy_isere » 22 août 2008, 19:52

Dans le Financial Times , il est dit que le dérapage finacier pour l' EPR en Finlande serait déjà d' au moins 1 milliard d' Euro .....

Areva reactor project given all-clear

Areva’s troublesome EPR reactor project in Finland on Wednesday received a clean bill of health after welding work overseen by Bouygues, the French nuclear group’s subcontractor, was last week called into question.

Petteri Tiippana, assistant director of STUK, the Finnish nuclear safety authority, said that a government-commissioned inquiry into quality and safety allegations made by the environmental lobby group Greenpeace had found no evidence of transgressions.

On the 35 load-bearing welded joints inspected by STUK, “the welding procedures, the qualification of the welders, the welds themselves are well done”, he said.

On the thousands of non-load bearing joints which are not inspected by STUK, “the welds were made by qualified welders and systematic inspections were made”, he went on to point out.

Mr Tiippana also refuted allegations made in a television documentary broadcast last week that Bouygues employees had been banned from discussing safety concerns.

The inquiry found no such rules and STUK inspectors had not had any problems discussing safety with them. However, workers had to seek approval before talking to anyone off-site, such as journalists.

STUK said it had been convinced by the Bouygues project manager “that all employees are obliged to report ... any safety-related deviances.

“Deviances are documented and fixed according to the quality system.”

STUK said it would check this documentation.

Bouygues said on Wednesday that the issue was now closed and it would not comment further.

Nonetheless, the controversy was taken seriously by the French construction group, which this summer was criticised along with power utility EDF for organisation of work on concrete reinforcement in a EPR reactor which is being built in Normandy.

Areva said it was delighted with STUK’s public statement as “delivering a safe EPR reactor is an absolute priority for us”.

Finland’s Olkiluoto3 EPR reactor is being built by a consortium led by Areva.

It is the world’s first so-called third-generation nuclear reactor, an Areva design and the group’s first turnkey project, has been fraught with problems and is currently running two years late and at least €1bn ($1.47bn) over budget.
http://www.ft.com/cms/s/0/f559e1c4-6edf ... ck_check=1

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Finlande

Message par energy_isere » 17 oct. 2008, 13:14

Nouveaux retards et surcoûts pour l'EPR finlandais d'Areva

PARIS/HELSINKI (Reuters) - L'opérateur finlandais Teollisuden Voima (TVO) annonce que le démarrage de l'EPR finlandais Olkiluoto 3 (OL3) est reporté à 2012 et indique que ce nouveau report entraînera des coûts supplémentaires pour son partenaire français Areva.

"Le démarrage commercial est maintenant estimé à 2012 et le retard est dû à la construction béton", a déclaré à Reuters le directeur du projet chez TVO, Jouni Silvennoinen.

Plusieurs quotidiens économiques avaient évoqué vendredi la possibilité d'un nouveau retard .

Personne n'était disponible dans l'immédiat chez Areva pour commenter ces informations.

L'EPR finlandais devait initialement entrer en service en 2009, selon le contrat liant TVO au consortium composé d'Areva et de l'allemand Siemens, et la facture totale pourrait selon Les Echos atteindre 4,5 milliards d'euros au lieu des trois milliards initialement prévus.

Areva avait annoncé fin août une nouvelle provision inscrite sur le chantier OL3 en raison de surcoûts pour tenir le calendrier et de difficultés des sous-traitants, sans en préciser le montant.

Le réacteur EPR finlandais doit être le premier de ce type à entrer en service dans le monde. La mise en service de l'EPR français de Flamanville (Manche) est quant à elle prévue pour 2012.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Finlande

Message par energy_isere » 19 déc. 2008, 18:56

Areva: nouveau surcoût pour le réacteur EPR en Finlande

Le groupe nucléaire français Areva a annoncé, vendredi dans un communiqué, un nouveau surcoût pour la construction du réacteur EPR de troisième génération en Finlande, entraînant une baisse de ses bénéfices en 2008.

Boursorama

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Finlande

Message par energy_isere » 12 mai 2009, 20:04

La saga Nordique d' AREVA continue :
EPR finlandais : les déboires s'accumulent !

12/05/2009 Usine nouvelle

L'autorité de sûreté nucléaire finlandaise a ordonné la suspension des travaux de soudure du circuit primaire qui équipera la centrale nucléaire d'Olkiluoto, vitrine du nouveau réacteur EPR d'Areva.

Mardi 12 mai, l'autorité de sureté finlandaise (Stuk) a ordonné la suspension des travaux de soudure sur la tuyauterie du circuit primaire qui équipera la centrale nucléaire d'Olkiluoto (OL3), vitrine du nouveau réacteur EPR d'Areva, actuellement en construction.

Elle a en effet observé des microfissures sur plusieurs segments de tuyaux, des pièces très sensibles puisqu'elles relient le réacteur aux générateurs de vapeur et au système de refroidissement. Ces pièces sont forgées et assemblées en France. Tout semble indiquer qu'il s'agit du site Creusot Forge au Creusot (Saône-et-Loire), mais chez Areva, ni le siège social ni l'usine ne le confirmaient mardi soir.

Comme la décision de l'autorité de sûreté ne porte que sur la suspension de ces soudures, le chantier d'Olkiluoto lui-même, actuellement en phase de génie civil, n'est pas perturbé. TVO, la compagnie d'électricité finlandaise qui a commandé l'ouvrage à Areva, a publié un communiqué en ce sens.

« Mais si le problème venait à durer, nous ne serions plus en mesure de livrer le chantier et nous prendrions du retard », commente-t-on chez Areva, où on se sait attendu au tournant à cause de multiples reports dans le calendrier des travaux. De plus, c'est la deuxième fois que des microfissures sont observées sur la tuyauterie du circuit primaire. Une première campagne d'inspection avait montré des fractures de 1 à 2 mm de long et 1,8 mm de profondeur sur une section de 190 mm.

Les ONG, Greenpeace en tête, se sont engouffrées dans la brèche pour réclamer l'annulation du permis de construire de la centrale, censée préfigurer le renouveau du nucléaire sur la planète. Ainsi, en France, un EPR est en construction à Flamanville (Manche). Le chantier, censé s'achever en 2012, a lui aussi connu des défaillances techniques, cette fois au niveau de la qualité des bétons. Il y a quelques jours, l'Autorité de sureté nucléaire a considéré que l'incident était clos.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Finlande

Message par energy_isere » 15 oct. 2009, 18:16

nouvel épisode à la saga Nordique :
L'EPR finlandais aura du retard

AFP 15/10/2009

L'entrée en service du réacteur nucléaire de troisième génération (EPR) d'Olkiluoto en Finlande, en cours de construction, pourrait être de nouveau retardée au-delà de juin 2012, prévient le commanditaire TVO dans un communiqué publié aujourd'hui.

"Selon le dernier rapport de progression publié par le fournisseur, Areva-Siemens, TVO estime maintenant que la mise en service du réacteur pourrait être repoussée au-delà de juin 2012, qui est le délai actuellement confirmé par le fournisseur", affirme TVO. "Le fournisseur du réacteur clé-en-main est responsable du calendrier et c'est pourquoi TVO a maintenant réclamé une nouvelle date prévue de démarrage" précise le groupe finlandais.

Destiné à devenir le premier réacteur EPR de troisième génération, le réacteur d'Olkiluoto, prévu initialement pour l'été 2009, accumule les retards et les dépassements de coûts, TVO et Areva se rejettant la responsabilité des retards et des surcoûts.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/ ... retard.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Finlande

Message par energy_isere » 25 nov. 2009, 13:05

on se souvient que Greenpeace avait manifesté il y a peu de temps à l'embarquement,
ici : http://energie-climat.greenpeace.fr/gre ... n-materiel
voici le débarquement :
EPR Finlandais OL3 : arrivage des composants lourds

(src : Areva)

Les quatre générateurs de vapeur* et le pressuriseur** qui constituent les composants lourds de l'enceinte d'un réacteur ont été livrés à la centrale d'Olkiluoto 3 en Finlande, au terme d'un voyage entamé fin octobre à l'usine de Chalon/St-Marcel en France, où ils ont été fabriqués.
Ces composants ont été transportés par voie maritime jusqu'au port de Rauma en Finlande, puis acheminés avec succès jusqu'au site de la centrale. Chaque générateur de vapeur mesure 24,15 mètres, pour un diamètre de 3,8 mètres et un poids atteignant 500 tonnes. Le pressuriseur pèse environ 150 tonnes.

A l'occasion de la livraison de ces composants, Luc Oursel, Président d'Areva NP, a déclaré : "Nous pouvons tous ensemble être fiers du franchissement de cette étape symbolique. Il s'agit de la fabrication des principaux composants primaires réalisés pour une centrale de type EPR™. Cette première réalisation de composants de génération III+ renforce notre position concurrentielle et enrichit nos 35 années d'expérience industrielle".


1 Le générateur de vapeur assure l'échange de chaleur entre l'eau du circuit primaire et l'eau du circuit secondaire. Transformée en vapeur, celle-ci entraine une turbine couplée à un alternateur qui produit l'électricité.

2 Le pressuriseur maintient la pression dans le circuit primaire de refroidissement à une valeur choisie (à environ 150 bars) pour empêcher l'ébullition de l'eau.

3 Les équipes de l'usine de St-Marcel sont les leader mondial dans la fabrication de composants lourds de l'îlot nucléaire.

Enerzine
http://www.enerzine.com/2/8751+epr-finl ... urds+.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58586
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La Finlande

Message par energy_isere » 26 nov. 2009, 17:53

Areva : les composants lourds sont arrivés en Finlande

Le 26 novembre 2009 Usine Nouvelle

Image

L’EPR finlandais commence à prendre forme. Le groupe Areva a annoncé avoir livré quatre générateurs de vapeur et le pressuriseur à la centrale d’Olkiluoto 3 en Finlande. « Une étape symbolique », selon le président d’Areva NP, Luc Oursel. Ces composants étaient partis fin octobre de leur usine de fabrication de Chalon St Marcel en France.

Un générateur de vapeur assure l’échange de chaleur entre les circuits d’eau, permettant à la turbine de produire de l’électricité. Chacun d’eux mesure 24,15 mètres pour 500 tonnes. Quant au pressuriseur, maintenant la pression dans le circuit de refroidissement pour empêcher l’ébullition de l’eau, il atteint un poids de 150 tonnes. « Cette première réalisation de composants de génération III+ renforce notre position concurrentielle et enrichit nos 35 années d’expérience industrielle », a précisé Luc Oursel.
http://www.usinenouvelle.com/article/ar ... de.N122116

Répondre