L'Inde

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

L'inde, future plaque tournante de l'Occident en Asie et au Moyen Orient ?

Vous pouvez sélectionner 1 option

 
 
Consulter les résultats

fabinoo

Message par fabinoo » 11 juil. 2006, 15:38

6 explosions simultanées à Bombay dans les transports à l'heure de pointe, aux dernières nouvelles.

Avatar de l’utilisateur
MadMax
Modérateur
Modérateur
Messages : 2990
Inscription : 12 août 2005, 08:58
Localisation : Dans un cul-de-sac gazier

Message par MadMax » 12 juil. 2006, 00:28

163 morts :shock:

Avatar de l’utilisateur
MadMax
Modérateur
Modérateur
Messages : 2990
Inscription : 12 août 2005, 08:58
Localisation : Dans un cul-de-sac gazier

Message par MadMax » 20 juil. 2006, 00:54

L'Inde commande à la Russie 3 frégates de classe Krivak

19-07-2006 11:42 NEW DELHI, 19 juillet - RIA Novosti. L'Inde et la Russie ont signé un contrat de livraison de 3 bâtiments de guerre de classe Krivak et de 28 missiles de croisière pour équiper les sous-marins, a annoncé mercredi l'agence PTI, citant le ministre indien de la Défense, Pranab Mukherjee.
--> http://fr.rian.ru/world/20060719/51546528.html


Y'a comme un petit air de Far West par là-bas. Les routes (du pétrole) semblent de moins en moins sûr.

psychic
Kérogène
Kérogène
Messages : 33
Inscription : 17 mars 2006, 22:00

La menace Naxalite

Message par psychic » 09 août 2006, 22:24

Activités des Naxalites comparable au MEND du Nigéria : Asia Times Online
Defcon 2

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59607
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: La menace Naxalite

Message par energy_isere » 16 oct. 2006, 19:54

De la dette au deuil, le mauvais coton des paysans indiens

Pris dans une spirale d'emprunts qu'ils ne peuvent rembourser, plus d'un millier de cotonniers se sont donnés la mort depuis le début de l'année.



Cinq suicides de paysans par jour. Depuis quelques mois, l'hécatombe se focalise dans le nord du Maharashtra, paradoxalement l'Etat le plus riche du pays. Plus d'un millier de cultivateurs de coton ont ainsi mis fin à leurs jours depuis le début de l'année, laissant derrière eux autant de familles désemparées. Chaque fois, le scénario est identique : une mauvaise récolte, ou une chute des cours, empêche de rembourser l'emprunt contracté en début de saison ; d'où l'obligation d'en contracter un deuxième, voire un troisième, auprès d'un usurier pratiquant des taux d'intérêt exorbitants. Avec, en bout de course, l'insolvabilité, même si les prêts ne représentent que quelques centaines d'euros. Dans cette région du centre de l'Inde, la crise est aussi en grande partie due à une spécificité locale : l'annulation, il y a deux ans, d'un programme régional par lequel l'Etat s'engageait à acheter l'intégralité de la production cotonnière à prix fixe. Désormais, les prix sont fonction du marché. Or le coton américain subventionné qui arrive en Inde est jusqu'à 40 % moins cher que celui produit localement.

Si l'économie indienne est en pleine croissance (entre 8 % et 8,5 % attendus en 2006-2007), le secteur agricole traverse, lui, une crise inégalée, poussant des milliers de petits paysans à se suicider. Confronté à cet inquiétant phénomène de masse, le gouvernement a annoncé, la semaine dernière, un ambitieux plan d'aide destiné à enrayer cette tendance, symbole du déséquilibre économique entre villes et campagnes indiennes. D'un montant de 170 milliards de roupies (environ 3 milliards d'euros), ces fonds concernent surtout l'annulation des intérêts ou le rééchelonnement de dettes contractées auprès de banques publiques, ainsi que, dans une moindre mesure, l'attribution de nouveaux prêts.
Attendus depuis des mois, les fonds débloqués par le gouvernement fédéral sont destinés aux quatre régions les plus touchées, à savoir les Etats du Maharashtra, de l'Andhra Pradesh, du Karnataka et du Kerala. Selon les statistiques officielles, près de 9 000 agriculteurs se sont donné la mort ces cinq dernières années dans ces quatre Etats, la plupart en ingurgitant des pesticides. Un chiffre, qui plus est, largement sous-estimé d'après les ONG. Dans ce pays où les deux tiers des exploitations agricoles ne dépassent pas un hectare, les conséquences de la libéralisation du commerce mondial se font cruellement sentir. Surtout dans un contexte où 45 % des 90 millions de foyers agricoles (soit 650 millions de personnes) sont déjà endettés.

Nouvelles semences. La crise en cours dépasse largement le secteur cotonnier. «L'agriculture en Inde n'est plus rentable, car les coûts de production sont de plus en plus élevés, mais les paysans sont toujours à la merci d'une mauvaise mousson, d'une invasion d'insectes ou d'une chute des cours sur le marché international», explique Jayati Ghosh, professeur d'économie, spécialiste de la question. Une conséquence directe de la mondialisation : si les coûts de production ne cessent d'augmenter, c'est en raison de l'arrivée de nouvelles semences importées. A commencer par les cash crops (cultures de rente) comme le coton, qui nécessitent plus d'irrigation, de pesticides et d'engrais que les graines locales. :shock: Au Maharashtra, cultiver un hectare de coton coûte ainsi 11 000 roupies en moyenne (soit 200 euros), contre 5 000 roupies il y a dix ans. «Même dans le meilleur scénario, le prix de revient est 20 % plus élevé que le prix de vente», résume Kishore Tiwari, de l'ONG Vidarbha Jana Andolan Samiti.

«La crise en cours n'est pas seulement liée à la libéralisation du commerce, mais aussi aux échecs de la politique agricole indienne, souligne Jayati Ghosh. Les services publics ne jouent plus leur rôle.» Alors qu'elle emploie les deux tiers de la population active, l'agriculture ne bénéficie que de 12 % des prêts bancaires du pays. Contraints de s'endetter d'une année sur l'autre, les petits paysans n'ont donc d'autre choix que de s'en remettre aux usuriers, qui pratiquent des taux d'intérêt pouvant aller jusqu'à 20 % par mois. Pour couronner le tout, ces moneylenders (prêteurs) travaillent souvent main dans la main avec les vendeurs de semences et de pesticides. «Tous profitent de l'ignorance des fermiers pour leur vendre des produits importés, donc chers, ce qui les rend encore plus vulnérables», explique Kishore Tiwari.
Réformes en profondeur. Dans ces conditions, le nouveau plan d'aide gouvernemental n'est, pour lui, que de la «poudre aux yeux». D'abord parce qu'il n'apporte rien à ceux qui n'ont pas accès au crédit institutionnel et qui sont souvent les plus endettés ; d'autre part car «annuler les intérêts ne sert à rien, puisque les agriculteurs ne peuvent pas contracter de nouveaux emprunts tant qu'ils n'ont pas remboursé leurs dettes d'origine». Pour preuve, l'annonce, début juillet, d'un premier plan d'aide similaire pour les cotonniers du Maharashtra n'a pas changé la donne : au moins 340 d'entre eux se sont suicidés depuis.
L'agriculture indienne aurait en fait besoin d'une réforme en profondeur qui permettrait d'améliorer l'accès au crédit, de renforcer les systèmes d'irrigation, d'épauler les agriculteurs dans le choix et la gestion de leurs cultures et de les inciter à diversifier leurs sources de revenus. Comme le résumait la National Commission for Farmers dans le rapport qu'elle a rendu au gouvernement ces derniers jours, «l'heure est venue de se focaliser sur le bien-être économique des hommes et des femmes qui nourrissent la nation plutôt que sur la simple production» agricole. Surtout pour un gouvernement qui s'est fait élire, il y a deux ans, sur la promesse de mieux redistribuer les fruits de la croissance dans les campagnes.
Libération le 16 Oct 2006

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 20 nov. 2006, 00:14

L'Inde teste avec succès un missile à capacité nucléaire
Bron: Belga

19/11/2006

BHUBANESWAR 19/11 (BELGA/AG) = L'Inde a testé dimanche avec succès un missile sol-sol Prithvi-1 capable de transporter une charge nucléaire à une distance de 250 km. Le missile a été tiré depuis un lanceur mobile à 9h55 locales (5h25, heure belge) sur le site de Chandipur-on-Sea, dans l'Etat de l'Orissa. Le missile, long de 8,5 mètres, a une portée de 250 km et peut transporter de petites ogives conventionnelles et nucléaires. Ce tir indien intervient trois jours après un essai nucléaire pakistanais. Mercredi, Islamabad et New Delhi, qui ont entamé un dialogue de paix en 2004, ont promis la signature prochaine d'un accord pour réduire les risques d'"accidents liés à des armes atomiques".
lien

Avatar de l’utilisateur
MadMax
Modérateur
Modérateur
Messages : 2990
Inscription : 12 août 2005, 08:58
Localisation : Dans un cul-de-sac gazier

Message par MadMax » 20 janv. 2007, 23:06

L'Inde prévoit 6 méga centrales électriques cette année

Source : LaTribune.fr

Dans le cadre de son plan visant à apporter l'électricité dans tous les foyers d'ici l'an 2012, le gouvernement de l'Inde dépensera 23 milliards de dollars pour construire 6 méga centrales qui, chacune, auront une capacité de production de 4.000 mégawatts, selon R.V. Shahi, le ministre de l'Energie. Mais cette capacité nouvelle de 24.000 mégawatts ne suffira pas à combler le déficit en électricité de quelque 110.000 mégawatts de ce grand pays.
Actuellement, la pénurie d'électricité est de 10% mais elle peut atteindre environ 20% aux heures de pointe.

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 17 févr. 2007, 21:28

On va avoir une réponse à la question du fil.
L'inde fait un appel d'offre pour 6 sous-marins.

En compétition, il y aurait les Russes avec leur sous-marin de 4ème génération, l'Amur, armé de missiles Club-S lancés verticalement et une nouvelle génération de sous-marins de l'allemand HDW équipés de système de propulsion anaérobie AIP.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59607
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 26 mars 2007, 18:49

une bulle immobiliére, pensez vous ?

Contrats de 21 milliards USD dans l'immobilier entre l'Inde et les Emirats

Des groupes indiens et des Emirats arabes unis ont conclu pour quelque 21 milliards de dollars de contrats pour des projets immobiliers dans les deux pays, au cours de la visite en Inde du Premier ministre émirati, ont indiqué lundi des responsables.

Le plus grand groupe immobilier indien DLF a signé un contrat total de 20 milliards de dollars sur plusieurs années avec le groupe de travaux publics des Emirats arabes unis Al Nakheel pour construire deux villes-nouvelles en Inde, a annoncé un responsable de DLF.

Pour ce faire, les deux partenaires devraient d'abord investir cinq milliards de dollars chacun au cours des trois prochaines années, a indiqué ce cadre de DLF, sous couvert d'anonymat. Les localisations des futurs ensembles urbains n'ont pas été dévoilées.

"Nous avons signé pour (monter) une société commune à parts égales avec Al Nakheel afin de développer des villes intégrées, représentant un investissement de 20 milliards de dollars", a-t-il dit. Ces villes-nouvelles devraient couvrir une superficie de 16.200 hectares sur des terrains dont 70% ont déjà été achetés, a-t-il précisé.

Par ailleurs, le conglomérat industriel indien Hinduja a annoncé un contrat de 12 milliards de roupies (275 millions de dollars) avec ce même groupe de Dubaï, Al Nakheel, pour développer dans les Emirats des projets immobiliers.

Hinduja va également construire dans les Emirats, avec le promoteur immobilier émirati Limitless, des infrastructures médicales, a précisé à l'AFP son président A.P. Hinduja. "Environ cinq terrains ont été déjà été acquis pour ce projet", a-t-il assuré.

Ces accords sont rendus publics alors que le Premier ministre des Emirats arabes unis Cheikh Mohammed ben Rashed al-Maktoum est en visite à New Delhi.

Mais une conférence de presse prévue en fin d'après-midi par des responsables indiens et émirati a été annulée. Aucun détail supplémentaire sur ces contrats n'a été dévoilé.

Le secteur des travaux publics et de la construction est en plein essor en Inde, alimentant la croissance économique d'environ 9% par an. Dans tout le pays, et notamment autour de New Delhi, les immeubles d'habitation et les tours de bureaux poussent comme des champignons, depuis quelques années.
Boursorama

Avatar de l’utilisateur
Schlumpf
Modérateur
Modérateur
Messages : 2384
Inscription : 20 nov. 2005, 12:11
Localisation : Wiesbaden

Message par Schlumpf » 27 mars 2007, 22:27

plus d'un millier de cotonniers se sont donnés la mort depuis le début de l'année.
L'Inde teste avec succès un missile à capacité nucléaire
no comment.
L'Homo sapiens se conjugue à la première personne du présent irresponsable...

katian
Kérogène
Kérogène
Messages : 15
Inscription : 28 mai 2007, 16:20

L'Inde a enregistré une croissance record (9,4%)

Message par katian » 31 mai 2007, 10:19

L'Inde a enregistré une croissance record de son produit intérieur brut à un taux de 9,4% sur un an au cours de l'année 2006/2007, un chiffre encore meilleur que prévu, selon des statistiques officielles annoncées jeudi.
http://www.boursorama.com/infos/actuali ... ws=4250492

:?

Avatar de l’utilisateur
rico
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 6358
Inscription : 21 sept. 2005, 15:00
Localisation : 92

Message par rico » 31 mai 2007, 10:26

Et ce n'est qu'un début... :?

Avatar de l’utilisateur
DominiqueBoscher
Brut léger
Brut léger
Messages : 422
Inscription : 02 déc. 2006, 20:22
Localisation : Nice
Contact :

Message par DominiqueBoscher » 31 mai 2007, 10:36

... ou le début de la fin :shock:

paul_mtl
Brut léger
Brut léger
Messages : 477
Inscription : 29 juil. 2006, 15:32

Message par paul_mtl » 31 mai 2007, 19:26

:lol:

paul_mtl
Brut léger
Brut léger
Messages : 477
Inscription : 29 juil. 2006, 15:32

Message par paul_mtl » 31 mai 2007, 19:28

L'Inde a le vent dans les voiles
La performance du secteur des services, qui compte pour 55 % du PIB indien, a atteint l'an dernier 11 %. Le secteur de la production industrielle (25 % du PIB) a quant à lui été encore plus dynamique, dépassant le cap de 12 %
Ca va faire plaisir aux expatriés indiens en Amerique du Nord. :D
J'ai un voisin indien et informaticien. Il a travaillé aux USA avant de venir au Quebec. Si ca continue ainsi j'imagine qu'il va rentrer dans son pays comme déja certains diplomés chinois aux USA le font.

Est ce que l'Inde va bientôt rentrer dans le top 5 des pays les plus riches au monde (PIB) apres la Chine classé 4e derriere les USA, le Japon et l'Allemagne ?

Répondre