Relations USA / RUSSIE

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

epe
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1471
Inscription : 22 juin 2005, 16:33
Localisation : 15' de Lille, de l'autre côté de la frontière

Relations USA / RUSSIE

Message par epe » 11 mai 2006, 18:26

Pour ne pas saturer le sujet Russie, j'ouvre ce nouveau sujet consacré aux relations de plus en plus tendues entre Moscou et Washington.

attaque frontale menée contre les Etats-Unis par le président russe, Vladimir Poutine

... L’attitude agressive adoptée par Vladimir Poutine à l’égard de Washington révèle néanmoins que la glorification de la résistance victorieuse -mais surtout déterminante à l’époque pour l’avenir du monde libre - opposée par l’Armée rouge à la menace nazie participe d’un projet plus ambitieux : celui de faire de la Russie une « grande puissance » capable de tenir tête au « loup » américain


Même s’il participe, dans une large mesure, à revigorer le nationalisme russe, le discours tenu par l’ancien officier du KGB (les services secrets soviétiques) est tout de même « criblé » de passages qui annoncent la fin du partenariat stratégique développé par Moscou et Washington au début des années 1990 et le début d’une rivalité entre les deux capitales assimilable, en bien des cas, à celle qui les a apposés durant la guerre froide.
Le constat est loin d’être une vue de l’esprit dans la mesure où, au plan des faits, la concurrence entre les Etats-Unis d’Amérique et la Russie a commencé depuis plusieurs mois. Celle-ci perceptible à travers les efforts entrepris par Moscou pour reprendre pied dans les pays inclus dans le giron de l’ancien empire soviétique, l’agressivité manifestée par les entreprises russes d’armement et la récente amitié liant Moscou et Pékin. Cette pléthore d’éléments associés au forcing opéré par la diplomatie russe dans les dossiers du conflit palestinien et de la crise du nucléaire iranien montre que Moscou ambitionne de bâtir un ensemble (ou un pré-carré) qui lui permettrait de briser l’hégémonie américaine.

Ambition que confirme amplement, d’ailleurs, la « guerre du gaz » déclenchée au début de l’année par le géant pétrolier russe Gazprom contre les pays de l’ex-Union soviétique passés à « l’Ouest » ou qui seraient tentés de le faire.
-Il vaut mieux pomper même s'il ne se passe rien que de risquer qu'il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas.
Les Shadoks

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 11 mai 2006, 21:45

Oui je suis d'accord avec ton analyse.

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 12 mai 2006, 19:04

Synthése que je partage par Jean-Claude Courdy (09 05 06)
LE TRIANGLE INFERNAL

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 30 mai 2006, 20:59

La concurrence pour les ressources énergétiques peut provoquer une nouvelle guerre froide
18:16 | 30/ 05/ 2006


MOSCOU, 30 mai - RIA Novosti. Selon l'académicien Evgueni Velikhov, la concurrence dans le domaine des ressources énergétiques peut devenir une source de conflits dans le monde contemporain.

"Une guerre froide peut éclater entre les pays qui se livrent une concurrence pour les ressources énergétiques, et cette concurrence est une source potentielle de conflits", a déclaré Evgueni Velikhov à Moscou, à la conférence "La Russie a-t-elle besoin de l'Occident?"

Selon le scientifique, la Russie n'est pas un facteur déterminant dans le règlement du problème de la concurrence pour les ressources énergétiques, mais il ne faut pas oublier que depuis 30 ans la Russie est un des plus importants fournisseurs de ressources énergétiques.

Plusieurs problèmes énergétiques importants se posent actuellement à la communauté mondiale, a fait remarquer l'académicien.

"Il est nécessaire de régler le problème de la stabilité du marché du gaz. Ce marché est régional. Pour qu'il devienne global, il faut passer au gaz liquéfié", a souligné Evgueni Velikhov.

Selon lui, "la Russie n'y est pas encore prête, mais nous avons les ressources appropriées". Le prochain sommet des pays du G8 à Saint-Pétersbourg peut aboutir à la compréhension que la coopération est susceptible de régler le problème de la confrontation dans le secteur énergétique.

"La coopération constructive peut exclure une "guerre froide". Mais, si la communauté mondiale a affaire à une crise de l'énergie, le problème de l'accès limité aux ressources énergétiques peut surgir", estime Evgueni Velikhov.

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 17 nov. 2006, 19:09

Stratégie nucléaire de la Russie: de nécessaires modifications
10:14 | 16/ 11/ 2006
Par Sergueï Kortounov, président du Comité pour les prévisions en politique extérieure - RIA Novosti

Trois mois après les attentats terroristes de septembre 2001 contre Washington et New York le département d'Etat américain a informé le ministère russe des Affaires étrangères que les Etats-Unis avaient l'intention de se retirer du Traité ABM (anti balistic missiles) de 1972. Six mois plus tard, le Traité est devenu caduc.

La réaction de Moscou a été extrêmement molle. Aucun des hauts dirigeants de l'époque n'a expliqué quelle était la vision russe du contrôle international ultérieur des armements nucléaires, rapidement érodé sous l'effet des décisions unilatérales des Etats-Unis.

Mais voilà que les présidents russe et américain signent le 26 mai 2002 l'étrange Traité sur la réduction des potentiels stratégiques offensifs (PSO). Les spécialistes de la sécurité nationale ont tout de suite compris que le contrôle bilatéral, et éventuellement multilatéral, tel qu'on le concevait jusque-là, des armements nucléaires était désormais l'apanage du passé. Cette évolution des événements appelait la nécessité d'adopter une stratégie nucléaire nationale autonome.

Aujourd'hui comme il y a quatre ans, il est hors de doute que l'administration des Etats-Unis n'a l'intention de se lier par aucun document limitant ou réduisant les armements. Sa politique militaire subit des changements visibles pour des raisons plus profondes que la nécessité de faire face au terrorisme international. Les Etats-Unis ont depuis longtemps oublié les accords START-2 (réduction des armements stratégiques) et CTBT (interdiction totale des essais nucléaires), qu'ils n'ont d'ailleurs pas ratifiés. Ils ont augmenté considérablement (de 100 milliards de dollars environ) le budget du Pentagone. Ils ont adopté une nouvelle doctrine nucléaire qui implique une modernisation des armements stratégiques offensifs, la création d'armes nucléaires pénétrantes de faible puissance, dont elle admet l'utilisation combinée avec des armes conventionnelles de précision, ainsi que la possibilité d'employer des armes nucléaires contre les Etats non nucléaires.

De l'avis de certains experts russes, les changements apportés à la politique militaire de Washington ne présentent pas de menace directe à la sécurité nationale de la Russie, du moins pendant les dix à quinze années à venir, tant que le système antimissile stratégique américain ne sera pas réellement mis en place.

Cependant, ces changements, tout d'abord le retrait du Traité ABM, remettent en doute l'efficacité du régime international de contrôle des armements et risquent de provoquer une nouvelle course aux armements.

Il est évident également que ces décisions des Américains sont stratégiques et requièrent, de ce fait, l'adoption par la Russie de mesures stratégiques en matière de politique nucléaire nationale. Les actes terroristes d'une violence inouïe et les priorités changeantes des menaces ne cessent, à en juger par la nouvelle doctrine nucléaire des Etats-Unis, d'abaisser le seuil de recours à l'arme nucléaire, au risque de provoquer une escalade mal contrôlée. La dissémination des armes de destruction massive et de leurs vecteurs et l'instabilité régionale grandissante y contribuent également.

La période actuelle a ceci de particulier que l'évolution de la situation militaro-politique dans le monde est absolument imprévisible. Les Etats-Unis continuent de moderniser leur potentiel nucléaire et ont les moyens de l'accroître rapidement, et cela dans un contexte où le problème de la conclusion avec la Russie de nouveaux accords juridiquement contraignants et contrôlés sur des réductions irréversibles des armements stratégiques offensifs est en fait radié de l'ordre du jour.

Les potentialités technologiques accumulées par les Etats-Unis et les résultats des tests réels de différents éléments de la défense antimissile confirment la possibilité de déployer à moyen terme un bouclier réduit parfaitement opérationnel dont il serait par la suite possible d'accroître constamment la densité.

Partant de ce fait, la Russie n'a pas d'autre choix que de rester dans un avenir prévisible (pendant quinze à vingt ans au minimum) une superpuissance nucléaire. Ses derniers plans de développement des forces nucléaires stratégiques étaient conçus compte tenu de l'entrée en vigueur des accords START-2 et du maintien du Traité ABM et prévoyaient leur transformation en quelque chose d'analogue à la "triade" américaine privilégiant les composantes navale et aérienne au détriment du groupe d'ICBM (missiles balistiques intercontinentaux) terrestres.

Dans la nouvelle situation stratégique, il devient nécessaire de revoir sans délai les plans russes concernant le développement des forces nucléaires stratégiques de manière à prolonger au maximum la durée de vie du groupe terrestre d'ICBM et à renforcer le noyau de la partie navale de la "triade", de même que sa composante aérienne capable de remplir des missions nucléaires et non nucléaires. Du point de vue militaire et économique, il serait injustifié de garder les anciens plans élaborés pour une situation absolument différente.

On ne peut que supposer que toutes ces modifications ont déjà été apportées à la stratégie nucléaire nationale. Le ton assuré du Message du président russe à l'Assemblée parlementaire permet de croire que cela a bien été fait.

Le point de vue de l'auteur ne coïncide pas forcément avec celui de la rédaction.
point de vue à méditer.

Krom
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2297
Inscription : 19 juin 2006, 17:51
Localisation : Lausanne, Rock City

Message par Krom » 17 nov. 2006, 23:08

Tiens, je m'aperçois que, journalistiquement, une grande invention de notre début de siècle (ou millénaire, tiens) c'est quand même les ressources énergétiques.

C'est bien, c'est un peu tard, mais c'est pas si mal.

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 17 nov. 2006, 23:13

Krom a écrit :Tiens, je m'aperçois que, journalistiquement, une grande invention de notre début de siècle (ou millénaire, tiens) c'est quand même les ressources énergétiques.

C'est bien, c'est un peu tard, mais c'est pas si mal.
Eclaires un peu ce que tu veux dire car là c'est pas clair. STP

Krom
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2297
Inscription : 19 juin 2006, 17:51
Localisation : Lausanne, Rock City

Message par Krom » 17 nov. 2006, 23:22

C'était une observation basée sur mon expérience personnelle, donc pas terriblement valable comme ça, mais en gros, c'est très récent de voir des réflexions basées sur la lutte pour les ressources énergétiques, dans le sens où ces ressources sont désormais perçues comme vitales pour nos sociétés, et non plus comme une simple source de luxe et de richesse.

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 17 nov. 2006, 23:33

j'ajoute une nuance l'énergie n'était pas un probléme, on y penser pas (enfin pour la plupart des gens de nos sociétés riches) maintenant l'énergie devient vitale et surtout ses approvisionnements.

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 05 janv. 2007, 18:38

Une autre source de tension c'est la fourniture d'armement de la Russie aux pays non alignés.
Les USA viennent de prendre des sanctions contre des sociétés d'armement russe.
Ce que je n'arrive pas à évaluer est la portée de ces sanctions et à quel point cela empechera la Russie de livrer des armes à l'Iran, le Vénézuela ou la Syrie.
Quels sont les moyens de pression des USA envers la Russie ?

Lien

Rafa
Brut léger
Brut léger
Messages : 471
Inscription : 16 juil. 2005, 20:34
Localisation : Lidje, Walonreye

Message par Rafa » 05 janv. 2007, 19:15

franck1968 a écrit :Une autre source de tension c'est la fourniture d'armement de la Russie aux pays non alignés.
C'est à dire aux pays non-alignés aux Etats-Unis :-)
Ce qui embête les Etats-Unis n'est pas e perdre un marché, car ils n'avaient pas l'intention de leur vendre, mais que ces pays soient capables de s'armer, au lieu de rester sans defense.
Les USA viennent de prendre des sanctions contre des sociétés d'armement russe.
Ce que je n'arrive pas à évaluer est la portée de ces sanctions et à quel point cela empechera la Russie de livrer des armes à l'Iran, le Vénézuela ou la Syrie.
La Russie a déjà fait savoir qu'elle n'accepterai pas ces sanctions; et elle a les moyens de riposter; par exemple en ne donnant pas accès aux compagnies etasuniennes pour les gisements d'hydrocarbures (eg: dans les Sakhalines); ou encore... en fournissant encore plus facilement des armes aux pays que les Etats-Unis voudraient desarmés (au hasard... l'Iran) :-D

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 05 janv. 2007, 20:58

Rafa a écrit :C'est à dire aux pays non-alignés aux Etats-Unis
Oui tu as raison il va falloir repenser les termes qui se refére aux normes étasuniennes. ;)
Rafa a écrit :La Russie a déjà fait savoir qu'elle n'accepterai pas ces sanctions; et elle a les moyens de riposter; par exemple en ne donnant pas accès aux compagnies etasuniennes pour les gisements d'hydrocarbures (eg: dans les Sakhalines); ou encore... en fournissant encore plus facilement des armes aux pays que les Etats-Unis voudraient desarmés (au hasard... l'Iran)
Oui je suis d'accord car comme pour le pétrole, la drogue, les matiéres premiéres précieuses les filliéres des armes sont les mêmes et comment dire, de l'ombre.
La Russie n'a pas de concurrent sur ces marché mais juste des contraintes à contourner.

Avatar de l’utilisateur
ktche
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 364
Inscription : 01 févr. 2005, 11:05

Message par ktche » 06 janv. 2007, 12:04

La guerre froide s'est peut-être officiellement terminée sur un KO technique...

Mais les organisations et les méthodes n'en ont pas pour autant été révisées

http://acontrecourant.be/1739.html

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5021
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 06 janv. 2007, 12:13

Sur TOD, un article intéressant (comme souvent) de Jerome a Paris sur ladite guerre froide qui s'installe avec la Russie.

Son analyse est originale : il y a en fait une diabolisation de la Russie par les milieux libéraux (et conservateurs) anglo-saxons, notamment les Britanniques qui découvrent brutalement que le marché dérégulé du gaz est incapble de leur fournir en quantité et à bon prix tout le gaz dont le Royaume-Uni a besoin maintenant que ses puits sont en déclin.

Pour les libéraux, dès que la main invisible du marché n'arrive plus à satisfaire leurs attentes, il faut faire appel aux bottes de l'armée :-D
Méfiez-vous des biais cognitifs

paul_mtl
Brut léger
Brut léger
Messages : 477
Inscription : 29 juil. 2006, 15:32

Message par paul_mtl » 06 janv. 2007, 13:01

Je suis pas convaincu.
Pour qu'il y est guerre froide, il faudrait deux combattants de même calibre et la Russie me semble bien mal économiquement.
Que Poutine (ex-KGB) voit son naturel revenir au galop n'est pas en soi une grande surprise ni qu'il veut peser sur le CEI.
Il y a aussi les discours interieurs qu'on fait pour son électorat en vue des prochaines elections.
J'ai l'impression que Poutine va representer la derniere réplique sismique de l'URSS.
Esperons qu'apres lui, la page sera tournée une fois pour toute.

C'est drole mais au Quebec, la poutine c'est des frites et du fromage en partie fondu par une sauce brune "barbecue".

http://fr.wikipedia.org/wiki/Poutine_(recette)

Répondre