Les dépenses militaires et les ventes d'armes

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58603
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les dépenses militaires et les ventes d'armes

Message par energy_isere » 18 juil. 2019, 07:46

Washington bloque la participation d'Ankara au programme d'avions F-35

AFP•18/07/2019

Les Etats-Unis ont confirmé mercredi l'exclusion de la Turquie du programme d'avions furtifs F-35 en raison de sa décision d'acheter des systèmes de défense anti-aérienne russes S-400, une sanction jugée "injuste" par Ankara.

"Le F-35 ne peut pas coexister avec une plateforme de collecte de renseignements russe qui va être utilisée pour percer ses capacités de pointe", a justifié la Maison Blanche dans un communiqué.

Les Etats-Unis ont fait de "nombreuses" propositions pour vendre leur propre système de missiles Patriot à la Turquie, a assuré la porte-parole de la présidence, Stephanie Grisham.

Mais Ankara a préféré l'offre russe et, malgré les inquiétudes exprimées par Washington, la livraison des premières pièces des missiles S-400 a commencé vendredi, ce qui rend "impossible" son maintien dans le programme F-35, selon Mme Grisham.

Ankara a immédiatement critiqué une décision "injuste", "unilatérale", qui "ne respecte pas l'esprit de l'alliance" atlantique. Elle "n'est pas non plus basée sur des raisons légitimes", a estimé le ministère turc des Affaires étrangères dans un communiqué.

"Nous invitons les Etats-Unis à retirer cette erreur qui préparera la voie à des dommages irréparables dans nos relations stratégiques", a ajouté cette même source.

La Turquie est un état clé de l'Otan et son choix de s'équiper de missiles russes aura "un impact négatif" sur son "interopérabilité" avec les autres membres de l'alliance, a estimé Mme Grisham.

Un haut responsable de l'Otan a, sous couvert d'anonymat, confié récemment son "inquiétude" à ce sujet.

- "Stratégique" -

Malgré tout, Washington "continuera à coopérer" avec Ankara, a ajouté la porte-parole. "Les Etats-Unis accordent toujours une grande valeur à la relation stratégique avec la Turquie" qui "ne se limite pas au F-35".

Selon un haut responsable du ministère de la Défense, David Trachtenberg, les Etats-Unis "continueront à participer à des exercices" militaires avec la Turquie, notamment ceux prévus prochainement en Géorgie, en Allemagne et en Ukraine.

La veille, le président Donald Trump avait lui-même insisté sur ses "bonnes relations" avec son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, se gardant bien de critiquer l'achat des missiles russes. "Ils sont dans une situation très compliquée", avait-il déclaré.

Le Congrès américain a pourtant pressé à plusieurs reprises l'exécutif d'imposer des sanctions contre les responsables turcs impliqués dans l'accord avec Moscou.

L'achat des missiles russes s'inscrit dans un réchauffement des relations entre la Russie et la Turquie.

Washington est soucieux de préserver cet allié clé de l'alliance atlantique mais craint que les opérateurs russes qui formeront les militaires turcs aux S-400 ne percent les secrets technologiques du F-35, un bijou de technologie censé échapper aux radars les plus sensibles.

- Emplois menacés -

Le Pentagone avait donc donné jusqu'au 31 juillet à Ankara pour renoncer aux missiles russes, sous peine d'être exclu du programme F-35, auquel la Turquie participe depuis son lancement et dont elle veut acquérir 100 exemplaires.

Concrètement, cette exclusion devrait entraîner l'expulsion des pilotes turcs s'entraînant actuellement aux Etats-Unis sur le F-35 et l'annulation de la livraison des quatre appareils déjà achetés par la Turquie mais encore sur le sol américain.

De plus, le personnel turc du consortium international qui fabrique le F-35 sera remplacé et les contrats de sous-traitance attribués à des entreprises turques annulés. Celles-ci fournissent actuellement 937 pièces détachées du F-35, dont 400 qu'elles sont les seules à produire.

"La Turquie va certainement, et c'est regrettable, perdre des emplois et des opportunités économiques à cause de sa décision", a déclaré Ellen Lord, ministre adjointe à la Défense chargée des acquisitions, lors d'un point de presse organisé après l'annonce de la Maison Blanche.

La Turquie, engluée dans la récession et une inflation rampante, aurait pu, selon des estimations, gagner 9 milliards de dollars pour sa participation au programme.

Le constructeur aéronautique américain Lockheed Martin devrait également souffrir, a rappelé mardi Donald Trump. La Turquie ne peut plus acheter "100 avions, Lockheed n'est pas exactement content, c'est beaucoup d'emplois", avait-il souligné.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... d3492735dd

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58603
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les dépenses militaires et les ventes d'armes

Message par energy_isere » 25 juil. 2019, 21:47

Trump oppose son veto à l'embargo du Congrès sur les ventes d'armes à Ryad

Par AFP | 25/07/2019

Le président américain Donald Trump a mis son veto mercredi à des résolutions du Congrès bloquant des ventes d'armes controversées à l'Arabie saoudite et à d'autres alliés.
................
https://www.latribune.fr/economie/inter ... 24532.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58603
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Les dépenses militaires et les ventes d'armes

Message par energy_isere » 21 août 2019, 10:05

Washington vend 66 chasseurs F-16 à Taïwan malgré les tensions avec la Chine

BOURSORAMA AVEC AFP SERVICES•21/08/2019

Dans un contexte diplomatique tendu avec la Chine, les États-Unis ont approuvé la vente de 66 chasseurs F-16 à Taïwan. Une vente qui intervient au lendemain des accusations par la Chine ce relancer une course à l'armement.

Les États-Unis ont annoncé, mardi 20 août, avoir approuvé la vente de 66 chasseurs F-16 à Taïwan, pour un montant estimé à 8 milliards de dollars, une décision qui devrait provoquer la colère de la Chine.

Cette vente est "conforme" à "notre engagement à maintenir les capacités d'autodéfense de Taïwan", a indiqué un responsable du département d'État en annonçant cette vente, un message dirigé vers Pékin qui considère Taïwan comme l'une de ses provinces.

Le département d'État a officiellement informé le Congrès de l'intention de l'administration de procéder à cette vente, qui était évoquée depuis plusieurs jours par la classe politique américaine.

Respect des promesses

Lundi, le chef de la diplomatie Mike Pompeo avait ainsi évoqué la question dans une interview à la chaine Fox. "Nous ne faisons que respecter nos promesses", disait-il.

Les élus ont maintenant 30 jours pour y faire opposition, ce qui ne s'est jamais produit depuis des décennies.

Taïwan dispose déjà d'une flotte de F-16 achetés en 1992 et l'accord passé avec Washington porte sur des appareils plus récents, équipés de technologies et d'armements modernisés.

Il prévoit que Taïwan recevra 66 avions, mais aussi 75 réacteurs, radars et pièces de rechange diverses qui permettront à l'aviation taïwanaise de maintenir ses avions en bon état, ainsi que des armements divers.

"La coopération militaire avec Taïwan a permis de promouvoir la paix et la sécurité dans le détroit de Taïwan et dans la région, et elle continuera de le faire", a précisé le responsable de la diplomatie américaine ayant requis l'anonymat.

Pour Pékin, Taïwan est chinoise
La Chine considère Taïwan comme une partie de son territoire. L'île est dirigée par un régime rival qui s'y était réfugié après la prise du pouvoir des communistes sur le continent en 1949, à l'issue de la guerre civile chinoise.

De son côté, Washington, qui a rompu en 1979 ses relations diplomatiques avec Taipei afin de reconnaître Pékin comme le seul représentant de la Chine, reste l'allié le plus puissant du territoire insulaire et son principal fournisseur d'armes.

De fait, le président Donald Trump n'a pas fait mystère de ses intentions de renforcer les liens avec l'île, notamment en lui vendant des systèmes d'armement sophistiqués.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 4c651ba646

ce sont des F-16 C/D Block 70
https://www.flightglobal.com/news/artic ... er-460384/

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5189
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Les dépenses militaires et les ventes d'armes

Message par Raminagrobis » 21 août 2019, 12:35

"malgré" ? :lol:
Toujours moins.

Répondre