Nicaragua

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

nemo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4124
Inscription : 11 oct. 2005, 03:46
Localisation : Limoges

Re: Nicaragua

Message par nemo » 01 janv. 2015, 16:57

phyvette a écrit :
Alturiak a écrit :Les Chinois savent y réfléchir à deux fois avant de se lancer dans de tels projets, je leur fais confiance pour éviter les délires mondialistes.
Sans même présager de la catastrophe environementale possible et/ou humaine certaine, j'ai la faiblesse de croire que le projet n'ira pas à son terme, et dans le cas contraire que ce canal ne sera jamais rentable.

Le prix du devis initial ce monte à us$ 50 Milliards, soit à peine le double du prix d'un gazoduc comme South Stream. :^o
Le constructeur Chinois est une sorte de Xavier Niel qui n'a pas la moindre compétence en BTP. :-"
L'histoire des canaux transocéaniques te donne raison elle est pleine de faillite, escroquerie et autre magouille. Celui là fera-t-il exception?
"Tu connaîtras la vérité et la vérité te rendra libre"
Saint Jean 8, 32

"N'est pas musulman celui dont le voisin doit craindre la nuisance"
Prophète Mohamed

"Dans le spectacle la vérité est un moment du mensonge"
Debord

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59589
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Nicaragua

Message par energy_isere » 01 mars 2015, 21:20

Ah , enfin un article trés intéressant sur le projet de canal au Nicaragua.
Pas un un média Européen pour s' intéresser à ce sujet.
Canal du Nicaragua : percée stratégique de la Chine en Amérique

Image
Daniel Ortega, président du Nicaragua, et Wang Jing, président de l'entreprise chinoise HKND, le 14 juin 2013 à Managua, lors de signature du contrat sur la construction du "Grand canal interocéanique du Nicaragua". (Source photo : hknd-group.com)


MANAGUA / MADRID, 9 février 2015 LatinReporters.com

Creuser au Nicaragua un canal interocéanique à moins de 600 km de celui de Panama et pouvoir le gérer pendant un siècle sera, en cas de réussite de l'entreprise chinoise maître d'ouvrage, une percée stratégique de la Chine sur le continent Amérique, au-delà donc de l'Amérique latine.

Stratégique, car d'une importance déterminante du point de vue tant commercial que géopolitique. Et cela à la fois pour la Chine et les pays américains, États-Unis y compris.

Le début de la construction de l'une des routes qui desserviront le mégachantier a été officialisé le 22 décembre dernier par les premiers coups de pioche sur le terrain et les discours à Managua du sandiniste Daniel Ortega, président du Nicaragua, et de Wang Jing, président de la compagnie chinoise Hong Kong Nicaragua Canal Development Investment Co. Limited (HKND Group).

Les deux hommes avaient signé le 14 juin 2013 le contrat qui attribue à HKND le tracé, le développement, l'ingénierie, les accords de financement, la construction, l'exploitation, l'entretien et l'administration d'un canal entre les océans Atlantique et Pacifique.

Concession de 50 ans renouvelable

Le projet prévoit aussi la construction de deux ports, d'un aéroport international, d'une zone franche, de plusieurs complexes touristiques, d'une centrale hydroélectrique, de deux cimenteries et d'autres installations garantissant la bonne marche des travaux.

La compagnie chinoise évalue que les travaux nécessiteront l'embauche de 50.000 salariés, dont 50% de Nicaraguayens, la main d'oeuvre qualifiée étant assurée par des expatriés, principalement Chinois. Les projections du gouvernement nicaraguayen y ajoutent avec optimisme plusieurs centaines de milliers d'emplois dérivés.

D'une durée initiale de 50 ans, la concession exclusive octroyée à HKND pourra, à sa demande, être prorogée de 50 autres années.

De l'embouchure du fleuve Brito, sur l'océan Pacifique, à celle du fleuve Punta Gorda, sur la mer des Caraïbes et l'Atlantique, le canal du Nicaragua s'étendra, précise HKND dans sa description détaillée du projet datée de décembre 2014, sur 275 km (278 selon les autorités nicaraguayennes), y compris 16 km dragués dans les océans pour garantir les accès. La largeur de l'ouvrage variera, selon les tronçons, de 230 à 520 m.

Image

Sur 107 km, soit plus du tiers de son parcours, le canal utilisera le lac Nicaragua, vaste réservoir d'eau douce de 8.264 km². Pour y assurer la navigabilité sur une profondeur proche de 30 m, il faudra le draguer massivement, ce qui exacerbe, ainsi que les expropriations et les déplacements d'habitants, une notable opposition écologique et sociale au projet interocéanique. La création d'un lac artificiel sur le versant atlantique est également polémique.

Insuffisance du canal de Panama élargi ?

Le coût estimé des travaux est actuellement de 50 milliards de dollars. Plus surprenante est la prévision de leur durée : à peine cinq ans, la traversée du canal par le navire qui l'inaugurera étant annoncée par HKND pour 2020.

À titre de comparaison, les travaux du seul élargissement du canal de Panama, long de 78 km, soit quasi quatre fois moins que le canal du Nicaragua, ne se concluront que cette année, voire en 2016, huit ou neuf ans après leur lancement en septembre 2007.

Il semble paradoxal que la construction du canal du Nicaragua s'ouvre au moment où le canal de Panama se dote d'un troisième jeu d'écluses pour permettre le transit de nouveaux gabarits du commerce maritime, de navires appelés significativement post-Panamax, trop grands pour les jeux d'écluses 1 et 2.

Mais pour justifier son projet au Nicaragua, HKND affirme que, même réaménagé pour accueillir des navires portant 13.000 conteneurs (contre un maximum de 5.000 aujourd'hui), le canal de Panama ne tardera pas à se révéler insuffisant à cause, d'une part, de la croissance rapide du commerce entre l'Asie et le continent américain et, d'autre part, de la hausse incessante des gabarits pour raison de rentabilité.

HKND affirmait à l'époque de la signature de son contrat avec le Nicaragua, en 2013, que déjà 10% de la flotte mondiale des porte-conteneurs ne pourrait pas, pour raison de dimension, traverser le canal de Panama élargi.

Séduire tant l'Amérique latine que l'Amérique du Nord

Selon l'entreprise chinoise, le canal du Nicaragua, plus large et plus profond, pourra traiter des bâtiments super-post-Panamax transportant jusqu'à 23.000 conteneurs. Cette capacité, quasi la double de celle que permettra le canal de Panama réaménagé, animera la course aux grands gabarits à laquelle participent non seulement les navires porte-conteneurs, mais aussi les pétroliers, les céréaliers et les minéraliers.

Il en résulterait, croit HKND, une accélération de la croissance des échanges commerciaux entre le continent américain et l'Asie, une perspective qui pourrait séduire tant l'Amérique latine que l'Amérique du Nord. Cette dernière apprécierait en outre, selon divers observateurs, que la navigation entre côtes est et ouest des États-Unis et du Canada soit raccourcie de 800 km via le canal du Nicaragua.

La Chine, elle, grande consommatrice de matières premières, verrait mieux garanti son approvisionnement en minerais, en hydrocarbures et en produits alimentaires latino-américains. Cette voracité a elle-même accru considérablement l'influence de Pékin en Amérique latine.

....................
http://www.latinreporters.com/nicaragua ... 5kbfr.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59589
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Nicaragua

Message par energy_isere » 19 avr. 2017, 13:17

2 ans plus tard, le percement du canal ..... n' a pas commencé.
Avec son Grand Canal, le Nicaragua rêve de concurrencer Panama

Le président Daniel Ortega a fait de la construction d’un canal transocéanique rival de celui de Panama sa grande promesse électorale. Un projet pharaonique déjà envisagé 72 fois depuis la conquête espagnole

16 novembre 2016

Sur place, les riverains sont incrédules. «Tout est calme ici, confirme Rúnel, un agriculteur de Brito. Nous n’avons vu aucune machine depuis 2014. Et personne n’est venu négocier avec nous pour les terres.» Inaugurés en grande pompe fin 2014, les travaux du méga projet n’ont toujours pas démarré. Seuls témoins du passage des pelleteuses et des ingénieurs de Hongkong Nicaragua Canal Development (HKND) – le groupe chinois qui a obtenu la concession: quelques forages scellés, envahis par la végétation.
................
Le groupe HKND et les autorités sandinistes misent, eux, sur un rapide retour sur investissement. Brandissant une étude du cabinet de conseil McKinsey, Manuel Coronel Kautz expose la stratégie: «5000 à 6000 traversées par an, totalisant un revenu de 7 à 8 milliards», grâce notamment au développement des «post-post-Panamax». Ces super-cargos du futur pourront charger plus de 13 000 conteneurs mais seront trop gros pour emprunter le canal de Panama. Même dans sa version élargie, en juin, à 43 mètres.
.................

De quoi laisser planer quelques doutes sur sa construction. Silence radio du côté du groupe HKND, dont on ne connaît que l’actionnaire principal Wang Jing. Depuis que le magnat des télécommunications a perdu 85% de sa fortune dans le krach de Shanghai peu de gens croient, au Nicaragua, que le canal puisse être achevé un jour. Mais la concession, qui court sur un siècle, stipule que HKND peut envisager le canal et les sous-projets de manière séparée.
...................
https://www.letemps.ch/monde/2016/11/16 ... cer-panama

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7720
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: Nicaragua

Message par phyvette » 19 juin 2018, 20:08

Le Nicaragua pays le plus pauvre d’Amérique centrale, est dorénavant un candidat plus que crédible à l'effondrement systémique.
Gilles a raison
Gilles a tjs raison
Si un membre a raison les 1 et 2 s'appliquent
Gilles ne contredit pas il éduque
Les idées de Gilles sont tjs bonnes
Gilles est obligé de penser pour tout le monde
Seul Gilles a une vision globale de la société

Répondre