L'Irak

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58602
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 21 oct. 2017, 11:54

Le russe Rosneft va payer jusqu'à 400 millions de dollars au Kurdistan pour des projets pétroliers

AFP le 18 oct. 2017

Le géant semi-public russe du pétrole Rosneft a annoncé mercredi un accord avec les autorités du Kurdistan irakien à qui il compte payer jusqu'à 400 millions de dollars pour exploiter ses vastes ressources en hydrocarbures, disputées avec le pouvoir central de Bagdad.

Le prix payé pour prendre une participation de 80% dans chacun des cinq blocs concernés ira "de 40 à 110 millions de dollars et pourrait atteindre au total 400 millions de dollars" dont la moitié réglable avec le brut pompé dans le projet, a indiqué le groupe contrôlé par l'Etat russe dans un communiqué. La société, sous sanctions occidentales à cause de la crise ukrainienne et dirigée par un très proche de Vladimir Poutine, Igor Setchine, n'a pas précisé la localisation de ces projets qui comptent, selon elle, des réserves estimées à 670 millions de barils de pétrole.

L'exploration est prévue pour commencer en 2018 et la production en 2021, a précisé Rosneft, qui a récemment annoncé négocier avec les autorités du Kurdistan pour y construire un réseau de gazoducs. Cet accord intervient trois semaines après le "oui" massif au référendum d'indépendance controversé au Kurdistan et alors que l'armée vient de reprendre quasiment toutes les zones dont les combattants kurdes s'étaient emparés progressivement depuis 2003.

Le coup le plus dur pour les Kurdes a été la perte des champs pétroliers de Kirkouk, qui ruine leur espoir d'un État indépendant détaché de l'Irak. Jusqu'ici, près des trois quarts de la production pétrolière de Kirkouk étaient exportés par le Kurdistan, contre l'avis de Bagdad. La Russie, qui compte d'importants intérêts économiques au Kurdistan, a dit considérer "avec respect les aspirations nationales kurdes", tout en appelant au dialogue pour trouver "une formule de coexistence".
https://www.connaissancedesenergies.org ... ers-171018

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58602
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 21 oct. 2017, 11:56

Total confirme être intéressé par des champ pétroliers irakiens

AFP le 18 oct. 2017

La compagnie française Total est intéressée par les champs pétroliers irakiens de Majnoun et de Nassiriya, a confirmé mercredi à Londres son PDG Patrick Pouyanné.

Le ministère irakien du Pétrole avait déjà fait état vendredi de l'intérêt de Total pour ces champs qui était exploité par Shell depuis 2010. "Nous avons rencontré le Premier ministre irakien à Paris et nous l'avons assuré que Total était toujours intéressé" par le pays, a affirmé M. Pouyanné. "Il y a énormément de pétrole peu coûteux à exploiter en Irak, tout est une question de risque et de bénéfice. Honnêtement, nous ne reprendrons pas le contrat de Majnoun aux mêmes conditions que Shell", a cependant prévenu le PDG.

M. Pouyanné a rencontré le Premier ministre, Haider al-Abadi, lors de la visite de ce dernier à Paris, début octobre. Il revient ainsi sur un vieux dossier de Total, qui avait montré son intérêt pour le champ de Majnoun dès les années 1990.

En 2009, le gouvernement irakien avait préféré l'offre de Shell, qui consistait à développer Majnoun pour arriver à une production de 1,8 million b/j, un chiffre exagéré, et tous les contrats ont depuis été révisés à la baisse. A l'époque, "cela avait été une frustration, mais peut-être que cette fois-ci... Les prix sont plus bas, l'Irak a besoin de produire plus, peut-être que nous arriverons à négocier un nouveau projet", a estimé M. Pouyanné.

Selon des experts, l'objectif serait de développer Majnoun pour arriver à une production de 800 000 à un million de b/j. Concernant le champ de Nassiriya, selon les experts, Petrochina négociait depuis quelque temps pour le développer et pour y construire une raffinerie d'une capacité de 150 000 b/j. Un autre groupe chinois, Sinopec, et Total devraient être partenaires minoritaires de Petrochina si les négociations aboutissaient à un contrat.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ens-171018

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58602
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 28 oct. 2017, 13:23

Pétrole: l'Irak accroît sa production dans le sud

AFP parue le 21 oct. 2017

L'Irak a accru depuis samedi de 200 000 barils par jour sa production pétrolière dans le sud du pays pour compenser celle de la province de Kirkouk, où le pompage a cessé à cause du conflit avec les Kurdes.

"La Basra Oil Company (BOC) a commencé samedi à pomper 200 000 b/j des champs du sud et du centre en plus des 2 200 000 barils exportés quotidiennement", a affirmé dans un communiqué le ministre du Pétrole, Jabbar al-Louaibi. "Il s'agit de compenser la quantité perdue par l'Irak après l'arrêt des exportations par le terminal turc de Ceyhan à cause des opérations en cours", a-t-il expliqué. "Ce surplus de pétrole sera exporté par les terminaux du sud."

Bagdad a lancé cette semaine une opération pour rétablir l'autorité du pouvoir central dans les zones du pays contrôlées par les combattants kurdes. Même si elles ont récupéré tous les champs de Kirkouk, les autorités fédérales irakiennes ne peuvent pas exporter le pétrole car elles n'ont pas accès à l'oléoduc construit en 2013 par les Kurdes.

Quant à l'oléoduc mis en place dans les années 1980 par Bagdad à la suite d'un accord avec la Turquie, il est hors d'usage à cause des attaques dont il a été l'objet et le démantèlement par les jihadistes des pompes pour acheminer le pétrole jusqu'en Turquie. Le "pompage des 200 000 b/j se poursuivra jusqu'à ce que les exportations du nord reviennent à la normale", a indiqué le ministre.

Le ministère a souligné que cette décision n'allait pas à l'encontre de l'engagement de l'Irak de réduire sa production, conformément aux décision de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep). Le porte-parole du ministère Assem Jihad a en outre indiqué que les autorités irakiennes avaient demandé aux responsables de la compagnie pétrolière un rapport sur l'état de l'oléoduc Kirkouk-Ceyhan et sur la rénovation de l'oléoduc de Bagdad.

L'exportation du pétrole du nord, sous contrôle kurde jusqu'à cette semaine, atteignait en moyenne 550 000 b/j, dont la moitié était extraite des champs de Kirkouk.
https://www.connaissancedesenergies.org ... tre-171021

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58602
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 12 nov. 2017, 13:04

Irak: offensive sur la dernière poche de l'EI dans le désert près de la Syrie

Par AFP , publié le 11/11/2017

Roummana (Irak) - Les forces irakiennes ont repris samedi plusieurs villages au cours d'une offensive sur la dernière poche jihadiste du pays, dans le désert occidental frontalier de la Syrie.

Appuyées par des combattants tribaux, les troupes gouvernementales "ont repris Roummana et son pont sur l'Euphrate" ainsi que dix autres villages, a indiqué dans un communiqué le général Abdelamir Yarallah, en charge des opérations.

Roummana est un village proche de la localité d'al-Qaïm, coeur du dernier bastion jihadiste d'Irak repris le 3 novembre par les troupes irakiennes.

Plusieurs officiers ont indiqué à un correspondant de l'AFP sur place que les forces irakiennes étaient parvenues à déjouer au moins deux attaques à la voiture piégée menées par des kamikazes de l'EI.

Cette avancée intervient quelques heures après le lancement d'une "vaste offensive" visant à reprendre Rawa, la dernière localité encore tenue par les combattants de l'EI. "Les troupes poursuivent leur progression", a assuré le général Yarallah.

Les opérations visent également à "nettoyer les zones à découvert dans le désert" dans l'ouest du pays, selon le Premier ministre Haider al-Abadi, également commandant en chef des armées.
https://www.lexpress.fr/actualites/1/mo ... 59818.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58602
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 12 nov. 2017, 13:07

L 'Irak évalue ses pertes dans la guerre avec Daech

REUTERS/ Thaier Al-Sudani 11.11.2017

Outre les graves pertes humaines et culturelles, la guerre avec Daech a infligé à l'Irak une centaine de milliards de dollars de pertes économiques, selon Haider al-Abadi.

Les pertes irakiennes liées à la lutte avec les terroristes de Daech se sont élevées à 100 milliards de dollars, soit plus de 85 mds EUR, a annoncé samedi le premier ministre irakien Haider al-Abadi.

.................
https://fr.sputniknews.com/internationa ... ak-pertes/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58602
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 13 nov. 2017, 18:48

L'Irak veut plus que doubler la production de pétrole à Kirkouk

AFP le 13/11/2017

Le ministre irakien du Pétrole, Jabbar al-Louaïbi, a affirmé lundi vouloir plus que doubler la production de pétrole de Kirkouk, province riche en hydrocarbures tout juste reprise par Bagdad aux Kurdes, pour atteindre 1 million de barils par jour.

Actuellement, la capacité totale de production dans la province septentrionale de Kirkouk est de "420.000 barils par jour", selon M. Louaïbi.

Mais seulement 120.000 barils par jour sont effectivement produits et les exportations sont à l'arrêt.

Lors d'une visite dans les champs pétroliers de cette région que le Kurdistan dispute aux autorités fédérales, M. Louaïbi a estimé que "la priorité est la reprise de l'exportation du pétrole de Kirkouk via l'oléoduc irako-turc dès qu'il sera réhabilité ou remplacé par un nouveau".

Depuis 2014, dans le chaos créé par la percée du groupe Etat islamique (EI), les Kurdes s'étaient emparé des champs et de l'ensemble des installations pétrolières de Kirkouk après avoir raccordé peu avant un oléoduc vers la Turquie, pour court-circuiter les exportations irakiennes.

L'oléoduc tenu par les autorités centrales à Bagdad était alors déjà hors d'usage. Un plan a été lancé en octobre pour le remettre en état mais les experts estiment que cela pourrait prendre jusqu'à deux ans.

Près d'un mois après la reprise par les troupes fédérales du pétrole et des raffineries de Kirkouk aux Kurdes, il faut "mettre au point un plan pour relancer la production des champs de Kirkouk", dont deux sont encore à l'arrêt, a poursuivi le ministre.

Il a également plaidé pour une reprise des exportations.

D'ici là, "30.000 barils par jour seront acheminés par camion-citerne vers l'Iran", pays voisin de l'Irak, a-t-il indiqué.

A terme, "les champs et les puits de Kirkouk seront rénovés et nous ambitionnons d'atteindre une production de 1 million de barils par jour, nous en sommes sûrs", a martelé le ministre.

Pour ce faire, il a évoqué la possibilité d'un contrat avec la compagnie British Petroleum (BP).

Cette visite est la première d'un ministre du Pétrole irakien depuis 2003 dans cette zone, qui n'est pas incluse dans les frontières de la région autonome du Kurdistan irakien mais où les forces kurdes s'étaient déployées au fil des ans.
http://www.boursorama.com/actualites/l- ... adffb11688

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58602
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 15 nov. 2017, 20:55

Pétrole: la Russie au chevet du Kurdistan irakien


Par Claire Fages RFI 15 novembre 2017

Le géant pétrolier russe Rosneft vient de verser plus d'un milliard de dollars au Kurdistan irakien. Une aide à la région autonome kurde, affaiblie depuis que Bagdad lui a repris les champs de pétrole de Kirkouk.

La Russie vole au chevet du Kurdistan irakien par l'intermédiaire de son géant du pétrole Rosneft. Le groupe russe vient d'annoncer qu'il avait versé une avance de 1,3 milliard de dollars aux autorités kurdes, pour des livraisons futures de pétrole. Une aide déguisée de la Russie au gouvernement d'Erbil.

Malgré son succès au référendum de septembre, la région autonome kurde d'Irak aurait perdu près d'un milliard de dollars depuis qu'elle est privée des champs pétroliers de Kirkouk. Le gouvernement fédéral irakien les lui a repris le 17 octobre dernier lors de son offensive contre le groupe Etat islamique.

Le Kurdistan, nouvel allié de la Russie

C'est la deuxième fois que Rosneft soutient le Kurdistan irakien en moins de deux mois, un nouvel affront pour le gouvernement de Bagdad.

Le mois dernier, la compagnie russe avait déjà signé un contrat d'exploration sur cinq blocs de pétrole dans la région autonome kurde. Ce qui avait mis en colère les autorités fédérales irakiennes. Bagdad avait dénoncé une « ingérence irresponsable ». Ce à quoi le directeur général de la société russe avait répliqué : « S'il y a un problème entre le gouvernement irakien et le Kurdistan, c'est à eux de le résoudre, je ne suis pas un homme politique, mon problème c'est de produire du pétrole ». Une répartie qui fait sourire quand on connaît le lien de Rosneft avec le Kremlin. A travers cette aide au Kurdistan irakien, la Russie se crée de nouveaux alliés, comme elle le fait avec les Kurdes de Syrie, sans trop de risques étant donné la faiblesse des pouvoirs centraux irakien et syrien.

L’Irak se rapproche de l’Iran

Pendant ce temps, pour vendre le pétrole de Kirkouk récupéré aux Kurdes, l'Irak se rapproche de l'Iran. Bagdad ne peut plus utiliser l'oléoduc des Kurdes vers la Turquie au Nord, alors il cherche à évacuer le brut vers l'Est, chez son ancien ennemi, l'Iran. Un projet d'oléoduc est ressuscité, mais ce sera très long étant donné le relief. Ce sont des camions qui transporteront le pétrole de Kirkouk dans les jours qui viennent, 15 000 barils par jour d'abord puis 60 000 barils. Insuffisant toutefois pour évacuer les 300 000 barils de Kirkouk. Le pétrole retiré aux Kurdes est encore loin de profiter aux Irakiens.
http://www.rfi.fr/emission/20171115-pet ... ie-rosneft

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58602
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 17 nov. 2017, 21:30

L'EI perd sa dernière localité en Irak

Par Ali Choukeir | Publié le 17/11/2017

L'Irak a repris vendredi en quelques heures la toute dernière localité tenue par le groupe Etat islamique (EI) sur son territoire, Rawa, infligeant une nouvelle défaite à l'organisation jihadiste qui ne contrôle plus que quelques zones désertiques à la frontière syrienne.

En Syrie, ravagée depuis 2011 par la guerre, l'EI est aussi dans une position critique, acculé dans son dernier bastion urbain, Boukamal, par les forces du président Bachar al-Assad.
............
.......... après Rawa, elle a désormais été chassée de tous les centres urbains d'Irak où elle exerçait un pouvoir militaire et administratif, et ses hommes ne tiennent plus que 4% du pays, selon un spécialiste irakien de l'EI interrogé par l'AFP.

"Ce qui a été libéré ce sont des zones délimitées administrativement et peuplées. Mais les oueds, les oasis, les étendues désertiques vides qui toutes ensemble représentent 4% du territoire irakien, sont encore entre les mains de l'EI", a expliqué Hicham al-Hachemi.

- A l'assaut des 'résidus' -
............
http://www.lavoixdunord.fr/267808/artic ... te-en-irak

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58602
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 29 nov. 2017, 21:00

L'Irak propose des contrats pour pétrole et gaz à des sociétés étrangères

Usine Nouvelle le 27/11/2017 Infos Reuters BAGDAD

L'Irak a invité lundi des compagnies étrangères à soumettre des offres pour des contrats portant sur l'exploration et le développement de réserves de pétrole et de gaz naturel dans neuf nouveaux blocs, le deuxième producteur d'hydrocarbures de l'Opep après l'Arabie saoudite voulant ainsi augmenter ses capacités.

"Nous invitons toutes les compagnies internationales à participer. Ce nouvel appel d'offres dans l'exploration vise à maximiser les réserves", a dit Jabbar al-Louaïbi, ministre du Pétrole du pays, lors d'une conférence de presse.

Cinq blocs proposés sont situés dans des zones frontalières avec l'Iran, trois non loin du Koweït et l'un est offshore, dans les eaux du Golfe, montre une présentation faite par des responsables du ministère du Pétrole.

Selon Jabbar al-Louaïbi, ces zones ont été "négligées" par le passé parce qu'elles étaient le théâtre de conflits entre l'Irak et ses voisins dans les années 1980 et 1990.

Les termes des appels d'offres seront finalisés en mai et la cérémonie de lancement de ces appels d'offres est prévue le 21 juin 2018, selon la présentation.

L'avis des compagnies internationales sera pris en compte au moment de la définition des contrats, a poursuivi le ministre du Pétrole.

Les conditions seront différentes des précédents contrats, dont Bagdad ne veut plus étant donné que les versements faits aux entreprises ne prenaient pas en compte les fluctuations des cours du pétrole.

Le budget de l'Irak est financé à plus de 90% par les recettes tirées du pétrole. Les finances du pays ont été durement éprouvées par la chute des cours intervenue à partir de la mi-2014.

"Nous sommes déterminés à apporter des changements significatifs aux nouveaux modèles de contrats d'exploration (...)", a poursuivi Jabbar al-Louaïbi, ajoutant que la liste des compagnies étrangères retenues sera rendue publique le 29 novembre.

Le ministre du Petrole a dit cette année que la capacité de production de l'Irak devrait atteindre cinq millions de barils par jour d'ici la fin de 2017, soit environ deux fois moins que l'Arabie saoudite.

La capacité actuelle du pays est de 4,8 millions de barils par jour et sa production est de 4,4 millions, le pays se conformant à l'accord conclu par l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et une dizaine d'autres nations portant sur la limitation des extractions de brut pour rééquilibrer le marché et soutenir les cours.
https://www.usinenouvelle.com/article/l ... es.N618793

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58602
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 02 déc. 2017, 20:48

L'Irak va construire un nouvel oléoduc vers la Turquie

AFP parue le 26 nov. 2017

L''Irak a décidé de construire un nouvel oléoduc pour permettre la reprise de l'exportation du pétrole de Kirkouk, province riche en hydrocarbures, vers le port turc de Ceyhan, a annoncé dimanche le ministère du Pétrole.

Après avoir d'abord envisagé de réparer l'ancien oléoduc, construit dans les années 1980, le Premier ministre Haider al-Abadi a annoncé à la mi-novembre qu'il optait pour la construction d'un nouvel oléoduc, l'actuel pipeline étant trop abîmé en raison notamment de sa mise à sac par le groupe État islamique (EI).

"Le ministre du Pétrole Jabbar al-Louaïbi a ordonné aux services et entreprises concernés au sein du ministère de préparer les documents nécessaires à la construction de ce nouvel oléoduc (...) afin de transporter le brut des champs pétroliers de Kirkouk vers le port de Ceyhan", indique dans un communiqué le porte-parole du ministère, Assem Jihad. "L'ancien oléoduc stratégique est trop endommagé par les attaques des gangs terroristes de Daech (acronyme en arabe de l'EI), ce qui empêche sa réhabilitation", a souligné M. Jihad.

Avant que les jihadistes ne s'emparent en 2014 de près d'un tiers du pays, l'Irak acheminait entre 250 000 et 400 000 barils de pétrole par jour via cet oléoduc vers la Turquie. Le nouvel oléoduc, d'environ 250 km, partira de Baïji, dans la province de Salahedinne, et remontera jusqu'au poste-frontière de Fichkhabour avec la Turquie, dans le nord de l'Irak. La portion de 90 km reliant les champs pétroliers de Kirkouk à Baïji, et celle de Fichkhabour à Ceyhan, n'ont pas besoin d'être réparées.

À la mi-octobre, à la suite du référendum d'indépendance au Kurdistan, les forces gouvernementales irakiennes avaient lancé des opérations militaires dans la province disputée de Kirkouk et repris les champs pétroliers aux mains des kurdes.
https://www.connaissancedesenergies.org ... uie-171126

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58602
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 09 déc. 2017, 12:42

Le Premier ministre annonce "la fin de la guerre" contre l'EI en Irak

AFP le 09/12/2017

Le Premier ministre irakien Haider al-Abadi a annoncé samedi "la fin de la guerre" menée depuis trois ans par les forces gouvernementales contre le groupe jihadiste Etat islamique (EI) en Irak.

"Nos forces contrôlent complètement la frontière irako-syrienne et j'annonce donc la fin de la guerre contre Daech (acronyme en arabe de l'EI)", a-t-il dit à Bagdad à l'ouverture d'une conférence organisée par le syndicat irakien des journalistes.

"Notre (...) ennemi (...) voulait tuer notre civilisation mais nous avons gagné grâce à notre unité et notre détermination. Nous les avons vaincus en peu de temps", a-t-il ajouté.

L'EI s'était emparé du tiers du pays en 2014 lors d'une offensive éclair, mettant en danger l'existence même de l'Etat irakien.

Aidées par une coalition internationale menée par les Etats-Unis, les forces irakiennes avaient lancé une contre-offensive pour reprendre le terrain perdu.
http://www.lepoint.fr/monde/le-premier- ... 403_24.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58602
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 16 déc. 2017, 14:25

Début de la réhabilitation de la plus grande raffinerie d'Irak

AFP parue le 14 déc. 2017

Les travaux de réhabilitation de la plus grande raffinerie d'Irak, actuellement à l'arrêt, ont commencé afin de relancer une partie de la production dès le début 2018, a affirmé jeudi à l'AFP le porte-parole du ministère du Pétrole.

"Le ministre du Pétrole a donné l'ordre d'accélérer les travaux de remise en état d'une des unités de la raffinerie de Baïji (nord) qui devrait produire 70 000 barils par jour (b/j)" au début de l'année prochaine, a expliqué Assem Jihad. "Nous espérons que les travaux s'achèveront dans les premiers mois de 2018 et le ministère a fourni les équipements nécessaires à cette fin", a-t-il ajouté.

Construite en 1975, la raffinerie produisait entre 250 000 et 300 000 b/j avant que le groupe jihadiste État islamique (EI) s'en empare en juin 2014.

En octobre 2015, lors de très violents combats qui ont endommagé le site industriel, les forces gouvernementales irakiennes avaient repris la ville et la raffinerie. Mais cette dernière est à l'arrêt depuis en raison des dégâts qu'elle a subis. "Cette réhabilitation va permettre de distribuer des produits raffinés pour le nord du pays et de réduire ainsi nos importations", a souligné Assem Jihad.

"Baïji est la ville d'Irak la plus détruite après la partie ouest de Mossoul", deuxième ville du pays entièrement reprise à l'EI en juillet, avait affirmé récemment Khazaal Hammadi, membre du conseil du gouvernorat.
https://www.connaissancedesenergies.org ... rak-171214

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58602
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 23 déc. 2017, 14:33

L'Irak a commencé à reprendre reprendre la gestion du champ pétrolier géant de Majnoun

AFP parue le 21 déc. 2017

L'Irak a commencé à reprendre l'administration du champ pétrolier géant de Majnoun, dans le sud du pays, après le retrait de la compagnie anglo-néerlandaise Shell, a annoncé jeudi le ministre du Pétrole Jabbar al-Louaïbi.

Un "comité de gestion exécutif a été formé pour reprendre le champ de Majnoun, ainsi que les prérogatives et documents, après la décision de Shell de se retirer".

La date butoir pour la reprise totale de la gestion du champ a été fixée "au 30 mars 2018" indique un communiqué de son ministère. "Des employés de Shell seront présents jusqu'à juin pour achever certaines procédures".

L'objectif est d'atteindre "une production de plus de 400.000 barils par jour au cours des années à venir", poursuit le texte, tout en réduisant les coûts de production du baril "de plus de 30%".

Il s'agit d'un système transitoire jusqu'à ce que le ministère choisisse un nouveau repreneur. Parmi les candidats figurent notamment Total, qui avait été coiffé sur le poteau par Shell en 2009. Un nouvel appel d'offres devrait être lancé prochainement.

En 2009, Bagdad avait choisi Shell pour développer le champ dont les réserves sont estimées à 12,58 milliards de barils. La compagnie s'était donné pour objectif d'atteindre une production de 1,8 million b/j, mais ce chiffre est apparu exagéré et tous les contrats ont depuis été révisés à la baisse.

En 2013, le ministère irakien du Pétrole avait accusé le producteur d'hydrocarbures anglo-néerlandais de lui avoir fait subir un manque à gagner de 4,6 milliards de dollars en raison de retards de production, dans une lettre consultée par l'AFP.

Peu après, Shell avait exprimé son désir de mettre un terme à son contrat, devenu moins profitable, après trois années d'exploitation de Majnoun.
https://www.connaissancedesenergies.org ... oun-171221

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58602
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 30 déc. 2017, 20:52

Une compagnie chinoise va développer un champ pétrolier près de Bagdad

AFP parue le 24 déc. 2017

La compagnie publique chinoise ZhenHua Oil a obtenu l'accord pour développer un champ pétrolier à l'est de Bagdad qui devra produire 40.000 barils par jour, a annoncé dimanche le ministère irakien du Pétrole.

"L'objectif du ministère est de développer la partie sud du champ pétrolier Est-Bagdad pour arriver à produire 40.000 b/j sous cinq ans à compter de l'entrée en vigueur du contrat", a affirmé à l'AFP le porte-parole du ministère.

Ce champ dépend de la Compagnie pétrolière du centre (Midland Oil Company), une société publique irakienne.

Il se trouve au sud du quartier populaire de Sadr City. La production sera utilisée pour la consommation intérieure, soit pour la raffinerie de Dora, soit pour alimenter les centrales électriques proches de ce champ.

Selon le contrat, l'entreprise chinoise, dont c'est le premier contrat en Irak, s'engage à construire une ville pour loger les travailleurs, avec les services afférents, notamment une école maternelle et une infirmerie.

Le contrat oblige aussi la compagnie à employer au début 50% d'Irakiens puis ensuite 80%.
https://www.connaissancedesenergies.org ... dad-171224

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58602
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: L'Irak

Message par energy_isere » 30 déc. 2017, 20:53

Irak: appel d'offres pour un nouvel oléoduc entre Kirkouk et la Turquie

AFP parue le 24 déc. 2017

Le ministère irakien du Pétrole a lancé dimanche un appel d'offres pour la construction d'un nouvel oléoduc reliant les champs pétroliers de la province de Kirkouk, repris récemment aux Kurdes, à la frontière turque.

Cet oléoduc de 350 km et d'une capacité de "plus d'un million de barils par jour" suivra le même tracé que l'ancien, construit dans les années 1980 mais hors d'usage en raison des multiples attaques et pillages du groupe jihadiste Etat islamique (EI) ces dernières années.

L'objectif est d'acheminer vers le terminal turc de Ceyhan, via le poste-frontière de Fichkhabour, le pétrole de la province de Kirkouk, dont le gouvernement fédéral a repris en octobre le contrôle par la force aux dépens des autorités régionales du Kurdistan.

L'appel d'offres s'adresse aux "compagnies internationales et locales" et sera financé sous forme de "Build, Operate and Transfer" (BOT, "Construire, exploiter et transférer"). Le ministère précise que 25% du projet doit être accordé à des compagnies locales.

La date pour déposer les dossiers a été fixée au 24 janvier 2018.

Après avoir d'abord envisagé de réhabiliter l'ancien oléoduc, le Premier ministre Haider al-Abadi avait annoncé mi-novembre qu'il optait pour la construction d'un nouveau.

Avant que les jihadistes ne s'emparent en 2014 de près d'un tiers du pays, l'Irak acheminait entre 250.000 et 400.000 barils de pétrole par jour vers la Turquie via cet oléoduc.

La nouvelle conduite partira de Baïji, dans la province de Salaheddine, et remontera jusqu'au poste-frontière de Fichkhabour avec la Turquie, dans le nord de l'Irak.

La portion de 90 kilomètres reliant les champs pétroliers de Kirkouk à Baïji, et celle de Fichkhabour à Ceyhan, n'ont pas besoin d'être réparées.

En octobre, à la suite du référendum d'indépendance au Kurdistan, les forces gouvernementales irakiennes avaient lancé des opérations militaires dans la province disputée de Kirkouk et repris les champs pétroliers aux Kurdes.
https://www.connaissancedesenergies.org ... e-171224-1

Répondre