Birmanie (Myanmar)

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59138
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Birmanie (Myanmar)

Message par energy_isere » 18 juin 2013, 12:55

suite de ce post du 25 Aout 2009 viewtopic.php?p=249964#p249964

Le gazoduc de 870 km entre la cote Birmane et le frontiére chinoise est terminé. Il pourrait etre mis en service si ce n' est que la suite du gazoduc en Chine (sur 1600 km !) à pris du retard d' au moins 3 mois.

Et en Septembre c' est un oleoduc de 770 km qui doit étre terminé.
Myanmar gas pipeline complete but cites China delays

17 Jun 2013

Reuters reported that a pipeline connecting western Myanmar to China is ready to carry gas from July, but it won't be fully operational for about three more months due to construction delays in China.

Myanmar's energy minister said that the multibillion-dollar pipeline stretches 870 km (540 miles) from the Indian Ocean to the Chinese border and will deliver oil and gas to energy thirsty western China and generate much needed revenue for Myanmar's new reformist government.

Mr Than Htay in an interview in the capital said that "The pipeline construction inside Myanmar is 100 percent finished. But the China portion that is over 1,600 km (990 miles) long, they are not able to finish in time.”

Despite the delay, gas will begin flowing in the $2 billion pipeline from July but it will be used domestically until construction in China is completed, he told Reuters. He said that "For Myanmar's domestic utilisation, we can take (gas) starting from July.”

He added that a parallel USD 2.3 billion 770 km oil pipeline would be completed in September.

China National Petroleum Corp the country's top oil and gas producer, owns the pipelines, which will channel natural gas from the Shwe fields off the coast of Western Rakhine State along with oil originating from the Middle East and Africa.
http://www.steelguru.com/chinese_news/M ... 15522.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59138
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Birmanie (Myanmar)

Message par energy_isere » 31 août 2013, 12:14

La plus importante mine ed Cuivre de Birmanie à Letpadaung devrait reprendre ses activités prochainement, après la fermeture du aux heurts sociaux de Novembre 2012.
Des villages doivent êtres détruits pour laisser place aux excavations......Et il y a le problème de la pollution.
Letpadaung Copper Mine to Resume Operations

July 26, 2013 irrawaddy.org

Image


The controversial Letpadaung copper mine is set to resume operations, a union minister said on Thursday, following the signing of a new contract that gives the government a large share of the mine’s profits.

Hla Tun, a union minister from the President’s Office who chairs the Letpadaung mining project implementation committee, said 1,300 employees would soon return to work at the mine in northwest Burma’s Sagaing Division.

“The mining project will start in the next two months,” he told reporters at a press conference in Naypyidaw, adding that the project would be a model for other foreign companies seeking to invest in the country.

Burma’s government and the Chinese-backed Wanbao Mining Ltd signed a new contract this week with amendments to the former contract, which was signed during the previous military regime.

Operations at the mine have been suspended since November, following a brutal police crackdown on peaceful protesters who opposed the project’s environmental and social impact on local communities. The crackdown left dozens of people injured and prompted the government to set up a parliamentary committee to investigate the project’s viability.

Wanbao pledged in the new contract to meet international environmental standards and to give jobs to local people, while also investing in education, health care and community development.

“Our project will benefit the community,” Geng Yi, manager of Myanmar Wanbao Mining Copper Ltd, told reporters. “People in the community will see improvements in education and health care.”

Burma’s deputy minister of religious affairs, Soe Win, said the project would affect local Buddhist sites.

“All pagodas at the mining site need to be relocated because it is not suitable to keep them in the mining area,” he said. “We have already talked to other senior monks about this.”

The new contract was signed on Wednesday by the government and Wanbao without prior consultation with the public.

“In the past there were problems because they signed the contract without informing the public,” said Khin San Hlaing, a lawmaker and member of the parliamentary committee tasked with investigating the mining project after the crackdown. “Now they have done it again, failing to inform the public.”

“I only learned about this a day ago when they came to explain in Parliament,” she added. “Even then, they did not explain the details.”

Wanbao says it has invested US $600 million in the project and the company intends to produce 40,000 tons of copper monthly.
........................
http://www.irrawaddy.org/archives/40818


Image
Protesters hold banners as they march against the Letpadaung copper mining plan in Yangon, Myanmar, on November 26. The project has aroused controversy for months over allegations of corruption. Photo: AFP
http://www.globaltimes.cn/content/746784.shtml
....Than Naing, a 40-year-old local worker on the project, told the Global Times he was pleased with the current job with a salary of $230, and is expecting a raise once the project goes into operation. The company is promising to provide more training opportunities.....
salaire d' un ouvrier : 230 $ par mois. :?
The project, jointly developed by China's State-owned enterprise Wanbao Mining Ltd and its partner, the Union of Myanmar Economic Holdings Ltd (UMEHL), has come under fire over the past few months.
Les Chinois sont dans le coup.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59138
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Birmanie (Myanmar)

Message par energy_isere » 27 mars 2014, 20:17

suite de ce post de Mars 2013 qui annoncait des enchéres viewtopic.php?p=344593#p344593

et bien voila :

Shell, Statoil, Total en autres ont été selectionnés par les enchéres.

Il ya eu attribution de 10 blocs d' exploration en eaux peu profondes, et 10 autres en eaux profondes.
Blocs pétroliers et Gaziers.

Shell, Statoil, Total, Others Win Myanmar Oil, Gas Exploration Block

Rigzone news March 26, 2014

YANGON, March 26 (Reuters) - International oil majors including Royal Dutch Shell, Statoil, ConocoPhillips and Total won rights to explore for oil and gas off Myanmar, according to the Southeast Asian country's Ministry of Energy.

Myanmar has awarded 10 shallow-water blocks and 10 deepwater blocks in an auction process that began in April last year, according to a posting on the ministry's website on Wednesday.

Winners of deepwater blocks will be able to explore and operate the blocks on their own, while shallow-water winners will need to work with a registered local partner, according to the terms of the production sharing contracts.

Myanmar's oil and gas sector attracts the largest share of foreign investment, accounting for $13.6 billion, or 40 percent, of total accumulated foreign investment through September, according to the Central Statistical Organisation (CSO).

Myanmar exported $3.7 billion worth of gas in the fiscal year to March 31, 2013, mostly to neighbouring Thailand, up from $3.5 billion the year before.

The country's proven natural gas reserves totalled 7.8 trillion cubic feet (tcf) at the end of 2012, according to BP's Statistical Review of World Energy.

A total of 160 local companies have registered with the Ministry of Energy as potential partners for winners of the shallow-water blocks, but industry sources say only a few of them have any oil and gas experience.

Contracts winners will have to complete environmental and social impact assessments and submit reports to the Investment Commission before starting operation.
http://www.rigzone.com/news/oil_gas/a/1 ... ion_Blocks

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59138
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Birmanie (Myanmar)

Message par energy_isere » 05 août 2014, 13:31

ENI remporte des blocs d' exploration à terre dans un appel d' offre en Birmanie.
L 'exploration va durer 6 ans.
Eni Inks PSCs for 2 Onshore Exploration Blocks in Myanmar

August 01, 2014 rigzone

Italy's Eni, following its participation in the competitive International Bid Round launched by the Republic of the Union of Myanmar, signed in Nay Pyi Taw in presence of the Country’s Energy Ministry, two Production Sharing Contracts (PSC) for RSF-5 and PSC-K onshore blocks in Myanmar.

The Joint Venture is between Eni, the Operator with a 90 percent participating interest through Eni Myanmar B.V, and the Myanmar Production and Exploration Company Ltd (10 percent).

Blocks RSF-5 covers an area of 499 square miles (1,292 square kilometers) in the prolific Salin Basin about 310 miles (500 kilometers) north of Yangon, while block PSC-K covers an area of 2,352 square miles (6,558 square kilometers) in the unexplored Pegu Yoma-Sittaung Basin, in the central part of Myanmar.

The exploration period will last 6 years, subdivided in 3 phases.

This agreement marks Eni’s first entry into Myanmar, a rapid expanding economy, and confirms its strategy to reinforce its presence in the South East Asia region, where Eni is already present in China, Vietnam, Indonesia and Timor Leste.
https://www.rigzone.com/news/oil_gas/a/ ... in_Myanmar

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59138
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Birmanie (Myanmar)

Message par energy_isere » 09 nov. 2014, 13:19

le Myanmar projette de passer de 4.5 GW de production électrique actuellement à 29 GW dans les 15 prochaines années.

66% de la production actuelle est hydroélectrique.
Myanmar plans 41 new power plants in 15 years

November 3, 2014 evwind

Myanmar has mapped a 15-year power development plan to meet increasing demand, setting its sights on boosting capacity from 4,581 megawatts to over 29,000MW in 2031.

According to Myint Oo, director at the Ministry of Electric Power, the plan will shift Myanmar’s focus from hydropower to other energy sources, including coal, natural gas, solar, and wind power. In 2031, Myanmar is set to have 41 power plants. Besides the capacity boost, the authorities are also focusing on reducing transmission and distribution loss on its antiquated national grid.

“We have planned to implement many power projects exploiting available resources in Myanmar to fulfil surging power demand in the near future,” the official said.

As of September 2014, from 814 power plants across the country, the total generation capacity was 4,581MW, of which 3,044MW (66.46 per cent) was from hydropower. High reliance on hydropower causes unstable supply, as the reservoirs behind dams shrink during the hot season.

As of September 17, with 33 per cent of the population having access to electricity, the peak load was 2,171MW and per-capita consumption was 232 kilowatt hour.
http://www.evwind.es/2014/11/03/myanmar ... ears/48495

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59138
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Birmanie (Myanmar)

Message par energy_isere » 09 nov. 2014, 14:53

Birmanie: chercheurs de charbon au fond des eaux

31.10.2014 presse-ocean

Chercheur de charbon au fond des eaux: la profession existe, en Birmanie, où la population dépend largement au quotidien de ce combustible traditionnel.

Que ce soit dans les cuisines familiales ou chez les restaurateurs de rue, le charbon reste au coeur des foyers dans ce pays d'Asie du sud-est en développement, où les deux tiers de la population n'ont toujours pas accès à l'électricité.

Vendeur de charbon est ainsi une profession répandue, qui a pignon sur rue sur les marchés, où les sacs du combustible noir s'entassent par montagnes.

La plus grande partie du charbon est fabriquée artisanalement.

Mais une minorité du précieux combustible connaît un curieux destin avant d'arriver là: il est pêché dans les voies d'eau de la région par des plongeurs, qui sont plusieurs dizaines à vivre de ce métier.

Than Hlaing fait partie des plongeurs de cette petite entreprise familiale, au sein de laquelle pères, cousins et frères plongent ensemble, à la recherche de charbon.

"Nous pensons qu'il vient de cargaisons de bateaux qui transportaient du charbon il y a des années", explique Than Hlaing, sur le petit bateau qui l'emmène sur le site de plongée du jour, sur le fleuve Yangon, tout près de la première ville du pays, Rangoun.

La mousson est la haute saison pour ces plongeurs. La visibilité sous l'eau est meilleure, avec comme contrepartie, des plongées rendues dangereuse par la puissance des courants.

Ils organisent leurs plongées au hasard, notamment dans la zone de confluence du fleuve Yangon et de la rivière Pan Hlaing.

- Epaves de bateaux -

Les plongeurs sont à la recherche d'épaves de bateaux ayant sombré ou d'autres qui auraient volontairement rejeté une partie d'une cargaison trop lourde.

Les hommes plongent à plusieurs dizaines de mètres de profondeur. Leur équipement est rudimentaire: le tuyau fixé à leur bouche est alimenté en oxygène par un moteur diesel.

"Le principal danger, c'est quand le tuyau d'oxygène relié aux plongeurs casse et quand le moteur tombe en panne", explique Than Hlaing.

Les hommes tendent hors de l'eau des paniers tressés remplis de gros blocs de charbon, destinés à être revendus à des grossistes.

Ces derniers mois, à six plongeurs, ils ont remonté entre 160 et 800 kilos de charbon par jour.


Chaque kilo de charbon ainsi récupéré leur rapporte environ 18 centimes d'euro, soit jusqu'à 144 euros pour toute l'équipe les meilleurs jours.

Quand le filon du charbon se tarit, les plongeurs trouvent à se faire engager pour récupérer d'autres types de cargaisons. Il leur arrive parfois d'être engagés par des bateaux dont l'ancre est restée coincée au fond du lit de la rivière.

"Parfois, nous trouvons des morceaux de fer", explique Than Hlaing, qui joue alors les ferrailleurs sous-marins.
..............
http://www.presseocean.fr/actualite/bir ... 014-134817
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59138
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Birmanie (Myanmar)

Message par energy_isere » 12 mars 2016, 13:51

Birmanie : Aung San Suu Kyi envisage de renoncer à un grand barrage avec la Chine

AFP le 09 mars 2016

Le parti d'Aung San Suu Kyi, qui prendra les rênes du pouvoir en Birmanie début avril, envisage de renoncer à un mégaprojet chinois de barrage et de s'attaquer aux privilèges d'un conglomérat détenu par l'armée.

Après une longue transition politique, la Ligue nationale pour la démocratie (NLD) va devoir rapidement s'atteler aux problèmes économiques et sociaux d'un pays laissé en ruine par près de 50 années de dictature militaire.

Pour Hantha Myint, chargé des questions économiques au sein du parti, le nouveau gouvernement pourrait notamment tout de suite revoir complètement le projet de construction d'une centrale sur le fleuve Irrawaddy à Myitsone, en Etat Kachin, dans le nord du pays.

Ce chantier, de 3,6 milliards de dollars, dont l'électricité était destinée à la Chine, est soutenu par le géant de l'énergie China Power Investment Corp.

Hantha Myint, ingénieur de formation, a notamment souligné le danger potentiel de cette construction prévue à proximité d'une ligne de faille sismique.

Ce projet avait déjà été gelé en 2011 par le gouvernement, ce qui avait provoqué la colère de Pékin, premier partenaire commercial de la Birmanie.

"Si nous refusons de construire un barrage à Myitsone nous pouvons construire d'autres barrages en amont", a-t-il ajouté.

Ye Htut, porte-parole du président sortant, a rappelé que ce projet avait été gelé jusqu'à la fin du mandat du gouvernement et que la décision finale revenait maintenant au prochain exécutif.

"Nous avons suspendu 68 projets différents. Pour tous ces projets, comme pour Myitsone, ce sera au prochain gouvernement de décider", a-t-il déclaré mercredi à l'AFP.

Pour la NLD, cela pourrait être également le moment de revoir les privilèges accordés au Myanmar Economic Holdings Limited (MEHL) - conglomérat militaire présent de la construction aux transports.

"Nous ne serons pas en mesure de donner au MEHL les avantages que leur a accordés le gouvernement précédent", a affirmé à l'AFP Hantha Myint.

Une grande partie de l'économie birmane est aux mains d'immenses conglomérats, construits à l'époque de la junte. Certains magnats ont bâti des empires grâce à leurs liens avec les militaires et se sont partagé les secteurs les plus lucratifs de ce petit pays au sous-sol très riche.

Depuis son élection en 2012 comme députée Aung San Suu Kyi s'est montrée très pragmatique dans ses relations avec ces magnats. Mais aussi avec la Chine, notamment lors de l'enquête parlementaire qu'elle a dirigée après la répression d'une manifestation contre une mine de cuivre chinoise.

Cette enquête avait finalement donné le feu vert à la mine, provoquant la colère des habitants. La compagnie chinoise a d'ailleurs annoncé le lancement de l'extraction en mai.

Jeudi, la NLD doit annoncer le nom de son candidat au poste de président et la composition du futur gouvernement est attendu dans les jours qui viennent.
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... e-160309-0

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59138
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Birmanie (Myanmar)

Message par energy_isere » 19 août 2016, 11:41

suite du post au dessus.
Pékin n'exploite pas abusivement la Birmanie, assure la presse chinoise, défendant un barrage controversé

AFP le 19 août 2016

Les accusations selon lesquelles la Chine exploiterait abusivement les ressources naturelles de la Birmanie sont infondées, affirmait vendredi la presse étatique chinoise, alors qu'une visite de l'ex-opposante birmane Aung San Suu Kyi à Pékin est assombrie par un projet de barrage controversé.

La visite de cinq jours de Mme Suu Kyi, désormais ministre des Affaires étrangères de son pays et de facto chef du nouveau gouvernement birman, constitue son premier véritable déplacement officiel à l'étranger depuis la victoire de son parti aux élections libres historiques de novembre 2015.

Or, la relance du projet de barrage de Myitsone (nord de la Birmanie), un projet de 3,6 milliards de dollars dont l'électricité sera destinée à la Chine mais dont le chantier est gelé depuis cinq ans, est une priorité du gouvernement chinois. Mme Suu Kyi, qui doit s'entretenir vendredi avec le président chinois Xi Jinping, a déjà accepté de "mettre en place une commission d'enquête pour résoudre de façon adéquate" la question du barrage, selon le vice-ministre chinois des Affaires étrangères Liu Zhenmin.

Une "véritable avancée" n'est guère probable durant la visite de la dirigeante birmane, mais "ce n'est plus qu'une question de temps avant que le chantier ne reprenne", se réjouissait vendredi le quotidien Global Times, au ton nationaliste et lié au Parti communiste. Avant de rejeter l'idée selon laquelle Pékin exploiterait les ressources birmanes: "Cette idée malavisée résulte de soubresauts de l'opinion aux tout débuts de la démocratisation (birmane) et de manipulations de la part des médias occidentaux", affirme le journal.

A la suite de manifestations populaires d'opposition à ce barrage en Birmanie et de l'autodissolution de la junte en 2011, le régime semi-civil qui lui a succédé avait gelé la même année ce projet, provoquant la colère de Pékin. A l'époque, le barrage était devenue le symbole de la domination économique chinoise sur la Birmanie.

Après l'arrivée au pouvoir du parti d'Aung San Suu Kyi, "il n'y plus de raison que le barrage de Myitsone soit réexaminé avec une perspective politique", a encore estimé le Global Times. Le China Daily, un autre quotidien officiel, saluait quant à lui en Mme Suu Kyi une dirigeante "politiquement réaliste" et pragmatique, ayant compris l'importance de "rassurer la Chine", premier partenaire commercial de son pays.

Si la Birmanie s'est rapprochée des Etats-Unis durant sa transition démocratique après 2011, elle a également besoin de l'aide de Pékin pour des négociations de paix avec des groupes armés rebelles que l'armée birmane combat depuis début 2015 dans une zone frontalière entre les deux pays.
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... rse-160819

Répondre