Niger

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59684
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 19 févr. 2010, 18:24

Coup d’Etat au pays de l’uranium

Le 19 février 2010 Usine Nouvelle

Pays pauvre du Sahel, le Niger, où vient d’avoir lieu un coup d’Etat, recèle d’importantes réserves d’uranium, exploitées principalement par le français Areva.

............
Article qui rapelle l' importance de l' Uranium Nigérien pour la France.

http://indices.usinenouvelle.com/energi ... anium.2778

Avatar de l’utilisateur
Remundo
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 8881
Inscription : 16 févr. 2008, 19:26
Localisation : Clermont Ferrand
Contact :

Re: Niger

Message par Remundo » 19 févr. 2010, 18:37

tout à fait Energy... peut-être même aussi important que le Moyen Orient pour le pétrole. :?

geopolis
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 312
Inscription : 06 févr. 2010, 17:46

Re: Niger

Message par geopolis » 19 févr. 2010, 22:28

Article des Echos

Niger : le producteur d'uranium Areva à la merci des putschistes



En 2008, Areva a exploité 6.300 tonnes d'uranium dans le monde, dont près de la moitié au Niger. Il prévoit d'y investir 1,2 milliard d'euros pour exploiter la deuxième mine d'uranium mondiale.

Changement de décor pour Areva. En mai dernier, Anne Lauvergeon posait en grande pompe la première pierre de la future mine géante d'Imouraren, à plus de 1.000 kilomètres au Nord de Niamey. La patronne du groupe nucléaire était accompagnée du président nigérien Mamadou Tandja et d'un millier de touaregs à dos de chameau. Après des mois, voire des années de négociations ardues - émaillées de l'expulsion du pays du représentant d'Areva en 2007 - tout ce petit monde s'était enfin entendu pour exploiter ensemble ce qui doit devenir la "mine d'uranium la plus importante de toute l'Afrique", et la deuxième du monde.

Huit mois plus tard, Mamadou Tandja est renversé et Areva va devoir composer avec une nouvelle équipe au pouvoir. Vendredi, l'armée a d'ores et déjà annoncé la suspension de la sixième constitution du pays depuis son indépendance de la France, en 1960. Va-t-elle vouloir renégocier les permis d'exploitation qui lient l'Etat et le champion français du nucléaire ?

Chez Areva, on se refuse à tout commentaire. "Il est trop tôt pour analyser la situation", dit-on à Paris. Depuis que sa maison-mère, le Commissariat à l'énergie atomique, a mis en évidence les importantes réserves d'uranium du pays dans les années 1950, le groupe en a vu d'autres.

L'enjeu reste crucial pour Areva et son avenir. En 2008, le groupe a exploité 6.300 tonnes d'uranium dans le monde, dont près de la moitié au Niger. Les chiffres de 2009 ne sont pas encore officiels, mais on évoque une production totale de 8.630 tonnes dans le monde, dont plus de 3.200 au Niger.

Dans le pays, le groupe exploite deux sociétés minières depuis la fin des années 1960, Somaïr, qui doit porter sa capacité de 2.000 tonnes actuellement à 5.000 d'ici à 2015, et Cominak, dont la capacité de 2.000 tonnes est appelée à diminuer. Il emploie au total 2.500 collaborateurs sur place, ce qui fait de lui le premier employeur privé du pays. Son projet d'Imouraren est décisif. Avec un investissement de 1,2 milliard d'euros, ce gisement doit être exploité à partir de 2012, réaliser une production de 3.000 tonnes en 2015 et de 5.000 tonnes à terme. En termes de réserves, l'importance du Niger pour les activités minières d'Areva est encore plus impressionnante.

En 2008, le sixième producteur mondial d'uranium - derrière le Canada, le Kazakhstan, l'Australie, la Namibie et la Russie - représentait 246 millions de tonnes de réserves de minerai pour le groupe français, sur un total de 282 millions. Depuis, Areva a mis la main sur un gros gisement en Namibie avec l'acquisition d'UraMin.

Toute la question est de savoir si le nouveau pouvoir politique nigérien va exiger de nouvelles conditions de la part d'Areva (partage des actifs, conditions d'enlèvement, ...). S'il était effectivement tenté de tout renégocier, Areva serait confronté à la concurrence chinoise, particulièrement active dans l'uranium. Par ailleurs, cela pourrait compliquer son projet d'augmentation de capital, qu'il négocie actuellement avec le japonais Mitsubishi et des fonds souverains. Mais qui que soit son futur leader, Niamey devrait avancer prudemment : la redevance minière représente 5 % de son PIB. Autrement dit, si Areva dépend du Niger, le Niger dépend en partie d'Areva.

geopolis
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 312
Inscription : 06 févr. 2010, 17:46

Re: Niger

Message par geopolis » 22 févr. 2010, 22:28

L'uranium, un enjeu de pouvoir

Feb 21, 2010 (Le Soleil) -- Le coup d'Etat, mené hier au Niger et qui a abouti à l'arrestation du président nigérien Mamadou Tandja par les hommes du commandant Adamou Harouna, est la suite logique d'une situation confuse, entretenue sciemment ou non par les hommes politiques de ce pays qui recèle de gisements importants de minerais d'uranium. Réputé pourtant très riche en ressources minières, dont l'uranium, le Niger demeure l'un des pays le plus pauvre dans le monde et le plus instable sur le plan politique. Une situation tout à fait paradoxale si l'on sait que ce pays produit des milliers de tonnes de minerais les plus riches dans le monde (entre 3.000 tonnes et 3.400 tonnes d'uranium par an)
Classé tout dernièrement 3ème producteur mondial d'uranium après le Canada et l'Australie, le Niger peine malgré tout à sortir l'écrasante majorité de ses habitants de la pauvreté.
Ce pays, qui tire l'essentiel de ses exportations de l'uranium, un produit pourtant très recherché et convoité par les grandes puissances pour son potentiel énergétique, n'arrive pas à tirer profit de cette richesse naturelle.

Mais l'uranium, comme d'ailleurs, les autres produits miniers, est toujours source de convoitise et par conséquent de conflits aussi bien nationaux qu'internationaux.
36 ans après le premier coup d'Etat, le Niger vit toujours une situation de tension politique au point que certaines langues fourchues n'avaient pas hésité à accuser la rébellion du Nord d'être de connivence avec certaines grandes puissances étrangères et des multinationales minières pour créer une situation d'instabilité politique et économique en vue de mieux exploiter les principales richesses minières de ce pays au détriment des populations nigériennes. Ceci, compte tenu de l'importance de l'uranium dans la production d'énergie nucléaire qui demeure aujourd'hui stratégique pour les pays développés.

Le Niger fait donc partie des pays pauvres dotés en ressources naturelles en qualité et en quantité, mais qui n'ont pas pu ou su en tirer profit pour assurer leur développement et le bien-être de leurs populations.

Au Niger, les tentatives de revalorisation du prix de ce minerai, réputé riche en énergie surtout nucléaire, s'étaient heurtées au refus d'une frange des hommes politique au pouvoir et de leurs alliés extérieurs de ne céder aucun pouce à de telles revendications. Ces tentatives de revalorisation des prix de l'uranium par certains dirigeants politiques avaient eu des conséquences politiques majeures ayant débouché, selon des observateurs avertis, au renversement de la première République en 1974 et à l'élimination du numéro deux de la junte militaire, en charge des mines et responsable des négociations sur le dossier, deux ans plus tard.

Elu en novembre 1999, puis réélu en décembre 2004, le colonel en retraite et ancien compagnon de Seyni Kountche dans le putsh de 1974, Mamadou Tandja se voit confronté à la résurgence d'un conflit armé qui avait ensanglanté le Niger dans les années 1990. La rébellion touarègue du 20 avril 2007 a attaqué un site de prospection d'uranium au Nord du pays. Cette attaque avait été revendiquée par le Mouvement national pour la justice (Mnj) dirigé par un ancien militaire, Aghali Alombo.

Cette rébellion des Touaregs avait comme motifs d'assurer une intégration de cette communauté touarègue, représentant 10 % de la population, dans la société nigérienne et d'avoir des places au sein de l'Etat.
Ce soulèvement était donc destiné à négocier une part du gâteau que représente l'augmentation de la production d'uranium dans les années à venir.
Bien que n'ayant pas créé beaucoup de dégâts, ces attaques des rebelles du Nord ont cependant réussi à créer la confusion et susciter la peur chez les sociétés minières qui s'étaient installées dans des sites de production de l'uranium situés pour la plupart au Nord du pays

Il reste évident que la rente que représente l'uranium n'a jusqu'à ce jour aidé le pays à sortir du marasme économique dans lequel il se trouve.
La firme française Areva, le principal exploitant de l'uranium nigérien, détient respectivement 63 % et 34 % de la Somaïr et la Cominak, les deux plus grandes sociétés d'exploitation des principaux gisements d'uranium

L'ex-directeur des Mines du Niger et candidat malheureux aux présidentielles de 1996, 1999 et 2004, Mahamadou Issoufou, avait mis l'accent sur le fait que les sociétés minières au Niger à l'extérieur exploitaient l'uranium et le revendaient sans que le Niger ait un droit de regard sur les prix. D'ailleurs plusieurs hommes politiques nigériens ont à des degrés divers bénéficié des soutiens des pays étrangers qui sont intéressés par l'uranium de ce pays.

geopolis
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 312
Inscription : 06 févr. 2010, 17:46

Re: Niger

Message par geopolis » 14 mars 2010, 14:48

La junte actuellement au pouvoir promet un coup de balai contre la corruption.
La junte du Niger doit revoir les contrats d'uranium


NIAMEY, 13 mars (Reuters) - La junte qui a pris le pouvoir le mois dernier au Niger doit revoir et éventuellement renégocier des dizaines de contrats d'exploitation des ressources minières du pays, a affirmé samedi un collectif anti-corruption.
Le Niger, qui produit 7,5% de l'uranium mondial, a conclu de longue date des accords avec le groupe nucléaire français Areva et plus récemment avec des groupes canadien, chinois, sud-coréen et autres.

"Etant donné l'opacité entourant l'attribution ces dernières années des permis miniers et pétroliers, nous demandons la création immédiate d'une commission d'enquête (...) et la prise de toutes les mesures nécessaires, notamment la renégociation des contrats", dit un communiqué du collectif ROTAB.

En dépit des richesses de son sous-sol, le Niger reste l'un des pays les plus pauvres et les moins développés de la planète.
Les responsables du putsch du 18 février qui a renversé le président Mamadou Tandja ont mis en place un gouvernement de transition de technocrates et de militaires et ils ont promis d'organiser des élections auxquelles ils ne participeraient pas.

Aucune date n'a été fixée pour ce scrutin et la junte n'a pas dit si elle avait l'intention de revoir les investissements d'ici là.
Au cours des cinq dernières années, Tandja a délivré quelque 130 permis d'exploration et d'exploitation d'uranium, de pétrole et d'autres ressources. Mais en raison d'une rébellion en 2007-2009 dans le nord, seuls 10% environ de ces permis ont pu donner lieu à des mises en chantier.

Avatar de l’utilisateur
MathBreizh
Condensat
Condensat
Messages : 773
Inscription : 20 août 2006, 09:16
Localisation : La ville des champions... :-p

Re: Niger

Message par MathBreizh » 14 mars 2010, 16:31

geopolis a écrit :La junte actuellement au pouvoir promet un coup de balai contre la corruption.
On y croit à fond... :roll:
"Les clés de la connaissance se trouvent dans la communication sans censure et l'interaction sans barrières avec ses congénères..."
"Vive Internet !"

Anonyme

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59684
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 19 mars 2010, 12:46

Le Niger veut revoir les permis miniers d'Areva :

Le Niger veut revoir les permis miniers d'Areva, qui y extrait la moitié de son uranium, a-t-on appris vendredi auprès du groupe nucléaire français, confirmant des informations de presse.

Selon le quotidien Les Echos, Niamey a annoncé jeudi qu'il voulait revoir tous les contrats miniers du pays, y compris ceux signés avec le champion français du nucléaire.

"Les autorités militaires ont décidé d'auditer tous les contrats d'uranium et d'or", a déclaré à l'agence d'informations américaine Bloomberg un conseiller du nouveau ministre des Mines et de l'Energie, Mahaman Abda, installé par la junte le 1er mars.

"En jeu, le partage de la rente minière entre le pays et les entreprises étrangères", affirment les Echos.

"On a été mis au courant. On le savait", a déclaré à l'AFP, un porte-parole du groupe français, refusant toutefois d'indiquer la date à laquelle les autorités nigeriennes avaient notifié à Areva leur décision.

Areva, qui produit au Niger près de la moitié de son uranium, ne se sent pas immédiatement visé par une remise en cause de ses permis.

"Areva a toujours travaillé en toute transparence et en toute franchise au Niger et à ce titre tient à disposition des autorités nigériennes toute information sur les contrats commerciaux passés avec le pays", a souligné à l'AFP le porte-parole.

Présent depuis 40 ans au Niger, où il extrait près de la moitié de son uranium, le groupe français y exploite deux gisements, situés à 1.200 km au nord de Niamey, la capitale. Le premier à ciel ouvert à Arlit et l'autre souterrain à Akokan.

Areva devrait en outre commencer l'exploitation de la mine géante d'Imouraren (nord), présentée comme "la deuxième du monde", en 2013-2014.

Le Niger est le sixième producteur mondial d'uranium. Premier produit d'exportation, le minerai représente 5% de son produit intérieur brut (PIB) et génère plus de 5% des recettes fiscales.

Une junte militaire, le "Conseil suprême pour la restauration de la démocratie" (CSRD), a renversé le 18 février le président Mamadou Tandja, au pouvoir depuis dix ans.

Image
Le gisement d'uranium à ciel ouvert, exploité par le groupe Areva,
le 23 février 2005 à Arlit, au Niger AFP/Archives
http://www.boursorama.com/infos/actuali ... 26697bbbca

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59684
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 19 mars 2010, 20:14

Le Niger dément vouloir revoir les permis miniers d'Areva :
http://www.boursorama.com/infos/actuali ... 872d0aac4e

geopolis
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 312
Inscription : 06 févr. 2010, 17:46

Re: Niger

Message par geopolis » 30 mars 2010, 22:10

le chinois CNPC envisage de commencer la prospection de plusieurs champs pétroliers en 2011.
China National Petroleum Company (CNPC) is planning to drill in Niger's Tenere Basin in 2011, according to partner TG World Energy. CNPC farmed into the onshore block in 2005 and drilled two of three commitment wells. However, security problems have delayed drilling for the past two years in Niger. CNPC now appears ready to begin drilling operations and has informed TG World that it intends to begin rig mobilization and preparation in September 2010 with an objective of drilling in Q1 of 2011. Such timetable is dependent on the political and security situation in Niger at the time. TG World will be carried for one more exploration well in the Ténéré Block by CNPC subsidiary CNPCIT where it holds a 20% interest in the project.

Tenere Block
The Ténéré Block measures some 71,155 km2 (17.3 million acres) and covers the northern portion of the Termit-Ténéré Rift Basin in eastern Niger. TG Niger holds a 20% carried interest in an oil and gas exploration licence with CNPCIT, a subsidiary of CNPC, that allows for the partners to drill in the Ténéré Block.
Under terms and conditions of the partner agreements, CNPCIT is obligated to pay 100% of TG Niger’s share of costs for the Minimum Work Program of the First Exploration Period, including project related general and administrative costs. The major components of this Program are the acquisition, processing and interpretation of a minimum 1,500 km of seismic data and the drilling of three exploration wells. If the project results in petroleum production, TG Niger will be required to repay its carried costs to CNPCIT, without interest, from a portion of its share of future production from the Ténéré area.
Image

To date, CNPCIT has reprocessed 5,717 km of vintage seismic data located across the Ténéré Block. In addition, CNPCIT acquired 3,965 km of new 2D seismic data, which was 2,465 km in excess of the minimum commitment. CNPCIT paid all costs as the seismic acquisition was done prior to the completion of the second exploration well. CNPCIT has also drilled two of the three required exploration wells – Saha-1 and West Fachi-1. Both wells had hydrocarbon shows, but were subsequently abandoned.

Proposed well: Facai-1

CNPCIT is planning to drill the Facai-1 exploration well to a 3,700 metre total depth. The prospect, located 100 km to the north of previous well Saha-1, is a faulted inversion anticline with the Cretaceous-age Donga sandstone as its primary reservoir target. The Donga sandstones had low porosity when encountered at 3,200 - 3,500 metres at the base of Saha-1, but are predicted to be at 2,000 metre shallower burial depths in Facai-1. Oil source is postulated from deeper syn-rift lacustrine shale beds, though the presence of a source is considered the highest risk element of the prospect. With success, there is a large play fairway with a number of follow-up prospects that have been mapped.
TG Niger will be fully carried for its 20% share of the costs for the Facai-1 well through to testing. Facai-1 was originally scheduled to be spud in May 2008, but operations were suspended due to a security warning issued by the Government of Niger for the Agadez region following conflict with Tuareg groups. The security warning was lifted in November 2009 and TG Niger expects drilling to recommence in 2010.

TG Niger also has the option to participate in future exploration wells by paying its 20% share of costs, or to go penalty. Under the Joint Operating Agreement, the TG Niger has the right not to participate in wells that are in excess of the minimum required work program as committed in the contract. In the event of a discovery, TG Niger may earn back in through the payment of a penalty premium. TG Niger’s participation in further exploration wells will be dependent upon the ongoing geological studies and the results of the Facai-1 well. If TG Niger has to pay the penalty to back-in into an oil discovery, it will have maintained its 20% interest in all the on-trend prospects with no further penalties.

A 2,000 km 2D seismic program has been planned for acquisition. The seismic lines are designed to mature leads on trend with the Facai-1 prospect and to provide additional control in a sub-basin to the north. TG Niger expects to participate at its paying interest in a minimum 800 km of the program, with further participation dependent upon ongoing geological studies. TG Niger’s 20% share of costs for the 800 km is estimated to be US$1.3 million.
Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59684
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 16 sept. 2010, 18:16

Cinq salariés français enlevés au Niger

L'Expansion.com - 16/09/2010

Areva et Sogea-Satom, une filiale du groupe Vinci, ont confirmé l'enlèvement de sept salariés dont cinq français qui travaillaient sur un site minier dans le nord du pays.

Cinq Français, un Togolais et un Malgache salariés des entreprises françaises Areva et Sogea-Satom, une filiale du groupe Vinci, ont été enlevés dans la nuit de mercredi à jeudi dans le nord du Niger, a-t-on appris auprès des deux groupes.

L'enlèvement a été commis par un "groupe armé", a déclaré le porte-parole du gouvernement nigérien, Laouali Dan Dah. Les membres du groupe, qui se trouvaient à bord d'au moins deux pick-up, "parlaient majoritairement arabe et souvent tamachek", langue des touaregs vivant dans la région, a-t-il précisé, sans vouloir s'avancer sur l'identité du groupe. "Après leur forfait, ils ont pris la direction d'Inabangaret", près de la frontière avec l'Algérie et le Mali, a-t-il ajouté.

Les deux salariés d'Areva, qui exploite des mines d'uranium au Niger, travaillaient sur le site d'Arlit, à 1 200 km au nord de Niamey. Les cinq autres personnes kidnappées travaillaient pour Satom, filiale du groupe Vinci de bâtiment et travaux publics, très présente en Afrique et qui travaille comme sous-traitant d'Areva sur le site minier d'Arlit.

"Un certain nombre de dispositions ont été prises, aussi bien militaires que policières, pour rapidement rechercher les victimes ainsi que les auteurs de l'enlèvement sans pour autant compromettre la vie des otages", a déclaré le porte-parole du gouvernement nigérien Laouali Dan Dah.

Un "logisticien" nigérien qui faisait partie des personnes enlevées "a été, selon ses propres déclarations, relâché à une quarantaine de kilomètres d'Arlit" et est actuellement entendu par les services de sécurité.

Areva avait annoncé le 27 juillet le renforcement de sa vigilance au Niger où il exploite deux gisements d'uranium et emploie près de 2500 personnes dont une cinquantaine de Français, après la mort de l'otage Michel Germaneau.
http://www.lexpansion.com/economie/actu ... 39044.html

dans Le Figaro : http://www.lefigaro.fr/international/20 ... -niger.php
Image
Areva, qui exploite des mines d'uranium au Niger, a confirmé dans la matinée l'enlèvement de deux de ses salariés sur le site minier d'Arlit. Crédits photo : AFP

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59684
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 17 sept. 2010, 17:51

Niger: Areva rapatrie ses salariés

Le 17 septembre 2010 par Remy Maucourt

Des renforts militaires sont en route pour Arlit (au Nord du Niger), les expatriés français et leurs familles ont été rapatriés.

La première réaction suite à l'enlèvement de jeudi a été de rapatrier tous les Français en poste à Arlit vers Niamey, la capitale du pays. Faute d'infrastructures suffisantes, les familles de ces expatriés sont actuellement en route vers la France. Les employés eux-mêmes ont le choix de rester ou de rentrer avec leur famille.

Le préfet d'Arlit a demandé des renforts militaires sur la zone, en provenance d'Agadès et de Niamey. Actuellement 350 soldats et gendarmes nigériens sont en poste à Arlit, auquels il faut ajouter 150 agents de sociétés privées employés par Areva. 500 personnes pour protéger les 2000 salariés du groupe français dans les mines d'uranium.

Un agent de sécurité d'une société privée était chargé du gardiennage de la zone sécurisée où habitent les salariés d'Areva. Cela n'a pas suffi. Les sept personnes enlevées l'ont été à 3 heures du matin à leur domicile.

Comment auraient-ils pu être mieux protégés? "Assurer la sécurité des expatriés au Niger est coûteux et de toute façon difficile" explique Louis Caprioli, ancien chef de la DST et conseiller de la société de sécurité Géos, cité par Le Progrès. "Il est interdit aux gardes étrangers de porter des armes. Vous devez donc intégrer l'armée et la police locales à votre plan de sécurité. Si vous voulez une sécurité absolue, il faut faire un bunker. Vous ceinturez un quartier de murs de quatre mètres avec des guetteurs sur des miradors. C'est le cas au Nigeria, où les expatriés sont dans des enceintes fermées." Mais pas à Arlit, où les ravisseurs ont pu venir chercher leurs victimes dans leurs domiciles.
http://www.usinenouvelle.com/article/ni ... es.N138440
Areva au Niger : une histoire tourmentée

Areva est installé depuis 42 ans dans le désert du Niger. La société y exploite deux mines d’uranium à Arlit et Akokan à 200 kilomètres de la frontière algérienne. Les deux sites représentent un tiers de la production du combustible en 2009, soit 8600 tonnes. Cette implantation, si elle est stratégique, s’accompagne également de nombreux troubles.
Depuis deux ans, Areva est sous un feu croisé. D’un côté, les installations de l’industriel ont subi des attaques et, déjà en 2008, quatre salariés d’Areva avaient été enlevés. De l’autre, Areva a été accusé en 2008 par le président Mamadou Tandja, renversé en 2010, de financer la rébellion Touareg. L’affaire avait été enterrée en 2009. Par ailleurs, Areva est également montré du doigt pour les dégâts écologiques et sanitaires autour des zones d’exploitations minières.
Malgré cela, Areva continue à investir dans le pays. En 2008, le français a obtenu le permis d’exploiter la mine d’Imourare, la deuxième réserve mondiale d’uranium. Elle pourrait fournir 5 000 tonnes de minerai par an. Un investissement estimé à 1,2 milliard d’euros pour une mise en service en 2013.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59684
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 03 janv. 2011, 18:59

en Mai 2009 krolik a écrit :Les Chinois développent des mines au Niger. Il va être intéressant de voir le comportement des antinucs au Niger et les manifs à Pékin.
....
ce post : viewtopic.php?p=241606#p241606

voila des nouvelles.

Premiere extraction d' Uranium réalisée à la mine de Azelik par les Chinois.

L' article ne dit pas si c' est un Yellow Cake ou bien juste un minerai concentré avant le Yellow Cake ....
China National Nuclear Starts Trial Operations at Uranium Mine in Niger

By Bloomberg News - Dec 31, 2010

China National Nuclear Corp., the nation’s largest reactor builder, started trial operations at the Azelik uranium mine in Niger, its first overseas mine producing the nuclear fuel.

The company produced the first barrel of uranium at the mine in the West African nation yesterday, the
Beijing-based company said in a statement on its website today, without giving further details.

China’s uranium demand may rise to 20,000 metric tons annually by 2020, more than a third of the 50,572 tons mined globally last year, according to the World Nuclear Association. The nation may purchase about 5,000 tons this year, more than twice as much as it consumes, to build stockpiles for new reactors, Thomas Neff, a physicist and uranium-industry analyst at the Massachusetts Institute of Technology, said in July.

China National Nuclear and Shenzhen-based ZTE Energy Co. expected to start production at uranium mines in Niger in 2009 and expand the annual output to 700 tons by 2011 and 1,000 tons ultimately, Chen Yuehui, deputy general manager of China National Nuclear’s overseas exploration unit, said in June 2008.
http://www.bloomberg.com/news/2010-12-3 ... niger.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59684
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 28 févr. 2011, 12:35

Areva : trois otages libérés au Niger.

Dans un communiqué publié ce matin, Areva se félicite de la libération de trois otages au Niger.

Il s'agit de Françoise Larribe, épouse du collaborateur d'Areva Daniel Larribe, ainsi que Jean-Claude Rakotorilalao et Alex Awando, salariés de la société Satom, filiale de Vinci.

Areva rappelle qu'ils avaient été enlevés le 16 septembre dernier, au nord du Niger par Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI).

' Toutes les pensées de l'entreprise sont tournées maintenant vers Daniel Larribe et les trois salariés du groupe Vinci, toujours en captivité, pour lesquels chacun souhaite la même issue heureuse le plus rapidement possible ', conclut la société.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59684
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 01 août 2011, 12:49

Pétrole au Niger - «C'est pour bientôt ;

11/07/2011

le Niger fera sa rentrée dans le cercle très stratégique des pays producteurs et exportateurs du pétrole», soulignaient récemment des analystes, bien que cette hypothèse paraisse peu plausible, du moins, dans l'immédiat.
Le chantier du complexe pétrolier du Niger devrait s'achever à la fin de cette année 2011. Le pétrole nigérien coulera au début de l'année 2012. La société chinoise CNPC dirige un important projet d'exploitation du pétrole nigérien sur le site d'Agadem ainsi que la construction d'une raffinerie à Zinder. Il y a de cela quelques moins, la CNPC et le Niger ont procédé à la célébration de la fin des travaux de la première phase à Agadem.

Pour cette première phase, les travaux sont achevés avec la réalisation de 50 puits assortis des équipements en surface, les pipelines étant soudés et enterrés entre la raffinerie et le champ pétrolier d'Agadem sur une distance de 462 km. Concernant la raffinerie, les travaux sont terminés à 72%, tout le processus d'installation d'équipements de la raffinerie est prévu pour s'achever à la fin de l'année 2011. Il faut dire que les choses s'annoncent très prometteuses et le Niger va bientôt enregistrer son premier baril de pétrole.
http://www.afriquejet.com/afrique-de-l' ... 17938.html

Image
le wikipedia en Francais dit :
Des ressources pétrolières sont présumées[10].
va falloir le mettre à jour.

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5197
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Niger

Message par Raminagrobis » 01 août 2011, 19:25

un zeste de géologie :

Image

Le bassin d'agadem apartient à la famille des vieux rifts africains, tout comme les bassins producteurs au Soudan, au Tchad et en Ouganda.

Le cas de figure est comparable au Tchad ou à l'Ouganda : ressources aparemment dans le même ordre de grandeur (le soudan c'est un peu plus gros), pays enclavé ce qui implique de passer par un autre pays si on veut exporter par la mer.
Toujours moins.

Répondre