Niger

Impact de la déplétion sur la géopolitique présente, passée et à venir.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57685
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 08 févr. 2014, 21:15

AREVA : Areva redémarre ses mines d'uranium au Niger après maintenance

PARIS/NIAMEY, 3 février (Reuters)

Areva a redémarré ce week-end la production de ses deux mines d'uranium au Niger après un mois et demi de maintenance de ces installations, a-t-on appris auprès des syndicats et du spécialiste public du nucléaire.

Le groupe français avait arrêté la production des mines de Somair et de Cominak mi-décembre alors qu'il était en pleines négociations avec le gouvernement nigérien afin de renouveler les conventions définissant les conditions d'extraction dans le pays.

"Nous confirmons que la phase de maintenance est arrivée a son terme", a indiqué un porte-parole d'Areva.

Quatrième producteur mondial d'uranium, le Niger cherche à obtenir davantage de redevances du groupe français.

Les licences, d'une durée de dix ans, sont arrivées à expiration le 31 décembre, mais le Niger a publié quelques jours plus tôt un décret pouvant servir de cadre légal à la poursuite des opérations pour le moment.

Des sources ont indiqué à Reuters fin 2013 que les négociations pourraient être prolongées de trois mois. (Geert De Clercq à Paris et Abdoulaye Massalatchi à Niamey)
http://bourse.lesechos.fr/infos-conseil ... 947846.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57685
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 28 févr. 2014, 21:53

Dans le Nouvel Obs papier du 20 fevrier

Le traitement du minerai brut (et non la mine comme l' indique la légende) prés de Arlit.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57685
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 28 févr. 2014, 22:00

on retrouve ça assez facilement sur google maps.

A une dizaine de km au Nord Ouest de la localité de Arlit / NIger.

150 km encore au Nord Ouest on arrive à la frontiére avec l' Algérie.
Vous ne pouvez pas consulter les pièces jointes insérées à ce message.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57685
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 01 mars 2014, 12:17

Niger: n’y a-t-il jamais eu « d'échéance particulière » pour un accord avec Areva sur l’uranium ?

Agence Ecofin 28 fev 20014

Le groupe nucléaire Areva ne considère plus fin février comme date butoir fixée aux négociations, à défaut d’accord à l’échéance des contrats fin décembre 2013 dernier, pour la renégociation des conventions sur les deux mines d’uranium qu’elle exploite depuis les années 1970 dans le nord du Niger. « Nous ne nous sommes pas fixés d'échéance particulière pour arriver à cet accord », a déclaré mercredi le patron d’Areva, Luc Oursel (photo), lors de la présentation des résultats annuels de groupe, rapporte AFP.

Il fait état de « négociations complexes », expliquant que «d’un côté il y a les aspirations légitimes du Niger d'augmenter ses recettes fiscales (...) et de l'autre côté, il y a deux mines en exploitation dont nous voulons assurer la pérennité avec un niveau de rentabilité acceptable ». Ceci, dans ce contexte de bras de fer, l’Etat du Niger compte les soutiens de l’ONG Oxfam et de parlementaires français.

Selon le patron d’Areva, la discussion « prend du temps et elle est d'autant plus difficile que le marché de l'uranium n'est pas un marché favorable en ce moment ». M. Oursel indique qu’il faut, dans cette affaire, « faire preuve de patience pour arriver à un bon accord qui sera équilibré », relevant que les coûts de revient des deux mines ne sont pas aujourd'hui dans la « partie la plus performante » du portefeuille d’Areva.
http://www.agenceecofin.com/nucleaire/2 ... -l-uranium

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57685
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 09 mars 2014, 12:34

Uranium: le PDG d'Areva reçu à Niamey par le président du Niger

07/03/2014 Les Echos

Le PDG d'Areva Luc Oursel a été reçu vendredi à Niamey par le président du Niger Mahamadou Issoufou, alors que les discussions sur la fiscalité achoppent depuis des mois, pour le renouvellement de dix ans du contrat d'exploitation de deux mines d'uranium.

"Luc Oursel s'est entretenu vendredi en fin de matinée avec le président du Niger, Mahamadou Issoufou", a indiqué à l'AFP la présidence nigérienne, sans plus de précision.
Une source proche des négociations a indiqué à l'AFP que M. Oursel est arrivé dans la matinée à Niamey "afin de donner un nouvel élan aux discussions".

On ignore encore l'agenda complet et la durée du séjour de M. Oursel au Niger.
"Cette discussion prend du temps, et elle est d'autant plus difficile que le marché de l'uranium n'est pas un marché favorable en ce moment", a récemment déclaré M. Oursel. "Mais je crois que dans cette affaire il faut faire preuve de patience pour arriver à un bon accord qui sera équilibré", avait-t-il indiqué.

"Il n'y a pas de raison que Luc Oursel n'accepte pas qu'AREVA paie ses impôts au Niger, y compris la TVA. Les activités minières du groupe semblent rentables et ses filiales ont globalement augmenté leur production ces dernières années", a soutenu dans un communiqué Anne-Sophie Simpere, d'Oxfam France.

Areva et l'Etat nigérien négocient âprement depuis des mois pour prolonger les contrats d'exploitation des deux mines d'uranium. Niamey comme la société civile les estiment défavorables à ce pays sahélien pauvre, pourtant quatrième producteur mondial d'uranium, qui pointe année après année en dernière position en termes d'indice de développement humain, selon l'ONU.

Le bras de fer porte principalement sur les recettes du Niger, qui souhaite soumettre les mines à une loi minière de 2006 qui ferait croître la taxation sur le minerai extrait de 5,5 à 12% et mettrait un terme à certaines exonérations fiscales.
http://www.lesechos.fr/entreprises-sect ... 655443.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57685
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 22 mars 2014, 13:05

Areva annonce proche la conclusion d’un accord avec l’Etat nigérien

Agence Ecofin 21 Mars 2014

Selon des informations relayées par des médias français, Luc Oursel, le président directeur général du groupe énergétique français Areva a déclaré qu’un accord serait proche d’être obtenu avec le gouvernement du Niger, au sujet de la reconduction de son contrat d’exploitation d’uranium dans le pays. «Ces négociations sont en cours. (...) Je pense que nous sommes proches de la conclusion» a déclaré jeudi M. Oursel lors d’un débat avec la presse française jeudi.

«L’Etat du Niger veut renouveler ses conventions mais a des attentes de recettes fiscales complémentaires. La responsabilité que nous avons, c’est que ces mines puissent fonctionner le plus longtemps possible pour produire de la richesse et maintenir des emplois au Niger», a expliqué Luc Oursel. Rappelons que les discussions bloquent sur une clause du code minier nigérien révisé, qui exige désormais l’application d’une nouvelle disposition fiscale, qui devrait voir la redevance payée par Areva passer de 5,5% à 12% de la valeur des ressources extraites. Soit un afflux estimé selon l’ONG Britannique Oxfam de 15 à 20 millions d’euros chaque année dans les caisses du Niger.

Chez Areva, les positions semblent avoir évolué et on n’évoque plus les clauses de stabilité figurant dans les contrats antérieurs, mais plutôt la conjoncture internationale du marché de l’uranium. « Ce ne sont pas nécessairement des objectifs totalement alignés. Et donc la discussion est assez longue. Elle intervient à un moment difficile pour l’uranium », a expliqué Luc Oursel.

Aucune réaction officielle du gouvernement nigérien sur le sujet n’a été relevée depuis la visite de M. Oursel le 7 mars au Niger. Intervenant sur les ondes de RFI le 19 janvier 2014, Omar Hamidou Tchiana, le chef de la délégation de l’Etat nigérien qui était à Paris pour des négociations avec le groupe énergétique français, avait indiqué qu’il n’était pas question de « concéder le moindre centime revenant au peuple du Niger ».

Les arguments économique du groupe public français n’ébranlent pas d’autre part, les nombreuses organisations non gouvernementales qui critiquent son refus de verser plus de recette à un pays qui malgré cette ressource, figure parmi les plus pauvres du monde. Sur la bourse de Paris où ils sont cotés, les titres Areva ont reculé ce 21 mars de 0,68% en début d’après-midi.
http://www.agenceecofin.com/nucleaire/2 ... t-nigerien

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57685
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 22 avr. 2014, 17:59

Le Niger va signer un accord avec Areva

Publié le 22 avril 2014, Usine Nouvelle

Le gouvernement du Niger s'apprête à renouveler ses accords avec Areva sur l'exploitation de ses mines d'uranium. Une annonce pourrait intervenir dans les prochains jours, a déclaré le ministre des Mines Omar Hamidou Tchiana.

Le Niger, quatrième producteur mondial d'uranium et l'un des pays les plus pauvres du monde, souhaite augmenter les revenus qu'il tire de l'exploitation de ses ressources par Areva, mais le groupe français juge qu'une remise en cause des conditions financières rendrait cette exploitation déficitaire.

"Nous sommes très très près d'un accord. Il ne reste qu'à le finaliser. Nous signerons dans les semaines, voire les jours qui viennent", a déclaré le ministre des Mines Omar Hamidou Tchiana, dans un entretien diffusé le 20 avril au soir par les chaînes de télévision privées Labari et Dounia.

Nouveux dépots d'uranium

Bien qu'ayant débuté les négociations il y a deux ans, Areva et le gouvernement de Niamey n'étaient pas parvenus à s'accorder avant l'échéance, le 31 décembre, des conventions d'extraction signées il y a dix ans. Le Président nigérien Mahamadou Issoufou affirmant que ces contrats constituaient un retour vers l'époque post-coloniale.

Mais le président du directoire d'Areva, Luc Oursel, avait fait état début mars d'un "pas en avant important" dans les négociations, laissant espérer une solution. Le Niger représente plus du tiers de la production d'uranium du groupe français.

Dans la même interview, le ministre des Mines affirme par ailleurs que des études géologiques ont montré la présence potentielle de nouveaux dépôts de pétrole et d'uranium dans le pays. "L'avenir est très prometteur. Des échantillons géophysiques aéroportés ont montré des traces de pétrole dans la région de Tahoua et d'uranium à Tillaberi", a-t-il dit.
http://www.usinenouvelle.com/article/le ... va.N256819

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57685
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 29 avr. 2014, 15:36

Areva va continuer d'exploiter l'uranium du Niger
Le Niger a finalement accepté de renouveler ses accords avec la société française. Même si les termes de ces accords restent inconnus.


21/04/2014 BFMTV

Une bonne nouvelle pour Areva. Au Niger, le gouvernement ouvre la porte à un renouvellement des accords entre les deux pays. Ces accords permettraient au Français de continuer d'exploiter ses mines d'uranium.

Les deux parties avaient engagé un bras de fer sur les modalités du renouvellement de ce partenariat indispensable pour les deux parties. Un bras de fer qui était en fait un jeu de dupes, car fondamentalement Areva et les autorités nigériennes étaient condamnés à s'entendre.

Le Niger est l'un des pays les plus pauvres du monde. Mais son rang de quatrième producteur mondial d'uranium en fait un acteur incontournable pour Areva.


Baisse du prix de l'uranium

Or fin décembre, alors que les accords étaient automatiquement reconduits jusque là, le ton avait changé du côté du pouvoir local. Le gouvernement nigérien revendiquait le droit de renégocier ses conditions d'exploration. En clair, d'imposer une plus grande redevance sur le chiffre d'affaire réalisé par Areva.

Impossible, déclarait Areva, qui considérait qu'une remise en cause de ses avantages rendrait cette exploitation financière moins intéressante. D'autant que, selon le Français, le prix du kilo d'uranium a fortement baissé l'année dernière.

Difficile de savoir la nature de l'accord passé entre les deux parties. En tout cas même si Areva semblait en position de force, il n'avait pas non plus trop intérêt à se fermer les portes du marché nigérien. Le parc nucléaire français est trop dépendant de cet uranium.

Et Areva ne dispose aujourd'hui que de deux autres marchés d'approvisionnement: le Canada et le Kazakhstan.
http://www.bfmtv.com/economie/areva-va- ... 59403.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57685
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 26 mai 2014, 19:24

Areva signe un accord avec le Niger concernant les gisements d'uranium

26 Mai 2014 Usine Nouvelle

Après dix-huit mois de négociations, Areva a signé, ce lundi 26 mai, avec les autorités nigériennes un nouvel accord sur les conditions d'exploitation de gisements d'uranium nigériens, a-t-on appris de plusieurs sources du groupe français et de la présidence nigérienne.

Luc Oursel, le président du directoire d'Areva, s'est entretenu lundi avec le président Mahamadou Issoufou, ont dit des sources de la présidence, et la signature officielle de l'accord était prévue ultérieurement au ministère des Mines.

Les deux parties étaient en négociations depuis près de deux ans sur ce dossier sensible mais n'étaient pas parvenues à s'accorder avant l'expiration, le 31 décembre, de l'accord précédent, d'une durée de dix ans, ce qui avait nécessité sa prolongation temporaire.

Quatrième producteur d'uranium du monde, le Niger, l'un des pays les plus pauvres du monde, souhaite voir augmenter les revenus qu'il tire de ses ressources.

Quant à Areva, il souhaite s'assurer que les conditions financières ne remettent pas en cause la rentabilité de l'extraction du minerai, avec lequel il produit du combustible pour les centrales nucléaires.
http://www.usinenouvelle.com/article/ar ... um.N264870

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57685
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 31 mai 2014, 13:09

Niger : fin du bras de fer entre Niamey et Areva sur l’uranium

Agence Ecofin 27 Mai 2014

Le groupe nucléaire français Areva, troisième producteur mondial d'uranium en 2013, a enfin signé, le 26 mai avec le gouvernement nigérien, un nouvel accord sur les conditions d'exploitation des gisements d'uranium dans le nord désertique du pays, rapporte RFI.

Cela marque la fin de plusieurs mois de négociations à rebondissements au cours desquelles le groupe français s’est opposé à de nouveaux termes, économiquement plus avantageux pour le Niger, dans la concession minière sur les gisements uranifères dans le département d’Arlit.

Pour la cause, le président du directoire d'Areva Luc Oursel a fait le déplacement de Niamey où il a signé l'accord de partenariat stratégique avec l’Etat nigérien représenté par le ministre des mines Omar Hamidou Tchiana. « L'accord inclut le renouvellement des conventions minières des sociétés Somaïr et la Cominak dans le cadre de la loi minière de 2006. Le même accord soumet les deux sociétés d'Areva au mécanisme de neutralité de la TVA », rapporte RFI.

Plusieurs modifications ont été introduites dans l’accord dont la nomination, désormais, des directeurs généraux de nationalité nigérienne à la tête des sociétés Somaïr et la Cominak, en 2014 et 2016.

Par ailleurs, Areva et Niger ont convenu de la mise en exploitation du troisième gisement d’uranium à Imouraren, pour une production annuelle de 5000 tonnes, dont la date de lancement « dépendra de l'amélioration des conditions du marché international ».
http://www.agenceecofin.com/nucleaire/2 ... -l-uranium

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57685
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 09 juil. 2014, 21:21

Centrale thermique à charbon au Niger

Une centrale thermique à charbon pour l'autosuffisance en électricité du Niger. Après la mise en route en 1975 de la centrale thermique à charbon d’Anou Araren, à 1.000 km au nord de Niamey, pour alimenter les villes du Nord et les usines d’uranium, le Niger vient de lancer la construction d’une nouvelle centrale à charbon dans la région de Tahoua et ambitionne de lutter contre la désertification en réduisant les coupes sauvages de bois à des fins domestiques et atteindre une autosuffisance énergétique.

Le Niger, un des pays les plus pauvres d’Afrique, perd chaque année 100.000 hectares de surfaces boisées, notamment à cause des coupes pour le bois de chauffe, principale source d’énergie pour les ménages, mais aussi pour les constructions et l’artisanat.

Face à ce constat quelque peu dangereux pour la forêt nigérienne et qui favorise la désertification, le gouvernement a décidé d’exploiter ses réserves de charbon minéral.

Le chef de l’Etat nigérien, Issoufou Mohamadou, a lancé jeudi les travaux de construction d’une nouvelle centrale thermique à charbon de 600 mégawatts à Salkadamna, à 80 km au nord-ouest de Tahoua , 600 km au nord-est de Niamey.

Entièrement financé par la société américaine Source California Energy Services (SCES), ce projet porte sur un champ de 30 km2 jusqu'ici explorés, pour des réserves exploitables d'environ 69 millions de tonnes de charbon de pouvoir calorifique variant entre 4.000 et 5.000 kcal/kg.

Selon le ministre nigérien de l'Energie et du Pétrole, Foumakoye Gado, c'est un projet structurant majeur qui a été conclu dans le domaine de l'énergie avec la société Source California Energy Services.

D’un coût global de 1,475 milliard de dollars américains, soit près de 740 milliards de francs CFA, ce projet porte sur la construction d'une mine à ciel ouvert, de la centrale thermique de 600 mégawatts, des lignes d'évacuation de l'énergie électrique vers les principaux pôles de consommation du pays.

Cela va permettre au Niger d’assurer son autonomie en énergie et lutter contre la désertification.

L’autre objectif est aussi d’arriver à commercialiser l’énergie vers les pays voisins, comme le Mali, le Burkina Faso ou le Bénin.

Le charbon minéral pourra servir à fabriquer des briquettes de charbon à usage domestique, l’usine ayant une capacité de production de 100.000 tonnes de briquettes de charbon carbonisé par an.

D’autres importantes réalisations sociales, notamment la construction de classes et d'hôpitaux ainsi que des points d’eau modernes, sont également prévues dans le cadre de ce projet qui permettra, à terme, de mettre fin au calvaire des délestages électriques, de favoriser le renforcement du réseau de transport et de distribution de l’électricité, de développer un pôle industriel, de créer des milliers d’emplois directs et indirects, etc.

En somme, selon le ministre, 'il s’agit-là d’un véritable projet intégré à multiples facettes qui va impacter considérablement le développement socio-économique de la région en particulier, du pays et de la sous-région en général'.

Le PDG de la compagnie Source California Energy Services, David McMillan, a réitéré l’engagement de sa société à contribuer à la prospérité du Niger, après avoir fait remarquer que le Niger était en train de devenir un acteur majeur dans le domaine de l’énergie grâce à Salkadamna, qui sera une centrale de production d’énergie de classe mondiale.

'Il y a une accélération qui est en train de se produire au plan économique pour le pays. Nous sommes en train de mettre en place des projets structurants', s’est réjoui le chef de l’Etat nigérien.

Le Niger, depuis plus de trente ans, est tributaire du Nigeria pour sa consommation d’énergie électrique.

Niamey, la capitale, toute la zone du fleuve et plusieurs villes du Sud du pays sont alimentées à partir des lignes d’interconnexion en provenance du barrage de Kaindji, au Nigeria.

La ligne d’interconnexion réalisée en 1976 ne permet d’importer qu’un maximum de 40 MW à Niamey.

Compte tenu de l’évolution de la charge de la zone fleuve, la société nigérienne d’électricité (NIGELEC) a entrepris la réhabilitation et le renforcement de sa capacité de transit pour la porter à 80 MW.
http://www.afriquejet.com/afrique-ouest ... niger.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57685
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 12 juil. 2014, 13:35

Niger : Savannah Petroleum investira 100 millions de dollars dans le secteur pétrolier

Agence Ecofin 07 Juillet 2014

Savannah Petroleum, pétro-gazier britannique, investira 100 millions de dollars, sur une période de huit ans, dans le secteur pétrolier nigérien, soit un des plus lourds investissements directs britanniques dans ce pays.

La compagnie, active au Niger, a signé, il y a quelques jours, un accord de partage de production sur la zone de licence R1/ R2 avec les autorités nigériennes. Le permis est localisé sur le système de rift de l’Afrique centrale où plus de 6 milliards de barils de pétrole ont été découverts dans des champs pétroliers au Soudan, au Soudan du Sud, au Tchad et au Niger.

R1/R2 représente environ 30% du permis originel Agadem, zone dans laquelle la compagnie chinoise China National Petroleum Company (CNPC) a découvert du pétrole dans 77 des 99 puits d’exploration, libérant environ 832 millions de barils de réserves 2P sur la période 2008-2013.

La conclusion de l’accord, qui s’est déroulée au Niger, est intervenue au terme de douze mois d’évaluation technique et d’analyse de la zone R1/R2 qui ont conclu à l’existence, dit-on, de 819 millions de barils de ressources brutes prospectives.
http://www.agenceecofin.com/hydrocarbur ... -petrolier

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57685
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 27 juil. 2014, 15:26

L'accord entre le Niger et Areva conclu en pleine déprime de l'uranium

03 Juillet 2014

Des exigences fiscales en baisse de la part du Niger et le report sine die de l'exploitation d'Imouraren : l'accord entre les autorités de Niamey et Areva, le numéro deux mondial du nucléaire, vient d'être publié au Journal officiel du Niger. Il porte la marque des difficultés du secteur.


Le Niger devrait récupérer plusieurs dizaines de millions d'euros supplémentaires de taxes par an mais il a dû rogner considérablement ses prétentions fiscales sur Areva. Les négociations entre les autorités de Niamey et le géant français du nucléaire se sont faites au pire moment : deux ans pendant lesquels les prix de l'uranium sur le marché spot n'ont cessé de plonger. La livre d'oxyde d'uranium a perdu 62 % de sa valeur depuis la catastrophe de Fukushima en mars 2011.

Et dans le secteur, personne ne sait quand le plongeon s'arrêtera. D'où la mise sous cocon du gisement d'Imouraren, dont le démarrage était pourtant si crucial pour le gouvernement nigérien : Areva refusait d'hypothéquer une remontée des cours en mettant 5000 tonnes d'uranium supplémentaires sur le marché, d'autant que la mine hyper moderne de Cigar Lake vient enfin d'entrer en production au Canada : 8000 tonnes d'uranium de plus en 2018...

Cela ne veut pas dire que le géant français ne tient pas à Imouraren, bien au contraire. Ce beau gisement sécurise l'approvisionnement futur d'Areva, pour son usine de combustible flambant neuve du Tricastin, il n'est pas question de céder Imouraren aux opérateurs chinois ! Opérateurs chinois dont le groupe français s'inspire un peu dans cet accord, obtenu en échange de béton et d'asphalte : 90 millions d'euros pour refaire la route de l'uranium et 10 millions d'euros pour le futur siège des sociétés nigériennes dans la capitale.

En attendant, ce sont des économies qui attendent les sociétés minières au Niger, dont les coûts de production sont très élevés en raison de la nature, à ciel ouvert, de la mine de Somaïr, la plus active aujourd'hui. Beaucoup d'engins et donc de main-d'oeuvre et de carburant, pour des teneurs d'uranium en baisse - quand au Kazakhstan, Areva récupère l'uranium par dissolution et pompage, avec moins de personnel et d'infrastructures.
http://www.rfi.fr/emission/20140703-acc ... e-uranium/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57685
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 26 sept. 2014, 17:37

Uranium : blocage entre Areva et le Niger

Le Figaro.fr avec AFPMis à jour le 31/08/2014

Le blocage persiste entre le Niger et le géant du nucléaire français Areva au sujet du renouvellement des conventions d'exploitation de deux mines d'uranium, cent jours après la signature d'un accord par les deux parties, ont dénoncé samedi deux ONG. Les termes de l'accord dit "de partenariat stratégique", parus au Journal officiel nigérien du 12 juin, précisaient que "la signature des nouvelles conventions" régissant la Somaïr et la Cominak, les deux sociétés exploitant les mines d'uranium, qu'Areva contrôle partiellement, devait intervenir "au plus tard le 30 juin".

Pour parvenir à cet accord, qui porte sur cinq ans et sera renouvelable, Areva a accepté, après 18 mois de négociations, qu'une loi minière datant de 2006 soit appliquée aux deux mines situées dans le nord du Niger. L'application de cette loi fera croître la redevance minière de 5,5 à 12%. "La signature des conventions de renouvellement bloque car tout ce qui a été signé dans l'Accord est contraire au contenu de la loi de 2006 qu'il faut nécessairement modifier", affirme Ramatou Soly, coordinatrice du Groupe de réflexion et d'action sur les industries extractives au Niger (GREN).

"Les dispositions de l'accord du 26 mai ne pourront être prises en compte que lorsque la loi minière aura été modifiée par le Parlement", souligne Nouhou Arzika, le président du Mouvement pour la citoyenneté et la république (MPCR).
L'Etat nigérien n'a pu être joint pour commentaire, tandis que le géant du nucléaire français, contacté par l'AFP, n'a pas communiqué sa position. "Rien n'avance donc. Areva attend manifestement que le gouvernement engage le processus de la modification de cette loi 2006 et sa publication au journal officiel", estime M. Arzika, ce qui relève de la "prudence" selon lui, car "si Areva signe une convention sans que cette loi n'ait été modifiée, un autre gouvernement (pourra) tout remettre en cause".

L'exploitation de l'uranium nigérien par Areva, qui se poursuit, se fait donc "dans la plus parfaite illégalité", s'indigne Nouhou Arzika. "L'Etat du Niger laisse Areva continuer à piller les richesses" nationales, déplore Mme Soly. Les deux parties ont déjà annoncé début juillet qu'elles étaient encore en discussion pour finaliser un accord, vraisemblablement sans résultat.

La conclusion d'un tel accord est crucial pour Areva et la France où 75% de l'électricité produite est d'origine nucléaire. Il s'agit pour le géant du nucléaire français de maintenir au meilleur coût possible sa présence au Niger. Pour le Niger, le contrôle de ses ressources naturelles est en jeu. Le 4e producteur d'uranium au monde est aussi l'un de pays les plus pauvres de la planète.
http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2014/0 ... -niger.php

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 57685
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Niger

Message par energy_isere » 13 oct. 2014, 21:18

Uranium : Niamey "approuve" la nouvelle convention d'exploitation avec Areva

AFP le 13/10/2014

Le Niger a approuvé la Convention d'exploitation de deux mines d'uranium situées dans le nord du pays, signée en mai avec le groupe français Areva, a-t-on appris lundi de source officielle.

"Le conseil des ministres a examiné et adopté des projets de décrets portant approbation de trois conventions minières dans le cadre du renouvellement des conventions entre l’Etat du Niger et la Somaïr (d'une part) et la COMINAK (d'autre part) qui ont expiré le 31 décembre 2013", indique un communiqué du conseil tenu vendredi.

"Nous confirmons un accord avec l'Etat du Niger sur ce sujet", a déclaré lundi un porte-parole d'Areva à l'AFP, sans autres commentaires.

Le Niger et Areva ont signé le 26 mai 2014, un accord dit "de partenariat stratégique" devant conduire à "la signature des nouvelles conventions" régissant la Somaïr et la Cominak, les deux sociétés exploitant les mines d'uranium, qu'Areva contrôle partiellement.

Cette signature de convention devait intervenir au "plus tard le 30 juin" mais a été retardée pour des raisons non précisées.

Pour parvenir à cet accord, qui porte sur cinq ans et sera renouvelable, Areva a accepté, après 18 mois de négociations, qu'une loi minière datant de 2006 soit appliquée aux deux mines situées dans le nord du Niger.

L'application de cette loi fera croître la redevance minière de 5,5 à 12%.

La conclusion d'un tel accord est crucial pour Areva et la France où 75% de l'électricité produite est d'origine nucléaire. Il s'agit pour le géant du nucléaire français de maintenir au meilleur coût possible sa présence au Niger.

Pour le Niger, 4ème producteur d'uranium au monde, mais aussi l'un de pays les plus pauvres de la planète, l'enjeu est le contrôle de ses ressources naturelles.

Les ONG Oxfam et le Réseau des organisations pour la transparence et l'analyse budgétaire (Rotab) ont demandé "la publication" de ces contrats, "cruciale pour que la transparence de ce dossier soit totale".

"Nous attendons que le gouvernement publie d'urgence les nouvelles conventions et leurs avenants, précisant les conditions juridiques, financières, fiscales, économiques, administratives et douanières, conformément à la constitution, pour voir les termes contractuels et nous prononcer", a souligné Ali Idrissa, coordinateur du Rotab, dans un communiqué.

"Les populations des pays africains doivent profiter de l’exploitation de leurs ressources naturelles, et nous continuerons à nous mobiliser pour que ce soit le cas au Niger", a-t-il poursuivi.

"Ce n'est toujours pas clair au sujet de ces conventions: le ministère nigérien des Mines doit donner plus de précisions", a réagi Ramatou Soly, coordinatrice du Groupe de réflexion et d'action sur les industries extractives au Niger (GREN).

"Toutes les trois conventions approuvées feront l'objet de publication au Journal officiel. Le conseil des ministres a donné des instructions dans ce sens", a assuré à l'AFP une source gouvernementale.
http://www.boursorama.com/actualites/ur ... 301052b2cc

Répondre