Mali

Toutes discussions pour les habitants francophones d'Afrique.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91187
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Mali

Message par energy_isere » 16 avr. 2021, 23:45

suite de ce post du 10 aout 2019 http://www.oleocene.org/phpBB3/viewtopi ... 8#p2286028
Mali : la centrale solaire de 30 MW de la mine d’or Fekola entre en service

12 avril 2021 Ecofin

En août 2019, la direction de B2Gold a approuvé le projet de construction d’une centrale solaire de 30 MW à sa mine d’or Fekola au Mali. La mise en service aurait dû intervenir en août 2020, mais la pandémie de Covid-19 a entrainé une suspension des travaux et donc un retard dans le calendrier.

Au Mali, Fekola dispose désormais d’une centrale solaire de 30 MW combinée à des batteries de stockage d’une capacité de 15,4 MWh. Réalisée par les sociétés BayWa r.e et Suntrace, cette centrale hybride réduira les coûts d’exploitation ainsi que l’empreinte carbone de la mine d’or.

Dans un communiqué publié le 12 avril et consulté par l’Agence Ecofin, BayWa r.e a en effet confirmé que la centrale permettra, pendant la journée, d’arrêter trois des six générateurs de mazout lourd, ce qui économisera annuellement 13,1 millions de litres du combustible. Au niveau écologique, la centrale hybride réduira potentiellement de 39 000 tonnes, les émissions de CO2 du projet Fekola.

Avec l’ajout des batteries, notons que les performances de la centrale solaire ne seront pas affectées par les perturbations dans la production d’électricité. Il faut également préciser que les nouvelles installations seront intégrées à la centrale électrique existante à Fekola et fonctionnant au mazout lourd et au diesel.

Pour rappel, la construction de cette centrale a été approuvée en août 2019 pour un budget de 38 millions $. Alors que la livraison de l’installation était prévue un an plus tard, la pandémie a entrainé (en avril 2020) la suspension momentanée des travaux qui n’ont pu reprendre qu’à la mi-septembre 2020.
https://www.agenceecofin.com/electricit ... en-service

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91187
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Mali

Message par energy_isere » 25 mai 2021, 15:23


Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91187
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Mali

Message par energy_isere » 26 sept. 2021, 16:28

Le Mali a demandé l'aide des mercenaires russes de Wagner, dit Lavrov
REUTERS•26/09/2021
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... aae6d59616

Avatar de l’utilisateur
kercoz
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 13008
Inscription : 18 nov. 2007, 21:46
Localisation : SUD GIRONDE GRAVE DE GRAVE

Re: Mali

Message par kercoz » 26 sept. 2021, 19:02

Y'a un truc qui me gène: Là on a de méchants mercenaires russes, ...et nous on avait de gentils militaires français ....La différence c'est quoi? On n' a pas encore privatisé l' armée, vu qu'elle n'est pas rentable ?
L'Homme succombera tué par l'excès de ce qu'il appelle la civilisation. ( Jean Henri Fabre / Souvenirs Entomologiques)

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 18622
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : PR des Vosges du Nord

Re: Mali

Message par mobar » 27 sept. 2021, 01:26

On ne privatise que les entreprises qui gagnent de l’argent pas celles qui en coutent!!! :-" :-" ](*,)
https://youtu.be/0pK01iKwb1U
« Ne doutez jamais qu'un petit groupe de personnes bien informées et impliquées puisse changer le monde, en fait, ce n'est jamais que comme cela que le monde a changé »

Yoann46
Goudron
Goudron
Messages : 107
Inscription : 08 mai 2019, 09:28

Re: Mali

Message par Yoann46 » 27 sept. 2021, 10:19

Wagner sera au ordres de l autorité malienne, ce qui n est pas le cas de l armée française! Un détail quoi... :lol:

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91187
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Mali

Message par energy_isere » 22 janv. 2022, 11:40

Mali : le gouvernement accélère les travaux prévus pour doubler la capacité de la centrale hydroélectrique de Sotuba

Agence Ecofin 22 janvier 2022

Lancés en 2018 et prévus pour durer deux ans, les travaux devant augmenter la capacité de production de la centrale hydroélectrique de Sotuba ont pris du retard. L’exécutif malien se donne donc les moyens d’achever ce projet.

Au Mali, le gouvernement a adopté lors du Conseil des ministres du mercredi 19 janvier deux décrets pour relancer les travaux de doublement de la capacité de la centrale hydroélectrique de Sotuba (Sotuba II).

Confiée aux entreprises chinoises China Gezhouba Group Company et Sinohydro Corporation, la mise en œuvre du projet est « perturbée par des contraintes liées, notamment au changement du régime fiscal des marchés de travaux et à l’arrêt des opérations de déroctage sur le site », précise le gouvernement.

Le premier décret porte donc approbation de l’avenant n°1 au marché relatif aux travaux de réalisation de génie civil, alors que le second porte sur le marché relatif à la fourniture et à l’installation des équipements hydro-électromécaniques.

Lancé officiellement en février 2018, le projet doit ajouter deux turbines de 3 MW chacune à la capacité de production de la centrale, afin d’atteindre une production moyenne annuelle de plus de 82 GWh. Les travaux étaient normalement prévus pour s’achever en février 2020.

Rappelons que le Mali ambitionne, à travers son Plan d’action national d’énergies renouvelables (PANER) de porter la part de celles-ci, dans son mix énergétique, à 58,3 % (1416 MW), d’ici 2030, en ce qui concerne le raccordement au réseau.
https://www.agenceecofin.com/hydroelect ... -de-sotuba

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91187
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Mali

Message par energy_isere » 23 juil. 2022, 11:08

Mali : le chef de Barkhane accuse le groupe Wagner de se payer en mines d’or
ecofin 22 juillet 2022
lire : https://www.agenceecofin.com/gestion-pu ... mines-d-or

Avatar de l’utilisateur
Silenius
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1736
Inscription : 06 avr. 2007, 00:56

Re: Mali

Message par Silenius » 24 juil. 2022, 01:11

Bourakébougou, village malien électrifié à l’hydrogène naturel https://www.youtube.com/watch?v=cBRlGUKVW2Q

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91187
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Mali

Message par energy_isere » 24 juil. 2022, 11:19

Silenius a écrit :
24 juil. 2022, 01:11
Bourakébougou, village malien électrifié à l’hydrogène naturel https://www.youtube.com/watch?v=cBRlGUKVW2Q
Il est cité Petroma actif sur le sujet.
Ci dessous un article qui recoupe des éléments de cette vidéo (qui date de 2017).
Petroma : l’hydrogène naturel, nouvel or du Mali

11 décembre 2019

Le Mali est connu depuis des siècles pour ses hauts fourneaux traditionnels et ses fonderies d’or (3e producteur d’or d’Afrique après l’Afrique du Sud et le Ghana). Aujourd’hui, ce pays s’illustre également par l’exploitation d’un gaz extrêmement prometteur : l’hydrogène naturel.

Un gaz totalement vertueux

Depuis 2010, le Mali est au cœur de toutes les attentions. Petroma Inc, la société d’exploration de l’homme d’affaires Aliou Diallo, mène une petite révolution énergétique à une soixantaine de kilomètres de Bamako.

À Bourakébougou, dans le cercle de Kati, elle a installé une unité pilote qui transforme l’hydrogène naturel en électricité propre pour les 1500 habitants du village. Le tout sans émission de CO2 car ce gaz ne rejette que de l’eau. En plus, il est renouvelable et sans risques.

Le projet a vu le jour suite à une convention de concession signée entre la société Petroma SA et le gouvernement du Mali pour l’attribution du bloc 25 (plus de 37 000 km²) dans le cadre de la recherche pétrolière. Pour rappel, les premiers puits d’hydrogène naturel au Mali ont été identifiés par hasard dans les années 1980.

Un ouvrier creusant un puits d’eau se retrouve assailli par une flamme de feu en voulant allumer une cigarette. Vers la fin des années 2000, Aliou Diallo se lançait corps et âme dans l’exploitation de l’hydrogène naturel, alors que la communauté scientifique était encore réservée.

Bourakébougou avant et après Petroma

Sept ans plus tard, l’entrepreneur malien remporte son pari. Le projet profite pleinement au village de Bourakébougou, qui a enfin accès à l’électricité. « Avant l’installation de l’électricité dans notre village, nous étions obligés de faire des feux de bois afin d’avoir de la lumière pour des manifestations nocturnes. Nous n’avions pas aussi des appareils électroniques. Nous sommes très contents de ce projet. », témoigne Konaré, président des jeunes de Bourakébougou.

« Nous les femmes, nous sommes les plus heureuses. Avant nous préparions sous des torches, maintenant nous pouvons préparer jusque tard dans la nuit », confie de son côté Aminata Diarra, présidente des femmes de Bourakébougou. Les enfants également peuvent désormais étudier sous les ampoules et les lampadaires et non plus sous des lampes. Pendant les congés, ils peuvent s’amuser en toute sécurité la nuit jusqu’à des heures tardives.

Le problème d’électricité au Mali bientôt résolu

En juin dernier, Petroma Inc a annoncé la fin partielle de la phase d’exploration et le début de l’exploitation à grande échelle de l’hydrogène naturel. Cette étape a été confiée à sa filiale Hydroma SA, créée spécialement pour cette tâche. « Maintenant nous voulons introduire des piles à combustibles pour produire une plus grande quantité d’électricité. Les études sont en cours et le premier volet qui nous intéresse c’est la production d’électricité », a déclaré Aliou Boubacar Diallo, au cours d’une visite de Lelenta Hawa Baba, ministre des mines et du pétrole. « Si on arrive déjà à exploiter cet hydrogène, je pense que le problème d’électricité au Mali, on va l’oublier », a-t-il promis.

Pour sa part, la Ministre a indiqué que « C’est un projet qu’on doit soutenir et encourager car qui parle de production d’énergie, surtout la quantité, parle de développement économique du pays » et irrémédiablement d’industrialisation du Mali.

Pour se consacrer entièrement à son projet sur l’hydrogène naturel, Aliou Diallo a cédé ses parts (55 %) dans la société minière malienne Wassoul’Or.
https://www.innovant.fr/2019/12/11/petr ... r-du-mali/

On ne vois pas trop de développement plus massif depuis cette date.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91187
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Mali

Message par energy_isere » 07 janv. 2023, 20:31

suite de ce post du 28 dec 2013 viewtopic.php?p=355796#p355796
Gouina, le 3e barrage hydroélectrique de l’OMVS, fournit 140 MW

Posté le 7 décembre 2022 par Energies Media

Image

En production depuis plusieurs mois, le barrage de Gouina est situé dans l’arrondissement de Diamou, à 45 kilomètres de Kayes, au Mali


L’Organisation pour la mise en valeur du fleuve Sénégal (OMVS) a inauguré, le 03 décembre, son troisième barrage hydroélectrique : le barrage de Gouina, après ceux de Manantali et Félou. Les barrages de Manantali et Félou au Mali, mis respectivement en service en 2002 et 2013, génèrent une production de 260 MW.

Situé dans l’arrondissement de Diamou, à 45 kilomètres de Kayes (ouest du Mali), le barrage de Gouina a une capacité de production de 140 mégawatts.

L’ouvrage a officiellement coûté 283 milliards de FCFA (environ 430 millions d’euros). La Banque d’exportation et d’importation de Chine (EximBank China) a émis un prêt couvrant plus de 80% du montant total des travaux. La réalisation a été assurée par l’entreprise chinoise Sinohydro.

« L’ouvrage, dont les travaux ont officiellement démarré en novembre 2016, fournit déjà de l’électricité depuis plusieurs mois car il a été connecté au réseau électrique du Mali, de la Mauritanie et du Sénégal au mois de mars dernier », a précisé l’OMVS sur son site.

Le barrage de Gouina vient améliorer les échanges d’énergie dans le cadre du marché de l’énergie de l’Afrique de l’Ouest.

L’OMVS, créée en 1972 par le Mali, la Mauritanie et le Sénégal, rejoints en 2006 par la Guinée, est un organisme inter-Etats œuvrant à la bonne gestion du bassin versant du fleuve Sénégal, deuxième cours d’eau le plus important d’Afrique de l’Ouest après le Niger. Des barrages hydroélectriques, installés sur le fleuve et profitant aux différents pays membres, sont gérés par l’OMVS.
https://energies-media.com/gouina-3e-ba ... it-140-mw/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91187
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Mali

Message par energy_isere » 28 janv. 2023, 15:42

Mali : B2Gold annonce l’agrandissement de la centrale solaire de la mine d’or Fekola

Agence Ecofin 27 janvier 2023

Le recours aux énergies renouvelables se démocratise depuis quelques années dans le secteur minier africain. À Fekola, la centrale solaire actuelle a été mise en service en 2021 et dispose d’une capacité de 30 MW.

Au Mali, la capacité de la centrale solaire de Fekola sera augmentée de 22 mégawatts-crêtes d’ici le troisième trimestre 2024. C’est l’annonce faite le vendredi 27 janvier par le canadien B2Gold qui précise que cela entrainera une réduction de 24 000 tonnes par an des émissions de gaz à effet de serre de la mine.

Le projet d’agrandissement de la centrale s’inscrit en effet dans le cadre de l’objectif de réduction de 30 % des émissions de gaz à effet de serre de Scope 1 et 2 de la compagnie d’ici 2030, par rapport aux niveaux de 2021. Il faut dire que plusieurs compagnies minières ont élaboré et dévoilé ces dernières années des stratégies climatiques, afin de répondre aux pressions des investisseurs et aux appels des organisations écologiques.

À Fekola, les travaux de construction devraient démarrer au troisième trimestre 2023. À son entrée en service, la centrale agrandie entrainera une réduction de 7,6 millions de litres par an en moyenne de la consommation de mazout lourd à la mine, permettant donc à la société de réaliser des économies sur le long terme.

Pour rappel, la centrale solaire de Fekola, en service depuis avril 2021, dispose d’une capacité de 30 MW. Elle alimente la deuxième plus grande mine d’or du Mali, dont la production pour l’année 2022 a atteint 598 661 onces.
https://www.agenceecofin.com/electricit ... -or-fekola

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 91187
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Mali

Message par energy_isere » 24 mai 2024, 23:35

Le Mali lance avec la Russie la construction d'une vaste centrale solaire

AFP le 24 mai 2024

Le Mali a lancé vendredi en collaboration avec la Russie les travaux de construction d'une vaste centrale solaire photovoltaïque, la plus grande d'Afrique de l'Ouest selon la ministre de l'Énergie de ce pays en proie à des problèmes de fourniture d'électricité.

La centrale solaire photovoltaïque d'une capacité de 200 MW, qui s'étendra sur 314 hectares à Sanankoroba, près de Bamako, est censée augmenter de 10% la production électrique nationale, selon Grigory Nazarov, directeur de Novawind, filiale de l'agence russe de l'énergie atomique (Rosatom) en charge de la construction.

Cette centrale, "la première (en taille) au niveau du pays et même de la sous-région", "va permettre d'amoindrir de beaucoup la pénurie d'électricité qui se pose actuellement dans le pays", a déclaré la ministre de l'Énergie Bintou Camara à la télévision nationale ORTM.

Les travaux, d'un montant de plus de 200 millions d'euros, doivent durer une année, a indiqué M. Nazarov, mais la ministre a assuré que les premiers bénéficiaires recevraient de l'électricité "au bout de quatre mois".

La centrale est conçue pour "une exploitation stable pendant 20 ans" et passera "sous le contrôle total du ministère de l'énergie" malien au bout de 10 ans, selon M. Nazarov.

La production électrique malienne provient à 70% du thermique, ce qui est extrêmement coûteux et pèse fortement sur l'équilibre financier de la Société Énergie du Mali (EDM-SA), avait déclaré le ministre malien de l'Economie Alousséni Sanou, lors de la signature du protocole d'accord avec Novawind en mars.

Cette centrale "représente un pas significatif vers la diversification du mix énergétique malien et la réduction de sa dépendance aux énergies fossiles", a indiqué la présidence.

Grevée par une dette de plus de 200 milliards de FCFA (environ 300 millions d'euros), la société d'énergie nationale du Mali n'arrive plus à assurer la couverture en électricité de la capitale et d'autres localités du pays.

Le lancement de la construction, par des sociétés chinoises et émiraties, de deux autres centrales solaires près de Bamako est également prévu, le 28 mai et le 1er juin, pour une capacité totale de 200 MW.

"Notre besoin minimum est de 500 MW et si nous arrivons déjà à produire sous forme d'énergie renouvelable 350 MW", ajouté au reste de la production électrique nationale, cela va "permettre en 2025 de couvrir largement les besoins du Mali", a assuré le ministre malien de l'Economie Alousséni Sanou sur l'ORTM.

Les colonels qui ont pris le pouvoir par la force à Bamako en 2020 ont rompu l'alliance historique avec Paris et fait de la Russie leur partenaire politique et militaire privilégié.

Au-delà de l'énergie solaire, le Mali et la Russie ont signé en octobre dernier un accord de coopération pour développer le nucléaire civil.
https://www.connaissancedesenergies.org ... e-240524-0

Répondre