Angola

Toutes discussions pour les habitants francophones d'Afrique.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49923
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Angola

Message par energy_isere » 26 juin 2016, 12:59

Piégé par la chute des cours du pétrole, l’Angola est à court de réserves de change

Agence Ecofin 23 juin 2016

L’Etat angolais est à court de réserves de change pour payer la facture de ses importations parce que la société publique en charge du pétrole n’a pas contribué à renflouer les caisses publiques depuis janvier 2016. Tels sont des propos tenus mercredi par José Eduardo dos Santos (photo), le président du premier pays producteur de pétrole brut en Afrique.

Il faut souligner que le pays, qui est presqu’entièrement dépendant de l’or noir, importe beaucoup plus qu’il n’exporte. « Notre pays vit pratiquement sur les importations de denrées alimentaires, de matières premières, de produits manufacturés pour l'industrie, l'agriculture, la construction et autres », a-t-il déclaré en présence des ministres et de certains hauts cadres de l’administration. Le pétrole représente à lui seul 40% du PIB angolais, 95% des recettes en devises et plus de 90% du total des exportations.

La contribution de la Sonangol, dirigée depuis début juin par sa fille Isabel, représentaient il y a peu 60% des recettes totales du gouvernement mais la firme a arrêté de verser ses redevances après la chute des prix du pétrole. Une situation qui a conduit à des problèmes de flux de trésorerie au niveau de l’Etat qui envisage désormais sérieusement d’enclencher la diversification de son économie. «Par-dessus tout, nous avons besoin de miser sur d’autres produits à exporter, outre le pétrole. Et cela s’avère être une tâche stratégique», a-t-il dit.

La pénurie de devises a conduit récemment à la naissance d’un marché noir florissant, s’est désolé un officiel. L’Angola a mis en place un certain nombre de mesures pour contrôler les flux qui sortent du pays, en l’occurrence la réduction du montant des devises que les voyageurs sont autorisés à transporter à l’étranger. Le pays a récemment sollicité l’aide du FMI pour l’aider à sortir de cette situation qui risque de conduire à une implosion sociale.

http://www.agenceecofin.com/gestion-pub ... -de-change

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49923
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Angola

Message par energy_isere » 26 juin 2016, 13:02

Angola : nouveaux gisements de gaz et de pétrole découverts dans le bassin du fleuve Kwanza

Agence Ecofin 232 juin 2016

Mercredi, la Sonangol a annoncé avoir découvert un important gisement de gaz et de pétrole dans le bassin du fleuve kwanza. Comme l’indique African Business Review, ces réserves, découvertes sur le bloc 20/11, détenu conjointement avec BP, pourraient totaliser jusqu’à 313 millions de barils de condensats et 2,8 milliards de pieds cubes de gaz naturel.

Cette annonce fait suite à celle d’avril dernier, faisant état de la découverte d’importants gisements de gaz et de pétrole pouvant atteindre 2,2 milliards de barils de pétrole dans les bassins des fleuves Kwanza et Congo. Une bonne nouvelle pour le premier pays producteur d’or noir du continent dont l’économie est fragilisée par la chute des cours du baril sur le marché international.

Cette découverte conforte davantage l’Angola dans sa position de hub pétrolier sur le continent africain. Dans l’opinion locale, on attribue déjà cette découverte à l’arrivée d’une nouvelle ère pour le pétrole. Début juin, Isabel dos Santos, la fille du président a, en effet, été portée par son père à la tête de la Sonangol pour, selon ses dires, la redynamiser et la rendre plus profitable au peuple angolais. Cette décision divise toujours la classe politique qui exige la démission de la responsable, accusant le président de népotisme.

http://www.agenceecofin.com/exploration ... uve-kwanza

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49923
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Angola

Message par energy_isere » 02 juil. 2016, 13:15

Angola: la première unité du barrage de Cambambe II raccordée au réseau électrique

Image

Agence Ecofin 30 juin 2016

En Angola, le barrage hydroélectrique de Camabambe II fournira très bientôt ses premiers mégawatts au réseau électrique national. La première unité de la centrale est en effet prévue pour être raccordée aujourd’hui.

João Eduardo Ferreirinha Borges, le représentant de Gamek, la société en charge du suivi du projet, a confié à l’Angop que la turbine d’une capacité de 175 MW « sera raccordée au réseau afin de permettre la poursuite des tests et des essais de la deuxième centrale (de Cambambe ndlr)». D’ici décembre 2016, toutes les quatre turbines du barrage devraient être fonctionnelles, ce qui permettra d’ajouter 700 MW à la capacité électrique nationale de l’Angola.

L’Angola, qui a un taux d’électrification de 30%, compte électrifier 60% de sa population d’ici 2025. Entre temps, le pays compte faire passer sa capacité électrique qui est actuellement d’1 GW à 5 GW à l’horizon 2020.

http://www.agenceecofin.com/hydroelectr ... electrique

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49923
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Angola

Message par energy_isere » 30 oct. 2016, 12:02

L’Angola reste en septembre, le plus grand exportateur d’or noir vers la Chine

Agence Ecofin 25 oct 2016

L’Angola est resté, en septembre, pour le deuxième mois consécutif, le plus gros exportateur de brut en direction de la Chine, supplantant ainsi, par la même occasion, la Russie, a rapporté l’agence de presse Reuters citant les chiffres de la douane.

Les exportations totales de brut angolais, à destination du géant chinois, se sont chiffrées à 4,19 millions de tonnes dans le mois de septembre, soit 1,02 million de baril par jour (bpj) alors que les exportations journalières se chiffraient, pour la même période, à 962 620 bpj pour la Russie.

Ces chiffres des exportations de brut angolais, s’ils viennent conforter le statut du pays en tant que premier fournisseur de pétrole à la Chine, restent néanmoins, un brin en deçà des 1,11 million de barils exportés quotidiennement par le pays, dans le mois d’août, au cours duquel il avait été également le premier exportateur de brut vers l’Empire du milieu.

L’Angola qui représente le premier pays producteur de pétrole africain, pourrait bien continuer sur cette lancée, en réalisant une passe de trois. La demande de l’ogre chinois pour le pétrole angolais, d’un prix relativement bas qui lui assure un approvisionnement stable, est prévue pour s’accélérer dans le mois d’octobre.

http://www.agenceecofin.com/trade/2510- ... s-la-chine

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49923
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Angola

Message par energy_isere » 03 déc. 2016, 12:06

L’Angola signe un accord de 4,5 milliards $ avec la Chine pour le barrage de Caculo Cabaça

Agence Ecofin 30 nov 2016

L’Angola a signé avec la Banque industrielle et commerciale de Chine (ICCB) un accord de financement de 4,5 milliards $ pour la construction du barrage électrique de Caculo Cabaça situé dans le bassin du Middle Kwanza.

La centrale, d’une capacité de 2 171 MW, sera construite par la China Gezhouba Group Corporation (CGGC) sur une période de 80 mois. L’énergie qui sera produite par l’infrastructure est principalement destinée à être exportée vers les pays voisins que sont la Namibie et l’Afrique du Sud.

Le pays a également signé 25 accords de financement pour la mise en place de 41 projets dans les domaines de la construction, de l’énergie et des transports. La Chine, principal partenaire financier de l’Angola, a octroyé à ce dernier environ 15 milliards $ de financement depuis 2004.


http://www.agenceecofin.com/investissem ... ulo-cabaca

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49923
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Angola

Message par energy_isere » 09 févr. 2017, 12:54

Angola : Eni lance la production de pétrole et de gaz du projet East Hub Development

Agence Ecofin 09 fev 2017

Mercredi, la compagnie pétrolière italienne Eni a annoncé le début de l’extraction du pétrole et du gaz dans le bloc 15/06 en offshore profond, au large des côtes angolaises. Ceci, dans le cadre de la concrétisation du projet East Hub Development.


La production se déroulera par l’entremise de l’unité flottante de stockage et de production (FPSO) Armada Olombendo qui peut extraire 80 000 barils de pétrole par jour et jusqu’à 3,4 millions de mètres cubes de gaz par jour à partir des 9 puits et 4 collecteurs du bloc. Sa production associée à la production des champs Sangos, Cinguvu et Mpungi du West Hub Development, permettra au bloc 15/06 d’atteindre un plateau de production pétrolière de 150 000 barils par jour.

Image

«Nous sommes fiers de ce que nous avons réalisé dans le bloc 15/06. Grâce à notre vaste expérience dans l'exploration, nous avons pu découvrir sur place un total de 3 milliards de barils de pétrole sur 10 découvertes commerciales. De plus, grâce à un solide développement sur le terrain et à une meilleure gestion de projet, nous commençons la production de East Hub avec 3 ans et 5 mois d'avance sur le calendrier prévu (…) Ceci dénote de la capacité d’Eni en Angola et dans le monde à fournir des projets à la fine pointe de la technologie. Il faut souligner que tout ceci n’a été possible que par le biais du nouveau modèle opérationnel d'Eni qui nous permet de jouer un rôle de plus en plus actif dans le développement intégré de nos projets », s’est ravi Claudio Descalzi, le patron d’Eni.

Le bloc 15/06 est opéré par Eni qui détient sur le périmètre une participation de 36.84% au même titre que la branche E&P de Sonangol. SSI Fifteen Limited contrôle le reste des parts.

Aujourd’hui, le East Hub Development représente l’un des projets majeurs de production d’hydrocarbures en Angola. Il va doper la production actuelle du pays et renforcer sa position de deuxième plus grand producteur de pétrole en Afrique. Eni est présent en Angola depuis 1980 à travers sa filiale Eni Angola. En 2016, il y a produit 124 000 barils équivalents pétrole par jour.

http://www.agenceecofin.com/production/ ... evelopment

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49923
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Angola

Message par energy_isere » 25 févr. 2017, 12:29

Pétrole : Total augmente sa production angolaise de 30 000 barils par jour

Agence Ecofin 21 fev 2017

Total E & P Angola, la filiale angolaise de Total, vient d’ajouter 30 000 barils supplémentaires à sa production quotidienne de pétrole dans le pays.
C’est ce que rapporte le site d’information lusophone Macauhub qui cite un communiqué de la Sonangol, la société d’Etat du pétrole.

Cette augmentation s’est faite à la faveur du lancement du projet Dália Phase 2A qui comprend quatre puits reliés au FPSO Dália. Le champ Dália est situé en offshore profond sur le bloc 17, à 135 kilomètres au large des côtes angolaises, dans le bassin du Congo. L’activité exploratoire qui y a été menée a permis la découverte de 17 puits commerciaux et deux puits secs.

Il faut souligner que ce bloc comprend aussi le champ Girassol, la plus grande découverte de pétrole du groupe dans le pays.

Total E & P Angola est l'opérateur du bloc 17 avec une participation de 40% et ses partenaires sont Statoil, Esso Exploration Angola Limited, BP Exploration Angola Ltd et Sonangol.


http://www.agenceecofin.com/production/ ... s-par-jour

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49923
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Angola

Message par energy_isere » 18 mars 2017, 13:24

Angola : des investisseurs russes veulent investir 12 milliards $ dans une raffinerie pétrolière

Agence Ecofin 15 Mars 2017

Le gouvernement angolais vient d’autoriser deux entreprises russes à construire une raffinerie pétrolière ainsi qu’une ligne de chemin de fer pour transporter le produit fini, rapporte l’agence de presse portugaise Lusa. La raffinerie sera installée dans la province du Namibe et le chemin de fer entre Benguela et Moçâmedes.

Il s’agit de Rail Standard Service et Fortland Consulting Company. Le projet sera exécuté par Namref, un véhicule d'investissement mis en place par les deux groupes russes (75% d'investissement par Rail Standard Service et 25% par Fortland Consulting Company), indique Macauhub. L’investissement, qui prendra en compte la construction et la gestion d'une zone résidentielle pour le logement des travailleurs, un quai et une centrale électrique, coûtera 12 milliards $. La capacité de traitement prévue de l’usine est de 400 000 b/j, soit le quart de la production pétrolière nationale.

Il faut souligner qu’outre le feu vert donné aux investisseurs, l’Etat angolais a mis à leur disposition un terrain de 1 000 hectares pour accueillir la raffinerie. Luanda s’est engagé, a-t-on appris, à acheter 28 000 b/j de la production de l’usine dans sa première phase, soit trois ans après le démarrage de la production et 364 000 b/j dix ans après. Aucune date n’a été communiquée concernant le début des travaux.

Cet investissement permettra de réduire la dépendance du pays aux importations de produits pétroliers. Comme le Nigéria et l’Egypte, l’Angola ne dispose pas d’une capacité de raffinage suffisante.

http://www.agenceecofin.com/investissem ... petroliere

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 4698
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Angola

Message par Raminagrobis » 26 juin 2017, 12:41

lien La production de l'angola va se maintenir dans les 3 ans qui viennent grâce à de nouveaux gisements (comme Kaombo développé par total)

Mais à plus long terme, la perspectives sont négatives.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49923
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Angola

Message par energy_isere » 01 juil. 2017, 12:01

Angola : Cambambe II peut officiellement apporter l’électricité à 8 millions de personnes


Agence Ecofin 30 juin 2017

En Angola, la centrale hydroélectrique de Cambambe II a été inaugurée hier. Il permettra d’apporter de l’énergie à 8 millions de personnes supplémentaires grâce à ses 700 MW de production quotidienne, a affirmé João Baptista Borges (photo), le ministre de l’énergie et de l’eau.

Pour faciliter l’accès à l’énergie qui y est désormais produite, une sous-station a été construite dans la province du Luanda, et une interconnexion avec la région de Gabela dans la province du Kwanza du Sud est en construction actuellement. Cette infrastructure devrait permettre, dans un futur proche, de fournir de l’énergie à la ville de Banguela, entre autres.

La finition de cette centrale entre dans le cadre de la mise en œuvre du projet Cambambe qui regroupe en outre l’expansion et la modernisation du barrage Cambambe I, d’une capacité de 260 MW, et l’élévation de la structure du barrage dont la hauteur passera de 100 mètres à 132 mètres.

Le coût total de l’ensemble des travaux conduits par la filiale angolaise du groupe brésilien Odebrecht, a été estimé à 2 milliards $.

L’Angola qui a actuellement un taux d’électrification de 33%, pour une population de 21 millions de personnes, ambitionne d’atteindre l’accès universel à l’énergie, d’ici à 2030.
http://www.agenceecofin.com/hydroelectr ... -personnes

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49923
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Angola

Message par energy_isere » 08 juil. 2017, 12:55

Angola : en 2016, la société d’Etat du pétrole a réalisé un bénéfice avant impôts de 3 milliards de dollars

Agence Ecofin 40 juillet 2017

L’année dernière, Sonangol, la société d’Etat angolaise du pétrole et du gaz a enregistré un bénéfice avant impôts de 3,16 milliards de dollars, en progression de 800 000 dollars par rapport à 2015, rapporte l’agence de presse locale Angop.

L’annonce a été faite lundi par Isabel dos Santos (photo), la patronne de l’entreprise, qui a indiqué que ces résultats reflètent le redressement du marché constaté au cours de l’année précédente et les efforts fournis par les responsables pour la maintenir à flot. Elle s’est ensuite félicitée du fait que la production nationale de brut ait franchi la barre de 1,7 million de barils par jour faisant du pays le plus important producteur africain, malgré les difficultés.

En effet, une vaste politique de restructuration a été mise en place dès le second semestre de 2016, date de l’arrivée d’Isabel dos Santos à la tête de l’entreprise. Ces mesures lui ont permis de recourir à une assistance extérieure dans les domaines financier, juridique, stratégique et des ressources humaines.

Il faut rappeler que, depuis l’instauration des politiques de restructuration en juin 2016, Sonangol a réalisé des économies d’environ 320 millions de dollars.

L’Angola produit actuellement environ 1,8 million de barils par jour. Les recettes pétrolières constituent plus de 70% des recettes publiques.
http://www.agenceecofin.com/gestion-pub ... de-dollars

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49923
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Angola

Message par energy_isere » 12 août 2017, 13:35

Angola: le chinois Gezhouba Group va construire le plus grand complexe hydroélectrique du pays

Agence Ecofin 07 Aout 2017

En Angola, l’entreprise chinoise Gezhouba Group Co. Ltd (CGGC) s’est vu octroyer par le gouvernement angolais le contrat de construction d’un barrage hydroélectrique de 2 172 MW sur la rivière Cuanza dans la province de Cuanza Norte. Comme l’indique Xinhua, ce sera le plus grand complexe hydroélectrique du pays et le plus grand complexe hydroélectrique construit par une entreprise chinoise en Afrique.

Le barrage mesurera 156 mètres de haut et 1 200 mètres de long et s’étendra sur une superficie de 24 000 hectares. Il sera, entre autres, doté d’une centrale électrique de six turbines pouvant produire 334 MW d’électricité. Il faut souligner que la pose de la première pierre de sa construction a été faite, vendredi, par le chef de l’Etat angolais, José Eduardo dos Santos (photo).

D’un coût de 4,5 milliards de dollars, sa construction est prévue pour s’achever en 2023 et devrait nécessiter une main-d’œuvre de 10 000 personnes.

Après sa construction, le barrage sera opéré pendant quatre ans par l’entreprise chinoise qui devra, pendant cette période, former du personnel local qui prendra, par la suite, le relais de l’exploitation.
http://www.agenceecofin.com/hydroelectr ... ue-du-pays

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49923
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Angola

Message par energy_isere » 04 sept. 2017, 14:28

Les défis économiques de l'Angola après Dos Santos

Par Sonia Rolley RFI 4 septembre 2017

Les résultats définitifs des élections générales en Angola sont attendus pour cette semaine, le 6 septembre 2017, selon ce qui avait été promis par la commission électorale. Malgré la contestation de l'opposition comme de la société civile (ou des rares activistes encore capables de s'exprimer), le MPLA devrait sortir vainqueur et son candidat, Joao Lourenço, devenir président. L'Angola vit une crise sans précédent, frappé par la récession, face à la baisse du cours du prix du pétrole mais aussi en raison du détournement massif de fonds publics et la mauvaise gestion. Un nouveau président après 38 ans de Jose Eduardo Dos Santos. Quels sont les chantiers et les défis auxquels le nouveau président devra-t-il faire face ?


C’est interdit en Angola, mais personne ne s’aventure cette année à changer de l’argent ailleurs qu’au marché noir. 100 dollars rapportent 36, parfois même jusqu’à 38 000 kwanzas, la monnaie locale. A la banque ce n’est pas le même tarif :

« Au marché officiel, 16 000 kwanzas. Il y a beaucoup de problèmes, pas d’argent, pas de travail. Il n’y a pas de devises étrangères. »

Pour obtenir des euros ou dollars en Angola, il faut une autorisation spéciale du parti-Etat, le MPLA. Le Portugal aurait admis, selon une source diplomatique, avoir 2 milliards de dollars de transfert qui n’ont pas été honorés par l’Angola. Ce chiffre dépasserait les 5 milliards au niveau européen. Beaucoup de sociétés ont renoncés à faire de l’import–export avec Luanda. Le volume des importations françaises a par exemple baissé de 60% l’an dernier. L’une des priorités pour les partenaires de l’Angola, c’est de dévaluer le Kwanza. En plein centre de Luanda, les locaux de ce cabinet d'architecture 100% angolais sont vides. La crise a durement touché ce jeune entrepreneur :

« On est pragmatiques, on gère au jour le jour. On essaie de voir, il y a des jours c’est bien et des jours où ce n’est pas bien. En ce moment c’est surtout pas bien. Je me suis penché plus sur comment indemniser mes employés qui ont travaillé pendant 10 ans ici pour certains, comment payer mes impôts… »

L’Angola n’avait pas l’an dernier une croissance nulle, mais était en récession de 3,6%, un chiffre de l’institut national de statistiques gardé secret en cette année électorale. Mais pour l’économiste et patron du magazine économique angolais l’Expansion, Carlos Rosado, il est vital pour Luanda de rétablir sa crédibilité et cela passe pour lui par un recours au Fond monétaire international (FMI) :

« Nous avons déjà fait un accord avec le FMI en 2008 et 2009. C’était du point de vue de la transparence. C’était la meilleure période de l’Angola depuis l’indépendance. C’est trop important pour donner de la crédibilité de l’Angola dans les marchés financiers. Nous avons besoin d’investissements étrangers. »

Le principal problème de l’Angola, deuxième pays producteur de pétrole d’Afrique, ce n’est pas la baisse du prix du baril. Ce choc extérieur n’a rendu que plus flagrant, deux travers selon les experts, la mauvaise gestion, mais surtout l’absence de diversification et le désintérêt de la classe dirigeante pour des activités à moindre rendement ou revenus.
http://www.rfi.fr/emission/20170904-def ... dos-santos

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 49923
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Angola

Message par energy_isere » 15 nov. 2017, 21:45

Angola: la fille de l'ex-président limogée de la compagnie pétrolière nationale

15 Nov 2017

Isabel Dos Santos, la fille de l'ancien président angolais Edouardo Dos Santos, a été limogée de son poste de PDG de Sonangol, la compagnie pétrolière nationale. Il a fallu un décret signé du nouveau président Joao Lourenço pour mettre à la porte celle qui est considérée comme la femme la plus riche d'Afrique. Un limogeage qui est interprété comme le premier pas d'une vaste redistribution des postes stratégiques depuis l'élection présidentielle d'août dernier.

Les Angolais la surnomment « la princesse ». Isabel Dos Santos, fille aînée de l'ex-président angolais, est aussi héritière. Héritière d'un système qui a permis au clan Dos Santos de s'enrichir pendant près de quatre décennies.

Sa fortune personnelle est estimée à plus de trois milliards de dollars. Femme la plus riche d'Afrique, elle tenait depuis 2016 les rênes de la plus puissante entreprise d'Angola : Sonangol, 40 milliards de dollars de chiffre d'affaires, colonne vertébrale du pays. Sa nomination avait d'ailleurs fait grincer des dents dans l'opposition qui accusait à l'époque le clan Dos Santos d'avoir privatisé à son profit le pétrole angolais.

Il a en tout cas choisi de nommer en remplacement d'Isabel Dos Santos, l'ancien secrétaire d'État au pétrole, Carlos Saturnino, un homme qui lui est réputé fidèle. Isabelle Dos Santos, quant à elle, est libre de continuer à gérer sa fortune. Télécommunications, grandes surfaces, ses entreprises sont florissantes tant en Angola qu'au Portugal, où elle est devenue un pilier de l'économie locale.

Deux autres enfants écartés

Cette annonce marque le 50e jour de l'arrivée au pouvoir du nouveau président João Lourenço. Mais elle n'est pas la seule. Joao Lourenço a aussi fait cesser le contrat du Canal2 de la télévision publique de l'Angola (TPA) avec la société Semba Communications, ayant pour actionnaires sont deux autres fils de l'ancien président : Welwitshea «Tchizé» et José Paulino dos Santos «Coreon Du». Le seul qui n'a pas été touché est José Filomeno dos Santos qui est à la tête du Fonds souverain de l'Angola (FSDEA), qui gère les actifs de l'Etat.

Ces annonces s'inscrivent dans une série de changements récemment opérés, notamment une nouvelle présidence pour l'entreprise nationale de diamants Endiama, alors que son ex-président Carlos Sumbula qui dirigeait l'entreprise depuis 2009 avait été reconduit dans ses fonctions cette année. Des changements également dans l'administration de Sodiam, entreprise de commercialisation de diamants, mais également à la tête de la Banque Nationale de l'Angola, ou encore à la tête des médias d'Etat, notamment le changement des conseils d'administration de la radio, télévision et agence de presse Angop.
http://www.rfi.fr/afrique/20171115-ango ... -nationale

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 1 invité