Le Sénégal

Toutes discussions pour les habitants francophones d'Afrique.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
MadMax
Modérateur
Modérateur
Messages : 2990
Inscription : 12 août 2005, 08:58
Localisation : Dans un cul-de-sac gazier

Le Sénégal

Message par MadMax » 17 nov. 2005, 22:34

De nouveaux tarifs en vue : le prix de l'électricité va augmenter de 15%


Wal Fadjri (Dakar)

16 Novembre 2005
Publié sur le web le 16 Novembre 2005

Ndakhté M. Gaye



Parce que les bailleurs de fonds ne peuvent plus supporter les contrecoups de la flambée du prix du pétrole, l'Etat s'est vu contraint de revoir à la hausse le prix de l'électricité après plusieurs années de blocage.

Les consommateurs payeront plus cher l'électricité d'ici l'année prochaine. En effet, le prix de l'électricité va connaître une hausse qui n'atteindra pas moins de 15 %. Le ministre de l'Energie et des mines qui en a fait la révélation hier lors de la première édition des "Déjeuners de l'industrie" n'a pas manqué d'apporter des justifications à cette éventualité. «Dans les prochains jours, vous entendrez parler d'augmentation du prix de l'électricité», révèle le ministre. «C'est tout à fait normal, argue M. Niang, dans la mesure où tous nos partenaires au développement nous disent que nous ne pouvons pas continuer, dans le cadre du budget de 2006, à supporter les contrecoups de la flambée des prix des produits pétroliers, mais surtout à compenser la perte de revenus de la Senelec», a expliqué Me Madické Niang.

Le ministre qui a co-présidé, avec sa collègue de l'Industrie et de l'artisanat, Mme Bineta Samb Bâ, la rencontre consacrée à la "Politique de l'énergie face à la flambée du prix du baril de pétrole : l'impact sur l'économie et le tissu industriel" a cependant promis de faire tout ce qui est à son pouvoir pour que la hausse ne dépasse pas 15 %. «Nous sommes en train de voir les dispositions nécessaires pour arrêter un pourcentage. La Commission de régulation du secteur de l'életricité (Crse) a prévu une augmentation qui ne sera pas moins de 15 %. Nous sommes en train de tout faire pour ne pas arriver à ce niveau d'augmentation», a promis Me Madické Niang. Et pour ne pas faire une mauvaise surprise aux industriels, il les a prévenus: «Vous serez fixé au maximum dans une semaine. Il n'est pas question de vous surprendre et d'attendre au moment où vous avez élaboré vos budgets pour vous l'annoncer. Je vous en donne la primeur». Il a également promis de tout faire pour que cette hausse ne touche pas les consommateurs de faibles revenus. «Nous ferons de sorte que ceux qui ont un niveau de consommation qui ne soit pas élevé ne soit pas touché», rassure-t-il. Le ministre a, en outre, évoqué l'idée de la mise en place d'un fonds de stabilisation des prix pour faire face au prix des produits pétroliers. Le ministre a aussi invité les industriels à se positionner dans l'industrie des services pétroliers. «Nous allons tenir bientôt un Conseil inter ministériel sur l'énergie. Le document est déjà prêt. J'ai saisi les services du Premier ministre pour que ce conseil soit fixé dans les meilleurs délais», a-t-il déclaré.

Bien entendu, la réaction des industriels par rapport à cette hausse qui se profile à l'horizon ne s'est pas fait attendre. Le président du Syndicat des professionnels de l'industrie et des mines du Sénégal (Spids), organisation initiatrice de la rencontre, a calmé l'esprit de Me Madické Niang sur l'absence d'une marche de protestation. «En tant qu'industriels, nous n'avons pas l'intention de descendre dans la rue avec des pancartes pour rouspéter contre l'augmentation du prix de l'électricité. (...). Ce que nous souhaiterions vous dire pour vous aider, c'est d'avoir une vision d'avenir dans laquelle on arrête de subir et dans laquelle on commence à essayer de mettre en place des propositions alternatives», a souligné Christian Basse. Parmi celles-ci, le président du Spids a parlé des mesures d'urgence, de sauvegarde de la compétitivité de l'industrie locale.

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 12 mars 2006, 11:19

CARBURANT - La pénurie se précise au Sénégal : Total arrête la distribution

Les stations de Total pourraient manquer d’essence à plus ou moins brève échéance, si la situation ne s’améliore pas sur le plan national. En effet, hier, les transporteurs de cette compagnie ont été informés de la décision de cette compagnie pétrolière d-’arrêter la distribution de toutes ses stations sur le territoire national, faute de réserve. Du côté du Comité national des hydrocarbures, on pense que le contenu des cales du Tanker arrivé hier du Nigéria, pourrait permettre de décanter provisoirement la situation.
L’arrivée hier, dans le port de Dakar, du tanker provenant du Nigeria, avec une cargaison dans ses flancs, estimée à 34 milliards de francs Cfa de produits pétroliers bruts, n’a pas empêché la compagnie Total de décrêter l’arrêt de la distribution de carburant dans toues ses stations. En effet, les distributeurs des stations services de cette compagnie ont appris hier que, «jusqu’à nouvel avis, toute distribution de produits pétroliers dans toutes les stations Total était suspendue à partir de ce jour (hier, Ndlr)».
Cette information est en totale contradiction avec celle du ministre Abdoulaye Diop (Voir Le Quotidien n°962 d’hier et 961 du mercredi dernier) qui affirmait que le Sénégal avait des réserves de produits pétroliers de l’ordre de 40 000 tonnes. D’autres sources prétendaient même que la société Stasco, représentant de Shell, aurait vendu à l’Etat 3 000 tonnes de produits, tandis que Total international aurait cédé à la Sar, dont elle est actionnaire majoritaire, environ 2 000 tonnes. Tout cela, pour éviter une rupture de stocks dans ce pays.
La même source avançait que les réserves de Stasco au Sénégal, il y a trois jours, étaient de 20 000 tonnes, dans les différentes citernes de Dakar. Et notre source de dire avec confiance : «Alors soyez rassuré. Il n'y aura jamais, je dis bien jamais, de rupture de produit pétrolier au Sénégal.» La même assurance a longtemps habité le ministre de l’Economie et des Finances qui, comme notre informateur, voulait tout ramener de la crise actuelle à des problèmes internes à la Société africaine de raffinage. Mais il a suffi que le Chef de l’Etat parle depuis Paris pour que tout le monde comprenne que la situation pourrait facilement devenir incontrôlable.
Car, tout ce qui est proposé à l’heure actuelle, a plutôt l’air de palliatifs. Ainsi, le président du Comité national des hydrocarbures, Carmelo Sagna, semblait tomber des nues d’apprendre que la compagnie Total avait interrompu son service.«Ce n’est pas comme cela que l’on fonctionne», s’est-il indigné. «Si une compagnie manque de carburant, d’autres pourraient même lui en passer, en attendant que sa situation redevienne normale». Et il considère également que l’arrivée du tanker nigerian pourrait permettre de soulager le pays pendant une bonne période.
Quid de l’inexistence d’un contrat d’achat de ladite cargaison ? Carmelo Sagna écarte les inquiétudes. «Le tanker est bien dans le port de Dakar, et nous avons une raffinerie en état de fonctionner. Tous les problèmes qui pourraient exister, pourraient être résolus, du moment que les installations sont en état de fonctionner normalement. Même sans contrat, on pourrait trouver rapidement le moyen de disposer de ce carburant pour éloigner pour un moment le spectre de la pénurie qui menace.», indique-t-il.
M. Sagna voulait sans doute parler du conflit qui oppose l’Etat au Conseil d’administration de la Sar sur le recouvrement de la subvention sur le gaz, que la société estime à 34 milliards, ce que le ministre des Finances conteste (Voir Le Quotidien d’hier). Le ministre de l’Energie et des Mines, Madické Niang, était depuis avant-hier, en pourparlers avec le Conseil d’administration et la direction de la Sar, pour trouver le moyen de débloquer la situation. Cette raffinerie a un actionnariat dominé par Total, on l’a dit. L’Etat du Sénégal, et d’autres pétroliers, s’y retrouvent en situation minoritaire. Est-ce cela qui explique l’animosité du gouvernement à l’égard de la direction de l’entreprise ? Quoi qu’il en soit, le personnel n’est pas très rassuré de son sort, et craint de vivre demain le calvaire des agents des Ics ou de la Sonacos.
mgueye@lequotidien.sn

Fish2
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 324
Inscription : 18 nov. 2005, 10:57
Localisation : 79 - campagne Deux-Sèvres

Message par Fish2 » 21 mars 2006, 15:39

Quelques extraits d'un long articledu blog finance au titre évocateur :
Dakar plongée dans le noir TOTAL, sans pétrole
Depuis plusieurs jours, les habitants de Dakar se plaignent de la recrudescence des coupures d'électricité. Mais c'est bien une pénurie de pétrole qui à l'origine de ces pannes.
....
Cette situation est due essentiellement à l'arrêt accidentel depuis le 26 décembre 2005 d'une des centrales de la Sénélec d'une puissance de 50 mégawatts, et l'arrêt des livraisons de diesel oil par les pétroliers, entraînant l'arrêt d'importantes unités de production dans 3 centrales électriques ayant 30, 40 et 4 MW. Au total, ce sont 124 MW qui sont à l'arrêt, portant ainsi le déficit de production à 80 MW, la société s'engageant à tout mettre en oeuvre pour un retour rapide à la normale. Mais,selon la presse, il faudrait attendre octobre 2006 pour une bonne distribution de l'électricité.
....
Les délestages récurrents, entraînent en certains endroits des perturbations dans la fourniture en eau potable, allant de baisse de pression à la coupure. Des supermarchés déclarent avoir revu à la baisse leur approvisionnement en produits de la chaîne du froid, et certains commerces du centre-ville, ont même fermé boutique le temps des coupures.
....
Le Sénégal est très dépendant du pétrole pour sa production d'énergie (centrales diesel et fuel oil), et pour le transport automobile. La croissance de l'activité induite par l'ouverture de la Cimenterie du Sahel et par la mise en service de la nouvelle unité de production des ICS, a participé à l'augmentation de la consommation de diesel et de fuel. La Sénélec bénéficie nénamoins depuis juillet 2002 de la contribution du barrage hydroélectrique de Manantali. La consommation de la Sénélec devrait tout de même augmenter globalement chaque année sous l'effet du programme d'augmentation de la capacité de production de 60 MW par an, laquelle devrait nécessiter chaque année 100 000 tonnes de fuel supplémentaire.
« Sauf événements majeurs, la probabilité est forte que le prix du baril redescende vers 30 dollars l’an prochain. » Thierry Desmaret, Le Figaro, novembre 2004

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64934
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Message par energy_isere » 03 nov. 2006, 12:47

Senegal: Brazil And India Join Senegal for Biofuel Production


In a bid to decrease its dependence on oil and produce environmentally-friendly energy, Senegal will cooperate with Brazil and India to launch a biofuel production programme by 2007.

Through public-private partnerships, Brazil will provide scientific and technological know-how, Indian entrepeneurs will supply the capital, and Senegal will offer land and labour.

Biofuels, such as bioethanol, biodiesel and biogas, are renewable fuels generally produced from agricultural crops or organic matter.

The project is part of a plan by the Senegalese government to regenerate its rural economy through investment in biofuels to eventually replace the country's daily consumption of 33,000 oil barrels.

It was announced on 27 October by Farba Senghor, Senegal's minister of agriculture, rural hydraulics and food security in a meeting with a delegation of Brazilian biofuel experts in Dakar, Senegal.

"The issues are enormous for our country, as biofuel will help us diversify our energy sources and reduce the increasing oil bill, while protecting the environment from pollution," Senghor said to AngolaPress.

"Senegal has considerable advantages to develop the biofuel sector, because the country presents good climatic and geological conditions necessary for the increase in plants used as raw materials for ethanol or diethyl ether production," José Neiva Santos, head of the Brazilian delegation, said.

In an initial pilot project to reduce Senegal's oil imports by 10 per cent, jatropha plants will be grown on 4,000 hectares of land in Touba.

The extracted oil will be transformed into biodiesel in production units to be set up in Khelcom, some 100 km from Dakar.

The pilot project also aims to provide a knowledge hub from which other plantations could develop, according to Biopact, an organisation working for cooperation in biofuel and bioenergy between Europe and Africa.

Senghor indicated that Senegal will carry out an experiment of growing castor oil plants, sunflowers or jatropha over an area of 50,000 hectares in Kolda and Tambacounda, in southern and eastern Senegal.

This will help determine costs and the optimal conditions for biofuel production -- examining the best way to extract the oil, as well as finding out what crop produces better biofuel at minimum cost.

News of the biofuel investment programme, which is part of a government plan called 'retour vers l'agriculture' ('back to agriculture'), comes ahead of the green power energy conference BiofuelsMarketsAfrica scheduled for 30 November in Cape Town, South Africa.
source : http://allafrica.com/stories/200611020021.html

Avatar de l’utilisateur
MadMax
Modérateur
Modérateur
Messages : 2990
Inscription : 12 août 2005, 08:58
Localisation : Dans un cul-de-sac gazier

Message par MadMax » 12 nov. 2006, 19:37

Au Sénégal, le patron de Sénélec joue les fusibles

Samuel Sarr, le directeur général de la société nationale d'électricité du Sénégal (Sénélec), entreprise publique confrontée à de graves problèmes de trésorerie, a annoncé lundi à l'AFP sa démission "pour ne pas gêner" le président Abdoulaye Wade.
"J'ai démissionné. Je ne veux pas gêner le président de la République à qui j'ai envoyé une lettre (de démission)", a déclaré M. Sarr, joint au téléphone. Des élections générales sont prévues en février 2007 au Sénégal. Le président sortant Abdoulaye Wade, 80 ans, élu en 2000, est candidat à sa propre succession.
M. Sarr, longtemps conseiller financier de M. Wade quand ce dernier était dans l'opposition, avait été nommé directeur général de la Sénélec en 2003.
En proie à des problèmes de trésorerie depuis plusieurs semaines, la Sénélec éprouve de plus en plus de difficultés à s'approvisionner en carburant et est contrainte de procéder à des coupures de courant quotidiennes dans tout le pays, suscitant ainsi la colère des abonnés.
Selon une source au ministère de l'Energie et des mines jointe lundi par l'AFP, "c'est le conseil d'administration de la Sénélec, réuni dimanche soir, qui a limogé Samuel Sarr et choisi un intérim en la personne d'Abdoulaye Guèye".
Selon la presse locale, Abdoulaye Guèye occupait jusqu'ici le poste de secrétaire général de la société d'électricité.


(16/10/2006)

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 17 déc. 2006, 14:58

Le manque de gaz inquiète sérieusement les populations de Dakar qui, depuis presque une semaine, font la queue devant les rares points de vente du charbon de bois établis dans les quartiers pour trouver de quoi faire chauffer la marmite.
La suite .

Avatar de l’utilisateur
phyvette
Modérateur
Modérateur
Messages : 7918
Inscription : 19 janv. 2006, 03:34

Re: Le Sénégal

Message par phyvette » 26 déc. 2008, 00:21

Deux nouvelles centrales à charbon modernes pour la SENELEC, en vue de réduire ses coûts de productions. Africanglobalnews.com

Elle obtient aussi 20 milliards de francs Cfa auprès de l'agence française de développement (Afd), de re-capitalisation, après les aides de l'état Sénégalais, et de la Banque mondiale. Ses compte sont plombés depuis 2000 par les hausses de prix des combustibles et le blocage des prix de l'électricité quelle distribue. Wal Fadjri

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64934
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Sénégal

Message par energy_isere » 26 mars 2012, 10:24

Ouf, le vieux papy Wade reconnait la victoire de Macky Sall à l' issue du 2ieme tour des élections présidentielles, il n' y aura pas de problémes comme il il y a eu en Cote d' Ivoire (Bagbo).

Sénégal : l'ancien Premier ministre Macky Sall déclaré gagnant de la présidentielle

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64934
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Sénégal

Message par energy_isere » 28 mars 2012, 19:26

Macky Sall : nouveau Président du Sénégal et nouveau roi du pétrole ?

leblogfinance qui s' est penché sur la possibilité du pétrole au Sénégal, sachant que Macky Sall est géologue et à fait ....... l'École nationale supérieure du pétrole et des moteurs (ENSPM) de l'Institut français du pétrole (IFP) de Paris ;-)

Avatar de l’utilisateur
mahiahi
Modérateur
Modérateur
Messages : 5641
Inscription : 14 sept. 2004, 14:01
Localisation : Yvelines

Re: Le Sénégal

Message par mahiahi » 29 mars 2012, 14:04

Au fait, le soir de l'élection, Wade avait préparé une grande réception pour fêter sa réélection : évidemment, elle n'a pas eu lieu, mais pour dire l'assurance qu'il avait
Ne sois pas charlot!

Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes (Bossuet)

Ce que nous n'avions pas anticipé, c'est que cette crise allait durer plus longtemps que prévu (François Hollande)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64934
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Sénégal

Message par energy_isere » 17 oct. 2012, 15:33

Dakar annonce la rigueur dans la recherche pétrolière (directeur)

Dakar, 14 oct (APS)

Les autorités sénégalaises envisagent des mesures de rigueur dans la gestion des permis attribués aux compagnies de recherches pétrolières opérant dans les blocs du pays, annonce le nouveau magazine "Gouvernance", à paraître lundi après-midi à Dakar.

‘’Maintenant nous serons un peu plus sévères. Cela veut dire que les extensions qu’on faisait on va les limiter’’, a confié Mamadou Faye, nouveau Directeur général de la Société des pétroles du Sénégal (PETROSEN), dans un entretien avec la nouvelle revue sénégalaise d’analyses des politiques publiques, de l’économie et de la finance.

Le directeur de PETROSEN a précisé : ‘’Si c’est nécessaire, on va arrêter les contrats et demander des garanties bancaires qui seront déposées par les compagnies parce que quand une compagnie s’engage pour faire des travaux, elle dépose une garantie bancaire’’.

................

Pour M. Faye, la promotion intense du bassin sédimentaire sénégalais, menée par son entreprise a permis en 2011 d’enregistrer, 26 manifestations d’intérêt et 11 demandes de permis émanant des compagnies pétrolières internationales.
................
http://www.aps.sn/articles.php?id_article=104033

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64934
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Sénégal

Message par energy_isere » 18 mai 2013, 21:11

Sénégal : la compagnie sud-coréenne Kepco mandatée pour une centrale à charbon de 250 MW

Agence Ecofin 16 Mai 2013

La société sud-coréenne Kepco construira au Sénégal une centrale à charbon de 250 MW, constituée de deux unités de 125 MW et destinée à couvrir la moitié des besoins en électricité du pays. La première unité de production de ce projet d’un coût global de 315 milliards de francs Cfa sera livrée en fin 2017, a rapporté Sud Quotidien.

La Société nationale d’électricité du Sénégal (Senelec) et la société Kepco ont paraphé, mercredi 15 mai à Dakar, la convention de partenariat pour la construction de la centrale. L’accord définitif à cet effet interviendra au plus tard le 30 juin 2013.

«La puissance de cette centrale représente la moitié de ce que l’on consomme au Sénégal. Autrement dit, elle peut produire la moitié de l’électricité dont le Sénégal a besoin actuellement», a commenté le directeur général de la Société nationale d’électricité du Sénégal (Senelec), Pape Dieng.

Le projet est indiqué très économique. A terme, son kilowatt/heure coûtera 68 FCfa et permettra au Sénégal d’économiser 42 FCfa par kilowatt/heure, soit 82 milliards F Cfa par an et 2065 milliards F Cfa sur 25 ans.
http://www.agenceecofin.com/electricite ... -de-250-mw

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64934
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Sénégal

Message par energy_isere » 28 juil. 2013, 14:09

La Région de Dakar se dote du premier Plan Climat d’Afrique

26 juillet 2013

Le savoir-faire français en matière de développement durable des territoires s’exporte. En témoigne le lancement officiel, les 1er et 2 juillet derniers, du Plan Climat Territorial Intégré (PCTI) de la Région de Dakar, un projet de coopération décentralisée entre la Région Ile de France (représentée par l’Agence régionale de l'environnement et des nouvelles énergies (ARENE) et la capitale sénégalaise. Partenaire du projet à hauteur de 100 000 euros, l’ADEME met à disposition ses connaissances et ses experts pour accompagner un projet qui pourrait devenir une référence pour d’autres régions d’Afrique.

Le PCTI de la Région de Dakar est une première en Afrique de l’Ouest, qui permettra d’ouvrir la voie à d’autres plans climat sur le continent. Dans un territoire de 2,5 millions d’habitants, marqué par de forts enjeux énergétiques (dépendance aux importations d’énergies fossiles) et environnementaux (2e ville la plus polluée d’Afrique) qui caractérisent sa grande vulnérabilité, le PCTI veut fédérer tous les acteurs du territoire autour d’un développement plus durable, et déboucher sur un plan d’actions en 2014. Mené à l’échelle d’une région capitale, il mobilise les autorités nationales, qui pourraient s’en inspirer pour faire évoluer positivement leur réglementation.
................
http://ademe.typepad.fr/presse/2013/07/ ... rique.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64934
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Sénégal

Message par energy_isere » 18 août 2013, 12:33

Sénégal: Cairn Energy cède 25% à ConocoPhillips sur trois blocs en offshore

Agence Ecofin 09 Aout 2013

Cairn Energy a cédé à ConocoPhillips 25% des participations directes dans ses trois blocs contigus Rufisque, Sangomar et Sangomar Deep dans l’offshore du Sénégal, a annoncé le 1er août la compagnie listée sur London Stock Exchange.

La compagnie également listée sur le National stock exchange of India a pu identifier, sur les trois blocs, des gîtes d’hydrocarbures grâce à l’évaluation des sismique 3D sur 2050 km2.

Au terme de l’accord signé, Cairn Energy souligne qu’elle demeure opérateur avec 40% des participations dans les blocs durant la phase d’exploration, contre 10% pour la compagnie sénégalaise Petrosen.

La campagne d’exploration en perspective a ciblé un bloc qui contiendrait plus de 1,5 milliard de barils de ressources que devra prouver le programme de forage de deux puits devant démarrer au premier semestre 2014 avec la plateforme Cajun Express.

Image
http://www.agenceecofin.com/hydrocarbur ... n-offshore

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 64934
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le Sénégal

Message par energy_isere » 22 août 2013, 12:40

encore une autre centrale thermique à charbon (voir 3 posts au dessus).
Sénégal: Africa Energy va construire une centrale thermique de 300 mégawatts

Agence Ecofin 21 Aout 2013

La Société nationale d’électricité du Sénégal (Senelec) et la société privée Africa Energy ont signé, le 16 août, un contrat pour la construction d’une centrale thermique d’une puissance de 300 mégawatts (MW). Le coût de cette centrale située à Mboro (région de Thiès) s’élève à 300 milliards de F CFA (610 millions de dollars). Elle devrait être opérationnelle fin 2016.

Le directeur général de la Senelec, Pape Dieng, a indiqué lors de la signature du contrat avec Africa Energy que la centrale va permettre de baisser le prix du revient de l’électricité. «Grâce à cette infrastructure, le coût moyen de production va revenir à 66 Francs CFA au killowatts/heure », a-t-il déclaré. Et d’ajouter : « cette centrale va aussi permettre de varier le mix énergétique, éliminer les délestages, faire face à l’augmentation des demandes d’électricité, améliorer la qualité et le coût de l’électricité ».

Le contrat entre la Senelec et Africa Energy a été signé de gré à gré, ce qui a suscité dans la presse sénégalaise une levée de boucliers contre cette procédure «peu transparente».

Le directeur général de la Senelc a, cependant, répondu que la loi prévoit la signature de ce genre de contrat. « Le gré à gré existe. C’est profitable à l’Etat du Sénégal donc je ne vois aucune anormalité là-dessus», a-t-il martelé.

M. Deing a également précisé que ce genre de contrat ne comporte pas de risque pour la Senelec. «La Senelec ne sort aucun franc. C’est Africa Energy qui recherche les financements, qui prend le risque de construire sa centrale et à la fin la Senelec donne ses exigences, à savoir un prix du kilowatt/heure compétitif et un délai de mise en service acceptable», a-t-il affirmé.

Le directeur général Africa Energy, Alassane Diallo, a déclaré que le financement de la centrale de 300 MW est «pratiquement bouclé». Africa Energy a été créée en février 2013 avec un capital de départ de 10 millions de FCFA, selon le Bureau sénégalais d'appui à la création d'entreprises qui ne révèle, cependant, rien sur les actionnaires de la société.
http://www.agenceecofin.com/electricite ... -megawatts
CONTRAT Electricité à prix accessible Senelec signe pour une centrale à charbon de 300 Mw

Dans le but d’obtenir de l’électricité en quantité suffisante et à bon marché, la Senelec et Africa Energie ont signé hier un contrat pour la réalisation d’une centrale à charbon de 300 mégawatts. La réalisation de cet ouvrage au coût de 630 millions de dollars est prévue en 2016.

.......................
Actuellement, nous avons deux centrales qui tournent avec du pétrole. Avec la centrale à charbon, le prix de l’électricité sera beaucoup plus abordable», a-t-il expliqué.

La livraison de cet ouvrage est prévue pour 2016. A ce propos, le directeur d’Africa Energie, Alassane Diallo, a soutenu qu’ils feront de leur mieux pour respecter ce délai. «C’est un projet de 630 millions de dollars. C’est probablement l’un des plus grands projets initiés dans notre pays.
.................
http://www.lequotidien.sn/index.php/com ... -de-300-mw

Répondre