Le pic du Gabon

Toutes discussions pour les habitants francophones d'Afrique.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

epe
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1473
Inscription : 22 juin 2005, 16:33
Localisation : 15' de Lille, de l'autre côté de la frontière

Le pic du Gabon

Message par epe » 23 nov. 2005, 14:53

L'après-pétrole a commencé

Et si Total Gabon était l'arbre qui cache la forêt ? La filiale du groupe français est toujours le premier opérateur pétrolier du pays avec une production de 110 000 barils/jour (sur un total de 260 000 b/j), suivi de Shell (55 000 b/j) et Perenco (42 000 b/j). Mais derrière ce trio de tête, une vingtaine d'autres sociétés pétrolières se sont installées au Gabon, parmi lesquelles quatre nouveaux venus depuis 2004 : le chinois Sinopec, les sud-africains Rockover et Mvelaphanda ainsi que le « petit français qui monte », Maurel et Prom. Avec une trentaine de champs exploités et des réserves estimées à 3,5 milliards de barils, la production s'est stabilisée à 13,5 millions de tonnes depuis 2003, représentant encore 45 % du PIB, 80 % des exportations et 55 % des recettes fiscales. Il n'empêche, le Gabon a bel et bien perdu sa place de troisième producteur d'Afrique subsaharienne au profit de la Guinée équatoriale. « Le maintien de la production grâce à l'optimisation des techniques de forage ne doit pas faire oublier que la perspective de déclin est une certitude », résume Jean-Pierre Favennec, économiste à l'Institut français du pétrole (IFP). Il est difficile d'échapper aux règles de la géologie.
-Il vaut mieux pomper même s'il ne se passe rien que de risquer qu'il se passe quelque chose de pire en ne pompant pas.
Les Shadoks

patrickbateman
Kérogène
Kérogène
Messages : 33
Inscription : 19 août 2005, 18:40
Localisation : 35, Rennes

Message par patrickbateman » 06 déc. 2005, 17:49

Le Gabon a déjà lancé l'après-pétrole

MARIE-FRANCE CROS
Mis en ligne le 05/12/2005
- - - - - - - - - - -

La diversification, thème central de la campagne présidentielle d'Omar Bongo, a déjà commencé au Gabon. Les secteurs des mines, des forêts, du tourisme et de la pêche sont l'objet d'attention.
Mais les Gabonais ont encore du chemin à faire.



Le président Omar Bongo du Gabon, qui vient de remporter un nouveau septennat après 38 ans de règne, a fait campagne, notamment, sur la reconversion de l'économie nationale par la diversification. «C'est devenu un leitmotiv mais il y a loin de la coupe aux lèvres», note un connaisseur du pays.

Le Gabon arrive en effet peu à peu au bout de ses réserves pétrolières, exploitées depuis 1956. Le pic de production, 18 millions de tonnes, a été atteint en 1997. Depuis 2000, on tourne autour des 13 millions. «Nous avons stabilisé la production», nous dit le ministre gabonais des Mines, Richard Onouviet.

La hausse du cours de l'or noir, ces derniers mois, offre en effet une marge de manoeuvre nouvelle. «Elle nous a donné un gain inattendu de 119 milliards de F. CFA sur les six premiers mois de 2005 et la variation pour le second semestre ne devrait pas être importante», ajoute le ministre. Du coup, d'anciens gisements sont remis en exploitation, avec des technologies nouvelles fournies par Total, capables d'aller chercher l'or noir plus loin.

Nouvelles découvertes

«On nous annonçait la fin du pétrole pour 2000-2002 et nous sommes toujours là», ironise Eric Chesnel, conseiller franco-gabonais du président Bongo. «Cinq ou six nouvelles découvertes ont été enregistrées, sur des sites qui entrent petit à petit en production», explique M. Onouviet. «Seuls 2,45pc du domaine pétrolier gabonais sont en production, 45pc en exploration et le reste n'a pas encore été exploré. On peut donc faire de nouvelles découvertes».

Malgré tout, le président Bongo a pris conscience de la nécessité de diversifier l'économie, dans le secteur des mines, de la pêche, des forêts et du tourisme.

«Le Gabon redynamise l'exploitation de manganèse», dont il est 2è producteur mondial (2,5 millions de tonnes en 2004) avec le Français Comilog, à Moanda et Franceville, souligne M. Onouviet. «Le gisement de Kondja entrera en exploitation dans deux ans et il y a encore un autre gisement plus au sud. De plus, nous sommes en pourparlers avec la Chine et le Brésil au sujet de l'exploitation du fer, marché tiré fortement à la hausse par les énormes besoins chinois, à Belinga. L'Etat gabonais prendra sa décision définitive sur l'attribution du gisement en février 2006».

Dans les limbes

L'exploitation du bois (2,2 millions de m3 en 2004) par des compagnies françaises, chinoises et malaisiennes fournit plus d'emplois, mais moins de ressources que les mines. C'est néanmoins un secteur phare, secoué cependant par une large absence de respect des normes environnementales. Il est en outre déforcé par le fait qu'il y a peu de transformation sur place, une situation que le gouvernement veut modifier. Pour le moment, le bois gabonais - essentiellement l'okoumé - est transformé en Chine et réexporté vers l'Europe.

L'agriculture est encore dans les limbes. Il y a très peu de production maraîchère: ayant tout misé sur le pétrole, le Gabon importe beaucoup d'aliments du Cameroun voisin, voire d'Afrique du Sud et de France. Côté industriel, la société belge SIAT a repris trois entreprises d'Etat exploitant l'huile de palme et le caoutchouc et relancé la production.

Quant au tourisme, dont la promotion est évoquée dans tous les discours, il n'a pas fait jusqu'ici l'objet d'efforts efficaces. Il n'y a que deux compagnies aériennes qui desservent Libreville (Air France et Air Gabon), le pays manque d'hôtels, dispense difficilement ses visas, est très mal pourvu en routes - un comble pour un pays pétrolier disposant de bitume - et est très cher puisque la majeure part des biens de consommation fournis au touriste est importée.

«Le potentiel est réel, mais loin d'être prêt», commentent plusieurs personnes interrogées sur le sujet.

© La Libre Belgique 2005

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50204
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re:

Message par energy_isere » 20 janv. 2009, 21:31

La rente pétrolière en baisse, le Gabon redécouvre l'agriculture

Il était temps! Le Gabon de Bongo prévoit de dépenser 90,5 milliards de francs CFA sur cinq ans dans un domaine qui, jusque-là, ne faisait pas partie de ses priorités: il s’agit de l’agriculture, parents pauvre de l’économie gabonaise, à la traine derrière l’industrie pétrolière et l’exploitation forestière.

En effet, si au Burkina, comme dans bien des pays africains, la majeure partie de la population cultive pour vivre, dans le bassin de l’Ogooué, l’essentiel de la consommation alimentaire courante vient de l’extérieur.

Il est vrai qu’à l’époque de la surabondance pétrolière, le pays avait largement les moyens de s’acquitter d’une facture alimentaire aussi élevée fût-elle. Dès lors, on s’est mis à importer bœuf d’Argentine, banane plantain, manioc, igname, riz et légumes… bref de quoi nourrir les quelque 1,5 million de Gabonais.

Pays de Cocagne

Pourtant, outre la manne pétrolière, ce pays de cocagne bénéficie d’un climat équatorial et des abondantes réserves en eau qui vont avec. Ne manquait plus alors qu’un coup de pouce des autorités locales et un peu d’huile de coude pour faire fructifier tout cela.

Ce sera bientôt chose faite grâce au nouveau programme conçu pour soutenir "une agriculture entrepreneuriale de type privé"; une bonne nouvelle pour la poignée d’agriculteurs encore accrochés à leur lopin de terre, malgré la forte pression de la concurrence étrangère.

A quelque chose malheur est bon, car, comme partout ailleurs, 2008 a été pour les consommateurs gabonais "l’annus horribilis", marquée au pays de Bongo, plus qu’ailleurs, par une flambée des prix des produits alimentaires. Dépendants à 85% de l’extérieur pour leur nourriture, ils ont senti passer la crise alimentaire.

Face à cette nouvelle donne, il devenait plus qu’urgent d’inverser la tendance pour permettre aux citoyens de cette quasi-monarchie pétrolière de goutter enfin à quelques produits locaux. En comparaison des 250 milliards que dévoraient jusque-là le ravitaillement, la toute nouvelle filière agricole démarre bien modestement, mais il faut bien un début à tout.

Produire ce qu'on consomme

Ainsi, après avoir très largement profité du fruit du travail de leurs fournisseurs, les natifs du pays sont désormais bien décidés à produire ne serait-ce qu’une petite partie de ce qu’ils consomment, sans pour autant revenir à la chasse et à la cueillette que pratiquaient leurs très lointains ancêtres. Mais quoi de plus normal que de cultiver son jardin, surtout lorsque la nature, comme dans le bassin de l’Ogooué, est si généreuse.

Après plus de quarante ans au pouvoir, Omar Bongo réalise, un peu tard, que malgré les pétrodollars, coucher sur la natte d’autrui, c’est coucher à terre. Une leçon qui vaut bien 90 milliards.



source : http://eco.rue89.com/2009/01/20/la-rent ... griculture

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 4712
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Le pic du Gabon

Message par Raminagrobis » 20 janv. 2009, 21:55

Le Gabon n'est pas dans une situation désespérée. C'est peut être un des pays afrique les mieux lottis en fait. Avec 1.5M d'habs, sa densité de population est très faible (5.4 habs/km²), son environnement est relativement préservé, et c'est un des rares pays d'afrique à avoir une véritable gourvernance.
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50204
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le pic du Gabon

Message par energy_isere » 21 janv. 2009, 12:46

La situation du Gabon avait été traité dans l' ASPO newsletter n°50 de fevrier 2005 .

Pic de production était en 1996.


Image
Image

....
Petroleum exploration commenced onshore after the Second World and was soon rewarded by the discovery
of a number of small to modest fields before the giant Rabi-Konga Field was found in 1985 with about 800 Mb. Later, exploration moved offshore and was again rewarded by a number of moderately sized fields in the area south of Port Gentil. A total of about 640 wildcats have been drilled, to deliver a total of about 4.5 Gb, of which some 3 Gb have been produced. In geological terms, Gabon lies on a rift zone that developed as the South Atlantic opened during the early Cretaceous. The first deposits to be laid down were of lacustrine origin, and included hydrocarbon source rocks. The rifts were temporarily invaded by the sea, which was subject to evaporation leading to the deposition of salt. It not only sealed the deeper sequence, but also gave rise to subsequent halokinetic structures, offering traps of oil. A new cycle of deposition followed,
also with the early deposition of hydrocarbon source-rocks during the mid-Cretaceous, and lasted into the Tertiary period, when the increased gradient of the continental slope gave rise to turbidity currents. Both pre- and post-salt plays have now been thoroughly evaluated.

The country is evidently at a mature stage of exploration with little scope for significant new discovery . Deepwater discoveries have been made in neighbouring Equatorial Guinea and to the south opening some hopes that the play may extend into Gabonese waters. This brings particular strategic importance to the islands of Sao Tome and Principe, which probably exposes them to the risk political disturbance and sedition, sponsored by foreign adventurers and interests. But deepwater discovery depends on a most exceptional combination of geological circumstances, so, although Gabon has a relatively good address in the light of neighbouring finds, it is far from sure that its deepwater will deliver.

Production reached a peak of 367 kb/d in 1966 at close to the midpoint of depletion. It is now declining at a depletion rate of 5.5% a year. The country has modest gas resources, mainly used for local electricity generation, with reported reserves standing at about 1.4 Tcf.
As oil revenues decline, it is a matter of concern to find that Gabon’s indigenous food production meets less than 20 per cent of the country’s needs.


source : http://www.energiekrise.de/e/aspo_news/ ... ter050.pdf

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50204
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le pic du Gabon

Message par energy_isere » 26 janv. 2009, 13:07

Nouvelle découverte offshore au Gabon,
un petit 14 millions de baril récupérables.

Mitsubishi, Perenco Discover New Offshore Oil Reserves in Gabon

Jan. 26 (Bloomberg) -- Mitsubishi Corp., Japan’s largest trading house, and French energy explorer Perenco SA discovered reserves of crude oil in an offshore field in Gabon, West Africa.

The 14 million barrels of recoverable reserves were found in the Loche East Marine field at the Ebene area after a second round of test drillings conducted in November last year, the Tokyo-based trading house said in a statement on its Web site. Perenco and MPDC Gabon Co., Mitsubishi’s unit, each hold a 50 percent exploration stake in the prospect.

Mitsubishi currently produces a total of 90,000 barrels a day of crude oil and natural gas from overseas fields, and plans to double output in five years. Perenco said it began operations in Gabon in 1992 with the acquisition of two oil fields, and now produces 50,000 barrels a day.

Initial output at the Loche East field has begun, using a test-drill well, and will double to 2,000 barrels a day in “several” years, the statement said. Mitsubishi expects the two partners to spend about 10 billion yen ($112 million) to boost the output.

MPDC Gabon owns stakes in four oil fields in the West African nation with daily output totaling 7,000 barrels, the statement said.


http://www.bloomberg.com/apps/news?pid= ... fer=africa

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50204
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le pic du Gabon

Message par energy_isere » 08 juin 2009, 19:08

Le prochain chef d' état du Gabon devra gérer l' aprés pétrole au Gabon.

Le président gabonais Omar Bongo est mort

08.06.09 BARCELONE (Reuters)

Le président gabonais Omar Bongo est mort lundi dans un hôpital de Barcelone, annonce son Premier ministre, Jean Eyeghe Ndong, dans un communiqué remis à la presse.

Bongo, 73 ans, avait été admis fin mai à l'hôpital Quiron de la capitale catalane. Il était au pouvoir depuis plus de 41 ans.

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 4712
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Le pic du Gabon

Message par Raminagrobis » 14 juin 2009, 18:48

Doivent être grandiose les funérailles, avec les couronnes envoyées par la fédération des producteurs de Champagne, TOTAL SA, Pérenco SA, les pétrole Maurel et Prom, l'UMP, le Parti Socialiste, la veuve de Mitterand, Chirac, Giscard, Kouchner, Dassault Aviation, Bouygues, GTM Entrepose, France Télécom, EDFGDF, Eurocopter, Lafarge, L'Armée de l'Air, les Renseignement Généraux, la DGSE, Les bijoutiers de la place Vendôme, Gucci, Channel, le MEDEF et le Moulin Rouge.

Ont-il affrété spécialement un A380 cargo de Roissy à Libreville pour transporter toutes ces fleurs?

« L'Afrique sans la France, c'est la voiture sans le chauffeur. La France sans l'Afrique, c'est une voiture sans carburant. » Omar Bongo
Toujours moins.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50204
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le pic du Gabon

Message par energy_isere » 04 sept. 2009, 19:30

Gabon : Total "protège" ses employés mais "ne part pas"

AFP le 04/09/2009

Total a pris des "mesures de sécurité" pour "protéger" ses employés au Gabon sans pour autant les exfiltrer, alors que des violences ont éclaté lors de l'annonce des résultats de la présidentielle, a déclaré vendredi son PDG Christophe de Margerie.


Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50204
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le pic du Gabon

Message par energy_isere » 05 sept. 2009, 11:12

Selon cette source :
http://www.20minutes.fr/article/345345/ ... sonnel.php
Total commencerai à evacuer une partie de son personnel au Gabon.

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 4712
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Le pic du Gabon

Message par Raminagrobis » 17 sept. 2009, 18:18

lien

Le nouveau régime accule les opposants à... heu non attendez. Voilà : le nouveau gouvernement a démontré sa légitimité, au point que ceux qui la contestaient quittent le pays ou changent d'identité, par honte :smt059
Toujours moins.

geopolis
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 312
Inscription : 06 févr. 2010, 17:46

Re: Le pic du Gabon

Message par geopolis » 13 mars 2010, 15:15

le Gabon mettra en vente en mai 42 blocs en mer profonde

LIBREVILLE - Le Gabon mettra aux enchères en mai à Libreville 42 blocs de recherche de son domaine pétrolier "en mer profonde et très profonde", annonce un communiqué gouvernemental obtenu samedi par l'AFP.

Le Conseil des ministres tenu vendredi à Libreville a donné accord au ministre des Mines, du Pétrole et des Hydrocarbures de "procéder au lancement (...) du 10e appel d'offres des blocs libres du domaine pétrolier en mer profonde et très profonde", déclare ce texte.
Le lancement de l'appel d'offres "(consistera) en la mise aux enchères le 5 mai 2010 à Libreville de 42 blocs de recherche", précise-t-il, sans localiser les blocs concernés.

Le gouvernement a par ailleurs demandé au ministre en charge du secteur "d'engager un plan de marketing du domaine pétrolier gabonais sur les places financières de Paris, Houston, Singapour, Londres et de la ville de Calgary (Canada)".
"A cet effet", indique le texte, les autorités ont été invitées à mener "une large réflexion sur la mise en place d'un environnement fiscal incitateur pour les opérateurs intéressés par l'exploitation du domaine pétrolier en mer profonde et très profonde".
Le pétrole est la principale richesse du Gabon, qui en produit entre 220.000 et 240.000 barils par jour. Officiellement, il devrait rapporter au pays 1,5 milliard d'euros en 2010, soit environ 42% de son budget.

D'après les chiffres officiels et la Banque mondiale, en 2009, sa production de pétrole a été de 12,6 millions de tonnes, assurée à plus de 60% par le groupe français Total et l'anglo-néerlandais Shell.
Le pays compte près de 25 compagnies pétrolières. Son brut est exporté à près de 95%, le reste est transformé par la Société gabonaise de raffinage (Sogara)
.

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 4712
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: Le pic du Gabon

Message par Raminagrobis » 13 mars 2010, 19:43

Ils espèrent que leurs bassins, qui sont l'image de ceux du brésil de l'autre coté du rift atlantique, ait aussi un potentiel antésalifère... L'espoir fait vivre mais pour l'instant à la différence de cex deux voisins (guinée équat et congo brazza) le gabon n'a pas de gisement "deepwater".

carte des blocs

Image

42 blocs mis en vente? Bon c'est à peu près tous ceux qui sont pas déjà pris!
Toujours moins.

geopolis
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 312
Inscription : 06 févr. 2010, 17:46

Re: Le pic du Gabon

Message par geopolis » 29 mars 2010, 23:04

La vente aux enchères de 42 blocs pétroliers gabonais reportée sinedie

LIBREVILLE, 29 mars (Xinhua) -- La vente aux enchères de 42 blocs pétroliers gabonais initialement prévue le 5 mai prochain a été reportée à une date ultérieure, a annoncé lundi le ministère du pétrole dans un communiqué.

"Devant l'engouement sans cesse croissant suscité par ce projet dans l'industrie pétrolière et pour prendre en compte les nouvelles étapes de marketing, le gouvernement (..) juge opportun de différer la date du lancement officiel de cet important événement", souligne le communiqué signé du ministre du pétrole, Julien Nkoghe Békalé.
"La nouvelle date sera communiquée en temps opportun", précise le texte.


Lors d'une réunion du conseil des ministres le 12 mars dernier, le gouvernement gabonais avait annoncé son intention de lancer un 10ème appel d'offres des blocs libres d'exploration en eaux profondes et très profondes de son bassin sédimentaire pétrolier.
Pour le succès de l'opération, le ministère du pétrole est chargé d'élaborer un plan de marketing pour convaincre les opérateurs pétroliers des places financières de Paris, Huston, Singapour, Calgary (USA) et Londres.
Selon une fiche technique du ministère du pétrole, les 42 blocs représentent une superficie d'environ 205 00km² soit 75% de la superficie totale du pays. Total, Shell, Perenco, Addax Petroleum, Maurel & Prom seraient en course pour acquérir ces blocs.


A travers cette opération, le Gabon veut relancer sa production pétrolière qui s'essouffle depuis la fin des années 90. Fin

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50204
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Le pic du Gabon

Message par energy_isere » 30 mars 2010, 12:17

Hier sur Vue du Ciel avec YAB sur la 3 il y avait des reportages sur le Gabon (foréts, singes ....) et aussi un reportage sur une plate forme offshore, avec un géophysicien local qui parlait du pic de production de pétrole du Gabon qui était largement passé depuis plus de 10 ans.

Gaz co-produit encore torché.

La BP_report_2009 indique une production 2008 de 235000 barils/j, stable de puis 4 ans.

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 3 invités