Afrique du Sud

Toutes discussions pour les habitants francophones d'Afrique.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Fish2
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 324
Inscription : 18 nov. 2005, 10:57
Localisation : 79 - campagne Deux-Sèvres

Afrique du Sud

Message par Fish2 » 30 mars 2006, 11:54

La croissance de l'Afrique du Sud menacée par les coupures d'électricité

L'Afrique du Sud a attiré depuis des années des industries gourmandes en énergie, en leur proposant l'électricité la moins chère du monde (prix 36% plus bas qu'au Canada, le 2nd moins cher). Mais la compagnie étatisée EsKom, qui assure 95% de la production d'électricité du pays, n'arrive plus à satisfaire la demande. Elle n'a pas anticipé la croissance du PIB de 4,9% en 2005. Le plan d'accroissement de capacité de 42 000 Mégawatts d'ici 2020 risque d'arriver trop tard.

Toutes les industries minières sont touchées, en particulier le charbon et le platine. En commençant par BHP Biliton, premier groupe minier mondial, qui fournit du charbon pour alimenter les centrales électriques du pays (89% de l'électricité des 24 centrales d'Eskom provient du charbon).

Les investissements du groupe Alcan Inc (aluminium) sont aussi menacés.

Les coupures affectent également les raffineries, le textile, l'agriculture et des millions de foyers. Ceux qui le peuvent s'équipent de groupes électrogènes.

EDF est sollicité pour la relance du nucléaire.

Tous les détails sont ici (source : Bloomberg) :
BHP Billiton May Halt South African Expansion Amid Power Cuts
March 30 (Bloomberg) -- BHP Billiton, the world's biggest miner, may delay expansion in South Africa because the country is running out of cheap and abundant electricity.

Power cuts this year in Johannesburg and Cape Town, the country's largest cities, shut oil refineries, halted textile mills and plunged millions of homes into darkness. Investments by Alcan Inc. and OAO Sual Group also may be under threat.

``We got caught out,'' said Alec Erwin, minister of public enterprises, at a press conference in Cape Town this month. Demand outstripped supply two years ahead of estimates.

State-owned Eskom Holdings Ltd., which supplies 95 percent of South Africa's power, hasn't kept pace with economic growth, which accelerated to a 21-year high of 4.9 percent in 2005. Demand climbed as industries such as platinum mining expanded and power was rolled out to areas populated by the black majority, who were deprived of basic services under apartheid.

South Africa's low power costs -- the least expensive in the world -- have helped attract industry. Electricity is less than 4 cents a kilowatt hour, 36 percent less than in the next-cheapest market, Canada, said Rob Lines, Eskom's acting general manager of generation, in a telephone interview from Johannesburg.

``With the country's power grid under pressure, it wouldn't really be right for us to push them to give us more power to go ahead with expansion,'' Bronwyn Wilkinson, a spokeswoman for Melbourne-based BHP, said from Johannesburg.

Catching Up

Companies in the Western Cape, where Cape Town lies, have lost more than 1 billion rand ($159 million) because of the blackouts, according to the Johannesburg-based South African Chamber of Business. The power cuts may hamper plans to boost the country's annual economic growth to 6 percent and reduce the 27 percent unemployment rate, said Dawie Roodt, an economist at the Pretoria-based Efficient Group consultancy.

By 2009, Eskom plans to restart three plants that were mothballed during a period of overcapacity. It plans to borrow equipment from Paris-based Electricite de France SA to restore its nuclear plant near Cape Town to full production by mid-July.

Eskom has a total of 24 plants, and generates about 89 percent of its power by burning the low-cost coal mined by BHP, London-based Anglo American Plc and Switzerland's Xstrata Plc.

To help cope with the shortage, the company will buy mobile generators and electricity from private plants, and will distribute power-saving devices such as blankets to cover geysers and low-wattage light bulbs. Nonetheless, more power cuts are scheduled for the Western Cape.

Extra Power Needed

``It's a problem that needs attention and has to be fixed,'' said Fani Zulu, Eskom's spokesman, by telephone from Johannesburg. ``We are fast-tracking projects.''

Eskom plans to double its 42,000 megawatts of capacity, at a cost of 84 billion rand, by 2020. The increase may come too late for some companies.

BHP needs an extra 675 megawatts to expand a Mozal smelter in Mozambique and the Hillside plant in South Africa's KwaZulu Natal province. The company, which produces almost 5 percent of global aluminum supply from the plants, may put the plans on hold until it's assured of a 30-year supply, Wilkinson said.

Alcan, the world's second-largest aluminum producer, needs a 1,240-megawatt supply to build a $2.7 billion smelter at the Coega port, spokeswoman Anik Michaud said in an interview from the company's base in Montreal.

Moscow-based Sual, Russia's second-biggest aluminum producer, dropped plans for a South African smelter, Johannesburg's Business Times said March 12, citing Chief Executive Officer Brian Gilbertson. Gilbertson didn't return telephone calls seeking comment.

Keeping Beds Warm

``If we have a cold winter or if any of the generating facilities aren't available, we won't have enough power,'' Trevor Gaunt, professor of electrical engineering at the University of Cape Town, said in a telephone interview. ``There is a national problem.''

Smaller businesses also are paying a price. Cape Town's Mount Nelson Hotel says it may have to spend 4 million rand on generators to keep visitors comfortable.

``The last thing I need is cold and unhappy guests,'' Paul Seewer, managing director of the Mount Nelson, part of Bermuda- based Sea Containers Ltd.'s Orient-Express Hotels, said in a telephone interview. The hotel's penthouse suite costs about $4,700 a night.

Power cuts in February caused 5,800 liters of milk to sour and damaged the health of calves at a farm near Franschoek, northeast of Cape Town, said Bartie Volschenk, farm manager for the closely held Rhodes Food Group. He bought a generator for 170,000 rand to ensure he can milk 400 cows three times a day.

`Glib Excuses'

``A calf is like a baby,'' Volschenk said in a telephone interview from the farm. ``You can't give a calf cold milk if it's used to hot milk. It's a big problem.''

The Western Cape accounts for a quarter of South Africa's 4 billion rand-a-year dairy industry.

South Africa's neighbors also have been affected. Namibia is asking mining companies including London-based Anglo American Plc to cut electricity consumption after Eskom said it will reduce supplies that amount to about half its power. Supply to Zimbabwe has been interrupted.

``My concern is for the effect this is having on the economic activity of the entire region,'' said Sean Summers, chief executive officer of Cape Town-based Pick'n Pay Stores Ltd., South Africa's largest grocery chain, in an interview.

``The leadership of the country needs to stop glossing over the key issues, stop with the glib excuses, and those responsible need to stand up and be counted,'' he said.

To contact the reporters on this story:
Mike Cohen in Cape Town at mcohen21@bloomberg.net
Antony Sguazzin in Johannesburg asguazzin@bloomberg.net
Last Updated: March 30, 2006 01:20 EST
Sachant que ce pays est un des pionniers pour le CTL (compagnie SASOL), il préfigure peut être ce que donnera le retour au charbon dans d'autres contrées.
« Sauf événements majeurs, la probabilité est forte que le prix du baril redescende vers 30 dollars l’an prochain. » Thierry Desmaret, Le Figaro, novembre 2004

Avatar de l’utilisateur
MadMax
Modérateur
Modérateur
Messages : 2990
Inscription : 12 août 2005, 08:58
Localisation : Dans un cul-de-sac gazier

Message par MadMax » 06 août 2006, 23:42

L'arrivée du pétrole vert
La société sud-africaine Ethanol Africa est la première en Afrique à se lancer dans la production de bioéthanol. Elle ambitionne d’investir dans toute l’Afrique australe pour fournir un marché mondial en pleine expansion, suite à l’envolée du prix du baril et à la nécessité de réduire les émissions de gaz à effet de serre...

Avatar de l’utilisateur
Glycogène
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2361
Inscription : 05 oct. 2005, 00:06
Localisation : Grenoble

Re: Afrique du Sud

Message par Glycogène » 07 août 2006, 00:19

Je la refais en plus court :
Fish2 a écrit :la compagnie étatisée EsKom, qui assure 95% de la production d'électricité du pays, n'arrive plus à satisfaire la demande.
(...)
En commençant par BHP Biliton, qui fournit du charbon...
... pour alimenter les centrales électriques du pays.
C'est ballot :-D
Trop fort ces sud africains !
Faudrait la mettre dans "humour" en parodiant un dessin de Geluck :D

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59720
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 23 août 2006, 19:58

Energie. Première production sur le continent africain de ce carburant vert.
Bioéthanol : éveil d'essence en Afrique du Sud


L'Afrique du Sud a décidé de se mettre au vert en se lançant dans la production de bioéthanol, un carburant devenu un peu plus rentable depuis l'envolée du prix du baril de pétrole. C'est début août à Bothaville, à 225 km au sud-ouest de Johannesburg, que la construction de la première usine en Afrique a commencé. Aujourd'hui, tous les pays occidentaux prennent des mesures pour réduire les émissions de gaz à effet de serre : or, substituer 10 % d'essence ou de diesel par du bioéthanol permet de réduire de 30 % les gaz d'échappement des voitures. L'Union européenne s'est ainsi fixé comme objectif de remplacer 20 % des carburants classiques par des biocarburants d'ici à 2020. L'Afrique du Sud a suivi le mouvement.

«Secteur sexy». La société Ethanol Africa voit grand puisqu'elle prévoit l'ouverture de huit usines d'ici à 2010. Ce premier investissement de près de 800 millions d'euros, sur un coût global estimé à 1 milliard d'euros, sera financé aux trois quarts par une levée de capitaux sur le marché international à la Bourse de Londres. La société a été créée par des hommes d'affaires sud-africains, notamment actifs dans le domaine de l'énergie propre, et par un groupement de 400 fermiers producteurs de maïs. «Le secteur du biocarburant est très sexy en ce moment, lâche Joe Kruger, le directeur d'Ethanol Africa. Notre projet suscite déjà beaucoup d'intérêt.»
Le site de Bothaville, dans la province de l'Etat libre (Free State), a été choisi parce qu'il se situe au centre du «triangle» de la production de maïs en Afrique du Sud, qui dégage chaque année un surplus de 2 à 3 tonnes. Pour se prémunir contre les aléas climatiques, l'usine utilisera du maïs jaune consommé par les animaux, génétiquement modifié pour être résistant à la sécheresse. Son prix sera aussi stabilisé par un système de préfinancement. La création prévue de 10 000 emplois directs et indirects est une aubaine dans cette province très affectée par la fermeture des mines d'or. Elle doit d'ailleurs accueillir quatre des sept usines restant à mettre en oeuvre, les trois autres seront construites dans les provinces du Nord-Ouest (Northwest) et du Mpumalanga (nord), autres régions de grande production de maïs.
«Certains scientifiques disent que le bioéthanol n'est pas rentable si le prix du pétrole est inférieur à 90 dollars le baril. Mais selon nos calculs, même à 30 dollars on peut encore faire du profit, précise Kruger. Le prix du pétrole restera de toute façon élevé dans les années à venir [autour de 70 dollars aujourd'hui, ndlr]. » En 2007, le site produira jusqu'à 473 000 litres d'alcool éthylique par jour à partir de la fermentation de 1 200 tonnes de maïs. La société est si sûre de son coup qu'elle a anticipé la décision du gouvernement sud-africain qui devrait rendre obligatoire l'utilisation de 10 % de bioéthanol dans les carburants en 2008. «En attendant, nous exporterons vers les pays occidentaux, explique Johan Hoffman, le PDG d'Ethanol Africa. La demande est énorme. La production actuelle ne suffit même pas à couvrir les besoins du seul Japon !»
Parc automobile. Les huit usines produiront 1,24 milliard de litres, de quoi satisfaire 80 % des besoins en bioéthanol de l'Afrique du Sud. Des besoins en augmentation : le parc automobile (6 millions de voitures) devrait augmenter de 50 % en dix ans. Or l'Afrique du Sud, forte consommatrice de charbon, produit déjà 2 % des émissions mondiales de dioxyde de carbone, soit le troisième plus gros émetteur au monde par habitant. Ethanol Africa envisage aussi d'investir dans les pays voisins d'Afrique australe (Angola, Zambie, Tanzanie et Mozambique) pour produire du biocarburant à partir du maïs, de la canne à sucre ou du sorgho. «Le biocarburant est l'un des secteurs les plus prometteurs en Afrique, se réjouit Hoffman. C'est le seul continent qui dispose de vastes surplus de terres cultivables.»
Liberation du 23 Aout 2006 : http://www.liberation.com/actualite/terre/199994.FR.php

petite coquille de journaliste avec le surplus de 2 à 3 tonnes ! :lol:

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59720
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 24 août 2006, 00:34

En Afrique du Sud la compagnei Sasol projette d' augmenter la capacité de production du Coal to Liquids :
Sasol discussing new S African coal to liquids (CTL) synfuels plant


JOHANNESBURG (Mineweb.com) -- Amid confusing signals from the South African government, Sasol has confirmed that preliminary discussions have been held regarding a possible future increase in synfuels production capacity in South Africa. The discussions have included the possibility of a new greenfields CTL (coal-to-liquids) project.

Pat Davies, Sasol Chief Executive, said in a statement "We are fully committed to supporting the growth plans of our home market in South Africa. We believe there is a real opportunity to partner with government to meet the needs of the country's growing liquid fuel requirements".

Sasol runs the world's largest CTL plant at Secunda in South Africa, and also the world's largest GTL (gas-to-liquids) plant, in Qatar.

Bloomberg yesterday quoted Buyelwa Sonjica, South Africa’s minerals and energy minister, as saying that government planned to announce a coal-to-liquid fuels project with companies including Sasol.

Sputnik Ratau, an official spokesman for the minister of minerals and energy told Mineweb on Tuesday that the department would like to sit down with industry players, including South Africa’s Sasol, the gas and coal-to-liquids company primarily to “ensure continuity in terms of supply” to the fuel industry.

In its submission to proposals by government for a proposed windfall tax on the South African oil industry, Sasol said that if South Africa’s economy grows by 6% annually, the country would require another 150,000 barrel per day refinery by 2011.

“The time is right for a dialogue between Government, Sasol and other stakeholders to map a way forward to secure local liquid fuel production for South Africa,” said Sasol in its submission presentation.

Ratau said that by discussing the issue with companies like Sasol, government could get a clearer picture on whether to invest directly in such a project, joint venture on one, or let Sasol do it all by itself.

According to the South African Petroleum Industry Association (SAPIA), the country is heading for a shortfall of refining capacity by 2012, even at a GDP growth rate as low as 2%.

Not only that, but the inland pipelines from the coast based oil refineries are already running at a deficit, with the equivalent of 100 trucks a day being required to haul the remaining requirements to fill the projected 2007 shortfall. That is why a new Sasol type coal-to-liquids plant would make sense, as it is already located inland and would not require pipeline capacity.

In June, Sasol made even more progress on its Chinese involvement by signing a co-operation agreement to proceed with the second stage of feasibility studies on two 80,000 barrel a day CTL plants in the country. The company’s existing CTL plant in Secunda produces about 80,000 barrels a day.

Sasol said each plant would cost more than $5 billion and could be up and running by 2012.

Sasol is already looking at increasing capacity at its existing operations and is also installing technology that will allow it to convert fine coal, currently used to generate electricity, into fuel.
source mineweb : http://www.mineweb.net/energy/949808.htm

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59720
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 21 janv. 2008, 18:39

Afrique du Sud: la première économie du continent va rationner son électricité

L'Afrique du Sud s'apprête à rationner l'électricité pour des années, incapable de faire face à la demande croissante de la première économie du continent.

Face à la colère suscitée par des coupures répétées, qui ont déjà causé d'énormes pertes, le gouvernement a annoncé lundi qu'il allait mettre en place des quotas de consommation et des sanctions contre les contrevenants.

Selon Nelisiwe Makubane, directrice générale adjointe du ministère de l'Energie et des Minéraux, cette réglementation, préparée avec la compagnie publique d'électricité Eskom, pourrait entrer en vigueur dans les trois mois.

"Une fois que nous aurons reçu les commentaires du public, les autorités et Eskom appliqueront ces règles qui prévoient, entre autres, des incitations à rationner la consommation et des pénalités pour s'assurer que les gens respectent leurs engagements", a-t-elle déclaré.

Le chef de l'Etat Thabo Mbeki a reçu dimanche des responsables de la compagnie pour parler de la crise énergétique qui frappe le pays et met en danger les investissements.

Bien que les coupures affectent l'ensemble du pays depuis plusieurs semaines, sa capitale économique, Johannesburg, est la plus touchée. Et Eskom a averti qu'il serait insensé de lancer de gros projets industriels tant que la situation ne se sera pas améliorée, soit pas avant cinq ans.

"C'est une question d'offre et de demande. Ce serait irresponsable de développer maintenant des entreprises grosses consommatrices d'énergie", a déclaré le directeur financier d'Eskom, Bongani Nqwababa, au quotidien Business Day.

Les pannes et délestages touchent toutes les activités, des usines aux feux de circulation et ont causé jusqu'à présent plus de deux milliards de rands (280 millions USD/200 millions EUR) de pertes.

"La situation réduit la compétitivité mondiale du pays en matière d'investissements, notamment parce qu'elle affecte son image de pays doté d'une électricité à bas coût", a dénoncé le directeur de l'organisation représentative des entreprises (Busa), Jerry Vilakazi.

La principale centrale syndicale, Cosatu, membre de l'alliance gouvernementale, partage ses inquiétudes.

"C'est devenu un sérieux sujet d'embarras national et pourrait avoir un impact important sur la croissance économique et la création d'emplois", a souligné son porte-parole, Patrick Craven.

La faute en est rejetée sur le gouvernement, le président Mbeki ayant admis le mois dernier que les demandes d'investissements formulée par Eskom avaient été rejetées pendant des années.

Les journaux reflètent la colère des Sud-Africains, The Times jugeant que "Les coupures d'électricité sont une honte nationale", tandis que The Star souhaitait "Bienvenue au Moyen Age".

L'opposition est montée au créneau, estimant que la suspension de projets industriels serait une catastrophe.

"Un moratoire pourrait faire dérailler un certain nombre de grands projets", ce que l'Afrique du Sud ne peut se permettre avec un taux de chômage de près de 40%, a affirmé Hendrik Schmidt, porte-parole de l'Alliance démocratique.

Même le Congrès national africain (ANC, au pouvoir) ajoute à la pression, son comité national exécutif ayant recommendé ce week-end que "le gouvernement développe d'urgence un programme d'action national, dont le but unique soit de maintenir l'approvisionnement en électricité".

La crise fait cependant des heureux, en particulier les installateurs de générateurs électriques.

"Ils se vendent comme des petits pains. Nous n'avons plus rien en stock, hormis ce qui est en rayon", a déclaré McLaren Magwaza, vendeur dans un magasin d'outillage Mica, à Johannesburg.

Boursoram^

Krom
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2297
Inscription : 19 juin 2006, 17:51
Localisation : Lausanne, Rock City

Re: Afrique du Sud

Message par Krom » 21 janv. 2008, 18:55

Faut avertir Transparence. Voilà un pays où il trouvera des acheteurs pour ses panneaux solaires.

(Il y a Gaza, aussi, où on pourrait échanger des panneaux contre des armes.)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59720
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 22 janv. 2008, 19:24

Areva soumet une offre pour 2 réacteurs EPR en Afrique du Sud

Areva et EDF ont déclaré mardi s'apprêter à remettre une offre au sein d'un consortium avec Bouygues pour la construction de deux réacteurs nucléaires EPR de troisième génération en Afrique du Sud.

"EDF confirme être sur le point de remettre une offre en consortium avec Areva et Bouygues suite à la consultation organisée par la République sud-africaine", a déclaré une porte-parole d'EDF.

Areva, qui est à la tête du consortium auquel participe également la société d'ingénierie sud-africaine Aveng, a précisé que l'offre portait sur deux réacteurs EPR d'une capacité d'environ 1.650 Mégawatts chacun.

Areva fournirait les réacteurs, Bouygues et Aveng se chargeraient de leur côté de l'ingénierie et de la construction tandis qu'EDF apporterait son savoir-faire d'opérateur.

Ce consortium franco-sud-africain est en concurrence avec un projet de l'américain Westinghouse.

EDF, qui a dit bénéficier de coopérations anciennes avec la compagnie nationale d'électricité Eskom, a rappelé que l'Afrique du Sud constituait l'une des quatre cibles de sa stratégie d'investissement dans les projets nucléaires à l'international.

Eskom avait annoncé le 14 janvier dernier souhaiter recevoir les offres au cours du premier trimestre 2008 pour les présenter à son conseil d'administration à la fin du mois de mars.

Le calendrier prévisionnel adopté prévoit que les travaux commencent d'ici à 2010 et que l'exploitation débute d'ici à 2016.

Le gouvernement sud-africain et Eskom ont annoncé la construction d'une série de centrales nucléaires pour une capacité totale de 20.000 MW. Pretoria compte investir environ 300 milliards de rands (28,9 milliards d'euros) au cours des prochaines années pour répondre aux besoins croissants d'énergie électrique dans le pays.

Framatome, devenu depuis Areva, a construit en Afrique du Sud une centrale nucléaire à Koeberg, situé près du Cap dans le sud du pays, qui fonctionne depuis 1985.

Boursoram^

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59720
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 28 janv. 2008, 14:44

Les mines d' Or à l' arrét pour le 4iéme jour consécutif.
Afrique du Sud: mines à l'arrêt faute d'électricité, les syndicats craignent pour l'emploi
http://www.boursorama.com/infos/actuali ... ws=5080125

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59720
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 29 janv. 2008, 18:24

Afrique du Sud: la pénurie d'électricité va porter un coup à la croissance

Le gouvernement sud-africain, qui prévoyait une croissance annuelle de 5% jusqu'à la fin de la décennie, risque de ne pas atteindre ne serait-ce que la moitié de ce chiffre, du fait de la pénurie d'électricité affectant la première économie du continent.

"Allons-nous pouvoir atteindre une croissance de 3% étant donné la crise à laquelle est confronté le pays? Je ne le pense pas", a estimé mardi Mike Schussler, économiste du cabinet de courtage T-Sec, à Johannesburg.

"Nous devrons peut-être nous contenter de 2% selon la gravité de la crise", a-t-il déclaré à l'AFP.
tout l' article : http://www.boursorama.com/infos/actuali ... ws=5086897

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59720
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 28 févr. 2008, 13:24

A défaut d' informations sur de nouvelles centrales nucléaires en Afrque du Sud, c' est le charbon qui prend place : 6 fois 790 mgaWatt (=4740 megaWatt) :shock:
JOHANNESBURG (Reuters) - Alstom a signé un contrat de 1,4 milliard d'euros avec la compagnie sud-africaine d'électricité Eskom pour la construction d'une centrale électrique au charbon.

Ce contrat a été signé à l'occasion de la visite d'Etat jeudi et vendredi de Nicolas Sarkozy, en Afrique du Sud.

La centrale, qui devrait être achevée entre 2010 et 2014, sera dotée de six turbines produisant chacune 790 Megawatts (MW), ce qui permettra de créer 300 emplois.

Une délégation de chefs d'entreprise, dont Anne Lauvergeon, P-DG d'Areva, Pierre Gadonneix, P-DG d'EDF et Patrick Kron, P-DG d'Alstom, accompagne le chef de l'Etat.

Un consortium constitué par Areva, EDF, Bouygues et le sud-africain Aveng a remis en début d'année une offre pour deux réacteurs nucléaires EPR, de dernière génération, d'une capacité de 1.650 mégawatts chacun. Il est en concurrence avec l'américain Westinghouse.

Boursoram^

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59720
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re:

Message par energy_isere » 15 juin 2008, 15:47

L'Afrique du Sud contrainte à se serrer la ceinture après des années fastes

L'Afrique du Sud, première économie du continent, va devoir apprendre à se serrer la ceinture après des années de croissance soutenue, la Banque centrale ayant encore relevé ses taux directeurs dans l'espoir de contenir une inflation toujours plus élevée.

Des chiffres publiés fin mai ont indiqué une contraction de la croissance tombée à 2,1% en taux annuel au premier trimestre 2008, contre 5,3% au trimestre précédent. Et le gouvernement a prévu un ralentissement à 4% en 2008, après plusieurs années d'expansion économique supérieure à 5%.

L'Afrique du Sud souffre de problèmes structurels, notamment d'une crise énergétique majeure qui a contraint les mines du pays à rester fermées pendant plusieurs jours en janvier.

Mais elle pâtit également de la conjoncture internationale, surtout de la flambée des prix du pétrole et des produits alimentaires qui alimente l'inflation, passée à 11,1% en avril.

Dans ce contexte, la Banque centrale a annoncé jeudi, pour la dixième fois en deux ans, une hausse d'un demi point de pourcentage de son taux de base, porté à 12%. Les banques ont répercuté cette hausse sur le taux du crédit immobilier, fixé à 15,5%.

"Je pense que les taux d'intérêts vont rester élevés une grande partie de l'année", a indiqué à l'AFP l'économiste en chef de la compagnie d'investissement T-Sec, Mike Schussler.

"Les consommateurs commencent à se serrer la ceinture. Les ventes au détail et de voitures sont à la baisse. Les ventes de maison ralentissent également et les prix sont sous pression. Tous ces facteurs peuvent contribuer à un ralentissement de l'économie", a-t-il ajouté.

Le gouverneur de la Banque centrale, Tito Mboweni, maintient toutefois que la hausse des taux d'intérêt est le meilleur moyen de ramener l'inflation dans la fourchette de 3 à 6%, objectif fixé au gardien de la politique monétaire.

"La Banque centrale a révisé ses prévisions d'inflation et table sur un taux de 12% d'ici la fin de l'année et prévoit de revenir dans la fourchette d'ici au troisième trimestre de 2010", a expliqué Razia Khan, analyste de la banque Standard Chartered Bank.

"Mais ces prévisions ne prennent pas en compte la possibilité d'une augmentation du prix de l'électricité supérieure au taux d'inflation", a-t-il noté.

La compagnie nationale d'electricité, Eskom, a réclamé le droit d'augmenter de 53% ses tarifs pour financer le renouvellement de ses infrastructures, qui ne répondent plus à la demande.

"L'Afrique du Sud a écarté une hausse de 53%, mais une forte augmentation du prix de l'électricité est quand même très probable",
selon M. Khan. Tito Mboweni a d'ors et déjà fait savoir qu'il augmenterait encore le taux directeur si cette hausse est très élevée.

Mais avec un endettement des ménages qui correspond à 78% des revenus disponibles, la majorité des sud-Africains risquent de beaucoup souffrir d'une hausse des taux d'intérêt, selon John Loos, économiste à la First National Bank (FNB).

D'autant que la hausse des prix du transport, des aliments et des soins médicaux les frappent de plein fouet, a-t-il ajouté.

La puissante confédération syndicale Cosatu (Congrès des syndicats sud-africains) a déjà menacé d'organiser des manifestations contre la vie chère. "Les entreprises, surtout les plus petites, vont faire face à une hausse handicapante de leurs coûts et vont devoir licencier", écrit la Cosatu dans un communiqué. "Des milliers d'emplois pourraient être perdus".

Le chômage concerne déjà 30% des adultes et 43% de la population vit sous le seuil de pauvreté. Le gouvernement a régulièrement indiqué qu'il lui fallait une croissance de 4,5% entre 2005 et 2009 et de 6% entre 2010 et 2014 pour diviser par deux chômage et pauvreté.

Boursoram^

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Re: Afrique du Sud

Message par franck1968 » 21 août 2008, 22:06

CAPE TOWN - Le parlement sud-africain a voté jeudi une loi pour prévenir toute nouvelle crise énergétique, après des pénuries d'électricité qui ont pénalisé l'économie durant cette année.

Des instituts vont être mis en place et devront travailler à la recherche et au développement des politiques énergétiques. Ils seront aussi chargés de recueillir des informations sur la demande, la production et l'approvisionnement en énergie.

"L'un des plus grands défis de notre époque est la question de l'énergie et de la sécurité de l'énergie", a déclaré devant le parlement la ministre de l'Energie, Buyelwa Sonjica.

L'Afrique du Sud a connu au début de l'année de graves pénuries d'électricité, occasionnant des coupures de courant quotidiennes et la paralysie de plusieurs mines et usines.

La loi prévoit également d'augmenter le recours aux énergies renouvelables et diversifier les sources d'approvisionnement, tout en "prenant en compte l'impact sur l'environnement et les interactions entre les secteurs économiques".

"Cette loi [...] doit faire en sorte que nous ayons les moyens de planifier correctement non seulement l'approvisionnement de l'énergie, mais également la demande en énergie", a ajouté Buyelwa Sonjica.

(©AFP / 21 août 2008 21h59)

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59720
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 15 sept. 2008, 21:02

Contrat géant en vue pour le français Areva
Le chef de file du consortium français a de fortes chances de gagner un contrat de 10 milliards d'euros, en Afrique du Sud, face à Toshiba-Westinghouse.


15/09/2008 Le Figaro

La filière nucléaire française retient son souffle. C'est cette semaine la date de mercredi a été évoquée que l'électricien sud-africain Eskom doit rendre son verdict et choisir les vainqueurs de l'appel d'offres pour l'implantation de deux nouveaux réacteurs. Un risque de report de la décision existe toujours un nouveau gouvernement doit prendre ses fonctions à la mi-2009 , mais les besoins de l'Afrique du Sud sont tels que tout retard pénaliserait un peu plus le pays. Les coupures de courant n'ont jamais été aussi fréquentes. Elles touchent même les très grandes villes.

Le français Areva serait bien placé. Le groupe propose deux réacteurs de nouvelle génération EPR, du même type que ceux construits actuellement en Finlande et en France (à Flamanville). C'est l'un des avantages d'Areva que de pouvoir s'appuyer sur ces chantiers face à son concurrent Toshiba-Westinghouse dont le réacteur AP 1000 est toujours à l'état de vitrine.

En Afrique du Sud, le groupe dirigé par Anne Lauvergeon espère remporter le contrat du siècle dans le nucléaire d'un montant de 10 milliards d'euros. Cela comprend la construction des réacteurs et un ensemble de services associés. Sur ces 10 milliards, environ 7 milliards reviennent directement à Areva qui n'est pas seul dans cette aventure. Le groupe pilote un consortium qui réunit EDF, en qualité d'architecte ensemblier, Bouygues pour le génie civil, Alstom pour les turbines, et le groupe sud-africain d'ingénierie Aveng.


Un pays prometteur

La filière nucléaire française avance groupée pour marquer des points dans un pays stratégique. Le vainqueur du duel au sommet entre Areva et Toshiba-Westinghouse gagnera une première bataille dans un pays prometteur.

Car l'Afrique du Sud affiche des objectifs très ambitieux dans la production d'énergie, avec l'installation de 22 000 mégawatts supplémentaires à moyen terme. Les réacteurs retenus seront les premiers d'une longue série, au moins dix.

La filière nucléaire française espère également s'imposer dans d'autres régions. EDF a notamment sélectionné trois autres pays cibles, les États-Unis, la Chine et la Grande-Bretagne. Outre-Atlantique, l'électricien français vient d'augmenter sa participation dans Constellation Energy (dont Areva est également partenaire) qui souhaite implanter quatre EPR. En Chine, EDF est co-investisseur aux côtés de CGNPC dans la société qui détiendra, construira et exploitera les deux centrales EPR livrées par Areva. Le site industriel a déjà été sélectionné. Il s'agit de Taishan dans la province du Guangdong. Le contrat pour l'ensemble de la filière porte sur environ 8 milliards d'euros. En Grande-Bretagne, EDF négocie depuis des semaines sans relâche avec le principal opérateur nucléaire British Energy.

Le nouveau géant GDF Suez veut lui aussi tirer parti de ce renouveau sans précédent du nucléaire. Bien décider à posséder et à exploiter des centrales de troisième génération à l'horizon 2020, il va concurrencer EDF. Le groupe dirigé par Gérard Mestrallet s'est associé à Areva et Total pour fournir deux EPR à Abu Dhabi. D'autres pays du Moyen-Orient ont annoncé leur intention de lancer un programme de construction de réacteurs nucléaires.

Selon la majorité des experts, cet engouement pour l'atome civil ne va pas retomber. Quand le baril de pétrole brut dépasse ou avoisine durablement les 100 dollars, l'énergie nucléaire redevient particulièrement compétitive. Autre argument clé, c'est une source d'énergie ne produisant aucune émission de CO2. Un atout capital à l'heure où les préoccupations en matière de développement durable sont devenues essentielles.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59720
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Afrique du Sud

Message par energy_isere » 23 oct. 2008, 14:20

Gros projet minier pour du charbon en Afrque du Sud :
$1,4bn SA energy coal projects heading for production – BHP Billiton


The two combined-value $1,425-billion coal projects BHP Billiton was developing in South Africa were both "on schedule and within budget" for initial production in 2009 and 2010, the world’s largest diversified mining company said on Tuesday.

Releasing its quarterly report on exploration and development activities for the quarter ended September 30, BHP Billiton said that the $450-million Klipspruit energy-coal project was more than 50% completed and would begin producing in the second half of next year.

The far bigger $975-million Douglas-Middleburg Optimisation energy-coal project would then follow by mid-2010.

The company, headed by South African CEO Marius Kloppers, said that Klipspruit’s engineering was '’significantly advanced”, with civil works and plant erection “progressing well”.

Klipspruit would ramp up to an output of 3,9-million tons a year, made up of an export thermal coal component of 1,8-million tons a year and a domestic thermal coal component of 2,1-million tons a year.

Douglas-Middelburg Optimisation would be exporting 5,5 times more than Klipspruit and providing four times more domestic coal than Klipspruit.

Douglas-Middelburg Optimisation would ultimately be producing at a rate of 18,5-million tons a year. Of that, 10-million tons a year would be for export and 8,5-million tons a year for South Africa’s power-generation market. Domestic production at that level would sustain current domestic output.

Earthworks and civil engineering for the Douglas-Middelburg Optimisation project were "well advanced" and steel fabrication was "progressing as scheduled".

BHP Billiton was already a primary supplier of coal to three Eskom power stations, Hendrina, Kendal and Duvha, all in South Africa's Mpumalanga province.

Since October 15, Dr Xolani Mkhwanazi had taken over as head of BHP Billiton South Africa.

BHP Billiton said it had spent $166-million on minerals exploration in the quarter, of which $146-million had been expensed.

BHP Billiton’s latest exploration and development report, together with the production report, represented the interim management statement in compliance with the UK listing authority’s disclosure and transparency rules.
http://www.miningweekly.com/article.php?a_id=145793

Répondre