Du pétrole en Ouganda

Toutes discussions pour les habitants francophones d'Afrique.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54144
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Du pétrole en Ouganda

Message par energy_isere » 02 sept. 2016, 21:20

L'Ouganda accorde des permis d'exploitation pétrolière à Total et Tullow

AFP le 30 août 2016

L'Ouganda a accordé mardi aux groupes français Total et britannique Tullow de très attendus permis d'exploitation pétrolière pour la partie ougandaise du bassin du Lac Albert, dont la capacité est estimée au bas mot à 1,7 milliard de barils, a annoncé la ministre de l'Energie, Irene Muloni.

Les permis sont valables pour une durée initiale de 25 ans, avec la possibilité d'une extension de 5 ans, au même titre que le permis accordé en 2013 à la société chinoise CNOOC, a précisé la ministre, qui prédit que le pétrole "coulera dans les oléoducs" au plus tard en 2020.

Mais les analystes estiment la date de 2020 trop optimiste. De sources concordantes, l'exploitation du pétrole ougandais sur les rives du lac Albert ne devrait pas débuter avant 2025. L'oléoduc de plus de 1.400 kilomètres devant acheminer le pétrole jusqu'au port tanzanien de Tanga reste à construire.

"Nous estimons qu'entre 200 et 300.000 barils de pétrole seront produits quotidiennement", a déclaré Mme Muloni lors d'une conférence de presse à Kampala, disant espérer que les trois sociétés investiront plus de 8 milliards de dollars (7 milliards d'euros) dans les infrastructures liées à l'exploitation pétrolière, dont l'oléoduc qui reliera l'Ouganda à Tanga.

Les sociétés Total, Tullow, CNOOC se sont quant à elles dites, dans un communiqué commun, "reconnaissantes pour l'approbation qui nous a été accordée".

Les réserves ougandaises de pétrole du bassin du lac Albert, qui délimite une partie de la frontière entre l'Ouganda et la République démocratique du Congo (RDC), ont été découvertes en 2006 et sont évaluées à au moins 1,7 milliard de barils. Elles pourraient toutefois s'avérer bien plus importantes, seule une partie de cette zone ayant jusqu'à présent été explorée de manière exhaustive.

Mais le bassin du Lac Albert est aussi très connu pour sa biodiversité. Plus de 50% des espèces d'oiseaux du continent africain y sont représentées, ainsi que 39% des espèces de mammifères vivant en Afrique.

Le gouvernement ougandais espère gagner 1,5 milliard de dollars par an grâce à l'exploitation pétrolière, provenant notamment des taxes, des royalties ainsi que de la part de 15% des bénéfices auxquels il devrait avoir droit en vertu d'un accord passé en 2009 avec Total, Tullow et CNOOC.
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... w-160830-0

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54144
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Du pétrole en Ouganda

Message par energy_isere » 12 nov. 2016, 13:24

L’Ouganda, soutenu par la Russie, s’engage dans le nucléaire

Agence Ecofin 08 novembre 2016

L’Ouganda a signé, avec la Russie, un mémorandum d’entente relatif à la construction de plusieurs centrales nucléaires qui seront alimentées par les ressources nationales en uranium. L’exécutif ougandais a, en effet, confirmé que cet accord avait été à l’ordre du jour de la visite rendue par une délégation officielle russe, en octobre.

Sarah Nafuna, la directrice du Nuclear Energy Unit (NEU), l’autorité de régulation du nucléaire en Ouganda, a affirmé que le gouvernement a déjà identifié les sites de Lamwo, dans le Nord, Mubende, dans l’Ouest du pays, Buyende, à l’Est, et Nakasongola, dans le Centre, comme de potentielles zones d’accueil des réacteurs et centrales nucléaires.

Elle a également révélé qu’une vingtaine de centrales nucléaires sont prévues pour être implantées, dans le cadre du programme, et que les premières devraient entrer en service, d’ici une dizaine d’années.

Selon les sources officielles ougandaises, le développement nucléaire pourrait également profiter aux domaines de la médecine, mais également de l’agriculture.
http://www.agenceecofin.com/nucleaire/0 ... -nucleaire

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54144
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Du pétrole en Ouganda

Message par energy_isere » 17 déc. 2016, 12:10

Ouganda : la centrale solaire de Soroti, la plus grande de l’Afrique de l’Est, est en service

Agence Ecofin 13 dec 2016

D’Ujanga Simon (photo), le ministre ougandais de l’énergie, a procédé à l’inauguration de la centrale solaire de Soroti, la première du pays et la plus grande de l’Afrique de l’Est. D’une capacité de 10 MW, la centrale, dont le coût s’élève à 19 millions $, permettra l’approvisionnement en énergie d’environ 40 000 ménages, ainsi que de nombreuses écoles et entreprises de la région de Soroti, dans le nord-est du pays.

La centrale a été construite par les développeurs énergétiques Access Power et EREN Renewable Energy. Sa construction s’est faite avec le soutien de la Facilité d’appui à l’énergie photovoltaïque GET Fit, financée par le fonds fiduciaire de l’Union européenne aux infrastructures et gérée par la Banque allemande de développement KfW.

« La centrale solaire de Soroti est un excellent exemple de la capacité des collaborations entre les acteurs locaux et internationaux dans l’exécution avec succès d’un projet tangible de vulgarisation des centrales d’énergies renouvelables sur le continent. En tant que développeurs, nous remercions toutes les parties prenantes et réaffirmons notre engagement à accompagner le secteur énergétique africain pour la réplication de ce modèle dans d’autres pays », a affirmé David Corchia, le directeur d’EREN RE.
http://www.agenceecofin.com/solaire/131 ... en-service

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54144
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Du pétrole en Ouganda

Message par energy_isere » 09 janv. 2017, 19:36

Total devient majoritaire dans un projet pétrolier en Ouganda pour 900 M USD


Par AFP , publié le 09/01/2017

Le géant pétrolier français Total a annoncé lundi l'acquisition pour 900 millions de dollars d'une participation additionnelle dans le projet de production pétrolière du Lac Albert, en Ouganda, dont il devient dès lors l'actionnaire majoritaire.

Total a précisé dans un communiqué avoir conclu un accord pour acquérir une participation additionnelle de 21,57% auprès du groupe britannique Tullow, qui détient actuellement 33,3% du projet, à parts égales avec le pétrolier français et le groupe chinois CNOOC.

"A la suite de cette transaction, Total détiendra un intérêt de 54,9% et renforcera sa participation dans ce projet compétitif, ouvrant la voie à la possibilité de l'approuver dans un futur proche", a expliqué le groupe dans un communiqué.

Les réserves ougandaises de pétrole du bassin du lac Albert, qui délimite une partie de la frontière entre l'Ouganda et la République démocratique du Congo (RDC), ont été découvertes en 2006 et sont évaluées à au moins 1,7 milliard de barils.

Dans un communiqué distinct, Tullow a indiqué que la décision finale d'investissement (FID) pourrait être prise en 2017 pour un démarrage du projet dès 2020 avec une production de 230.000 barils par jour en plateau.

Cette transaction, dont le montant global de 900 millions de dollars sera payable en plusieurs échéances selon l'avancement du projet, permettra aussi à Total de devenir l'opérateur d'une troisième licence sur les quatre que compte le projet.

"Cette transaction conforte Total dans sa position de leader de ce projet et va nous permettre de le faire progresser efficacement en vue d'une décision définitive dans les meilleurs délais pour tirer parti du contexte favorable en termes de coûts de développement", a commenté le PDG de Total, Patrick Pouyanné, cité dans le communiqué du groupe.

"L'augmentation de notre participation dans le projet du Lac Albert est pour Total une excellente opportunité de création de valeur et constitue une opération en ligne (avec) notre stratégie d'acquérir des ressources pour moins de 3 dollars par baril, avec un potentiel important", a-t-il ajouté.
http://lexpansion.lexpress.fr/actualite ... 67182.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54144
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Du pétrole en Ouganda

Message par energy_isere » 03 févr. 2017, 20:53

L’Ouganda saura-t-il éviter l’écueil d’une économie tout-pétrole ?

Le pays d’Afrique de l’Est sera exportateur de brut dès 2020. Mais, à l’affût de nouveaux investisseurs, Kampala s’est fortement endetté pour développer ses infrastructures.


Par Gaël Grilhot (contributeur Le Monde Afrique, Kampala)
LE MONDE| Le 31.01.2017

De pays importateur de pétrole, l’Ouganda devrait devenir pays exportateur d’ici à 2020. Une chance pour son gouvernement, qui a mis en place un programme d’infrastructures pour dynamiser son économie. Mais ces investissements se fondent essentiellement sur l’espoir de revenus pétroliers qui n’existent pas encore : 6,5 milliards de barils de réserves, dont 1,5 milliard de barils immédiatement « récupérables » : les ressources du nord du lac Albert devraient permettre, selon Kampala, de récupérer 2,4 milliards de dollars (2,25 milliards d’euros) par an à partir de 2020. L’ambition affichée des autorités ougandaises est d’arriver à faire passer le pays au rang d’« économie à revenu moyen » à cet horizon.


Conscient de sa faible production en électricité, qui freine le développement économique, le gouvernement a ainsi développé plusieurs projets, dont la plus grande centrale solaire d’Afrique de l’Est, inaugurée à Soroti en décembre 2016, et qui doit fournir de l’électricité à plus de 40 000 habitants de la région. Ou encore le barrage de Bujagali, achevé en 2012, qui bénéficie d’une capacité de 250 MW. D’autres projets sont en cours de construction, comme le barrage – controversé – d’Isimba, mais le pays a énormément de retard à combler, 80 % de la population n’étant officiellement pas encore raccordé au réseau électrique.

Des synergies entre le ferroviaire et la route sont également en prévision, avec le vaste projet multinational du Standard Gauge Railways (SGR), qui doit relier Mombassa, au Kenya, à Kampala dans un premier temps, avant d’être prolongé vers Kigali au Rwanda, ou encore vers la République démocratique du Congo (RDC). Le réseau routier a également déjà connu de profonds réaménagements avec la rénovation et la création de nouvelles routes et voies express, s’inscrivant là encore souvent dans une perspective d’intégration régionale.

Diversification en cours
..................
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2 ... _3212.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54144
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Du pétrole en Ouganda

Message par energy_isere » 04 mars 2017, 11:44

L’Ouganda est à la recherche de financements pour réaliser des routes pétrolières

Agence Ecofin 03 mars 2017

L’Ouganda s’est tourné vers la Banque d’exportation et d’importation de Chine (China Exim Bank) pour obtenir un financement de 564 millions $ qui seront investis dans la construction de routes devant faciliter la production et l’exportation du pétrole.

Selon le Daily Monitor, une demande du ministère des finances a été envoyée aux responsables de la banque chinoise.

« Nous avons déposé la demande et les discussions sont en cours, pour voir dans quelles mesures ils pourront nous aider », a déclaré le ministre des finances, Matia Kasaija (photo).

En début de semaine, l’argentier national s’est rendu avec une délégation du gouvernement, à Pékin pour poursuivre les négociations sur le financement d’un chemin de fer de plusieurs milliards de dollars. Il en a profité pour faire un exposé sur l’importance pour son pays de réaliser ces routes qu’il juge vitales pour le développement de l’industrie pétrolière ougandaise.

«Il s'agit d'établir des priorités et nous avons clairement indiqué que ces routes sont nécessaires à la production du pétrole », a-t-il précisé.

Il faut souligner que même si le montant total de ces infrastructures routières n’a pas encore été révélé, des sources concordantes ont indiqué au Daily Monitor que le gouvernement devrait compléter le prêt chinois par des retraits du Fonds pétrolier national et un financement supplémentaire provenant des compressions budgétaires.

L’Ouganda compte démarrer sa production pétrolière dans le bassin Albertine d’ici les quatre prochaines années.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54144
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Du pétrole en Ouganda

Message par energy_isere » 06 mai 2017, 13:29

L’Ouganda présélectionne quatre entreprises pour la construction de sa raffinerie pétrolière

Agence Ecofin 02 mai 2017

Six mois après le désistement du consortium russe RT Global, choisi par Kampala pour doter le pays de sa première raffinerie de pétrole, le gouvernement a publié une liste de quatre entités qu’il a présélectionnées pour exécuter les travaux. Il s’agit du canadien SNC Lavalin, des américains Yatra Ventures LLC et Apro, et du turc IESCO.

L’annonce a été faite, en fin de semaine dernière, par Irène Muloni (photo), la ministre en charge de l’Energie, rapporte The East African. « Nous avons maintenant quatre consortiums qui nous semblent être intéressants dans le cadre de l’exécution des travaux de construction de la raffinerie.», a-t-elle affirmé.

Cependant, une source proche du dossier a révélé qu’il y aurait quatre compagnies supplémentaires avec lesquelles le gouvernement tient des négociations. Ce sont : Guangzhou Dongsong Energy Group, de la Chine, Profundo de l’Espagne, Bantu Energy, un consortium canado-ougandais et Tecnimot de l’Italie.

Par ailleurs, Robert Kasande, un responsable du ministère de l’Energie a laissé entendre que le nom de l’entité qui exécutera les travaux sera connu pendant le mois de juin prochain. D’un coût de 4,77 milliards de dollars, la raffinerie pétrolière est prévue pour traiter 60 000 barils par jour de pétrole extrait du bassin Albertine, qui s’étend le long de la frontière avec la RDC.

L’infrastructure sera mise en service en 2020, au même moment que le lancement de la production pétrolière en Ouganda. En attendant, CNOOC, Total et Tullow qui forment la JV qui exploitera le brut, s’apprêtent à prendre une décision finale d’investissement en fin décembre 2017. L’élaboration de travaux FEED concernant le pipeline qui évacuera le pétrole vers le port tanzanien de Tanga, est en cours, a ajouté la ministre.
http://www.agenceecofin.com/gestion-pub ... petroliere

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54144
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Du pétrole en Ouganda

Message par energy_isere » 03 juin 2017, 13:20

L’oléoduc qui reliera l’Ouganda à la Tanzanie va débloquer le potentiel pétrolier de l’Afrique orientale (Total)

Agence Ecofin 30 Mai 2017

Les ministres ougandais de l’Energie et tanzanien des Affaires constitutionnelles ont paraphé, en fin de semaine dernière, un accord intergouvernemental pour matérialiser la volonté des deux pays de coopérer dans la construction et l’exploitation de l’oléoduc Hoima-Tanga. Ceci survient, quelques jours après la signature entre les chefs d’Etats des deux pays, d’un accord à cet effet.

Commentant cette actualité, Adewale Fayemi, le patron de Total en Ouganda, a déclaré que l’engagement formalisé des deux parties à réaliser ce projet va « débloquer le potentiel pétrolier de l'Afrique de l'Est en attirant des investisseurs et des entreprises pour mener des explorations dans la région ». Il a ajouté que, selon des études effectuées par Total, l’infrastructure pipelinière va également entraîner une augmentation de 60% des investissements directs étrangers dans les secteurs énergétiques des deux pays.

Par ailleurs, Total a annoncé qu’il mettra en branle ses options de financements pour le projet. On se rappelle que l’entreprise qui contrôle une forte partie des réserves d’huile en Ouganda, avait déclaré en mars 2016, qu’elle financerait la réalisation de l’infrastructure. Celle-ci devrait coûter environ 4 milliards de dollars. Son responsable, M. Fayemi, a affirmé que l’exonération fiscale prévue par les autorités rend le projet plus compétitif et plus bancable.

D’une longueur de plus de 1 400 km, le pipeline permettra de transporter le pétrole extrait en Ouganda vers le marché international en passant par le port de Tanga, en Tanzanie.

Olivier de Souza
http://www.agenceecofin.com/investissem ... tale-total

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54144
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Du pétrole en Ouganda

Message par energy_isere » 17 juin 2017, 12:11

Ouganda: la production électrique éveille l’intérêt de Total E&P B.V. et d’Albatros Ouganda

Agence Ecofin 15 juin 2017

Total E&P B.V désire construire une centrale à gaz de 146 MW de capacité en Ouganda, à 300 kilomètres au Nord-Ouest de Kampala, dans le centre du pays. La mise en place de l’infrastructure est prévue pour coûter environ 117,4 millions $.


La compagnie a déjà entamé une procédure auprès du régulateur du secteur électrique pour l’octroi d’une licence pour la mise en œuvre du projet. En cas d’accord, la construction de la centrale démarrera en 2019 et celle-ci devrait fournir ses premiers mégawatts, d’ici à 2020. Le projet sera entièrement financé sur fonds propres.

La compagnie n’est pas la seule à vouloir produire de l’énergie dans le pays. Albatros Ouganda a également requis une licence pour produire et céder au réseau 50 MW d’électricité qui seront générés par une centrale thermique implantée dans le village d’Itara, dans le district de Hoima.

Ces deux projets entendent s’appuyer sur le début d’exploitation, en 2020, par l’Ouganda, de ses ressources en hydrocarbures. Selon les chiffres officiels, le pays pourra produire 60 000 barils de pétrole brut par jour, dès le début de la production.
http://www.agenceecofin.com/investissem ... os-ouganda

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54144
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Du pétrole en Ouganda

Message par energy_isere » 29 juil. 2017, 13:38

Ouganda : à son pic de production, le pétrole contribuera pour 4% au PIB, chaque année (FMI)

Agence Ecofin 25 juillet 2017

Selon Axel Schimmelpfennig (photo), le chef de mission du FMI en Ouganda, si les réserves de pétrole dont regorge le pays atteignent la pleine production, elles contribueront pour 4% au PIB national et ceci, chaque année. Mais la condition sine qua non à l’atteinte de ce cap est une bonne gestion du secteur, ajoutée à plus d’investissements stratégiques dans les infrastructures et une meilleure gestion de la dette publique, a-t-il précisé.

« Selon nos estimations, les revenus liés au pétrole pourraient varier de 0,5% du PIB actuellement, à 4% lorsque le pays arrivera à la pointe de sa production. Une croissance qu’on devrait observer chaque année.», a déclaré le responsable dans un blog post relayé par Reuters.

En Ouganda, la croissance en 2016 était de 4,7%, supérieure à la moyenne africaine de 2,6%. Le FMI prévoit déjà une augmentation du PIB à 5,7 pour cent, à partir de 2018, mais M. Schimmelpfennig pense que la croissance pourrait facilement excéder ce niveau.

Par ailleurs, le chef de mission du FMI dans le pays a affirmé que « si le gouvernement conduit correctement la production, il pourrait en récolter les avantages pendant près de 30 ans».

Depuis 2010, le pays a mis la main sur environ 6,5 milliards de barils de pétrole ainsi que des dépôts commerciaux de gaz naturel et l’exploitation de l’or noir devrait débuter en 2020, selon Irene Muloni, la ministre en charge du pétrole.
http://www.agenceecofin.com/gestion-pub ... -annee-fmi

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54144
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Du pétrole en Ouganda

Message par energy_isere » 12 août 2017, 13:39

Yoweri Museveni et John Magufuli posent la première pierre de l’oléoduc qui reliera leurs deux pays

Image

Agence Ecofin 07 Aout 2017

Samedi, les présidents ougandais, Yoweri Museveni, et tanzanien, John Magufuli, ont posé la première pierre de la construction de l’oléoduc qui transportera le pétrole extrait de la région enclavée de Hoima vers le port tanzanien de Tanga. A partir de là, l’or noir sera chargé dans des tankers en direction du marché international.

La pose de la première pierre de cet édifice majeur pour les économies des deux pays voisins survient moins de 3 mois après la signature d’un pacte qui confirme la volonté commune de voir se réaliser le projet. Elle s’inscrit aussi dans la logique de célérité prônée par les deux chefs d’Etat. A ce propos, John Magufuli a exhorté toutes les parties prenantes à agir « avec une grande vitesse et à s’assurer que le pipeline soit livrée d’ici 2020 ». Ceci, en travaillant « jour et nuit ».

L’oléoduc aura une longueur de 1400 km et devrait coûter 3,55 milliards de dollars. Selon Adewale Fayemi, le patron de Total en Ouganda, il permettra de débloquer le potentiel pétrolier de toute la région orientale du continent en attirant « des investisseurs et des entreprises pour mener des explorations dans la région ».

On estime à 60% l’augmentation des investissements directs étrangers dans les secteurs énergétiques des deux pays, une fois que le projet sera pleinement entré en activité.

Les ressources pétrolières récupérables de l’Ouganda sont actuellement comprises entre 1,4 et 1,7 milliard de barils, alors qu’on estime le potentiel à 6,5 milliards de barils. L’exploitation démarrera en 2020 et, selon le FMI, à son pic, la production pétrolière contribuera pour 4% au PIB, chaque année.
http://www.agenceecofin.com/transport/0 ... -deux-pays

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54144
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Du pétrole en Ouganda

Message par energy_isere » 28 oct. 2017, 12:32

Ouganda : le secteur pétrolier devrait accueillir jusqu’à 20 milliards $ d’investissements d’ici les 3-4 prochaines années

Agence Ecofin 26 Oct 2017

En Ouganda, le secteur pétrolier espère accueillir des investissements oscillant entre 15 et 20 milliards de dollars d’ici les 3-4 prochaines années. L’annonce a été faite, jeudi, lors d’une conférence au Cap, en Afrique du Sud, par Ernest Rubondo (photo), le directeur exécutif de l’autorité pétrolière de l’Ouganda. C’est l’organe en charge de la régulation du secteur.

Le secteur a besoin de nouveaux investissements pour révéler le potentiel en présence qui est de 6,5 milliards de barils. Les campagnes d’exploration précédentes ont permis de découvrir entre 1,4 et 1,7 milliard de barils dont la production devrait commencer en 2020.

Pour y arriver, d’énormes investissements doivent également être faits dans la logistique pétrolière. Un pipeline de 1 445 km et d’un coût de 3,5 milliards de dollars est en cours de réalisation pour exporter le brut via le port tanzanien de Tanga.

Selon le FMI, si les réserves de pétrole dont regorge le pays, atteignent la pleine production, elles contribueront pour 4% au PIB national, chaque année.
https://www.agenceecofin.com/investisse ... nes-annees

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54144
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Du pétrole en Ouganda

Message par energy_isere » 13 janv. 2018, 12:29

Achèvement de la phase FEED du pipeline qui reliera l’Ouganda à la Tanzanie

Agence Ecofin 10 janv 2018

Mardi, la firme américaine Gulf Interstate Engineering (GIE) qui a obtenu le contrat de réalisation du processus d'ingénierie et de conception (FEED) relatif au pipeline qui transportera le but ougandais vers le port tanzanien de Tanga, a annoncé que les travaux sont arrivés à terme.

Le contrat lui a été attribué par la filiale ougandaise de Total, Total E & P Ouganda, la Société China National Offshore Oil Ouganda et Tullow Oil Ouganda. Les autres partenaires du projet sont l'Uganda National Oil Company et la Tanzania Petroleum Development Corporation (TPDC).

Après la conclusion de cette phase, le cabinet invite les entreprises locales intéressées par les opportunités découlant de la phase d'ingénierie, d'approvisionnement et de construction du projet à une rencontre d’échange, dans les prochains jours dans la capitale ougandaise, Kampala.

Selon un communiqué de presse de GIE, la rencontre abordera entre autres les questions liées aux types de besoins requis pendant la phase de pré-construction du projet et l'estimation des besoins de main-d'œuvre pour l’installation des pipelines et des stations de pompage.

Long de 1 445 km pour un coût de 3,55 milliards de dollars, le pipeline aura un diamètre de 24 pouces et sera le plus long pipeline de pétrole brut chauffé au monde.
https://www.agenceecofin.com/transport/ ... a-tanzanie

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54144
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Du pétrole en Ouganda

Message par energy_isere » 20 janv. 2018, 13:27

Ouganda : le secteur pétrolier sera le moteur de la croissance économique en 2018

Agence Ecofin 18 janv 2018

En Ouganda, les flux d’investissements directs étrangers, suite à l’attribution de blocs pétroliers et les investissements dans les projets de développement d’infrastructures de production et de transport de pétrole stimuleront l’économie ougandaise en 2018. C’est ce qu’indique le dernier rapport sur les perspectives économiques en Afrique de la Banque africaine de développement (BAD), publié mercredi.

Selon le document, la performance économique de l'Ouganda est restée globalement forte, malgré le récent ralentissement de la croissance du PIB qui devrait atteindre 5,9% en 2018, contre 4,8% en 2017 et 2,3% en 2016.

Ces résultats sont le fait d’une politique budgétaire expansionniste mais prudente qui vise à soutenir notamment les projets infrastructurels clés dans le transport du brut, tout en maitrisant les dépenses. A ce sujet, des efforts sont en cours pour concrétiser la réalisation de l’oléoduc qui transportera la production ougandaise vers le port tanzanien de Tanga. L’infrastructure aura une longueur de 445 km pour un coût de 3,5 milliards de dollars.

Selon des données fournies par le gouvernement en octobre dernier, le secteur devrait accueillir entre 15 et 20 milliards de dollars d’investissements, d’ici les 3 prochaines années. A côté de cela, de nombreux investisseurs continuent à exprimer leur intérêt pour les ressources en brut dont regorge le pays. Les derniers en date sont une délégation d’investisseurs britanniques.

Les perspectives sont telles que le FMI prévoit, qu’à son pic de production, à partir de 2020, date du début de la production, l’or noir contribuera pour 4% du PIB, chaque année.
https://www.agenceecofin.com/investisse ... ue-en-2018

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54144
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Du pétrole en Ouganda

Message par energy_isere » 14 avr. 2018, 13:56

Ouganda : le gouvernement désigne le consortium qui construira la raffinerie pétrolière du pays

Agence Ecofin 11 avril 2018

Le gouvernement ougandais a signé le contrat de construction de la raffinerie pétrolière qui traitera le brut du bassin Albertine avec un consortium dénommé Albertine Graben Refinery Consortium et dirigé par General Electric. Les autres membres du consortium sont Saipem d'Italie, Yaatra Ventures des Etats-Unis d'Amérique et Intra-continent Asset Holdings.

Le document a été paraphé, mardi, par la ministre du Pétrole, Irene Muloni, et des représentants du consortium, en présence du président Museveni. Aucune spécification sur la capacité exacte de l’infrastructure n’a été publiée. Selon les informations rendues disponibles, il y a quelques mois, sa capacité devrait être de 60 000 b/j.

Il faut dire que les deux parties ont décidé que l’infrastructure sera réalisée dans le cadre d’un partenariat public-privé. Certains autres détails restent à négocier. Selon des sources proches du dossier, le consortium devrait contrôler 60% de participation dans la raffinerie, tandis que le reste des parts reviendra à Kampala. D’ailleurs, le gouvernement ougandais compte attirer les autres pays de la sous-région dans l’actionnariat du projet. La Tanzanie aurait ainsi proposé une prise de 7% dans ces 40%.

Dans le pays, la presse s’inquiète des retombées de la raffinerie. Le pays s’endetterait « lourdement » pour apporter les capitaux à la réalisation du projet. Or, les prix du pétrole sont toujours faibles sur le marché.
https://www.agenceecofin.com/gestion-pu ... re-du-pays

Répondre