Pénurie d'essence en Afrique

Toutes discussions pour les habitants francophones d'Afrique.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Pénurie d'essence en Afrique

Message par franck1968 » 17 janv. 2007, 14:59

De plus en plus souvent il ya une pénurie dans un pays en Afrique.
En ce moment au Benin, il y a quelques temps au Sénégal.
Ce fil à donc pour but de signaler les pénuries de produits pétroliers en Afrique.

Pénurie des produits pétroliers dans le Zou : Vers la suppression de l'essence de contrebande
Par Le Matinal
Imprimer

08:16 16/01/2007 Les populations du département du Zou ne savent plus à quel saint se vouer face à la hausse vertigineuse depuis plusieurs jours du prix de carburant. La rupture de ce produit pétrolier a en effet entraîné l'inflation dans le département.
Depuis le dimanche 14 janvier 2007, c'est le véritable calvaire un peu partout. Et vite, les stocks se sont épuisés pour les usagers et clients des vendeurs d'essence frelatée. Au bord des artères principales des villes d'Abomey et de Bohicon les bouteilles vides d'essence exposées sur les étalages offrent un spectacle désolant aux passants. La ruée vers les stations services a entraîné d'interminables files d'attente. A Abomey par exemple une seule station d'essence sur trois approvisionne les clients. Il faut alors dans ce cas attendre pendant des heures avant d'obtenir quelques litres d'essence au prix officiel de 490F. Ceux qui sont pressés ou qui ont d'autres obligations préfèrent aller chercher l'essence à la maison chez les gros vendeurs de kpayo. Mais là, le prix varie entre 1000F et 1200F le litre. Certains cependant se sont vite vus désemparés, car même avec de l'argent, ils n'ont pas pu trouver de l'essence. Les populations du Zou crient leur indignation. « Nous n'avons pas encore fait un an avec l'ère du changement et déjà on parle de pénurie d'essence » s'exclame un conducteur de taxi-moto. » Pourtant on nous parle du développement », s'inquiète un autre client de la station service. Selon les explications de Clément Alladatin, vendeur de l'essence frelatée à Abomey, les contrôles se sont multipliés ses derniers temps à la frontière entre le Bénin Nigeria. Aussi, justifie-t-il, le prix du baril a augmenté à la source. Il est passé à 70.000F à 100.000F CFA. Par conséquent l'essence devient chère sur le terrain.

lien
100 000F CFA ca fait le baril à 152 Euros. :shock:

Avatar de l’utilisateur
zoneautonome
Goudron
Goudron
Messages : 104
Inscription : 23 mai 2005, 11:13
Localisation : 33 Gironde

Message par zoneautonome » 19 janv. 2007, 01:08

J'étais en Guinée en Décembre, les pénuries sont récurrentes, même dans la capitale pourtant dotée des terminaux pétroliers de livraison.

Lorsque que je suis arrivé cela faisait 5 jours qu'il n'y avait plus d'essence (sauf au marché noir, et encore, après de longues recherches, achat dans la rue dans des bouteilles d'un litre à un prix doublé) : conséquence, il n'y avait quasiment plus de trafic routier en ville, même les taxis (collectifs) ne circulaient quasiment plus (sachant qu'il n'y a aucune infrastructure de transports publics dans la capitale). Par contre il y avait toujours du gazole, la plupart des véhicules fonctionnant à l'essence.

Même le jour où l'approvisionnement reprend, il est impossible de se ravitailler dans les stations, prises d'assaut par des files de dizaines de taxis bien avant la livraison, sauf au prix de nombreuses heures d'attente.

Puis il y a eu de nouveau une autre rupture d'approvisionnement après quelques jours, sans parler de l'eau et de l'électricité qui ne sont assurés en alternance par turning black-out que quelques heures, tous les deux jours. C'est là qu'on se rend compte que le bien le plus précieux est bien l'eau ...
La sécurité nucléaire est une chose trop grave pour être confiée à des actionnaires.

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 19 janv. 2007, 09:19

Merci zoneautonome pour ton témoignage trés parlant.
Est ce nouveau ce genre de pénurie ou est ce de plus en plus fréquent ou est ce que cela a toujours été.
Cela pour comprendre si la faible consommation des pays africains n'est pas en train d'être vampirisé par les gros consommateurs USA, UE ou Chine.

Avatar de l’utilisateur
zoneautonome
Goudron
Goudron
Messages : 104
Inscription : 23 mai 2005, 11:13
Localisation : 33 Gironde

Message par zoneautonome » 24 janv. 2007, 00:27

Pour le cas de la Guinée, je ne peux te répondre, c'était mon premier voyage dans ce pays, et je ne peux pas me renseigner pour l'instant en raison de la grève générale anti-corruption actuelle réprimée de façon sanglante là-bas.

La Guinée est avant-dernière mondiale au classement mondial des pays corrompus de transparency.org (en attendant un classement des pays corrupteurs ...), donc je ne sais si on peux extrapoler de sa situation particulière.
Le carburant y a subi des augmentations énormes, le prix a du être plus que doublé en deux ans, notamment parce que le FMI a imposé la fin des prix subventionnés en mai 2006, un plein représente désormais le salaire mensuel d'un fonctionnaire.

Cette augmentation, combinée à une inflation galopante (je pense de l'ordre de 45 % pour quatre mois au taux officieux), se répercute sur tous les produits de la vie courante.

Au marché, le prix des denrées de première nécessité suit inévitablement la loi du marché pétrolier. Désormais le litre d’huile se vend à 4800 GNF contre 4000 d’il y a environs une semaine.

L’huile de palme elle est vendue à 4400 le litre contre 3500 auparavant. La boîte de tomate est vendue à 700 contre 600 d’il y a quelques semaines. Un cube maggi est monté à 300 contre 200 . Quant au sachet de spaghetti, il est arraché désormais à 2.700 contre 2500. Le sac de riz se vend selon les humeurs des commerçants. Soit 120.000 GNF, soit 110. 000, ou encore 125. 000 GNF par endroits. Le kilo de riz importé se négocie entre 2800 GNF et 3000 GNF. Voici la variation des prix sur le marché guinéen : le cube maggi a augmenté de 25 à 300 GNF. Le sac de riz qui se vendait à 17. 000 a atteint les 125 000 GNF.


http://www.lediplomateguinee.info/nouvelle-hausse-du-carburant.92.0.html
La sécurité nucléaire est une chose trop grave pour être confiée à des actionnaires.

franck1968
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1430
Inscription : 05 nov. 2005, 10:29

Message par franck1968 » 28 janv. 2007, 15:06

Penurie d'essence au Tchad mais pas de gaz-oil.
Le Nigéria exporte son essence aux USA ?

Les files de voitures n'en finissent pas de s'allonger, depuis quelques jours, devant les stations-service de N'Djamena. Bien que producteur de brut, le Tchad est en panne sèche, victime d'une coupure impromptue du robinet de son voisin nigérian.

Contournant la file, un 4x4 flambant neuf vient se poster devant une pompe. On le sert immédiatement. "Celui-là prend du gazole. Le gazole, ça ne manque pas", explique le pompiste.

"Mais tout le monde roule à l'essence, et de l'essence, il y en a de moins en moins depuis le début de l'année".

Les causes de la pénurie d'essence qui frappe la capitale et les villes du pays sont parfaitement identifiées. Producteur d'or noir depuis 2003, le Tchad n'a pas de raffinerie, et s'approvisionne en carburant auprès de ses voisins, le Cameroun et surtout le Nigeria.

lien

Avatar de l’utilisateur
zoneautonome
Goudron
Goudron
Messages : 104
Inscription : 23 mai 2005, 11:13
Localisation : 33 Gironde

Message par zoneautonome » 28 janv. 2007, 21:30

La pénurie semble aussi toucher le gaz en bouteilles au Sénégal http://www.lesoleil.sn/article.php3?id_article=20287, le Burkina Faso http://www.lefaso.net/article.php3?id_article=18337&id_rubrique=45.

À ce que j'ai vu en Guinée, les gens n'utilisent pas ou plus le gaz hors de leur pouvoir d'achat pour revenir à la méthode traditionnelle au charbon de bois.

À mettre en rapport avec la situation confuse au Nigeria, première réserve d'Afrique en gaz naturel ?

Le Nigeria a aussi été touché par la pénurie de carburant entre Noël et le nouvel an.

Pour allAfrica.com, la pénurie de carburant au Nigeria, qui se répercute chez ses voisins africains est dûe à « de nombreuses menaces de sabotage » au Nigeria, qui ont entraîné une pénurie sur son marché domestique comme à l'exportation vers les pays voisins.http://fr.allafrica.com/stories/200701020242.html

Le montant détourné ou volé au Nigeria chaque année est estimé à 650 000 tonnes pour 2005.
La sécurité nucléaire est une chose trop grave pour être confiée à des actionnaires.

Avatar de l’utilisateur
zoneautonome
Goudron
Goudron
Messages : 104
Inscription : 23 mai 2005, 11:13
Localisation : 33 Gironde

Message par zoneautonome » 01 févr. 2007, 00:58

Le gouvernement guinéen forcé à renoncer à une partie de ses taxes pétrolières pour que les compagnies pétrolières acceptent une baisse du prix au consommateur, apparemment les compagnies refusent une réduction de leurs marges sur ces marchés étroits, c'est donc au gouvernement de se serrer la ceinture.

Des rumeurs persistantes relatives à la non distribution du carburant dans les jours à venir par les compagnies pétrolières, en raison de la décision unilatérale du Gouvernement fixant le prix du combustible à 4300 GNF, en vue de satisfaire à l’exigence de l’Inter-Centrale, avaient conduit lundi 29 Janvier les transporteurs et autres automobilistes à prendre d’assaut les stations services disséminées dans toute la capitale, provoquant des files interminables et la pénurie. Réuni Mardi 30 Janvier, le comité paritaire (Pouvoir-compagnies pétrolières, patronat, inter-centrale) a résolu la question : l’essence se vendra à 4300 GNF, l’Etat perd une bonne partie de ses taxes sur les produits pétroliers, de facto les compagnies pétrolières acceptent la formule.


http://www.aminata.com/index.php?option=com_content&task=view&id=363&Itemid=44
La sécurité nucléaire est une chose trop grave pour être confiée à des actionnaires.

Avatar de l’utilisateur
aspo-québec
Kérogène
Kérogène
Messages : 23
Inscription : 30 sept. 2007, 16:44
Localisation : Montréal

Message par aspo-québec » 14 oct. 2007, 20:57

franck1968 a écrit :Penurie d'essence au Tchad mais pas de gaz-oil.
Le Nigéria exporte son essence aux USA ?

Les files de voitures n'en finissent pas de s'allonger, depuis quelques jours, devant les stations-service de N'Djamena. Bien que producteur de brut, le Tchad est en panne sèche, victime d'une coupure impromptue du robinet de son voisin nigérian.

Contournant la file, un 4x4 flambant neuf vient se poster devant une pompe. On le sert immédiatement. "Celui-là prend du gazole. Le gazole, ça ne manque pas", explique le pompiste.

"Mais tout le monde roule à l'essence, et de l'essence, il y en a de moins en moins depuis le début de l'année".

Les causes de la pénurie d'essence qui frappe la capitale et les villes du pays sont parfaitement identifiées. Producteur d'or noir depuis 2003, le Tchad n'a pas de raffinerie, et s'approvisionne en carburant auprès de ses voisins, le Cameroun et surtout le Nigeria.

lien


C'est toute la différence entre avoir un pouvoir d'achat ou pas...

Le pétrole, une denrée en proie à devenir rare, va où l'argent se trouve...

Le jour où le dollar US ne vaudra plus la valeur de l'encre du papier sur lequel le billlet est imprimé, les USA seront dans la même position que les pays pauvres...

;)
Comme le melon d'eau: vert à l'extérieur, rouge à l'intérieur...

Avatar de l’utilisateur
mrlargo
Modérateur
Modérateur
Messages : 1425
Inscription : 19 avr. 2006, 14:38
Localisation : La Tour du Pin

Re: Pénurie d'essence en Afrique

Message par mrlargo » 04 avr. 2008, 11:33

Lien ici
Mais, à en croire les responsables du Syndicat national des transporteurs routiers, la cause proviendrait du fait que les deux gros distributeurs de carburant n'ont pas assuré le ravitaillement.

D'autres sources indiquent que les cuves de la Société camerounaise de dépôt pétrolier (SCDP) dont le siège est à Douala, sont vides.
La différence entre l’amour et l’argent, c’est que si on partage son argent, il diminue, tandis que si on partage son amour, il augmente. L’idéal étant d’arriver à partager son amour avec quelqu’un qui a du pognon.
(Philippe Geluck)

Avatar de l’utilisateur
Alter Egaux
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 4693
Inscription : 08 févr. 2006, 15:18
Localisation : Ile de France
Contact :

Re: Pénurie d'essence en Afrique

Message par Alter Egaux » 06 avr. 2008, 07:36

Sympa, ton nouvel avatar, mrlargo... :D
Etape n°1 : Les africains nomment le pétrole : la "merde" du diable.
Etape n°2 : Restons cool, le PO arrive...
Etape n°3 : "Mais à cet endroit, en ce moment, l'humanité, c'est nous, que cela nous plaise ou non", Samuel Beckett

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 50208
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Pénurie d'essence en Afrique

Message par energy_isere » 19 mars 2016, 13:36

Selon CITAC, la demande d'essence continue de croître en Afrique

Agence Ecofin 18 mars 2016

En 2015, la demande d’essence sur le continent africain a augmenté de 4,2% pour atteindre 3,9 mbj, selon la société indépendante de service-conseil basée en Grande-Bretagne CITAC, dont l'activité principale est le secteur aval du marché de l'énergie.

Elle précise que cette croissance a été tirée par la demande des pays nord africains qui bénéficient de la facture des importations et des subventions plus faibles. Le CITAC prévoit également une croissance de la demande de 3,5% par an au cours des trois prochaines années.

Lors d’un atelier interactif qu’a organisé la société sur le secteur aval africain du 17 au 18 mars 2016 à Marrakech au Maroc, elle a fait le tour de la question de la consommation d’essence en Afrique. Elle précise, d'ailleurs dans son document "Africa is Rising" que « les avantages économiques des prix du pétrole l'emportent sur les effets du ralentissement économique des pays exportateurs de pétrole, les questions de change et celles liées aux conflits ».

« Les données montrent que nos attentes ont été dépassées », déclare Elitsa Georgieva, l’une des responsables du comité de direction de la société lors de l’atelier qui prévoyait en 2014 une situation catastrophique pour les économies du continent face à la conjoncture. En outre, la société conseille aux producteurs africains d’investir dans les infrastructures, gage d’un meilleur essor de l’industrie pétrolière.


http://www.agenceecofin.com/distributio ... en-afrique

Répondre

Qui est en ligne ?

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur inscrit et 4 invités