Maroc / énergie - environnement

Toutes discussions pour les habitants francophones d'Afrique.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59708
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Maroc / énergie - environnement

Message par energy_isere » 19 avr. 2018, 17:39

EXCLUSIF. Les premiers détails concernant le projet irakien de reprise de la Samir

Par Naceureddine Elafrite 15 avril 2018

EXCLUSIF. Les premiers détails concernant le projet irakien de reprise de la Samir

C’est une offre inédite et inattendue qui va être faite pour la reprise de la Samir. Le chef de file de cette offre est l’Etat irakien. Médias24 a pris connaissance des grandes lignes du montage envisagé par ce candidat. Révélations.
................
https://www.medias24.com/MAROC/ECONOMIE ... Samir.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59708
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Maroc / énergie - environnement

Message par energy_isere » 05 mai 2018, 12:28

Maroc : le puits RD-1 situé sur les permis Rabat Deep Offshore I-VI est sec

Agence Ecofin 30 Avril 2018

Lundi, au Maroc, la société pétrolière italienne Eni, a annoncé qu’elle n’a trouvé ni du pétrole, ni du gaz sur son puits RD-1, logé sur les permis Rabat Deep Offshore I-VI et dont le forage a démarré le 14 mars dernier, avec la plateforme de forage Saipem 12 000. Une nouvelle confirmée par son partenaire sur le permis, Chariot Oil & Gas.

«Le puits n’a pas rencontré d’accumulations d’hydrocarbures.», a expliqué un communiqué de ce dernier.

Dans les détails, les activités ont permis d’atteindre une profondeur totale de 3 180 mètres pour tester le prospect JP-1. Comme indiqué précédemment, la perspective JP-1 est une grande structure à quatre voies fermées d'environ 200 km2, avec une cible principale dans le Jurassique et une estimation brute moyenne de ressources potentielles qui s’élève à 768 millions de barils.

Le puits est en cours de bouchage. Il sera abandonné par la suite.

Désormais, les partenaires veulent rebondir sur cet échec pour parvenir à des succès dans la zone. Selon Larry Bottomley, le patron de Chariot Oil and Gas, les données collectées seront utilisées pour calibrer les données existantes afin de mieux comprendre les implications des résultats du puits sur la prospectivité de la zone.

« Nous continuerons à évaluer les données du puits et les implications de ces résultats sur les environs, avant de discuter des prochaines étapes avec nos partenaires Eni, Woodside et ONHYM.», explique un communiqué de Chariot.

Eni opère le permis avec une participation de 40%. Woodside et la société publique marocaine des hydrocarbures (ONHYM) en contrôlent chacune, 25% et Chariot, les 10% restantes.

Olivier de Souza
https://www.agenceecofin.com/exploratio ... vi-est-sec

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59708
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Maroc / énergie - environnement

Message par energy_isere » 12 mai 2018, 12:39

Maroc : SDX annonce que le dernier puits de sa campagne de forage de 9 puits gaziers, est un succès

Agence Ecofin 08 mai 2018

Lundi, SDX Energy a annoncé que le forage du puits d’exploration LMS-1 sur le permis de Lalla Mimouna s’est couronné par la découverte d’un gisement de gaz naturel classique.

La plateforme de forage s’est déployée jusqu’à une profondeur de 1 158 mètres où elle visait un dépôt dans la séquence H-9 du Miocène. Le puits a rencontré 16,4 mètres de sable bitumineux avec une porosité moyenne de 32%. Et comme le précédent puits foré dans le cadre de la campagne, LNB-1, des indices de gaz plus lourds ont été observés indiquant la présence d'une roche source thermogénique plus profonde logée dans la structure.

Il faut souligner qu’il a également été remarqué la présence d’hydrocarbures liquides dans la section.

Ce puits qui est le neuvième de la campagne et qui représente la septième découverte gazière de SDX sur la campagne est désormais achevé en tant que producteur. Les tests auront lieu dans un mois.

Pour ce qui est de la plateforme de forage, elle sera démobilisée et retournée au contractant.

SDX Energy, société listée sur AIM a atteint son objectif grâce à cette campagne. Sans retournement majeur, ses réserves augmenteront de 100% et ses ventes dans le royaume chérifien, elles, connaitront bientôt une hausse d’au moins 50%.
https://www.agenceecofin.com/exploratio ... -un-succes

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59708
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Maroc / énergie - environnement

Message par energy_isere » 12 mai 2018, 12:42

L'UE soutient la stratégie énergétique du Maroc avec un financement de 1,3 million de dollars

Image

Agence Ecofin 11 mai 2018

L’Union Européenne (UE) a validé un programme de 1,3 million $, visant à renforcer les capacités du département marocain de l'énergie, dans la régulation du marché de l'électricité et à développer un mécanisme de suivi de la mise en œuvre de la stratégie énergétique aux niveaux national et régional. L’information a été rapportée jeudi, par The Nort Africa Post.

Par ailleurs, le programme qui se déclinera sur 24 mois, garantira la sécurité des approvisionnements du royaume et facilitera l’accès à l’énergie, tout en répondant à la demande croissante et en protégeant l’environnement.

Bruxelles et Rabat misent ainsi sur l’accélération de l’arrivée des investissements dans le secteur.

L’UE a salué les efforts en cours dans le pays pour atteindre l’efficacité énergétique.

Outre les découvertes de gaz naturel qui s’enchaînent depuis quelques mois, le gouvernement envisage de construire un vaste terminal de liquéfaction de gaz naturel de 4,6 milliards de dollars, qui sera opérationnel d'ici 2025.

Par ailleurs, différentes parties prenantes se penchent actuellement sur l’élaboration de projets de réalisation de deux nouvelles centrales électriques à cycle combiné d'une capacité de 1200 MW et d'une unité de regazéification onshore au port de Jorf Lasfar sur la côte atlantique.

Le Maroc veut aussi réduire les émissions de gaz à effet de serre de 32%, d'ici 2030, et porter la part de la capacité d'électricité renouvelable à 42% en 2020 et à 52%, d'ici 2030.
https://www.agenceecofin.com/electricit ... de-dollars

cela dit 1.3 millions $ c'est pas énorme. De quoi financer une éolienne pas trop grosse.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59708
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Maroc / énergie - environnement

Message par energy_isere » 09 juin 2018, 12:23

Maroc : accord préliminaire entre Sound Energy et un consortium espagnol pour le gazoduc de Tendrara

Agence Ecofin 07 juin 2018

Jeudi, le pétro-gazier Sound Energy a rapporté l’accord préliminaire signé avec un consortium espagnol conduit par Enagas, pour la conception (FEED) d’un gazoduc reliant ses découvertes de Tendrara au gazoduc Maghreb Europe (GME). GME relie notamment l’Algérie et le Maroc aux réseaux gaziers espagnol et portugais.

Outre Enagas, le consortium est composé d’Elecnor et Fomento. Selon les termes de l’accord, le groupe se concentrera sur l'ingénierie, la conception, la construction (optionnelle) de toutes les infrastructures requises. Enagas gère le réseau national de distribution de gaz en Espagne. Elecnor exploite des centrales électriques et investit dans les infrastructures énergétiques. Fomento quant à elle, est une société de construction.

Le consortium a également la possibilité de financer et d’exploiter le gazoduc qui aura un diamètre de 20 pouces pour une taille de 120 km. Celui-ci devrait acheminer environ 60 millions de pieds cubes par jour au gazoduc Gas Maghreb-Europe (GME). Son coût estimatif est de 184 millions de dollars.

L’accord prévoit que si le consortium décide de financer le gazoduc, il pourra l’exploiter pendant 15 ans. En contrepartie, Sound et ses partenaires, lui verseront une redevance annuelle qui n’excédera pas 45 millions de dollars. De même, si Sound n'attribue pas le projet au consortium, ses partenaires et lui, achèteront le FEED pour 2,2 millions de dollars.

Les travaux devraient durer six mois, après quoi Sound Energy s’attend à la prise de la décision finale d’investissement. Selon son PDG James Parsons, « cet accord préliminaire pourrait débloquer la première production de gaz indigène à grande échelle au Maroc ».

Sur le permis Tendrara, Sound Energy a déjà découvert 0,65 Tcf de gaz. Le potentiel y est plus prometteur. La société envisage d’y forer deux nouveaux puits bientôt. Il faut dire que selon les conclusions d’exploration provisoires de Sound Energy, le potentiel dans toute la région de l’Est où elle contrôle des blocs, s’élève à 31 Tcf.
https://www.agenceecofin.com/transport/ ... e-tendrara

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59708
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Maroc / énergie - environnement

Message par energy_isere » 09 juin 2018, 16:38

Noor Ouarzazate III, la plus grande centrale solaire à concentration au monde entre en service.
150 MW, avec réserve de 7.5h de sels fondus.
World’s biggest solar tower with storage starts commissioning

By Giles Parkinson on 7 June 2018

Image

The world’s biggest solar tower power plant with molten salt storage has begun commissioning in Morocco, and is scheduled to begin production by October.

The 150MW Noor Ouarzazate III solar receiver, with 7.5 hours of molten salt storage is only the second big scale project of its type, and trumps its predecessor in size, the 110MW Crescent Dunes solar tower in Nevada.

The Noor solar tower is part of a massive 510MW facility being built by Spanish group Sener that combines this solar tower and storage facility with two other solar thermal facilities, using parabolic trough technology with between 3 and 6 hours storage.

It’s a landmark moment for Sener and the solar tower technology.

..............
The Noor III solar tower is rated at 150MW, but will deliver 140 MW of net capacity with the remaining 10 MW supplies power for the site itself, the so-called ‘parasitic’ needs that are normal at power plants.

Image
https://reneweconomy.com.au/worlds-bigg ... ing-77818/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59708
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Maroc / énergie - environnement

Message par energy_isere » 16 juin 2018, 12:55

Maroc : la Banque mondiale octroie 125 millions $ supplémentaires pour Noor Midelt

Agence Ecofin 12 juin 2018

La Banque mondiale vient d’approuver un financement additionnel de 125 millions $ au Maroc pour le développement des centrales solaires de Noor Midelt I et II. Ces fonds incluent un support financier de 25 millions $ octroyés par le Fonds des Technologies propres (CTF).

Construites sur les technologies combinées du solaire thermodynamique et du photovoltaïque, ces centrales auront une capacité totale de 600 MW. Grâce à cette combinaison, elles pourront amoindrir le coût de leur mise en place grâce au photovoltaïque tout en produisant de l’électricité après le coucher du soleil grâce à la thermodynamique.

« Il est temps d’amorcer une nouvelle étape dans le développement du solaire au Maroc. Le complexe solaire de Noor Midelt positionne le pays en tant que leader régional de ce type d’énergie.», a affirmé Marie Françoise Marie-Nelly, la directrice de la Banque mondiale pour le Maghreb.

Le complexe Noor Midelt à son achèvement, aura une capacité totale de 800 MW. La Banque mondiale a prévu d’y injecter en tout 400 millions $.
https://www.agenceecofin.com/solaire/12 ... oor-midelt

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59708
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Maroc / énergie - environnement

Message par energy_isere » 30 juin 2018, 13:17

Maroc : Acwa Power inaugure sa première centrale éolienne à Khalladi avec 120 MW supplémentaires à la clé

Agence Ecofin 29 juin 2018

L’énergéticien Acwa Power inaugure aujourd’hui au Maroc, la centrale éolienne de Khalladi, la première qu’il construit dans le pays. D’une capacité de 120 MW, l’infrastructure qui est située à 50 km de Tanger a eu un coût de mise en place de 180 millions $. Elle produira par an, 380 GWh, l’équivalent de la consommation d’une ville de 400 000 habitants.

S’il s’agit du premier parc éolien de l’énergéticien, ce dernier est déjà un acteur majeur du secteur électrique marocain. A la tête de plusieurs consortiums, il assure en effet la construction des centrales thermo-solaires de NoorO I (160 MW), NoorO II (200 MW), NoorO III (150 MW) ainsi que des centrales photovoltaïques de NoorO VI (72 MW), Noor Boujdour (85 MW) et Noor Laâyoune (20 MW). S

I NoorO I est déjà entré en service, les autres centrales sont toujours en cours de développement.

La mise en place de ces infrastructures entre dans le cadre de la politique énergétique nationale qui prévoit de porter à 52%, la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique d’ici 2030.
https://www.agenceecofin.com/eolien/290 ... s-a-la-cle

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59708
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Maroc / énergie - environnement

Message par energy_isere » 22 sept. 2018, 16:11

Raffinerie de la SAMIR au Maroc : le clap de fin


Agence Ecofin 20 sept 2018

La plus haute instance judiciaire du Maroc vient de confirmer la liquidation judiciaire de la SAMIR, la seule raffinerie pétrolière du royaume, rapporte L’Economiste.

La décision qui sera suivie d’une poursuite d’activité, fait suite à un verdict en premier ressort du 21 mars 2016 et d’un autre en second ressort le 1er juin de la même année.

En effet, suite à la chute des prix du pétrole mi-2014 et d’une multitude de problèmes liés à une mauvaise gestion, la raffinerie a dû mettre fin à ses activités en août 2015 avec des dettes qui frôlaient, à l’époque, la barre des deux milliards de dollars.

Malgré ses efforts pour prouver sa bonne foi afin d’obtenir l’annulation de la décision avec l’injection de 680 millions de dollars dans un processus de reprise des activités, le milliardaire saoudien Mohammed al-Amoudi, actionnaire majoritaire, s’est vu refuser les possibilités d’une telle éventualité.

Comme l’indique notre source, toutes les parties impliquées militent pour deux scénarios : la reprise de la raffinerie par un nouvel investisseur ou la conversion de la dette de Samir en des prises de participation dans le capital. L’Etat est son premier créancier.

Pour rappel, les principaux créanciers de la SAMIR sont l’Etat, les banques et les fournisseurs de brut.

En avril dernier, le gouvernement irakien et deux partenaires stratégiques dont le négociant BB Energy sont entrés en négociations avec les autorités marocaines pour une offre de reprise. Le dossier est, depuis, au point mort.
https://www.agenceecofin.com/industrie/ ... lap-de-fin

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59708
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Maroc / énergie - environnement

Message par energy_isere » 29 sept. 2018, 09:58

Maroc : la production électrique a connu une hausse de 6% au premier semestre 201

Agence Ecofin 25 sept 2018

Au Maroc, la production nationale d’électricité a connu une hausse de 6% sur le premier semestre de l’année 2018, par rapport à 2017.

Cette croissance a été portée par l’augmentation de 6,6% de la production de l’Office national d’électricité et d’eau (ONEE), combinée à un accroissement de 4,2% de la production d’énergie par les entités privées.

L’apport des producteurs indépendants d’énergies renouvelables a contribué à 31,5% à l’augmentation de production constatée. Ce type d’installation a progressé de 53,9% en juillet 2018 par rapport au niveau enregistré à la même époque, l’année précédente.

Le solde des importations et des exportations d’électricité en direction de l’Espagne et de l’Algérie a baissé de 28,3% tandis que la consommation énergétique du pays a connu une contraction de 1,6%.
https://www.agenceecofin.com/electricit ... estre-2018

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59708
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Maroc / énergie - environnement

Message par energy_isere » 20 oct. 2018, 10:39

Maroc : le gouvernement donne le feu vert au plan de développement des hydrocarbures de Grand Tendrara

Image

Agence Ecofin 16 oct 2018

Au Maroc, la société Sound Energy vient de recevoir l’autorisation du ministère marocain de l’Energie et du régulateur du secteur pour son plan de développement de la découverte de Tendrara et du permis de reconnaissance Matarka, dans l’Est du Maroc.

Le plan dénommé Greater Tendrara Petroleum Agreement (GTPA) entre désormais en vigueur et s’étendra sur une durée de huit ans jusqu’en 2026. La société listée au Royaume-Uni avait soumis la demande le 31 août dernier.

Selon le GTPA, le forage de deux puits est requis au cours de la période initiale de quatre ans. Une condition qui, selon Sound, sera remplie à partir des puits TE-9 et TE-10 déjà prévus. Viendront ensuite deux périodes optionnelles de deux ans chacune. Au cours de chacune de ces périodes, la société devra forer un puits d'exploration au moins.

Une superficie de 14 500 km2 est concernée par le plan. Sound Energy détient une participation de 47,5% dans le GTPA, l'entrepreneur américain Schlumberger en détient 27,5% et le producteur de gaz marocain ONHYM 25 %.
https://www.agenceecofin.com/gaz-nature ... d-tendrara

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59708
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Maroc / énergie - environnement

Message par energy_isere » 03 nov. 2018, 10:47

Maroc : il faudra plus que 52% de renouvelables dans le mix énergétique en 2030, ordonne le roi

Agence Ecofin 2 nov 2018

Au Maroc, le roi Mohammed VI (photo) a ordonné que les objectifs à l’horizon 2030 en matière d’énergies renouvelables soient revus à la hausse. Le pays envisageait, jusque-là, de produire 52% de son électricité à partir de sources renouvelables. Mais pour le souverain chérifien, cela ne suffira pas, il faut aller plus loin.

Pour cela, il faudra que l’administration publique donne l’exemple en ayant recours le plus possible aux énergies renouvelables et en optimisant l’efficacité énergétique.

Le roi a également ordonné la mise en place d’un programme intégré visant à doter toutes les stations de dessalement d’eau programmées, d’unités de production d’énergies renouvelables afin de les rendre autonomes.

Pour cela, les stations devront avoir recours aux sources d’énergie renouvelable la plus proche et la plus disponible de leur emplacement. Il est également prévu, en cas de besoin, que des centrales à biomasse soient installées aux abords de ces stations et utilisent les déchets produits dans les grandes métropoles.

En attendant, la MASEN, l’organisme national en charge du sous-secteur, a atteint tous les objectifs qu’elle s’est fixés en 2018, avec notamment la mise en place de l’ensemble du complexe solaire Noor Ouarzazate qui, avec ses 580 MW, est désormais le plus grand du monde.
https://www.agenceecofin.com/energies-r ... nne-le-roi

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59708
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Maroc / énergie - environnement

Message par energy_isere » 11 nov. 2018, 10:57

Energie verte : le Maroc champion africain à l’horizon 2030 ?

16 oct 2018

Face à sa forte dépendance énergétique de l’extérieur, le Maroc, sous l’impulsion de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, a lancé en 2009, un vaste plan de production d’énergie renouvelable, visant à terme, à permettre au pays de couvrir 52% de ses besoins en réduisant par la même occasion, ses émissions de gaz à effet de serre. Près d’une décennie plus tard, l’avancement des travaux et les résultats enregistrés tendent à hisser le royaume dans le cercle fermé des champions africains des énergies vertes.

«La problématique de l’énergie se pose également comme une question fondamentale qu’il faut aborder dans le cadre d’une vision prospective. L’objectif est de garantir la sécurité énergétique de notre pays, de diversifier les sources d’énergie nationales, par le recours à des énergies alternatives, et d’en assurer un usage rationnel. (…) Cela vaut également pour les défis auxquels le Maroc est confronté en matière énergétique. En effet, il nous appartient désormais de nous adapter aux mutations profondes qui touchent ce secteur à l’échelle mondiale, et dont tout porte à croire qu’elles ne vont pas s’estomper, mais plutôt s’aggraver de plus en plus » déclarait sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’occasion de la Fête du Trône, le 30 juillet 2007.

Suite à la nouvelle orientation énergétique décidée par sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Maroc a mis en oeuvre, en 2009, le plan solaire marocain, un projet destiné d’une part, à réduire sa dépendance aux importations de pétrole (en 2009 le Maroc importait 95% de ses besoins en énergie) et d’autre part, à tourner progressivement la page des énergies fossiles en faisant la part belle aux énergies renouvelables. Pour ce faire, le royaume a lancé un programme ambitieux d’énergie solaire et d’éolienne de 2000 MW chacun, devant couvrir 42% de ses besoins à l’horizon 2020, et 52% à l’horizon 2030. Si les nouvelles solutions basées sur des ressources locales ont marqué une certaine rupture vis-à-vis de l’ancienne politique énergétique, il convient de souligner que l’environnement tout entier du pays se prête à la production d’énergies renouvelables. De par sa position géographique, le Maroc possède des ressources abondantes qui en font naturellement un champion des énergies vertes. En effet, selon les données de la Masen, l’agence marocaine pour l’énergie solaire, le royaume chérifien est le 9ème pays le plus ensoleillé au monde avec ses 710.000 km² bénéficiant d’un ensoleillement compris entre 2.800 et 3.400 heures par an et un potentiel technique solaire national évalué à 20.000 MW. De même pour l’énergie éolienne, le pays présente le 31ème potentiel mondial, avec ses 3.500km de côtes atlantiques qui enregistrent des vitesses de vent entre 7,5 et 11m/s. Soit un potentiel technique estimé à 25.000 MW.

Des projets de grande envergure

Dans sa volonté de faire de son pays un leader de la préservation de l’environnement et du développement durable, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a initié plusieurs grands projets de production d’énergie renouvelable pour assurer la transition énergétique du royaume. Etabli sur un budget global d’une trentaine de milliards de dollars financés, en partie, par la Banque mondiale, la Banque africaine de développement (BAD), le Fonds d’investissements climatiques (FIC), et des institutions de financement européennes, ce programme gigantesque doit, en plus de réduire sa dépendance énergétique, permettre au pays de diminuer ses émissions de gaz à effet de serre de 32%, à l’horizon 2030. En effet, à travers l’utilisation des énergies vertes, le royaume prévoit d’économiser, annuellement, en combustibles, l’équivalent de 1,5 million de tonnes de pétrole et éviter ainsi l’émission de 5,6 millions de tonnes de CO2 par an. Pour atteindre cet objectif, le Maroc n’a pas lésiné sur les moyens, à l’image de la Centrale solaire Noor de Ouarzazate, le plus grand complexe à énergie solaire concentrée du monde, aux côtés de celles de Noor Tafilalt et Atlas, Noor Midelt, Noor Laâyoune et Boujdour, Noor Tata, Ain Bni Mathar, Foum Al Oued, Boujdour et Sebkhat Tah. A cela s’ajoute la centrale d’énergie éolienne de Tarfaya, l’une des plus grandes centrales éoliennes d’Afrique, aux côtés de celles d’Akhefenir, Bab El Oued, Haouna, et Jbel Khalladi. Mises sur pied depuis 9 ans seulement, les énergies renouvelables assurent depuis 2016, 26% des besoins énergétiques du pays.

Une expertise continentale

En moins d’une décennie, le Maroc a su, par la vision de son Souverain et sa rapide mutation énergétique, se positionner comme une référence continentale, et même mondiale, de la question des énergies renouvelables. Sur le continent, plusieurs pays s’imprègnent du savoir-faire marocain dont les résultats restent, à ce jour, des plus probants. Cité en exemple par la Banque mondiale qui lui a accordé, le 11 juin dernier, un appui additionnel de 125 millions de dollars, en faveur du développement des technologies solaires innovantes, le royaume assume son rôle de leader, notamment à travers la Masen. « Le Maroc est l’un des leaders de l’énergie solaire en Afrique et dans le monde entier. Son agence pour l’énergie durable, Masen, réalise un excellent travail dans ce domaine », a indiqué M. Akinwumi Adesina, président du Groupe de la Banque africaine de développement (BAD), dans une interview accordée à la MAP, au lendemain de la clôture des Assemblées annuelles 2018 de la BAD. Le patron de l’institution financière panafricaine qui soutient l’extension du projet de la Centrale solaire Noor à Ouarzazate, a, par la même occasion, souligné le rôle stratégique du royaume dans l’expansion des énergies renouvelables en Afrique. Depuis 2016, le Sénégal a montré son intérêt pour le modèle marocain, en matière d’énergie solaire, qu’il entend reproduire. Plus récemment, en juin 2018, le Maroc et le Burkina Faso ont signé une convention-cadre de partenariat visant le développement de projets d’énergies renouvelables dans les deux pays. Présent dans le top cinq des marchés africains des énergies renouvelables, le royaume pourrait, dans les années à venir, prendre la tête du peloton au vu des résultats impressionnants qu’il enregistre, et devenir à son tour un fournisseur d’énergie.
https://maroc-diplomatique.net/energie- ... izon-2030/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59708
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Maroc / énergie - environnement

Message par energy_isere » 11 nov. 2018, 12:13

Démarrage d'un projet éolien Onshore de 180 MW, 230 millions d'euros, première phase d'un mega projet de 850 MW.

Morocco to Start Building 180 MW Wind Farm

November 8, 2018 evwind

The 850 MW wind power project has been awarded to a consortium set up by Nareva and EGP. Siemens Wind Power, the Moroccan utility ONEE (Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable), the Moroccan Agency for Sustainable Energy (MASEN) and Midelt Wind Farm SA are also involved in this wind energy project.

Moroccan leading independent power producer Nareva and Enel Green Power (EGP), a leader in renewable energy, have signed all financing agreements for the construction in Midelt of the first of the wind farms included in the 850 MW integrated project.

The construction of Midelt wind farm, whose capacity amounts to 180 MW, is expected to be completed in 24 months. During its construction, and throughout its operation, the Midelt wind farm is set to contribute to the local economic and social development notably in terms of job creation and use of local services.

The consortium has been awarded the right to develop, design, finance, construct, operate and maintain five wind projects in Morocco to be built in Midelt, Tangier, Jbel Lahdid ,Tiskrad and Boujdour.

“With this first and important step, Enel Green Power will support Morocco’s energy demand and help the country meet its objective to increase power generation from renewables, as announced in its National Energy Strategy,” said Antonio Cammisecra, Global Head of Enel Green Power.
.........
The total investment in the Midelt wind farm amounts to €230 million and is financed through equity investments from shareholders as well as debt financing from ONEE.
........
https://www.evwind.es/2018/11/08/morocc ... farm/65129

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 59708
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Maroc / énergie - environnement

Message par energy_isere » 09 janv. 2019, 23:33

Maroc: 2 000 puits clandestins de charbon fermés en 2018 dans l'ex-cité minière de Jerada

AFP le 09 janv. 2019

Un total de 2 000 puits de charbon clandestins ont été fermés en 2018 dans l'ancienne cité minière de Jerada dans le nord-est du Maroc, agitée l'an passé par des protestations après la mort de deux mineurs dans un de ces puits.

Les autorités marocaines ont "fermé 2 000 puits abandonnés et exploités clandestinement sur un total de 3 500", a fait savoir mercredi le ministère de l'Énergie et des mines au cours d'une rencontre avec la presse, en promettant de fermer cette année les 1 500 puits restants.

Bastion de la lutte syndicale au Maroc, Jerada a été touchée par la disparition de son activité principale à la fin des années 1990, avec la fermeture d'une importante mine de charbon, jugée non rentable et qui employait alors quelque 9 000 ouvriers. Malgré la fermeture de la mine, des centaines d'hommes continuent de s'aventurer quotidiennement dans des puits désaffectés pour extraire du charbon de façon artisanale et le vendre à des négociants locaux, surnommés localement les "barons" et détenteurs de permis de commercialisation.

La mort accidentelle de deux mineurs fin 2017 dans un puits désaffecté de Jerada avait entraîné de grandes manifestations en début d'année dernière, les habitants de cette ville classée parmi les plus pauvres du Maroc demandant des programmes de reconversion économique et de création d'emplois.

Face à la contestation sociale, les autorités avaient annoncé une série de mesures pour relancer l'économie locale, promis de fermer les puits abandonnés, présenté un plan de reconversion pour créer des emplois et interdit toute "manifestation illégale". Ces annonces n'ont toutefois pas stoppé les activités minières dans les puits abandonnés de Jerada et au moins neuf décès accidentels ont été enregistrés au cours de l'année 2018, dont cinq en novembre.

L'an dernier, les mouvements de protestation ont débouché sur des heurts avec la police et 95 personnes avaient été arrêtées. Les procès qui ont suivi ont déjà vu 44 des prévenus, pour la plupart des jeunes, condamnés à des peines de prison.

Parallèlement, un total de 26 "permis d'exploitation à titre exceptionnel" ont été accordés en 2018 à des "jeunes de la région qui se sont regroupés dans des coopératives avec le soutien des autorités", selon le bilan présenté mercredi par le ministère. Des projets d'industrie et d'agriculture doivent également être achevés en 2020, pour un investissement de près de 82 millions d'euros, a précisé le ministère.
https://www.connaissancedesenergies.org ... ada-190109

Répondre