King Kong 1976 : la prophétie du Pic

L'humour dans un monde sans pétrole.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

King Kong 1976 : la prophétie du Pic

Message par Tiennel » 23 janv. 2006, 10:32

On a beaucoup parlé, ces derniers temps, du King Kong de Peter Jackson. Pourtant, c'est le remake précédent, datant de 1976 et réalisé par John Guillermin, qui sera probablement retenu comme la première prophétie grand public du Peak Oil.
En effet, là où certains ne voient qu'un nanar savoureux, on constate aujourd'hui, avec le recul du temps écoulé, que les auteurs de ce film ont tout simplement réalisé une remarquable parabole de l'âge du pétrole, par des retouches discrètes du scénario original de 1933, en anticipant trente ans à l'avance les faits majeurs que nous sommes en train de vivre.

Ainsi, ce n'est pas une équipe de tournage en mal de scénario qui part en bateau à la recherche de l'Ile du Crâne, mais bel et bien une équipe de prospection pétrolière. Ils y rencontrent une civilisation primitive mais relativement accueillante (les environnementalistes ?) qui veut sacrifier Jessica Lange (personnification de la Croissance) au monstre noir qui hante la jungle alentour. Ce monstre, le roi Kong, n'est autre que le Pétrole, qui tombe amoureux de la Croissance et réciproquement et accepte de se faire ramener à New York... dans la cuve d'un pétrolier (pour ceux qui doutaient du symbole).

A New York, enchaîné et montré comme une bête de foire (allusion au NYMEX où l'on croit pouvoir jouer sans risques avec les cours des hydrocarbures), la Bête finit par se rebeller, brise ses chaînes (flambée des cours, perte de contrôle de l'OPEP), dévaste une partie de la ville et notamment des moyens de transport ferroviaires (l'un de ses pires ennemis) puis s'enfuit avec sa Belle tout en haut du World Trade Center (le Peak Oil).

L'armée US intervient et met Kong à terre, pensant ainsi avoir réglé le problème : il s'agit là clairement d'une parabole avec la guerre en Irak, décidée après la chute du WTC pour éviter le choc pétrolier. Mais la Croissance, les larmes aux yeux, voit mourir dans la rue celui qu'elle chérissait le plus au monde.

Image
Dernière modification par Tiennel le 08 mars 2007, 22:34, modifié 1 fois.
Méfiez-vous des biais cognitifs

Avatar de l’utilisateur
Cheb
Charbon
Charbon
Messages : 286
Inscription : 30 nov. 2005, 12:06
Localisation : Ariège

Message par Cheb » 23 janv. 2006, 11:01

Belle explication : c'est la parabole de Hubbert !
"Si vous n'aimez pas mes idées, ce n'est pas grave, j'en ai d'autres" (Marshall Mc Luhan)

Avatar de l’utilisateur
thorgal
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1955
Inscription : 05 nov. 2005, 17:55
Localisation : Copenhague

Message par thorgal » 23 janv. 2006, 11:05

d'ailleurs, le King-Kong de Peter Jackon -> nul!
je m'rappelle vaguement celui de 76 ou il est question de petrole sur l'Ile du Crane, sauf que la mare de melasse n'etait pas encore du petrole, il fallait attendre encore quelques dizaines de milliers d'annees ou kekchose comme ca ;)

fabinoo

Message par fabinoo » 23 janv. 2006, 11:39

Il y avait un temps où Peter Jackson faisait des films géniaux.
Depuis qu'il s'est mis à piller l'oeuvre des autres, il est nul.
Mais bon, le public en redemande...

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 07 mars 2007, 22:25

UP !

Qui se lance également dans la pseudo-critique prophétique ?

Un candidat pour revisiter Psychose ? :-D
Méfiez-vous des biais cognitifs

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 13186
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Message par GillesH38 » 08 mars 2007, 07:44

et l'effeuillage de Jessica Lange (:smt007 :smt007 ), c'est la parabole de quand on aura plus de synthétique pour s'habiller !!! :lol:
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

transhuman
Brut léger
Brut léger
Messages : 491
Inscription : 26 nov. 2006, 09:11
Localisation : France

Message par transhuman » 08 mars 2007, 09:08

GillesH38 a écrit :et l'effeuillage de Jessica Lange (:smt007 :smt007 ), c'est la parabole de quand on aura plus de synthétique pour s'habiller !!! :lol:
Ou encore c'est la parabole de nos occupations pour les soirées d'hiver quand on aura plus de quoi produire des émissions TV 8-)

Avatar de l’utilisateur
Environnement2100
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2493
Inscription : 18 mai 2006, 23:35
Localisation : Paris
Contact :

Message par Environnement2100 » 08 mars 2007, 12:30

Si je comprends bien, la Croissance survit au Pic ?
Trop de mépris entraîne des méprises - Phyvette, ca 2007.

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 08 mars 2007, 14:03

Oui, la dernière image de mémoire, c'est Jessica Lange pleurant son roi Kong (pas Coal) entourée par la police et l'armée - voilà pour le côté politique de la prophétie :smt077
Méfiez-vous des biais cognitifs

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 08 mars 2007, 22:36

Image
Bon, ben va falloir faire du CTL maintenant...
Méfiez-vous des biais cognitifs

Avatar de l’utilisateur
Tiennel
Modérateur
Modérateur
Messages : 5020
Inscription : 12 mars 2005, 00:37

Message par Tiennel » 16 avr. 2007, 00:55

La Rubrique du Scrutateur de Navets présente
POSEIDON
Image
Par ce monument cinématographique, les scénaristes omniscients d'Hollywood nous offrent une nouvelle prophétie du PO/RC.

Quelques esprits étroits n'y ont vu qu'un remake inutile d'un film-catastrophe des années 1970, alors qu'il s'agit bien du second avertissement de l'arrivée du Peak Oil (PO). Le premier Poseidon date de 1973, lorsqu'on a cru que la conjonction du PO et du premier choc pétrolier (en anglais Oil Shock ou OS) ferait s'effondrer la civilisation : on nomma alors le bateau (et le film) PO/OS... eidon.

Le remake traite du PO/RC, mais pour des raisons évidentes le nom initial a été conservé. Il commence comme le film de 1973 : une vague géante et solitaire (avec la parfaite forme du pic de Hubbert) frappe un paquebot de loisirs, symbole à peine exagéré de notre société de consommation : les Blancs dînent en tenue de gala pendant que le reste du monde est dans les soutes à préparer le repas et blanchir le linge.

Le pic arrive, et paf ! La société se retourne plutôt qu'elle ne s'effondre : le Sud devient le Nord et réciproquement, et les Blancs meurent dans d'atroces souffrances. Malheureusement, l'eau monte tandis que des incendies multiples échauffent l'atmosphère, et les malheureux serviteurs mourront cuits, noyés ou écrasés malgré leur ultime accès aux niveaux supérieurs.

Seule, une petite escouade de Blancs parviendra à survivre et gagner la calotte glaciaire arctique, seul refuge possible pour l'humanité (pour des raisons de réalisme, elle est symbolisée par un canot de sauvetage circulaire) ; les deux non-Blancs qui les ont aidé à survivre et ont tenté d'échapper à leur condition sont morts entretemps : seul le dieu des Blancs résiste au PO/RC.

Cette interprétation permet de comprendre pourquoi, tout au long de l'heure et demie durant laquelle les héros tentent de sortir du bateau, ils n'envisagent jamais la solution qui paraît si évidente (s'échapper par un hublot) : les vitres du paquebot sont une évocation des GES transparents qui confinent la chaleur sur notre planète.
Méfiez-vous des biais cognitifs

Répondre