[Topic des hommes] Le rasage post peak-oil.

Comment mettre en pratique la décroissance et vivre dans un monde sans pétrole (les «travaux pratiques» en somme : artisanat, nourriture, etc)

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
rico
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 6358
Inscription : 21 sept. 2005, 15:00
Localisation : 92

Re: [Topic des hommes] Le rasage post peak-oil.

Message par rico » 10 févr. 2015, 11:57

Tout à commencé avec un coupe chou ayant appartenu à feu mon grand-père qui m'a légué cette antiquité des années 50/60 abondonnée à l'oxydation dans les cartons du grenier. Actuellement en attente de restauration de la lame et du fil.
Image

MaxVeg
Kérogène
Kérogène
Messages : 1
Inscription : 23 sept. 2020, 00:45

Re: [Topic des hommes] Le rasage post peak-oil.

Message par MaxVeg » 23 sept. 2020, 01:08

Raminagrobis a écrit :
16 avr. 2009, 16:01
L'histoire de ces lames est intéressante, car elle représente assez bien l'évolution de la société de consommation.

King Gilette invente d'abord un coupe-chou dont la lame est jetable. Le but principal est d'éviter à l'utilisateur de devoir aiguiser son rasoir. On fabrique encore de tels rasoirs de nos jours, ça s'apelle des shavettes, c'est surtout utlisé par les coiffeurs (qui préfèrent les lames jetables pour l'hygiène). Au début du XXe siècle, il sort le rasoir de sécurité utilisant le même type de lame. C'est le début du fameux rasoir en T.

Peu après, BIC se lance dans le rasoir en appliquant la même méthode que pour ses stylo : tout jetable. Très tendance à l'époque, le jetable. BIC y est pour beaucoup, l'ayant lancé d'abord dans le stylo à bille (1950) puis dans les feutres, les briquets etc. C'est aussi l'époque de l'invention des couches culottes jetables, de la mondialisation des mouchoirs en papiers (disponibles avant guerre seulement aux USA), etc.
C'est la naissance du petit rasoir orange à une seule lame. Arguments de vente : plus besoin de s'embêter à changer les lames, plus de risque de se blesser en manipulant celle-ci ou d'avoir un enfant qui se blesse avec une qu'on aurait laissé trainer.
Gilette réplique en sortant le GII : un rasoir à deux lames dont on conserve le manche, mais où l'on ne change plus simplement la lame, mais toute la tête.
Merci Raminagrobis pour cette chronologie de l'évoltuion du rasoir (jetable) ! Cela montre bien oui l'évolution de la mondialisation, de la consommation de masse et du tout jetable...
Très intéressant, moi qui vit près d'une usine Bic en Bretagne. Un cas similaire est celui de la vaisselle jetable ...

Répondre