Pour de vrai (humus, DIY, etc...)

Comment mettre en pratique la décroissance et vivre dans un monde sans pétrole (les «travaux pratiques» en somme : artisanat, nourriture, etc)

Modérateurs : Rod, Modérateurs

madax
Kérogène
Kérogène
Messages : 2
Inscription : 09 sept. 2005, 18:03

énergie dans les brousailles

Message par madax » 11 sept. 2005, 11:26

Salut,

J'ai lu les post sur le sujet jardin et terrain.
Il y a un site qu'il faut parcourir et qui doit vous interresser.
C'est celui de JEAN PAIN , l'homme qui tirait de l'énergie des broussailles.
Et cultivait sans eau, enfin presque.
http://www.onpeutlefaire.com/ilslontfai ... saille.php

Un autre site sur l'agriculture ' cultiver sans rien faire ' c'est pas une blague !
http://www.citerre.org/fukuokamct.htm

Cela devrait vous aider à produire de la bouf sans trop de fatigue et sans engrais.
Bonne lecture.

Madax

Avatar de l’utilisateur
cicero
Charbon
Charbon
Messages : 260
Inscription : 22 août 2005, 18:34
Localisation : Île de la Tortue

Re: énergie dans les brousailles

Message par cicero » 14 oct. 2005, 06:28

madax a écrit : Un autre site sur l'agriculture ' cultiver sans rien faire ' c'est pas une blague !
http://www.citerre.org/fukuokamct.htm
Je peux vous assurez que ça marche, j'ai fait pousser du maïs en m'inspirant des techniques de Fokuoka. Après ça je me suis mis à regarder mes voisin qui le fond à force d'herbicide de labourage et autres travaux completement inutile comme des fous... ;-)

Tout ce que je fais pour cultiver des maïs c'est les semre à la volé dans un font de trèfle en semant également au travers quelques plantes compagnes dont le rôle est de réduire l'incidence des insectes nuisibles. Parmis elle le haricot, les amérindiens du canada le fesaient déjà avantageusement avant l'arriver des sauvages. Bien sur la cuillette mécanisée oubliez ça...

Cependant il me faut avouer que certaines cultures ne s'y prête pas très bien... comme la pomme de terre qui est rapidement submerger par les mauvaises herbes qui l'étouffe. Et qui doit être de toute façon rechaussé pour éviter que les tubercules ne sortent du sol. Enfin, je continue mes espérimentations sur ce principe du laissez-faire la nature.

Geispe
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1552
Inscription : 09 mars 2005, 17:16
Localisation : Vosges du Nord

Message par Geispe » 14 oct. 2005, 09:50

si tu sèmes ton maïs à la volée, il tombe à terre sans être enterré et il pousse ? n'est-il pas etouffé par la végétation en place ?
as-tu essayé avec du blé ?

Avatar de l’utilisateur
cicero
Charbon
Charbon
Messages : 260
Inscription : 22 août 2005, 18:34
Localisation : Île de la Tortue

Message par cicero » 19 oct. 2005, 22:56

Geispe a écrit :si tu sèmes ton maïs à la volée, il tombe à terre sans être enterré et il pousse ? n'est-il pas etouffé par la végétation en place ?
as-tu essayé avec du blé ?
Exactement, il n'a pas besoin d'être enterré, dans la nature les graines ne sont que très rarement enterrées. La végétation en place offre une couverture contre les bec voraces. Le trèfles étant un plante base ne fait pas vraiement concurence au maïs qui rapelon le dépasse aisément le metre. La première année j'avais semé dans un champs en friche et bien que les maïs eu étét engloutit un temps par les haute herbe ils on fini par les supplenter la recolte fut exellente... Ce fut pour moi la fin du labour, du déerbage, etc.

Le blè est plus sensible au mauvaise herbe ne seraice que par ça petite taille, en regard de celle du Maïs. Mais d'après mon expérience personnel c'est possible. Il faut semé tôt au printemps, assez dense pour étouffer dans l'oeuf les graminés sauvages. Prévoir un compagnonage est un plus, soit en semant un mélange de graine, soit par bande étroite de quelques metres, ça réduit les problèmes des insectes ravageurs...

J'ai un peu mis les céréale européenne (ble, orge, etc.) de coté à cause du travail qu'il faut pour les récolté sans machinerie couteuse. La céréale des amériques, le maïs est plus agréable à cultiver mais surtout à récolter. Je le cultive en rotation avec diverses variété de courges toujours selon une méthode inspiré de Fukuoka. Cependant je ne sème pas à la volée vut l'espace occupé par un plan de courge. Elle je les seme par poquet distant de un à deux mêtres.

C'est une technique , ou plustot une non-technique qui consiste à laisser la nature faire son boulot sans venir lui mettre des bâtons dans les roues comme des cons. Et en plus ça coute que dalle!

Je pense que dans le monde post petrolier, mon experience en la matière me sera très utile. Ça et la connaissance des techniques agricoles anciennes (fabrication de fil de lin, filage, tissage fabrication de papier de lin, etc.) J'invite tout le monde à s'y mettre d'urgence... Tandis qu'il est encore facile d'avoir acces à de tel données
Les peuples heureux n'ont pas d'Histoire.

Papey
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 346
Inscription : 19 avr. 2005, 22:13
Localisation : 78

Message par Papey » 19 oct. 2005, 23:21

C'est notamment de Fukuoka que s'inspire la permaculture, qui vise justement à minimiser l'intervention humaine et à tirer partie des associations de plantes et du choix des emplacements et des rotations. Des données assez nombreuses, anglophones surtout malheureusement, existent sur la permaculture dans les zones tempérées européennes. On en a déjà parlé dans d'autres fils de discussion.
"I know not with what weapons World War III will be fought, but World War IV will be fought with sticks and stones."
Albert Einstein

Avatar de l’utilisateur
Glycogène
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2361
Inscription : 05 oct. 2005, 00:06
Localisation : Grenoble

Message par Glycogène » 19 oct. 2005, 23:29

cicero a écrit :Le blè est plus sensible au mauvaise herbe ne serai ce que par ça petite taille, en regard de celle du Maïs.
C'est pour ça que les variétés "anciennes" (d'avant le XXème siècle) de blé font facilement 1m50, au lieu des 60cm du blé standard, sélectionné pour pouvoir résister au poids des nombreux grains, qui avait été augmenté par sélection pour accroitre la productivité (moyennant engrais)... c'est un cercle vicieux: dès que l'on a merdé en introduisant les engrais chimiques, de fil en aiguille on a du merdé pour arriver à un blé qui ne supporte pas la moindre herbe, donc on a merdé en utiliisant des herbicide, donc le système d'entraide entre plante suite à l'attaque d'un parasite ne fonctionne plus, donc ça merde de plus en plus...
En gros, je suis dans la merde et je vous emmerde :D

Avatar de l’utilisateur
cicero
Charbon
Charbon
Messages : 260
Inscription : 22 août 2005, 18:34
Localisation : Île de la Tortue

Message par cicero » 20 oct. 2005, 03:41

Glycogène a écrit :
cicero a écrit :Le blè est plus sensible au mauvaise herbe ne serai ce que par ça petite taille, en regard de celle du Maïs.
C'est pour ça que les variétés "anciennes" (d'avant le XXème siècle) de blé font facilement 1m50, au lieu des 60cm du blé standard
Hum... ça fait rêver un tel blé... :smt055 avec 1m50 les herbes sauvage ont à faire a une rude competition... Et en plus pour la moisson à la main pas besoin de rester acroupis des heures, on peut rester debout... On en trouve encore des semences de ces cultivars de ble? Je suppose que non... :smt086 évidament...
Les peuples heureux n'ont pas d'Histoire.

Geispe
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1552
Inscription : 09 mars 2005, 17:16
Localisation : Vosges du Nord

Message par Geispe » 20 oct. 2005, 09:22

cicero ton témoignage est intéressant mais j'ai vraiment du mal à m'imaginer que des grains de maïs semés sur un terrain en friche çà donne un peu plus que quelques petits épis accidentels...
mais bon vais peut-être essayer... :-)
là où je te suis tout à fait c'est qu'il est vital que le plus possible de monde se mettre à essayer et à trouver de solutions sans machine et sans pétrole... il ne reste que peu de temps (même des années c'est peu pour inventer une agriculture nouvelle qui soit efficace)

Avatar de l’utilisateur
cicero
Charbon
Charbon
Messages : 260
Inscription : 22 août 2005, 18:34
Localisation : Île de la Tortue

Message par cicero » 22 oct. 2005, 05:04

Geispe a écrit :cicero ton témoignage est intéressant mais j'ai vraiment du mal à m'imaginer que des grains de maïs semés sur un terrain en friche çà donne un peu plus que quelques petits épis accidentels...
mais bon vais peut-être essayer... :-)
Et pourtant ça marche... Il me faut te dire que si je ne l'avait pas experimenté moi-meme j'aurrais eu du mal à le croire... Habituer que nous somme à labourer, hersé etc... Mais ça dépend de la qualité du sol, evidement... Le secret de bonne récolte c'est la richese de la terre... Bien sûr, il faut semer assez de maïs pour que la polenisation se fasse bien pour avoir de beau épis...

Actuellement mon systeme est le suivant je fais un compostage de surface, avec les residus de culture (tiges des maïs et plantes compagnes) que j'écrase au sol au fure et à mesure de la recolte. A ça j'ajoute un saupoudrage de litère de poule et de lapin. Ce qui peut se faire assez aiséement avec une brouette et une fourche à fumier.

Je fais une rotation sur plusieurs années avec différentes plantes en applicant du compagnonage.
Geispe a écrit : là où je te suis tout à fait c'est qu'il est vital que le plus possible de monde se mettre à essayer et à trouver de solutions sans machine et sans pétrole... il ne reste que peu de temps (même des années c'est peu pour inventer une agriculture nouvelle qui soit efficace)
Pour maitriser toute les techniques agricoles et d'élevage, il faut beaucoup de temps, tout comme pour constituer un troupeau. Aquerir des outils manuels n'est pas non plus evident de nos jours. Apprendre à utiliser correctement les outils ça prend aussi du temps, redecouvrir les non-dits... Et il faut encore savoir les entretenirs (affutage, ajustement optimal, etc.). Et la mine d'information qu'est internet va s'éteindre avec le reste... Alors il sera trop tard...

Il faut absolument qu'un max de monde recupere les technique manuel des anciens et les nouvelle non-technique agricole. quitte à les garder sur papier pour les apprendre plus tard si le temps manque pour tout apprendre en meme temps... Je conseillerait de former des petits groupes -- clan ;) -- et de que certains se specialisent dans un ars: forgerons, agriculture, elevage, filage, etc...

C'est sur ça que je travail actuellement... Mais il est difficile de convaincre les gens de l'empleur du risque qui nous pend au nez... Et c'est encore moins evident de les convaincre d'être proactif plutot que reactionaire...
Les peuples heureux n'ont pas d'Histoire.

Lo
Condensat
Condensat
Messages : 556
Inscription : 05 juil. 2005, 12:24
Localisation : Marseille

Message par Lo » 24 oct. 2005, 08:31

Une émission radio pour aider les cultivateurs en herbe (bio) en cas de secheresse.

Geispe
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1552
Inscription : 09 mars 2005, 17:16
Localisation : Vosges du Nord

Message par Geispe » 24 oct. 2005, 09:34

Je vois deux petits hics dans l'histoire de l'énergie des broussailles pour après le pétrole... en l'absence de broyeur à moteur c'est pas évident... et en guise de broussailles vu la rareté du bois je crois qu'on aura plutôt intérêt à économiser...

n.g
Charbon
Charbon
Messages : 250
Inscription : 01 déc. 2004, 23:25

Message par n.g » 24 oct. 2005, 15:14

Geispe a écrit :en guise de broussailles vu la rareté du bois je crois qu'on aura plutôt intérêt à économiser...
Vu les avantages que présente cette technique du BRF, ce serait dommage de faire autre chose que ça avec ces brindilles. Surtout que cette technique favorise l'implantation de haies, dont on pourrait utiliser le gros bois de façon traditionnelle et les brindilles en BRF.

Geispe
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1552
Inscription : 09 mars 2005, 17:16
Localisation : Vosges du Nord

Message par Geispe » 24 oct. 2005, 16:09

c'est quoi BRF en fançais ? :-) j'ai regardé le système de Jean Pain d'un peu plus près... çà rejoint aussi un peu ce que préconise Fukuoka... finalement on peut faire çà avec ce qu'on a sous la main, en le compostant...
Mais comme souvent lorsqu'on parle de permaculture on parle de légumes alors que l'essentiel de l'alimentation doit être cultivé sur des surfaces bien plus importantes (céréales, légumineuses, pommes de terre, etc...) où il faudra alors utiliser des techniques diverses et parfois fort différentes...

Papey
Brut lourd
Brut lourd
Messages : 346
Inscription : 19 avr. 2005, 22:13
Localisation : 78

Message par Papey » 24 oct. 2005, 16:22

Geispe a écrit :Mais comme souvent lorsqu'on parle de permaculture on parle de légumes alors que l'essentiel de l'alimentation doit être cultivé sur des surfaces bien plus importantes (céréales, légumineuses, pommes de terre, etc...) où il faudra alors utiliser des techniques diverses et parfois fort différentes...
C'est que l'on parle souvent d'un aspect limité de la permaculture :-P
Celle-ci s'intéresse aussi aux céréales et autres "grandes cultures", mais son objectif étant de limiter le travail humain, les surfaces s'en trouvent elles aussi limitées de fait. Sa mise en oeuvre au jardin est plus facile qu'aux champs (plus de jardiniers amateurs prêts à tenter l'expérience), d'où la relative sur-abondance de documentation sur les légumes par rapport aux grandes cultures.
"I know not with what weapons World War III will be fought, but World War IV will be fought with sticks and stones."
Albert Einstein

Geispe
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1552
Inscription : 09 mars 2005, 17:16
Localisation : Vosges du Nord

Message par Geispe » 24 oct. 2005, 17:23

existe-t-il de la doc au sujet des grandes cultures en permaculture ?
(autres que celles de Fukuoka qui cultive du riz et que je connais)

Répondre