[France Inter] Attali sur France Inter et ailleurs ....

Forum traitant des émissions, des magazines et des reportages traitants de la déplétion et des sujets proches.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12103
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [France Inter] Attali sur France Inter

Message par GillesH38 » 19 nov. 2008, 11:03

bon, moi comme j'avais signé de mon nom tout de suite, j'ai continué le dialogue ;-). J'ai mis un peu de temps à lui rerépondre, aidé par la publication de l'AIE
Gilles a écrit : Cher M. Attali

j'ai mis un peu de temps à vous répondre, parce que votre réponse demande une réponse un peu élaborée. Il est difficile d'argumenter en quelques lignes sur un sujet aussi complexe, je donnerai juste quelques éléments de réflexion tiré du plus récent rapport "Word Energy Outlook" de l'AIE. Dans ce rapport , figure le graphique suivant

Image

derrière la croissance rassurante jusqu'en 2030, est cachée une partie inquiétante : la partie en rouge "champs à découvrir". Il est bien évident qu'on ne peut pas calculer la production de champs qu'on n'a pas encore découverts ! cette partie en rouge ne peut etre donc que calculée comme une différence entre ce qu'on aimerait avoir (la courbe totale) et ce qu'on pense avoir (tout le reste). L'AIE est tres clairement en train de dire : nous ne connaissons pas encore les gisements qui nous permettraient d'assurer la croissance de la production pétrolière jusqu'en 2030. Si on enleve la partie en rouge, le pic arrive manifestement vers 2015 (et meme avec, la courbe ne croit que tres modestement de 1 % / an, ce qui est inférieur à la simple croissance démographique....).

Maintenant, posons la question : est-il plausible de trouver les gisements correspondants à la partie rouge ? Il faudrait pour cela qu'ils puissent produire environ 20 Mb/j en 2030 (l'équivalent des deux plus grands producteurs mondiaux, l'Arabie Saoudite et la Russie). Si on admet un ratio moyen R/P de 30 ans, ça ferait environ 200 milliards de barils. Mais il y a toutes les chances que ce soient des ressources difficiles d'accès et que la production soit inférieure, ce qui conduit à augmenter la quantité à trouver : 300, 500, 1000 Gbl ???

d'autre part, ces mêmes difficultés font qu'il est de plus en plus long de mettre en production des nouveaux gisements, voir par exemple Kashagan. Il faut donc les avoir trouvés d'ici 2020 environ. Il faut donc un rythme annuel de découvertes de nouveaux gisements entre 20 au mieux, peut etre 50 ou 100 Gbl/an. C'est le rythme le plus elevé qui a été obtenu dans les années 60, alors que la prospection pétrolière battait son plein. Actuellement, il n'est plus qu'entre 5 et 10 Gbl/an , bien loin de la consommation annuelle (30 Gbl/an).

Bref, il est tres improbable que la partie rouge soit effectivement remplie. A noter aussi que la partie bleu clair, les "gisements à développer encore" devrait connaitre une accélération considérable apres 2010 pour etre remplie. C'est le message que l'AIE distille depuis quelques temps en urgeant les pays producteurs d'investir considérablement dans de nouvelles productions pour éviter que "les roues du système ne tombent" , selon les propres mots de son directeur, Fatih Birol. Je pense que vous serez d'accord pour dire que le moment n'est pas tres propice à des gros investissements, vu l'assèchement des financements et les faibles perspectives de consommation. Il me parait donc tres probable qu'un pic de production/consommation soit imminent, il est d'ailleurs tout a fait possible qu'il soit cette année quand on regarde les prédictions à court terme.

Y a-t-il un espoir pour que ça "reparte" après ? pour cela, il faudrait pouvoir à nouveau remonter au-dessus du niveau actuel, et tout cela avec l'essentiel des gisements dont on ne sait rien. Plus on attend, plus la dépletion des champs conventionnels agit, en environ - 5 %/an, et dans quelques décennies l'essentiel de la production des champs géants se sera épuisée. Alors par quel miracle arriverait-on à faire plus avec des gisements petits, dispersés, difficiles techniquement et chers économiquement à exploiter ? par quel miracle ces gisements se développeraient à un rythme bien supérieur à celui des champs supergéants ou il suffit de creuser pres du sol pour que le pétrole jaillisse à flots ? par quel miracle l'économie redeviendrait florissante avec une énergie durablement chère qui impacterait considérablement le pouvoir d'achat, et donc la demande ?

Je sais bien qu'on nous "vend" un cocktail d'énergies de remplacement, solaire, éolien, nucléaire, tout ça produisant abondamment de l'hydrogène qui va actionner tous nos véhicules. Ca demanderait encore quelques lignes d'argument, mais pour faire bref : je n'y crois pas. Pratiquement tout ce qu'on nous propose ne produit que de l'électricité, qui ne couvre au mieux que 30 à 40 % des besoins, et une bonne partie des techniques souffre des problèmes d'intermittence qui limite en pratique leur part à 20 % de l'electricité produite. On arrive péniblement à 6 à 8 % de nos besoins énergétiques, c'est un ordre de grandeur qui manque. Le nucléaire conventionnel a des réserves tres insuffisantes pour le monde entier, les surgénérateurs sont encore dans des cartons et se heurtent à tout un tas de problemes techniques et politiques. Leur taux de développement est de toutes façons bien insuffisant pour faire face à la dépletion pétrolière (elle se ferait au minimum avec un taux de - 2 ou - 3 % par an, ce qui correspond à la disparition chaque année d'une centaine de réacteurs nucléaires, soit 20 % du parc mondial !!!!). quant à l'hydrogène... j'attends de voir un véhicule à hydrogène dans la rue, autre part que sur un site publicitaire de constructeur automobile sur internet !!!

Vous etes plus économiste que moi, mais je me permets de faire une remarque "économique" : le bouleversement du XXIe ne sera pas le manque soudain de pétrole, mais simplement le passage d'une économie où la ressource n'etait pas un probleme, à celui d'une économie contrainte par les ressources. Je pense que cela bouleversera bien plus profondément que ce qu'on imagine le visage du siècle, et tres probablement marquera la fin de la croissance économique comme nous l'avons connue - mais il faut bien qu'une croissance exponentielle se termine à un moment ou à un autre, n'est ce pas ?

bien cordialement
réponse du monsieur (c'est privé normalement, mais bon c'est pas tres compromettant...)
Jacques Attali a écrit : Très impressionnant.

---- Envoyé avec BlackBerry® d'Orange ----
j'en conclus deux choses :
il n'a pas encore vraiment creusé le probleme, mais il pourrait peut etre y etre sensible si on arrive à le convaincre que ça mérite d'y passer un peu plus de temps que ce qu'il a fait jusqu'ici.

et que le blackberry d'Orange n'a pas l'air tres compatible avec l'encodage de mon mailer :-D
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

parisse
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 948
Inscription : 30 mai 2005, 08:42
Contact :

Re: [France Inter] Attali sur France Inter

Message par parisse » 19 nov. 2008, 13:23

Est-ce que tu as indique quel etait ton boulot en ecrivant a Attali?

fuste23
Condensat
Condensat
Messages : 701
Inscription : 22 oct. 2007, 20:51

Re: [France Inter] Attali sur France Inter

Message par fuste23 » 19 nov. 2008, 13:46

Jacques Attali a écrit:
Très impressionnant.

---- Envoyé avec BlackBerry® d'Orange ----
Tu penses qu'il a lu ton message?

En tout cas, félicitation pour ce texte très intéressant!

the_oliver_2000
Brut léger
Brut léger
Messages : 476
Inscription : 27 sept. 2005, 22:17

Re: [France Inter] Attali sur France Inter

Message par the_oliver_2000 » 19 nov. 2008, 15:06

J'ai lu ton message Gilles, très intéressant et très didactique, merci. Avec du quantitatif, ça fait plaisir =D>
Par contre je doute fortement qu'Attali l'ait lu, hélas :?

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12103
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [France Inter] Attali sur France Inter

Message par GillesH38 » 19 nov. 2008, 21:06

parisse a écrit :Est-ce que tu as indique quel etait ton boulot en ecrivant a Attali?
oui oui j'ai laissé ma signature habituelle ;-). Il n'a pas fait de commentaire particulier !

je pense qu'il a l'habitude de lire des tonnes de documents en diagonale, on apprend bien ça à l'X ;-). Il a du au moins percevoir le message. Apres, savoir si il va le retenir...
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

parisse
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 948
Inscription : 30 mai 2005, 08:42
Contact :

Re: [France Inter] Attali sur France Inter

Message par parisse » 20 nov. 2008, 08:26

GillesH38 a écrit :
parisse a écrit :Est-ce que tu as indique quel etait ton boulot en ecrivant a Attali?
oui oui j'ai laissé ma signature habituelle ;-). Il n'a pas fait de commentaire particulier !

je pense qu'il a l'habitude de lire des tonnes de documents en diagonale, on apprend bien ça à l'X ;-). Il a du au moins percevoir le message. Apres, savoir si il va le retenir...
Bon, espérons, mais sa réponse est pour le moins ambigüe.

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12103
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: [France Inter] Attali sur France Inter

Message par GillesH38 » 20 nov. 2008, 08:33

ah, tu crois que ça pourrait etre de l'ironie au second degré? possible après tout ! mais je comptais le titiller un peu pour savoir un peu plus ce qu'il en pense. Vu l'image qu'il veut donner de lui, il faut qu'il dise clairement si il est convaincu ou pas, et si non, qu'il donne des contre arguments un peu sérieux !
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

parisse
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 948
Inscription : 30 mai 2005, 08:42
Contact :

Re: [France Inter] Attali sur France Inter

Message par parisse » 20 nov. 2008, 18:11

Disons que je suis un peu étonné qu'il trouve d'un seul coup très bien des arguments contraires à son évaluation de la situation jusqu'à présent. D'un autre coté, écarter ironiquement comme ça ton argumentaire qui est bien construit m'étonne aussi. En fait je suis étonné depuis le début qu'il ait répondu en personne aux e-mail qui lui sont adressés.
Je suppose que tu pourras éclaircir la situation dans ton prochain échange de mails.

Yves
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1999
Inscription : 02 déc. 2005, 09:49

Re: [France Inter] Attali sur France Inter

Message par Yves » 15 déc. 2008, 20:37

Ceci n'est pas sur France inter mais Boursorama. interwiew

Discussion avec Jacques Attali, président de PlaNet Finance
le 15 décembre 2008 à 17h00


Page 1 2 3 4 5

Animateur : Bonjour à tous. Jacques Attali est parmi nous.
Jacques Attali : Bonjour à tous.
Jacques Attali :
patcash3 : Bonjour Monsieur Attali, n'avez vous pas le sentiment aujourd'hui que les politiques de tous bords sont dépassés par l'ampleur de la crise actuelle ?
Jacques Attali :
darkitee : D' après vous,quand sortirons-nous de la crise financiere actuelle?
Jacques Attali : Aux Etats-Unis, sûrement plus rapidement qu'en Europe en raison de la rapidité de réaction de l'Amérique et parce que ce pays vit aux crochets du reste du monde. Pour l'Europe, si on ne prend pas les bonnes mesures, la crise pourrait durer 5 ans.
mdesmeuz : Pouvez-vous nous décrire votre scénario le plus pessimiste ?
Jacques Attali : Mon scénario le plus pessimiste serait une perte de confiance dans le dollar liée à la découverte de nouveaux scandales financiers ou à la prise de conscience de l'impuissance de la banque fédérale conduisant à l'effondrement du dollar, à l'incapacité des Etats-Unis de financer leurs déficits publics et à une course aux dévaluations compétitives en les différentes monnaies...
Jacques Attali : ...Personne n'a intérêt à une chute trop brutale du dollar.
bduris1 : Monsieur Attali,Ne pensez vous pas qu'une nationalisation ponctuelle de certaines banques francaise est d'actualité aujourd'hui?
Jacques Attali : La prise de participation de l'Etat serait nécessaire si les entreprises financières n'arrivaient pas à trouver du capital sur le marché. Dans ce cas, l'Etat devra participer aux décisions stratégiques des entreprises.
g.nos : controler le système financier...oui mais par qui? ne pas laisser les politiques diriger le marché!?
Jacques Attali : Le FMI est la meilleure structure de base à condition de le réformer dans ses droits de vote et en lui donnant des pouvoirs de contrôle sur la BRI (banque des réglements internationaux), les agences de notation et la réglementation du marché à terme. J'ai donné beaucoup plus de détails dans mon livre.
mona2006 : Tout d'abord bonjour Mr Jacques Attali, ma question est la suivante :Comment expliquez vous que les banques qui ont joué au "casino" avec notre argent n’ont eu aucunes sanctions, et comment peut on accepter que L Etat remette de l argent dans le système bancaire, alors que des entreprises ferment, et des milliers de personnes vont être au chômage ? C'est choquant aujourd'hui de voir une situation
mona2006 : pareille. Merci pour votre réponse.
Jacques Attali : Les Etats sont tout aussi coupables que les banques car ils n'ont pas organisé le contrôle. Les banques ont fait très souvent ce qu'elles avaient droit de faire. Il est donc nécessaire de beaucoup plus contrôler les banques et si nécessaire de changer leurs responsables.
M.TSI-KI : Vous aviez dit il y a quelques années ( 2 ou 3 ans je crois) que pour "effacer" la dette il fallait de l'inflation. Pensez-vous toujors la même chose ?
Jacques Attali : L'inflation est une façon d'annuler les dettes qui avantage les emprunteurs (les jeunes en général) au détriment des détenteurs de patrimoine, les personnes plus âgées. C'est bien une bataille de ce genre qui est en cours en ce moment.
a.mamode : quelles sont à votre avis les 3 mesures urgentes ( avant le 31/01/2009) que devraient prendre les gouvernements européens ou la France seule en cas de désaccord
Jacques Attali : Premièrement, un grand programme de travaux publics à l'échelle européenne (énergie, infrastructures, nouvelles technologies). Deuxièmement, mettre en place un programme de formation active pour les chômeurs ou pour ceux qui peuvent le devenir. Troisièmement, contrôler bcp plus efficacement les banques et les agences de notation.
xavib : Que répondez-vous à Alain Minc, qui vous reproche ainsi qu' à un certain nombre de vos collègues "intellos" (sic) d'avoir tenu des "propos alarmistes" sur la crise financière alors qu'ils avaient un "devoir de retenue et d'hypocrisie" (re-sic) ?
Jacques Attali : Voilà deux ans que j'ai dit que cette crise pouvait arriver parce qu'il aurait été plus facile de prévenir l'avalanche plutôt que de l'arrêter.
audurea6 : croyez-vous que les plans de relances mondiaux soient assez puissants.Lesquels sont les plus faibles à votre avis
Jacques Attali : Aucun n'est financé sauf le plan américain financé par l'épargne chinoise et du golfe.

M2214972 : On entend dire que la 2eme vague de subprimes est programmée pour fevrier/mars et elle risque fort d'achever tous les espoirs des experts les plus optimistes. Qu'en pensez vous?
Jacques Attali : J'explique dans mon livre qu'il y a entre autre effet beaucoup de risques liés aux CDS et à la clôture des bilans au 31/12.
longa : Comment expliquez vous que cette récente affaire Madoff qui vient surinfecter la situation actuelle déjà très critique n'ait pas ou être anticipée et traitée préventivement ?Comment éviter à l'avenir le renouvellement d'une telle situation ?
Jacques Attali : Cette affaire révèle l'incroyable faiblesse des systèmes de contôle. On peut en craindre d'autres.
ajoubert : Vous évoquez dans votre livre "La Crise, et après" un risque de retour de l'inflation, qui serait un moyen commode et favorable aux plus jeunes de résorber la dette des Etats après les injections massives récentesComment évaluez-vous ce risque, à quelle échéance pourrait-il se manifester et comment le phénomène pourrait-il s'enclencher ?
Jacques Attali : Ce risque est presque certain dans la mesure que les banques centrales acceptent de financer directement les banques et les entreprises. On ne peut prévoir la date.
Jacques Attali : ...ni les modalités.
gabylolo : La stagnation des salaires explique la difficulté des ménages américains à rembourser leurs prêts. En Europe le même phénomène freine la consomation. Quel est votre position sur l'évolution des salaires en France compte tenu de la nécessaire compétitivité de nos entreprises dans un environnement économique mondialisé ?
Jacques Attali : Le partage salaire/profit est en France comme ailleurs trop inégal, ce qui provoque la crise. On ne peut vouloir s'opposer à la crise sans réduire ces inégalités.
kbina : Monsieur Attali,Peut-on trouver dans les propositions que vous faites pour libérer la croissance françaises des moyens de sortir de la crise ?Merci de votre réponse.
Jacques Attali : Oui, ce rapport fournit les moyens de dégager un à deux points de croissance qui autrement feront cruellement défaut.
C.Spillm : Conseillerez-vous à un jeune de 30 ans de s'endetter à vie pour acheter une maison?
Jacques Attali : Je ne peux pas donner de conseils personnels.
Animateur : Une dernière question.
JOEL888 : le capitalisme a toujours su se re-invente. Pourquoi imaginer que ce ne sera pas comme cela cette fois aussi?
Jacques Attali : Cela certainement sera le cas, ce n'est pas la fin du capitalisme mais il faut éviter que cela se fasse dans des souffrances et des violences et que cela ne fasse que préparer des crises pires à l'avenir.
Jacques Attali : Merci à tous. Je suis désolé de ne pas avoir pu répondre aux très nombreuses questions posées. A bientôt.
Animateur : Merci à Jacques Attali et à vous tous. Vous avez en effet été très nombreux à poser des questions. Le chat est terminé.
beaucoup de langue de bois, mais assez pessimiste je trouve.
Trop tard, trop peu, trop cher, il n'y aura pas de miracle !!
Notre futur sera d'être la banlieue ouest de la Russie alors que celle-ci aura le regard tourné vers la Chine...

fuste23
Condensat
Condensat
Messages : 701
Inscription : 22 oct. 2007, 20:51

Re: [France Inter] Attali sur France Inter

Message par fuste23 » 15 déc. 2008, 20:57

mdesmeuz : Pouvez-vous nous décrire votre scénario le plus pessimiste ?

Jacques Attali : Mon scénario le plus pessimiste serait une perte de confiance dans le dollar liée à la découverte de nouveaux scandales financiers ou à la prise de conscience de l'impuissance de la banque fédérale conduisant à l'effondrement du dollar, à l'incapacité des Etats-Unis de financer leurs déficits publics et à une course aux dévaluations compétitives en les différentes monnaies...

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54132
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [France Inter] Attali sur France Inter

Message par energy_isere » 17 déc. 2008, 19:59

Il y en a qui ont vu ça en direct ?
Jacques Attali perd ses nerfs chez Ruquier... et quitte le plateau !
http://www.agoravox.tv/article.php3?id_article=21353

Avatar de l’utilisateur
hyperion
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 1698
Inscription : 18 juin 2005, 19:36
Localisation : herault

Re: [France Inter] Attali sur France Inter

Message par hyperion » 18 déc. 2008, 13:26

attali souligne un point important lorsqu'il assène que l'euro nous protège, en particulier les français . en effet le déficit exterieur n'a jamais été aussi considérable et sans l'allemagne qui fait contre poids notre monnaie se dévaluerait aussi rapidement que la livre. en contre partie celà a bien l'inconvénient de nous anesthésier comme les us avec leur monnaie réference pour les échanges internationaux , masquant la chute de notre industrie.

par contre lorsque le journaliste lui parle de protectionisme , c'est non non et non puis il s'en va sans explication et encore le gros mot n'a pourtant pas été prononcé, le cabotin parlait , au sujet de la baisse des salaires ,seulement d'immigration et de délocalisation tendant d'ailleurs une perche pour se faire traiter de ségrégationiste.
"ya une route, c'est mieux que rien, sous tes semelles , c'est dur et çà tient" Manset.
objectif d'inflation à 5,55% au lieu du 2% fixé arbitrairement à ce moment. un discours sur la dette sans precision sur cet objectif est futile.

Caraco
Goudron
Goudron
Messages : 171
Inscription : 13 févr. 2008, 22:05
Localisation : Basse Normandie

Re: [France Inter] Attali sur France Inter

Message par Caraco » 31 déc. 2008, 15:07

Le problème de tout prophète, c'est qu'il finit par être le prisonier de ses prophéties au point de souhaiter qu'elles se réalisent plutôt que de passer pour un crétin à la postérité. Ainsi quand Attali déclare que " le capitalisme ira jusqu'a son terme ", je ne peux m'empécher de penser que c'est non plus ce qu'il entrevoit aujourd'hui, au terme de cette crise qu'il n'avait d'ailleurs pas vu venir ( je le crois trop intelligent pour ça ) mais bien ce qu'il souhaite.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 54132
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: [France Inter] Attali sur France Inter

Message par energy_isere » 02 juin 2009, 21:19

Vous avez regardé hier Attali sur ARTE à 23h, sur une adaptation téle de son livre "Une brève histoire de l'avenir " ?
Il cause de l' histoire à venir de 50 prochaines années.

Et bien sans sourciller il annonce qu' on en a pour 200 ans de' énergie des fossiles.

Si, si, il a pas dit du charbon, il a dit des fossiles. :lol:

Je crois qu' il n' écoute méme pas ce que dit le pdg de TOTAL ..........

Et puis relisez le mail que Gilles avait fait a Attali un peu au dessus (Nov 2008).

Au sujet du livre paru en 2006 :
http://www.agoravox.fr/culture-loisirs/ ... r-de-15884

ou bien :
http://www.evene.fr/livres/livre/jacque ... -24011.php

Et puis des dessinateurs en ont fait paraitre aussi une version BD
http://www.bedetheque.com/serie-19087-B ... venir.html

Attali assure sa retraite avec tous ses produits dérivés. :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
Raminagrobis
Modérateur
Modérateur
Messages : 5051
Inscription : 17 août 2006, 18:05
Localisation : Tours, Lille parfois

Re: [France Inter] Attali sur France Inter

Message par Raminagrobis » 02 juin 2009, 21:42

Très bien ton texte pr attali, gille

Je me permet d'y proposer qq modif (en bleu), on pourrait tenter, chacun y contribuant de constituer un texte "type" pour ce genre de contacts.
Gilles a écrit : Cher M. [...]

j'ai mis un peu de temps à vous répondre, parce que votre réponse demande une réponse un peu élaborée. Il est difficile d'argumenter en quelques lignes sur un sujet aussi complexe, je donnerai juste quelques éléments de réflexion tiré du plus récent rapport "Word Energy Outlook" de l'AIE. Dans ce rapport , figure le graphique suivant

Image

derrière la croissance rassurante jusqu'en 2030, est cachée une partie inquiétante : la partie en rouge "champs à découvrir". Il est bien évident qu'on ne peut pas calculer la production de champs qu'on n'a pas encore découverts ! cette partie en rouge ne peut etre donc que calculée comme une différence entre ce qu'on aimerait avoir (la courbe totale) et ce qu'on pense avoir (tout le reste). L'AIE est tres clairement en train de dire : nous ne connaissons pas encore les gisements qui nous permettraient d'assurer la croissance de la production pétrolière jusqu'en 2030. Si on enleve la partie en rouge, le pic arrive manifestement vers 2015 (et meme avec, la courbe ne croit que tres modestement de 1 % / an, ce qui est inférieur à la simple croissance démographique....).

Maintenant, posons la question : est-il plausible de trouver les gisements correspondants à la partie rouge ? Il faudrait pour cela qu'ils puissent produire environ 20 Mb/j en 2030 (l'équivalent des deux plus grands producteurs mondiaux, l'Arabie Saoudite et la Russie). Si on admet un ratio moyen R/P de 30 ans, ça ferait environ 200 milliards de barils. Mais il y a toutes les chances que ce soient des ressources difficiles d'accès et que la production soit inférieure, ce qui conduit à augmenter la quantité à trouver : 300, 500, 1000 Gbl ???

Pour donner une mesure de ce volume de pétrole à découvrir, il faut signaler que la mer du Nord, plus importante région pétrolière entièrement nouvelle découverte depuis 1945, a "pèsé" environ 70 milliards de barrils, tandis que l'Angola, eldorado qui a fait le bonheur des compagnies pétrolières au cours des années 90, a dévoilé 15 à 20 milliards de barrils.

D'autre part, ces mêmes difficultés font qu'il est de plus en plus long de mettre en production des nouveaux gisements, voir par exemple Kashagan, dont le cout est estimé à 150 milliards de dollars. Et pour remplir la zone "rouge" en 2030, il faudrait l'équivalent de 16 "kashagans". Il faut donc les avoir trouvés d'ici 2020 environ. Il faut donc un rythme annuel de découvertes de nouveaux gisements entre 20 au mieux, peut etre 50 ou 100 Gbl/an. C'est le rythme le plus elevé qui a été obtenu dans les années 60, alors que la prospection pétrolière battait son plein. Actuellement, il n'est plus qu'entre 5 et 10 Gbl/an , bien loin de la consommation annuelle (30 Gbl/an).

Bref, il est tres improbable que la partie rouge soit effectivement remplie. A noter aussi que la partie bleu clair, les "gisements à développer encore" devrait connaitre une accélération considérable apres 2010 pour etre remplie. C'est le message que l'AIE distille depuis quelques temps en urgeant les pays producteurs d'investir considérablement dans de nouvelles productions pour éviter que "les roues du système ne tombent" , selon les propres mots de son directeur, Fatih Birol. Je pense que vous serez d'accord pour dire que le moment n'est pas tres propice à des gros investissements, vu l'assèchement des financements et les faibles perspectives de consommation. Il me parait donc tres probable qu'un pic de production/consommation soit imminent, il est d'ailleurs tout a fait possible qu'il soit cette année quand on regarde les prédictions à court terme.

Y a-t-il un espoir pour que ça "reparte" après ? pour cela, il faudrait pouvoir à nouveau remonter au-dessus du niveau actuel, et tout cela avec l'essentiel des gisements dont on ne sait rien. Plus on attend, plus la dépletion des champs conventionnels agit, en environ - 5 %/an, et dans quelques décennies l'essentiel de la production des champs géants se sera épuisée. Alors par quel miracle arriverait-on à faire plus avec des gisements petits, dispersés, difficiles techniquement et chers économiquement à exploiter ? par quel miracle ces gisements se développeraient à un rythme bien supérieur à celui des champs supergéants ou il suffit de creuser pres du sol pour que le pétrole jaillisse à flots ? par quel miracle l'économie redeviendrait florissante avec une énergie durablement chère qui impacterait considérablement le pouvoir d'achat, et donc la demande ?

Je sais bien qu'on nous "vend" un cocktail d'énergies de remplacement, solaire, éolien, nucléaire, tout ça produisant abondamment de l'hydrogène qui va actionner tous nos véhicules. Ca demanderait encore quelques lignes d'argument, mais pour faire bref : je n'y crois pas. Pratiquement tout ce qu'on nous propose ne produit que de l'électricité, qui ne couvre au mieux que 30 à 40 % des besoins, et une bonne partie des techniques souffre des problèmes d'intermittence qui limite en pratique leur part à 20 % de l'electricité produite. On arrive péniblement à 6 à 8 % de nos besoins énergétiques, c'est un ordre de grandeur qui manque. Le nucléaire conventionnel a des réserves tres insuffisantes pour le monde entier, les surgénérateurs sont encore dans des cartons et se heurtent à tout un tas de problemes techniques et politiques. Leur taux de développement est de toutes façons bien insuffisant pour faire face à la dépletion pétrolière (elle se ferait au minimum avec un taux de - 2 ou - 3 % par an, ce qui correspond à la disparition chaque année d'une centaine de réacteurs nucléaires, soit 20 % du parc mondial !!). quant à l'hydrogène... j'attends de voir un véhicule à hydrogène dans la rue, autre part que sur un site publicitaire de constructeur automobile sur internet !!

Vous etes plus économiste que moi, mais je me permets de faire une remarque "économique" : le bouleversement du XXIe ne sera pas le manque soudain de pétrole, mais simplement le passage d'une économie où la ressource n'etait pas un probleme (contexte dans lequel les théories économiques usuelles, de Marx à Smith en passant par Keynes, ont été rédigées), à celui d'une économie contrainte par les ressources. Je pense que cela bouleversera bien plus profondément que ce qu'on imagine le visage du siècle, et tres probablement marquera la fin de la croissance économique comme nous l'avons connue - mais il faut bien qu'une croissance exponentielle se termine à un moment ou à un autre, n'est ce pas ?

bien cordialement
Toujours moins.

Répondre