Capacité d'accueil humaine et soutenabilité durable.

Discussions concernant les conséquences sur l'environnement de la course aux ressources.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Capacité d'accueil humaine et soutenabilité durable.

Message par energy_isere » 03 août 2016, 21:50

le jour du dépassement de l' an dernier sur ce fil :
viewtopic.php?p=379197#p379197

Ressources de la planète: l'humanité vivra à crédit à partir de lundi

AFP le 03 août 2016

L'humanité aura consommé lundi la totalité des ressources que la planète peut renouveler en un an et vivra donc "à crédit" jusqu'au 31 décembre, a calculé l'ONG Global Footprint Network, relevant que ce moment survient de plus en plus tôt chaque année.

Le lundi 8 août marque pour la Terre le "jour du dépassement" ("earth overshoot day" en anglais). A partir de cette date, "nous vivons donc à crédit", écrivent Global Footprint et le WWF dans un communiqué.

Pour ses calculs, Global Footprint prend notamment en compte l'empreinte carbone, les ressources consommées pour la pêche, l'élevage, les cultures, la construction et l'utilisation d'eau.

En 2015, le "jour du dépassement" était survenu le 13 août. La date "avance inexorablement depuis les années 1970", relèvent les ONG.

En 1970, il n'était survenu que le 23 décembre. Depuis, sa date n'a cessé d'avancer: 3 novembre en 1980, 13 octobre en 1990, 4 octobre en 2000, 3 septembre en 2005, 28 août en 2010.

"Pour subvenir à nos besoins, nous avons aujourd'hui besoin de l'équivalent de 1,6 planète" par an, relèvent Global Footprint et WWF.

"Le coût de cette surconsommation est déjà visible: pénuries d'eau, désertification, érosion des sols, chute de la productivité agricole et des stocks de poissons, déforestation, disparition des espèces", déplorent les ONG.

"Vivre à crédit ne peut être que provisoire parce que la nature n'est pas un gisement dans lequel nous pouvons puiser indéfiniment", soulignent-elles.

Les émissions de CO2, le principal gaz à effet de serre, sont le plus important facteur de dépassement: elles représentent "60% de notre empreinte écologique globale", précisent le WWF et Global Footprint.

Selon le rapport annuel sur l'état du climat ("State of the Climate"), un document rendu public mardi auquel ont participé 450 scientifiques du monde entier, les émissions de gaz à effet de serre ont atteint des niveaux records en 2015.

La communauté internationale s'est engagée à la Conférence de Paris sur le climat, en décembre dernier, à réduire les émissions de gaz à effet de serre afin de juguler le réchauffement climatique.

D'après Global Footprint, en 2030, si les émissions mondiales de CO2 ne diminuent pas, l'humanité aura englouti son "budget écologique" dès le 28 juin.
http://www.connaissancedesenergies.org/ ... ndi-160803

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 15070
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: Capacité d'accueil humaine et soutenabilité durable.

Message par GillesH38 » 04 août 2016, 08:20

en ce qui concerne les fossiles, elle vit à crédit dès le premier janvier ....
"Ce ne sont plus les faits contrôlés, les choses examinées avec soin qui forment la conviction ; c'est la conviction souveraine, irrésistible, qui déforme les faits et les choses." Joseph Reinach, à propos de l'affaire Dreyfus.

EPE_bel
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 981
Inscription : 04 mars 2014, 09:26

Re: Capacité d'accueil humaine et soutenabilité durable.

Message par EPE_bel » 04 août 2016, 20:04

Le terme "à crédit" ne rend pas compte de la réalité puisqu'il sous-entend un possible remboursement.

C'est vrai pour des ressources renouvelables à moyen/long terme, comme un sol qui peut se régénérer ou une forêt qui peut repousser, du moins dans certaines conditions climatiques. C'est faux pour beaucoup de matières premières/ressources minières. Ce qu'on mange c'est le capital. Même si la proportion d'éléments n'a pas changé sur terre, ils sont de plus en plus dispersés sous forme inexploitable hors recyclage. Quand bien même on retrouverait l'usage des techniques ancestrales ou on en inventerait d'autres, même un âge du cuivre ou du fer ne pourrait se répéter du moins en Europe où tous les gisements accessibles ont été rongés jusqu'à l'os.

Même si on parle de l'époque industrielle, la sidérurgie dans le nord de l'Europe (Nord de la France, Belgique, Angleterre, Allemagne...) s'est développée dans un premier temps avec du charbon local et même du minerai de fer local. L'industrie, si elle doit perdurer, est condamnée à la mondialisation.

S'il y a un reproche principal à faire sur l'analyse du WWF c'est d'insister sur l'aspect climatique qui est secondaire (et peu importe la cause du réchauffement, ce n'est pas le sujet) . Le climat c'est juste un déplacement de zones fertiles ou adaptées à certaines productions mais cela ne concerne que très indirectement la soutenabilité à l'échelle planétaire. Par exemple la production viticole explose dans le nord de l'Europe là où le sud commence à tirer la langue avec des étés trop chauds et trop secs. D'ailleurs de plus en plus de vignobles français achètent des terres plus au nord, notamment en Allemagne.

Par contre les migrations climatiques vers le nord (même sous prétexte de guerre ou de religion) n'ont pas fini de faire parler d'elles. Le sable ça ne se mange pas.
Autrefois EPE http://www.oleocene.org/phpBB3/memberli ... file&u=110 Accès au compte perdu

Avatar de l’utilisateur
sherpa421
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 2482
Inscription : 28 mars 2012, 16:22

Re: Capacité d'accueil humaine et soutenabilité durable.

Message par sherpa421 » 05 août 2016, 08:57

EPE_bel a écrit :Le terme "à crédit" ne rend pas compte de la réalité ... C'est faux pour beaucoup de matières premières/ressources minières.
On pourrait toujours réinjecter du pétrole en sous sol. C'est seulement que comme certains crédits financiers, on sait qu'on ne remboursera jamais.
La guerre tue.
Moi, j'aime pas le foot.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Capacité d'accueil humaine et soutenabilité durable.

Message par energy_isere » 08 août 2016, 19:06

Comment Global footprint network calcule-t-elle "le jour du dépassement" ?

Léna Corot le 08/08/2016 Usine Nouvelle

La planète vit à crédit selon l'ONG Global footprint network. Chaque année, cette organisation fait une étude pour déterminer la date à partir de laquelle l'humanité a consommé plus de ressources que ne peut en fournir la planète. Le "jour du dépassement" est fixé au 8 août cette année. Mais comment l'ONG fixe-t-elle cette date ?

L’ONG Global footprint network, un institut international de recherche, calcule chaque année "le jour du dépassement". Selon son étude, au 8 août 2016 l’humanité a déjà "consommé autant de ressources naturelles renouvelables que ce que la Terre peut produire sur l’année entière". L’empreinte écologique de l’Homme dépasse ainsi la capacité de la planète à régénérer ses ressources et à absorber les déchets, dont les émissions de carbone. A partir de cette date, et jusqu’à la fin de l’année, l’Homme vit à crédit.

Mais comment l’ONG calcule-t-elle cette date ? L’étude de Global footprint network compare la bio-capacité et l’empreinte écologique qui sont ensuite multipliés par le nombre de jours dans l’année pour arriver à ce fameux "jour du dépassement".

Des faits différents additionnés pour calculer la bio-capacité

La bio-capacité de notre planète est "la capacité des écosystèmes à produire de la matière biologique utile et à absorber les déchets générés par les sociétés humaines, compte-tenu des systèmes de gestion et des techniques d’extraction actuels".

La bio-capacité est calculée en multipliant chaque surface exploitable par différents facteurs : un facteur de rendement spécifique à chaque pays et un facteur de conversion. Ces facteurs ont nécessairement une part d’aléatoire. Par exemple les chercheurs décident d’appliquer tel facteur en France pour un type d’agriculture précis. Mais le rendement n’est pas le même d’un champ de maïs à l’autre, or le facteur appliqué sera toujours le même.

De plus, ces facteurs permettent d’avoir des chiffres en hectares globaux. Pour calculer la bio-capacité tous ces chiffres en hectares globaux sont additionnés que ce soit la rentabilité d’un champ de blé ou le bilan carbone en passant par la rentabilité de tel océan. Ainsi, des faits complètements différents sont additionnés.

Des critères imprécis pour calculer l'empreinte écologique ?

L’empreinte écologique est l’impact de notre vie sur l’environnement. Les experts mesurent "la quantité d’espace biologiquement productif (sur terre ou en eaux) dont une personne, une population ou une activité ont besoin pour produire toutes les ressources consommées et pour absorber tous les déchets produits, compte-tenu des technologiques disponibles et des pratiques de gestion mise en œuvre". L’empreinte écologique est aussi calculée en hectares globaux.

L’impact des importations et des exportations est pris en compte. Mais, seul l’être humain est concerné par le calcul. Or les autres êtres vivants peuvent aussi accéder à ces ressources et les consommer.

Les données disponibles et les modes de calcul de l’empreinte écologique varient en fonction des pays et des villes et sont au final tous additionnés ensemble puisqu’ils sont convertis dans la même unité qui est l’hectare global, comme le détaille Slate. Or les données de certains pays sont moins complètes que dans d’autres pays. Et chaque pays ne prend pas forcément en compte les mêmes facteurs.

L’ONG se base d’abord sur les données de l’Organisation des Nations Unies, puis sur les études de journaux et revues scientifiques. Plus de 5 400 données sont analysées. L’étude est relue par d’autres scientifiques. Ainsi, elle reste sérieuse même si la méthode de calcul peut paraître quelque peu aléatoire. Et le but premier de l'ONG reste de sensibiliser les gens sur leur consommation, avec une étude diffusée à très grande échelle.
http://www.usinenouvelle.com/article/co ... nt.N422382

article sur slate.fr : http://www.slate.fr/story/105535/jour-d ... ode-calcul
......
Que signifie le jour du Dépassement global ?

Cela veut dire que nous avons déjà consommé tout ce que la Terre produit a pour cette année. On consomme 1,6 planète au lieu d’une planète. On prend en compte les ressources renouvelables, d’un côté la biocapacité, c’est-à-dire ce qui est renouvelé chaque année, comme les poissons, les denrées alimentaires et les pâturages pour la viande. De l’autre côté, on calcule l’empreinte écologique, c’est ce qui est consommé, construit ou émis dans l’atmosphère. Les émissions de carbone représentent aujourd’hui 60% de l’empreinte écologique. Elles doivent être réduites à zéro d’ici 2050 pour ne pas entrer dans un changement climatique critique.
.......
http://www.liberation.fr/planete/2016/0 ... it_1471039

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Capacité d'accueil humaine et soutenabilité durable.

Message par energy_isere » 25 juil. 2017, 21:02

Le jour du Dépassement global encore avancé de 6 jours.
Le 2 août, l'humanité aura consommé la totalité des ressources que la planète peut renouveler en un an, et vivra donc "à crédit" jusqu'au 31 décembre, selon le calcul d'une ONG. Un "jour de dépassement" qui survient de plus en plus tôt chaque année.

C'est un constat inquiétant : mercredi 2 août, l'humanité aura consommé l'ensemble des ressources naturelles que la planète peut renouveler en une année, et vivra donc "à crédit" jusqu'au 31 décembre. Une date calculée par l'ONG Global Footprint Network, en prenant notamment en compte l'empreinte carbone, les ressources consommées pour la pêche, l'élevage, les cultures, la construction ou encore l'utilisation de l'eau.

Le constat est d'autant plus alarmant qu'inexorablement, ce "jour de dépassement" survient de plus en plus tôt chaque année. En 1977, ce n'était que le 12 novembre que la planète avait épuisé ses ressources. En 1987, c'était le 24 octobre. En 1997, c'était 30 septembre. Et en 2007, il y a dix ans, le "jour de dépassement" survenait le 15 août.

Des signes encourageants malgré tout

"Pour subvenir à nos besoins, nous avons aujourd'hui besoin de l'équivalent de 1,7 planète", écrivent les ONG Global Footprint et WWF dans un communiqué, mardi 25 juillet. Le coût de cette surconsommation est déjà visible : pénuries en eau, désertification, érosion des sols, chute de la productivité agricole et des stocks de poissons, déforestation, disparition des espèces... Vivre à crédit ne peut être que provisoire parce que la nature n'est pas un gisement dans lequel nous pouvons puiser indéfiniment."

Selon les deux organisations environnementales, "des signes encourageants" indiquent cependant qu'"il est possible d'inverser la tendance". Ainsi, malgré la croissance de l'économie mondiale, "les émissions de CO2 liées à l'énergie n'ont pas augmenté en 2016 pour la troisième année consécutive". Un point positif qui "peut s'expliquer en partie par le développement important des énergies renouvelables dans l'électricité".
http://www.francetvinfo.fr/meteo/climat ... 99775.html

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12477
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Capacité d'accueil humaine et soutenabilité durable.

Message par mobar » 26 juil. 2017, 05:39

Je suis allé sur leur site http://www.footprintnetwork.org/
Mais je n'ai pas trouvé les principes de calcul et les hypothèses qu'ils utilisent dans leur calculateur

Est ce que quelqu'un a trouvé ça quelque part?

Ailleurs que là
https://fr.wikipedia.org/wiki/Empreinte_%C3%A9cologique
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12477
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Capacité d'accueil humaine et soutenabilité durable.

Message par mobar » 26 juil. 2017, 06:50

A la grosse avec sa consommation actuelle, la France avec 5,1 hag/habitant peut nourrir durablement sans dégrader son territoire moins de 11 millions de personnes!

A l'avenir, va falloir se serrer le kiki et la ceinture ! :-"

Analyse critique, là
http://www.stat.gouv.qc.ca/statistiques ... ogique.pdf
Conclusion
L’empreinte écologique traduit, en des termes évocateurs, les incidences environnementales des
modes de consommation. Toutefois, l’interprétation des résultats de l’empreinte écologique doit
tenir compte des limites conceptuelles et méthodologiques relevées dans ce rapport. L’utilisation
de l’empreinte écologique comme indicateur de développement durable demeure controversée.
D’ailleurs, les gouvernements qui l’ont adoptée comme indicateur sont peu nombreux. Le présent
rapport est basé sur la méthodologie du GFN. Fondée sur des comptes protégés par une licence,
cette méthodologie a été critiquée pour son manque de transparence (bien que la publication, en
2008, d’un guide méthodologique l’ait rendue plus claire). De plus, des études ont démontré que
les résultats qui en sont issus sont sensibles vis-à-vis des variations des données et de la
méthodologie.
La mesure de l’empreinte écologique par l’approche entrées-sorties, basée sur les tableaux du
SCN, rend les calculs plus transparents et donne des résultats désagrégés par secteurs. Cette
méthode pourrait donc être plus pertinente pour l’analyse de politique. Il n’en demeure pas
moins que l’objectif politique sous-jacent, soit la réduction de l’appropriation de la productivité
biologique par les populations humaines, est peu utile à la prise de décision. De plus, la méthode de pondération de l’empreinte écologique est arbitraire par rapport à l’ordre de préférence social.
D’ailleurs, la mesure de l’empreinte écologique d’une région peut être interprétée de manière à
suggérer une orientation vers l’autarcie.
Ainsi, en dépit de son utilité pour révéler les effets environnementaux des modes de
consommation, l’empreinte écologique ne devrait pas servir à orienter la politique. Pour être
pertinente comme indicateur de développement durable, la mesure de l’empreinte écologique
devrait donc être considérée au sein d’un jeu d’indicateurs susceptible de couvrir l’ensemble des
aspects dont le bien-être des sociétés dépend. Par ailleurs, bien que l’approche entrées-sorties
permette de lier la mesure de l’empreinte écologique à un cadre de mesure intégré au SCN, cette
méthodologie n’a été appliquée, à notre connaissance, que dans la littérature scientifique. Une
méthodologie standardisée basée sur l’approche entrées-sorties, qui autoriserait la comparabilité
des résultats entre les territoires nationaux ou subnationaux, n’a pas encore été élaborée.
Enfin, même mesurée à l’aide de l’approche entrées-sorties, l’empreinte écologique n’est pas très
liée à l’approche par capitaux, recommandée par le WGSSD pour le suivi du développement
durable. Comme indicateur de développement durable, l’empreinte écologique demeure en
marge, sur le plan méthodologique, de l’orientation que la communauté internationale privilégie
pour le suivi du développement durable. En conclusion, étant donné ses limites conceptuelles et
méthodologiques, l’absence d’une méthodologie standardisée basée sur l’approche entrées-sorties
et la faiblesse du lien avec l’approche par capitaux, l’empreinte écologique n’est pas jugée
pertinente, en ce moment, comme indicateur de développement durable
En trois mots, a en croire les Québecois qui ne sont pas tomés de la dernière pluie : encore un enfumage!
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
rico
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 6358
Inscription : 21 sept. 2005, 15:00
Localisation : 92

Re: Capacité d'accueil humaine et soutenabilité durable.

Message par rico » 26 juil. 2017, 10:33

Le 2 août, l'humanité aura consommé la totalité des ressources que la planète peut renouveler en un an, et vivra donc "à crédit" jusqu'au 31 décembre, selon le calcul d'une ONG. Un "jour de dépassement" qui survient de plus en plus tôt chaque année.
Mise en place progressive d'un justificatif en béton débarrassé de toute culpabilité encombrante :
https://www.youtube.com/watch?v=tT9vyc9g8Ek

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12477
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Capacité d'accueil humaine et soutenabilité durable.

Message par mobar » 26 juil. 2017, 11:05

rico a écrit :
Le 2 août, l'humanité aura consommé la totalité des ressources que la planète peut renouveler en un an, et vivra donc "à crédit" jusqu'au 31 décembre, selon le calcul d'une ONG. Un "jour de dépassement" qui survient de plus en plus tôt chaque année.
Mise en place progressive d'un justificatif en béton débarrassé de toute culpabilité encombrante :
https://www.youtube.com/watch?v=tT9vyc9g8Ek
Il n'y a pas de lézard, soit on se régule, soit c'est la nature qui nous régulera
Tu peux le prendre par le bout que tu veux, quand la cage est pleine et que les ressources plafonnent, faut faire de la place
Et comme tu ne peux pas aller déposer les surnuméraires sur une autre planète, faut pas en faire naitre ou éliminer ceux qui sont déjà là

YAPAATORTYER, on y viendra de gré ou de gré!
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12477
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Capacité d'accueil humaine et soutenabilité durable.

Message par mobar » 22 oct. 2017, 06:29

La capacité d'accueil de la planète est d'abord la conséquence du modèle de développement adopté par les sociétés humaines
Le modèle actuel d'industrialisation et de consommation débridé a engendré une croissance continue de la population mondiale qui n'aspire dans sa globalité qu'a consommer de plus en plus, ce modèle est la cause première de toutes les conséquences que l'on peut constater :
- déforestation pour créer de nouvelles surfaces agricoles et nourrir les populations,
- pollutions en tous genres pour produire plus vite des produits nouveaux pour satisfaire les nouveaux entrants
- paupérisation des pays industrialisés par le transfert d'activités industrielles vers les pays à bas cout de MO
- épuisement de ressources naturelles et des énergies fossiles
- désertification, artificialisation des terres cultivables, réduction de la biodiversité, disparition des "stocks" de poissons ...

Toutes ces conséquences ne pourront se régler quand traitant le mal à sa racine. La réduction drastique de la population mondiale sera le résultat de ce changement radical de modèle de société, qu'il soit planifié et géré par l'homme ou imposé par les lois physiques qui régissent la vie depuis son apparition sur Terre.

Au lieu de ferrailler contre la pollution, les sacs plastiques, les pets des vaches, le gaspillage d'eau, les pesticides ... et toutes ces conséquences, on ferait mieux de se préoccuper de la cause des causes et de réfléchir à la façon de l'éradiquer

http://planeteviable.org/demographie-bilan-ecologique/

Avatar de l’utilisateur
rico
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 6358
Inscription : 21 sept. 2005, 15:00
Localisation : 92

Re: Capacité d'accueil humaine et soutenabilité durable.

Message par rico » 22 oct. 2017, 10:28

Y'a un beau bordel qui arrive. Ca devrait régler pas mal de problèmes tout en en créant d'autres encore pires. :lol:

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Capacité d'accueil humaine et soutenabilité durable.

Message par energy_isere » 22 oct. 2017, 12:51

rico a écrit :
22 oct. 2017, 10:28
Y'a un beau bordel qui arrive.
Oui, ta feuille d' impots locaux.

Sinon ?

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Capacité d'accueil humaine et soutenabilité durable.

Message par energy_isere » 31 juil. 2018, 00:25

Dès mercredi, l'humanité aura épuisé les ressources de la planète pour 2018

30 juillet 2018

AFP
parue le 30 juill. 2018 à 12h35
L'humanité aura consommé au 1er août l'ensemble des ressources que la nature peut renouveler en un an et vivra "à crédit" pendant cinq mois, selon l'ONG Global Footprint Network, qui souligne que cette date survient de plus en plus tôt.

Le 1er août est "la date à laquelle nous aurons utilisé plus d'arbres, d'eau, de sols fertiles et de poissons que ce que la Terre peut nous fournir en un an pour nous alimenter, nous loger et nous déplacer, et émis plus de carbone que les océans et les forêts peuvent absorber", explique Valérie Gramond de WWF, partenaire du Global Footprint Network. "Il nous faudrait aujourd'hui l'équivalent de 1,7 Terre pour subvenir à nos besoins", souligne WWF dans un communiqué.

Cette date est la plus précoce jamais enregistrée depuis le lancement du "jour du dépassement" au début des années 1970, où la date retenue était celle du 29 décembre. En 2017, il était intervenu le 3 août.

Le mouvement "s'est accéléré à cause de la surconsommation et du gaspillage", explique Valérie Gramond, qui rappelle que dans le monde, environ un tiers des aliments finissent à la poubelle. "On met à mal la capacité de la planète à se régénérer", en puisant par exemple dans les stocks de poissons, ajoute-t-elle.

La situation diffère fortement selon les pays. "Nous avons des responsabilités différentes: des petits pays avec peu de population, comme le Qatar et le Luxembourg, ont une empreinte écologique extrêmement forte", souligne Pierre Cannet de WWF. Si l'ensemble de l'humanité vivait comme eux, le "jour du dépassement" interviendrait dès les 9 et 19 février. A l'inverse, dans un pays comme le Vietnam, la date retenue est celle du 21 décembre.

"On doit passer du cri d'alarme à l'action", estime Pierre Cannet, qui s'inquiète de la reprise des émissions de CO2 au niveau mondial en 2017 après trois années de stabilisation.

Sur le site internet du "jour du dépassement" sont présentées différentes solutions pour inverser la tendance: revoir la façon dont sont pensées les villes, développer et privilégier les énergies vertes, lutter contre le gaspillage alimentaire et la surconsommation de viande, limiter l'expansion démographique.

Chacun peut calculer son empreinte écologique sur http://www.footprintcalculator.org/.
https://www.connaissancedesenergies.org ... 018-180730

Avatar de l’utilisateur
mobar
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 12477
Inscription : 02 mai 2006, 12:10
Localisation : Essonne

Re: Capacité d'accueil humaine et soutenabilité durable.

Message par mobar » 31 juil. 2018, 08:28

Quand il n'y a plus assez de ressources pour nourrir tout le monde, il suffit de tortorer ceux qui se goinfrent le plus, et comme en général ce sont les plus grassouillets, ce sont ceux qui permettent de nourrir le plus de monde

Le radeau de la Méduse version planète!
"C'est quand il n'y a plus d'espoir qu'il ne faut désespérer de rien" Sénèque
https://youtu.be/0pK01iKwb1U

Répondre