la 6 iéme extinction

Discussions concernant les conséquences sur l'environnement de la course aux ressources.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58642
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

la 6 iéme extinction

Message par energy_isere » 30 août 2015, 15:10

La 6ème extinction
Comment l'homme détruit la vie, Prix Pulitzer 2015 en catégorie non fiction - Elisabeth Kolbert (Auteur) - Marcel Blanc (Traduction) - Paru le 14 août 2015 - Essai (broché)

Image

RÉSUMÉ LA 6ÈME EXTINCTION

PRIX PULITZER. "Une histoire claire et extremement complete des extinctions de masse en meme temps qu'une merveilleuse evocation de la complexite de la vie.
Depuis l'apparition de la vie sur Terre, il y a eu cinq extinctions massives d'especes. Aujourd'hui, les scientifiques estiment que notre planete est en train de vivre la sixieme, la plus devastatrice depuis la disparition des dinosaures. Mais cette fois, c'est l'homme qui en est la cause.Pour prendre toute la mesure de ce moment critique, Elizabeth Kolbert a mene une enquete passionnante sur la grande histoire de la vie terrestre, en remontant aux decouvertes de Cuvier et Darwin, et sur le peril imminent qui la guette. Des iles du Pacifique jusqu'au Museum national d'histoire naturelle de Paris en passant par la foret amazonienne, elle est partie a la rencontre des scientifiques qui enregistrent chaque jour de nouveaux indices d'une realite implacable.Avec ce livre majeur, salue dans le monde entier comme un evenement, Elizabeth Kolbert signe d'une plume alerte et lumineuse le reportage le plus saisissant sur le sujet. Elle montre que l'humanite ne peut plus ignorer la crise environnementale, au risque de disparaitre a son tour.


LE MOT DE L'ÉDITEUR LA 6ÈME EXTINCTION

Depuis l’apparition de la vie sur Terre, il y a eu cinq extinctions massives d’espèces. Aujourd’hui, les scientifiques estiment que notre planète est en train de vivre la sixième, la plus dévastatrice depuis la disparition des dinosaures. Tous les jours, sous nos yeux, parfois même dans notre jardin, des espèces s’éteignent. Mais cette fois, c’est l’homme, et l’homme seul, qui en est la cause.
Pour prendre toute la mesure du moment critique que nous sommes en train de traverser, Elizabeth Kolbert se livre à une enquête passionnante sur la grande histoire de la vie terrestre, en remontant aux découvertes de Cuvier et Darwin, et le péril imminent qui la guette. Des îles du Pacifique jusqu’au Muséum d’histoire naturelle de Paris en passant par la forêt amazonienne, elle part à la rencontre des scientifiques de terrain qui enregistrent chaque jour de nouveaux indices d’une réalité qu’on ne peut plus nier.
Avec ce livre majeur, salué dans le monde entier comme un événement, Elizabeth Kolbert signe d’une plume alerte et lumineuse le reportage le plus saisissant sur le sujet. Elle montre que l’humanité ne peut plus ignorer la crise environnementale, au risque de disparaître à son tour.

Elizabeth Kolbert est journaliste au New Yorker.
http://livre.fnac.com/a8272899/Elisabet ... icheResume

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58642
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la 6 iéme extinction

Message par energy_isere » 30 août 2015, 15:13

L'homme aussi catastrophique que l'astéroïde qui a tué les dinosaures?

Alice Bru 13.02.2014 slate.fr

Depuis l'apparition de la vie, il y a quelque 3,5 milliards d'années, la Terre a connu cinq grandes extinctions d'espèces végétales et animales. Nous pourrions être à l'aube de la sixième, pensent les biologistes, et en être la cause directe. Le Washington Post a publié le 11 février une interview d'Elizabeth Kolbert, une journaliste du New Yorker spécialiste du changement climatique à propos de son dernier livre sur les extinctions massives qu'a connu la vie sur Terre, The Sixth Extinction (La sixième extinction).

Le journal cite en introduction un rapport de 2007 du Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec) qui suggérait déjà que 20% à 30% (mais les scientifiques peinent en réalité à s'accorder sur ces valeurs) des espèces végétales et animales feraient face à un risque accru de disparition si les choses continuaient ainsi. Elizabeth Kolbert explique dans l'interview que «normalement, vous ne devriez pas voir disparaître quelque chose dans le temps d'une vie humaine. Ce n'est clairement pas ce qui se passe actuellement. N'importe quel biologiste a vu une espèce s'éteindre ou s'approcher dangereusement de la disparition».

Depuis son apparition, la vie sur Terre connaît «de longues périodes de calme plat, qu'interrompent des attaques de panique» quand survient une catastrophe entraînant une extinction, explique Elizabeth Kolbert dans une image. Et le site Notre Planète remarque que l'activité humaine a accéléré le rythme d'extinction et l'a multiplié par cent, certains biologistes parlant même d'un rythme mille fois supérieur à la normale.

Le New York Times abonde en ce sens, expliquant que les catastrophes environnementales comme l'astéroïde qui a anéanti les dinosaures du Crétacé ou la glaciation qui a marqué la fin de l'Ordovicien mènent à l'extinction des espèces en changeant les règles du jeu de la survie. L'homme, avec sa pratique de la chasse, la déforestation, l'introduction d'espèces invasives et ses émissions de CO2 pourrait bien être cette nouvelle catastrophe environnementale.

Interrogée par Mother Jones, Elizabeth Kolbert explique que la science ne dispose d'aucune théorie générale des extinctions de masse. Les scientifiques sont donc incapables de prédire un tel événement, qui n'apparaît pas de façon cyclique et a chaque fois eu une cause différente. «La survenue d'une extinction massive est, aussi loin qu'on sache, totalement hasardeuse», et pourrait très bien entraîner la fin de l'espèce humaine.

Dans son interview au Washinton Post, Elizabeth Kolbert pose également la question de savoir s'il s'agit effectivement d'une nouvelle extinction massive de la vie sur Terre, ou si on a affaire à une simple augmentation passagère du taux d'espèces disparaissant, le phénomène n'ayant été jusqu'ici étudié qu'a posteriori. Le débat est ouvert, «mais si vous regardez rigoureusement ce qui se passe, vous vous rendez compte qu'il y a quelque chose d'inhabituel».

Alice Bru
http://www.slate.fr/life/83457/sixieme- ... omme-cause

Avatar de l’utilisateur
rico
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 6358
Inscription : 21 sept. 2005, 15:00
Localisation : 92

Re: la 6 iéme extinction

Message par rico » 30 août 2015, 15:26

Ouais mais l'homme c'est un malin : il fait des milliards de gosses rendant toute extinction de lui même impossible. Et visiblement c'est pas prêt de s'arrêter....

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58642
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la 6 iéme extinction

Message par energy_isere » 31 oct. 2015, 20:28

Image

Excellent livre. Je recommande.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58642
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la 6 iéme extinction

Message par energy_isere » 22 mai 2016, 14:43

Plus du tiers des oiseaux d'Amérique du Nord sont en voie d'extinction

Par Félix Gouty Sciences et Avenir

Une agence mandatée par le Canada, les États-Unis et le Mexique, a récemment rendu son rapport sur l'état de la biodiversité des espèces d'oiseaux nord-américains. Ses chiffres sont alarmants.
http://www.sciencesetavenir.fr/animaux/ ... ction.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58642
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la 6 iéme extinction

Message par energy_isere » 22 mai 2016, 15:04

Le plus petit cétacé du monde au bord de l'extinction

Sciences et Avenir avec AFP le 16-05-2016

Il ne reste plus qu'un soixantaine de marsouins du Pacifique. La population de ce petit cétacé a chuté de plus de 90% en 20 ans.

Le marsouin du Pacifique (Phocoena sinus), le plus petit cétacé au monde, est proche de l'extinction. Seule une soixantaine de spécimens sont toujours en vie, ont alerté vendredi 13 mai 2016 des associations de protection de l'environnement. La population de ce petit mammifère de 1,5 mètre de long, également appelé marsouin du golfe de Californie ou "vaquita marina" ("la vachette de mer"), a chuté de plus de 90% en 20 ans, précise le communiqué de la branche mexicaine de l'ONG WWF.

Victime collatérale des braconniers

Le ministère mexicain de l'Environnement a estimé à "une soixantaine" le nombre de spécimens vivants. "Nous sommes en train de perdre la bataille (...) pour sauver le vaquita", s'est alarmé Omar Vidal, le directeur de WWF Mexique. Le vaquita marina est victime des filets dérivants utilisés par les contrebandiers de totoaba, un poisson également en danger d'extinction, prisé pour sa vessie natatoire qui, une fois séchée, est vendue sur le marché noir en Chine. Les autorités mexicaines assurent avoir fait des progrès pour sauver le vaquita marina et le totoaba depuis que le président Enrique Peña Nieto a imposé en avril 2015 une interdiction des filets dérivants sur 13.000 kilomètres carrés pendant deux ans, multipliant ainsi par dix la surface de la zone protégée. Un navire patrouilleur de la Marine, une douzaine de petits bateaux rapides, un hélicoptère et deux avions patrouillent la zone pour empêcher le braconnage.Un plan de 30 millions de dollars par an a également été mis en place à destination des pêcheurs locaux pour les convaincre de remplacer les filets dérivants par des méthodes plus respectueuses de l'environnement.

Néanmoins, des marins mexicains confiaient le mois dernier à l'AFP découvrir tous les jours des filets dérivants, d'une surface équivalant à trois à dix fois un terrain de football. L'an dernier, 600 filets ont été saisis et 77 personnes interpellées, a indiqué le ministère de l'Environnement mexicain. Les pêcheurs continuent d'utiliser clandestinement cette méthode interdite la nuit, accuse Oona Isabelle Layolle de l'ONG Sea Shepherd, qui a dépêché deux navires dans la zone pour aider les autorités à repérer les filets dérivants. Mais augmenter la population du vaquita marina est loin d'être gagné, une femelle vaquita donnant naissance à un petit seulement tous les deux ans, ajoute-t-elle. Le WWF a appelé le Mexique, les Etats-Unis et la Chine à prendre des mesures urgentes et à coordonner leurs actions pour mettre fin au trafic, faute de quoi "ces trois pays partageront la responsabilité" de l'extinction du vaquita, a averti l'organisation. "Nous sommes convaincus qu'il est toujours possible de sauver le vaquita, mais c'est clairement la dernière chance", explique Omar Vidal.
http://www.sciencesetavenir.fr/animaux/ ... ction.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58642
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la 6 iéme extinction

Message par energy_isere » 22 mai 2016, 15:07

Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58642
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la 6 iéme extinction

Message par energy_isere » 05 juin 2016, 14:42

Les éléphants de la réserve tanzanienne de Selous pourraient disparaître d'ici 2022

Sciences et Avenir 04-06-2016

Les éléphants de la célèbre réserve tanzanienne de Selous, la plus grande du pays, pourraient disparaître d'ici à 2022 si le braconnage y continue aux niveaux actuels, a mis en garde mercredi 1er juin 2016 le Fonds mondial pour la nature (WWF). La population d'éléphants de la réserve était d'environ 110.000 dans les années soixante-dix, mais seuls 15.000 y vivent encore, menacés par un "braconnage industriel". "Si l'on en croit l'augmentation continue du braconnage des éléphants, nous pourrions bien assister d'ici 2022 à l'abattage du dernier éléphant de Selous par des réseaux criminels entraînés et lourdement armés", a assuré le WWF dans un rapport. "Des mesures urgentes sont nécessaires pour protéger les animaux restants".

.................
http://www.sciencesetavenir.fr/animaux/ ... -2022.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58642
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la 6 iéme extinction

Message par energy_isere » 15 juin 2016, 19:23

Un premier mammifère disparaît à cause du réchauffement climatique

le 15/06/2016

Le melomys rubicola pourrait être le premier mammifère à s'être éteint sous l'effet du changement climatique. Aucune espèce de ce rongeur australien n'a été vue depuis 2009.

Image
Le melomys rubicola avait été découvert en 1845. | Photo archive : Gouvernement du Queensland


Il pourrait s'agir de la première espèce de mammifère disparue sous l'effet du changement climatique. Depuis 2009, plus aucun spécimen de melomys rubicola, un rongeur australien, n'a été vu. Dans l'espoir de conserver l'espèce, d'importantes recherches ont été lancées en 2014 sur la petite île sablonneuse de Bramble Cay, dans le Détroit de Torrès, séparant l'Australie de la Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Il s'agit en effet du seul habitat connu de ce petit rongeur, découvert en 1845 par les Européens et considéré comme le seul mammifère endémique de la Grande Barrière de Corail. Pour tenter de le débusquer, des pièges et caméras ont été déployés… en vain. Ce qui « confirme que la seule population connue de ce rongeur est désormais éteinte », selon l'étude, réalisée département de l'Environnement et l'Université du Queensland.


Montée des eaux et perte d'habitat

La submersion de l'îlot de Bramble Cay, qui ne culmine qu'à quelques mètres, et la perte d'habitat pour les rongeurs, sont « très probablement » la raison expliquant cette disparition, affirment les auteurs de l'étude. En effet, les données existantes sur l'élévation du niveau des eaux et les phénomènes climatiques dans le Détroit de Torrès laissent penser que « les changements climatiques provoqués par l'homme (sont) la cause profonde de la disparition du melomys de Bramble Cay ».
http://www.ouest-france.fr/environnemen ... ue-4300280

Avatar de l’utilisateur
williams
Condensat
Condensat
Messages : 638
Inscription : 03 janv. 2010, 15:45
Contact :

Re: la 6 iéme extinction

Message par williams » 15 juin 2016, 22:10

Vu le lieu de se rongeur le changement climatique pourrait en être la cause mais attention quand il est dit comme toujours « les changements climatiques provoqués par l'homme (sont)... » car le réchauffement climatique a lieu depuis au moins 266 ans et donc les océans montent depuis autant de temps se qui montre que l'homme en n'est pas la cause. Tout ceci est tout comme cela a été le cas lors des inter-glaciations ou voir d'autres périodes de réchauffements plus courtes (l'an 600 à 1200).

Image

ou bien

Image

Sea level development model of the last 2000 years. The bold black curve starting in 1700 is a geological reconstruction by Jevrejeva et al. (2006). Modified as to Grinsted et al. (2010).

Et sur une échelle de temps plus grande :

Image

En se concentrant sur ​​les 8000 dernières années, nous pouvons aussi voir que les niveaux des océans sont au plus haut aux périodes chaudes et donc les eaux ont déjà englouti ces îles sans que l'effet anthropique joue un rôle :
- l'Optimun Médiévale ;
- Romaine ;
- Egyptienne / Minoan ;

Williams

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58642
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la 6 iéme extinction

Message par energy_isere » 15 juin 2016, 22:22

Nous sommes bien en train de vivre une nouvelle extinction de masse

Grégory Ruffin Sciences et Avenir le 26-06-2015

Annoncée, démentie, puis remise au goût du jour. Une nouvelle extinction animale de masse a été confirmée par un groupe de scientifiques.

Image
Le lynx d'Espagne (Lynx pardinus) est actuellement l'un des animaux les plus menacés d'extinction du monde. ©Pete Oxford / Minden Pictures / Biosphoto / AFP

AVENIR. Une surprise ? Plutôt une confirmation. À force de prévenir à tous les niveaux des conséquences de l’activité humaine sur la santé de la planète, nous avons aujourd’hui des preuves que celle-ci est nuisible. Et les premières victimes se comptent par milliers. Selon l’étude publiée vendredi 19 juin 2015 dans le journal Science Advances, la vitesse de disparition d’espèces animales n’a pas été si élevée qu’actuellement depuis la fameuse extinction des dinosaures. C’était il y a 65 millions d’années.

L’étude repose notamment sur la mesure du rythme des disparitions enregistrées depuis le début du XIXe siècle pour les oiseaux et les mammifères et le début du XXe siècle pour les autres espèces (reptiles, amphibiens, poissons). Les scientifiques ont également pris en compte des estimations basées sur l’analyse et la datation de fossiles. Leurs conclusions sont pour le moins dramatiques comme le montre l’exemple des vertébrés. Plus de 400 espèces sont passées aux abonnés absents depuis 1900, un nombre qui n’aurait dû être atteint qu’au bout de 10.000 années si l’on se réfère aux moyennes observées durant la période pré-humaine. À cette époque nous n’aurions déploré que neuf extinctions parmi les vertébrés sur la même durée. Nous sommes également sur une base de deux disparitions de mammifères sur 10.000, ce qui est 114 fois supérieur au rythme naturel observé.

Coupable puis victime, l’Homme au cœur du problème

Selon Paul Ehrlich, professeur en biologie à l’université de Stanford et coauteur de l’étude : "nous scions la branche sur laquelle nous sommes assis". Les conséquences de l’activité humaine sont désignées comme principales causes de cette situation. Un appel à reconsidérer nos modes de vie, sans quoi l’être humain fera partie des victimes un jour. Gerardo Ceballos de l’université autonome de Mexico prévient : "si nous laissons les choses évoluer dans le même sens, la vie sur Terre pourrait mettre des millions d’années à s’en remettre, et notre espèce disparaîtrait sans doute assez tôt."

Sombres perspectives

En dehors de la menace pour l’homme, c’est la perte de biodiversité qui est préoccupante. Même au sein des espèces aujourd’hui considérées comme non-menacées, la diminution des effectifs est notable. Et le nombre d'espèces en danger grossit dangereusement. Selon l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN), au moins 50 espèces se rapprochent de l’extinction chaque année. Ainsi, 41% des amphibiens et 26% des mammifères sont concernés selon cet organisme. Et perdre en biodiversité, c’est se tirer une balle dans le pied, les écosystèmes ayant besoin de variété pour vivre et se développer. La disparition d’un animal (ou de tout organisme d'ailleurs) a des conséquences pour l'ensemble des espèces survivantes.

Des conclusions d’autant plus alarmistes que les chiffres retenus et les projections exposées par les auteurs de l’étude seraient ceux d’une fourchette basse. Faut-il revoir nos comportements et notre politique de préservation des animaux et de la nature ? "Pour éviter une réelle extinction de masse, il nous faut intensifier rapidement les efforts pour sauver les espèces déjà menacées et réduire la pression sur leurs populations. En particulier en ce qui concerne leurs habitats, la surexploitation à but économique et le changement climatique", concluent les chercheurs. De bons conseils si nous se voulons pas être à l'affiche de Human Park, la suite attendue de Jurassic World.
http://www.sciencesetavenir.fr/animaux/ ... masse.html

Avatar de l’utilisateur
williams
Condensat
Condensat
Messages : 638
Inscription : 03 janv. 2010, 15:45
Contact :

Re: la 6 iéme extinction

Message par williams » 16 juin 2016, 11:32

Pour avoir plus d'infos sur l'extinction du Lynx d'Espagne vous avez actuellement sur France 5 et que vous devriez pouvez revoir sur internet : http://www.france5.fr/videos ici : http://www.france5.fr/emission/sauver-l ... 2016-10h50 pendant 6 jours.

Williams
Dernière modification par williams le 16 juin 2016, 18:42, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 58642
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: la 6 iéme extinction

Message par energy_isere » 16 juin 2016, 12:41

Le lynx d'Espagne, le félin le plus menacé au monde

le 11/09/2013

Le lynx d'Espagne est le félin le plus menacé d'extinction au monde. Sa population à l'état sauvage est estimée à seulement 250 individus, répartis dans deux régions du sud de l'Espagne. Les auteurs d'une étude espagnole parue fin juillet dans Nature Climate Change, citée par Sciences et Avenir, s'alarment de ces chiffres. Le lynx pardelle est classé en danger critique d'extinction dans la Liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), soit l'ultime stade avant que l'espèce soit considérée comme éteinte à l'état sauvage, explique ce reportage de France 2 diffusé mardi 10 septembre.

Ces gros chats tachetés, qui peuvent mesurer jusqu'à un mètre de long et peser 15 kilos, n'occupaient plus que 1 200 km2 en 2005, contre 40 600 km2 dans les années 1950. Le déclin du lynx s'explique en premier lieu par la disparition de sa principale source d'alimentation : les lapins, pour plus de 80%, décimés par la myxomatose dans les années 1950, et plus récemment par la maladie hémorragique du lapin (RHD).

Selon cette étude, le réchauffement climatique va encore accroître les menaces pesant sur la survie de cette espèce, et pourrait conduire à sa disparition dans les 50 ans qui viennent. Les changements attendus arriveront trop rapidement pour permettre au lynx de s'adapter ou de se déplacer vers des régions plus favorables.
http://www.francetvinfo.fr/monde/enviro ... 08673.html

Image

Image

http://www.especes-menacees.fr/lynx-pardelle/

Avatar de l’utilisateur
GillesH38
Hydrogène
Hydrogène
Messages : 13338
Inscription : 10 sept. 2005, 17:07
Localisation : Berceau de la Houille Blanche !
Contact :

Re: la 6 iéme extinction

Message par GillesH38 » 16 juin 2016, 17:06

energy_isere a écrit :
Le lynx d'Espagne est le félin le plus menacé d'extinction au monde. Sa population à l'état sauvage est estimée à seulement 250 individus, répartis dans deux régions du sud de l'Espagne. Les auteurs d'une étude espagnole parue fin juillet dans Nature Climate Change.... Le déclin du lynx s'explique en premier lieu par la disparition de sa principale source d'alimentation : les lapins, pour plus de 80%, décimés par la myxomatose dans les années 1950, et plus récemment par la maladie hémorragique du lapin (RHD).
cherchez l'erreur .... :)
- Je suis Charlie - "I do not see any harm in people making money if it leads to a lower carbon society " R.K. Pachauri, président du GIEC, interview du 6 mai 2008 à Emirates Business.

Avatar de l’utilisateur
williams
Condensat
Condensat
Messages : 638
Inscription : 03 janv. 2010, 15:45
Contact :

Re: la 6 iéme extinction

Message par williams » 16 juin 2016, 18:41

energy_isere a écrit :
Le lynx d'Espagne, le félin le plus menacé au monde

le 11/09/2013

Le lynx d'Espagne est le félin le plus menacé d'extinction au monde. Sa population à l'état sauvage est estimée à seulement 250 individus, répartis dans deux régions du sud de l'Espagne. Les auteurs d'une étude espagnole parue fin juillet dans Nature Climate Change, citée par Sciences et Avenir, s'alarment de ces chiffres. Le lynx pardelle est classé en danger critique d'extinction dans la Liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), soit l'ultime stade avant que l'espèce soit considérée comme éteinte à l'état sauvage, explique ce reportage de France 2 diffusé mardi 10 septembre.

Ces gros chats tachetés, qui peuvent mesurer jusqu'à un mètre de long et peser 15 kilos, n'occupaient plus que 1 200 km2 en 2005, contre 40 600 km2 dans les années 1950. Le déclin du lynx s'explique en premier lieu par la disparition de sa principale source d'alimentation : les lapins, pour plus de 80%, décimés par la myxomatose dans les années 1950, et plus récemment par la maladie hémorragique du lapin (RHD).

Selon cette étude, le réchauffement climatique va encore accroître les menaces pesant sur la survie de cette espèce, et pourrait conduire à sa disparition dans les 50 ans qui viennent. Les changements attendus arriveront trop rapidement pour permettre au lynx de s'adapter ou de se déplacer vers des régions plus favorables.
http://www.francetvinfo.fr/monde/enviro ... 08673.html

Image

Image

http://www.especes-menacees.fr/lynx-pardelle/
Dire que le réchauffement climatique va et est la cause de l'extinction du lynx en Espagne est une fois de plus une excuse abusif... Comme vous pouvez le lire on met tout sur le dos de l'évolution du climat alors que celui-ci a toujours évolué et la majorité des animaux se sont adoptés.

La population de cet animal a et diminue suite à d'autres raisons causées par l'homme. La chasse du lynx et de sa nourriture il y a un moment ainsi que le changement de son habitat suite à la déforestation au 19ème siècles, la présence de l'homme de plus en plus proche de son habitat (routes,...), etc sont les causes principales de l'extinction du lynx et non le réchauffement. Puis la présence de cet animal est malheureusement pas bien accepté par certaines personnes qui n'hésitent pas les empoisonner.

Williams

Répondre