Et le Pic pollution ?

Discussions concernant les conséquences sur l'environnement de la course aux ressources.

Modérateurs : Rod, Modérateurs

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Et le Pic pollution ?

Message par energy_isere » 13 août 2017, 15:46

ALGUES VERTES : LE FLÉAU DE LA BRETAGNE EST DE RETOUR

Le 11/08/2017

Les experts redoutent pour cet été la pire marée verte de la décennie. Un nouveau plan de bataille d’un montant de 55,5 millions d’euros est censé enrayer la prolifération.

En avril dernier, les Bretons ont compris qu’ils allaient devoir se remettre sérieusement au boulot pour nettoyer leurs plages : le niveau d’algues vertes était le plus fort que l’on ait jamais vu à cette période de l’année… Pire que les années noires, ou plutôt vertes, de 2008 et 2009. "En survolant les baies, nous avons mesuré cinq fois plus d’algues vertes que la moyenne depuis 2002", expose Sylvain Ballu, qui étudie l’évolution de ces marées vertes au Centre d’étude et de valorisation des algues (Ceva) de Pleubian.

Motif ? L’hiver a été calme : peu de tempêtes, donc peu de grosses vagues pour nettoyer les algues agglutinées l’année précédente. Ajoutez à cela le beau temps et une température de l’eau supérieure en début de printemps… Le cocktail est parfait pour favoriser la concentration de nitrates. Ces dérivés azotés présents dans l’eau, qui proviennent de l’épandage intensif issu des déjections des porcs et des volailles d’élevage, font proliférer les algues vertes devenues depuis plusieurs décennies le fléau breton par excellence. Ce sont des dizaines de milliers de tonnes d’algues qu’il va falloir enlever dans les semaines à venir.

"Les algues vertes concernent moins de 5% des 2.700 kilomètres de littoraux", relativise Thierry Burlot, le vice-président du conseil régional de Bretagne chargé de l’environnement. Sans doute, mais pour les huit baies de la région concernées – de Saint-Brieuc à Concarneau en passant par Lannion et Douarnenez –, le défi n’est pas mince. Comme les eaux stagnent dans les baies, les vagues ne chassent pas la "salade", qui pourrit. Fraîches, les algues sont désagréables mais elles ne sont pas dangereuses. En revanche, quand elles pourrissent au soleil, elles deviennent toxiques et les échouages sont suspectés de constituer un danger mortel pour l’homme.

....................
....................

Image
http://www.capital.fr/entreprises-march ... ur-1239658

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Et le Pic pollution ?

Message par energy_isere » 12 févr. 2018, 19:17

Une nouvelle étude alerte sur la toxicité des aliments à Fos-sur-Mer

Usine Nouvelle le 12/02/2018

La zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer est de nouveau visée par une étude de l'Association de défense et de protection du littoral du golfe de Fos (ADPLGF) qui relève des taux anormalement élevés de dioxines et de PCB dans des aliments, selon Le Monde.


Des dioxines et du PCB dans les aliments provenant du golfe de Fos ? Une étude de l'Association de défense et de protection du littoral du golfe de Fos (ADPLGF), que Le Monde s'est procurée, révèle que les aliments analysés contiennent des teneurs élevées en dioxines et PCB. Cette étude, dernière pièce d'un dossier complet, va être dévoilée ce soir. Soutenue par la mairie, l'association souhaite déposer une plainte contre X pour mise en danger de la vie d'autrui dans les prochaines semaines, précise le quotidien.

La zone industrialo-portuaire de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône) est fréquemment visée ces dernières années par des associations et le maire mettant en avant de potentiels problèmes sanitaires liés aux rejets des usines. En mars 20107, l'étude de Fos Epseal s'interrogeait sur les impacts environnementaux et sanitaires des activités industrielles et révélait notamment que "la prévalence chez les adultes de l'asthme cumulé, des cancers notamment chez les femmes et des diabètes (dont des cas de type 1) est plus élevée à Fos-sur-Mer et Port-Saint-Louis-du-Rhône qu'en moyenne en France".

Des teneurs élevées de dioxines dans la viande de taureau et les oeufs

Dans le cadre de cette nouvelle étude, l'ADPLGF a mené des analyses sur des poissons du golfe de Fos ainsi que sept produits certifiés AOC (taureau de Camargue, mouton de Crau, fromages de chèvre, œufs de poules élevées en plein air, moules de Carteau à Port-Saint-Louis-du-Rhône, huile d’olive et foin de Crau) entre 2009 et 2015, liste Le Monde. Deux laboratoires spécialisés ont recherché des composés chimiques dans les échantillons, et l'Institut écocitoyen pour la connaissance des pollutions, implanté à Fos, a interprété les résultats.

La viande de taureau et les œufs sont particulièrement touchés par des teneurs élevées en dioxines, des polluants organiques persistants considérées comme substances cancérigènes par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Alors que seulement quatre dépassements pour 204 essais sont constatés sur les œufs à l'échelle de la France, ici des dépassements en dioxines sont constatés sur la moitié des quatre prélèvements réalisés. Pour la viande de taureau ce sont deux dépassements de la valeur réglementaire qui ont été constatés sur les huit prélèvements réalisés (contre un dépassement sur 318 prélèvements dans toute la France), ajoute le quotidien.

Concernant les PCB, des perturbateurs endocriniens, des teneurs importantes ont été relevées dans des moules et des poissons et des teneurs supérieures aux maximales nationales ont été prélevées sur les œufs et la viande bovine. Et des métaux lourds ont aussi été retrouvés en quantité "importante" dans les produits issus de la mer, détaille Le Monde.
https://www.usinenouvelle.com/article/u ... er.N651879

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Et le Pic pollution ?

Message par energy_isere » 19 févr. 2018, 20:42

La Chine va planter 84 000 km² de forêts pour lutter contre la pollution de l’air


Alors que la Chine multiplie les initiatives pour développer l’énergie verte et réduire les émissions de CO2, le pays souffre toujours de la pollution de l’air. Pour régler ce problème, des milliers d’arbres vont être plantés dans les années à venir. Une augmentation de la couverture forestière qui, si elle semble être la solution, pourrait ne pas suffire.

Image

DES ACTIONS DÉJÀ MENÉES POUR RÉDUIRE LA POLLUTION

Avec un brouillard polluant planant en permanence au-dessus des grandes villes et des répercussions sur l’ensemble du pays, la Chine vit avec le CO2 au quotidien. Néfaste pour la santé et l’environnement, le pays agit pourtant pour améliorer la qualité de l’air.

En 2017, la Chine avait annoncé vouloir fermer 40 % de ses usines et prendre une mesure concernant les véhicules diesel. Depuis peu, elle abrite une tour purificatrice d’air capable de réduire la pollution environnante de 15 %. Cependant, la Chine ne s’arrête pas à ces alternatives. Elle a dévoilé son nouveau projet pour réduire les émissions de CO2 : planter 84 000 km² de forêts.

La Chine compte actuellement 208 millions d’hectares de forêt, ce qui représente 21 % de la superficie du pays. Rien qu’en 2018, le pays souhaite que celle-ci passe à 23 % et pour accomplir cette mission, 60 000 soldats de l’armée populaire ainsi que des policiers vont être réquisitionnés, d’après le journal Asia Times. Cette augmentation ne marque toutefois que le début d’un plan de grande ampleur.

Le chef de l’Administration des forêts de Chine, Zhang Jianlong, a déclaré que la couverture forestière totale du pays pourrait atteindre 26 % en l’espace de 20 ans. Certaines régions du pays pourraient même dépasser les 30 % de couverture forestière, comme la province du Heibei près de Pékin qui est l’une des régions les plus polluées du pays.

UNE VRAIE SOLUTION ?

Savoir que la Chine a conscience de ses problèmes de pollution de l’air et qu’elle souhaite les réduire est rassurant. Toutefois, même si planter ces arbres paraît être une solution, elle n’est pas suffisante pour faire disparaître le brouillard polluant qui plane sur le pays.

Augmenter de 2 % la couverture forestière aura un petit impact mais pour être véritablement efficace, il doit être couplé à d’autres efforts. La Chine doit par exemple interdire la circulation des véhicules tournant au diesel ou développer davantage les énergies renouvelables pour changer la qualité de l’air.
https://dailygeekshow.com/chine-pollution-air-forets/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Et le Pic pollution ?

Message par energy_isere » 20 févr. 2018, 13:06

et on apprend que la Chine à déjà ces derniers 5 ans replanté 338 000 km2 de forét !
La Chine compte actuellement environ 208 millions d’hectares de forêt, avec 33,8 millions d’hectares ajoutés au cours des cinq dernières années.

Image

http://sciencepost.fr/2018/02/chine-va- ... n-de-lair/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Et le Pic pollution ?

Message par energy_isere » 05 mars 2018, 21:02

Du plomb découvert dans du sel de Guérande

Par Le Figaro.fr le 05/03/2018

Des sachets de fleur de sel et de gros sel de Guérande et commercialisés dans les magasins Lidl ont été rappelés en raison de leur trop forte teneur en plomb qui viendrait de balles de fusil, selon Ouest-France . D'autres sachets vendus à Auchan et dans les filiales de Carrefou ont également été rappélés.

L'origine du problème viendrait de ball-traps -pratique qui consiste à abattre au fusil des plateaux projetés en l'air-, organisés depuis plusieurs années à proximité de la saline "contaminée". En effet, cette pratique laisserait au sol des cartouches contenant 32 grammes de plomb. Par ailleurs, ces grenailles ont été interdites dès 1986 dans un arrêté, ciblant les zones humides et protégées.
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/ ... erande.php

Quand je pense que dans mon industrie on se fait chier à ne plus mettre de plomb dans les cartes electroniques .......
Suis venere.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Et le Pic pollution ?

Message par energy_isere » 09 juil. 2018, 19:39

L'usine Sanofi qui fabrique la Dépakine à Mourenx émet des rejets toxiques bien au-delà des normes

Selon une information franceinfo, l'usine qui fabrique la dépakine pollue bien au delà des normes. L'association France Nature environnement a décidé de porter plainte.

L'association France Nature environnement a décidé de porter plainte lundi 9 juillet contre l’usine Sanofi du bassin de Lacq à Mourenx (Pyrénées-Atlantiques) qui fabrique la Dépakine et qui pollue bien au-delà des normes autorisées, révèle franceinfo dimanche 8 juillet
..................
https://www.francetvinfo.fr/sante/envir ... 41127.html

Avatar de l’utilisateur
Silenius
Gaz naturel
Gaz naturel
Messages : 1143
Inscription : 06 avr. 2007, 00:56

Re: Et le Pic pollution ?

Message par Silenius » 17 déc. 2018, 20:22

Des chercheurs du CNRS1 et de l’Université Libre de Bruxelles ont élaboré la première cartographie mondiale de l’ammoniac atmosphérique (NH3) en analysant des mesures par satellite réalisées entre 2008 et 2016. Grâce à l’interféromètre IASI développé par le CNES,
Il faut vraiment que les occidentaux arretent de polluer la planete avec leurs industries et agriculture polluante. :-"
Clean : europe de l'ouest, a part nord de l'Italie et Pays Bas, pollue : Inde, Chine, Afrique de l'ouest.

http://www.cnrs.fr/fr/pollution-de-nouv ... is-lespace
Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Et le Pic pollution ?

Message par energy_isere » 25 janv. 2019, 22:31

Ca recommence :
Brésil : 200 disparus après la rupture d'un barrage minier

Environ 200 personnes étaient portées disparues vendredi après la rupture d'un barrage du géant minier Vale dans l'État brésilien de Minas Gerais, région où un drame similaire avait fait 19 morts en 2015. «Pour le moment, nous confirmons la disparition d'environ 200 personnes», ont annoncé les pompiers dans un communiqué. «D'après les témoignages que nous avons reçus, il y a eu plusieurs morts», avait expliqué quelques heures plus tôt à l'AFP un responsable des pompiers, sans donner de bilan précis, soulignant qu'une coulée de boue de déchets miniers avait recouvert «toute la zone autour du barrage». Sur les réseaux sociaux, plusieurs internautes citaient des témoignages de proches faisant état de nombreuses victimes.

Image

L'incident a eu lieu en début d'après-midi à Brumadinho, commune de 39.000 habitants située à 60 km au sud-ouest de Belo Horizonte, capitale du Minas Gerais.

Des images aériennes impressionnantes diffusées par les pompiers montrent une véritable marée de boue de couleur marron aux reflets grisâtres recouvrant d'immenses surfaces de végétation. «Le barrage s'est rompu et a tout détruit, il ne reste plus rien», dit un témoin dans une vidéo circulant sur les réseaux sociaux, désignant une zone entièrement dévastée. Des images prises par hélicoptère par la chaîne d'informations Globonews montraient des habitations partiellement détruites, certaines à moitié englouties par la boue. Cinq hélicoptères ont été mobilisés pour les secours et l'un d’eux apparaît dans une vidéo hissant une femme semblant blessée, tandis que deux personnes étaient enlisées dans la boue jusqu'à la taille.

La municipalité de Brumadinho a diffusé sur les réseaux sociaux un communiqué demandant à la population de s'éloigner du lit de la rivière Paraopeba, qui pourrait avoir été contaminée par la coulée de boue. Le site d'Inhotim, plus grand musée à ciel ouvert du monde avec sa collection d'art contemporain, a été évacué «par précaution». Ce haut lieu du tourisme brésilien accueille environ 35.000 visiteurs par mois Selon un photographe de l'AFP, la police a bouclé tous les accès menant à Brumadinho et de nombreuses zones de la région ont été évacuées le temps d'évaluer jusqu'où la coulée de boue pourrait s'étendre.


L'entreprise Vale à nouveau pointée du doigt

Le géant minier Vale, qui a confirmé l'incident dans un communiqué, a souligné que «la priorité totale est de protéger la vie des employés et des habitants». «Il y avait des employés dans des locaux administratifs touchés par les déchets miniers, ce qui indique la possibilité, encore non confirmée, de victimes», a précisé la compagnie. Les actions du groupe minier, l'un des plus importants au monde et également impliqué dans le désastre de 2015, chutaient de plus de 10% à quelques heures de la fermeture à la Bourse de New York, après avoir plongé de plus de 11% à l'annonce de l'accident.

En novembre 2015, la rupture du barrage de Samarco, une copropriété de Vale et du groupe anglo-australien BHP, avait fait 19 morts et provoqué un drame écologique sans précédent au Brésil, près de Mariana, à environ 150 km de Belo Horizonte. «C'est incroyable que trois ans et deux mois après Mariana, un autre accident avec les mêmes caractéristiques ait lieu dans la même région», a déploré Greenpeace dans un communiqué. À l'époque, des centaines de kilomètres carrés avaient été submergés par un tsunami de boue, qui avait traversé deux États brésiliens et s'était répandu sur 650 kilomètres jusqu'à l'océan Atlantique à travers le lit du fleuve Rio Doce, l'un des plus importants du Brésil.

Le porte-parole du gouvernement a annoncé que le président Jair Bolsonaro allait se rendre sur place samedi matin et que les autorités fédérales suivaient la situation. Le chef de l'État avait indiqué quelques minutes plus tôt sur Twitter que «toutes les mesures possibles» avaient été prises et que plusieurs ministres avaient été dépêchés dès vendredi dans la région. «Notre priorité du moment est de secourir les éventuelles victimes de cette grave tragédie», a-t-il ajouté. Le ministre de l'Environnement Ricardo Salles a affirmé par téléphone à l'AFP ne «pas avoir connaissance de l'ampleur des dégâts humains et environnementaux», mais a assuré que les autorités agiraient «avec la plus grande rigueur».
http://www.msn.com/fr-fr/actualite/mond ... ocid=ientp

Lire catastrophe et non ''incident'' !

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Et le Pic pollution ?

Message par energy_isere » 26 janv. 2019, 17:14

Image

Image

........
La rupture de l'un des trois barrages miniers du complexe de Córrego do Feijão a eu lieu en début d'après-midi vendredi à Brumadinho. Cette commune de quelque 39 000 habitants est située à 60 km au sud-ouest de Belo Horizonte, la capitale de l'Etat du Minas Gerais. Le barrage est une digue contenant des résidus d'une mine de minerai de fer de couleur rouge, explique le Guardian (article en anglais). Selon la société, ce barrage de 86 mètres de haut a été construit en 1976, et contenait 11,7 millions de litres d'eau contenant des déchets miniers.

Après la rupture de la digue, une impressionnante marée de boue marron aux reflets grisâtres a recouvert d'immenses surfaces de végétation. De nombreuses personnes ont été surprises et bon nombre de maisons ont été détruites par la coulée d'eau boueuse, selon un photographe de l'AFP qui a survolé la zone. La marée a enseveli une partie du village de Vila Forteco, près de la ville de Brumadinho.
.......
https://mobile.francetvinfo.fr/monde/br ... oogle.com/

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Et le Pic pollution ?

Message par energy_isere » 27 janv. 2019, 10:32

34 morts et 296 disparus.

Image
Les secouristes ont retrouvé un autocar destiné aux salariés totalement englouti, avec plusieurs corps sans vie à l'intérieur, qui n'ont pas pu être extraits et n'ont pas encore été comptabilisés officiellement.
https://www.boursorama.com/actualite-ec ... 78bdfec57a

Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Et le Pic pollution ?

Message par energy_isere » 27 janv. 2019, 10:42

Et y aurait 20 autres barrages miniers inquiétant dans le Minas Gerais au Brésil.
Au Brésil, la rupture d’un barrage ravive la polémique sur la sécurité des complexes miniers

26 janv 2019

Samedi soir, un bilan provisoire des autorités de l’Etat du Minas Gerais faisait état de 34 morts et 300 disparus. Le barrage avait pourtant été inspecté le 10 janvier.
.....
Samedi, le président Jair Bolsonaro a survolé en hélicoptère la zone dévastée mais sans prononcer le moindre mot à la presse. « Le président va devoir changer son discours sur la flexibilisation des permis d’exploitation minière, estime Letícia Marques. Ce que je constate, c’est que la population brésilienne est indignée et veut au contraire plus de contrôle. » Une population brésilienne en colère mais aussi inquiète de ces tragédies à répétition. Selon une récente étude de l’Université du Minas Gerais, au moins 20 barrages, sur les 450 que compte l’Etat du Minas Gerais, présenteraient des risques sérieux de rupture.
https://www.lemonde.fr/planete/article/ ... _3244.html

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Et le Pic pollution ?

Message par energy_isere » 27 janv. 2019, 20:04

Avant- apres
Image

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Et le Pic pollution ?

Message par energy_isere » 28 janv. 2019, 20:28

Vale va payer cher sa deuxième catastrophe minière en trois ans au Brésil

Par Claire Fages RFI 28 janvier 2019

Au Brésil, le bilan de la catastrophe minière de Brumadinho s'alourdit. 58 morts et peu de chance de retrouver des survivants parmi les 305 disparus, selon le dernier bilan provisoire annoncé par la Protection civile dimanche soir. De même qu'en 2015, c'est un barrage de résidus miniers du groupe Vale qui a cédé. Comme si rien n'avait changé du côté de la réglementation minière au Brésil.


Image
Rupture du barrage minier du groupe Vale à Brumadinho, commune de 39 000 habitants située à 60 km au sud-ouest de Belo Horizonte, capitale du Minas Gerais, le 25 janvier 2019.REUTERS/Washington Alves

Un peu plus de trois ans après la catastrophe de la mine de Samarco à Mariana, l'histoire se répète pour Vale dans l'État de Minas Gerais. À seulement une centaine de kilomètres, dans les environs de Brumadinho cette fois, un barrage de résidus miniers haut de 86 mètres s'est rompu, dans le complexe de minerai de fer de Córrego do Feijão, qui produit 7,5 millions de tonnes de minerai de fer par an. Le volume de boues rouges est cinq fois moins abondant qu'en 2015, mais comme le reconnaît le PDG du groupe brésilien, c'est « une tragédie humaine bien plus importante »...

« En cours de démantèlement, mais stable »

« Consterné », Fabio Schvartsman a présenté ses « excuses... au monde entier », mais il se défend pour l'instant de toute responsabilité, vantant les « efforts » accomplis par Vale depuis 2015 « pour inspecter les barrages... Des procédures ont été créées », explique-t-il. « Le barrage de Brumadinho était certes en cours de démantèlement, mais son inspection avait révélé le 10 janvier qu'il était stable ». Audité par une société allemande, TUV, quatre mois plus tôt, il avait été inspecté en décembre par l'Agence brésilienne des mines, qui n'avait noté aucun problème.

La presse locale rapporte cependant que le barrage avait fait l'objet d'une autorisation d'extension expéditive. Selon un géologue brésilien interrogé par l'AFP 10% des barrages miniers de l'État du Minas Gerais ne seraient pas sûrs ou sans information pour le savoir.

40 milliards de dollars si procès ?

La réglementation minière semble encore très insuffisante. Et le nouveau président Jair Bolsonaro voulait encore l'assouplir pour encourager les investissements miniers au Brésil ! Mais ce sont les sanctions financières qui pourraient, plus que la réglementation, faire bouger les lignes vers moins de laxisme de la part des opérateurs miniers. En plus des amendes de 350 millions de dollars que Vale doit payer immédiatement aux agences environnementales, le groupe vient de se voir geler ses comptes à hauteur de 3 milliards de dollars pour indemniser les victimes et réparer les dégâts environnementaux.

Mais le pire reste à venir pour Vale. La justice brésilienne, en pointe contre la corruption depuis l'affaire Petrobras, risque de relancer les poursuites liées à la précédente catastrophe à Mariana alors qu'un compromis avait été trouvé sur 5 milliards de dollars de réparations. Vale risque plus de 40 milliards de dollars de dommages et intérêts. Sans compter les actions de groupe des actionnaires.
L'évolution se fait déjà sentir chez d'autres compagnies au Brésil. Anglo American a décidé en mars dernier de fermer préventivement ses opérations à Minas Rio dans le même État à la première fuite sur un tuyau, et de tout inspecter plutôt que de faire une réparation rapide.
http://www.rfi.fr/emission/20190128-val ... ans-bresil

A noter dans la photo ici que l'on voit d'ou c'est parti, contrairement aux photo des jours précedents.

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Et le Pic pollution ?

Message par energy_isere » 01 févr. 2019, 08:35

Rupture de barrage au Brésil: Le bilan s'alourdit à 110 morts

MIS À JOUR LE 01/02/19

Plusieurs centaines de pompiers et de soldats participent aux opérations de secours et de recherche à Brumadinho depuis vendredi dernier..


Le bilan de la catastrophe de Brumadinho est passé à 110 morts et 238 disparus, de nouveaux corps ayant été exhumés jeudi des tonnes de boue qui se sont écoulées après la rupture d’un barrage dans le sud-est du Brésil, ont annoncé les pompiers.

Sur les 110 corps retrouvés, 71 ont pu être identifiés, a précisé Flavio Godinho, lieutenant-colonel de la Défense civile du Minas Gerais, qui organise et coordonne les secours.
La majorité des corps « ont été retrouvés dans des couches superficielles » de boue, a-t-il précisé. Mais pour la suite, « les recherches dépendront de travaux d’excavation et de consolidation du sol, ce qui va ralentir les opérations », a averti pour sa part Pedro Aihaea, porte-parole des pompiers de l’Etat du Minas Gerais.

Le Brésil, reconnaissant de l’aide apporté par Israël
La rupture du barrage de la mine Corrego do Feijao a provoqué une vague de boue de résidus miniers qui a notamment dévasté les locaux administratifs du groupe minier Vale, où les autorités estiment que se trouvaient la plupart des victimes. Le contingent de 116 hommes de l’armée israélienne qui avait prêté main forte aux secouristes brésiliens depuis lundi, avec 16 tonnes d’équipement dont des sonars, a quitté Brumadinho jeudi.
https://www.20minutes.fr/monde/2441163- ... -110-morts

Avatar de l’utilisateur
energy_isere
Modérateur
Modérateur
Messages : 63421
Inscription : 24 avr. 2005, 21:26
Localisation : Les JO de 68, c'était la
Contact :

Re: Et le Pic pollution ?

Message par energy_isere » 03 févr. 2019, 20:12

La rupture du barrage Brumadinho au Brésil filmée par des caméras de surveillance

Le bilan de la catastrophe de Brumadinho est passé samedi 2 février de 115 à 121 morts et plus de 200 disparus.

03/02/2019 HuffPost avec AFP

BRÉSIL - Des images glaçantes. Alors que le bilan de la catastrophe de Brumadinho vient de passer samedi 2 février de 115 à 121 morts et plus de 200 disparus, les médias brésiliens relaient les images de la rupture du barrage datant du 25 janvier.

Les télévisions locales ont diffusé ces dernières heures une impressionnante série d'images filmées par les caméras de sécurité montrant le moment exact de la rupture du barrage, comme vous pouvez le voir dans la vidéo ci-dessus. Les secours (policiers et pompiers) détenaient ces vidéos depuis le jour de la tragédie, mais avaient décidé de ne pas les divulguer afin de "ne pas provoquer de panique généralisée dans la population" dans les heures suivantes, a affirmé vendredi Pedro Aihara, le porte-parole des pompiers du Minas Gerais.

Les images leur ont servi pour analyser la trajectoire des résidus et mieux déterminer les aires de recherches. Au début de la catastrophe, la marée de boue a pu atteindre une vitesse de 70 ou 80 km/h, a-t-il précisé.

.......
https://m.huffingtonpost.fr/amp/2019/02 ... _23660084/

La digue entière s'effondre tout du long et glisse en aval.
Pas un brèche qui s'agrandit.
Tout se liquéfie, c'est effrayant.

Répondre